Archives de catégorie : Images des Murals en circulation dans le tourisme

Problématisation

Roland Barthes écrivait : « Je ne sais si, comme le dit le proverbe, les choses répétées plaisent, mais je crois que du moins elles signifient. »1. Ainsi, ce sont donc les significations de ces répétitions qui seront au centre de nos recherches.

Les questions que nous nous posons, dans ce travail sont les suivantes : Quelles représentations des murals de Belfast alimentent un cercle d’images? Quelles significations ce cercle prend-il dans le contexte post-conflictuel de la ville?

Pour y répondre, nous comptons étudier les images visuelles et les discours produits autour du tourisme.
Ainsi, nous émettons l’hypothèse, en nous appuyant sur nos recherches préliminaires, que certaines fresques sont particulièrement fréquentes dans l’environnement touristique. Notre but est non seulement de rendre compte de cette redondance d’images et d’identifier de la sorte un cercle d’images, mais aussi de chercher àcomprendre l’origine et les conséquences de cette sur-représentation. Nous envisageons, par exemple, la possibilité que les images des murals d’un côté du conflit soient davantage mises en avant par rapport à l’autre.

Clément Cheroux dans son ouvrage Diplopie, identifie des représentions de thématiques similaires présentées en boucle dans les médias étasuniens, menant ainsi à la création de diverses catégories d’image-type des attentats contre les tours du World Trade Center, le 11 septembre 20012. Dans une approche similaire, nous nous efforcerons d’identifier des images-types pour les murals de Belfast, ainsi que les thématiques que celles-ci illustrent.

Une fois notre échantillon final établi, nous nous adonnerons àune analyse détaillée de celui-ci, en questionnant les images le constituant. Comme mentionné plus haut, nous nous efforcerons de définir des images-types de murals, aux raisons de leurs présences iconographiques répétées, à leurs localisations, etc.
Nos réflexions se porteront donc principalement sur les images de murals constituant par leurs répétitions un cercle plus ou moins fermé. Le cercle sera formé d’images partagées par des agents touristiques aux visiteurs de la ville, qui s’en empareront, les partageront à leur tour autour d’eux, notamment à travers les réseaux sociaux. Ainsi faisant, ils entretiennent la diffusion de la représentation d’un mural auprès de potentiels touristes, et par la même occasion, renforcent l’image promue par les agents touristiques.

La mise en circulation répétée des représentations d'un même mural, entre les agents touristiques et les touristes. Léa Zignani
La mise en circulation répétée des représentations d’un même mural, entre les agents touristiques et les touristes.

Notre première hypothèse est donc, comme nous venons de le présenter, l’existence d’un cercle d’image autour des murals. Nous avançons aussi la possibilité que l’un des côté du conflit passé soit sur-représenté par rapport à l’autre.

Dans un premier temps, nous présenterons donc les méthodes employées pour la récolte de données. Celles-ci seront mobilisées et analysées dans une seconde partie, où nous reviendrons sur nos hypothèses et où nous élaborerons diverses parties thématiques.


1- Barthes, R., Mythologies, Paris, Le Seuil, 1957, p.10
2- Chéroux, C., Diplopie, Paris, Le Point du Jour, 2009, p.22

 


INTRODUCTION

‣ PROBLÉMATISATION

MÉTHODOLOGIE

‣ PARTIE THÉMATIQUE
‣ CONCLUSION

 

Documentation touristique et souvenirs

Au fil de notre séjour à Belfast, nous avons récolté divers documents concernant l’offre touristique. Office du tourisme, boutiques, musées, à chaque opportunité donnée, nous avons collectionné des documents, destinés aux touristes, ayant trait aux murals: brochures publicitaires, plans pour touristes, carte postale, etc.

A première vue, récolter souvenirs et documents touristiques traitant des murals de Belfast nous semblait être un travail titanesque. Mais nous avons très vite été forcé de constater que peu de magasins ne vendent souvenirs et cartes postales en lien avec les murals. Il en va de même pour les tours opérateurs, seule une poignée d’entre eux promeut les murals dans la publicité pour leur circuit.

Dans les liens ci dessous sont détaillés et analysés les documents récoltés sur place.

Flyers, brochures et plans

Cartes postales

Souvenirs

Circuits Touristiques

Le programme officiel du voyage prévoyait divers tours organisé à travers la ville.
Nous avons pu intégrer ces différents circuits à nos recherches, car ils nous ont permis de rendre compte de l’offre touristique en rapport aux murals, proposé aux visiteurs.

