Annexe

Questionnaire & Guide d’entretien

 

Questions pour les passants:

    1. Êtes-vous du quartier ou de passage? Are you from the neighborhood or are you just passing by?
    2. Que pensez-vous de ce mural? What do you think about this mural?
    3. Est-ce que vous êtes au courant des raisons pour lesquelles cette fresque à été peinte? Do you know the reason of its painting?
    4. Pensez-vous que la réalisation de ce mural était une bonne idée? Do you think the realisation of this painting was a good idea?
    5. Vous souvenez-vous de ce qui y figurait avant les super-héros? Que pensez-vous du changement? Do you remember what was here before the superheroes? What do you think of the change?
    6. Pensez-vous que la peinture de ce mural a renforcé la cohésion du quartier? Do you think that the painting of this mural reinforced social cohesion in the quarter?

Guide d’entretien pour l’interview de Steven Corr:

  1. Avez-vous une idée de la raison pour laquelle le mur des super-héros a été peint? Do you have an idea of why the superhero wall was painted?
  2. Pourquoi pensez-vous que cet emplacement a été choisi? Why do you think this spot was chosen?
  3. Savez-vous comment ont réagi les gens après la création de ce mural? Do you know how the people reacted after the creation of this mural?
  4. Pensez-vous que le mural a le même effet aujourd’hui sur la communauté de Sliabh Dubh que lors de son inauguration? Do you think that the mural still has the same effect on Sliabh Dubh’s population as when it was inaugurated?
  5. A votre connaissance, y a-t-il d’autres projets de ce genre en cours? Do you know if there are other projects of the same type in course?
  6. A quel point s’est impliqué la mairie dans le projet de création de ce mural? How was the City Hall involved in the creation of this mural?
  7. Y a-t-il une dimension touristique au mural des super-héros? Est-ce un de ses buts? Is there a touristic dimension to the superheroes wall? Is that one of its purposes?
  8. Avez-vous une idée de comment gérer les images du conflit sans raviver la haine qui y est liée? Do you have an idea of how to handle conflict-related images without reviving the hatred?

Données et Analyse

Nous allons présenter nos données par thématiques, regroupant ainsi des informations obtenues de différentes sources pour en faire le lien et les analyser en faisant ressortir des tendances.

1) Projet du mural:

[Informations récoltées avant le voyage] Le projet du mural des super-héros date de 2013 et a été réalisé par Danny Devenney, peintre républicain spécialisé en murals, avant quoi le mur abritait des graffitis. Le design de cette façade a été imaginé par les jeunes de la communauté du quartier, et sa réalisation a été possible grâce au support de plusieurs organisations: the Housing Executive Sliabh Dubh Residents Association, the Fold Housing Association, the Black Mountain Shared Spaces Project et the Upper Springfield Development Forum1. Ces différentes associations de quartier ont toutes pour objectif une bonne cohésion sociale des habitants. Le programme du Building Relationships in Communities, appelé BRIC, est celui qui a commandé la réalisation de cette peinture, avec le but d’embellir les relations entre les habitants de la région, étant donné que le but premier de ce programme est celui de l’amélioration de relations entre différentes communautés de l’Irlande du Nord.
[Données d’entretien] L’aboutissement du projet du mural sur les super-héros a rencontré quelques soucis. En effet, les opposants au mural soulignaient le fait que peindre une telle fresque tuerait l’histoire et que des représentations du conflit seraient plus éducatrices et bénéfiques pour les enfants.

[Questionnaire aux passants] Ce mural était destiné aux enfants du quartier.

Analyse: Nous avons pu récolter les informations de factuelles en amont. Nous nous sommes aperçu que, contrairement à ce que l’on pensait a priori, les passant ne savait pas grand chose du mural des super-héros. Du moins c’est le cas des quatre personnes que nous avons eu l’occasion d’interroger. S’ils ne le savent pas pertinemment, les passants interrogés ont cependant l’air d’avoir compris que le mural des super-héros est effectivement destiné aux enfants. Pour ce qui est des données récoltées lors de l’entretiens avec le conseiller Steven Corr, nous sommes dans l’obligation de le croire sur parole faute d’avoir une confirmation de ses propos par un potentiel contestataire du projet.

2) Mural des super-héros:

[Observations]

– Atmosphère: Les seuls points à relever sont la permanence du bruit des voitures passant sur la route principale, se situant juste à côté du mur, ainsi que les bavardages en provenance de l’école du quartier.

Analyse: L’atmosphère relevée semble en accord avec les objectifs premiers de la réalisation du mural, étant donné la proximité d’une école, qui garantit donc le passage d’enfants devant la fresque.

– Mesures: longueur d’environ 11m19.

Analyse: Ce mural est relativement long, par rapport à d’autres fresques que nous avons eu l’occasion d’observer à Belfast. Nous pouvons donc imaginer que ses dimensions augmentent son impact dans l’espace public.

– Situation du mural:

[Observation] Nous avons repéré une fresque commémorant les évènements du “Bloody Sunday” de 1972 à quelques mètres derrière notre mural.
Nous avons également découvert, de l’autre côté de la rue et perpendiculairement à notre mural, une fresque représentant des princesses Disney.
[Questionnaire aux passants] Le mural a été peint à cet emplacement, car le quartier de Sliabh Dubh existe depuis une dizaine d’années et est donc relativement récent, et car l’école primaire John Paul II se trouve aux alentours.
[Données d’entretien] Sliabh Dubh signifie “Black Mountain” en gaélique, en référence à la colline se trouvant à l’ouest du quartier. Avant de récemment être transformée en zone résidentielle, une fabrique se situait là où se dresse aujourd’hui le quartier.

Analyse:
– Le mot “massacre” en lettres capitales est visible de loin depuis la route ainsi que depuis le quartier résidentiel. Pour ces raisons, la mise en place du mural des super-héros sur les murs de l’entrée dans Sliabh Dubh à un impact d’autant plus fort, car la présence de ces personnages mythiques pour les enfants apporte de la couleur au paysage, contrastant avec la présence négative et sombre du mot “massacre” non loin de là.
– Nous observons que la notion de l’école primaire revient, ce qui signifie que notre supposition lors de l’observation de l’atmosphère du mural est vérifiée par l’un des habitants du voisinage.
– Le mural de princesses augmente considérablement la contribution de la représentation non-partisane dans l’espace public, de part ses aussi grandes dimensions que celui des super-héros.

– “Légende” du mural: Une plaque figure dans le coin de la fresque, en haut à gauche, stipulant: “Supported by bric programme through European Peace III programme”, et comportant également les logos de chaque entité ayant participé au projet de réalisation du mural.

Analyse: Le nom complet du programme est “EU Programme for Peace and Reconciliation in Northern Ireland and the Border Region of Ireland”, ce qui le rend pertinent avec notre sujet. De plus, il a été mis en action de 2007 à 2013, sa fin coïncidant parfaitement avec la planification et réalisation du mural des super-héros. Le but de ce programme était de renforcer le progrès vers la paix et vers une société stable et de promouvoir la réconciliation entre les communautés d’Irlande du Nord. Le programme visait à améliorer les relations communautaires au niveau local, tout en rendant compte du passé, et créer des espaces publics ouverts et partagés. La spécificité de ce projet est le fait que son financement fut en partie opéré par des association communautaires et des partis volontaires, qui étaient ensuite libres de contacter l’autorité responsable de leur région pour mettre vie à différents projets.
Le mural des super-héros a donc été réalisé à des buts dépassant le simple objectif de rendre heureux les enfants, comme ce que nous verrons plus loin, pensent les passants rencontrés.

3) L’impact du mural:

[Données d’entretien] Ce projet a l’avantage d’avoir permis aux jeunes de la communauté de s’exprimer d’une manière semblable à celle des peintres adultes.
[Questionnaire aux passants] Un de nos interrogés, un habitant du quartier, nous témoigna son ressenti d’une meilleure cohésion sociale depuis la présence des deux murals dédiés aux enfants dans le paysage. Il souligna également que ce mur anciennement vierge n’était pas respecté par les enfants, qui jetaient leurs ballons dessus, n’y portant aucun intérêt; fait complètement absent à présent que ce mur en question est recouvert de leurs idoles. Il nous fit part de son opinion sur le mural: grandir autour de fresques telles celle des super-héros est bénéfique pour les enfants, et la création de nouveaux murals semblables est, selon lui, un très bon moyen de construire un meilleur avenir pour les futures générations.
Un autre de nos interviewés était un homme du troisième âge, accompagné de son petit fils. Ils n’habitaient pas le quartier, mais au Sud de Belfast, et se trouvaient là, à prendre des photos, car ils avaient découvert l’existence de ce mural dans un livre et que l’enfant exprima l’envie d’avoir des photos de soi-même accompagné de ses héros favoris.
Les impressions étant le plus ressorties sont le fait que le mur des super-héros est très apprécié.

