Contexte historique

Par Cécile Walder et Leda de F. Watanabe

Dans la deuxième moitié du XXème siècle, Belfast, ainsi que l’ensemble de l’Irlande du Nord, ont été le théâtre d’un conflit entre les communautés protestantes (unionistes et loyalistes) et les communautés catholiques (républicains et nationalistes).

A partir de 1922, l’Irlande devient indépendante alors que l’Irlande du Nord reste sous la garde du Royaume-Uni. En effet, elle possède une population qui est majoritairement protestante tout comme le reste du Royaume-Uni et détient de grands intérêts économiques pour la couronne. La minorité catholique subit alors des discriminations, telles que l’interdiction du vote ou encore des difficultés à trouver des logements et des emplois.

Vers la deuxième partie des années 60 débutent des mouvements pour les droits civiques un peu partout dans le monde, notamment aux Etats-Unis. Les minorités catholiques d’Irlande du Nord s’en inspirent pour revendiquer plus de droits civiques, et on voit naître “The Northern Ireland civil Rights”. Ils manifestent de manière pacifique, mais sont très vite réprimés par la police et l’armée.

Pendant le mois d’août 1969, éclatent des conflits entre les différentes communautés dans des quartiers de LondonDerry. Des groupes unionistes paramilitaires (RUC) et des unités de réserve (B-Specials) interviennent alors, provoquant des émeutes dans toute la région.

Le 30 janvier 1972, treize personnes sont tuées par l’armée britannique lors d’une manifestation pacifique. Ce jour est resté connu sous le nom de Bloody Sunday.

C’est à partir de ce moment que les nationalistes ne font plus confiance à l’armée britannique, ce qui crée une vraie opposition entre ces deux groupes. C’est le début des Troubles, période de fortes violences, faisant de nombreuses victimes (on compte 3700 décès) et des milliers de déplacés, notamment due à l’apparition de groupes paramilitaires tels que l’Armée Républicaine Irlandaise (IRA) et l’Ustler Defence Association (UDA).

Cette période des Troubles a pris fin avec un processus de paix entamé dans les années 1990, et la signature d’un accord entre les différents partis en 1998. Des compromis politiques ont été trouvés, les groupes paramilitaires ont été démilitarisés et les opérations militaires britanniques ont pris fin. Cependant, certaines tensions persistent toutefois à l’intérieur de certains quartiers dans cette période de post-conflit, notamment à Belfast. C’est un processus qui prend du temps, et les clivages qui ont menés aux conflits n’ont pas encore toujours été dépassés.

Ce conflit a eu comme conséquences la construction de nombreux murs qui séparent certains quartiers protestants et catholiques, dans différentes villes d’Irlande du Nord et principalement à Belfast. On les nomme Les murs de la paix, car ils ont été construits par les Royal Ulster Constabulary (police) pour protéger les communautés des attaques adverses. Le premier mur à être construit remonte à juillet 1969.

Ces murs, qui devraient être détruits d’ici une dizaine d’années, marquent encore la présence d’une certaine tension entre les habitants, mais ils servent également de surfaces d’expression artistique, de propagande et de mémorial pour les victimes. C’est sur ces fresques que nos travaux vont se concentrer.

Bibliographie

EPINOUX, Estelle, Les murs de la paix en Irlande du Nord. In : Guerres mondiales et conflits contemporains [En ligne], 2001, (n°201), p. 23-33, https://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2001-1-page-23.htm, (consulté le 24 mai 2016)

GREENGRASS, P. Bloody Sunday, Film, (Grande-Bretagne/Irlande), 2002, 110 min.

VAUGHN, V. Art of Conflict, documentaire historique, 2012, 73 min

Voyage d'études