Mur des super-héros

Par Christina Zholdokova, Laetitia Valentin & Véronique Battier

Introduction

Les rues de Belfast regorgent de fresques murales faisant pour la plupart référence au conflit inter-confessionnel, mais certaines ont cependant un caractère non-partisan. L’objet de ce travail est de se demander s’il est possible, à travers la peinture d’un mur, de transiter à une optique plus pacifiste, non violente ou non conflictualiste tout en gardant la tradition des fresques murales, remontant à l’époque du conflit.

Notre projet tourne principalement autour de la fresque des super-héros se situant dans le quartier de Sliabh Dubh sur Springfield Road. L’objectif de la réalisation de cette peinture était la cohésion sociale du quartier dans lequel elle se trouve. Nous cherchons à déterminer si cet objectif a effectivement été atteint, notamment par l’observation de l’insertion de cette fresque dans l’espace public, ainsi que via des interviews de plusieurs personnes pouvant nous renseigner sur le sujet.

Est-il possible, à travers le processus des murals, de dépasser les divisions politiques issues du conflit Nord-Irlandais en représentant des images non-partisanes?

[cliquez sur les liens en vert pour accéder aux différentes parties  de l'article]

Méthodologie

Données et Analyse

Situation des murals sur la carte:

Galerie de photos

Bibliographie commentée

Annexe

Images des Murals en circulation dans le tourisme

« Quelles representations des murals de Belfast alimentent un cercle d’images? Quelles significations ce cercle prend-il dans le contexte post-conflictuel de la ville? »

Par Nicole Frazier, Simon Paratte & Léa Zignani

‣ INTRODUCTION

Chaque année, 9.5 millions de touristes visitent la ville de Belfast. Les murals font indéniablement partis de l’offre touristique de la ville. A travers notre voyage d’étude et sa préparation, nous nous intéressons au sujet des images de murals en circulation auprès des touristes. Notre objectif est de constituer un échantillon de représentations des murals adressées aux touristes, se répétant sur des documents leurs étant destinés, formant ainsi un cercle d’image.

Pour ce faire, nous nous penchons sur diverses sources, telles que des visites organisées dans le cadre du voyage d’étude. Nous rajoutons à cela une analyse de documents récoltés ainsi que des mirco-trottoirs effectués sur place.
Nous tentons ici de constituer une collection de ces images récurrentes, tout en étudiant les agents les mettant en circulation c’est-à-dire les acteurs du tourisme ainsi que les touristes eux-mêmes ; mais aussi les motifs qu’elles représentent. Nous nous interrogeons notamment sur les explications et les raisons possibles derrière la redondance d’images des murals les plus représentés.


INTRODUCTION

‣ PARTIE THÉMATIQUE
 
‣ CONCLUSION
 

 

Dark tourism à Belfast

Notre travail s’inscrit dans la thématique du tourisme, et plus précisément, dans le dark tourism, cette forme de tourisme est indirectement et intimement liée aux catastrophes humaines et naturelles, et donc à la mort et à l’atrocité. Nous allons rapporter ce thème à la ville de Belfast qui fut le terrain d’affrontements violents ayant conduis à la construction de frontières physiques. Même si aujourd’hui le conflit a été officiellement résolu et que de ce fait, le but des peace walls n’est plus le même qu’autrefois, ces murs et les fresques qui les recouvrent ne peuvent se détacher de la caractéristique sinistre qui leur est associée et qui a été au fondement même de leur construction.

Dans cette optique, nous tenterons d’expliquer dans quelle mesure l’offre touristique à Belfast repose sur une logique propre au dark tourism. Pour ce faire, nous nous focaliserons au préalable sur l’offre touristique et sur comment ces lieux sont présentés et notamment à travers l’analyse de divers documents tels que les flyers, sites internets et guides touristique. Sur place, nous nous concentrerons sur les discours des acteurs de l’offre touristique et sur la manière dont les tours sont présentés. Le questionnement quant à la mobilisation et l’instrumentalisation de la mort et des atrocités commises en ces lieux sera central dans notre recherche . Nous sommes en effet face à une forme de tourisme atypique et inhabituelle. Il s’agit d’explorer si les différents acteurs de l’offre exploitent cette originalité.

Belfast: murals, émotions et processus de paix

Cécile Walder, Celeste Tran, Chantal Vetter

Problématique

Notre travail portera sur les émotions que suscitent les murals chez leurs spectateurs, les Belfastois comme les touristes. Nous nous interrogerons plus particulièrement sur le(s) rôle(s) donné(s) à ces émotions dans le processus de paix.

Ces murals ont été peints dans un contexte extrêmement tendu, avec pour but d’intimider, de marquer le territoire, de commémorer, en suscitant des émotions chez les spectateurs (Crowley: 2011). Aujourd’hui, à la suite du processus de paix entamé dans les années 90, le tourisme se développe dans la ville, notamment autour de l’héritage du conflit. Nous souhaitons observer la façon dont les émotions des spectateurs sont mobilisées, voire instrumentalisées dans ce nouveau contexte, en prenant en compte d’une part l’apparition de nouveaux spectateurs, les touristes, et d’autre part les souvenirs que les habitants ont des Troubles et des évènements historiques de l’Irlande du Nord.

Notre question de recherche peut être formulée de la façon suivante:

Comment les émotions que provoquent les murals de Belfast auprès des spectateurs – Belfastois et touristes – sont-elles mobilisées dans le contexte du processus de paix?

Méthodologie

Pour la méthode, nous avons adopté différentes approches, in primis l’entretien orienté sous forme de micro-trottoir et l’analyse de discours.

Pour  la récolte des données, le micro-trottoir a été choisi car il est rapide et permet ainsi d’approcher un grand nombre de personnes en peu de temps. Une liste de mots a été conçue pour faciliter les réponses des interviewés.  C’est une liste contenant une multitude de mots exprimant des sentiments. Les personnes ont dû entourer les sentiments qu’elles ont éprouvés face au mural. Cette méthode a permis de suggérer des sentiments, dont la nomination n’est pas forcément facile. Cependant, il y a le risque d’induire un biais, étant donné que nous avons constitué nous-mêmes cette liste de mots. Afin de minimiser ce risque, nous avons mis un maximum d’émotions, qui n’étaient pas forcément, à notre avis, en lien avec les murals étudiés, et avons ajouté un espace blanc, où les personnes avaient la possibilité d’ajouter des sentiments manquants. Cette liste nous a permis également de rapidement constater si les mêmes émotions avaient été sollicitées ou non.

Questionnaire
Liste de mots

Sur le terrain, nous avons décidé de nous concentrer sur une fresque seulement, celle de Bobby Sands. Les raisons de ce choix sont multiples: avant tout, il s’agit d’un mural représentant un personnage emblématique de ce conflit. Il relève donc d’une grande importance au sein de l’histoire belfastoise. Le fait que ce mural soit une attraction touristique connue était un avantage car le lieu était ainsi très fréquenté. Il se trouve dans une rue de passage, fait qui a été à la fois un désavantage puisque les gens avaient moins tendance à s’arrêter et à mettre à notre disposition leur temps, et à la fois un avantage, puisque cela augmente le nombre des individus qui pouvaient être interviewés. Les Belfastois étant ouverts à la discussion, nous avons préparé des questions complémentaires au micro-trottoir, afin d’approfondir les premières pistes de réflexion que nous avions pu identifier. De cette manière, nous avons pu les ajuster en fonction du contexte et diriger les réponses en essayant d’en relever des éléments plus pertinents à la nouvelle problématique.

Pour la rédaction finale de notre travail, nous avons tout d’abord informatisé les données récoltées afin d’en faciliter la lecture et l’analyse et nous aider à en avoir une vision globale. Ensuite, nous avons utilisé nos carnets de terrain. Les discussions avec les Belfastois ont enrichi les connaissances que nous avons pu acquérir lors des visites et des conférences auxquelles nous avons participé. Nous nous sommes également aidées des debriefings faits avec les autres étudiants qui avaient eux aussi des ressentis à exprimer. Ces discussions nous ont permis de prendre en compte un maximum d’idées en rapport à la problématique. Elles ont aussi créé un cadre d’échange mutuel de nos impressions, de nos doutes, etc.

Une approche des émotions avec le mural de Bobby Sands

Les murals de Belfast ont plusieurs rôles qui sont aujourd’hui réétudiés en raison de la campagne re-imaging Belfast. En effet, depuis le Good Friday Agreement de 1998, les autorités essaient d’améliorer l’image de la ville. En ce qui concerne les murals, plusieurs ont été enlevés ou remplacés car ils représentaient des sujets violents ou des groupes paramilitaires illégaux. Or le tourisme profite de l’histoire des murals dans ses activités et ce sont surtout les murals en lien direct avec le conflit qui sont intéressants pour les acteurs touristiques. Le rôle des murals a donc changé au cours du temps. Etant tout d’abord des marqueurs territoriaux et des appels au soutien de la communauté, les murals ont aussi servi aux campagnes électorales du Sinn Féin en transmettant un message idéologique. Aujourd’hui, certains rappellent aussi des évènements historiques. « If there is a significant historical moment to be recalled, or an important ideological message sent, a memory that needs to be fostered, information that has to be shared, a death that has to be commemorated, a cause that needs to be fought for – somewhere or other it will find expression on a wall, making an intervention in public space, demanding attention.  » (Crowley : 2011). Les murals ne sont pas là pour les touristes, mais avant tout pour la population locale. C’est là que les émotions entrent en jeu : elles vont donner de la force aux images, leur donner un certain pouvoir. Lors de notre travail sur le terrain, nous avons identifié plusieurs rôles dans lesquels les émotions évoquées par les murals sont importantes, que ce soit dans le tourisme ou dans les représentations qu’en a la collectivité. Notre recherche sur le terrain nous a montré que même dans le contexte actuel de processus de paix, les murals suscitent encore des émotions.

Lors de nos moments passés sur le terrain, nous nous sommes focalisées sur une peinture en particulier pour mener nos micros-trottoirs, celle de Bobby Sands. C’est un portrait du personnage souriant, entouré de couleurs vives et de chaînes se brisant, portant le message “Everyone republican or otherwise has their own particular role to play … Our revenge will be the laugh of our children”. Il se trouve sur Falls road et est peint sur la façade de l’office du Sinn Féin (parti politique républicain, ayant eu des liens avec l’IRA). La figure de Bobby Sands est un des symboles fort de la lutte républicaine. Il était activiste et membre de l’IRA et est mort en prison après 66 jours de grève de la faim. Pendant ses deux séjours en prison (entre 1972 et 1981) il s’est mobilisé pour protester contre le changement de statut des prisonniers politiques, qui, dès 1976, sont devenus des prisonniers de droit commun, et donc traités de la même façon que les criminels et délinquants. Avant de mourir, il s’était présenté pour être élu membre du parlement et gagna les élections. Cependant, le gouvernement refusa de le laisser entrer en fonction (en raison de son statut de prisonnier).

