Bibliographie et Sitographie intégrale

Bibliographie

Chéroux, Clément, Diplopie, Paris, Le Point du Jour, 2009

Cet ouvrage s’étend sur l’utilisation faite par la presse étasunienne des images des attentats du 11 septembre 2001. Bien que les thématiques et les recherches soient résolument différentes l’une de l’autre, l’ouvrage de l’historien de la photographie Clément Chéroux nous donne certaines clefs pour penser et aborder la répétition d’une image. Il prend l’exemple de la tristement célèbre photographie de la boule de feu créée par l’explosion des réservoirs d’hydrocarbure de l’avion ayant percuté la tour sud du World Trade Center, qui est apparue en première page dans 41% des journaux américains, entre le 11 et le 12 septembre. Dans une idée similaire à la sienne, nous tenterons d’établir un classement des murals les plus représentés, dans des supports destinés aux touristes. De plus, l’ouvrage par son analyse détaillée, autant des images, que de leurs mise en boucle et du sentiment de déjà-vu les entourant, nous donnes des outils afin d’appréhender nos réflexions sur la répétition d’un motif.

Hähnel-Mesnard, C., Liénard-Yeterian, M., Marinas, C. (dirs), Culture et mémoire: représentations contemporaines de la mémoire dans les espaces mémoriels, les arts du visuel, la littérature et le théâtre., Palaiseau, Éd. École Polytechnique, 2008

Cet ouvrage s’intéresse à l’expression de la mémoire commune sur divers support, notamment visuel. C’est notamment la contribution de Julie Mc Donald et Declan Mc Cavana, à travers leurs article The Walls of Belfast Speak Louder Than Words qui se rapporte le plus à notre sujet de recherche. Il se penche en effet sur la question de l’expression de la mémoire du conflit ayant divisé la ville, à travers l’analyse de Murals. Nous avançons en effet l’hypothèse que les images-types, c’est à dire les représentations les plus fréquentes des fresques, que nous auront observées et définit, seront vraisemblablement fortement liée à la mémoire de certains événements ou certaines personnalités du conflit. Cet ouvrage, et l’article de Mc Donald et Mc Cavana en particulier, nous permettent de comprendre et d’aborder les enjeux de la mémoire sur un support le visuel.

MFS Press, The Belfast Mural Guide, Belfast, 2014

Ce petit guide de poche est un recueil des murals les plus populaires et de quelques sites en lien avec les Troubles. Il à l’avantage de les situer précisément et de donner de l’information quant au motif de la fresque. Pourtant, il n’est de loin pas exhaustif. Acheté dans la très sélective boutique rattachée au siège de Sinn Féin, parti politique de l’ancien IRA,  l’ouvrage présente toutefois des murals partisans des deux côtés du conflit.

Morand, A-C., Mémoire de Belfast ou Le processus de la mise en tourisme de la mémoire et de leurs expressions spatiales, Exemple appuyé sur Belfast (Irlande du Nord). Mémoire professionnel sous la direction de Maria Gavari-Barbas,  Paris, Université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne, 2008-2009.

Ce mémoire s’intéresse à l’émergence des pratiques touristiques autour des troubles en Irlande du Nord. Anne-Céline Morand y étudie notamment les enjeux autour de la mise en tourisme des témoignages du conflit, à travers l’étude de l’offre et de la demande mais aussi des divers discours émis par des agents touristique.

 

 


Sitographie

Belfast Murals – http://belfast-murals.co.uk/

Ce site internet rassemble un grand nombre des murals de la ville, qu’il place sur une carte interactive. De plus, il divise les fresques en trois catégories: les murals loyalistes, les murals unionistes ainsi que les murals désignés comme étant sociaux ou culturels, qui représentent les fresques plus récentes, généralement mandatées par la ville au cours du processus de paix, pour renforcer une identité régionale. Ce site internet nous permettra de localiser géographiquement les murals que nous étudierons. N’étant toutefois pas toujours très précis, ni absolument complet, il sera utilisé en alternance avec l’outil Street View de Google.

 

Cartes postales

Afin de nous faire une idée de l’image des murals envoyée vers l’extérieur, vous avons cherchés à collectionner des cartes postales.

Pourquoi des cartes postales?

En effet, les cartes postales à vocation touristique sont vendues aux visiteurs dans l’objectif d’être partagées avec un réseau étranger. Ainsi une carte postale doit remplir certaines conditions. Premièrement, elle doit procurer au touriste envoyant la carte à une tierce personne une forme de fierté, bien souvent inconsciente. L’envoi de carte postale signifie en effet «regarde où je suis et où tu n’es pas!», si tel n’était pas le cas, nous nous contenterions de lettre sur papier blanc. L’image représentée doit donc vendre le lieu d’où elle provient, afin d’allécher le récepteur de la carte.

L’analyse de cartes postales nous est donc apparu comme un moyen de rendre compte de ceux qui, parmi les nombreux murals différents de Belfast, étaient jugés comme étant particulièrement représentatif de ce que la ville a de mieux à offrir.

On comprend que la carte postale joue un rôle clef dans l’entretien d’un cercle d’image, puisse qu’elle permettra au visiteur ayant reçu par le passé un telle carte, une fois sur place, de rattacher celle-ci à son expérience présente. De part ce « déjà-vu », l’élément représenté, dans notre cas, un mural, lui apparaîtra comme étant pittoresque1, c’est à dire digne d’être vu ainsi que d’être photographié.

« Le touriste identifie un lieu […] comme pittoresque parce qu’il l’a déjà vu et qu’il peut le comparer à ce qu’il connaît déjà, soit par son expérience, soit grâce aux images qui en existent»2

La récolte

Au fil de nos journées à Belfast, nous avons donc traqués puis achetés les cartes postales comportant des photographies de murals. Nous avons toutefois été forcés de constater que le choix était  restreint. En une semaine, il nous a été possible de récolter 6 cartes, d’intérêt plus ou moins important pour notre recherche dans des lieux divers. Si nous avons trouvé la première dans un supermarché alimentaire et deux autres dans un bureau de poste, les trois restantes ont été achetées dans deux magasins de souvenirs différents.

Les 6 cartes postales présentées

La première carte [fig.1], trouvée comme susmentionné dans une supermarché alimentaire, semble être la plus fréquente. En effet, nous l’avons aperçu dans diverses boutiques au fil de notre séjour. Huit détails de murals ou fresques en entier y sont représenté.

Différentes figures emblématiques en lien avec les Troubles y sont visible: la Reine d’Angleterre [en haut à gauche], le Duc d’Orange [en haut, 3em écusson depuis la gauche], ou encore l’activiste décédé lors d’une grève de la faim et érigé au rang de martyr, Bobby Sands [en bas à gauche].

Selon nos recherches, la majorité des fresques représentées sur cette carte postale ne sont plus existantes: elles ont été recouvertes ou, à l’instar de la « Mona Lisa de Shankill » (en bas, 2em écusson depuis la gauche), détruites récemment.

Les deux cartes suivantes [fig. 3 et fig.4], trouvées dans une petite boutique sur Falls Road représentent des fresques et des détails de fresques situées dans west Belfast, notamment du International Peace Wall. Les cartes se positionnent du côté unioniste du conflit. Ceci peut être interprété par le choix des motifs présentés: plusieurs détails de murals sur les Blanketstrikers [en haut au centre et en bas à droite de fig.3], avec notamment Kieran Nugent, [au centre de fig.2] premier prisonnier républicain à se vêtir de sa couverture, refusant ainsi de porter l’uniforme imposé aux prisonniers, et revendiquant de la sorte le statut de prisonnier politique3. Mais aussi un témoignage de solidarité à la Palestine, particulièrement revendiqué par le côté républicain [fig.3 en haut à gauche]. Ainsi que des murals commémorant divers évènements ayant marqué la communauté catholique en Irlande du Nord, tel que l’attaque du Milltown Cemetery, lors de l’enterrement de trois membres de l’IRA, tué à Gibraltar en 1988 par des soldats de l’armée britannique4.