Analyse: Avec un but de faire ressortir le ressenti général des habitants sur la fresque et les effets de sa réalisation sur la communauté, nous nous sommes basées sur une analyse comparative des résultats du questionnaire, nous concentrant sur les points communs des réponses de sorte à en ressortir une tendance. Bien que nos résultats ne peuvent être généralisés, étant donné que notre échantillon n’est pas représentatif de la population, ils nous permettent tout de même d’avoir une vague idée de l’impact social du mural étudié.

L’information étant le plus ressortie est le bénéfice du mur des super-héros pour les enfants du quartier; et nous pouvons affirmer qu’au travers du fait que des habitants de Belfast se déplacent pour le voir, il est très apprécié par les jeunes générations et constitue une attraction qui les attire.
Le respect de jeunes envers le mur pourrait être considéré comme le résultat d’un impact éducatif de ce mural.

4) Région de Ballymurphy:

[Entretien] Il existe un projet en cours visant à relancer l’économie du quartier par la construction d’un nouvel hôtel destiné aux touristes à côté du cimetière de Ballymurphy, de sorte à créer des emplois pour les habitants des environs.
La zone de Ballymurphy observe déjà depuis un bon moment des problèmes de drogue et de suicide. Actuellement, deux projets de murals sont en cours et ont comme thème le suicide et comme objectif sa prévention. «Children can spell better the word suicide than the word happiness», qui veut dire “Les enfants savent mieux épeler le mot suicide que le mot bonheur”.
Lors du tour de la région avec le conseiller, nous avons découvert un mural relativement long sur Beechmount Avenue. Celui-ci est recouvert de portraits de victimes catholiques assassinées durant le conflit. Juste en face se trouve un mémorial aux morts ayant pris directement part au conflit et étant pour la plupart membres de l’IRA. Steven Corr nous précisa qu’un tel mural a une forte influence psychologique sur les enfants passant devant tous les jours sur leur trajet scolaire. Ce phénomène avait été sa principale motivation pour soutenir le projet d’un mur non-partisan, dont le contenu serait choisi par les enfants et donc beaucoup plus joyeux et positif pour leur moral qu’un nouveau mural traitant du conflit de Belfast. Il a aussi été inspiré par la citation de Bobby Sands présente sur le trottoir d’en face du mural “MURDERED”. Celle-ci dit: «Our revenge will be the lauther of our children», qui en français veut dire “notre vengeance sera le rire de nos enfants”.

Analyse: L’inquiétude des habitants de Belfast pour les futures générations tend à beaucoup ressortir lors de discussions avec eux. En effet, nous pouvons nous poser la question de l’impact du conflit sur les enfants et des mesures prises pour le minimiser. Notre hypothèse initiale, comme quoi l’art non-partisan serait un moyen d’atténuer l’héritage négatif du conflit, est corroborée par le discours du conseiller. Cela dit, ce postulat ne peut être étendu à d’autres personnes, étant donné l’absence de données supplémentaires à ce sujet.
Le mot “MURDERED” écrit en rouge et en gras parsème le mural de Beechmount Avenue, étant écrit sous chacune des photos et sautant directement aux yeux, scandalisant les évènements auxquels le mural réfère. Nous observons un phénomène de glorification des héros de guerre et de dénigrement des loyalistes, considérés ici comme des meurtriers de masse. La rue sur laquelle se situe ce mural a, de part le mémorial se situant en face et la mise en avant des événements macabres, un aspect de cimetière et de lieu de mémoire tragique.

5) Thématique du non-partisan:

[Questionnaire aux passants] Selon l’un de nos interrogés, les murals de Belfast traitant du conflit sont très éducatifs et ne devraient en aucun cas être retirés.

[Données d’entretien] La destruction d’un mural tel que celui des portraits “MURDERED” aurait un impact chaotique auprès de la communauté, car les visages sur ce mur sont familiers et appartiennent à des personnes que les habitants ont réellement connu. Le fait de garder ce genre de représentation macabre serait donc un moyen de perpétuer la gloire de ces victimes et d’évier des effusions de violence, ainsi qu’un outrage général.
Le point fort d’un mural tel que celui des super-héros serait, pour le conseiller, le fait qu’il apporte de la joie et de l’espoir aux nouvelles générations; en contraste avec les représentations dénonçant les loyalistes comme les coupables absolus de la mort d’un grand nombre de victimes.
Nous avons également appris lors de cet entretien que chaque région s’occupe des murals qui sont dans ses délimitations. Les fresques peintes sur les murs sont soit financées par le ministère, soit par des associations ou des groupes d’art. La mairie n’est aucunement inclue dans aucun projet de mural et aucune demande n’a besoin de lui être formulée pour la création de nouvelles fresques.
Steven Corr nous a appris que les murals non partisans constituent 10% de ceux de Belfast et se situent dans des quartiers périphériques, comme Sliabh Dubh. Cette politique de création de murals n’ayant aucun rapport direct avec le conflit entre les républicains et les loyalistes consiste à mettre en avant la culture et le sports. Il nous a expliquées qu’il ne s’agit pas d’effacer l’histoire, mais de mettre en valeur d’autres aspects de Belfast dont les citoyens peuvent être fiers et qui ne suscitent pas une émotion qui engendrerait des actes de violence. La localisation des muraux non partisans est choisie principalement au hasard, selon les lieux où il y a de la place.
Lors du tour, nous avons également été amenées devant une fresque non partisanne, sur Beechview Park, nommée Olympic medal winner, représentant le Titanic et les jeux olympiques. Steven Corr nous apprend que la peinture de cette fresque a coûté six milles livres sterling; fait déconcertant lorsque l’on observe son état d’aujourd’hui. Le mural à été vandalisé et des graffitis le recouvrent à de multiples endroits.

Analyse: Nous pouvons faire un lien avec ce qui a été dit lors de la conférence de Naomi Doak et de Robert Heslip sur la politique touristique mise en place par la municipalité de Belfast, les questions d’héritage du conflit et le dark tourism (voir article Conférence sur le tourisme: Quel avenir pour Belfast?); le problème qui réside avec les murals non-partisans est qu’ils sont contradictoires avec la promotion du dark tourism de la ville de Belfast, car ils effacent le passé conflictuel pour lequel les touristes viennent visiter les lieux. En revanche, ce nouveau type de murals est en accord avec la promotion du “phoenix tourism” que la municipalité essaye de mettre en avant, dans le but de montrer un aspect plus positif de la ville.
Nous observons une tendance des habitants à penser que les murals traitant du conflit sont éducatifs et méritent leur place dans la vie des nouvelles générations grandissantes, étant donné qu’ils rendent compte de l’histoire de leur patrie.
De plus, nous observons chez le dirigeant de la région de Ballymurphy une volonté de mettre en avant des aspects de la ville autres que ceux du conflit, auxquels chaque habitant pourrait s’identifier sans ressentir de la haine.

Pour ce qui est du mural Olympic medal winner, nous avons eu la confirmation qu’il a été peint pour la paix et illustrer d’autres symboles de fierté auxquelles les belfastois peuvent s’identifier. Il entre donc bel et bien dans le registre des murals non-partisans pour une meilleur cohésion sociale2.


6) Politique du conseiller:

[Données d’entretien] Steven Corr essaye d’appuyer les projets de peinture de tous types de murals, principalement dans l’optique de léguer un patrimoine plus joyeux aux nouvelles générations tout en perpétuant la mémoire des conflits de Belfast. Il nous a informées qu’il organise chaque été, en août, un festival à Belfast pour les enfants: «kids party», où figurent barbecues et jeux. Le but de ce festival serait d’apporter une meilleure cohésion dans le quartier, ce qui nous amène à la tactique du conseiller pour dépasser le conflit: faire en sorte que les enfants ne se sentent plus concernés par celui-ci.
Il faudrait, d’après lui, essayer de concilier les projets historiques avec les culturels, car les régions où se trouvent les murals sont principalement des régions de dépression sociale.