Mural en mémoire de Bobby Sands - Falls Road - 01.03.2016 - Cécile Walder
Mural en mémoire de Bobby Sands – Falls Road – 01.03.2016 – Cécile Walder

Une première partie de ce travail s’intéressera donc à la mise en tourisme des murals et leur utilité économique alors que la deuxième partie se focalisera sur les murals en tant que biens communautaires et oeuvres collectives. Chaque partie s’articule autour d’une mise en contexte et d’illustration et nous tenterons de faire des liens avec les données récoltées sur le terrain.

Tourisme des émotions : enjeux autour des murals

Capitalisation des émotions : les murals pris dans les rouages du dark tourism

Belfast voit arriver chaque année plus de 9 millions de visiteurs [1] et la ville investit beaucoup pour augmenter son attractivité. En 2012, les touristes ont dépensé 416 millions de livres sterling [2] à Belfast. Grâce à la pacification, le secteur du  tourisme est donc à nouveau devenu une véritable source de revenu pour l’économie locale. Pour les chauffeurs de Black cabs, d’anciens prisonniers républicains, ou encore les guides du Andy Tyrie Interpretative Centre, c’est une réinsertion professionnelle tout comme une façon de transmettre leur vision du conflit. La mise en avant de certains murals est une possibilité de rendre la ville à nouveau plus attractive. Le mural de Bobby Sands, sur lequel portait notre questionnaire, est le mural le plus reproduit et marchandisé.

Carte postale de Bobby Sands et Plan de Belfast et de ses murals, Chantal Vetter, 5.5.2016, Genève
Carte postale de Bobby Sands et Plan de Belfast et de ses murals, Chantal Vetter, 5.5.2016, Genève

Les murals font partie de la culture belfastoise mais ils sont de plus en plus instrumentalisés par les acteurs touristiques. « Now figured as heritage and commodified in various forms – postcards, posters, books and guided taxi tours – the murals have become a source of revenue and profit for a number of organisations: ex-prisoners’ associations, artists’ collectives, local community groups, and traditional commercial projects.  » (Crowley : 2011). Le mural de l’Easter Rising de 1916 à Falls en est un bon exemple. Suite à la discussion que nous avons eue avec le fils du propriétaire du magasin de souvenirs sur lequel est peint le mural, nous avons compris qu’ils espéraient attirer des touristes dans le quartier, notamment en vue du centenaire de l’Easter rising qui approchait. La raison d’être principale du mural, sous prétexte du centenaire, est aussi de nature lucrative. Le mural ayant un certain coût, il peut être vu comme un investissement pour le présent et le futur.

Mural en mémoire de l'Easter rising - Falls Road - 03.03.2016 - Cécile Walder
Mural en mémoire de l’Easter rising – Falls Road – 03.03.2016 – Cécile Walder

Les murals jouent ainsi de plus en plus un rôle économique. Ils sont inclus dans de nombreuses visites touristiques, en premier lieu les black cabs, mais les guides des Open bus city tours y font aussi référence. Une industrie du dark tourism s’est développée, où l’intérêt est historique, mais également sensationnel. On s’intéresse aux événements douloureux des Troubles, et cette industrie joue beaucoup avec le thème de notre travail: les émotions.

Le dark tourism est défini par Fabrice Folio comme étant “une forme de visites associées à l’affliction, aux tragédies et à la détresse sociale et économique” (Folio : 2015). Cette forme de tourisme est fondée sur le sensationnel et les émotions fortes. C’est un processus qui capitalise les émotions et en fait une source de revenu. Le fait, par exemple, que les guides touristiques soient des personnes qui ont vécu de près le conflit rend l’expérience touristique plus “vraie” et “authentique”.

Le dark tourism est aussi une façon de “mémorialiser” le passé (Assayag, 2007), en rendant tangible la mémoire des tragédies. En étant sur place, les touristes peuvent s’imprégner des lieux et vivre une expérience sensorielle que n’offrent pas les manuels d’histoire. Il a un rôle éducateur.  

L’attitude des Irlandais du Nord face au dark tourism est plutôt ouverte. Plusieurs personnes qui ont répondu à notre questionnaire se sont dits favorables à l’expansion du tourisme dans leur ville. Stan les adorent: « I love the tourists ». Un homme de Derry [3] aime les murals pacifiques « They keep tourism ». Une femme de Broadway [4] est plus pragmatique : « I don’t matter that tourists are coming. It’s part of it. ». Cependant, des questions s’élèvent sur la façon de faire les présentations touristiques et les souvenirs qu’en gardent les touristes. Comment s’articulent les discours des acteurs touristiques?

Discours proposés aux touristes : quelle dimension idéologique?

Suite à notre tour en black cabs, nous avons remarqué, en parlant avec d’autres étudiants, que les tours proposés ne sont pas aussi personnels qu’ils paraissent à première vue. Il y a une sorte d’accord sur les points à mettre en valeur et les détails à accentuer. Ainsi, pratiquement tous les chauffeurs ont insisté sur la jeunesse des victimes du conflit du côté républicain et sur la mise en valeur de la part des loyalistes de Stevie Top gun [5], un homme qui aurait tué 43 catholiques. Notre chauffeur a également soulevé le fait que d’après lui, les murals loyalistes montrent l’amertume des protestants « The protestant are bitter. They have a  memorial mural for a killer » [6].

Le discours peut donc être remis dans un contexte plus large en tant que discours républicain visant à susciter la compassion et la révolte du touriste qui l’écoute. Le discours vise clairement à rallier le touriste à la cause républicaine. Quand ce n’est pas le mural qui crée des émotions chez le touriste qui le regarde, c’est bien le discours qui y est associé. Les acteurs touristiques jouent donc un grand rôle dans la manière dont les touristes voient les murals, et surtout le conflit qu’ils représentent. Les auteurs de Feeling and Tourism studies confirment cet aspect: “It is in these places of ongoing political unrest that tourists, and tour guides, feel connections and divisions. In other words, emotions bind some touring bodies to nations and political allegiances, yet other bodies are marginalised.” (D.M. Budha: 2014, 111) Certains faits sont donc accentués alors que d’autres tendent à être omis. (Les actions de l’IRA par exemple ne sont pratiquement pas mentionnées par les guides du côté républicain.) Selon ces mêmes auteurs, les guides touristiques prennent des rôles politiques et vont plus loin en disant aux touristes ce qu’ils doivent penser ou ressentir. Avec l’exemple des guides touristiques de Jordanie, les auteurs soulignent le désir d’améliorer l’image que les touristes ont des Arabes et de l’Islam et de rétablir leur dignité. (D.M. Budha: 2014, 101) Observons-nous le même phénomène à Belfast, c’est-à-dire la volonté d’exporter une meilleure image de soi? Et est-ce que les discours rencontrent un écho chez les touristes qui les écoutent ? Les émotions permettent-elles toujours de fédérer des personnes autour d’une cause ? En tout cas, elles amènent les personnes à se positionner d’une certaine manière face au conflit. Selon Bernard Julien, « les jugements des individus, en fonction de leurs croyances et de leurs désirs, occupent ici une position prépondérante dans l’émotion » (Julien: 2015). Or, dans notre discussion avec les représentants de l’office du tourisme de Belfast, il est ressorti que les discours divergents des acteurs touristiques sont un des problèmes majeurs pour la ville. En effet, il y a une certaine concurrence entre les opérateurs touristiques nationalistes et loyalistes, chaque côté voulant donner sa vision du conflit. Une autre variable à prendre en compte, comme le souligne une professeure d’une cinquantaine d’année, est le manque de compréhension des touristes « The problem is, they don’t understand sectarianism. » [7] Les connaissances préalables des touristes peuvent avoir un impact sur leur perception, mais aussi sur leurs émotions. Un guide touristique israélien témoigne: selon leur background, les touristes sont plus ou moins choqués de ce qu’ils voient et entendent. (D.M. Budha: 2014, 110). Dans le contexte du dark tourism, le niveau d’information peut donc influencer la force des émotions.

Même si nous n’avons pas pu faire des entretiens plus approfondis avec les touristes rencontrés à Belfast, nous pouvons dire que leur expérience touristique est fortement liée à leur ressenti émotionnel.

Sentiments ambivalents : les touristes face au mural de Bobby Sands

Les données provenant des touristes [8] ne sont pas nombreuses : nous avons pu donner le questionnaire à trois touristes des Pays-Bas (deux femmes et un homme de 52, 54 et 32 ans respectivement) ainsi qu’à un couple britannique d’un cinquantaine d’années. Ces derniers étaient  à Belfast pour un jour.

Chose intéressante, une touriste néerlandaise s’est distinguée en étant la seule à avoir choisi toute une liste d’émotions : alarmed, angry, annoied, concerned, hurt. Ces adjectifs plutôt négatifs vont avec sa remarque : « young people getting killed sometimes for no reason ». Ses deux accompagnateurs ont eux aussi chacun eu un choix solitaire : suspicious et enraged, même s’ils se considèrent plutôt neutres.

Les touristes journaliers britanniques soulignent la tristesse que soulèvent les morts et le soulagement que ce soit du passé. « Part sadness that it’s here because of the Troubles, fighting and deaths etc… Part relief that’s now history, we can remember and learn form the conflict and the waste of lives and suffering and to try to respect other views, cultures and religions in the future ». Pour résumer, les deux ont choisi entre autres free et grief.

On observe que malgré la distance existante avec le conflit (aucune des personnes mentionnées ci-dessus n’a vécu les évènements sur place), ces visiteurs ont ressenti quelque chose en voyant la peinture de Bobby Sands. Ces émotions sont même plutôt fortes, voire engagées. Cette image a donc un pouvoir mobilisateur. Nous pouvons affirmer qu’il existe une sorte de lien émotionnel entre les touristes et les murals. Qu’en est-il des Belfastois eux-mêmes? Que représentent les murals pour eux aujourd’hui?

Les Belfastois et “leurs” murals

Quel est le rôle des murals pour les Belfastois ?