La qualité d’impression, le papier utilisé ainsi que les polices d’écriture imprimées au dos des cartes postales, laissent avancer qu’il s’agit d’une production amateur. La mention « This postcards are only available in Belfast, at Green’s, Falls Road » sur le revers de la carte suppose que les cartes sont produites par la boutique qui les vend.

« This Postcards are only available in Belfast, at Green’s, Falls Road » Cette inscription au dos des cartes postales n°2 et n°3, et notamment l’erreur de terminaison, laisse supposer une production à échelle réduite.

Les trois cartes postales restantes comprennent des murals dit « neutres », ne s’inscrivant pas dans le conflit et la période des troubles. Il s’agit en effet, d’une carte portant sur la thématique de l’auteur des Chroniques de Narnia, C. S. Lewis [fig.4], ainsi qu’une deuxième carte [fig.5] représentant les chantiers navals ayant construit le Titanic.

La dernière des cartes [fig.6] sort un peu du lot, car elle donne à voir l’Ulster de manière plus large. Divers paysages verdoyants y sont représenté dans de petits médaillons. L’un d’eux, dans la deuxième colonne, reprend un détail de la fresque des chantiers du Titanic. Cet élément est le seul qui renvoi à  de l’urbain, les autres images représentant surtout des ruines et de la nature, à l’exception de la pancarte « Old Bushmills » ainsi que des bateaux.

Observations

Au vue de la difficulté rencontrée à trouver des cartes postales comprenant des motifs avec tiré ou représentant des murals, nous constatons une réticence évidente face à ce type de documents.

Sur les six cartes achetées, quatre sont entièrement consacrée à des fresques, la sixième [fig.6] ne représentant qu’un extrait de mural parmi divers motifs.

La moitié des cartes récoltées a pour objet des fresques liées aux Troubles [fig.1, fig.2, fig.3], l’autre moitié représentant des murals dit « neutre » [fig.4, fig.5, fig.6]. Des trois cartes postales en lien avec le conflit, deux, [fig.2 et fig.3] soutiennent, par le choix des motifs représentés, l’un des acteurs. De plus, ces deux cartes ne sont pas produites par une agence officielle, à l’inverse des quartes restantes, mais sont produite de manière amateur.

N.F. – S.P. – L.Z.


1- Gauthier, L., Staszak, J.-F., Clichés exotiques, Paris, Éditions de Monza, 2015, p.59
2- Ibidem
3- MFS Press, The Belfast Mural Guide, Belfast, 2014, p.13
4- Ibidem, p.16

Double Decker Bus Tour

Le jour de notre arrivée à Belfast, nous nʼavons perdu aucun temps pour commencer notre enquête. Après avoir déposé nos affaires à lʼauberge Vagabonds, nous sommes partis faire un tour de la ville en célèbre bus rouge à deux étages de Hop On Hop Off. Malgré le temps gris, venteux et très froid, bon nombre d’entre nous sont montés en haut pour vivre lʼexpérience culte du bus impériale.

Serrant fort nos écharpes et se blottissant lʼun contre lʼautre sur les sièges, nous écoutions la guide commenter la première partie du tour: le quartier du Titanic. Elle nous a montré les quais où prenait forme le navire légendaire, ainsi que les studios de film qui contribuent à la transformation actuelle de la ville. Nous avons appris aussi divers faits sur Belfast; le navire soeur du Titanic, le S.S. Nomadic qui a été transformé en archive national pour retrouver ses potentiels ancêtres Irlandais; le marché de Saint-Georges qui a lieu chaque week-end; ainsi que diverses statues et endroits dits importants pour la culture de Belfast.

Bien que ces renseignements furent intéressants, ce n’est quʼà lʼarrivée dans le quartier de Falls que lʼintérêt de notre groupe sʼest mobilisé, lorsque la guide nous a indiqué les premiers murals. Puisque mon groupe se concentre sur la représentation des murals auprès des agents touristiques, nous sommes restés attentifs aux murals indiqués tout au long du parcours à travers Falls et Shankill.

Le quartier de Falls s’est tout de suite distingué par la présence du drapeau tricolore Irlandais accroché aux fenêtres, devant différents magasins et tacheté un peu partout dans les rues. On remarque aussi la présence de la langue gaélique: souvent les petits magasins portent des noms irlandais tout comme certains murals qui soutiennent la cause Républicaine. Nous sommes entrés dans le quartier depuis le sud-ouest de Falls Road et montés vers le nord-est.

Le premier mural que la guide nous a indiqué se trouvait sur notre gauche: le mural de Cumann na mBan ou lʼIrishwomenʼs Council. Elle nous a rapidement raconté lʼimportance de la comtesse Markievicz qui apparaît dans ce mural, et son rôle dans lʼEaster Rising. Après, elle a attiré notre attention sur le mural Plastic Bullets qui commémore ceux qui ont été tués par des balles en plastique du côté Républicain. Lors de la mention de ce mural, le guide nous a raconté comment les deux communautés sont encore séparées par la religion, notamment dans les écoles. On continuait le trajet le long de Falls Road avec des brèves indications sur les murals de The Easter Rising at the GPO Ardoyne et de Seán Mac Diarmada. Nous sommes passés également devant le mural de Bobby Sands où la guide nous a expliqués quʼil était le premier hunger striker mort de faim. Pas loin de ce mural se trouvait un autre qui rend hommage aux autres hunger strikers de lʼIRA. Finalement, pour conclure notre tour du quartier de Falls, le bus a continué son parcours en longeant le International Peace Wall. Elle a attiré notre attention sur lʼattractivité touristique du mur, nous disant que cʼétait le plus grand “guestbook” du monde.

À ce moment là, nous étions plusieurs à descendre au niveau inférieur du bus pour échapper au froid et reprendre la sensation dans les mains. Traversant le No Manʼs Land, entre les barrières qui séparent les quartiers, nous sommes arrivés à Shankill, une des parties loyaliste de Belfast. Nous avons remarqué toute de suite le changement de drapeaux: celui de la Grande-Bretagne affiché partout. Le quartier, tout comme celui de Falls, ne perdait aucune occasion d’afficher son appartenance. Bien que la guide ait pris un ton globalement neutre le long du parcours, nous avons remarqué un changement subtile ici. Lorsquʼelle nous a indiqué le mural de The First Belfast Battalion Volunteers, elle répétait à plusieurs reprises que le paramilitaire a commis des actes dʼhorreur, nous donnant lʼimpression que cʼétait le côté ʻméchantʼ en quelques sorts du conflit. Cependant, en montrant les murals du King of Orange et du Northern Ireland Football, elle a repris son ton enthousiaste et neutre. Enfin, le tour a terminé par Sandy Row et lʼusine de briques.

En somme, nous trouvons que le tour était une bonne initiation à la ville de Belfast. Nous étions surtout intéressés par la visite des quartiers de Falls et Shankill, et la grande partie que jouaient les murals et le conflit dans le tour. Pour ma part, j’ai ressenti une sorte de pitié pour les habitants, longtemps piégés dans un conflit à mon avis pas nécessaire. L’affichage fier des drapeaux, les murals s’exprimant la fidélité pour telle ou telle cause m’ont fait penser à une sorte d’endoctrinement: les habitants y vivants ont tellement l’habitude de cette division que celle-ci les rend en quelques sortes aveugles. Après ce tour, je me suis posé une première question sur le terrain: est-ce que, non seulement les agences touristiques mettent-elles en avant certains murals, mais est-il aussi possible que ces agences mettent en avant leur positionnement sur le conflit à travers leurs guides ?

Par Nicole Frazier, Simon Paratte et Léa Zignani

Méthodologies & Données récoltées

[en construction]

Vous trouverez ci-dessous les différentes catégories de documents et de données que nous avons récolté dans le cadre de nos recherches.

Les données, ainsi que les méthodes utilisées pour les acquérir sont présentées sous chacun des liens suivant.
La récolte des diverses données y est décrite et un retour réflexif sur le choix des différentes méthodes ainsi que de leurs applications sur le terrain est donné. Enfin l’analyse des observations effectuées clos chacun des liens.

Circuits touristiques
Documentation touristique et souvenir
Interviews
Conférences

Conférence sur le tourisme: quel avenir pour Belfast?