Analyse: Gardant en tête le fait que ce genre de discours est typique d’un agent politique et pourrait éventuellement figurer dans sa campagne, nous pouvons tout de même dire que cette diversité a une chance de promouvoir les murals non-partisans dans la région de Ballymurphy. De plus, nous avons pu observer, en voyant notre interviewé interagir avec des passants, qu’il est effectivement proche de sa communauté, et de par son attitude familière lors de notre entretien, nous pouvons dire sans trop nous avancer qu’il est fortement investi dans son domaine politique.

[1] HousingExclusive (18 décembre 2013), Art project has super impact on community spirit, [En ligne] URL: http://www.nihe.gov.uk/news-art-project-has-super-impact-on-community-spirit

[2] Beyond the Walls (2012), Olympic Medal Winners, [En ligne] URL: http://beyondthewallsthefilm.com/portfolio/arabeh-prisoner-mural/

Bibliographie commentée

Cette vidéo-reportage nommée “Olympics medal winners”, en référence au mural réalisée par Danny Devenny, Mark Ervine, Marty Lyons et Liam MacGabhann, parle du fait que depuis les accords de paix, les peintres de murals loyalistes et républicains travaillent ensemble. Depuis la fin du conflit, la moyenne de suicides des jeunes a augmenté et la consommation de drogue aussi. Les artistes tentent d’aider ces jeunes en difficulté avec la création de murals tels que celui sur les Jeux Olympiques, créé en 2012, lorsque ceux-ci se déroulaient à Londres.

  • CURRAN Barry, MATIER Philip (17 janvier 2010), «Paint for peace», in Northern Visions NvTv Vimeo, [En ligne] URL: https://vimeo.com/8795619, consulté le 06.01.2016.

C’est une vidéo reportage nommée “Paint for Peace” publiée par la chaîne de Northern Visions NvTvPRO sur Vimeo. Ce reportage nous parle de deux peintres de murals de deux bords politiques opposés, Danny Devanney (républicain et peintre du mur des super-héros) et Mark Ervine (loyaliste) qui vont travailler ensemble et apporter une vision positive du futur grâce à leur art. De cette rencontre va naître une amitié où il n’est plus influencée par le milieu de provenance de chacun.

Le Housing Executive à été impliqué dans la création du mur des super-héros. Ce site nous explique en quoi il consiste; il est présenté comme étant l’autorité de la stratégie de logement de l’Irlande du Nord établie en 1971, offrant des services sociaux de rente. Cet organisme s’occupe d’environ 90’000 logements dans le Nord de l’Irlande. Ce qui est intéressant est que cette organisation s’est impliquée dans le mur des super-héros alors qu’elle est orientée sur les logements. On peut en déduire qu’elle estime que le mur des super-héros est un élément positif dans le décor urbain, et donc que cela peut inciter les gens à emménager dans ce quartier.

C’est dans cet article que nous avons trouvé le nom de l’artiste, Danny Devanney, qui a peint le mur des super-héros, ainsi que ses commanditaires, Building Relationships in Communities (BRIC), et les associations en soutien du projet: the Housing Executive Sliabh Dubh Residents Association, the Fold Housing Association, the Black Mountain Shared Spaces Project et the Upper Springfield Development Forum. Il nous informe aussi que ce mural attire beaucoup l’attention. Cet article nous a été capital pour commenter notre problématique.

Cet article parle de l’inauguration du mur Olympic medal winner, mentionnant le fait que “cette fois ça n’a rien a voir avec la politique”. Cet article nous intéresse car ce mural a, comme celui des super-héros, été peint pour égailler le tajet des enfants se rendant à l’école.

Cet article explique l’European Peace III Programme, figurant sur la plaque découverte sur la fresque des super-héros, nous apprenant par exemple que le nom entier du programme est “EU Programme for Peace and Reconciliation in Northern Ireland and the Border Region of Ireland” et qu’il est donc intéressant pour notre problématique.

Le rôle de l’offre touristique belfastoise dans la perpétuation de la mémoire des « Troubles »

Par Emilie Guibert et Valentina Ferreira Gutiérrez

1. Introduction

1.1  Contexte

L’Irlande du Nord fut le théâtre d’intenses conflits entre le 5 octobre 1968 – date de la Civil Right March à Derry – et le 10 avril 1998 – date qui marque l’Accord du Vendredi Saint[1]. Ces derniers ont opposé les républicains, militant pour le ralliement à l’Irlande, et les loyalistes, fidèles à la couronne d’Angleterre. La plupart des affrontements civils se sont déroulés à Belfast, ville considérée comme étant la « miniature urbaine du conflit national » (Ballif, 2012, p.116). Ce contexte d’affrontements n’était pas propice au développement touristique de la capitale qui pâtit durant de longues années des images de violence et de ségrégation diffusées à travers le monde. En effet, dès 1969, on assiste à la construction d’un mur, dit « de la paix », séparant physiquement les communautés catholiques et protestantes. La période des Troubles contribua au développement d’un imaginaire touristique associant Belfast à l’instabilité et à l’incompréhension culturelle (Morand, 2009), ce qui explique le fait que l’Irlande du Nord n’ait pas été privilégiée en tant que destination touristique durant près de trente ans. Cependant, l’accord de paix de 1998 marque le début de l’expansion d’un nouveau tourisme en Irlande du Nord. Depuis, les compagnies aériennes desservent à nouveau la capitale régionale et le nombre de visiteurs serait passé de 1.6 millions en 1999 à 6.8 millions en 2006 (Morand, 2009, p.39). Les moteurs du développement de ce nouveau tourisme sont multiples: d’une part, le gouvernement nord-irlandais s’est servi de cet instrument afin de diversifier ses ressources économiques (Legrand, 2002); d’autre part, cette ouverture au tourisme a contribué au renouvellement de l’image de la ville (Ballif, 2012). Dans le cadre de cette politique touristique, des espaces urbains et les traces du conflit sont « mis en tourisme » afin de susciter l’intérêt des touristes tout en perpétuant la mémoire de ce dernier.

Aujourd’hui, Belfast fait partie des destinations nouvellement « ré-ouvertes » au tourisme (Morand, 2009) : les traces matérielles des Troubles ont été patrimonialisées et sont exploitées en tant que ressources touristiques par des acteurs privés et publics (Naef, 2013). Ce patrimoine qui comprend les murals, symboles de la lutte entre deux communautés (Ballif, 2014) et témoignages de la guerre civile, sont très prisés par les visiteurs. Ceux-ci sont mentionnés dans les guides touristiques comme étant des «hauts-lieux de la ville » (Ballif, 2012, p.118), de par leur représentativité de l’histoire de Belfast. Dans le cadre de notre travail, nous les considérerons comme étant des supports de mémoire, car les discours les accompagnant sont souvent porteurs d’expériences personnelles. On le verra par la suite, les acteurs touristiques ont tendance à mettre en scène leur vécu lorsqu’ils font visiter certains monuments ou lieux historiques. Mis à part les murals, il existe d’autres supports de mémoire dont la nature varie.

Il existe d’une part des symboles matériels parmi lesquels figurent des musées,  des mémoriels ou des quartiers ayant été touchés par les affrontements, comme ceux de Shankill et Falls. D’autre part, on retrouve aussi des supports de mémoire immatériels et symboliques tels que des témoignages oraux. Cependant, malgré cette diversité de supports, les murals constituent, au vu de ce que nous avons pu observer lors de notre séjour, l’élément le plus récurrent proposé par l’offre touristique orientée vers la thématique des Troubles. Enfin, le fait que les touristes prêtent une attention grandissante à l’égard de ces sites emblématiques du conflit reflète, selon nous, leur désir de participer à la perpétuation de la mémoire de ce dernier (Morand, 2009, p. 45).

1.2 Les concepts relatifs au tourisme mémoriel

Mener une étude dans ce contexte implique de définir au préalable certains concepts. Nous tirerons de la littérature certaines définitions afin de poser un cadre théorique qui nous servira de base pour notre développement. Nous définirons donc de manière précise ce que nous entendons lorsque nous mentionnons les notions de mémoire, lieu de mémoire, mise en tourisme et tourisme mémoriel.