Le rôle premier des murals était d’être vu par la communauté elle-même. Dans le documentaire Art of Conflict, Bill Rolston, sociologue à l’université de Queens à Belfast et spécialiste des murals, explique : « The most important thing I would say about them that’s interesting is that most of these murals are in the heart of communities, the heart of working class communities. So their message is not to the outside world, not even to the tourists who come out in the thousands. But they’re message to these communities. “Are you with us? Are you against us? Are you in agreement with where we stand?” This is the community voice. » (Art of Conflict, 2012). Les murals ont donc une fonction de perpétuation des valeurs communautaires. Cet aspect des murals a été souligné par plusieurs de nos interlocuteurs : il est important de garder le passé pour les générations d’après pour qu’elles puissent regarder et connaître l’histoire.« It’s part of our history » (mère (45) et fille (18) de Broadway) [9]. Les émotions qu’ils suscitent chez la population locale ont pour but de leur rappeler la cause de leur lutte, la cause du conflit. Ils présentent la « lutte telle que la perçoivent les Républicains » (Maillot : 1997). Ils sont comme un rappel quotidien. David Ervine, un peintre muraliste, les compare à un crieur public « They’re like a town crier ». (Art of Conflict, 2012). Les murals font partie de la vie de tous les jours : plus leur message se répète, plus leur affirmation gagne en force. Le mural a un impact tant qu’il est là, une fois enlevé il ne reste que dans les mémoires et perd sa force de répétition. « Whatever you can say about these murals, you cannot accuse them of being apathetic. These are politically strong statements. The are communities saying, “Look, this is what we’ve gone through, this is what we believe, this is what we want.” And so they’re very, very powerful images. » (Bill Rolston, Art of conflict) Certains murals républicains ont été érigés en soutien à l’IRA et ses activités. L’IRA, comme tout groupe paramilitaire, avait besoin du soutien moral de sa communauté pour exister et légitimer cette existence. Les murals ont donc une double « fonction didactique » : ce sont des instruments de propagande et d’éducation (Maillot : 1997). Ils sont aussi instrumentalisés par les acteurs politiques. En évitant « la multiplication des graffitis », les murals permettent au « Sinn Féin de contrôler ce qui se dit/lit sur les murs républicains, et d’assurer une mainmise idéologique sur le quartier ». (Maillot : 1997). Les émotions qu’ils évoquent sont donc très importantes pour avoir un impact maximal dans la pensée des individus. Les républicains ont choisi de prendre la voie du romantisme, en représentant des héros issus de leur communauté, avec comme figure de proue Bobby Sands.

Point de vue divergents face au mural de Bobby Sands

Les émotions suscitées par les murals républicains s’inscrivent principalement dans une logique d’héroïsation et de romantisme, comme on peut l’observer pour la fresque de Bobby Sands. En effet, selon Maillot, « les grèves de la faim donnent à la lutte une dimension humaine, permettant aux républicains de contrer la propagande officielle visant à présenter les Volontaires de l’IRA comme des psychopathes et des terroristes (…) Bobby Sands devient vite le prototype du héros républicain, dévoué à sa cause, victime de l’injustice de tout un système. Depuis 1916, c’est la première fois que les républicains peuvent mettre en avant le sacrifice de l’un des leurs aux mains des oppresseurs. Les évènements aidant, Bobby Sands allait devenir une légende (…) L’effigie de Bobby Sands devient le symbole numéro un de la résistance. » (Maillot : 1997)

Les réponses dans nos questionnaires confirment cet aspect : la population locale est très touchée par la grève de la faim de Sands et le conserve en souvenir en tant que héros. Les termes héros ou légende reviennent souvent et sont associés à la fierté. Une femme de 41 ans, habitante de Falls Road [10] écrit : « Bobby Sands died a horrible death for us. I think this is beautiful. He’s my hero ». Robert, du bureau du Sinn Féin, dit que le mural est « an inspiration for people who see it, especially irish republicans who continue Bobby Sands struggle for irish freedom and independance. He is my hero ». Une femme de Broadway, 45 ans [11], écrit : « He’s a legend ». Les personnes qui se souviennent de Bobby Sands comme un héros sont de la même génération, tous autour de la quarantaine.

Bobby Sands est identifié à un symbole de la lutte pour la liberté et l’indépendance.  Bill Rolston résume : «Republicans obviously regard Bobby Sands as the prototypical hero, the man who stood to the might of Britain and used the ultimate weapon, the weapon that they could not take away from him, which was his own life » (Art of conflict, 2012). D’autres personnes se sont ajoutées à liste des martyres républicains et des murals sont peints en leur mémoire. Un sexagénaire du quartier de Ballymurphy [12] où se situe un mural représentant trois volontaires de l’IRA pense que représenter les personnes du quartier est l’atout principal des murals. « It reflects people. »[13] Ces portraits ont donc pour but d’évoquer des émotions positives telles l’admiration, la fierté, le respect face à ces personnes, parfois presque sanctifiées.

La version plus romantique du côté catholique avec la présence de nombreux héros, présentés en martyrs de la cause républicaine, est moins menaçante que les gunman représentés par les murals loyalistes. Selon Naomi Doak, les murals républicains attirent plus de sympathie justement grâce à la valorisation du passé romantico-celtique. (Notes du carnet de terrain)

Bien que nous observions l’héroïsation de Bobby Sands par la communauté locale, nous avons rencontré des personnes critiques envers cette tendance. Une étudiante protestante de la Queens University [14] pense que la reproduction et la sur-représentation de ce mural va à l’encontre du processus de paix et du lissage des tensions, en rappelant l’engagement controversé du personnage.[15] Une Belfastoise d’une cinquantaine d’année rencontrée devant ledit mural a elle aussi exprimé son scepticisme. Selon elle, Bobby Sands est « idéalisé ». Les personnes lui attribueraient des qualités posthumes, comme « par exemple le fait qu’il soit un poète ». Elle exprime également l’opinion qu’il n’aurait « pas été assez cultivé pour faire de la politique ». Cette femme se sent aliénée face au mural, car il ne permet pas de « construire les ponts vers le futur et le 21ème siècle ». Elle veut être « neutre, aller de l’avant tout en respectant le passé ».

Ces deux personnes viennent du milieu académique, l’une étant étudiante à l’université de Queens, et l’autre étant professeure. Les autres professeurs que nous avons rencontrés lors de notre visite à l’Université de Queens semblaient eux aussi très détachés du conflit et le considéraient d’une façon distanciée. Est-ce donc le milieu de l’éducation supérieure qui amène les individus à prendre du recul?  

Pratiquement tous les Belfastois républicains interrogés expriment un certain attachement aux mural de Bobby Sands, et surtout les résidents de Falls Road. Une catégorie particulière des habitants de Belfast sont les peintres muralistes, les auteurs des murals.

Peintres et murals: expression d’émotions personnelles ou collectives?

Quels sont les sentiments du peintre lui-même face à « son » mural ? Nous avons rencontré Danny Devenny un peu par hasard le jeudi matin, pendant notre deuxième moment de terrain, alors qu’il avait rendez-vous avec un autre groupe d’étudiants. Il est probablement le peintre muraliste le plus connu de l’Irlande du Nord. Il est l’auteur d’une grande partie des murals de Falls et s’engage fortement pour le processus de paix à sa manière, c’est-à-dire en peignant des murals avec un artiste loyaliste, Mark Ervine (le fils de Bob Ervine qui était un des premiers peacemaker de l’Irlande du Nord). A travers la courte discussion que nous avons eue avec lui ce jeudi matin et ses propos dans le documentaire Art of Conflict, nous avons constaté que les peintres muralistes ne représentent pas seulement les sentiments de la communauté, ils se définissent eux-mêmes comme militants politiques et ont souvent des liens très personnels envers le mural ou le sujet du mural.

Dans Art of Conflict, Danny Devenny parle de son rôle de soutien communautaire à l’IRA et au Sinn Féin. « Elles (les peintures murales) expriment le soutien pour l’IRA, pour les républicains en général, elles revendiquent des droits sociaux, ou bien le droit pour le Sinn Féin à être intégré dans les discussions concernant l’avenir de l’Irlande du Nord. » (Maillot : 1997). Ces propos reprennent l’idée de la transmission des valeurs communautaires à l’interne comme à l’externe du quartier en ce qui concerne les enjeux politiques de l’Irlande du Nord. Les artistes, dont Devenny, ne se considèrent pas comme tels (ils n’ont d’ailleurs que rarement suivi une formation artistique) mais se voient comme des militants politiques qui, grâce à leur peinture, exprime « une réaction par rapport au quotidien ». (Maillot : 1997) « On ne fait pas de l’art pour l’art, mais on peint pour réagir face aux évènements. On fait un travail pour le Sinn Féin, pour l’IRA, pour le mouvement républicain, au même titre que le militant politique ou le Volontaire de l’IRA. » Et à Devenny d’ajouter « I see myself as a political activist.” (Art of Conflict, 2012). Les témoignages de deux peintres muralistes loyalistes font le lien entre les sentiments communautaires et les sentiments personnels des peintres. « I’ve never regretted any of my work, you know, cause at the time it was the feelings. It was representing my feelings and the community feelings through the art.  » David Craig, un autre peintre muraliste loyaliste, parle de fierté: « I get a sense of pride out of it. You know, people came and asked me to basically represent their feelings and basically my own feelings as well, to put it on a wall, in a picture.» (Art of Conflict, 2012)

Danny Devenny connaissait personnellement Bobby Sands. Pour lui, ce mural est d’abord peint en sa mémoire. Dans l’interview qu’il donne dans le documentaire Art of Conflict, il parle aussi des émotions que ce mural déclenche chez les loyalistes. « I knew Bobby very well. He was just a lovely person. What really inspired me about him was: he was just so full of energy about everything. It’s funny – the smiling face of Bobby Sands on the Falls road mural – I always thought it was funny. That’s kind of interesting to me, you know, there are other murals there, where you’d find the British soldiers and the RUC. They seem to hate that mural more than anything else. In fact, hours later I completed the mural the first time, RUC personals in jeeps came along and threw paint at it. But I guess of the smiling face, you know. It’s Bobby’s own philosophy: “ Our revenge will be the laughter of our children”. And they can’t handle that. They can’t handle that this confident young man gave his life for this cause. » (Art of Conflict, 2012) »

Lors de notre rencontre, Devenny en a profité pour nous montrer un détail du mural de Bobby Sands, le joueur d’accordéon qui est représenté en bas à droite. En fait, il s’agit d’une peinture de Jef Aérosol, street-artist français, qui, une nuit, l’a peinte en cachette. Selon Devenny, ce n’est pas une marque de non-respect, mais l’hommage d’un musicien pour un artiste. (En effet, les Républicains se souviennent de Bobby Sands comme un poète car il a écrit plusieurs poèmes en prison.) Devenny pense que Sands aurait sûrement aimé cette philosophie et, en accord avec la communauté de Falls, la décision a  été prise de laisser le joueur d’accordéon et Devenny a ajouté des paroles de chanson au-dessus. Cette petite anecdote montre la notoriété de Bobby Sands à travers le monde et le respect que lui vouent les artistes, mais aussi le fait que cette oeuvre appartient à la communauté.