Par Cécile Walder et Estelle Pannatier

Clémence Lehec, 2016, Conférence sur le tourisme à Belfast, Belfast Barge.
Clémence Lehec, 2016, Conférence sur le tourisme, Belfast Barge.

Après avoir passé une matinée à l’Andy Tyrie Interpretative Centre à East Belfast, nous sommes retournés au centre-ville afin d’écouter la conférence de Naomi Doak et Robert Heslip sur le tourisme à Belfast. Ces deux professionnels du tourisme travaillent pour le Belfast city council.  La conférence se tenait dans la Belfast Barge, un bateau amarré qui abrite un musée maritime.

Tout d’abord, Naomi Doak a contextualisé la situation particulière de Belfast. Un des fait intéressant qu’elle a choisi de souligner est le fait qu’il y a plus de peace lignes (murs de séparation entre les communautés) en 2016 qu’en 1998, année de la signature du “Good friday agreement”, qui marque le début du processus de paix.

Après avoir abordé la situation générale de la ville, nos interlocuteurs ont cherché à nous présenter les différentes pistes à l’étude pour développer le tourisme.

Naomi Doak s’est tout d’abord penchée sur la question sensible des murals et de leurs effets sur les touristes. Elle a souligné les différences frappantes entre les deux genres de représentations que l’on peut observer. Les peintures du côté républicain sont parfois entourées d’une aura mystique, où l’on retrouve des éléments de la culture irlandaise et ses légendes. Elles invoquent l’histoire qui lie la communauté catholique à l’Irlande et leur vocation est unificatrice. Elles ont pour fonction de renforcer l’identité irlandaise. Du côté loyaliste, le sujet des fresques est souvent plus violent et les murals sont là pour marquer le territoire: ils représentent des hommes armés et portent des messages intimidants.

Ces deux visions offertes au regard des touristes ont des répercussions sur leur perception du conflit, et les incitent à prendre position pour un camp. Il était intéressant de voir ce dernier point soulevé, car c’est effectivement un phénomène que nous avons pu observer au sein de notre groupe d’étudiants. Ces peintures ont potentiellement des retombées économiques importantes car elles attirent des investisseurs, en particulier dans les quartiers catholiques.

Naomi Doak et Robert Heslip ont ensuite présenté leur vision du tourisme « de masse », qu’ils jugent inadapté au contexte belfastois. En effet, le fait que les touristes arrivent en car dans les environs des fresques, prennent quelques photos et repartent immédiatement sans dépenser le moindre pound, est souvent mal perçu par les populations locales pour lesquelles les murals représentent généralement des sujets encore sensibles.

Les conférenciers ont évoqué deux types de développements touristiques: le dark tourism et le phoenix tourism. Le premier cherche à attirer les touristes en présentant les éléments noirs de l’histoire de la ville (la période des Troubles, mais également le naufrage du Titanic) alors que le deuxième, basé sur la métaphore du phœnix qui renaît de ces cendres, utilise le processus de paix comme attraction touristique.

Les murals, principal sujet de notre voyage d’étude, n’occupent pas la même place dans les deux types de tourisme. En effet, pour le dark tourism, les nouvelles fresques (axées sur la reconstruction, le dialogue intercommunautaire,..) ne présentent pas d’intérêt, puisque le public cible est attiré par les murals liés au conflit. Le phoenix tourism a quant à lui besoin d’éléments qui traduisent l’évolution du processus de paix, dont ces nouvelles fresques font partie.

Comme l’ont souligné Naomi Doak et Robert Heslip, la principale embûche au développement d’un tourisme lié à la mémoire du conflit réside dans le fait que la ville manque d’infrastructures appropriées, notamment de musées qui racontent tant l’histoire du conflit que celle du processus de paix. En effet, les différents acteurs politiques de la ville se montrent aujourd’hui encore incapables de produire un récit commun qui conviendrait à toutes les parties. Et cette absence rend la compréhension de la situation belfastoise très difficile pour les visiteurs. Nous y avons nous-mêmes été confrontés durant notre séjour. En effet, lors de nos différentes visites tant du côté républicain qu’unioniste, les récits des différents acteurs, notamment ceux des Black Cab, étaient empreints d’une vision encore très ségréguée du conflit.

Un deuxième autre problème se pose en parallèle, selon nos interlocuteurs, celui du récit de la violence en lui-même. En effet, raconter la violence, c’est aussi la faire revivre. Or, les populations ne sont peut-être pas prêtes à se replonger dans cette histoire dont le souvenir est encore trop vif.

Ce qui est ressorti de cette conférence sont les nombreuses interrogations des responsables du tourisme face au dilemme de la mise en tourisme de Belfast. Ils nous ont demandé à plusieurs reprises si, en tant que visiteurs étrangers, nous avions certaines attentes touristiques et dans quelles infrastructures celles-ci pourraient se traduire. Quelques éléments évoqués par les conférenciers sur le contexte actuel nous ont également permis de mieux comprendre certains des enjeux auxquels la ville va devoir faire face dans le futur: la célébration du centenaire de l’Easter rising, qui marque l’anniversaire de la proclamation de la première République d’Irlande, mais également la perspective d’un éventuel Brexit, qui causerait selon les conférenciers, un grand préjudice à l’Irlande du Nord, dont nombre de financements proviennent de l’Union européenne.

Des symboles pour se justifier

 Quels sont les différents registres de justification par les deux partis ?

Introduction : Plusieurs manières de se justifier

Par Darell Bloch, Angèle Canelli et Louis Romaneschi

Avant propos :

Dans cette étude nous traiterons des registres de justifications des deux partis. Pour faciliter la compréhension de notre recherche il est important de comprendre ce qu’est un registre de justification et également comment qualifier les deux partis.

On peut appeler registre de justification un ensemble de caractéristiques trouvées dans un texte, un discours ou dans toute forme d’expression visuelle visant à justifier la ou les action(s) réalisée(s) par l’acteur au regard du spectateur.

En ce qui concerne les deux partis, nous utiliserons donc trois façons de les qualifier, à savoir :

  • le parti plutôt d’origine irelandaise, qui est nationaliste, républicain et catholique;
  • le parti plutôt d’origine anglaise, qui est unioniste, loyaliste et protestant.

  1. Introduction : Plusieurs manières de se justifier

Les murals ne sont pas neutres. Ces peintures apparaissent petit à petit dans les rues de Belfast en parallèle avec le conflit qui oppose républicains irlandais aux loyalistes, fidèles à la couronne britannique. Ces peintures murales ont un caractère fondamentalement politique : les partis belligérants utilisent ce moyen graphique afin de faire de la propagande, démarquer leur territoire, d’acquérir de nouveaux sympathisants, ou alors de menacer l’ennemi. Elles se positionnent d’un côté ou de l’autre des partis engagés en faisant référence à des symboles, à des personnages et à des événements historiques liés à l’héritage culturel de chaque parti. En utilisant cette dialectique les deux partis justifient leur prise de position dans le conflit. Chacune des murals comporte donc une dimension fortement idéologique malgré leur apparence pouvant paraître neutre. Cette mobilisation de symboles religieux, militaristes, culturels et nationalistes sur les murals peut être perçue comme un ensemble d’arguments légitimant l’existence et les revendications de chacun des partis.  Ces murals ont une capacité d’impact politique directe sur la population et sur tout autre observateur puisqu’elles sont situées dans l’espace public. Apparaissant sous une forme artistique, les murals sont en réalité une forme de propagande visant à ressasser le spectre de l’opposition entre catholiques et protestant, les murs de Belfast deviennent alors un enjeux important du conflit.  L’objectif de notre recherche est de mettre en lumière les différents registres de justification mobilisés par chacun des partis dans les murals et d’expliciter le sens que les partis veulent donner aux murals.