Dans sa thèse, Anne-Céline Morand reprend les dires de Pierre Morand qui stipule que « (…) la mémoire est la vie, toujours portée par des groupes vivants et à ce titre, elle est en évolution permanente, ouverte à la dialectique du souvenir et de l’amnésie inconsciente de ses déformations successives, vulnérable à toutes les utilisations et manipulations, susceptible de longues latences et de soudaines revitalisations. » (Morand, 2009, p.9). La mémoire s’oppose donc à l’histoire dans le sens où elle fait référence à des faits dont il existe encore des témoins vivants, créant de ce fait un lien entre les temps chronologiques du présent et du passé. La mémoire suppose donc qu’une personne physique soit porteuse de cette dernière. Par ailleurs, la mémoire est sujette à des transformations au fil de sa transmission contrairement à l’histoire qui est une reconstruction incomplète mais immuable de ce qui n’est plus (Morand, 2009, p.9).

Il existe un lien entre mémoire et espace, car la mémoire tend à s’incarner dans des lieux ou des représentations de lieux (Petitier, 1989). De là découle la notion de lieu de mémoire. Selon Jean-Didier Urbain, un lieu de mémoire n’est pas une destination comme les autres. Elle n’existe pas en soi, mais par un regard spécifique.  Celui qui se souvient transforme un simple lieu en réceptacle d’un passé toujours vivant dans les mentalités (Urbain, 2003). Le lieu de mémoire peut être topographique, monumental ou symbolique (Petitier, 1989) mais reste indissociable de celui qui le pense. Tout comme dans la notion de mémoire explicitée ci-dessus, on retrouve, dans la définition du lieu de mémoire, le lien existant entre ce qui est passé et ce qui est présent.

Ces lieux peuvent, selon l’expression employée par l’Equipe MIT, être mis en tourisme (Equipe MIT, 2000). Cette mise en tourisme consiste en la construction d’une désirabilité de ces lieux potentiellement associés à la violence, à la mort, au deuil, et au sacrifice (Hertzog, 2012). Dans le cas de notre étude, les lieux de mémoire sont construits par les acteurs touristiques comme destinations  séduisantes pour le visiteur. Ce processus tend à transmettre un message contribuant à la construction d’une image de la ville censée susciter l’intérêt du touriste (Hertzog, 2012).

Enfin, ces lieux de mémoire sont mis en tourisme dans le cadre d’un tourisme mémoriel. La définition de ce type particulier de tourisme mentionnée par Jean-Didier Urbain est la suivante: «A l’intérieur d’un territoire, il est outil de consolidation d’une unité culturelle, d’une construction identitaire, d’une formation des peuples. A l’extérieur, pour le visiteur à la culture d’accueil, il est vecteur de diffusion d’une image, d’une identité culturelle » (Urbain, 2003, p.6). Le tourisme mémoriel suppose donc un individu porteur d’une mémoire, qu’il transmettrait à des fins de création identitaire et de lutte contre l’oubli. C’est un tourisme du passé sans être un tourisme passéiste ou nostalgique qui reviendrait à un simple « retour aux origines » (Urbain,  2003). Il permet de perpétuer la mémoire des événements passés en les rapatriant dans le présent et en les transmettant à autrui. Vecteur de conscientisation historique de celui qui en fait l’expérience, ce type de tourisme contribue à l’acceptation du passé et participe indirectement au maintien de la paix sociale en créant une certaine d’intercompréhension culturelle.

Notre cadre théorique étant défini, nous allons pouvoir passer à la présentation des enjeux sous-jacents à notre thématique, ainsi qu’à la problématique qu’elle soulève. Au fil de ce travail, nous reviendrons souvent sur ces différentes définitions.

1.3 Problématique et enjeux

C’est dans le cadre de la mise en tourisme d’éléments relatifs aux Troubles que notre démarche s’inscrit. Dans une ville qui a souffert de violents affrontements, les murals, les mémoriels et certains quartiers constituent des preuves matérielles des événements passés. Il sera question ici de comprendre comment le tourisme belfastois cherche à faire connaître l’histoire des Troubles aux visiteurs. Notre travail consistera en une analyse de l’offre touristique à travers la perspective du tourisme mémoriel, ou tourisme de mémoire. Comme mentionné ci-dessus, ce type de tourisme à vocation pédagogique fait référence à un phénomène ancien ayant débuté avec la Première Guerre Mondiale, et qui a contribué dès les années 1990 à la production d’un imaginaire touristique (Hertzog, 2012). Dans ce contexte, les traces de guerre deviennent une ressource mobilisée par les acteurs de l’offre touristique. Nous analyserons donc comment ces derniers font appel à la mémoire du conflit ayant sévi entre 1969 et 1998 en étudiant la mise en tourisme des murals et des autres éléments porteurs de mémoire.

À travers notre approche mémorielle de l’offre touristique belfastoise, nous pouvons voir émerger deux enjeux. Premièrement, on constate que les discours d’anciens prisonniers politiques et d’autres personnes ayant vécu ou participé au conflit sont mobilisés par l’industrie touristique. D’une part, nous pouvons penser que cette mise en scène s’inscrit dans une logique de recherche de profit, car les touristes ont tendance à être attirés par les anecdotes personnelles. De ce fait, cette tendance peut être instrumentalisée à des fins économiques. D’autre part, la mise en scène de discours peut également répondre à la volonté de transmettre à autrui la mémoire des événements passés. Dans le cadre de notre thématique, nous allons plutôt nous pencher sur ce second aspect car il peut être mû par un enjeu de sensibilisation. Lorsque nous avons rencontré un conducteur de Black Cab, nous lui avons posé des questions sur les motivations qui l’ont poussé à devenir guide touristique. Ce dernier nous a alors répondu qu’il était nécessaire que les individus soient conscients de la gravité de la situation ayant sévi à Belfast. De ce fait, il est selon lui primordial de sensibiliser le visiteur par le biais de la transmission d’expérience personnelle. De manière générale, il s’agit donc de faire comprendre aux touristes pourquoi les évènements se sont déroulés ainsi, en explicitant les raisons qui ont poussé les acteurs présents à l’époque à agir de la sorte. Plus qu’une justification de leurs actes, ces expériences personnelles sont mobilisées dans le but de sensibiliser les touristes à la situation locale afin que ces derniers assimilent au mieux la mémoire du conflit.

Deuxièmement, nous avons décelé un enjeu pédagogique lors de notre analyse de l’offre touristique. On peut considérer que les acteurs de ce milieu ont pour but d’instruire le visiteur dans le cadre d’un tourisme mémoriel. Outre le fait d’inculquer certaines connaissances historiques, une des raisons de la vocation pédagogique de ce type de tourisme peut être, selon nous, de promouvoir l’intercompréhension culturelle. En effet, nous pensons que le fait de transmettre l’histoire du conflit à autrui par le biais du tourisme mémoriel peut engendrer plus de réceptivité, permettant une meilleure assimilation des éléments historico-culturels locaux. Ce tourisme pédagogique conduit donc celui qui en fait l’expérience à adopter une attitude plus critique envers la situation belfastoise et envers lui-même, à condition que celui-ci effectue un travail de distanciation et ne considère pas chaque récit personnel comme étant la seule et unique version des événements passés.

1.4 Question de recherche et hypothèses

Après avoir établi le contexte ainsi que les enjeux de notre thématique, nous allons définir notre question de recherche. On observe dans l’offre touristique de la capitale régionale une volonté de mettre en avant son identité ainsi que la manière dont la population a vécu le conflit. Ce processus s’opère à travers la présentation de la mémoire belfastoise aux touristes (Morand, 2009, p.56). L’offre touristique actuelle diffère beaucoup de celle qui a directement fait suite à la période des Troubles. Peu de temps après l’Accord de Paix de 1998, il s’agissait de faire oublier ce sombre épisode – c’est d’ailleurs ce que certains prestataires publics continuent de faire, pour des raisons de neutralité, ou dans l’espoir de donner une meilleure image de la ville.

Cependant, la mémoire du conflit est aujourd’hui mise en avant par divers prestataires, notamment par des agences touristiques privées. Ces derniers proposent différents types de circuits, appelés Political Tours (Morand, 2009, p.63). C’est dans le cadre de la mise en scène de la mémoire par l’offre touristique que réside tout l’intérêt de notre travail. La question à laquelle nous allons tenter de répondre sera donc la suivante:

Comment l’offre touristique belfastoise inclut-elle le touriste à la production de mémoire? Comment l’espace est mobilisé par l’offre touristique belfastoise dans le cadre de la territorialisation de la mémoire?

