Méthodologie

Dans le cadre de notre travail, nous nous sommes penchées sur la perception des murals par les habitants de Belfast. Quelle est, pour eux, la place de ces fresques aujourd’hui? Comment envisagent-ils l’avenir des murals? 

Pour répondre à cette problématique, notre méthode a consisté à effectuer des interviews sur le terrain. Tout d’abord, nous avons choisi les murals qui feraient l’objet de notre étude. Nous avons sélectionné le “Bobby Sands” et le “Mona Lisa Soldier” respectivement situés dans les quartiers de Fall (catholique) et de Shankill (protestant).

Crowely T., 2000, “Loyalist mural, Hopewell Crescent, Lower Shankill, West Belfast” Clarmont Colleges Digital Library, http://ccdl.libraries.claremont.edu/cdm/singleitem/collection/mni/id/124/rec/4
Crowely T., 2000, “Loyalist mural, Hopewell Crescent, Lower Shankill, West Belfast” Clarmont Colleges Digital Library, http://ccdl.libraries.claremont.edu/cdm/singleitem/collection/mni/id/124/rec/4

 

Crowely T., 2006, “Republican mural, Sevastopol Street/Falls Rd., West Belfast. Mural on side of Sinn FeinOffices depicts Bobby Sands – first Hunger Striker to die 1981. Mural originally painted 1998, re-painted 2000 on re-built offices.” Clarmont Colleges Digital Library http://ccdl.libraries.claremont.edu/cdm/compoundobject/collection/mni/id/1260/rec/38
Crowely T., 2006, “Republican mural, Sevastopol Street/Falls Rd., West Belfast. Mural on side of Sinn FeinOffices depicts Bobby Sands – first Hunger Striker to die 1981. Mural originally painted 1998, re-painted 2000 on re-built offices.” Clarmont Colleges Digital Library http://ccdl.libraries.claremont.edu/cdm/compoundobject/collection/mni/id/1260/rec/38


Notre choix s’est porté sur ces deux fresques car elles nous semblaient être particulièrement connues. Au vu de l’histoire de Belfast, il nous a semblé pertinent de s’intéresser à une fresque de chaque communauté pour avoir un aperçu plus global de la problématique. Par ailleurs, il est à préciser que seule la fresque de “Bobby Sands” existe encore, le “Mona Lisa Soldier” ayant été détruit en 2015.  Cet élément a également eu son importance dans notre choix car nous voulions nous pencher sur l’opinion des habitants de Belfast concernant les processus de destruction ou de préservation des murals. A noter que par préservation ou conservation nous entendons ici la non-destruction des fresques.

Nous avons décidé de conduire une première série d’interviews aux abords de ces peintures murales car, selon nous, la proximité géographique entre les personnes interrogées et les murals augmentait les chances que les passants puissent les connaître. Conscientes du fait que les passants auraient peu de temps à nous consacrer, il nous a fallu être précises dans l’élaboration du questionnaire. Celui-ci a par ailleurs dû être adapté en fonction de la réception de notre démarche par les habitants. Ainsi, nous avons notamment senti les habitants de Shankill moins enclins à nous répondre. Nous avons également ressenti une gêne à l’idée de leur poser certaines questions, en particulier celles liées à la fresque catholique, au vu de l’ambiance plus “intimiste” du quartier résidentiel que celle de Fall.

Parallèlement, nous avons réalisé une deuxième série d’interviews auprès de professionnels du tourisme et de l’histoire de Belfast afin d’enrichir notre analyse de leurs expériences.

Lors de nos différents entretiens, nous avons dû garantir l’anonymat à nos différentes sources, sans quoi beaucoup d’entre elles n’auraient pas répondu à nos questions. Nous avons donc anonymisé les témoignages mobilisés dans ce travail.

Dans l’article Analyse des données, vous pouvez trouver les résultats de notre recherche. Nous avons pu mettre en évidence certaines tendances qui restent toutefois à prendre avec précaution au vu de la taille limitée de notre échantillon.

Analyse des données

Comme nous l’avons présenté dans l’article Méthodologie, nous avons basé notre recherche sur l’interview d’habitants de Belfast afin de comprendre leurs points de vue par rapport à la question de la destruction ou de la conservation des fresques.

Cet article présentera dans un premier temps les données, puis nous tenterons de mettre en évidence certaines tendances.

Présentation des données

Notre objectif, avant d’aller sur le terrain, était de récolter un maximum d’informations provenant des habitants des quartiers de Fall et Shankill. Dans ces deux quartiers se trouvent ou se trouvaient les murals qui ont fait l’objet de notre étude. Pourtant, sur place, nous avons jugé important d’élargir le public cible afin d’obtenir une information plus complète sur le débat entre la préservation ou non des murals.

Notre échantillon est composé au total de 23 interviews. La durée de ces entretiens varie entre une et vingt minutes. Les personnes interrogées sont âgées entre 16 et 74 ans. La majorité des interviews se sont déroulées dans les quartiers cités auparavant: Fall et Shankill. Toutefois, au cours de nos différentes activités durant notre séjour, nous avons également eu la chance d’obtenir les témoignages de divers professionnels: un guide touristique, deux archivistes d’un centre de documentation dont l’un est spécialisé dans les troubles, un conducteur de Black Taxi*, un représentant du Centre Gaélique et un collaborateur du City Council de Belfast, le conseil municipal de la ville.

Nous avons conscience que notre échantillon, de taille limitée, est loin d’être représentatif de la population. Cependant, nous essayerons de voir s’il existe tout de même des récurrences dans les réponses des habitants de la ville.

L’importance des murals pour les locaux

Nous avons choisi, au vu des types de réponses données lors des interviews, de séparer l’échantillon en catégories d’analyse.

Tout d’abord, nous avons séparé les adolescents des personnes plus âgées. En effet, les jeunes semblaient être moins affectés par la situation post-conflit que les personnes plus âgées. Certains des adolescents ont parlé “au nom des jeunes” en affirmant que leur catégorie d’âge accordait peu d’importance aux murals. De ce fait, ils paraissaient plus détachés du passé de Belfast.

Ensuite, concernant l’importance des murals pour les Belfastois (par rapport aux fresques étudiées), certains interviewés considèrent que les habitants des quartiers de Fall et Sankill, étant donné leur proximité géographique avec ces fresques, sont les plus touchés par la présence des murals. D’autres personnes interrogées ont, elles, indiqué que les habitants n’accordent que peu d’importance à ces fresques au quotidien. Une minorité des individus sondés ont affirmé que les fresques ont à leurs yeux une valeur touristique très importante.

Finalement, nous avons constaté que les personnes interrogées dans le quartier de Fall ne connaissaient pas, pour la plupart, la fresque de Shankill. Par ailleurs, les personnes sondées de chacun des quartiers avaient peu d’informations à fournir à propos des murals du quartier opposé.

Passé et préservation

La plupart des personnes interrogées qui commentaient l’importance des murals pour les habitants évoquaient des éléments temporels. Beaucoup faisaient référence au passé en désignant les fresques comme un élément de mémoire permettant de se souvenir du conflit. Les phrases telles que “pour la mémoire” ou encore “en souvenir de” ont été prononcées à plusieurs reprises.