Pour ce faire nous allons analyser de manière comparative les murals unionistes et les murals républicaines. Nous présenterons un tableau graphique répertoriant les symboles les plus fréquents et explicitant leurs significations et histoire. Cette classification sera une clef de lecture de notre travail, qui mobilisera ces symboles afin d’expliquer les différents registres de justification du conflit. En effet, ce lexique appuiera notre recherche, qui détaillera les différentes manières par lesquelles les partis mobilisent ce langage graphique à leurs fins politiques et culturelles. Nous avons pu mis en exergue plusieurs registres de justification ; tout d’abord l’exacerbation de registres culturels irlandais ou loyalistes, le ralliement à des conflits internationaux, et enfin la victimisation de chacun des partis.

Exacerbation de la culture :

Le premier registre de justification que nous traitons est celui de l’exacerbation culturelle, ou ce que nous intitulons “l’hyperculturalisation”. Cet outil conceptuel utilisé pour notre analyse se définit par la volonté d’une communauté de se créer et de mobiliser un patrimoine culturel qui lui est propre. L’hyperculturalisation se caractérise par la grande utilisation de toutes sortes de particularités culturelles communautaires à des fins de différenciation, par rapport au parti adverse. C’est une création de l’altérité, un processus qui a pour but de renforcer l’appartenance à l’identité culturelle de son parti. Dans cette période post-conflit, à Belfast, cette exacerbation de la culture est bel et bien encore utilisée, à des fins politiques, historiques et mémorielles. Cette logique que l’on pourrait considérer comme une mobilisation très marquée d’un héritage, va différer entre protestants et catholiques, et dépasser le cadre des murals en se retrouvant dans plusieurs aspects de la vie quotidienne.

A l’échelle géographique d’une ville qui n’est pas plus grande que Genève, ces logiques d’hyperculturalisation peuvent en effet être très marquées: on identifierait un protestant ou un catholique à travers son style vestimentaire, sa façon de s’exprimer, son lieu de résidence. Nous retrouvons ces aspects de différenciation que ce soit dans l’usage de la langue gaélique, parlée exclusivement par des communautés catholiques, ou même jusque dans les sports pratiqués: le football étant plus pratiqué par les catholiques alors que le rugby est plus commun chez les protestants. Notre sujet d’analyse étant les murales, nous ne nous attarderons guère sur l’exacerbation culturelle dans les comportements sociaux, mais traiterons le sujet à travers les symboles présent dans l’iconographie des murales. Nous procéderons en faisant une analyse comparative des logiques d’utilisation symbolique de chacun des partis, tout en illustrant nos propos avec quelques exemples. Par ailleurs, notre grille des symboles (annexe 1) permettra de référencer et de situer les symboles les plus importants afin de ne pas reprendre ces éléments dans l’analyse.

Tout d’abord, après avoir analyser les murales photographiées lors de nos terrains, nous pouvons distinguer dans les grandes lignes des logiques de mobilisation symboliques, allant sur des axes distincts, selon l’appartenance de la murale au clan unioniste ou républicain.

Chez les unionistes, le registre symbolique est très militarisé et rendu historique; ce qui donne aux murales protestantes une dimension politique assez marquée. Ce constat se fait tout d’abord par leur composition, souvent régie pour mettre en avant un blason, entouré d’autres symboles (drapeaux, miniatures de personnages). La position centrale du blason qui incorpore la plupart du temps un drapeau de l’Union Jack, une couronne et la main rouge de l’Ulster (voir tableau en annexe), rappelle la centralité du pouvoir monarchique, avec les éléments qui l’entourent relégués au second plan, de par leur subordination hiérarchique. Dans ce cas, nous sommes face à une véritable prise de position en faveur de la culture monarchique, exacerbée par la mise en place d’une justification à travers plusieurs symboles unionistes. Des éléments voulant démontrer la force militaire et économique du Royaume-Uni sont également avancés dans les murales loyalistes. Autour du blason central, des sujets récurrents tels que les guerres mondiales, la puissance de l’Empire et l’importance de sa flotte (en grande partie construite dans le port de Belfast) constituent un argumentaire de la force du Royaume-Uni à l’échelle locale et internationale. Ce “culte de l’Empire” est spécifique aux loyalistes qui vont chercher leur appui dans sa grandeur historique et économique, et par des représentations de la matérialité de cette grandeur : bateaux, avions, troupes, bâtiments etc.. Cette matérialité de la force se retrouve dans les murales loyalistes représentant des milices de défense armées, avec la plupart du temps un personnage cagoulé brandissant une arme à feu. Dans ce genre de murales, nous restons dans une logique d’explicitation de la force d’attaque, s’illustrant à travers la menace des symboles d’un “gunman” et de son arme pointée.

La représentation de personnages historiques, d’évènements marquants ou de monuments symboliques est également fréquente dans les fresques protestantes. Nous les voyons par exemple dans des murales dédiées à Oliver Cromwell (figure politique de la 1ère révolution anglaise), de la bataille de la Somme, etc… Les nombreuses allusions et commémorations de ces personnages et évènements traduisent le désir de s’approprier et d’utiliser les faits du passé pour justifier une cause présente. Il y a alors une réinterprétation et une manipulation de l’héritage culturel et historique pour le mobiliser dans un contexte ou cet héritage participera à la distinction entre protestants et catholiques.

Du côté républicain, l’exacerbation de la culture est également très marquée. Le registre symbolique républicain est pourtant assez différent de celui des loyalistes et est fortement alimenté par l’héritage culturel gaélique et irlandais. La composition est très rarement centrée sur un élément en particulier, mais en favorise l’intégration de plusieurs. La grande mobilisation de symboles mythologiques montre le désir des républicains de se justifier à travers l’ancienneté de leurs racines, qui irait au delà même de l’ère chrétienne. Harpes, divers tribaux irlandais, trèfles et spirales servent à la fois d’ornementation, et à la fois de rappel de l’appartenance à une culture ancestrale, plus pacifique et finalement moins politisée que la symbolique protestante. L’aspect plus coloré et moins graphique des murales républicaines s’oppose au conformisme des murales protestantes, plus froides et directes et rappelant vaguement une iconographie qui se rapprocherait de propagandes fascistes et communistes. Le choix des couleurs n’est pas anodin : le vert rappelle déjà l’Irlande, mais c’est aussi le symbole de la paix et de l’espoir, en opposition avec le rouge plus violent utilisé par les loyalistes. L’argument avancé par les républicains est le folklore inhérent à la culture irlandaise, qui de par son caractère sympathique, peut être interprété comme l’opposé du côté menaçant de certaines murales loyalistes. Un aspect récurrent dans les murales républicaines est la représentation de la résistance, qui peut être soit symbolisée par un phénix émergeant de ses cendres, soit par un paramilitaire non cagoulé pointant son arme vers le ciel d’une pose dynamique. Nous remarquons ici que l’exacerbation de la solidarité à travers l’adversité, de la bravoure et de l’héroïsme est un trait de caractère que la communauté catholique a essayé de transparaître au travers des murales.

 Affiliation a des conflits étrangers

Il est difficile de connaître la part de vérité que les récits des deux partis contiennent. Les conflits, nous l’avons compris, perdurent encore aujourd’hui. Leur étendue a d’ailleurs permit à plusieurs générations belfastoises de vivre ce conflit. Néanmoins il est évident que les générations actuelles ont des opinions différentes de celles des générations précédentes. Il en est de même pour la visibilité extérieure de l’histoire des troubles, celle ci a évolué de manière croissante depuis leurs débuts. Aujourd’hui, la population intéressée par les murales et par l’histoire de Belfast possède de nombreux moyens d’accéder aux informations désirées en comparaison avec la période durant laquelle les conflits ont débuté, c’est à dire durant les années 1920.

Précédemment, nous avons détaillé la manière avec laquelle les deux partis revendiquent au public extérieur leur culture, à savoir par exemple, la culture celtique pour les nationalistes et la culture anglaise pour les loyalistes. Mais l’on ne trouve pas ces symboles culturels sur la totalité des murals. En effet, avec l’augmentation de la visibilité, c’est à dire l’exposition des faits des conflits au reste du monde, les partis ont du développer un ensemble d’arguments plus vaste que leurs arguments culturels. Nous allons donc voir dans cette partie les moyens visuels mis en oeuvre par les partis afin de rallier leur cause à d’autres conflits internationaux. Autrement dit, comment les deux partis défendent leur cause et leur opinion grâce aux illustrations des murals en puisant dans le contexte historique international. Cet effet ayant pour but de maximiser le soutien international.