Trois hypothèses découlent de ces deux questionnements. Celles-ci nous aideront à orienter nos recherches.

H1: Les acteurs de l’offre touristique mettent en scène des récits personnels dans le cadre de visites interactives qui stimulent la co-construction de mémoire.

A travers le concept de « récits personnels », nous entendons toutes les expériences vécues et les témoignages du conflit mis en avant par l’offre touristique. De manière générale, nous nous attendons à faire l’expérience de visites touristiques interactives, durant lesquelles notre opinion et notre ressenti sont sollicités. En ce qui concerne les prospectus touristiques des agences locales, nous pensons y retrouver des expressions faisant allusion à un retour dans le temps, ou nous proposant une certaine immersion dans l’époque des Troubles, ce qui aurait pour but la stimulation de la co-construction de mémoire.

Lors des Political Tours, nous nous attendons à être plongées dans le vécu très personnel des guides touristiques ayant participé à la période des Troubles. Ainsi, cela nous aidera à nous rapprocher de ces derniers et à développer une certaine empathie envers eux. Ce processus conduit à un glissement entre la position de chercheur et celle de touriste, ce qui peut potentiellement biaiser la validité de nos résultats. Cependant, nous effectuerons un travail de distanciation et d’objectivation lors du traitement de notre matériau d’analyse, bien que l’objectivité totale constitue un objectif inatteignable.

H2: L’offre touristique met en place des circuits pédagogiques qui amènent le visiteur à participer activement à la perpétuation de la mémoire du conflit.

Lors des visites touristiques, nous nous attendons à être instruites sur l’histoire des Troubles. De ce fait, nous espérons qu’à la fin de notre séjour à Belfast, nous disposerons de tous les éléments nécessaires pour nous forger notre propre opinion à l’égard de cette période. Le fait d’avoir assimilé en profondeur les événements ayant sévi durant les Troubles nous permettra peut-être d’être capables de transmettre ce savoir acquis à autrui, ce qui fera de nous des personnes actives dans la perpétuation de la mémoire de l’histoire belfastoise.

H3: Il existe un processus de territorialisation de la mémoire en certains lieux spécifiques.

Finalement avec cette dernière hypothèse, nous nous attendons à voir une répartition et/ou une territorialisation de la mémoire en certains lieux ou secteurs spécifique de la ville. La territorialisation de la mémoire conduit l’individu à associer un souvenir à un certain lieu, elle peut donc être exploitée à des fins touristiques.

2. Méthodologie

Nous allons à présent tenter de répondre à nos questions de recherche par le biais de la vérification de nos hypothèses sur le terrain. Pour ce faire, nous analyserons les modalités de l’offre touristique belfastoise qui tendent à inclure le visiteur à la production mémorielle.

Nos expériences touristiques à Belfast furent nombreuses et nous avons sélectionné celles qui avaient trait à notre thématique, à savoir : la visite guidée de la Linen Library et des archives du conflit, un City Tour en bus proposé par la compagnie privée Belfast City Sightseeing open top Bus tour, la découverte des quartiers de Falls et Shankill en Black Cab, la visite du Centre Culturel Gaélique, et enfin les visites de l’Ulster Museum ainsi que celle du Loyalist Museum – Andy Tyrie Interpretive Centre accompagnée d’un tour dans le quartier de East Belfast. Parmi les acteurs touristiques que nous avons analysés, certains sont donc issus de compagnies publiques, et d’autres de compagnies privées. Comme nous n’avons pas toujours été en mesure de savoir si les acteurs touristiques rencontrés étaient issus du domaine public ou du privé, nous avons décidé de ne pas attacher trop d’importance à cette distinction.

Aussi, nous sommes conscientes que cette liste est non-exhaustive et que notre regard sur ces visites a potentiellement été biaisé par nos objectifs de recherche. Notre statut de chercheuses nous inclut dans une certaine catégorie de touriste, à savoir, celle des individus intéressés par la dimension pédagogique et la démarche scientifique dans la visite d’un lieu (Crahay, 2014). De ce fait, nous nous trouvons dans une position intermédiaire entre celle du touriste et celle du chercheur scientifique. Cette situation n’est pas sans conséquence.

D’un côté, nous aurons tendance à nous éloigner de la position de touriste, car nous aurons peut-être un point de vue plus critique que ces derniers. En effet, contrairement aux touristes en recherche de divertissement, nous vivrons ces expériences en restant focalisées sur nos objectifs de recherche.

De l’autre, nous n’adopterons pas totalement la posture d’un chercheur scientifique du fait que nous baserons notre analyse sur notre ressenti. De ce fait, nous serons nous-mêmes objets de notre recherche, ce qui pourrait altérer la validité de nos conclusions.

Dans le cadre de nos deux premières hypothèses, le fait d’être à la fois chercheuses et objet de recherche biaisera l’interprétation de nos résultats, et nous posera problème lorsqu’il s’agira de vérifier l’interactivité des visites et leur aspect pédagogique. En effet, afin de neutraliser l’effet de ce glissement, il nous aurait fallu interroger d’autres touristes ayant participé aux mêmes visites, et éventuellement effectuer une observation participante afin que notre matériel d’analyse soit plus représentatif. Malheureusement, nous n’avons pas été en mesure de mener à bien ces démarches, faute de temps et de moyens.

Plus concrètement, afin de répondre à nos questions de recherche, nous avons été très attentives à la façon dont les murals et les autres éléments ayant trait au conflit sont présentés lors des visites. De ce fait, nous avons analysé comment les agences proposent de nous « faire visiter » la ville. Ensuite, nous avons récolté un maximum de matériel publicitaire à analyser, comme des prospectus et des affiches touristiques. Nous avons par ailleurs demandé conseil à un office de tourisme ainsi qu’à la réception de notre auberge, dans le but de voir le type de visites proposé. En analysant ces documents, nous avons tenté de repérer des slogans-types invitant le visiteur à s’immiscer dans l’atmosphère des Troubles.

Enfin, un carnet de terrain nous a été essentiel. Lors des visites guidées, nous avons relevé les éléments qui étaient pour nous susceptibles d’inclure le visiteur à la perpétuation de la mémoire du conflit. En effet, au niveau de l’offre touristique, les visites ayant pour thématique le conflit nord-irlandais et tendant à inclure le visiteur à la production de mémoire se déclinent en plusieurs modalités, notamment la mise en scène de récits personnels et la valorisation de circuits pédagogiques. Par exemple, les Black Cabs proposent au visiteur de faire un tour de la ville. Souvent, le chauffeur est un ancien prisonnier politique qui raconte  les événements passés selon son appartenance religieuse, ce qui fait que le touriste prendra connaissance de la ville à travers les yeux d’un protestant ou d’un catholique (Lisle, 2006). L’intérêt de ce genre de visite sera de voir en quoi ce processus nous implique dans la co-construction de mémoire.

3. Eléments d’analyse

3.1 Deux modalités touristiques fonctionnant dans un cadre interactif

3.1.1 La mise en scène de récits personnels

a) Un tourisme informatif et historique

Parmi nos diverses expériences, deux d’entre elles ne nous permettent pas d’affirmer l’hypothèse selon laquelle l’offre touristique met en scène des récits personnels dans le cadre du tourisme mémoriel. La première visite durant laquelle nous n’avons relevé que très peu d’éléments relatifs aux Troubles est celle du City Hall. Aucun récit personnel n’a été mis en avant par notre guide qui nous a présenté une vision relativement institutionnelle de l’histoire de la ville. La seconde visite durant laquelle l’interaction et la mise en scène de récits personnels n’est pas de mise est celle proposée par les Belfast City Sightseeing open top Bus tour : lors de cette visite, les informations étaient transmises de manière impersonnelle. Cette impression peut être due au fait que cette compagnie, bien que privée, possède une licence du département de l’environnement qui les oblige à rester neutre. Proposer des récits personnels pourrait paraître trop partial pour ce genre de visite. Selon nous, ces deux visites ne s’inscrivent pas dans le cadre d’un tourisme mémoriel mais plutôt dans celui d’un « tourisme informatif » ou « historique ».

b) Des récits personnels déguisés?