Détail ajouté par le street artist Jef Aerosol sur le mural de Bobby Sands - Falls Road - 01.03.2016 - Cécile Walder
Détail ajouté par le street artist Jef Aerosol sur le mural de Bobby Sands – Falls Road – 01.03.2016 – Cécile Walder

 

Quel avenir pour les murals et le tourisme des émotions ?

L’approche par les émotions a révélé des logiques très différentes selon les groupes qui nous en parlaient. L’héroïsation et la mise en avant de valeurs à l’intérieur de la communauté permettent la transmission de la culture républicaine. Or, ces idées sont actuellement aussi exportées à travers le tourisme. C’est ici un grand défi pour les autorités car il s’agit de garantir une compréhension plus objective de l’histoire du conflit en Irlande du Nord à travers les supports touristiques. Les murals sont perçus comme un héritage, mais aussi comme un obstacle pour le futur. Suite à ces remarques, plusieurs pistes de réflexion s’ouvrent à nous.

Une des pistes de réflexion qui expliquerait la pérennité des murals est le besoin pour les communautés de donner sens à ce qui s’est passé, à légitimer les pertes, les sacrifices, mais également les actes de violence qui ont été perpétrés. Si, du jour au lendemain, tous les murals sont enlevés, quel message est envoyé aux populations qui ont été les plus actives durant la période des Troubles? Est-ce qu’on ne leur enlève pas également une forme d’expression qui légitime leur histoire?

Dans un sens, ces murals sont un soutien moral aux acteurs du conflit, qui n’ont plus besoin d’être encouragés pour se rallier à la cause, mais d’être soutenus pour continuer à vivre avec eux-mêmes et avec les actes qu’ils ont commis (ou subis).

Cependant, ce procédé a pour conséquence d’encourager la haine de l’autre. Tant qu’ils sont là, les murals rappellent au quotidien le conflit et les animosités entre les deux communautés. Leur présence entrave-t-elle le processus de paix? Les murals sont aussi définis comme héritage culturel. Or, à quel point des marques de conflit peuvent-elles devenir un héritage culturel? Un héritage culturel n’est jamais neutre. Ce dilemme n’est pas seulement présent pour les locaux mais s’accentue d’autant plus avec l’ouverture de Belfast et l’avènement du tourisme. Les touristes sont en général à la recherche d’émotions, que ce soit dans le tourisme d’aventure, le tourisme de wellness ou le dark tourism (D.M. Budha: 2014). Les auteurs de Feeling and tourism studies appellent à prendre davantage en compte les émotions dans les études sur le tourisme. “Our call for an emotional turn in tourism – “emotional tourism” or “tourism of emotions” – recognize the need to consider embodied emotions as socially and culturally constructed and should not be ignored in tourism studies.” (D.M. Budha: 2014, 111). Ces sentiments d’opposition et les différents points de vue du conflit sont transmis par les acteurs touristiques. Pourquoi les acteurs touristiques évoquent-ils aujourd’hui encore ces émotions dans leurs discours et pourquoi en susciter chez les touristes précisément? Est-ce, comme dit plus haut, une manière de se légitimer face à la communauté internationale, afin d’être mieux compris ? Est-ce par peur d’être oubliés, face aux nombreuses crises économiques, politiques et migratoires du moment?

Il reste également le problème de savoir quelles sont les connaissances préalables des visiteurs. La ville doit trouver un moyen de les “mettre à niveau” leurs connaissances mais aussi d’harmoniser les récits. Pour réellement pouvoir donner l’image d’une ville en processus de paix alors que le dark tourism et le danger-zone tourism (Buda et al. : 2014) s’étendent davantage, le défi que vont devoir relever les autorités est de créer des fondements communs entre les différents acteurs touristiques, comme l’a souligné Naomi Doaks lors de la conférence sur le tourisme à Belfast. [16]

Retour réflexif

Notre premier travail de terrain à Belfast a été un vrai défi, mais en défi intéressant. Il a été  frappant de constater comment cette ville oscille entre deux extrémités : d’un côté il y a les traces physiques ainsi que psychologiques laissées par les Troubles et de l’autre côté il y a la volonté de se reconstruire. Ce travail nous a permis d’interagir directement avec les Belfastois et c’est à travers leurs mots que nous avons repéré ces sentiments contrastés. En effet, ils étaient souvent très ouverts à la discussion et avaient envie de transmettre leur message et leur histoire. A ce sujet, une première difficulté qui a émergé est la barrière linguistique. Effectivement, l’accent nord-irlandais est très fort, surtout dans les quartiers populaires, où nous avons réalisé la plupart de notre terrain. Il était souvent difficile d’être subtil dans notre approche, mais également de saisir les subtilités des propos qui nous étaient tenus. Il était aussi difficile de rebondir sur ce qui nous intéressait, ou d’approfondir les points sensibles. Cela en raison de la langue d’une part, et du fait qu’il s’agissait de notre premier travail de terrain de l’autre.

De plus, nous travaillions sur les émotions et ce thème est délicat. Il était difficile pour nous de trouver les mots justes et le bon angle d’approche. Nous avons souvent remarqué une certaine réticence de la part de nos interlocuteurs, qui avaient tendance à contourner les questions en rapport avec les émotions ou à être très brefs dans leurs réponses. Les émotions sont ce qu’il y a de plus personnel et intime, et d’en parler librement n’est jamais chose facile. Nous avons également perçu un rapport conflictuel entre le « nous » en tant que « chercheuses » et le « nous » en tant que « touristes ». Nous avons dû apprendre à gérer ces deux côtés.

Enfin, notre recherche sur place s’est révélée être un “terrain fertile” à la production d’idées: elle a offert une multitude de pistes, ainsi que des découvertes que nous avons eu envie d’explorer plus en profondeur. Pour éviter le risque d’égarement, il a fallu savoir exploiter ces idées, en tirer l’inspiration, pour mieux définir et cibler la problématique. Si nous n’avions pas étés limitées par le temps, il aurait été intéressant de faire de plus longs entretiens.

Bibliographie

  • Bernard J., « Les voies d’approche des émotions », Terrains/Théories, n°2, 2015, [en ligne], URL : http://teth.revues.org/196, Consulté le 09.01.2016

Cet article traite de la façon dont les émotions peuvent être traitées dans le cadre de recherches en sciences sociales. Il est particulièrement intéressant car il explique en quoi récolter les émotions des chercheurs peut être un bon complément à la recherche.

Cet article traite des émotions dans le contexte touristiques en Palestine et en Israël. Les auteurs utilisent la notion de danger-zone tourism et plaident pour une meilleure prise en compte des émotions dans les études sur le tourisme.

Cet article en anglais présente la façon dont sont utilisés les murals d’Irlande du Nord actuellement: vendus à travers le tourisme d’une part et porteurs de message de paix de l’autre part. L’auteur donne également un panorama des acteurs qui se partagent les murals (ex-détenus,  municipalité et  autorités) et propose quelques exemples de murals.

  • Folio F., « Critiques et enjeux du Dark tourism à travers la focale sud-africaine », EchoGéo, n°34, 2015, [en ligne], URL : http://echogeo.revues.org/1437, Consulté le 01.05.2016.

Cet article rend compte de l’étude du dark tourism en Afrique du Sud. Il nous a permis de mieux comprendre le concept de dark tourism.

Cet article présente les peintures murales républicaines (contexte historique, thèmes préconisés) dans un ordre chronologique.

  • MSF Press, The Belfast murals guide, 2014

Ce petit guide touristique des murals de Belfast donne pour chaque mural un rapide historique, la localisation GPS et le contexte. Il nous a été utile pour choisir le mural sur lequel nous avons travaillé et pour les comprendre.

Sitographie

Ce site internet nous a renseigné sur les tendances actuelles du tourisme à Belfast.

Ce site internet recense à l’heure actuelle 223 murals et les cartographie avec un code de couleur. Les murals républicains/nationalistes sont en vert, les murals loyalistes/unionistes en rouge et en bleu ce sont les murals socio-culturels. Cette page web est en cours d’élaboration, elle a été crée en 2014 et a comme but de référencer davantage de murals. Ce site nous a servi pour avoir un aperçu de la localisation des murals.

  • Cain Web service – Conflicts and Politics in Northern Ireland, [en ligne] URL: http://cain.ulst.ac.uk, Consulté le 05.02.2016

Ce site internet, Cain (pour Conflict Archive on the INternet), affilié à l’université de Ulster, présente des informations sur la période des troubles et sur la politique de l’Irlande du Nord depuis 1968. Il référencie énormément de sources, d’archives, de chiffres (databases) et présente plusieurs extraits de livre consultables en ligne. Il a l’avantage d’être classé par sujet, d’être clair et de rendre l’information facilement accessible. Nous l’utilisons aussi pour rechercher des informations sur les murals que nous avons choisis, notamment leur auteur, la date de création ou encore la signification des symboles qu’ils représentent.

Vidéographie

  • Vaughn V., Art of Conflict, documentaire historique, 2012, 73 min

Ce documentaire traite des peintures murales de Belfast, des messages qu’ils expriment.

Iconographie

  1. C. Vetter, Mural de Bobby Sands, Falls Road, Belfast, 01.03.2016
  2. C. Walder, Mural en mémoire de Bobby Sands, Falls Road, Belfast, 01.03.201
  3. C. Vetter, Copie de la photo de Bobby Sands et plan des murals du quartier de Falls, 04.05.2016
  4. C. Walder, Mural en mémoire de l’Easter Rising, Falls road, Belfast, 03.03.2016
  5. C. Walder, Détail ajouté par le street artiste Jef Aérosol sur le mural de Bobby Sands, Falls Road, Belfast, 03.03.2016

Notes de bas de pages

  1. Belfast City council, [en ligne], URL: http://www.belfastcity.gov.uk/tourism-venues/tourism/tourism-about.aspx  (visité le 01.05.2016)
  2. Belfast City council,  [en ligne], URL: http://www.belfastcity.gov.uk/tourism-venues/tourism/tourismfacts.aspx (visité le 01.05.2016)
  3. Interrogé le mardi 1er mars 2016, Falls, devant le mural
  4. Interrogé le jeudi 3 mars 2016, Falls, devant le mural
  5. Sur la rue de Hopewell Cress Road, dans le quartier de Shankill
  6. Notes du carnet de terrain, mardi 1er mars 2016
  7. Interrogée le jeudi 3 mars 2016, Falls, devant le mural
  8. Interrogés le jeudi 3 mars 2016, Falls, devant le mural
  9. Interrogés le jeudi 3 mars 2016
  10. Interrogée le mardi 1er mars 2016, Falls, devant le mural
  11. Interrogée le mardi 1er mars 2016, Falls, devant le mural
  12. Quartier républicain, près de Falls Road, adjacent au quartier loyaliste de Shankill
  13. Interrogé le mardi 1er mars 2016, Ballymurphy
  14. Lors de notre voyage d’étude, nous avons participé à un cours de sociologie à la Queens University. Le thème étant l’utilisation controversés des drapeaux en Irlande du Nord, le cours a pris la forme de discussion pas petits groupes avec les étudiants de Belfast.
  15. Notes du carnet de terrain, jeudi 3 mars 2016
  16. Notes du carnet de terrain, vendredi 4 mars 2016

Entre préservation et destruction: la place des murals de Belfast

Par Assmaa Shaban, Estelle Pannatier, Laura Perez & Sophie Compagnon 

L’art a souvent une dimension contestataire et il est fréquent que des artistes prennent position pour des causes qui leur sont chères. Mais dans certains cas, l’art peut devenir le dernier moyen d’expression des individus ou des populations lorsque ceux-ci n’ont plus d’autres moyens de communiquer leurs revendications. C’est le cas notamment en Irlande du Nord, où l’art, sous la forme des murals, est devenu une véritable arme durant le conflit qui a opposé les Loyalistes et les Républicains durant le 20e siècle.