En commençant par le parti républicain, on remarque que celui ci compare sa position avec la position d’autres groupes plus ou moins analogues ayant comme point commun le caractère minoritaire réprimé ou l’appartenance à un peuple ne pouvant pas disposer de lui même et tyrannisé. Le parti est solidaire de beaucoup de minorités injustement opprimées ou discriminées pour leurs opinions, leur appartenance ou leur sexualité. Les causes reviennent aux oppressions des homosexuels jusqu’à l’oppression du peuple cubain. Nous pouvons notamment voir sur le mural  ci dessous, qu’un désaccord est  clairement exprimé avec la politique d’Obama vis à vis du peuple cubain. Le parti s’engage également à représenter le conflit territorial des Pays Basques.

Capture d’écran 2016-05-23 à 17.49.54

On trouve ensuite un nombre important de murals nationalistes faisant référence au parti palestinien. Les signes reconnaissables sont ici, le drapeau de la Palestine et ses couleurs, l’utilisation de contenus textuels en calligraphie palestinienne.

Capture d’écran 2016-05-23 à 17.50.06

Les nationalistes soulignent que ce peuple est soumis au joug d’un état illégitime ne respectant pas le droit international. Les nationalistes républicains s’approprient le soutien réciproque des conflit étrangers, mais aussi se comparent directement à des personnages internationaux connus et vus par une majorité de la population comme exemplaires ou respectables. Par exemple, comme on peut le voir dans la peinture murale représentant Bobby Sands et Nelson Mandela côte à côte.

Capture d’écran 2016-05-23 à 18.00.05

Le message est limpide, Nelson Mandela a combattu un régime politique illégitime et violent et a été emprisonné, tout comme Bobby Sands. On peut aussi voir, non loin du lieu où plusieurs personnes ont été tuées pendant le Bloody Sunday, une reproduction du Tres de mayo de Goya (ci dessous) pour rappeler les tirs des parachutistes sur des civils, ce qui peut s’apparenter à une exécution sommaire. Cette démarche de victimisation est encore plus efficace en utilisant des symboles internationaux et un registre mémoriel connus de tous.

Capture d’écran 2016-05-23 à 18.00.12

Lorsque l’on observe les murals du parti loyaliste, on trouve une référence fréquente à un peuple  extérieur l’aidant à justifier sa position. Cette référence revient au peuple israëlien en contexte de conflit israélo-palestinien. En effet, le parti loyaliste est en accord avec le fond idéologique, la forme de l’état et aussi avec le mode d’action, plus généralement, est d’accord avec l’attitude inflexible de l’état Israël ainsi que sur ses actions militaires envers les terroristes et la population civile. De plus les loyalistes expliquent qu’Israël est le pays le plus prospère économiquement de la région, donc le modèle qui ressort le plus gagnant de la situation de conflit. Ils mettent ce point de vue en lien avec la situation de l’Irlande du Nord, considérant que la région doit sa réussite d’antan à son intégration dans la Grande-Bretagne. Les protestants, eux plutôt que de prendre une position victimaire, justifient leurs actions violentes en réactions aux actes terroristes des unionistes.

Victimisation des partis

Nous faisons l’usage dans cette partie du terme victimisation et de ses dérivés. Nous entendons par “victimiser” l’acte ou parole visant à rendre son parti victime aux regards de la population extérieure au conflit, ainsi qu’en tant que justification des actions offensives ou défensives envers l’autre camp. Aussi, d’après la Déclaration des Principes Fondamentaux de Justice Relatifs aux Victimes de la criminalité et aux victimes d’abus de pouvoir, les victimes sont définies comme “des personnes qui, individuellement ou collectivement, ont subi un préjudice, notamment une atteinte à leur intégrité physique ou mentale, une souffrance morale, une perte matérielle, ou une atteinte grave à leurs droits fondamentaux, en raison d’actes  ou d’omissions qui  enfreignent  les  lois pénales en vigueur  dans  un  Etat membre,  y  compris celles qui proscrivent les abus criminels de pouvoir.

  • Mémoriel des victimes

IMG_09372222

Le but du mémorial est de rendre hommage à des victimes de guerres ou d’évènements particulièrement tragiques. Le mémorial sert aussi à commémorer un évènement important pour une communauté en terme de changement économique, politique ou social. Le monument, ou le lieu, mis à disposition n’est pas simplement un espace ou un objet concret, il contient une dimension abstraite et il est vecteur d’une mémoire collective. Ainsi, les lieux de mémoires sont respectés par toute personne concernée par la morale collective, quasiment universelle, liée au respect des morts et de ce qui les englobe.

Au travers de ces mémoriaux, on rend hommage à des victimes et on permet également le deuil collectif de la communauté concernée. La ville de Belfast possède un grand nombre de mémoriaux dont la plupart sont situés principalement dans les quartiers encore séparatistes. Cela s’explique en raison des nombreux conflits intra-muros subis dès 1920 avec le projet d’autonomie de l’Irlande, alors sous la domination de la Grande-Bretagne régis par Home Rule. C’est à partir de cette proposition que des tensions entre les républicains nationalistes de Belfast et les loyalistes unionistes débutèrent, prenant de plus en plus d’ampleur et menant à plusieurs conflits civils, appelés troubles, jusque dans les années 1990. C’est parce que ces conflits engendrèrent de nombreux morts que la mise en place de monuments mémoriaux fut nécessaire. Néanmoins, il semblerait que malgré les actes de paix conclus entre les communautés de Belfast, les dissensions perdurent au sein même de ces lieux de mémoire. En effet, le cas de Belfast est particulier puisqu’on trouve dans la ville des mémoriaux peints, accompagnés de murals colorées relatives aux troubles. Sur ces murals on peut apercevoir des visages de personnalités importantes dans les conflits aux côtés de symboles liés aux religions ou aux cultures des deux partis.

On peut considérer que la réalisation d’un monument mémoriel représente en quelques sortes une prise de position à partir du moment où l’on rend hommage aux morts d’un seul camp et pas de l’autre.  On peut donc considérer que le spectateur – supposé neutre – va se placer automatiquement d’un côté ou de l’autre des deux camps. En ajoutant, comme à Belfast, des visages et des symboles très détaillés aux mémoriaux, la sensibilité du spectateur est touchée car celui ci va s’identifier plus facilement aux partisans du mémorial. Le spectateur est nettement moins ému s’il n’a en face de lui qu’une liste de noms de victimes auxquelles il ne peut se référer. En revanche, il est fort probable qu’un touriste, père de famille, voyant en face de lui se dresser une peinture murale représentant des enfants expliquant que ces derniers furent tués par les forces d’un des deux partis, le père va se sentir concerné et son opinion sur le conflit en sera influencée. Il est fort probable que l’image associée à la description favorise cette sensation. Le monument, alors envisagé comme vecteur d’idée pacifiste au premier abord, aurait plutôt tendance à faire perdurer la conflictualité, d’autant plus s’il est accompagné par une mural renforçant le pouvoir d’identification sur le spectateur.

Sachant que le dark tourism est très développé dans cette ville, on peut émettre l’hypothèse que les mémoriaux aux victimes ne sont pas uniquement créés pour les populations locales et protagonistes du conflit mais qu’elles se dirigent vers les touristes. En effet, il est possible que les murals peintes aux côtés des mémoriaux soient mobilisées afin de victimiser le parti concerné envers l’autre et face à l’opinion internationale. Ainsi, grâce à la dimension sensiblement touchante de la jonction mémorial-murals, les partis se victimisent et se déchargent donc en partie de la responsabilité des dommages humains et matériels dus aux troubles.