Nos impressions sont plus mitigées quant à la visite du Loyalist Museum et du quartier de East Belfast: nos deux guides n’ont pas mis leurs propres expériences en avant et n’ont que très peu parlé d’eux. Cependant, nous avons senti dans leur discours que ces derniers ont été impliqués d’une manière ou d’une autre dans le conflit, car ils utilisaient le pronom personnel « nous » lorsqu’ils nous présentaient les actions armées perpétrées par les groupes protestants (UFF, UDA, UYM)[2]. Aussi, la tension était palpable lorsqu’ils nous parlaient des victimes loyalistes et nous présentaient les nombreux mémoriels protestants. Même si cette visite n’a pas été des plus interactive et que nous n’avons décelé, a priori, aucun récit personnel, sa neutralité n’a pas été totale: selon nous, le fait de présenter les forces protestantes comme étant de « bons justiciers », peut avoir pour finalité de nous rallier à leur cause. Nous pouvons donc considérer cela comme une invitation à la perpétuation de « leur » mémoire du conflit. En effet, nos deux guides nous ont expliqué avoir créé ce musée en réaction au succès des Black Cabs, majoritairement catholiques, afin de pouvoir, eux aussi, perpétrer leur version de l’histoire.

Enfin, trois visites nous permettent de vérifier l’hypothèse selon laquelle l’offre touristique met en place des récits personnels dans le but de perpétuer la mémoire du conflit.

c) Un réel partage d’expériences de vie ?

Dans un premier temps, la partie archive de la Linen Library fut très intéressante. Au début, notre guide s’est attardé sur un grand livre datant de 1969 qui recense la population de Belfast de l’époque ainsi que les rues présentes à cette date. Ce dernier lui rappelle son enfance, car certains endroits qu’il appréciait étant enfant ont été détruits durant les Troubles. En tant que support de mémoire, ce registre dans lequel figure son grand-père confère à notre guide le statut de médiateur : par le biais de ce dernier, il nous a transmis à la fois la mémoire de son grand-père, la sienne, mais aussi celle de la géographie passée de la ville. Ensuite, des récits personnels ont été mis en scène par le biais de divers supports: par exemple, on trouve dans ce musée des lettres écrites, durant le conflit, par d’anciens prisonniers en grève de la faim sur du papier toilette ou du papier à cigarette. Ces derniers, ayant l’interdiction de communiquer avec l’extérieur, s’en servaient pour donner des nouvelles à leur famille par l’intermédiaire des prêtres. Cette fonction a aujourd’hui laissé la place à celle de la transmission de mémoire : en tant que touriste, nous avons eu l’opportunité de lire ces récits personnels, et donc de s’imprégner, l’espace d’un instant, du souvenir de quelques individus. Cependant, notre rôle dans la co-construction et la perpétuation de leur mémoire se limite à nous remémorer ces écrits, car notre capacité de retransmission de cette mémoire est limitée, entre autres par l’interdiction de les photographier.

Ensuite, bien qu’une grande partie de l’Ulster Museum relative aux Troubles soit constituée d’informations objectives et de faits historiques irréfutables présentés de manière unilatérale, nous avons découvert grâce à l’un de nos camarade une petite section portant sur des témoignages audio du conflit. Cette partie du musée, regrettablement peu mise en valeur, nous a permis de nous plonger dans le vécu des individus. La partie BBC Legacy de cette plateforme fut très intéressante dans le cadre de notre travail, car la présentation des récits personnels y est faite d’une manière telle qu’elle est accessible à tout un chacun : en effet, il n’est pas nécessaire d’avoir certaines connaissances scientifiques ou historiques préalables pour être touché par ces commentaires et la mémoire du narrateur nous parvient même si ce dernier ne se trouve pas en face de nous. Par exemple, parmi les récits partisans figure l’histoire d’un homme loyaliste, dont la famille était très impliquée dans le conflit. Ce dernier conte les raisons de son attitude critique envers les actes de sa famille et nous explique qu’il a décidé de s’en écarter avec sa sœur.

Un autre témoignage que nous avons entendu est celui d’une femme catholique racontant son enfance perdue, sa mère ayant été assassinée durant les Troubles lorsqu’elle avait neuf ans. D’autres récits purement personnels qui ne mentionnent pas la position de l’individu dans le conflit sont proposés, comme celui d’une femme touchée par balle à la jambe alors qu’elle était enceinte de trois mois. Cette dernière nous fait part de ses préoccupations et angoisses du moment en nous affirmant que même si elle et son enfant ont survécu, ce traumatisme la hantera à vie.

Ces témoignages ont eu pour effet de nous plonger directement dans l’atmosphère du conflit. Même si cette expérience n’était pas interactive, nous sommes aujourd’hui porteuses de la mémoire de ces personnes.

Enfin, une dernière expérience qui nous permet d’affirmer notre première hypothèse est celle de la visite des quartiers de Shankill et Falls en Black Cab. Une citation issue du flyer de la compagnie TaxiTrax illustre bien l’idée de transmission de mémoire par le biais d’expériences personnelles: « All of our drivers are highly experienced with a wealth of personal knowledge, guaranteeing your trip to be something you will always remember. (…) [A]s your driver shares a little personal anecdote, you can be sure that you will have seen the real Belfast (…) ». En effet, au vu de notre expérience dans ces taxis nous pouvons affirmer la véracité de cette citation : premièrement, cette visite nous a véritablement permis de nous projeter dans la période des Troubles, car la mise en récit y est très valorisée. Tout au long de cette escapade en voiture, notre chauffeur nous faisait part des histoires qu’il avait vécu durant le conflit. Par exemple, lorsque nous lisions les noms des défunts mentionnés sur les mémoriels, il nous avouait que certains d’entre eux faisaient partie de ses amis. Aussi, ayant été lui-même prisonnier politique, cela rendait son discours d’autant plus poignant et nous avons vraiment été touchées par ce qu’il nous a confié. Lorsque nous lui avons demandé pourquoi il avait voulu exercer cette profession, ce dernier nous a simplement répondu : « I want to put a face on the situation and humanize the war ». Suite à cela, il nous a affirmé qu’il préférait raconter lui-même sa perception du conflit plutôt qu’elle soit transmise par le biais d’un livre d’histoire, car les gens sont plus réceptifs lorsqu’une personne parle elle-même de son histoire. En effet, la mise en scène de son vécu personnel nous a poussé à ressentir de la compassion et nous a conduit à une meilleure compréhension de sa position. Cet effet a été renforcé par le fait que la visite était interactive : notre conducteur répondait volontiers à toutes nos questions, même si ces dernières étaient parfois intimes. En discutant avec lui, nous avons eu l’impression de participer à la co-construction de la mémoire des Troubles, car nous pouvons dire qu’à présent, nous avons acquis une infime partie de la sienne.

Au vu de ces expériences touristiques, nous pouvons affirmer que l’une des modalités de l’offre touristique belfastoise qui contribue à la perpétuation de la mémoire du conflit est la mise en scène de récits personnels dans une perspective interactive. Bien que cette modalité ne soit pas de mise partout, notre visite guidée du Loyalist Museum, notre tour en Black Cab, et la visite de l’Ulster Museum ont pour point commun de valoriser la mise en récit dans le but de plonger le visiteur dans la dure réalité qui a sévi à Belfast entre 1969 et 1998.

3.1.2 La valorisation de circuits pédagogiques

a) Une transmission unilatérale d’informations

Notre deuxième hypothèse qui stipule la mise en place de circuits pédagogiques stimulant la co-construction de mémoire se voit réfutée à plusieurs reprises. Premièrement, nous avons trouvé la visite du City Hall très peu pédagogique dans le sens où il s’agissait d’un tourisme où l’interaction avec le visiteur était quasi inexistante. Un guide nous a accueilli et nous a présenté le City Hall en nous donnant beaucoup d’informations sans attendre de réflexions très poussées de notre part. En effet, la quantité de matière transmise par ce dernier était telle qu’il nous était difficile de rebondir sur ces informations. Le seul moment interactif décelé lors de cette visite fut le moment où nous nous sommes assises sur la chaise du maire. Toutefois, nous ne pouvons qualifier cet épisode de pédagogique, mais uniquement d’interactif, car il ne nous a pas permis de comprendre pour autant le fonctionnement du système politique belfastois.

