À propos

Par  Laura Perez et Jérôme Simonet

Dans le cadre de notre Bachelor en Géographie et Environnement à l’Université de Genève, nous avons la possibilité d’effectuer un voyage d’étude qui permet aux étudiants de mettre en pratique la théorie apprise en cours, et d’avoir une première expérience de recherche de terrain.

Le voyage de 2016 a lieu à Belfast, en Irlande du Nord. Nous avons choisi cette ville d’une part pour son histoire contemporaine riche et complexe (guerre civile autour d’enjeux identitaires suivis d’une période de pacification encore en cours). D’autre part, en tant que géographes, nous nous intéressons particulièrement aux murs qui séparent encore différents quartiers. En effet, l’objet de notre étude est d’une part, la présence matérielle de ces murs impliquant encore aujourd’hui une division spatiale au sein de la population. D’autre part, notre travail sera de comprendre les dimensions symboliques et identitaire de ces murs. En particulier, nous souhaitons aborder cette thématique à travers les murals, peintures visibles sur les peacewalls et sur les murs des habitations.

Notre approche se situe dans une optique de géographie politique et culturelle. Nous nous sommes donc séparés en onze groupes et avons choisi différentes problématiques en relation avec cette thématique principale. Ces sujets seront développés à travers les différentes pages de ce carnet. Parmi la multitude de sujets abordables à travers la problématique liée aux murs, deux groupes s’intéressent au contenu thématique des murals et aux conséquences de l’existence de ces fresques. Football ou encore super-héros, ces représentations posent la question de l’instrumentalisation de ces murals dans le processus de paix ou de leur contribution à un renforcement identitaire à travers de potentielles références au conflit passé.

Changement d’échelle à présent : certains d’entre nous chercheront s’il existe des similitudes entre le passé belliqueux d’Irlande du Nord et d’autres conflits dans le monde tels que le conflit israélo-palestinien.

Quelle que soit l’échelle à travers laquelle la thématique est abordée, l’opposition entre deux groupes d’acteurs est manifeste. C’est pourquoi, un des groupes s’adonnera à l’analyse des symboles en comparant l’utilisation de ces derniers par les deux partis.

Par ailleurs, la façon dont les individus vivent cette situation de post-conflit alimentera le travail de certains. En effet, les émotions et le ressenti seront centraux puisqu’il s’agira de travailler sur les émotions suscitées par ces fresques.

Outre l’influence des fresques sur les habitants, les murals dans le temps feront également l’objet d’un travail. En effet, ces murals rappellent des événements précis ou une période de conflit. Dans cette optique, l’intérêt sera porté sur ces fresques en tant qu’objet servant à maintenir ou générer la mémoire des événements passés.

Enfin, plusieurs groupes aborderont la question du tourisme, le dark tourism, lié à des endroits où guerres, catastrophes et autre événements funestes ont eu lieu ou ont encore lieu et le tourisme mémoriel qui est lié à des lieux marqués par un événement ponctuel et où la dimension temporelle est importante. La question de mise en tourisme de ce patrimoine révèle des divers enjeux. Trois des groupes chercheront des liens entre ces concepts et le tourisme à Belfast tandis qu’un dernier tentera de déterminer s’il existe un profil-type des murals les plus visités et mis en avant par les agences touristiques.

Voyage d'études