A Belfast, les premières fresques loyalistes sont apparues au début du 20e siècle et comme le rappelle B. Rolston, elles étaient peintes à l’origine durant les festivités qui commémoraient la bataille de Boyne du 12 juillet 1690 (Rolston B., 1992, p.1). La population protestante profitait de cette opportunité pour réaffirmer sa loyauté à la Couronne d’Angleterre et sa suprématie sur la population de confession catholique (Tosser R., 2009, p.5). Ainsi, selon P. Pragnère, “tout en revendiquant unionisme et loyalisme envers la Grande-Bretagne, ces peintures étaient déjà le symbole d’une affirmation de propriété sur l’espace public et sur l’espace proprement dit” (Pragnère P., 2009, p.3). D’après N. Jarman, les fresques loyalistes représentaient en général des thèmes hérités de la tradition d’Orange ou des groupes paramilitaires (Jarman N., 2001).

Les murals républicains sont apparus plus tardivement. En effet, ce n’est qu’à partir du développement violent du conflit que cette pratique se répand chez les Républicains. Ils traduisaient un rééquilibrage des rapports de forces entre Républicains et Loyalistes et “constituaient une réponse symbolique à la domination protestante” (Pragnère P., 2009, p.3). C’est dans la période 1979-1978, après la mort de Bobby Sands, premier gréviste de la faim, que s’est répandue à grande échelle la peinture de murals républicains (Tosser R., p.5). Ceux-ci étaient peints en soutien au mouvement de protestation des prisonniers républicains qui réclamaient le maintien de leurs statut de prisonniers politiques (Pragnère P., 2009, p.4). Les thèmes de ces fresques s’inspiraient donc de la résistance du parti républicain Sinn Féin et de l’IRA, le principal groupe paramilitaire républicain. Après le cessez-le-feu de 1994, lorsque Sinn Féin cherchait à légitimer son existence en tant que parti politique officiel, les peintres républicains ont commencé à remplacer les anciens thèmes par des sujets liés à la communauté culturelle nationaliste, irlandaise ou encore celtique (Jarman N., 2001, p.9-10).

Au fil du temps, de plus en plus d’auteurs de fresques ont commencé à représenter des sujets internationaux. Ainsi, sur l’International Wall, des fresques s’inspirant d’évènements qui ont lieu dans d’autres parties du monde sont régulièrement peintes. Après l’accord dit du “Vendredi Saint” signé en avril 1998, les murals à caractère militaire ont peu à peu laissé la place à de nouveaux thèmes. Ceux-ci retracent notamment des moments forts de l’histoire des quartiers de la ville comme l’univers du livre Narnia, dont l’auteur C.S. Lewis est né à Belfast, ou le Titanic qui a été construit dans la ville. En effet, comme l’évoque le film “The Art of Conflict”, réalisé par V. Vaughn en 2012, de nouvelles représentations voient le jour sur les murs de certains quartiers, dans le but de fédérer les deux communautés et de créer une société en paix.

Les murals sont ainsi devenus, selon N. Jarman “l’indice visuel le plus représentatif des troubles, et l’icône par excellence du Belfast contemporain” (Jarman N., 2001, p.8). Durant le conflit, ces fresques ont été le vecteur de diffusion d’un sentiment identitaire qui a conduit au renforcement du communautarisme (Jarman N., 2001, p.8). Mais si l’art a été utilisé comme arme par les deux parties durant le conflit, la place de ces fresques, à caractère violent parfois, est aujourd’hui remise en question dans le contexte du processus de paix. Les autorités et les communautés locales doivent en effet décider si elles entendent préserver ou détruire cet héritage controversé.

Parmi la multitude d’approches envisageables, nous avons choisi de baser notre démarche sur la perception de cette problématique par les habitants. En effet, selon nous, la compréhension du ressenti de la population est fondamentale pour l’élaboration de solutions durables. Ainsi, lors de notre voyage d’étude à Belfast, nous avons cherché à interroger des habitants afin de comprendre comment la violence symbolique qui s’exprime au travers des murals hérités des troubles est vécue par les Belfastois. Nous avons également tenté de saisir quelle était la place que les habitants attribuent aujourd’hui  à ces fresques et comment ils envisagent l’avenir des murals.

Nos hypothèses de travail ont été les suivantes:

  • Les Belfastois sont encore profondément touchés par la présence de ces murals
  • Les murals ont une place encore importante dans la vie des Belfastois qui ne souhaitent par conséquent pas voir les fresques détruites.

Méthodologie

Analyse des données

Conclusion

Bibliographie

Jarman N., 2001, “Fragments et strates : Décryptage de la géographie sectaire de Belfast” in Bromberger Ch., Morel A. (ed.) Limites floues,frontières vives : Des variations culturelles en France et en Europe, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Mourlon F., 2012, “Official Responses to Dealing with the Past in Northern Ireland: Between Remembering and Forgetting “, E-rea, 10.1.

Pragnère P., 2009, “Peintures murales en Irlande du Nord et au Pays basque : mobilisation populaire et création d’identité nationale”, Les Cahiers du MIMMOC, n°5.

Roston B., 1992, Drawing support: murals in the North of Ireland, Belfast, Beyong the Pale Publications.

Tosser R., 2009, “Fresques et marches orangistes”, Les Cahiers du MIMMOC, n°5.

Vaughn V., 2012 “Art of conflict” [Film documentaire].

Représentations Palestiniennes à Belfast

Parmi les différentes thématiques des fresques de Belfast, la question palestinienne est récurante. Le restes du conflit d’apparence religieuse, divise la population de Belfast entre catholiques, les républicains, qui souhaitent se rattacher à l’Irlande, et les protestants ou unionistes, qui revendiquent au contraire leur appartenance au Royaume-Uni.

Chaque communauté se rattache à des symboles précis qui évoquent leurs revendications et peuvent, dans certains cas, être liés à des conflits externes. Le conflit israélo-palestinien est en effet représenté à Belfast à travers différents messages visuels placés sur les murs érigés lors du conflit. Notre sujet portera donc sur l’enjeu du soutien des républicains d’Irlande du Nord à la cause palestinienne. Quels sont les liens entre ces deux conflits et les motivations de ce rapprochement ?

Évidemment, les deux conflits ne sont pas identiques. Pourtant les deux parlent de questions religieuses, culturelles et territoriales. Les catholiques d’Irlande du Nord, tout comme les Palestiniens, ont vu leur territoire se faire envahir par des populations aux idéaux et cultures différent(e)s; les Anglais protestants pour le cas de l’Irlande et les juifs Israéliens pour le cas de la Palestine. Ces deux confrontations entre différents groupes d’individus ont toutes deux abouties à des conflits de cohabitation, jusqu’au déclenchement d’une guerre ouverte. Les catholiques en Irlande du Nord, comme les Palestiniens, se sont tous deux, à un moment donné, retrouvés dans l’obligation de partager un espace défini.

Les liens entre Palestiniens et Catholiques irlandais se retrouvent au niveau territorial, mais aussi dans la symbolique des murals et autres.  C’est ainsi, à partir d’éléments comme des t-shirt de soutien ou des affiches pro-palestine, que nous tenterons de comprendre l’intensité du mouvement actuel de solidarité en faveur de la Palestine à Belfast.

IMG_7447
Par Solenne, Affiche de soutien à Gaza dans le quartier de Falls, mars 2016.

IMG_0013
Par Alexandrine, T-shirt de soutien à la Palestine, exposé dans une boutique souvenirs, mars 2016.

Solidarité Internationale

Par Cynthia Feurly, Yoann Della Croce, Laetitia Maradan et Anna Paiuc

La solidarité entre les peuples se manifeste dans plusieurs régions du monde touchées par un conflit, c’est le cas en Irlande du Nord où les conflits civils ont eu lieu jusqu’en 1998, date officielle de la signature de l’accord de paix pour l’Irlande du Nord. Cependant après cette date, des actes de violences ont persistés bien que moins forts qu’auparavant. Dans le contexte de notre voyage d’étude à Belfast, nous allons nous intéresser aux symboles de solidarité internationale que nous pouvons trouver actuellement dans cette ville, faisant échos à d’autres conflits d’indépendance dans le monde. Nous allons observer le degré de solidarité entre les peuples à partir des représentations de conflits internationaux à Belfast, que ce soit dans l’espace public – avec les murals, les façades de magasins, les drapeaux aux fenêtres des habitations – ou alors dans d’autres types de sources récoltées à Belfast comme les inventaires des magasins de souvenirs ou les magazines de propagande. Ceci afin de voir si ces objets mettent en scène une solidarité internationale premièrement, puis si tel est le cas, en mesurer le degré.

Malgré l’importance du travail sur le terrain, nous baserons notre cadre théorique sur des articles académiques déjà étudiés en amont de notre voyage de recherche. Parmi le nombre de symboles internationaux trouvés à Belfast, nous allons principalement traiter du conflit israélo-palestinien et des revendications d’indépendance du Pays Basque et des Kurdes. L’occupation de l’espace public, via ces symboles, démontre une identification aux révolutionnaires pour les républicains et inversement pour les unionistes. Nous nous demanderons dans quelle mesure ces symboles sont un moyen de créer une solidarité entre les peuples.

Premièrement, nous exposerons nos choix méthodologiques de départ, qui partent de l’observation de l’espace de deux quartiers centraux de la ville de Belfast (Falls et Shankill), puis de leur évolution passant de l’espace public de la rue à l’intérieur des magasins de souvenirs et à l’inventaire des objets en vente. Ensuite nous ferons un retour critique sur notre démarche, discutant nos choix quant à la méthode choisie, à notre position de recherche et aux éventuels biais de notre analyse. Par la suite, nous allons faire part de nos résultats de recherche qui découlent de nos lectures, du terrain ainsi que de nos analyses critiques montrant une asymétrie entre les deux camps, unionistes et républicains, face à la solidarité internationale. Finalement, une ouverture sera proposée sur les différentes pistes à creuser car non abordée par manque de temps comme celles de remonter la filière commerciale entre l’Irlande du Nord et les Pays-Basques ou la Palestine, pour confirmer l’existence d’une solidarité tangible.