Nous avons ressenti le même manque de pédagogie lors du Belfast City Sightseeing open top Bus. Sur leur flyer, le fait de visiter les murals les plus célèbres de Belfast et de parcourir de long en large le Peacewall était présenté comme un point fort de la compagnie. Cependant, ceci n’a été en fait qu’une infime partie de ce que le tour propose, et les informations relatives à la thématique des Troubles se sont retrouvées noyées dans une masse d’informations, notamment relatives à l’histoire du Titanic. Si nous étions des touristes en recherche d’un survol de la ville, cette visite aurait été amplement suffisante. Or, en tant que chercheuses nous avons trouvé cette visite très superficielle, ce qui nous a empêché d’en saisir le fil conducteur. Ainsi, nous avons eu l’impression d’être de simples spectatrices du fait que nous n’avons pas eu l’opportunité de manifester notre compréhension et/ou incompréhension des informations qui nous étaient données.

Puis, nous avons jugé important de visiter le musée officiel de la ville afin d’avoir un avis neutre sur le conflit. Nous nous sommes donc rendues à l’Ulster Museum où nous avons pu explorer la section dédiée aux Troubles. Loin d’être inintéressante, cette exposition parle d’elle-même, c’est pourquoi elle ne nécessite pas la présence d’un guide. Il s’agit d’un espace où sont disposés des murs avec du texte et des images qui retracent l’histoire du conflit. Une fois encore, nous avons eu affaire à une transmission unilatérale d’informations, sans interaction entre le visiteur et l’acteur de l’offre touristique. Nous n’avons décelé aucun moyen pour le touriste de participer à cette co-construction de mémoire, par le biais de réflexions qui conduiraient le prestataire à modifier son offre par rapport aux attentes du public. En ce qui concerne la plateforme des témoignages mentionnée dans notre première hypothèse, elle est également composée d’une partie nommée CAIN Web Service qui comprend des sources scientifiques et des articles divers à propos du conflit. Cependant, même si cette partie participe en quelque sorte à l’assimilation de la mémoire par le touriste, nous avons trouvé cette dernière très académique et peu accessible à tout un chacun. En effet, il s’agit d’articles scientifiques qui nécessitent une certaine connaissance préalable pour assurer leur compréhension. Ceci nous laisse penser que cette rubrique est plutôt dirigée vers des chercheurs en quête d’informations précises. Ainsi, cela contribue à discriminer les individus disposant de peu de capital culturel dans le processus de perpétuation de la mémoire.

Enfin, la dernière expérience qui nous oblige contre toute attente à réfuter notre deuxième hypothèse est celle du Loyalist Museum. En ce qui concerne la première partie nous présentant le musée en tant que tel, le guide nous a donné beaucoup d’informations de façon très unilatérale sans nous laisser la possibilité de poser des questions pendant l’intervention. Notre participation a donc été très limitée et nous sommes devenues, une fois de plus, spectatrices d’une performance identitaire. Nous avons également eu le même ressenti lors de la seconde partie de la visite. En effet, le guide nous a parlé en grande partie des forces armées protestantes en louant leurs « exploits » sans chercher à avoir un réel échange avec le visiteur. La présentation du quartier de East Belfast a été faite de manière très partiale. Notre capacité à poser des questions était passablement limitée et nous avons eu l’impression que nos remarques à l’encontre de leur point de vue n’étaient pas les bienvenues, ce qui a rendu l’atmosphère assez particulière.

Avec un peu de recul, nous gardons l’impression que ce manque de pédagogie ne nous a pas conduit à une assimilation optimale de la mémoire. Cependant, ces critiques ne tiennent qu’à nous, et nos attentes définies au préalable ont sans doute biaisé nos impressions.

b) Pédagogie et construction de mémoire

Bien que les arguments allant à l’encontre de notre deuxième hypothèse soient nombreux, nous avons tout de même pu assister à des visites qui nous permettent de la vérifier. Nous avons eu l’occasion de visiter le Centre Gaélique Cultúrlann McAdam Ó Fiaich où nous avons été informées à propos de la culture gaélique. Malgré le fait que la thématique des Troubles n’ait pas été abordée, nous avons jugé pertinent de mentionner cette visite dans le cadre de notre deuxième hypothèse, car elle montre cette modalité pédagogique du tourisme. En effet, le but de ce centre est la perpétuation de la culture gaélique. Pour ce faire, il nous a été distribué à chacun un petit livret avec les expressions courantes traduites de l’anglais au gaélique. Il y a donc eu une réelle interaction entre le guide et nous-mêmes ce qui a rendu la visite plus pédagogique, tout en nous immergeant bien dans la problématique en question.

Enfin, la visite qui contribue le plus à la vérification de notre deuxième hypothèse est sans doute le tour en Black Cab. Arrivées vers notre taxi, le guide-conducteur s’est présenté en nous demandant ce que nous voulions savoir sur Belfast.

C’est exactement à ce genre d’attitude que nous nous attendions dans le cadre d’un tourisme pédagogique. En effet, notre guide s’est assuré de savoir ce qui nous intéressait afin de ne pas s’attarder sur des éléments historiques n’ayant qu’une importance secondaire pour nous. Tout au long de notre rencontre, ce dernier a adapté son parcours en fonction de nos attentes et nos désirs, créant ainsi un véritable échange. Ce dernier s’est à plusieurs reprises inquiété de savoir si nous comprenions bien, en nous demandant toujours si nous avions des questions. Lorsqu’il s’est aperçu que nous prenions beaucoup de notes sur notre carnet de terrain, il s’est empressé de nous proposer de descendre du taxi afin de spatialiser son récit. Bien que sa vision du conflit soit biaisée par son positionnement politico-religieux, cela n’était pas gênant, car nous sentions bien qu’il était ouvert à la discussion et à nos remarques. A plusieurs reprises, nous avons eu l’opportunité de lui poser des questions personnelles, il n’a jamais montré de mécontentement à notre égard et s’est toujours arrangé pour nous répondre de la meilleure façon possible.

Pour conclure, on constate donc que l’offre touristique proposant des circuits pédagogiques est mince, mais pas inexistante. Nous sommes conscientes que nous n’avons pas expérimenté toutes les formes de tourisme à Belfast, mais nous avons tout de même pu remarquer que les visites sont souvent mises en place de manière unilatérale en ne cherchant pas d’échange constructif avec le visiteur. La grande exception est donc celle de la visite avec les Black Cabs qui nous a permis d’avoir une interaction active et constructive avec le guide, également acteur du conflit.

3.2 Tourisme et territorialisation mémorielle

Afin de voir si les modalités touristiques contribuant à la perpétuation de la mémoire tendent à le faire en certains lieux spécifiques, nous allons analyser la dimension spatiale de nos expériences.

Pour ce qui est de notre City Tour en bus, la mémoire du conflit tend à être spatialisée dans les quartiers de Falls et de Shankill, mais nous ne sommes passées que très rapidement en ces lieux. Certes, la visite de ces quartiers contribue à la diffusion d’une image à l’étranger par le biais d’une territorialisation de la mémoire, mais notre passage était trop rapide pour affirmer qu’il existe un réel lien entre les souvenirs du conflit et certains lieux. Tel n’a pas été le cas avec la compagnie de taxi : notre chauffeur nous a conduit plus ou moins dans les mêmes lieux que le bus, mais d’une toute autre manière. Alors que nous ne faisions que passer devant les murals lors de notre City Tour, nous avions cette fois l’opportunité de descendre du taxi et ainsi de pratiquer l’espace. L’effet de territorialisation de la mémoire dans certaines rues de Falls et Shankill était bien plus fort, car nous avons eu l’opportunité de marcher dans les rues tout en écoutant les expériences personnelles de notre chauffeur. Enfin, lors de la visite du quartier de East Belfast, notre guide avait tendance à spatialiser la mémoire du conflit en certains lieux emblématiques.

Ce dernier s’est arrêté plusieurs fois dans des mémoriels protestants et s’attardait devant certaines fresques emblématiques des groupes armés loyalistes, ce qui avait pour effet d’ancrer son récit en certains lieux spécifiques. Cet effet de territorialisation de la mémoire est efficace : à l’avenir, nous associerons les souvenirs évoqués par notre guide à certains lieux précis, que nous pouvons alors qualifier de lieux de mémoire

Pour conclure, nous avons vu que la mémoire tend généralement à être territorialisée dans certaines rues emblématiques des quartiers de Shankill et Falls. Aussi, nous constatons que certains lieux ou monuments, tels que les murals les plus célèbres, les grands mémoriaux ou de manière générale les quartiers emblématiques traversés par les peacelines, figurent de manière récurrente dans les propositions de circuits touristiques. Cela peut être dû à leur caractère artistique d’une part et politique de l’autre. Cependant, bien que nous puissions déceler dans les deux dernières visites mentionnées un processus de territorialisation de la mémoire, nous estimons que cela n’est pas suffisant pour vérifier cette troisième hypothèse.