Nous avons donc vu que la justification des actions des partis dans les conflits est présente au travers de symboles dans les murals. Nous avons précédemment avancé l’idée que les partis cherchent à rallier les observateurs extérieurs aux conflits dans leur camp, en disposant notamment les murals de manière à toucher le spectateur et à se placer en tant que victime dans le conflit. Dans cette partie nous expliquerons comment ce même processus de victimisation est présent dans les textes des murals. Grâce au plan détaillé du site http://www.belfast-murals.co.uk, un échantillon de cinquante murals (vingt cinq murals unionistes et vingt cinq murals loyalistes) fut utilisé afin d’étudier le champ lexical utilisé dans ces peintures. Nous chercherons à montrer que les deux partis ne font pas usage des mêmes mots et que cela traduit deux manières d’expliquer le conflit. Le tableau ci dessous répertorie les résultats de l’analyse de contenu.

content analysisNous pouvons donc observer dans notre échantillon grâce au tableau plusieurs champs lexicaux ressortant des mots utilisés pour représenter les partis unionistes et loyalistes. Ces champs lexicaux sont de trois ordres : la lutte, les références territoriales et communautaires et le post-conflictualisme.

  • Analyse du champs lexical de la lutte :

Le tableau précédent montre que le parti loyaliste utilise plus de mots liés à la lutte que le parti nationaliste. Le mot militants est visible sur environ vingt pour cent des murals loyalistes (d’après notre échantillon de vingt cinq murals) tandis que le mot le plus fréquemment utilisé pour les républicains est resistance. Ces deux mots ne sont pas en opposition mais ne se définissent pas de la même manière; ainsi d’après la définition anglaise du site Merriam Webster, militant signifie « having or showing  a  desire  or   willingness   to  use   strong,   extreme,    and      sometimes forceful methods to achieve something»¹ (Simple définition of militants [en ligne] http://www.merriam-webster.com/dictionary/militant) Ce mot est donc synonyme en anglais d’action politique ou idéologique violente. En ce qui concerne le mot resistance, toujours d’après la même source, la définition est la suivante : «refusal to accept something new or different » ou «effort made to stop or to fight against someone or something »² (Simple définition of resistance [en ligne] http://www.merriam-webster.com/dictionary/resistance). Autrement dit, l’acte de résistance n’inclue pas nécessairement un acte violent.

En tenant compte des autres mots utilisés par le parti loyaliste tels que guns, attacked, conflict on réalise la différente vision des troubles par chacun des partis. Pour parler du conflit, le parti loyaliste fait  plus appel à la dimension brutale et armée du conflit. À l’opposé, le parti républicain utilise les mots brave, oppression, fall, faisant plutôt référence à un champ lexical de la survie. Les républicains se décrivent donc plus comme étant en position dominée ou alors en position de subsistance face à une force supérieure politique opposée et offensive.  

  • Analyse du champs lexical post-conflictualiste:

En ce qui concerne la dimension post-conflictualiste, les murals des deux camps font une utilisation commune de mots tel que freedom. L’usage de ce mot (liberté) pourrait faire référence à l’ultime but vers lequel tend la ville de Belfast. La différence d’usage du mot par les deux partis réside ici dans les extensions employées. En effet, freedom est utilisé sous différentes dérivées par le parti nationaliste républicain, on peut donc lire dans les quartiers républicains les termes free, free union ou encore liberation à plusieurs localisations.

Le deuxième mot le plus utilisé par le parti loyaliste unioniste est murder, alors que celui n’est visible qu’une seule fois de l’autre côté du conflit. Nous pouvons noter également que la devise du parti loyaliste : « no surrender » apparait deux fois parmi notre échantillon. Ce slogan est à contre-sens de l’idéologie pacifiste puisque qu’elle se traduit par « ne pas renoncer ». Elle est depuis longtemps utilisée par le parti, qui considère que les conflits n’auront de fin que lorsque l’autre camp aura cédé, autrement dit, le parti pour la gouvernance anglaise exprime son mécontentement envers l’idée de trouver un terrain d’entente mettant fin aux tensions.

Les deux partis font enfin référence aux victimes et aux combattants ayant servit leur communauté. L’usage de murder est fréquent pour les loyalistes tandis qu’il n’apparaît qu’une fois chez les nationalistes. Enfin, on peut noter le terme martyrs utilisé par les nationalistes, impliquant directement la souffrance notamment d’après le dictionnaire anglais Merriam Webster  “a person who is killed or who suffers greatly for a religion, cause, etc..” (simple definition of martyr [en ligne] http://www.merriam-webster.com/dictionary/martyr)

Plus largement, il est remarquable que les partis anglais voient en la situation post-conflit un espoir de victoire progressive sur le camp opposé. A l’inverse, le vocabulaire utilisé par les nationalistes, pourrait indiquer que ceux ci revendiquent une plus forte volonté de paix. De plus, ces derniers font un usage fréquent de mots relatifs au martyre et à une position, encore, de victimes premières de ces troubles.

  • Analyse du champs lexical de territorialité et de communautarisme:

Ce champ lexical est peu représenté comparé aux deux autres ressortis de l’étude, néanmoins on peut remarquer deux niveaux d’appartenance des partis.

Le parti républicains nationaliste à tendance à valoriser les origines celtiques et irlandaises tandis que le parti loyaliste légitime directement sa présence en Ireland du Nord de part l’appropriation des toponymes Ulster, North Belfast. Ce parti loyaliste se considère également comme une équipe (team) alors que l’on retrouve plutôt l’idée de communauté du côté des nationalistes. Enfin, on peut remarquer au sein de notre échantillon une différence d’échelle lorsqu’il s’agit des protagonistes du conflits. En effet nous pouvons trouver dans les murals loyalistes le terme royalty, menant directement au sommet de la gouvernance recherchée, alors que les nationalistes emploient le terme civil à deux reprises. La volonté de représenter les populations concernées dans le conflit est donc différente selon les partis, la vision est soit micro, soit macro.

A la suite de cette analyse de contenu, nous distinguons deux mentalités. En effet, nous avons observé que les partis n’évaluent pas de la même manière leur rôle dans le conflit. Quand les loyalistes prônent la puissance de leurs armées et troupes militantes qui ne renonceront jamais à la lutte, les nationalistes, à l’opposé, n’évoquent pratiquement pas leurs actions violentes dans le conflit. Au contraire, après cette analyse nous pouvons remarquer que ceux ci ont tendance à évoquer leurs forces de résistances et donc intrinsèquement, leur statut de victime en recherche de processus de paix. Quant au registre de justification, l’analyse de contenu démontre que les anglais loyalistes justifient leurs actions en faisant référence textuellement à leur connaissance du territoire nord-irlandais afin de prouver leur présence ancienne et comme « logique » sur ce territoire. Ainsi, ils légitiment les troubles et assument la défense d’un territoire qu’ils considèrent acquis. En parallèle, les irlandais républicains remontent jusqu’aux origines celtiques pour revendiquer leur appartenance à un peuple irlandais avant même l’existence dune population anglo-irlandaise.

Symboles les plus présents
Symboles les plus présents

cliquer pour agrandir le tableau

Méthode utilisée :

Afin de réaliser au mieux notre enquête nous avons eu besoin d’obtenir de l’information formelle et de l’information informelle; mais principalement d’informations qualitatives. Nous avons également opté pour une approche interprétative, c’est à dire d’étudier les sources à notre disposition afin de comprendre la culture en question.

Continuer la lecture de Des symboles pour se justifier

Linen Hall Library

Par Chantal Vetter

La visite de la Linen Hall Library nous a peu à peu fait entrer dans l’histoire du conflit. Fondée en 1788 par la Belfast Reading Society, elle est la plus ancienne bibliothèque de la ville.

Notre groupe s’est séparé pour faire un tour guidé, proposé par deux bénévoles. En montant à l’étage supérieur, nous sommes passés à côté d’une collection d’affiches qui nous a donné un aperçu des slogans utilisés durant la période des Troubles. Les affiches font partie de la collection Troubled Images. Elles ont été sélectionnées parmi plus de 3’500 posters. Leur aspect graphique et visuel ainsi que les écrits reflètent les discours de cette période. La collection a déjà été prêtée aux USA, au pays Basque et à la Cisjordanie, ces deux dernières régions étant elles-mêmes liées à un conflit identitaire.