Ci dessous vous trouverez les liens commentant les divers tours.

Notre voyage à débuté avec ce tour qui présente la ville dans son ensemble. Seule la partie concernant les murals et les Troubles est prise en compte dans notre recherche.
Double Decker Bus Tour

Le Black Cab Tour est l’une des attractions autour des murals les plus populaires à Belfast. Il s’agit d’anciens membres de l’IRA* reconvertis à leur sortie de prison en chauffeur de taxi. Les Black Cabs ont la particularité de présenter aux touristes les quartiers impliqués dans les Troubles. Ainsi chaque conducteur effectue un tour différent, selon ses affinités, son passé et les demandes des visiteurs. Notre groupe s’étant réparti dans deux taxis différents, les deux trajets respectifs sont présentés ci dessous.
Black Cab Tour A
Black Cab Tour B

Ouvert récemment, le Andy Tyrie Interpretive Centre fait office de musée loyaliste à Belfast. Sa visite à été accompagnée d’un tour pédestre à travers le quartier de east Belfast.
East Belfast

*IRA – Irish Republican Army

Bibliographie et Sitographie intégrale

Bibliographie

Chéroux, Clément, Diplopie, Paris, Le Point du Jour, 2009

Cet ouvrage s’étend sur l’utilisation faite par la presse étasunienne des images des attentats du 11 septembre 2001. Bien que les thématiques et les recherches soient résolument différentes l’une de l’autre, l’ouvrage de l’historien de la photographie Clément Chéroux nous donne certaines clefs pour penser et aborder la répétition d’une image. Il prend l’exemple de la tristement célèbre photographie de la boule de feu créée par l’explosion des réservoirs d’hydrocarbure de l’avion ayant percuté la tour sud du World Trade Center, qui est apparue en première page dans 41% des journaux américains, entre le 11 et le 12 septembre. Dans une idée similaire à la sienne, nous tenterons d’établir un classement des murals les plus représentés, dans des supports destinés aux touristes. De plus, l’ouvrage par son analyse détaillée, autant des images, que de leurs mise en boucle et du sentiment de déjà-vu les entourant, nous donnes des outils afin d’appréhender nos réflexions sur la répétition d’un motif.

Hähnel-Mesnard, C., Liénard-Yeterian, M., Marinas, C. (dirs), Culture et mémoire: représentations contemporaines de la mémoire dans les espaces mémoriels, les arts du visuel, la littérature et le théâtre., Palaiseau, Éd. École Polytechnique, 2008

Cet ouvrage s’intéresse à l’expression de la mémoire commune sur divers support, notamment visuel. C’est notamment la contribution de Julie Mc Donald et Declan Mc Cavana, à travers leurs article The Walls of Belfast Speak Louder Than Words qui se rapporte le plus à notre sujet de recherche. Il se penche en effet sur la question de l’expression de la mémoire du conflit ayant divisé la ville, à travers l’analyse de Murals. Nous avançons en effet l’hypothèse que les images-types, c’est à dire les représentations les plus fréquentes des fresques, que nous auront observées et définit, seront vraisemblablement fortement liée à la mémoire de certains événements ou certaines personnalités du conflit. Cet ouvrage, et l’article de Mc Donald et Mc Cavana en particulier, nous permettent de comprendre et d’aborder les enjeux de la mémoire sur un support le visuel.

MFS Press, The Belfast Mural Guide, Belfast, 2014

Ce petit guide de poche est un recueil des murals les plus populaires et de quelques sites en lien avec les Troubles. Il à l’avantage de les situer précisément et de donner de l’information quant au motif de la fresque. Pourtant, il n’est de loin pas exhaustif. Acheté dans la très sélective boutique rattachée au siège de Sinn Féin, parti politique de l’ancien IRA,  l’ouvrage présente toutefois des murals partisans des deux côtés du conflit.

Morand, A-C., Mémoire de Belfast ou Le processus de la mise en tourisme de la mémoire et de leurs expressions spatiales, Exemple appuyé sur Belfast (Irlande du Nord). Mémoire professionnel sous la direction de Maria Gavari-Barbas,  Paris, Université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne, 2008-2009.