Quant à la question de la préservation ou de la destruction des murals, une majorité des personnes interrogées nous ont expliqué que, selon elles, les murals avaient effectivement encore aujourd’hui leur place au sein des différents quartiers. Beaucoup considéraient cependant que les murals à caractère trop violent devraient être détruits. Pour d’autres, au contraire, l’aspect de commémoration prônait sur la destruction, c’est pourquoi la préservation semblait être une meilleure option. Par ailleurs, selon ces personnes, la conservation est non seulement un moyen de faire en sorte que la population se souvienne des événements passés, mais elle bénéficie également à l’industrie touristique de la ville. Un élément qu’une personne interviewée a mentionné nous a paru intéressant à relever au vu de la problématique qu’a vécu Belfast entre ses communautés dans le passé. Cette personne a en effet évoqué le fait que la question de la préservation ou destruction des murals devrait se poser en fonction de l’évolution du poids démographique des différentes populations qui habitent la ville.

Évolution et nouveaux murals

Comme mentionné précédemment, certaines personnes étaient opposées aux fresques “trop violentes” (sans pour autant spécifier ce qu’elles entendaient par “trop violentes”) et souhaitaient la création de nouveaux murals à caractère plus pacifique et plus inclusif. L’envie de “passer à autre chose” a été exprimée à plusieurs reprises. Dans ce contexte, beaucoup étaient plutôt satisfaits des nouvelles fresques. Celles-ci étaient considérées comme étant plus représentatives de toutes les communautés et permettant de véhiculer un message de paix et de solidarité.

Outre les personnes ayant exprimé leur volonté de voir certains murals détruits, d’autres ont souligné l’importance de trouver un équilibre entre les anciennes et les nouvelles fresques. L’un des archivistes du centre de documentation a apporté un point de réflexion qui nous semble important. Il a mis en exergue la peinture murale comme étant devenue une tradition faisant partie de la culture des deux communautés. Cette pratique était, selon lui, une fierté pour les populations locales.

Les lieux de conservation de la culture à Belfast

Par ailleurs, l’autre archiviste spécialisé dans les troubles que nous avons interrogé ainsi qu’un collaborateur du City Council ont relevé un point supplémentaire qui nous a paru intéressant: la question du lieu où se situent les éléments de mémoire. En effet, avoir un lieu consacré à l’histoire du conflit et la présentation d’objets liés aux troubles est important pour la ville, selon l’archiviste. Il a également exprimé une certaine réticence à la présence de ces peintures dans des lieux publics. Par ailleurs, le fait que les murals sont hier comme aujourd’hui imposés à tous, pose, selon lui, de nombreux problèmes.

Enfin, le collaborateur du City Council a exprimé sa déception lorsqu’il s’agissait de parler des politiques de conciliation entre culture et conservation. Selon lui, il reste encore des progrès à faire à ce niveau-là à Belfast et aucune solution n’a encore été apportée afin de créer un lieu, neutre, qui puisse réunir et conserver la culture de la ville dans son ensemble. Malgré des tentatives de conciliation, il n’y a aujourd’hui aucun musée qui retrace l’histoire du conflit.

*L’association Black Taxi propose des circuits de découverte des murals menés par des anciens membres de l’IRA, l’Irish Republican Army, reconvertis en chauffeur de taxi.

Lire aussi notre conclusion.

Conclusion

A travers ce travail, malgré la dimension restreinte de notre recherche, nous avons pu observer que la place des murals à Belfast demeure un sujet très controversé au sein de la population. Notre travail a pu mettre en lumière l’existence d’une absence de consensus quant à la place des murals aujourd’hui à Belfast. En effet, les habitants expriment à la fois la volonté de détruire les fresques, en particulier les murals à caractère violent, pour pouvoir se projeter dans le futur et de dépasser les conflits passés et la volonté de préserver les fresques pour maintenir la mémoire des troubles.

Cette question est d’autant plus d’actualité que nous avons pu observer dans les quartiers protestants de nouvelles fresques portant les insignes des anciens groupes paramilitaires repeintes récemment.

Plus généralement, c’est tout l’héritage du conflit qui reste un sujet sensible. Ainsi, la ville ne dispose toujours pas à l’heure actuelle d’un musée expliquant l’histoire des troubles, ce qui témoigne de la difficulté qu’ont les Belfastois à produire un récit commun du conflit. Cette conclusion rejoint celle de F. Mourlon qui relève l’absence de consensus à Belfast pour impliquer l’ensemble de la population dans le processus de mémoire (Mourlon F., 2012).

Par ailleurs, si la courte durée d’interview rend la généralisation difficile, notre analyse a toutefois permis de mettre en évidence ce qui semble être un clivage générationnel. En effet, les jeunes semblent moins concernés par le conflit que la population plus âgée. Ces derniers regrettent que leur ville soit trop souvent associée à son passé sombre et veulent que Belfast aille de l’avant. Il serait intéressant de suivre l’évolution de ces questions et de voir si la jeunesse pourra redonner un nouveau souffle à la ville et trouver une véritable place pour les fresques héritées du conflit.

 

Méthodologie

Les circuits touristiques

‣ Les circuits dans notre travail
Dans le cadre de notre travail, les circuits touristiques nous ont servi données essentielles. Puisque ces tours font partis des attractions les plus populaires à Belfast, nous avons pu définir un échantillon de murals recommandé et présenté par les guides des agences touristiques. Il était donc important, pour nous, de participer à ces tours en tant que touristes car selon notre opinion, le fait d’amener des individus à tel ou tel endroit, puis de leur indiquer tel ou tel mural, participe à la création ainsi qu’à l’entretien du cercle de représentations auquel nous nous intéressons.

‣ Double Decker Tour
Pour le premier circuit, nous avons fait un tour de la ville dans l’un des célèbres bus rouges à deux étages de Hop On Hop Off. Ces bus effectuent un circuit à travers les différents quartiers de la ville au cours duquel des explications sont données par une guide. L’option de descendre du bus à différentes arrêts autour des principales attractions est proposée aux touristes, toutefois pour des questions d’organisation, nous ne l’avons pas fait. Lors du tour, dès que le bus ralentissait ou s’arrêtait pour qu’on puisse admirer un mural, nous en prenions compte. C’est donc principalement dans les quartiers de Shankill et Falls que notre intérêt s’est mobilisé.

Liste des fresques observées lors du circuit à bord du Hop On Hop Off.
Liste des fresques observées lors du circuit à bord du Hop On Hop Off.

‣ Black Cab Tour
Le deuxième type de circuit s’est effectué en Black Cab. Ce sont les taxis noirs emblématiques de la Grande-Bretagne dont les chauffeurs, qui font aussi office de guide, ont été impliqué dans le conflit. Les Black Cabs s’inscrivent dans une continuité historique. En effet, c’était l’une des seules manières de se rendre dans le quartier de Falls durant le conflit, après que les lignes de transports publiques aient été abandonnées.
Aujourd’hui, ce sont d’anciens prisonniers politiques républicains qui, à bord de ces taxis, présentent le conflit en menant les touristes à travers les quartiers de Falls et parfois de Shankill. En montrant les vestiges du conflit, principalement les murals, les Black Cabs sont une attraction privilégiée pour tout touriste intéressé par les Troubles. C’est pour cela qu’il nous a paru important de prendre en compte ce circuit.
Nous avons ainsi pu observer les pratiques touristiques principales autour des murals ; telle que les prendre en photo, y apposer sa signature, ou simplement les contempler. Nous avons divisé notre groupe en deux afin d’avoir davantage de données car nous présupposions que les conducteurs de taxis n’effectuaient pas tous les mêmes itinéraires.

Liste des fresques observées lors des tours en Black Cab respectifs.
Liste des fresques observées lors des tours en Black Cab respectifs.