Méthodologie

Analyse des données récoltées sur le terrain

Résultats de la recherche

Conclusion

 

Bibliographie:

  1. Hassan Alkatib, Irlande & Palestine, 2014, [en ligne] https://www.youtube.com/watch?v=rAQ50VOeitM , consulté le 12 janvier 2016.
  2. Debbie Lisle, Local Symbols, Global Networks: Rereading the Murals of Belfast, Alternatives: Global, Local, Political, Vol. 31, No. 1, Art and Politics (Jan.-Mar. 2006), pp.27-52, Sage Publications, Inc., [en ligne] http://www.jstor.org/stable/40645172 consulté le 14 janvier 2016
  3. Pascal Pragnère, « Peintures murales en Irlande du Nord et au Pays basque : mobilisation populaire et création d’identité nationale », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 20 juin 2010 http://mimmoc.revues.org/405 consulté le 14 janvier 2016
  4. Pascal Pragnère, « Circulations transnationales : expressions murales partagées entre Irlande du Nord et Pays Basque », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [Online], Pictures, memories and sounds, Online since 14 December 2014, http://nuevomundo.revues.org/67509 consulté le 15 January 2016
    http://nuevomundo.revues.org/67509#quotation
  5.  Bill Rolston, Drawing Support: Murals in the North of Ireland, Belfast: Beyond the Pale Publications, 1992

Football, peintures murales et rivalités

Arthur, Luis, Jérome

Cette étude concerne les peintures murales de Belfast se rapportant au football et leur utilisation dans ce contexte particulier de pacification. En effet, ce sport occupe une place importante, tant dans la culture irlandaise qu’anglaise, expliquant son instrumentalisation par les différentes communautés. Il nous a donc paru pertinent d’étudier les opinions des habitants de Belfast concernant les peintures murales à caractère footballistique. Pour mener à bien notre travail, nous procéderons à des entretiens avec des Belfastois concernant leurs réactions face aux peintures murales que nous leur montrerons.

Introduction

Le football est sûrement l’un des sports les plus pratiqués dans le monde, bien qu’il n’y ait pas de statistiques officielles, et permet particulièrement aux individus de se rassembler, ceci à différentes échelles : locales, nationales et mondiales. C’est donc pour ces capacités de rassemblement que nous avons pensé à mobiliser le football comme outil pour aborder le conflit survenu en Irlande du Nord entre loyalistes/unionistes (pour une Irlande du Nord rattachée au Royaume-Uni, de confession protestante) et nationalistes/républicains (pour une République d’Irlande unie sans rapport avec la couronne, de confession catholique) jusqu’aux accords de paix signés en 1998.

Il existe un lien fort entre football et identité, la dimension compétitive de ce sport cristallisant des enjeux identitaires. Ainsi, ce sport unit autant qu’il oppose (Fauché et al., 2000). Cependant, dans ce travail nous étudierons principalement comment le soutien à l’un des clubs de football belfastois favorise ou non un communautarisme, notamment religieux.

En Irlande du Nord, les championnats de football ont été bouleversés pendant le conflit (Ramonet, 1996). En effet, soutenir une équipe plutôt qu’une autre dépassait et semble encore dépasser largement le monde du football, contrairement à d’autres championnats européens. Ainsi, on peut y voir en réalité le soutien porté à la cause nationaliste, à travers les équipes catholiques, ou unioniste, à travers les équipes protestantes. La ville de Belfast compte six clubs principaux, ce qui est rare, la plupart des villes en comptant beaucoup moins. Outre l’importance culturelle du football en Irlande du Nord, nous pouvons imaginer que le communautarisme, ainsi que la division spatiale et la limitation des déplacements créées par les peacewalls expliquent cette prolifération de clubs de football.

Cet objectif nous a donc conduit à analyser les murals footballistiques et la façon dont ces fresques symbolisent une appartenance confessionnelle. Ainsi nous nous sommes demandés comment les Belfasois-es perçoivent actuellement ces murals ? Nous souhaitons notamment étudier si les rivalités communautaires  autour du football existent toujours ou si elles se sont dissipées.

Selon nous, le football rassemblerait les différentes communautés nord-irlandaises derrière une même équipe. Ainsi, nous émettons l’hypothèse que les murals sur le football peuvent être pacificatrices, du moins ceux représentant l’équipe nationale. Cette hypothèse s’appuie notamment sur la qualification de l’Irlande du Nord au championnat d’Europe de football 2016.

Nous avons pu remarquer que l’histoire de certains clubs s’inscrit dans l’histoire des Troubles. En effet, certaines équipes n’avaient pour joueurs que des protestants ou que des catholiques. Certaines équipes ont cessé leur activité pendant une période par crainte pour la sécurité de leurs joueurs et de leurs supporters (Delanoë, 2016). Aujourd’hui la réalité est différente. En effet, nous pouvons constater une plus grande mixité religieuse au sein des clubs de football belfastois. De plus, nous avons pu découvrir l’histoire du football en Irlande et particulièrement le contexte de création des différents clubs de Belfast. Nous avons également été très intéressés par la transposition du conflit religieux entre équipes de football catholiques et protestantes en Écosse. C’est une situation particulière que nous détaillerons plus loin dans notre analyse.

Méthodes utilisées

L’histoire des Troubles pouvant encore être un sujet sensible pour les Belfastois-es, nous avons décidé de l’aborder à travers le football, notamment en appuyant nos entretiens sur des représentations de peintures murales en rapport avec ce sport. Nous avons fait différentes recherches sur les peintures murales se rapportant au football. En présentant nos images aux différents individus, nous pensions être en mesure de leur demander ce qu’ils ressentent à leur vue et qu’ils parleraient plus ouvertement du conflit passé et de la situation actuelle.

Nous avons sélectionné trois images de murals (cf. annexes) : l’une d’un club protestant, l’une d’un club écossais catholique et une troisième représentant l’équipe nationale. Nous avons choisi ces images afin de nous aider à répondre à notre problématique, à savoir la perception de ces murals par les habitants de Belfast. En effet, nous pensions que ces images nous permettraient d’aborder l’existence de clubs de football avec une appartenance religieuse catholique ou protestante et la possibilité de rassemblement à travers l’équipe nationale, ce qui correspond à nos hypothèses énoncées plus loin.

  • L’image 1 figure un trèfle à rayures vertes à côté d’un personnage du nom de Jimmy Johnstone. Ce dernier est un joueur de football d’origine écossaise qui a fait partie du Celtic Football Club, un club écossais. Il fut d’ailleurs élu meilleur joueur de tous les temps par les supporters de ce club (Glanville, 2006). Ce mural n’est pas anodin car il témoigne du fort attachement de la communauté catholique nord-irlandaise à ce club. En effet, avec la diaspora irlandaise en Écosse, beaucoup d’amateurs de football irlandais catholiques soutiennent ce club qui fut destiné, lors de sa création, au soutien de la communauté celtique (McGuirk, 2009).
  • L’image 2 figure deux écussons : celui du Linfield Football and Athletic Club, ainsi que celui de l’équipe nationale nord-irlandaise, constituée principalement de joueurs protestants. Nous pouvons y lire « Proud supporters for Club and Country ». Ainsi, nous pouvons imaginer que les personnes affiliées à ce club sont égalements liées à l’équipe nationale de l’Irlande du Nord. En effet, le club de Linfield a été créé dans le quartier de Sandy Row, qui est habité par une communauté majoritairement loyaliste. C’est, par ailleurs, le club avec le plus de succès à Belfast et qui compte le plus de supporters (Garnham, 2004).
  • L’image 3 figure l’écusson de l’équipe nationale nord-irlandaise avec une inscription: « Northern Ireland Supporters Club ». Les drapeaux de l’Irlande du Nord et du Royaume-Uni sont représentés à l’arrière-plan de l’image. Plus bas, nous pouvons également lire « Our Wee Country », qui est un synonyme d’Irlande du Nord employé par les locaux protestants. De plus, nous pouvons distinguer une couronne entre les deux drapeaux, ce qui témoigne l’allégeance de l’Irlande du Nord au Royaume-Uni.

Une fois à Belfast, nous avons malheureusement appris que les murals footballistiques avaient été recouverts. En effet, l’Association de Football nord-irlandaise (IFA) souhaite repeindre les slogans et les peintures murales exprimant une appartenance communautaire (BBC News, 2003). Notre problématique a donc dû être remodelée et nous avons décidé de nous détacher des murals pour nous concentrer sur l’existence de rivalités communautaires dans le football nord-irlandais. Nos hypothèses quant à ces tensions identitaires étaient les suivantes :

  • Lors de la période des Troubles les clubs de football de Belfast ont cristallisé des rivalités religieuses et politiques.
  • Dans le contexte post-conflit actuel, les rivalités entre supporters sont purement sportives et tous les habitants de Belfast supportent l’équipe nationale, permettant la création d’une identité commune.

Nous pensions donc interviewer des habitants à l’aide des images, mais nous avons fait nos entretiens sans les images puisque ces murals n’existaient plus et il nous semblait difficile de parler du ressenti de murals qui ont été recouverts. Nos entretiens se sont faits de manière très spontanée. Nous avions préparé une grille d’entretien semi structurée, mais nous nous sommes rendus compte que les gens étaient plus ouverts lors d’une discussion sans grille d’entretien et sans prise de notes.

Les gens avec qui nous avons eu des échanges étaient des individus rencontrés dans la rue ou dans des bars lors de diffusion de matchs, des employés de notre auberge, ainsi que les étudiants rencontrés et notre chauffeur de black cab (tour en taxi avec un ancien activiste catholique). Nous n’avions aucun critère pour sélectionner les personnes, nous avons parlé avec les gens que nous avons rencontrés et qui voulait bien parler de football. Par ailleurs, pour pouvoir faire nos entretiens, il nous a fallu trouver des personnes intéressées par le football et disposées à en discuter, ce qui n’est pas si évident en Irlande du Nord où le sport le plus regardé est le rugby (Sugden et al., 1995).

Nous avons également visité des lieux officiels du football belfastois. Néanmoins, nous n’avons pas réussi à avoir de contacts avec des représentants de l’Association Irlandaise de Football, ceux-ci étant trop pris par les préparatifs du championnat européen 2016. De plus, nous n’avons pas pu visiter de centres d’entraînement car ils sont fermés au public, et aucun match n’était prévu pendant notre présence à Belfast.