Ce mémoire s’intéresse à l’émergence des pratiques touristiques autour des troubles en Irlande du Nord. Anne-Céline Morand y étudie notamment les enjeux autour de la mise en tourisme des témoignages du conflit, à travers l’étude de l’offre et de la demande mais aussi des divers discours émis par des agents touristique.

 

 


Sitographie

Belfast Murals – http://belfast-murals.co.uk/

Ce site internet rassemble un grand nombre des murals de la ville, qu’il place sur une carte interactive. De plus, il divise les fresques en trois catégories: les murals loyalistes, les murals unionistes ainsi que les murals désignés comme étant sociaux ou culturels, qui représentent les fresques plus récentes, généralement mandatées par la ville au cours du processus de paix, pour renforcer une identité régionale. Ce site internet nous permettra de localiser géographiquement les murals que nous étudierons. N’étant toutefois pas toujours très précis, ni absolument complet, il sera utilisé en alternance avec l’outil Street View de Google.

 

Cartes postales

Afin de nous faire une idée de l’image des murals envoyée vers l’extérieur, vous avons cherchés à collectionner des cartes postales.

Pourquoi des cartes postales?

En effet, les cartes postales à vocation touristique sont vendues aux visiteurs dans l’objectif d’être partagées avec un réseau étranger. Ainsi une carte postale doit remplir certaines conditions. Premièrement, elle doit procurer au touriste envoyant la carte à une tierce personne une forme de fierté, bien souvent inconsciente. L’envoi de carte postale signifie en effet «regarde où je suis et où tu n’es pas!», si tel n’était pas le cas, nous nous contenterions de lettre sur papier blanc. L’image représentée doit donc vendre le lieu d’où elle provient, afin d’allécher le récepteur de la carte.

L’analyse de cartes postales nous est donc apparu comme un moyen de rendre compte de ceux qui, parmi les nombreux murals différents de Belfast, étaient jugés comme étant particulièrement représentatif de ce que la ville a de mieux à offrir.

On comprend que la carte postale joue un rôle clef dans l’entretien d’un cercle d’image, puisse qu’elle permettra au visiteur ayant reçu par le passé un telle carte, une fois sur place, de rattacher celle-ci à son expérience présente. De part ce « déjà-vu », l’élément représenté, dans notre cas, un mural, lui apparaîtra comme étant pittoresque1, c’est à dire digne d’être vu ainsi que d’être photographié.

« Le touriste identifie un lieu […] comme pittoresque parce qu’il l’a déjà vu et qu’il peut le comparer à ce qu’il connaît déjà, soit par son expérience, soit grâce aux images qui en existent»2

La récolte

Au fil de nos journées à Belfast, nous avons donc traqués puis achetés les cartes postales comportant des photographies de murals. Nous avons toutefois été forcés de constater que le choix était  restreint. En une semaine, il nous a été possible de récolter 6 cartes, d’intérêt plus ou moins important pour notre recherche dans des lieux divers. Si nous avons trouvé la première dans un supermarché alimentaire et deux autres dans un bureau de poste, les trois restantes ont été achetées dans deux magasins de souvenirs différents.

Les 6 cartes postales présentées

La première carte [fig.1], trouvée comme susmentionné dans une supermarché alimentaire, semble être la plus fréquente. En effet, nous l’avons aperçu dans diverses boutiques au fil de notre séjour. Huit détails de murals ou fresques en entier y sont représenté.

Différentes figures emblématiques en lien avec les Troubles y sont visible: la Reine d’Angleterre [en haut à gauche], le Duc d’Orange [en haut, 3em écusson depuis la gauche], ou encore l’activiste décédé lors d’une grève de la faim et érigé au rang de martyr, Bobby Sands [en bas à gauche].

Selon nos recherches, la majorité des fresques représentées sur cette carte postale ne sont plus existantes: elles ont été recouvertes ou, à l’instar de la « Mona Lisa de Shankill » (en bas, 2em écusson depuis la gauche), détruites récemment.