 

‣ Tour pédestre dans East Belfast
Même si le trajet jusqu’à  East Belfast ne faisait pas partie des parcours touristiques officiels, le conducteur de bus, en nous y amenant, a attiré notre attention sur quelques murals le long du trajet.
Nous avons donc visité East Belfast avec des guides loyalistes. La première partie de la visite s’est déroulée dans un petit musée. Nous avons rapidement réalisé que cette attraction était moins organisée et professionnelle que les autres, mais elle n’en n’était pas moins intéressante.
La deuxième partie se présentait sous la forme d’un tour pédestre à travers le quartier de East Belfast. Nous nous sommes promenés en suivant notre guide qui nous montrait différents endroits importants pour la cause loyaliste, en mettant l’accent sur les multiples murals qui se situent dans le quartier. Tout comme les guides des Black Cab Tours, nos nouveaux guides étaient également d’anciens volontaires, mais cette fois pour les organisations loyalistes. Ainsi donc, le tour à travers East Belfast était fortement biaisé en faveur du côté protestant, tout comme les tours en Black Cabs étaient biaisés en faveur du côté catholique.

Liste des fresques observées lors du tour dans East Belfast.
Liste des fresques observées lors du tour dans East Belfast.

 

‣ Observations générales
Nous constatons qu’une redondance de certains murals se présente dans les données récoltées lors des différents circuits touristiques. En effet, le tour du Double Decker Bus et les parcours des Black Cab Tours ont insisté sur les fresques de Bobby Sands et The Peace Wall, en indiquant le mural, voir même en s’arrêtant sur place pour nous laisser le temps de bien le contempler.
Quant au tour pédestre de East Belfast qui passe exclusivement dans ce quartier de la ville, le guide n’a fait aucune référence aux deux fresques en question.
Les différents guides n’hésitaient pas non plus à nous encourager à prendre des photos des deux murals ou, comme dans le cas du Peace Wall, signer nos noms sur “the biggest guestbook in Belfast” selon notre guide. C’est une pratique assez populaire et cela semble être très encouragé par les agents touristiques.
Lors des multiples tours dans les différents quartiers de West Belfast, nous avons remarqué d’autres groupes de touristes qui suivaient des guides. Beaucoup d’entre eux s’arrêtaient devant les murals et prenaient des photos. Nous avons observé ce phénomène à plusieurs reprises, surtout devant le mural de Bobby Sands, le PeaceWall, le International Peace Wall ainsi que d’autres fresques comme le King of Orange ou celle de Stevie « Top Gun » McKeag.

Documentations touristiques et souvenirs

‣ Implication dans notre travail
Au fil de notre séjour à Belfast, nous avons récolté divers documents concernant l’offre touristique. Office du tourisme, boutiques, musées ; à chaque opportunité donnée, nous avons collectionné des documents destinés aux touristes ayant trait aux murals  : brochures publicitaires, plans pour touristes, cartes postales, etc.
Notre but, à travers la récolte de souvenirs et documents touristiques était de nous faire une idée de l’image-type des murals envoyée aux touristes. En effet, les flyers et brochures cherchent à attirer l’œil des visiteurs, et de leur vendre quelque chose : une attraction, un circuit, etc. Ces divers éléments marketing sont donc un outil pertinent pour déterminer la manière dont les murals sont vendus aux touristes. Ce qui y est présenté est le «pittoresque» : ce que les touristes doivent impérativement avoir vu et photographié.

« Le touriste identifie un lieu […] comme pittoresque parce qu’il l’a déjà vu et qu’il peut le comparer à ce qu’il connaît déjà, soit par son expérience, soit grâce aux images qui en existent »1

On comprend donc que les divers documents liés au tourisme jouent un rôle clef dans l’entretien d’un cercle d’image, puisqu’ils informent des fresques à voir. Ainsi le visiteur, une fois sur place, se rendra compte de “l’importance” du mural devant lequel il se trouve. De part ce déjà-vu, l’élément représenté, dans notre cas, un mural, lui apparaîtra comme étant pittoresque2, c’est à dire “digne d’être vu” et d’être photographié.
La récolte des documents nous semblait, en amont des recherches, être un travail titanesque. Mais nous avons très vite été forcé de constater que peu de magasins ne vendent des souvenirs et des cartes postales en lien avec les murals. Il en va de même pour les tour-opérateurs : seule une poignée d’entre eux promeut les murals dans la publicité pour leur circuit.

Présentation des types de documents

Les documents que nous avons récolté se déclinent en trois catégories:
‣ Flyers, brochures et plans
‣ Cartes Postales
‣ Souvenirs

Dans les trois cas, nous nous sommes concentrés sur les documents représentant des fresques ou des parties de fresques.
Nous avons récolté au total une vingtaine de brochures répondant à ces critères, ainsi que quelques cartes trouvées principalement dans les offices touristiques du centre-ville, les présentoirs de notre auberge, mais aussi au Centre gaélique Cultúrlann McAdam Ó Fiaich.
Au niveau des plans distribués gratuitement aux touristes, nous n’en avons trouvés aucun qui ne soit pas inondé de publicité. Bien que le cadrage diffère légèrement de l’un à l’autre, il reste toujours focalisé sur le centre-ville, avec le quartier du Titanic mis en évidence. Les murals ne sont jamais précisément indiqués sur les cartes, bien que leurs directions approximatives soit parfois mentionnées. Selon le cadrage du plan, les quartiers de Shankill et Falls n’apparaissent même pas. Quant à East Belfast, il n’est représenté qu’une seule fois sur l’ensemble de notre échantillon cartographique.
Au fil de nos journées à Belfast, nous avons donc traqué puis acheté les cartes postales comportant des photographies de murals. Nous avons toutefois été forcé de constater que le choix était restreint. En une semaine, il nous a été possible de récolter six cartes d’intérêt plus ou moins important pour notre recherche dans des lieux divers. Si nous avons trouvé la première dans un supermarché alimentaire et deux autres dans un bureau de poste, les trois restantes ont été achetées dans deux magasins de souvenirs différents.

 

C’est dans l’optique d’objets témoins d’une visite, que nous avons décidé de nous pencher sur les souvenirs vendus aux touristes visitant la capitale Nord-Irlandaise. Tout comme les cartes postales, nous avons eu beaucoup de peine à en trouver. Les premiers souvenirs, petites figurines en plâtre, sur lesquelles figuraient des photographies de murals ont été trouvés dans une petite boutique indépendante. Le reste des quelques objets observés a été trouvé dans le magasin d’une grande chaîne de souvenirs irlandais. C’est également dans cette boutique que certaines des cartes postales précédemment présentées ont été trouvées.

‣ Observations générales
D’une manière générale, nous avons été étonné de la difficulté à trouver des documents traitant des murals destinés aux touristes. Si nous avons eu moins de peine à trouver des brochures vendant des circuits touristiques autour des Troubles, les souvenirs, eux, semblent être quasi-inexistants.
Sur les cartes postales et les souvenirs, tout comme sur les différentes brochures et plans, l’accent est mis sur le Titanic ou sur la série télévisée Games of Thrones.
Lorsque des fresques sont représentées, on constate fréquemment celle de Bobby Sands ou encore le International Peace Wall. Souvent, notamment sur les souvenirs et les cartes postales, les murals représentés n’existent plus, ou ont été repeints.