4. Conclusion

Lorsque nous sommes arrivées à Belfast, nous avons dû faire face à certaines difficultés. En effet, nous avions une idée passablement arrêtée sur la forme qu’allait prendre notre travail de terrain. Par exemple, au début de nos recherches, nous étions très focalisées sur le contenu des discours tenus par les acteurs de l’offre touristique. Or, nous nous sommes vite aperçues que dans le cadre de notre travail, le contenu importait moins que la forme et la manière de présenter les événements passés dans le processus de co-construction mémorielle. Peu à peu, nous nous en sommes rendues compte et nous avons modifié notre manière de récolter nos données afin que ces dernières nous apportent de réels éléments de réponses. Nous avons donc cessé de prendre note des informations factuelles qui nous étaient transmises et nous nous sommes concentrées sur le comportement et l’attitude des acteurs de l’offre touristique.

En conclusion, notre séjour à Belfast nous a effectivement permis de relever deux modalités de l’offre touristique belfastoise qui tendent à inclure le visiteur à la production de mémoire. En effet, nous avons constaté que certains acteurs mettent bien en place des circuits pédagogiques et valorisent les récits personnels dans le but de perpétuer la mémoire du conflit. Bien que ces deux modalités ne soient pas généralisables à l’entièreté de l’offre touristique belfastoise, nous estimons que nos données sont suffisantes pour vérifier nos deux hypothèses relatives à la mise en scène de récits personnels et de circuits pédagogiques dans le cadre d’un tourisme mémoriel.

Aussi, notre travail de terrain nous a permis de répondre de manière plus ou moins complète à la première partie de notre question de recherche. Tel ne fut pas le cas pour notre troisième hypothèse relative à la territorialisation de la mémoire dans le cadre du tourisme belfastois. Comme mentionné ci-dessus, nous manquons d’informations afin d’affirmer qu’il existe un réel processus de territorialisation mémorielle. Bien que nous soyons restées plus d’une semaine à Belfast, nous n’avons pas eu le temps de récolter le matériel nécessaire afin de mener à bien une analyse exhaustive de ce processus. Une agence touristique nous a proposé un walking tour dont il aurait été intéressant de comparer le parcours avec ceux proposés par le City Tour et les Black Cabs. Malheureusement, nous nous sommes vues prises par le temps et nous avons dû renoncer à cette opportunité. D’autres facteurs nous ont freinées dans l’analyse des processus de territorialisation mémorielle, notamment notre manque d’expérience et de connaissances en la matière. Aussi, la littérature relative à ce sujet est passablement lacunaire, bien que certains auteurs aient théorisé le concept de lieu de mémoire, notamment A-C. Morand (2009), J-D. Urbain (2003), et A. Hertzog (2012). Ces éléments nous ont empêché de maîtriser réellement cette thématique, ce qui a entravé nos recherches sur le terrain.

Pour aller plus loin, dans le cadre d’une recherche plus globale et représentative, il serait intéressant de multiplier les expériences touristiques afin d’avoir une réelle vision d’ensemble de ce qui est proposé à Belfast. En effet, le programme proposé par nos enseignantes étant assez chargé, nous avons décidé de concentrer nos recherches sur les visites prévues. Quitte à diminuer la représentativité de nos résultats ainsi que leur potentielle généralisation, nous avons préféré mener une analyse approfondie d’un nombre restreint de visites et de prospectus. Si nous nous étions basées sur un trop large panel d’expériences touristiques, cela nous aurait conduit à une analyse plus superficielle du matériau collecté.

Enfin, nous avons conscience que notre analyse a été passablement non-exhaustive étant donné le temps qui nous était imparti. Il serait intéressant d’analyser en profondeur les logiques de spatialisation de la mémoire des acteurs de l’offre touristique. En effet, cette thématique revêt d’un grand intérêt de par son caractère inédit, relativement inexploré et intrinsèquement lié à la géographie. Une fois la territorialisation de la mémoire théorisée, une voie à suivre afin d’aller encore plus loin pourrait être d’analyser les buts de la création des lieux de mémoire et leurs effets réels sur la population locale et étrangère.

5. Bibliographie

CAIN Web Service (2006). Some Frequently Asked Questions – The Northern Ireland Conflict [En ligne]. http://cain.ulst.ac.uk/faq/faq2.htm#when (consulté le 30 mars 2016).

BALLIF Florine (2014).  « Belfast en temps de paix : la guerre civile comme attraction touristique». Téoros [En ligne], Vol. 34, N°1-2, pp.2-23. https://teoros.revues.org/2761 (Consulté le 20 mars 2016).

BALLIF Florine (2012). « Les peacelines de Belfast : le provisoire qui dure ». Hermès, La Revue [En ligne], Vol.2, N°63, pp.116-119. https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=HERM_063_0116 (Consulté le 1 février 2016).

BROWN Kris, MACGINTY Roger (2003). « Public attitudes toward partisan and neutral symbols in post-agreement Northern Ireland ». Identities : Global studies in culture and power [en ligne], Vol.10 N°1, pp.83-108. http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/10702890304337 (Consulté le 16 février 2016)

CRAHAY Frédéric (2014). « Tourisme mémoriel ». Témoigner. Entre histoire et mémoire. Revue pluridisciplinaire de la Fondation Auschwitz, N°117, pp. 151-152.

EQUIPE M. I. T. (2000). « La mise en tourisme des lieux: un outil de diagnostic ».  Mappemonde, Vol. 57, N°1, pp. 1-6.

HERNANDEZ Julie (2008). « Le tourisme macabre à La Nouvelle-Orléans après Katrina : résilience et mémorialisation des espaces affectés par des catastrophes majeures ». Norois [en ligne], Vol.3, N°208, pp. 61-73. http://norois.revues.org/2208 (Consulté le 16 février 2016).

HERTZOG Anne (2012). « Tourisme de mémoire et imaginaire touristique des champs de bataille ». Via, Revue internationale interdisciplinaire de tourisme [En ligne], N°1, pp.1-16.http://viatourismreview.com/wp-content/uploads/2015/06/Article6.pdf (Consulté le 16 février 2016).

LEGRAND Caroline (2002). « Du tourisme généalogique dans l’Irlande contemporaine ». Revue de Synthèse, Vol.123, N°1, pp. 131-147.

LISLE Debbie (2006). « Local symbols, global networks: rereading the murals of Belfast ». Alternatives: Global, Local, Political, Vol. 31, N°1, pp. 27-52.

MORAND Anne-Céline (2009). Mémoires de Belfast: Les processus de la mise en tourisme de la mémoire et leurs expressions spatiales. Mémoire professionnel : Université de Paris 1, Panthéon Sorbonne, 190p. https://www.univ-paris1.fr/fileadmin/IREST/Memoires_Masters_2/MORAND_Anne-Celine.pdf (Consulté le 12 février 2016).

NAEF Patrick James (2013). « Tourisme de mémoire, instrument de paix et/ou de réconciliation ». Quand le tourisme questionne la mémoire [En ligne], pp.70-80. https://archive-ouverte.unige.ch/unige:27745 (Consulté le 2 juin 2016).

PETITIER Paule (1989). « Les Lieux de mémoire ». Romantisme [En ligne], Vol. 19, N°63, pp. 103-110. www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1989_num_19_63_5570 (Consulté le 13 février 2016).

URBAIN Jean-Didier (2003). « Tourisme de mémoire : un travail de deuil positif ». Cahier Espaces, N°80, pp.5-7.

Photographie à la une: Mémoriel dans le quartier de East Belfast, par Valentina Ferreira Gutiérrez, mars 2016.

[1] CAIN Web service [en ligne], http://cain.ulst.ac.uk/faq/faq2.htm#when consulté le 20 mai 2012

[2] UFF : Real Ulster Freedom Fighters – UDA : Ulster Defense Association – UYM : Ulster Young Militance