Les deux cartes suivantes [fig. 3 et fig.4], trouvées dans une petite boutique sur Falls Road représentent des fresques et des détails de fresques situées dans west Belfast, notamment du International Peace Wall. Les cartes se positionnent du côté unioniste du conflit. Ceci peut être interprété par le choix des motifs présentés: plusieurs détails de murals sur les Blanketstrikers [en haut au centre et en bas à droite de fig.3], avec notamment Kieran Nugent, [au centre de fig.2] premier prisonnier républicain à se vêtir de sa couverture, refusant ainsi de porter l’uniforme imposé aux prisonniers, et revendiquant de la sorte le statut de prisonnier politique3. Mais aussi un témoignage de solidarité à la Palestine, particulièrement revendiqué par le côté républicain [fig.3 en haut à gauche]. Ainsi que des murals commémorant divers évènements ayant marqué la communauté catholique en Irlande du Nord, tel que l’attaque du Milltown Cemetery, lors de l’enterrement de trois membres de l’IRA, tué à Gibraltar en 1988 par des soldats de l’armée britannique4.

La qualité d’impression, le papier utilisé ainsi que les polices d’écriture imprimées au dos des cartes postales, laissent avancer qu’il s’agit d’une production amateur. La mention « This postcards are only available in Belfast, at Green’s, Falls Road » sur le revers de la carte suppose que les cartes sont produites par la boutique qui les vend.

« This Postcards are only available in Belfast, at Green’s, Falls Road » Cette inscription au dos des cartes postales n°2 et n°3, et notamment l’erreur de terminaison, laisse supposer une production à échelle réduite.

Les trois cartes postales restantes comprennent des murals dit « neutres », ne s’inscrivant pas dans le conflit et la période des troubles. Il s’agit en effet, d’une carte portant sur la thématique de l’auteur des Chroniques de Narnia, C. S. Lewis [fig.4], ainsi qu’une deuxième carte [fig.5] représentant les chantiers navals ayant construit le Titanic.

La dernière des cartes [fig.6] sort un peu du lot, car elle donne à voir l’Ulster de manière plus large. Divers paysages verdoyants y sont représenté dans de petits médaillons. L’un d’eux, dans la deuxième colonne, reprend un détail de la fresque des chantiers du Titanic. Cet élément est le seul qui renvoi à  de l’urbain, les autres images représentant surtout des ruines et de la nature, à l’exception de la pancarte « Old Bushmills » ainsi que des bateaux.

Observations

Au vue de la difficulté rencontrée à trouver des cartes postales comprenant des motifs avec tiré ou représentant des murals, nous constatons une réticence évidente face à ce type de documents.

Sur les six cartes achetées, quatre sont entièrement consacrée à des fresques, la sixième [fig.6] ne représentant qu’un extrait de mural parmi divers motifs.

La moitié des cartes récoltées a pour objet des fresques liées aux Troubles [fig.1, fig.2, fig.3], l’autre moitié représentant des murals dit « neutre » [fig.4, fig.5, fig.6]. Des trois cartes postales en lien avec le conflit, deux, [fig.2 et fig.3] soutiennent, par le choix des motifs représentés, l’un des acteurs. De plus, ces deux cartes ne sont pas produites par une agence officielle, à l’inverse des quartes restantes, mais sont produite de manière amateur.

N.F. – S.P. – L.Z.


1- Gauthier, L., Staszak, J.-F., Clichés exotiques, Paris, Éditions de Monza, 2015, p.59
2- Ibidem
3- MFS Press, The Belfast Mural Guide, Belfast, 2014, p.13
4- Ibidem, p.16

Double Decker Bus Tour

Le jour de notre arrivée à Belfast, nous nʼavons perdu aucun temps pour commencer notre enquête. Après avoir déposé nos affaires à lʼauberge Vagabonds, nous sommes partis faire un tour de la ville en célèbre bus rouge à deux étages de Hop On Hop Off. Malgré le temps gris, venteux et très froid, bon nombre d’entre nous sont montés en haut pour vivre lʼexpérience culte du bus impériale.

Serrant fort nos écharpes et se blottissant lʼun contre lʼautre sur les sièges, nous écoutions la guide commenter la première partie du tour: le quartier du Titanic. Elle nous a montré les quais où prenait forme le navire légendaire, ainsi que les studios de film qui contribuent à la transformation actuelle de la ville. Nous avons appris aussi divers faits sur Belfast; le navire soeur du Titanic, le S.S. Nomadic qui a été transformé en archive national pour retrouver ses potentiels ancêtres Irlandais; le marché de Saint-Georges qui a lieu chaque week-end; ainsi que diverses statues et endroits dits importants pour la culture de Belfast.