Micro-Trottoirs

‣ Rôle dans notre recherche
Afin de nuancer nos données se basant principalement sur l’observation de l’offre touristique, nous avons souhaité nous confronter à la vision touristique des locaux sur les murals, vestiges visibles du conflit. Au centre de notre interrogation se trouvait la question : les locaux nous suggèrent-ils de voir les mêmes fresques que celles misent en avant par les divers agents touristiques ?
Nous estimons que de tels conseils participent à l’entretien du cercle d’image.

‣ Présentation de la méthode
Nous faisant passer pour des touristes, nous avons demandé à des passants quelles étaient les fresques “à voir” dans les environs. Pour rester cohérent avec la situation, nous avons questionné les locaux principalement dans les quartiers les plus susceptibles d’être visités par des touristes intéressés à voir des murals, c’est-à-dire Falls et Shankill, ainsi qu’au centre ville.
Si ce dernier endroit nous a intéressés, c’est de par son aspect “neutre” face au conflit mais aussi par le fait que l’on n’y trouve aucun mural partisan. Au vu de cette absence, nous étions intrigués par les réponses que nous obtiendrions lors de nos entretiens spontanés ; c’est-à-dire vers quels quartiers et quelles fresques on nous enverrait.
Nous sommes donc allés questionner les passants des quartiers de Falls et Shankill, l’un étant majoritairement unioniste et l’autre loyaliste.

‣ Retour réflexif sur la méthode
Si dans un premier temps, cette approche nonchalante et informelle des habitants de Belfast nous a semblé une bonne idée, notamment par le fait de se faire passer pour des visiteurs et ainsi, d’éviter d’éventuels biais qu’aurait instaurée la mention d’une recherche dans le cadre académique, nous avons rapidement été rattrapés par des questionnements d’ordre éthique.
Nous rassurant derrière des semis-vérités, nous nous présentions aux locaux comme étant en visite quelques jours dans la région et voulant voir des murals. En soit, ceci n’était pas faux. Nous avons toutefois été piégé par quelqu’un voulant engager une conversation et demandant ce que nous avions déjà vu depuis notre arrivée. Si notre interlocutrice ne l’a probablement pas ressenti, un malaise s’est installé entre nous trois, ne sachant pas comment répondre à cette dame que chaque jour depuis notre arrivée en Irlande-du-Nord avait été consacré aux fresques même que celle-ci venait de nous indiquer.
Un autre conflit moral s’est installé en nous après avoir demandé à des passants de nous conseiller des fresques, nous ne nous dirigions pas dans la direction indiquée. Ce qui nous importait dans le fond, était la réponse donnée par les locaux, et non les fresques en elles-mêmes.
Autre point discutable : à aucun moment nous n’avons mentionné à nos interlocuteurs que les données récoltées serviraient à l’élaboration d’un travail académique qui apparaîtrait en ligne. Bien que l’identification des personnes soit impossible et que nous-même ignorons leur identité, cela soulève des questions éthiques et morales.

‣ Résultats
Dans l’ensemble, ce petit échantillon peu structuré d’entretiens ne nous permet pas d’avancer de résultats précis. Toutefois, il est utile pour compléter ou nuancer les données acquises par divers canaux. De plus, il nous a permis une meilleure connaissance du terrain. Voici toutefois les grandes lignes à tirer de nos micro-trottoirs :

Premièrement, les réponses données par les locaux nous ont semblées dans une premier temps très mécaniques. C’est souvent après de brèves réflexions que des éléments moins automatiques nous ont été donnés.
En effet, si quelqu’un vous aborde dans votre ville et vous demande quelles sont les attractions principales à ne pas louper, vous répondrez instinctivement les haut-lieux touristiques, avant de donner des conseils plus personnalisés et précis.

Ensuite, les trois quartiers de micro-trottoires ne donnent pas les mêmes résultats. Au centre ville, la plupart des personnes interrogées n’ont très souvent pas su nous répondre, nous encourageant a faire un tour en Black Cab. D’autres nous conseillaient l’International Peace Wall. La différence majeure entre nos interlocuteurs à Falls et à Shankill est que dans la partie républicaine, on nous envoyait trés souvent vers le mural de Bobby Sands et l’International Peace Wall. Alors que dans la partie loyaliste, les réponses étaient plus diverses. Certains nous envoyaient vers les murals les plus proches, d’autres nous mentionnaient l’International Peace Wall ou/et le mural de Bobby Sands, d’autres encore nous conseillaient de nous enfoncer dans de petites ruelles.

Dans les trois quartiers, nous avons très souvent été envoyé au International Peace Wall. Celui-ci faisait parti des réponses automatiques : sans hésitation, les locaux nous l’ont le plus conseillé.

De manière générale, nous avons observés une certaine réticence à aborder le sujet, tant dans les quartiers de Shankill et de Falls que au centre ville.
Nous n’avons malheureusement pas eu le temps de mener plus d’entretiens durant notre séjour. Toutefois, entre les deux séries de micro-trottoirs que nous avons effectuées, on constate une différence notoire: la météo. En effet, nous observons de grandes différences entre les entretiens du premier jour, pluvieux, et du second jour, ensoleillé. Celles-ci se manifestent notamment par la durée des échanges ainsi que la disposition de nos interlocuteurs à nous parler.

Observations complètes

Afin d’avoir une vue d’ensemble de nos observations, cliquez sur le tableau des résultats des observations. Celui-ci recense l’ensemble de nos observations. Y est représenté le nombre de fois ainsi que le contexte dans lequel une fresque précises nous à été indiquée.


1- Gauthier, L., Staszak, J.-F., Cliché exotiques, Paris, Editions de Monza, 2015, p.59
2- Ibidem



PROBLÉMATISATION

‣ MÉTHODOLOGIE

‣ PARTIE THÉMATIQUE
‣ CONCLUSION
 

Problématisation

Roland Barthes écrivait : « Je ne sais si, comme le dit le proverbe, les choses répétées plaisent, mais je crois que du moins elles signifient. »1. Ainsi, ce sont donc les significations de ces répétitions qui seront au centre de nos recherches.

Les questions que nous nous posons, dans ce travail sont les suivantes : Quelles représentations des murals de Belfast alimentent un cercle d’images? Quelles significations ce cercle prend-il dans le contexte post-conflictuel de la ville?

Pour y répondre, nous comptons étudier les images visuelles et les discours produits autour du tourisme.
Ainsi, nous émettons l’hypothèse, en nous appuyant sur nos recherches préliminaires, que certaines fresques sont particulièrement fréquentes dans l’environnement touristique. Notre but est non seulement de rendre compte de cette redondance d’images et d’identifier de la sorte un cercle d’images, mais aussi de chercher àcomprendre l’origine et les conséquences de cette sur-représentation. Nous envisageons, par exemple, la possibilité que les images des murals d’un côté du conflit soient davantage mises en avant par rapport à l’autre.

Clément Cheroux dans son ouvrage Diplopie, identifie des représentions de thématiques similaires présentées en boucle dans les médias étasuniens, menant ainsi à la création de diverses catégories d’image-type des attentats contre les tours du World Trade Center, le 11 septembre 20012. Dans une approche similaire, nous nous efforcerons d’identifier des images-types pour les murals de Belfast, ainsi que les thématiques que celles-ci illustrent.