Troubled Images Collection, Chantal Vetter, 29.02.2016, Linen Hall library, Belfast

Notre deuxième guide nous a ensuite montré la collection la plus originale de la bibliothèque qui est la Northern Ireland Political Collection, originale car elle ne rassemblent pas seulement des documents écrits comme on pourrait s’y attendre mais aussi de nombreux objets instrumentalisés par les acteurs du conflit et elle est la seule en son genre. Tout a commencé en 1969, lorsque Jimmy Vitty, le bibliothécaire de l’époque, a gardé un tract pour les Civils Rights qu’il avait reçu dans un bar. Depuis, plus de 350’000 objets et écrits concernant le conflit, d’origine républicaine mais aussi d’origine loyaliste, ont été rassemblés dans l’espace politiquement neutre de la Linen Hall Library. Entre les statuettes de Ian Paisley et de Gerry Adams qui se font face, une lavette pour bébé et un t-shirt avec Bart Simpson ou encore Bob the Builder affirmant leur loyauté au Royaume-Uni ou se prononcent pour une Irlande réunifiée, les anciens livres écrits en perse perdent de leur importance et le bibliothécaire était bien convaincu que les souvenirs des Troubles apportent plus aux visiteurs que des pages écrites en langues inconnues. Ces objets ont été détournés de leur utilité quotidienne pour affirmer une position politique et une identité, par une réappropriation, par exemple, du terme prod, appellation utilisée par les Catholiques pour dénigrer les Protestants (Cf. lavette et Bart Simpson). Ce sont surtout les loyalistes qui utilisent des personnages populaires, mais Bob the Builder qui, lui, reconstruit les 32 comtés et réunit ainsi l’Irlande du Nord au reste de l’Irlande semble plutôt être mobilisé par les républicains.

Northern Ireland Political Collection, Chantal Vetter, 29.2.2016, Linen Hall Library, Belfast

Les objets probablement les mieux conservés de la bibliothèque étaient des messages qu’ont écrits Bobby Sands et un autre prisonnier républicain sur des papiers de cigarettes ou du papier toilette. Les messages étant protégés par le mince film plastique du paquet de cigarettes, ils les faisaient sortir de prison en les passant de bouche à bouche lors d’un baiser d’adieu. Outre ces objets personnels liés aux Troubles, la Northern Ireland Political Collection rassemble aussi plus de 2’000 périodiques (notamment du Loyalist News et de l’An Phoblacht), les archives de la Northern Ireland Civil Rights Association et de la Northern Ireland Womens Rights Association, des nouvelles, poésies et pièces de théâtres…

La Linen Hall Library reste un endroit particulier et joue un grand rôle pour donner à ses visiteurs une meilleure compréhension du conflit en mettant à disposition de nombreux documents relatant la vision des deux parties.

Sources:

Linen Hall Library, [en ligne], URL : https://www.linenhall.com, Consulté le 16.3.2016

Urban Dictionary, [en ligne], URL : http://www.urbandictionary.com/define.php?term=Prod, Consulté le 14.5.2016

La Chaussée des Géants

Par Sophie Compagnon, Anna Paiuc et Simon Paratte

Formation

La Chaussée des géants – ou Giant’s Causeway en anglais – est un site géologique composé de plus de 40’000 colonnes de basalte. Elles partent de la côte de l’Irlande du Nord, plus précisément du plateau d’Antrim, et s’enfoncent dans l’océan Atlantique.

Ce site très particulier a permis le développement des sciences de la terre. En effet, il est étudié depuis plus de 300 ans et a vu s’opposer les écoles françaises et anglaises. L’une affirmait que cette formation était due à des éléments venant de la terre et l’autre de l’océan. Comme nous allons le voir, c’est une combinaison des deux qui a créé ce paysage spectaculaire.

Il y a 40 à 60 millions d’années, durant l’ère géologique tertiaire, le nord de l’océan Atlantique s’est séparé, créant une activité géologique violente et d’importantes coulées de lave. Quand la lave a refroidi, elle s’est solidifiée en roche basaltique et a formé, par couche successive de basalte, le plateau d’Antrim. C’est à cause de la contraction thermique relativement rapide de la lave que celle-ci a pris la forme de colonnes hexagonales. Au fil du temps, le plateau c’est aplani à cause de l’érosion provoquée par l’océan.

index1

Vue de la Chaussée des géants, Sophie Compagnon, 02.03.16, Chaussée des géants.

Le mythe

La légende de la création de la chaussée des géants provient de la mythologie celtique irlandaise. Elle raconte que deux géants, Finn MacCool et Benandonner étaient ennemis jurés depuis longtemps, mais ne vivant pas sur la même île, ils ne s’étaient jamais confrontés. En effet, Finn vivait en Irlande alors que Benandonner faisait partie des géants écossais.

Un jour, énervé, Finn décida de créer un chemin pour défier enfin son ennemi. Pour ce faire, il lança des pierres dans l’eau ce qui donna naissance à la chaussée des géants. Mais il remarqua très vite son erreur en voyant arriver Benandonner, car il était bien plus grand que lui. Paniqué, Finn rentra chez lui demander de l’aide à sa femme Oonagh qui eut rapidement l’ingénieuse idée de déguiser son mari en bébé et d’inviter Benandonner chez elle en prétendant son mari parti à la chasse.

Elle prit tout son temps à mettre en valeur la grandeur et la force de Finn, en indiquant à Benandonner les énormes rochers qu’il était capable de lancer, la nourriture dure qu’il adorait manger alors qu’elle cassait les dents au géant écossais. Et finalement, Oonagh lui présenta Finn déguisé en bébé. Benandonner fût effrayé en voyant le bébé car il imaginait la taille de son père, son ennemi. Il prit la fuite et détruit dans son passage la chaussée des géants pour éviter que son ennemi ne vienne le défier en Ecosse.

Il ne resta que le début du passage des deux côtés, l’un en Irlande qui devint la chaussée des géants et l’un en Ecosse qui devint la grotte de Fingal sur l’île de Staffa.

Visitor centre

Avant d’arriver à la Chaussée des Géants, il faut entrer dans le centre touristique dédié au lieu. Entièrement remis à neuf depuis un incendie, ce centre a été aménagé afin de s’intégrer au mieux à son environnement, en effet son toit est recouvert de verdure et ses parois ressemblent aux colonnes de basalte.
À l’intérieur, une partie du centre propose rafraîchissements et souvenirs. Une autre partie du centre présente la Chaussée des Géants, sa formation, sa légende, ainsi que diverses activités interactives afin de se familiariser au lieu.

Renomée

La Chaussée des Géants fait parti du patrimoine mondial de l’UNESCO et est entretenue par le National Trust, qui s’occupe de la conservation et de la valorisation de sites et d’autres monuments se trouvant notamment en Irlande du Nord. Ce prestigieux site, de part son attrait géologique, est également classé sous d’autres appellations, comme par exemple sous l’ « Areas of Special Scientific Interest (ASSIs) » ou encore comme réserve naturelle.

Expérience personnelle

Après avoir visité le centre touristique, nous avons récupéré des audio-guides afin de pouvoir avoir des informations tout au long de notre visite.
Nous avons longé la côte du « Portnaboe » jusqu’au « Port Noffer » à travers un vent tempétueux. Le docteure Jennifer McKinley du département de Géologie à l’Université de Queen’s nous accompagnait. En chemin nous nous sommes arrêtés à différents endroits, où elle nous donnait des informations sur la géologie des lieux.
Arrivés à la Chaussée des Géants, après avoir eu de la grêle et de la pluie, nous avons pu profité du lieu, prendre des photos, le tout sous le soleil irlandais. Malheureusement, la chaussée principale était fermée due aux conditions météorologiques changeantes.

index

Notre groupe en haut des colonnes de basalte, Sophie Compagnon, 02.03.16, Chaussée des géants

Bibliographie

Une visite au Loyalist Museum – Andy Tyrie Interpretive Centre

Par Emilie Guibert et Valentina Ferreira Gutiérrez

Après avoir passé une partie de notre séjour à découvrir plusieurs facettes de Belfast, nous avons eu l’opportunité d’en explorer une nouvelle, notamment le quartier protestant de East Belfast. Robert, notre chauffeur de bus nous a déposés devant le  Loyalist Museum, un musée administré bénévolement par plusieurs personnes ayant vécu la période des Troubles. Deux d’entre elles nous ont proposé une visite en deux parties, la première comprenant un walking tour dans le quartier de East Belfast, et la seconde une visite guidée du musée. Le soleil n’étant pas de la partie, nous avons été chaleureusement accueilli avec du thé et du café pour nous réchauffer.