Contexte de discussion : Le football pendant et après les Troubles

Pendant la période des Troubles, la société nord-irlandaise était clairement divisée entre républicains/nationalistes de confession catholique d’un côté et loyalistes/unionistes de confession protestante de l’autre. D’habitude, l’affiliation à un club de football, ou le simple fait de le supporter, témoigne de l’affirmation d’une identité territoriale et/ou politique et/ou religieuse. Sur la scène belfastoise, et particulièrement pendant la période de conflit, ces deux dernières dimensions se sont très accentuées. Ainsi, nous pouvons dire que ce sport a été  instrumentalisé par chacune des communautés pour exprimer une certaine appartenance identitaire, ce qui a d’ailleurs mené à de violents affrontements entre supporters. Par ailleurs, si le fait de supporter un club illustre l’appartenance à une communauté particulière, nous pouvons dire qu’il en va de même pour les équipes nationales. En novembre 1993, un match de qualification pour la coupe du monde de 1994 ayant lieu au Winsdor Park de Belfast opposait l’Irlande du Nord à la République d’Irlande. Si la République d’Irlande gagnait, tout comme en cas d’égalité, elle était qualifiée. Quelques semaines auparavant, dix personnes ont été tuées lors d’une attaque à la bombe par des membres de l’IRA[1]. Puis, peu après cet évènement, huit personnes furent tuées lors d’une attaque de l’UDA[2] en guise de revanche (Moriarty, 2016). Un témoignage de Michael O’Neill, un joueur de football nord-irlandais devenu entraîneur de la sélection nationale en 2011, décrit l’atmosphère de cet événement comme « méchante » et “malsaine » (Moriarty, 2016). Si le premier but nord-irlandais fit sauter de joie les supporters locaux, ravis d’anéantir les espoirs de la république irlandaise d’aller en coupe du monde, l’égalisation grâce au but d’Alan Mcloughlin ne fut pas saluée. Selon Michael O’Neill l’endroit le plus sûr était le terrain.

Cependant, Michael O’Neill affirme qu’aujourd’hui ces tensions se seraient dissipées dans une situation post-conflit. De plus, les catholiques d’Irlande du Nord seraient de plus en plus nombreux à supporter l’équipe nationale d’Irlande du Nord, même si la plupart préféreraient supporter l’équipe de la République d’Irlande. Aussi, il y a des joueurs tant catholiques que protestants dans l’équipe d’Irlande du Nord. Certains, à l’image de Liam Boyce, se bénissent en faisant le signe de la croix avant de rentrer sur le terrain sans que cela ne dérange les coéquipiers. Il dit même : « Nous sommes tous amis et ne voulons jouer qu’au football ». (Moriarty, 2016)

Cependant, cinq sur six des directeurs de l’IFA (Ireland Football Association) sont catholiques, ce qui montre que les divisions communautaires ne sont pas totalement dissipées du football en Irlande du Nord. (Moriarty, 2016)

La majorité des clubs belfastois est unioniste et a des supporters protestants. Cependant, comme dit précédemment, le football n’est pas le sport dominant en Irlande du Nord. Les équipes de première division ne sont que semi-professionnelles. Les supporters de football locaux préfèrent ainsi supporter des équipes anglaises ou écossaises. Concernant les équipes écossaises, il y a un attachement fort aux équipes de la Old Firm. C’est un terme qui désigne l’affrontement entre les deux équipes rivales de Glasgow, les Rangers et les Celtics. En effet, comme dit précédemment, la ville de Glasgow compte une forte population irlandaise. Beaucoup de nord-irlandais catholiques supportent les Celtics de Glasgow, tandis que les protestants supportent les Glasgow Rangers. C’est le genre d’affrontement qui, même aujourd’hui, est toujours source de tension (BBC News, 2006). Ainsi, même après les Troubles, les supporters se provoquent en entonnant de chants communautaires, même si ces derniers ont été interdits (Vice, 2012).

Par ailleurs, les tensions intercommunautaires se sont apaisées. Néanmoins, des affrontements entre supporters peuvent encore avoir lieu. Par exemple, en 2005, des supporters de Linfield ont été attaqués par des jets de pierres de supporters de Derry City lorsqu’ils regagnaient les bus servant à les ramener à Belfast.

Nous pouvons donc comprendre que les rivalités persistent. Ceci dit, nous avons mené l’enquête, sur le terrain, pour discuter avec des personnes locales et savoir ce qu’ils en pensent.

Analyse des entretiens

Dans nos entretiens, il est ressorti que l’histoire des clubs de football a effectivement cristallisé des rivalités politiques et religieuses. La réticence de certains à en parler avec nous peut laisser penser que le football est encore un sujet sensible et suscite encore des réactions communautaires. Bien que le conflit soit terminé, les esprits ne se sont pas apaisés pour autant et des rivalités communautaires entre supporters persistent. Cependant, elles sont plus nuancées qu’auparavant. Ainsi, même si les supporters ont toujours tendance à s’identifier à une équipe selon leurs croyances religieuses, ils acceptent que la confession d’un joueur diffère de celle du club et il est commun qu’un catholique joue pour Linfield (une équipe protestante) – un mélange qui était très rare à l’époque du conflit. On peut donc remarquer que les rivalités ne sont aujourd’hui pas sur le terrain mais dans les tribunes.

Par ailleurs, nous avons pu remarquer que le football n’occupe pas la place que nous avions imaginée. Plusieurs personnes avec qui nous avons échangé ont affirmé ne pas être familières de ce monde et ce pour différentes raisons : un désintérêt, les performances moyennes des équipes, le nombre limité de matchs joués à Belfast ou encore le communautarisme qui serait toujours trop présent entre les supporters et aurait ainsi un effet répulsif. Lors d’une sortie de terrain, des ouvriers du stade (dont nous cherchions l’entrée) nous ont interpellés et nous ont demandé ce qu’on cherchait. Nous leur avons répondu que nous étions étudiants et que nous étions à Belfast pour étudier le contexte post-conflit à travers le football. On leur a demandé s’ils étaient supporters : deux – dont un portait un pull Liverpool FC – sur trois nous ont répondu que oui. Mais aucun ne supporte d’équipes locales dans lesquelles le communautarisme est selon eux trop présent. En effet, ce n’est pas uniquement parce que les équipes sont semi-professionnelles et que le niveau est bas, mais bel et bien à cause des tensions communautaires qui subsistent. Ils ont ajouté que lors des matchs un lourd effectif de police est déployé (extrait de l’entretien n° 6). Les rivalités footballistiques dans cette situation post-conflit ne proviennent donc pas simplement du sport, mais également du sentiment communautariste encore présent.

Finalement, contrairement à ce que nous avions pensé, l’équipe d’Irlande du Nord n’est pas fédératrice. Les supporters de cette équipe seraient en grande majorité des protestants et des défenseurs de la cause loyaliste. Par ailleurs, les catholiques soutiennent l’équipe de la République d’Irlande, bien que certains commencent à soutenir également l’équipe d’Irlande du Nord d’après les recherches que nous avions fait au préalable. En effet, selon nos interlocuteurs, cela est dû à la façon dont les individus de chacune des deux communautés se définissent et se revendiquent. Par exemple, un Ecossais se revendiquera comme “Scottish” dans un premier temps, puis comme faisant partie du royaume de Grande-Bretagne. Il en va de même pour un Gallois. En revanche, en Irlande du Nord, à cause du passé politique et du caractère insulaire du territoire, l’identité britannique des loyalistes n’est pas assurée. C’est pourquoi, ils vont immédiatement se présenter comme Britanniques et non comme Irlandais du Nord faisant partie du royaume de Grande-Bretagne (extrait de l’entretien n° 5). A leur tour, les catholiques, eux, se voient comme appartenant à la République d’Irlande et se revendiqueront comme Irlandais, ce qui fait persister les différences entre les deux communautés et empêche la création d’une identité commune. Ainsi, l’identité nord-irlandaise passant au second plan, les partisans d’une Irlande unifiée ne peuvent s’identifier à l’équipe de l’Irlande du Nord car ce serait le comté de l’Ulster si l’Irlande était unifiée. Y apporter son soutien reviendrait à appuyer la cause unioniste et donc accepter la séparation entre la république d’Irlande et l’Irlande du Nord ce qui est encore difficile pour certains malgré les accords de paix.

Conclusion

En définitive, nous pouvons estimer qu’il est correct de considérer le sport, et plus particulièrement le football, comme fédérateur. Cependant, dans le cas de Belfast c’est une réalité bien plus complexe. Pendant les Troubles, chacune des communautés se rangeait derrière une équipe et s’affrontait violemment lors des matchs. De plus, le désaccord qui subsiste depuis la signature du traité de paix de 1998 et le maintien du désir d’une partie de la communauté catholique républicaines de voir l’Irlande unie fait de l’équipe nord-irlandaise un sujet de litiges. Le football demeure un terrain sensible dans lequel les sentiments personnels sont mêlés. La réaction de retrait de certains individus à nos questions nous a laissé l’entrevoir.

Une fois ce travail terminé, nous avons été forcés de constater que le temps sur place à Belfast nous a fait défaut. En effet, nous aurions souhaité approcher de plus près le monde du football local, que ce soit en allant assister à des matchs ou encore en sympathisant avec des membres de clubs de supporters. Lorsque nous avons appris que la plupart des murals de football avaient étés recouverts, nous aurions aimé pouvoir découvrir les quelques fresques qui perdurent en plus des photographies que nous avions trouvé en ligne. Cependant, nous avons compris que le football est un milieu relativement fermé dans lequel il faut être introduit et pour être amenés à ces peintures il nous aurait fallu rencontrer plus de gens, ce que le manque de temps nous a empêché de faire.

Pour terminer, on nous a fait remarquer qu’aujourd’hui le sport utilisé pour tenter de réconcilier les communautés à Belfast est le hockey. En effet, une équipe a été importée du Canada et une patinoire a été construite après le conflit, ce qui empêche toute affiliation d’un côté comme de l’autre.