Une fois notre échantillon final établi, nous nous adonnerons àune analyse détaillée de celui-ci, en questionnant les images le constituant. Comme mentionné plus haut, nous nous efforcerons de définir des images-types de murals, aux raisons de leurs présences iconographiques répétées, à leurs localisations, etc.
Nos réflexions se porteront donc principalement sur les images de murals constituant par leurs répétitions un cercle plus ou moins fermé. Le cercle sera formé d’images partagées par des agents touristiques aux visiteurs de la ville, qui s’en empareront, les partageront à leur tour autour d’eux, notamment à travers les réseaux sociaux. Ainsi faisant, ils entretiennent la diffusion de la représentation d’un mural auprès de potentiels touristes, et par la même occasion, renforcent l’image promue par les agents touristiques.

La mise en circulation répétée des représentations d'un même mural, entre les agents touristiques et les touristes. Léa Zignani
La mise en circulation répétée des représentations d’un même mural, entre les agents touristiques et les touristes.

Notre première hypothèse est donc, comme nous venons de le présenter, l’existence d’un cercle d’image autour des murals. Nous avançons aussi la possibilité que l’un des côté du conflit passé soit sur-représenté par rapport à l’autre.

Dans un premier temps, nous présenterons donc les méthodes employées pour la récolte de données. Celles-ci seront mobilisées et analysées dans une seconde partie, où nous reviendrons sur nos hypothèses et où nous élaborerons diverses parties thématiques.


1- Barthes, R., Mythologies, Paris, Le Seuil, 1957, p.10
2- Chéroux, C., Diplopie, Paris, Le Point du Jour, 2009, p.22

 


INTRODUCTION

‣ PROBLÉMATISATION

MÉTHODOLOGIE

‣ PARTIE THÉMATIQUE
‣ CONCLUSION

 

Résultats de la recherche – Solidarité Internationale

Mesure de la solidarité internationale des républicains irlandais

Au niveau spatial, les quartiers définis et habités par une population exclusivement irlandaise ou anglaise, qui sont souvent de classes défavorisées, sont ceux qui comportent le plus de murals. Les symboles internationaux que l’on peut déceler dans l’espace public se trouvent avant tout dans le quartier nationaliste de Falls, un quartier irlandais, à travers notamment les murals de l’« International Wall ». Si les quartiers loyalistes ont eux aussi beaucoup de murals, ils ne font pas référence à des conflits internationaux, seule une très grande pancarte sur un mur fait référence à Israël dans le quartier de Shankill. Cela montre que ce sont les républicains irlandais qui ont lancé un processus d’internationalisation du conflit qui selon Pascal Pragnère (2009, 2014) a notamment pour fonction de légitimer la lutte républicaine et d’accroître la mobilisation, par le biais de la création d’identités communes entre les différents acteurs du conflit. En effet, les références aux autres luttes permettent une certaine représentation du conflit contribuant à marquer la position d’oppressés et de victimes des Irlandais. Elles participent ainsi à renforcer le sentiment d’appartenance à une communauté particulière. Enfin les murals, toujours selon Pascal Pragnère (2009) ont une fonction d’appropriation territoriale, de « marquage » d’un quartier comme appartenant à une communauté, à un camp.

Dans le quartier de Falls, des messages de solidarité envers des causes à l’étranger, entre autres pour la Palestine, le Pays Basque ou encore les Kurdes sont diffusés à travers les murals. On trouve également des boutiques vendant toutes sortes de symboles irlandais mais aussi palestiniens et basques par exemple. A première vue donc, les républicains irlandais semblent soutenir – au moins symboliquement – toute cause qu’ils considèrent comme ayant des similitudes avec la leur, c’est à dire concernant des mouvements politiques et/ou sociaux qui se battent pour leur libération, leur dignité.

La question que l’on peut dès lors se poser, est de savoir si ces manifestations de solidarité s’arrêtent à un message symbolique ou si ces signaux visibles dans l’espace public sont suivis d’une relation et d’un soutien plus concrets entre les acteurs Nord-Irlandais et ceux des autres causes qu’ils désignent par leur murals, ce sur quoi nous reviendrons plus loin. Il est déjà évident, au regard des murals et des articles symboliques trouvés dans des magasins ou des musées, que certaines causes sont d’avantage supportées que d’autres, dans un premier temps, toujours symboliquement. Le drapeau palestinien se retrouve dans tous les magasins pro républicains, ainsi qu’aux fenêtres de maisons privées. La Palestine fait par ailleurs l’objet de deux peintures murales sur l’International Wall au moment de notre enquête, alors que les autres causes ne font pas l’objet de doublon. L’un de ces mural est par ailleurs très significatif symboliquement :

Solidarity p.o.w.s, Falls Road, Lucien Rappaz, le 01.03.2016
Solidarity p.o.w.s, Falls Road, Lucien Rappaz, le 01.03.2016

Cette peinture murale fait partie de l’International Wall qui est un lieu de tourisme en Irlande du Nord, il regroupe plusieurs murals à la suite concernant des conflits internationaux. Elle n’est pas toute récente puisqu’elle apparaissait déjà dans le documentaire d’Hassan Alkatib de décembre 2014, nommé Ireland & Palestine. Ici la similitude entre cause palestinienne et républicaine irlandaise est directement exprimée, car les deux sont représentées en un seul mural. Une ouverture carrée avec trois barreaux représente des cellules de prison. Deux bras, habillés de chemise, passent entre les barreaux en se donnant la main au milieu du mural. On reconnaît l’appartenance à la nationalité irlandaise et la nationalité palestinienne aux couleurs des manches, équivalentes aux couleurs du drapeau de l’Irlande (vert-blanc-orange) et le drapeau de la Palestine (vert-blanc-noir-rouge).  Les deux personnages sont exactement mis sur le même plan, et se trouvent précisément dans la même situation : emprisonnés. Au-dessous de la poignée de main, est inscrit SOLIDARITE P.O.W.s. Cet acronyme « P.O.W.s » signifie « Prisonnier de guerre » (Prisoner Of War). Cette inscription place très clairement l’Irlande du Nord et la Palestine du côté des victimes. Le mural transmet un sentiment de solidarité entre les deux peuples opprimés, ces deux bras de prisonniers de guerre emprisonnés dans leurs cellules sortent un bras pour se serrer la main. Nous interprétons la prise de main ferme comme un soutien mutuel qui se dégage de la fresque. Le dessin représente les cellules comme si elles étaient l’une à côté de l’autre. Si un léger trait et quelques boulons semblent dissocier deux bâtiments, le fond gris, sans interruption semble au contraire laisser penser que ces deux prisons n’en font qu’une. Alors que les pays sont très éloignés, on peut interpréter que malgré la distance géographique leurs causes communes les rapprochent ainsi que leur même sentiment d’injustice et d’oppression.

Nous n’avons pas pu le prouver scientifiquement mais nous pouvons nous interroger sur le fait de savoir si cette fresque n’aurait pas pour fonction de renforcer la mémoire collective des Nord-Irlandais, car une partie d’entre eux pourraient se reconnaître dans la cause palestinienne en la regardant. D’après l’interview d’un chauffeur de Black Cab, la communauté est souvent impliquée dans la conception et l’emplacement de ces murals, les artistes les créent avec l’accord de la communauté, cela nous confirme qu’il y a une connaissance de la part de certains habitants, tout au moins, des conflits internationaux et une volonté de leur part de les représenter sur un support mural durable dans le temps, jusqu’à être recouvert par des conflits plus actuels.

