Méthodologie

Notre but principal était de récolter des données provenant d’acteurs portant un point de vue différent sur notre sujet d’étude et sur notre problématique de l’art non partisan. Pour ce faire, nous avons abordé notre sujet en trois temps: nous avons analysé le mural avec une perspective de chercheuses, avons interrogé des passants dans la rue en espérant rencontrer des locaux, et avons finalement interviewé un acteur administratif.

Après nos mesures et notre constatation de l’atmosphère du lieu, nous avons posé des questions liées à l’opinion des passants en ce qui concerne la peinture du mur, tout comme leurs impressions sur l’impact que sa réalisation a eu sur la communauté du quartier.  

Bien plus tard, en analysant nos résultats, nous nous sommes rendues compte que l’une de nos questions était biaisée et influençait probablement la réponse donnée, étant donné qu’on demandait explicitement si la peinture du mural avait renforcé la cohésion du quartier.

Nous avions également prévu un entretien avec un acteur impliqué dans le projet de la réalisation du mural. Notre choix s’est d’abord porté sur l’artiste du mur, Danny Devenney, mais nous avons décidé de ne pas attendre sa réponse et de contacter d’autres acteurs, avec qui une discussion aurait été tout autant intéressante.

Nous avons donc contacté le maire de Belfast et le Housing Executive, avec l’idée qu’ils pourraient nous renseigner sur les questions de l’impact collectif de la fresque. Nous avons reçu des réponses assez rapidement, et avons été redirigées par le maire vers le conseiller municipal Steven Corr. Malheureusement, le temps à disposition ne nous permettait de conduire un entretien qu’avec un seul de ces acteurs, c’est pourquoi notre choix s’est porté sur le conseiller, car nous avons évalué le fait que son point de vue sur la question serait plus riche que celui d’une association.

Steven Corr fait partie de la communauté catholique de Belfast et est en charge de la région de Ballymurphy, comprenant la rue où se trouve notre mural des super-héros. Il est membre du Sinn Fein, un parti de gauche républicain, a fait ses études en histoire et en politique à l’université de Queen’s. Il a vécu un temps à Londres avant de revenir à Belfast.

Lors de cet entretien, nous avons été prises de cours avec l’éventualité de faire un tour en voiture avec le conseiller; opportunité que nous avons immédiatement saisie, sacrifiant volontairement notre idée de l’enregistrer au profit d’une expérience s’annonçant enrichissante. La prise de notes s’est donc avérée une méthode plus adaptée à la situation. Nous nous sommes faites présenter une grande partie des murals de la région, apprenant  de ce fait des détails intéressants, parfois en lien avec notre fresque et parfois non.
En résumé, nous avons obtenu des clarifications sur les projets en cours dans la région de Ballymurphy et les politiques mises en place à Belfast au sujet de l’art non partisan, qui est l’intérêt principal de notre étude.

Si l’expérience était à refaire, nous nous préparerions à toutes les éventualités, comme un entretien ne se passant pas tout à fait comme prévu. Après réflexion, nous avons tout de même convenu que nous avions sûrement manqué de précision dans nos attentes pour cet entretien, mais nous sommes tout de même satisfaites des résultats obtenus.

En somme, la méthode choisie pour aborder notre sujet sur place nous a permis de récolter beaucoup d’informations tirées de sources différentes et ainsi pouvoir les comparer en recherchant des cohérences ou incohérences suivant la provenance du discours analysé.

Nous avons également estimé que le mural des super-héros en lui-même méritait une analyse d’image détaillée. Cette analyse est une interprétation de notre part basée sur l’image en tant que telle, nos connaissances en histoire de l’art, celles du contexte belfastois, ainsi que de celles des personnages représentés. Nous n’avons pas obtenu d’informations iconographiques de la part de l’artiste ou des initiateurs de la fresque, et donc, notre analyse du mural en question tient d’avantage de l’hypothèse que de la réalité et mériterait une recherche plus approfondie, et de préférence par le biais d’un entretien avec l’artiste.