Nous avons donc commencé par une visite guidée du quartier d’environ une heure. Un des guides nous a conduits vers les principaux mémoriaux et murals du quartier en nous explicitant l’aspect symbolique que ces derniers revêtent pour la communauté protestante. Parallèlement, ce dernier nous expliquait le rôle que les individus représentés sur les fresques ont joué lors du conflit, ainsi que le statut des victimes auxquels les mémoriaux sont dédiés.  Parfois, il faut avouer que nous avons été choqués par la violence de certaines peintures et slogans. En effet, nous avions l’impression que ces derniers avaient pour but de promouvoir les différents groupes paramilitaires (notamment l’UYM, UDA, UFF*), ce qui nous a semblé paradoxal étant donné le processus de paix initié en 1998.  “For as long as one hundred of us remain alive, we shall never in anyway consent to submit to the Irish for it’s (…) UDA/UFF”. Ces propos figurant sur une des fresques les plus célèbres du quartier illustre bien l’atmosphère de violence encore patente en ce lieu.

Tout au long de la visite, nous avons remarqué que notre guide utilisait souvent le pronom personnel “nous” lorsqu’il nous racontait l’histoire du quartier, ce qui peut nous laisser penser que ce dernier a été impliqué de manière partisane dans le conflit. Sans vraiment nous transmettre son expérience personnelle et son vécu, nous pouvions sentir dans ses dires un manque de neutralité et d’objectivité. Toutefois, ayant entrevu ce que le musée contenait, nous pouvions nous attendre à ce genre de discours plus ou moins partial. Malgré cela, nous avons trouvé cette visite très intéressante et complémentaire à ce que nous avons appris auparavant à propos de Belfast. En effet, nous avions déjà visité le quartier protestant de Shankill, mais uniquement à travers les yeux d’un guide catholique. Ici, le fait d’être accompagné par une personne s’identifiant à la cause républicaine nous a permis d’accéder à un autre point de vue du conflit.

Après une heure de marche dans le froid de Belfast, nous sommes passés à la deuxième partie du programme, à savoir la visite du musée. Les objets y figurant étaient tous liés à la période des Troubles. L’abondance d’armes, d’articles relatant les crimes perpétrés par l’IRA** et les mannequins revêtant les uniformes militaires de l’UFF et de l’UDA nous ont plongés de manière indirecte dans l’atmosphère violente du conflit.

Tout au long de notre visite, nous avons parfois eu l’impression d’assister à une sorte de “performance identitaire” de la part de nos deux guides, comme si ces derniers tentaient de promouvoir la cause loyaliste auprès des visiteurs. Malgré cela, connaître les deux versions du conflit nous a permis d’avoir une vision plus globale des Troubles. Grâce à toutes les informations que nous avons assimilées à travers nos diverses expériences, nous pouvons maintenant adopter une pensée plus critique et objective du conflit ayant sévit à Belfast. Au cours de notre voyage, divers points de vue nous ont été transmis. L’hétérogénéité de ces derniers nous a conduit à considérer la période des Troubles avec un certain recul. Or, cette distanciation s’avère nécessaire dans le cadre d’une analyse neutre et académique.

*UYM: Ulster Youg Militance / UFF: Real Ulster Freedom Fighters / UDA: Ulster Defense Association

** IRA: Real Irish Republican Army

Une visite au centre gaélique Cultúrlann McAdam Ó Fiaich

Par Laetitia Valentin et Christina Zholdokova

Mardi 1er mars 2016, aux alentours de midi, nous venions tout juste de terminer la visite en Black Cab et nous avons été déposés par ceux-ci devant le centre gaélique Cultúrlann McAdam Ó Fiaich sur Falls Road.

Ce centre culturel est installé dans une ancienne église presbytérienne à laquelle une nouvelle aile a été rattachée pour établir une galerie d’art. Nous avons d’abord eu le plaisir de manger au café du centre se trouvant dans le hall d’entée au rez-de-chaussée. Nous avons été surpris de recevoir un menu bilingue gaélique d’un côté, anglais de l’autre. En fait, le centre cherche à faire perdurer la culture irlandaise principalement par le biais de la langue gaélique. Pour ce faire, il organise des séances de théâtre, offre la possibilité de prendre des cours, soit d’initiation, soit de perfectionnement de la langue gaélique, vend des livres autours de la culture irlandaise tant en gaélique qu’en anglais. Il propose également des bijoux et d’autres petits articles en lien avec la culture irlandaise et organise des expositions de tableaux ayant pour thème les paysages d’Irlande.

Nous avons eu droit à une conférence de la part d’un membre du Cultúlann McAdam Ó Fiaich nous expliquant les butes de ce centre. Ils affirment être ouvert à tous, d’ailleurs, ils invitent également les protestants à venir voir les spectacles. Leurs objectifs sont donc purement culturels. Cela dit, nous avons tout de même appris durant cette conférence qu’un clivage langagier et culturel persiste entre catholiques et protestants. En effet, les enfants catholiques apprennent le gaélique à l’école alors que les enfants protestants n’apprennent que l’anglais et en raison de ce clivage, il est d’autant plus difficile d’attirer des Unionistes dans un centre qui prône les valeurs irlandaises. Malgré cette séparation persistante entre les deux cultures, un pas de plus vers la paix et l’ouverture à la culture irlandaise est effectué par le centre.

Nous avons également reçu un petit dépliant traduisant de l’anglais au gaélique les expressions de tous les jours les plus courantes (à voir ci-dessous)

Fun facts:

– Après les rénovations apportées en 2011 à l’ancienne église presbytérienne abritant le centre de culture Cultúrlann McAdam Ó Fiaich, une galerie d’art sous le nom de Gerard Dillon est ouverte.

– Seule Marie Louise Gormley, artiste créant des images en feutre, assemblées à la machine à coudre à partir de soies teintes à la main et de fils à broder, est représentée à la galerie d’art pour le moment.

– La galerie n’est pas seulement un lieu d’exposition, mais également d’achat, étant donné que des prix figurent sur une partie des œuvres, permettant un soutien aux artistes locaux.

– Un espace comportant des panneaux tactiles interactifs est présent dans cette nouvelle aile du centre et permet d’acquérir des connaissances sur la toponymie des lieux, la poésie, la littérature, le langage, l’histoire, ainsi que d’autres aspects de la culture irlandaise.

– La collection de livres en vente dans la boutique du rez-de-chaussée a longtemps voyagé de librairie en librairie, avant de finalement être établie de manière permanente au centre Cultúrlann McAdam Ó Fiaich. Cette librairie est dite la plus complète et diversifiée d’Irlande du Nord, regroupant des ouvrages traitant uniquement de la culture et de la vie irlandaises.

– De petits concerts de musique irlandaise jouée par des artistes locaux sont organisés au sein du restaurant situé en face de la boutique, au rez-de-chaussée.

– Les activités proposées par le centre Cultúrlann McAdam Ó Fiaich comportent même des cours de bodhran, un instrument de percussion utilisé dans la musique irlandaise, découvert lors de ce qu’on appelle la « Révolution Celtique » des années 1960, ne servant auparavant que d’objet rituel lors de rites religieux.

Dépliant traduction anglais – gaélique

 

Bibliographie

Article:
Cultúrlann McAdam Ó Fiach (2004-2016)[En ligne] URL: http://www.culturlann.ie/en/, consulté le 29 mars 2016.

Fun facts:
1) Cultúrlann McAdam Ó Fiach (2004-2016) [En ligne] URL: http://www.culturlann.ie/en/
Consulté le 15 avril 2016.
2) Visit Belfast: The Official Visitor Website [En ligne] URL:
http://visitbelfast.com/things-to-do/member/culturlann-mcadam-o-fiaich
Consulté le 15 avril 2016.