 Au-delà d’une solidarité symbolique

Outre cette solidarité exprimée symboliquement, on trouve un magasin totalement dédié à la cause palestinienne sur Falls road, ce qui n’est pas le cas pour les Basques, Catalans ou autres luttes de libération. Les produits vendus dans cette boutique sont importés de Palestine, il s’agit en général de produits artisanaux typiques, tels que de l’huile d’olive ou du savon. Cela montre qu’il existe des initiatives de soutien concret à la Palestine, ici un soutien économique. Par ailleurs, il existe un échange réel entre les différents acteurs autour de ces produits. En effet, non seulement le magasin commande des produits palestiniens, mais les Palestiniens eux-mêmes produisent également des articles qui pourraient plaire aux Irlandais, par exemple des bijoux aux symboles celtiques. Il y a là une hybridation dans la mesure où certains de ces bijoux sont fait en bois d’olivier et représentent des symboles celtiques.

 Notons toutefois que c’est le seul magasin visible qui serve de soutien économique concret. A priori, on pourrait en déduire que ces autres boutiques ont avant tout une fonction touristique, commerciale, et par conséquent, cela laisse penser que les initiatives de soutien matériel à d’autres causes restent rares. En revanche, la présence de tous ces magasins participe à un message politique en faveur de la cause républicaine et d’autres causes internationales par la symbolique des produits qu’ils vendent. Certains articles tels que des t-shirts affichent des messages très explicites tels que « free Palestine ». Par ailleurs, dans trois magasins visités sur quatre, républicains ou loyalistes distribuent ou vendent des journaux de propagande. Les journaux de propagandes semblent avoir pour rôle de maintenir les tensions entre loyalistes et républicains, bien que le conflit armé ait pris fin. Toutefois, en dehors du journal « Aqsa News » (cela fait référence à la mosquée Al Aqsa située sur le Mont du Temple ou Esplanade des Mosquées dans la vieille ville de Jérusalem) distribué chez Ceiliúr an Choilm (magasin dédié aux produits palestiniens), aucun d’entre eux ne met l’accent sur les questions internationales. La plupart des articles ont plutôt tendance à se tourner vers des événements passés. En somme, les magasins semblent donc jouer un rôle important dans la diffusion du message politique des républicains irlandais.

Les magasins diffusant un message politique sont tenus par des personnes généralement engagées, ou du moins intéressées de près à la politique. Dans deux cas sur trois les personnes présentes dans ces magasins républicains expriment une très forte solidarité, notamment envers la cause palestinienne mais aussi la cause basque. Tous considèrent le peuple irlandais oppressé au même titre que le peuple palestinien et mentionnent leur volonté commune d’indépendance à l’égard d’un État colonisateur. Ils estiment la cause républicaine très proche de celle des Palestiniens et des Basques. L’un d’entre eux déclare d’ailleurs s’être rendu au Pays Basque et souhaite très fortement se rendre en Palestine.

A côté de la solidarité envers la Palestine donc, le Pays Basque est souvent mentionné par les acteurs interrogés. Nous pouvons supposer que, si les références à l’indépendantisme basque sont moins visibles actuellement, cela est probablement dû au fait que le conflit avec l’Espagne se soit progressivement pacifié, alors que la question palestinienne n’est toujours pas résolue. Nous trouvons toutefois un mural dédié aux Basques, et en particulier – ici encore – aux prisonniers politiques :

Free Otegi, Falls Road, Lucien Rappaz, le 01.03.2016
Free Otegi, Falls Road, Lucien Rappaz, le 01.03.2016

 

Ce mural est très spécifique car il représente Arnaldo Otegi, un militant basque emprisonné pour des motifs politiques tels que mentionnés sur le mural.1 Pour savoir qui est Otegi, il faut avoir une certaine connaissance des événements se déroulant au Pays Basque, ce qui explique que l’auteur du mural ait accompagné l’image d’un texte, afin que des personnes lambda passant devant puissent savoir de qui il s’agit. Sur le mural on reconnaît les couleurs basques sur fond noir. La moitié d’Otegi est peinte dans ces couleurs, soulignant son origine et son implication pour le Pays Basque. Le poing tendu, il est présenté comme une figure révolutionnaire. Avec un micro devant lui, il est souriant ce qui est plutôt significatif d’espoir. En somme, on comprend qu’il s’agit d’une personne qui s’investit pour la cause basque et joue un rôle important pour celle-ci. Un texte accompagne la peinture, quelques mots en basque : « Pake bidean » qui signifie « sur la route de la paix » tel qu’inscrit en anglais à côté, le plus gros du message est d’ailleurs dans cette langue, ainsi qu’une phrase en irlandais pour la libération des prisonniers politiques tout en bas. Il y a une répétition du mot « free », et donc une insistance sur la liberté. Comme pour le mural palestinien, les prisonniers politiques basques sont considérés comme oppressés, et on dénonce leur emprisonnement. Pour marquer une atteinte à la liberté politique, on mentionne un chiffre, celui des 700 prisonniers basques, en France comme en Espagne, dont Otegi est la figure, mais derrière lui, il y en a beaucoup d’autres. Cela rappelle que beaucoup d’Irlandais ont eux aussi été emprisonnés. Encore une fois, il y a une mise en avant des similitudes entre la cause républicaine et d’autres, ici la cause basque. Cela peut également rappeler à la mémoire des Irlandais, Bobby Sand, qui était un prisonnier politique irlandais et qui est décédé en prison lors d’une grève de la faim.

Comme dit précédemment, la connaissance d’Otegi demande un intérêt particulier pour la cause basque. Malgré le texte accompagnant le mural vu précédemment, le passant lambda de Falls Road ne semble pas savoir vraiment de qui il s’agit, contrairement à des personnes plus impliquées politiquement, selon différentes interviews. Cela est probablement le signe que, si solidarité il y a entre les républicains irlandais et d’autres luttes au niveau international, celle-ci est surtout maintenue par des personnes qui ont un intérêt important pour la politique et qui sont engagées. Un modeste rassemblement de 30 à 40 personnes a eu lieu à Belfast le 1er mars 2016, soit le jour de la sortie de prison d’Otegi. Cela démontre qu’une implication concrète de la communauté irlandaise pour les luttes au niveau internationale ne peut pas être généralisée.

Selon Pascal Pragnère (2014), les liens entre Basques et Irlandais sont réels et sont nés de leur cause commune pour l’indépendance vis-à-vis d’un pays tiers (Espagne et Royaume Uni) et qui a eu lieu dans une période de temps similaire. Au niveau politique, Sinn Féin (parti républicain) a commencé à prendre contact avec les Basques d’Herri Batasuna (parti indépendantiste) dans les années 70, de même qu’avec des organisations pro-palestiniennes et anti-apartheid en Afrique du Sud. Toujours selon le même auteur, dès lors Basques et Irlandais se sont régulièrement consultés, rencontrés, soutenus, et ont partagés leurs expériences, notamment dans le but d’améliorer leur lutte. Cette proximité politique s’est diffusée par la suite dans d’autres domaines, tels que l’art et le tourisme ; des échanges sur lesquels nous reviendrons ultérieurement.

Si les liens politiques semblent avérés, en visitant le site internet officiel du principal parti républicain d’Irlande du Nord, le Sinn Féin, nous ne trouvons pourtant pas la moindre allusion à des partis « frères » dans d’autres pays, ni aucune nouvelle du déroulement d’événements dans certaines parties du monde, telle que la Palestine. Les différentes rubriques se concentrent sur l’actualité politique en Irlande du Nord. Soit malgré le fait que deux magasins touristiques portent le nom du parti, que l’un d’entre eux, vendant des articles en références à d’autres conflits promeuve le site de Sinn Féin, le lien avec d’autres causes n’est pas affiché. Est-ce dû à un affaiblissement de relations internationales de Sinn Féin ? Ou a une volonté de ce parti de se concentrer avant tout sur les politiques Nord-Irlandaises ?