Bibliographie

Articles ou ouvrages scientifiques :

  • Fauché S. et al. (2000), Sport et Identité, Paris, L’Harmattan.
  • Garnham N. (2004), Association football and society in pre-partition Ireland, Belfast, Ulster Historical Foundation.
  • McGuirk B. (2009), Celtic FC – The Ireland Connection, Edinburgh, Black & White Publishing Limited.
  • Ramonet I. (1996), “Passions nationales”, Quasimodo, octobre 1996, n°1, p.27-31 [en ligne]. http://www.revue-quasimodo.org/PDFs/1%20-%20Ramonet%20Sport%20Passion%20Nationalisme.pdf (consulté le 21.05.16)

Autres :

  • BBC News, “A rivalry tied up in religion”  26 Août 2006 [en ligne].

http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/scotland/5289202.stm (consulté le 20.05.16)

  • Delanoë R., “Belfast, une ville coupée en quatre”, So foot, 31 Janvier 2016, [en ligne].

http://www.sofoot.com/belfast-une-ville-coupee-en-quatre-180026.html (consulté le 21.05.16)

  • Documentaire réalisé par Vice, Football’s most dangerous rivalry, 2012, [en ligne].

https://www.youtube.com/watch?v=cggTbCcbcNA

(visionné le 30.04.16)

http://www.guardian.co.uk/news/2006/mar/14/guardianobituaries.football (consulté le 20.05.16)

  • Moriarty G., « Northern Ireland football bridges divide after dark days of Troubles”, The Irish Times, 9 avril 2016, [en ligne].

http://www.irishtimes.com/news/ireland/irish-news/northern-ireland-football-bridges-divide-after-dark-days-of-troubles-1.2604045

(consulté le 21.05.16) 

Annexes: Entretiens et images (dans l’ordre chronologique)

Entretien n° 1 avec notre Black Cab Driver, ancien activiste catholique

  1. What about football in Northern Ireland? Do you guys enjoy watching games?

R: Yes we do, you probably don’t know it but actually our national sport is handball. We also have another Irish sport where you play with some kind of bats but only a few play it.

  1. Do you have a favourite club?

R: Actually I do. The Celtics. There was a big diaspora of Irish people that went to Scotland so we kind of look up to that team. We also watch the Northern Ireland games, but the teams are not professional, only semiprofessional. It’s like, you come from a small place but you refer yourself to another big team. Us, the catholic Irish people most often look up to the Celtics of Glasgow.

  1. Ok so there must be a big rivalry between the catholic Irishmen from Glasgow and the protestant Scottish.

R: Yes of course. I don’t know if you have already seen an « Old firms match ». It’s quite impressive. It’s the most important derby to me. It’s like the two teams of Madrid playing against each other but instead of being a difference between the social class of the supporters of each team you can also add a touch of politics and religious rivalry.

  1. We were thinking if there’s something close to that in Belfast. I mean, there’s quite an historic rivalry between two kinds of communities here so is there some derby’s like the « Old firm »?

R: Well, it’s not as impressive but there’s a rivalry between Cliftonville, more Catholic, and Linfield, which is more protestant. Anyway, you can see today that there are more and more Protestants and Catholics playing in a team or the other. I even have a catholic friend whom the grandson is playing for Linfield. The teams are becoming more mixed. On the other hand, the supporters tend to be affiliated to one team because of their beliefs but still accept other players beliefs in their favourite team.

  1. We’re doing our project on murals related to football. Are there some places you can show us about it?

R: Well not really, the Northern Ireland Football association has repainted these murals.

  1. Why have they done that?

R: The war is over. I think it’s better like that. Each side will try to not forget what happened by painting murals, memorials etc. but there’s no point on provocation or something like that.

Entretien n° 2 à la réception de l’auberge

L’entretien n’a pas duré longtemps car notre interlocuteur, un employé de l’auberge, nous fais savoir qu’il n’est pas du tout familier avec le monde du football.

“Je n’aime pas ça. Mais pas pour des raisons politiques !”

En revanche, il nous a proposé de nous arranger un rendez-vous avec un gérant de l’auberge qui, lui, est un supporter.

Entretien n° 3 avec un serveur d’un bar où il y a des diffusions de matchs

Il n’a pas énormément parlé de foot. Néanmoins, il a dit que le football à Belfast n’était pas très important bien qu’il y ait effectivement des appartenances communautaires dans des équipes.

Nous avons demandé si aujourd’hui il était plutôt question de politique ou de religion?

« Ce n’est pas que la religion et la culture. La séparation spatiale est très importante et également dans d’autres villes ! »

Entretien n° 4 avec le gérant de l’hostel Vagabonds et du Lavery’s

Nous avons été introduits par l’un des employés et ami du gérant, nous lui avons demandé ce qu’il pensait du football à Belfast.

Il a commencé par dire qu’il ne connaissait pas grand-chose et que le questionner ne valait pas la peine. Puis il ajoute que la scène footballistique nord-irlandaise n’est pas si importante –5000 supporters dans Belfast et 15 matchs par année, les gens ont plutôt tendance à suivre la première ligue où les équipes de Belfast ne jouent pas.

Nous lui avons alors demandé si on pouvait supposer que les gens auraient plutôt tendance à supporter des équipes telles que les Celtics de Glasgow ou…Il a alors eu une réaction de gêne et s’est mis en retrait, en disant qu’on ne pouvait pas immédiatement poser des questions si directes.

On a immédiatement senti qu’il était réticent à parler de football avec nous, ce qui nous a amener à penser qu’il n’était pas si indifférent à ce sport et aux enjeux identitaires qu’il cristallise. Suite à sa suggestion d’aller voir l’IFA, nous avons également évoqué l’existence du club de supporters non loin de là. Il nous a dit qu’il était vendu, que ce n’était plus un club de supporters mais qu’on pourrait éventuellement encore en trouver là-bas. Puis il a ajouté que l’on ferait mieux d’aller tenter d’en discuter dans un bar et de provoquer une bagarre en rigolant.

Entretien n° 5 avec un supporter de confession catholique (retranscription)

Lors du cocktail organisé par notre département, une discussion informelle s’est engagée devant l’hôtel avec un belfastois qui était là:

Nous apprenons que cet homme est un supporter de Clifton Ville, catholique et anti-loyaliste selon ses mots. Nous lui demandons s’il s’identifie à l’équipe de l’Irlande du Nord et il nous répond clairement que non. Son petit frère a été sélectionné pour jouer dans l’équipe et n’a pas apprécié y jouer.

Il y aurait dans l’accord de paix une clause qui dit que les joueurs nord-irlandais catholiques  peuvent aller jouer dans l’équipe de l’Irlande.

Beaucoup d’Irlandais quittent l’Irlande du Nord pour aller rejoindre la république d’Irlande. Par conséquent, il y a moins de catholiques que de protestants à Belfast désormais et les rivalités entre les membres des deux communautés, selon lui, ne vont pas en s’apaisant. Le problème se situe dans la manière dont les individus se définissent. Par exemple, un Ecossais se revendiquera comme “Scottish” dans un premier temps, puis comme faisant partie du royaume de Grande-Bretagne. Il en va de même pour un Gallois. En revanche, en Irlande du Nord, Compte tenu du passé politique et du caractère insulaire du territoire, les protestants – du fait qu’ils ne soient pas rattachés au “mainland”, les protestants vont immédiatement se revendiquer comme Britanniques, ce qui fait persister les différences entre les deux communautés et empêche la création d’une identité nord-irlandaise. Un autre exemple réside dans le fait qu’ils n’aient pas leur propre hymne – ils chantent comme les Anglais “God Saved the Queen”. Cela montre encore leur attachement à la couronne et leur volonté de ne pas vouloir s’en défaire. De ce fait, une assimilation devient impossible.

Au sein de l’équipe qu’il supporte, peu lui importe si un joueur est protestant, car il dissocie sa confession de l’équipe dans laquelle il a signé. Finalement, il reconnaît que le joueur fait son travail: marquer pour son équipe.

D’un autre côté, les supporters se comportent de manière très différente. Les protestants sont derrière Linfield et les catholiques supportent Cliftonville. Il y a des tensions claires entre les deux groupes.

A nouveau l’exemple du “Old Firm” de Glasgow a été utilisé, car avec la forte diaspora irlandaise qu’il y a eue en Écosse, il y a un grand nombre de supporters nord-irlandais et les équipes sont plus populaires en comparaison à celles de Belfast qui ne sont pas en première division. Cet exemple est criant parce que la ville de Glasgow n’est vraiment pas loin et il montre, presque de manière caricaturale, les rivalités qui persistent entre les deux communautés, par l’intermédiaire des équipes des Rangers protestants et des Celtics catholiques.

Entretien n° 6 Recherche de L’IFA (Irish Football Association) dans la ville et rencontre avec des ouvriers

Nous sommes allés à la recherche de l’IFA. C’est une fois arrivés à l’adresse trouvée sur internet que nous avons pu constater que le bureau avait déménagé au stade National situé au Winsdor Park qui est également le terrain où s’entraîne l’équipe de Linfield.

Sur place un groupe d’ouvriers curieux nous a demandé ce qu’on cherchait et nous a indiqué l’entrée des bureaux qui était mal indiquée en raison des travaux réalisés au stade.

Dans le hall, un agent de sécurité nous a accueillis. Nous nous sommes présentés et avons demandé à voir un représentant à qui nous pourrions poser des questions. Il nous a répondu qu’avec les préparatifs de l’Euro 2016 une grande partie des employés étaient à l’étranger et que donc personne n’était disponible pour nous répondre. En sortant, les ouvriers nous ont interpellés et nous ont demandé ce qu’on cherchait plus précisément. Nous leur avons répondu qu’on était étudiants et qu’on était  là pour analyser la situation post-conflit à travers le foot. On leur a demandé s’ils étaient supporters : deux – dont un portait un pull Fc Liverpool – sur trois nous ont répondu que oui. Mais aucun ne supporte d’équipes locales dans lesquelles le communautarisme est selon eux trop présent. En effet, ce n’est pas uniquement parce que les équipes que semi-professionnelles, mais bel et bien à cause des tensions qui subsistent. Ils ont ajouté que lors des matchs un lourd effectif de police est déployé (environ 400 agents et des véhicules anti-émeutes).

Finalement, nous leur avons demandé si selon eux le foot avait plutôt tendance à rassembler les gens ou à les séparer, sans hésiter l’un nous répond: « ça les sépare ».

Et quant à l’équipe d’Irlande du Nord ? « Les catholiques ne sont pas du tout supporters de cette équipe ».

Images

Image 1 : Jimmy Johnstone Mural, Falls Road, Belfast

source : http://www.inyourpocket.com/belfast/Belfast-Murals_70999f?&page=1#&gid=1&pid=15
source : http://www.inyourpocket.com/belfast/Belfast-Murals_70999f?&page=1#&gid=1&pid=15

Image 2 : For Club and Country, croisement de Broadway et Donegall, Belfast

source : https://extramuralactivity.com/category/red-hand/page/5/
source : https://extramuralactivity.com/category/red-hand/page/5/

Image 3 : Our wee country, au Times Bar sur York Road, Belfast

source : https://extramuralactivity.com/2013/01/05/our-wee-country-2/
source : https://extramuralactivity.com/2013/01/05/our-wee-country-2/

[1] Irish Republican Army, organisation paramilitaire républicaine

[2] Ulster Defense Army, organisation paramilitaire loyaliste