A Belfast, l’Irish Republican History Museum, toujours dans le quartier de Falls, a pour but d’informer, notamment la jeunesse, sur l’histoire de la lutte irlandaise pour la liberté. Il est donc centré sur la question des conflits ayant eu lieu avec le Royaume Uni. Pourtant, on y trouve exposé en premier plan, de manière donc valorisée, un présentoir contenant des pins et autres petits objets symboliques où sont représentés, au milieu de symboles irlandais et républicains, drapeaux basques, catalans, de la république espagnole et de brigades enrôlées dans la guerre civile espagnole. (A l’époque, de nombreux Irlandais s’étaient par ailleurs rendus en Espagne pour rejoindre les brigades internationales, et l’Irlande du Nord avait accueilli des réfugiés espagnols qui sont restés par la suite. Soit l’engagement d’Irlandais pour des causes internationales n’est pas récent). On peut interpréter la cohabitation de ces différents symboles dans un même présentoir comme la volonté de présenter ces combats comme similaires. La raison de cette présence s’explique par la mise en place d’un tourisme politique en Irlande du Nord : ces pins sont des donations laissées là par les visiteurs, qui comme on le voit, proviennent en particulier des zones indépendantistes de l’Espagne. Selon Pascal Pragnère (2014), il est même possible de suivre des tours politiques en langue basque, ce qui montre donc que ces deux régions du monde ont tissés des liens, qui on peut le supposer ici, ont des buts d’échanges politiques, culturels et économiques. L’auteur montre que les échanges artistiques et culturels entre Irlandais et Basques se manifestent également à travers des échanges d’artistes, créant parfois des murals les uns chez les autres. Dans les deux régions, des organisations de jeunesse ont mis en place des visites dans le pays frère, ce qui était souvent l’occasion de peindre de nouveaux murals. Si aujourd’hui l’Irlande du Nord est en processus de paix et si la violence a pris fin au Pays Basque, les liens demeurent et seraient même devenus personnels et familiaux dans certains cas.

Absence de solidarité chez les loyalistes. Pourquoi cette différence ?

Suite à ces observations, nous sommes en mesure de poser quelques hypothèses qui pourraient expliquer cette disparité aujourd’hui. La plus aboutie repose sur le contexte historique de l’Irlande du Nord ainsi que de la place dans l’environnement social de chacun des deux groupes. Explorer cette piste nous semble être un bon départ dans la compréhension de l’asymétrie que nous avons constaté. Nous commencerons d’abord par décrire le cas loyaliste, puis ensuite le cas républicain.

Le point de vue des loyalistes sur les conflits internationaux est assez simple d’après nos observations : leur intérêt est relativement faible, les symboles existants ont souvent une signification faible également. A l’exception du Mural Israélien proche de l’International Wall mais de l’autre côté de la peace line, qui est un hommage aux britanniques par Israël.

Ces éléments remis dans le cadre du conflit, nous voyons que les loyalistes ont dû faire face à une demande d’indépendance d’une région qu’ils considéraient comme étant la leur, et ont ainsi eu besoin de réaffirmer leur identité en tant que citoyens britanniques (Rolston, 1992).  On trouve dans cette explication également la raison de la plus grande violence des images diffusées par les loyalistes : les messages de ceux-ci étant en accord avec l’ure était quasiment inexistante (Lisle, 2006).

A l’inverse, les républicains, de par leurs intentions sécessionnistes, ne pouvaient pas bénéficier du soutien de l’t donc dû se rattacher à des idéaux transétatiques. Le premier thème abordé par les républicains fut donc le socialisme, et particulièrement le rattachement au mouvement muraliste mexicain (Lisle, 2006). En partant de cette base, on comprend vite la logique derrière la forte internationalisation des murals républicaines : il s’agit de légitimer sa cause en se revendiquant comme peuple oppressé par les structures politiques en place. Il est également naturel de penser que ce mouvement impactant l’espace public a largement influencé la perception que les nord-irlandais catholiques ont d’eux-mêmes et surtout de comment ils se situent par rapport aux autres peuples victimes d’oppression, expliquant ainsi le nombre élevé de symboles faisant référence à l’international dans les divers magasins analysés.
Pour résumer, il existe une vraie résonance internationale dans la cause républicaine qui n’existe simplement pas dans la cause loyaliste, cette dernière étant plus isolée (Lisle, 2006). La cause des différences d’intensité dont nous avons été témoins nous semble être donc à chercher dans les origines de chaque mouvement, mais surtout dans leur volonté et dans quelle mesure celle-ci rentrait en conflit avec l’autorité en place sur le moment.

Retourner à la page « Solidarité Internationale »

Conclusion – Solidarité Internationale

Conclusion

 

Notre recherche nous a amené à constater que la solidarité internationale était asymétrique entre les républicains et les loyalistes. En effet, nous avons pu observer une bien plus grande solidarité et importance accordée à d’autres conflits chez les républicains (autant à travers les murals qu’aux travers des divers magasins politiquement orientés que nous avons visité) que chez les loyalistes, où les symboles que nous avons analysés sont très peu ouverts sur d’autres causes à l’étranger et beaucoup plus centrés sur eux-mêmes.

Malheureusement, nous n’avons pas pu remonter l’échelle de production et de distribution des produits vendus dans les magasins, par manque de temps et de réponses. On pourrait aussi approfondir le terrain de recherche dans d’autres quartiers de Belfast et dans différentes villes du nord de l’Irlande, comme Derry/Londonderry. Il serait pertinent de creuser ces points-là dans des recherches futures. Un autre point intéressant à creuser serait la question de la réciprocité : en effet, savoir à quel point d’autres pays ou régions sont au courant de cette solidarité et s’ils partagent ce sentiment de cause commune. De voir aussi s’ils mettent en avant des symboles de solidarité dans l’espace public et si oui, sous quelle forme.

Finalement, nous conclurons ce travail par un retour sur notre expérience personnelle. Ce fut pour nous une première expérience de recherche sur un terrain. Cela nous a beaucoup apporté de faire notre travail de A à Z, en nous renseignant, choisissant notre sujet, réfléchissant à notre méthodologie, faisant nos premières expériences et erreurs de terrain. Ce fût une chance de découvrir un sujet non pas que par des livres et des cours, mais par le vécu, l’expérience, ainsi qu’une imprégnation directe avec le sujet. Et, malgré toutes nos difficultés, cela restera une expérience mémorable.

Retourner à la page « Solidarité Internationale »

Méthodologie – Solidarité Internationale

Méthodologie plurielle

 

Pour notre travail de terrain à Belfast, nous avons croisé plusieurs méthodes de recherche. En tenant compte du peu de temps de recherche à notre disposition, c’est-à-dire deux demi-journées, nous avons utilisé plutôt des méthodes qualitatives et non quantitatives car nous n’avions pas le temps et les moyens d’avoir les sources nécessaires pour faire des analyses statistiques et mathématiques.

Nous avons utilisé diverses méthodes qualitatives : observation, entretien semi-directif, géolocalisation et analyse d’image.

Premièrement, l’observation diffuse de l’espace public est notre méthode principale, elle nous permet d’identifier des symboles ou icônes liés à la représentation d’autres conflits ou luttes hors d’Irlande du Nord et ainsi de voir dans quelle mesure le conflit nord-irlandais est internationalisé à travers ces références et s’inscrit dans une solidarité avec d’autre groupes à l’étranger. Plus précisément, nous nous sommes appuyés sur les murals loyalistes et un mural républicain, sur les drapeaux et affiches, ainsi que sur les boutiques vendant des articles à caractère international (drapeaux, livres, …). Notre terrain s’est surtout limité au quartier de Falls, à tendance républicaine et au quartier de Shankill, plutôt loyaliste. Ce sont des quartiers plutôt populaires, situé dans l’espace péricentral, où les traces de la séparation, et la séparation elle-même demeure. Nous avons géo-localisé et photographié chacune de nos sources d’observation. De plus, dans les magasins où nous sommes allés, nous avons relevé, via un inventaire, chaque objet lié à l’international et si possible son lieu de fabrication. Puis, en partant de ce que l’on a trouvé sur place en lien avec d’autres conflits, nous avons analysé les symboles qui se rattachent à une mémoire collective de révoltes, conflits, pour à la fin tenter de répondre à notre problématique.

Deuxièmement, nous avons effectué des entretiens. Tout au long de notre semaine sur place, les divers intervenants, notamment les chauffeurs de Black Cabs, nous ont permis de mieux comprendre le contexte de l’Irlande du Nord et ses différentes facettes. Ainsi, nous avons pu avoir une idée générale et cela nous a donné des pistes concernant notre question de recherche. C’était des questions plutôt à découvert car les divers intervenants connaissaient notre statut d’étudiant en voyage d’étude. Ensuite, nous avons utilisé des entretiens, qui prenaient la forme de discussion, agrémentées de nos questions, pour mettre en lien ce que nous avions observé dans l’espace public et les pratiques des acteurs. Premièrement, nous avons questionné les personnes qui tenaient les magasins où il y avait des conflits internationaux représentés, pour essayer de comprendre le type de solidarité qu’ils se représentent, ceci à travers leurs connaissances du sujet, leur implication, l’origine de leurs produits, etc. Ces entretiens se sont déroulés à couvert. Afin de ne pas paraître trop intrusifs, nous avons préféré utiliser la prise de note et non l’enregistrement. Nous voulions aussi interroger les personnes fréquentant les magasins, mais malheureusement, il n’y avait personne au moment de notre terrain. Deuxièmement, nous avons effectué des micros-trottoirs devant les murals, ou devant les drapeaux qui étaient en lien avec notre sujet. Nous avons ainsi récolté à chaud les réponses des habitants de ces lieux. Cela nous a permis de voir leur connaissance du sujet, ou leur explication de tel ou tel autre symbole.

Tenant compte de l’éventuelle publication en ligne de nos résultats, nous faisons tout particulièrement attention au respect de l’anonymat de nos interviewés. Mais nous profitons aussi de ce support pour créer un rendu différent du support papier dont nous avons l’habitude, en intégrant par exemple, une carte interactive représentant notre terrain de recherche.

Critique méthodologique

Ce retour critique sur notre méthodologie ne sera pas séparé entre points positifs et négatifs, mais sera présenté de manière à essayer de montrer l’évolution des méthodes utilisées, nos réflexions autour de celles-ci et leurs limites.

Pour notre première demi-journée de terrain, nous n’étions probablement pas assez préparés, nous n’avions pas une démarche claire, une liste de choses à relever ni des questions précises. En effet, si nous comptions faire des interviews, nous n’avions pas prévu d’interroger des personnes travaillant dans des magasins. Pour résultat, nous nous sommes écartés de nos objectifs lors de notre premier entretien dans un magasin républicain. Ce que nous avons appris était intéressant mais cela s’éloignait de notre recherche et nous avons passé trop de temps sur une source qui n’était pas forcément représentative de la majorité. En effet, les personnes interrogées dans ce magasin avaient des opinions très tranchées et étaient partisannes d’un mouvement politique extrémiste. Par conséquent, faisant face à des personnes ayant de fortes personnalités, notre manque de préparation nous a amené à discuter de thèmes hors-sujet.

 Cependant cette expérience nous a permis de faire évoluer notre recherche. En effet, avant de partir, notre idée était de rechercher des symboles forts autour des murals, mais cela n’a pas été très concluant sur notre terrain et un autre groupe d’étudiant utilisait quasiment les mêmes sources de données. Cependant, notre rencontre avec les gérants de ce magasin nous a ouvert la piste de ne pas seulement nous intéresser aux murals mais à toutes autres représentations dans l’espace public, notamment les magasins (leur façade, l’inventaire, la provenance des articles, les fascicules et journaux mis à disposition, ainsi que l’arrangement des articles du magasin). Cela nous a amené à changer d’échantillon d’analyse, ainsi qu’à rajouter l’analyse de la façade et de l’intérieur des magasins dans notre recherche. Nous avions aussi prévu de mettre en commun, avec d’autres groupes, nos travaux pour qu’on puisse interroger un peintre de murals, mais dû à ce changement d’angle, cela est devenu moins pertinent. Nous pouvons donc voir une nette évolution de notre terrain et méthode entre nos deux demi-journées qui se caractérisent par une refocalisation sur les magasins et par une préparation beaucoup plus claire

Avant de partir, nous imaginions pouvoir interviewer chaque intervenant, mais cela n’a pas été possible concrètement par manque de temps et d’organisation. De plus, les questions de notre grille étaient trop larges. Nous n’avons pas pu faire une vraie analyse de discours avec les entretiens effectués à partir de notre grille de questions revisitée. En effet, nous n’avons pas pu enregistrer ou retranscrire en temps réel les réponses.

La limite principale de notre travail est le peu de temps que nous avions à disposition. Nous aurions voulu pouvoir passer plus de temps en dehors des quartiers de Falls et Shankill (notamment East Belfast qui a des murals un peu différents ou encore dans les quartiers dits plus « neutre »). Le fait d’avoir d’avoir enquêté dans les quartiers les plus nationalistes et loyalistes peuvent constituer un biais dans notre travail, car on y trouve des discours (à travers les symboles ou les interviews) politiques très orientés, pas forcément représentatifs de la situation politique globale.

Retourner à la page « Solidarité Internationale »

Analyse des données récoltées sur le terrain – Solidarité internationale

Analyse des données récoltées sur le terrain

Notre analyse se basera sur une étude comparative des données récoltées lors de notre séjour. Elle reposera sur 3 éléments que nous avons observés à la fois chez les loyalistes et les républicains :

  • Murals de soutien à d’autres conflits
  • Présence visuelle de soutien dans l’espace public (résidentiel)
  • Présence visuelle de soutien dans l’espace public (magasins, ainsi que leurs inventaires et l’origine des produits faisant référence à d’autres causes).

Enfin, une cartographie de ces éléments viendra apporter une représentation visuelle de la répartition de ces divers symboles à travers la ville de Belfast. Nous espérons avec cette analyse pouvoir réussir à déterminer quelles sont les potentielles différences entre les deux parties, et proposer des hypothèses cherchant à expliquer ces éventuelles différences dans l’espace urbain. Notre analyse sera appuyée par diverses photos ainsi que par des précisions quant à la géolocalisation des divers éléments.

Afin d’assurer une vision claire des éléments d’analyse, nous les répartirons dans les deux classes suivantes : Loyalistes et républicains.

Eléments loyalistes
Eléments républicains

Il est également intéressant de noter que, lors de nos observations dans des quartiers mixtes du centre-ville, il y a une absence totale de symbole autant d’un côté que de l’autre.

Cartographie

Pour voir la carte en pleine écran, cliquer ici.