Bien que ces renseignements furent intéressants, ce n’est quʼà lʼarrivée dans le quartier de Falls que lʼintérêt de notre groupe sʼest mobilisé, lorsque la guide nous a indiqué les premiers murals. Puisque mon groupe se concentre sur la représentation des murals auprès des agents touristiques, nous sommes restés attentifs aux murals indiqués tout au long du parcours à travers Falls et Shankill.

Le quartier de Falls s’est tout de suite distingué par la présence du drapeau tricolore Irlandais accroché aux fenêtres, devant différents magasins et tacheté un peu partout dans les rues. On remarque aussi la présence de la langue gaélique: souvent les petits magasins portent des noms irlandais tout comme certains murals qui soutiennent la cause Républicaine. Nous sommes entrés dans le quartier depuis le sud-ouest de Falls Road et montés vers le nord-est.

Le premier mural que la guide nous a indiqué se trouvait sur notre gauche: le mural de Cumann na mBan ou lʼIrishwomenʼs Council. Elle nous a rapidement raconté lʼimportance de la comtesse Markievicz qui apparaît dans ce mural, et son rôle dans lʼEaster Rising. Après, elle a attiré notre attention sur le mural Plastic Bullets qui commémore ceux qui ont été tués par des balles en plastique du côté Républicain. Lors de la mention de ce mural, le guide nous a raconté comment les deux communautés sont encore séparées par la religion, notamment dans les écoles. On continuait le trajet le long de Falls Road avec des brèves indications sur les murals de The Easter Rising at the GPO Ardoyne et de Seán Mac Diarmada. Nous sommes passés également devant le mural de Bobby Sands où la guide nous a expliqués quʼil était le premier hunger striker mort de faim. Pas loin de ce mural se trouvait un autre qui rend hommage aux autres hunger strikers de lʼIRA. Finalement, pour conclure notre tour du quartier de Falls, le bus a continué son parcours en longeant le International Peace Wall. Elle a attiré notre attention sur lʼattractivité touristique du mur, nous disant que cʼétait le plus grand “guestbook” du monde.

À ce moment là, nous étions plusieurs à descendre au niveau inférieur du bus pour échapper au froid et reprendre la sensation dans les mains. Traversant le No Manʼs Land, entre les barrières qui séparent les quartiers, nous sommes arrivés à Shankill, une des parties loyaliste de Belfast. Nous avons remarqué toute de suite le changement de drapeaux: celui de la Grande-Bretagne affiché partout. Le quartier, tout comme celui de Falls, ne perdait aucune occasion d’afficher son appartenance. Bien que la guide ait pris un ton globalement neutre le long du parcours, nous avons remarqué un changement subtile ici. Lorsquʼelle nous a indiqué le mural de The First Belfast Battalion Volunteers, elle répétait à plusieurs reprises que le paramilitaire a commis des actes dʼhorreur, nous donnant lʼimpression que cʼétait le côté ʻméchantʼ en quelques sorts du conflit. Cependant, en montrant les murals du King of Orange et du Northern Ireland Football, elle a repris son ton enthousiaste et neutre. Enfin, le tour a terminé par Sandy Row et lʼusine de briques.

En somme, nous trouvons que le tour était une bonne initiation à la ville de Belfast. Nous étions surtout intéressés par la visite des quartiers de Falls et Shankill, et la grande partie que jouaient les murals et le conflit dans le tour. Pour ma part, j’ai ressenti une sorte de pitié pour les habitants, longtemps piégés dans un conflit à mon avis pas nécessaire. L’affichage fier des drapeaux, les murals s’exprimant la fidélité pour telle ou telle cause m’ont fait penser à une sorte d’endoctrinement: les habitants y vivants ont tellement l’habitude de cette division que celle-ci les rend en quelques sortes aveugles. Après ce tour, je me suis posé une première question sur le terrain: est-ce que, non seulement les agences touristiques mettent-elles en avant certains murals, mais est-il aussi possible que ces agences mettent en avant leur positionnement sur le conflit à travers leurs guides ?

Par Nicole Frazier, Simon Paratte et Léa Zignani

Méthodologies & Données récoltées

[en construction]

Vous trouverez ci-dessous les différentes catégories de documents et de données que nous avons récolté dans le cadre de nos recherches.

Les données, ainsi que les méthodes utilisées pour les acquérir sont présentées sous chacun des liens suivant.
La récolte des diverses données y est décrite et un retour réflexif sur le choix des différentes méthodes ainsi que de leurs applications sur le terrain est donné. Enfin l’analyse des observations effectuées clos chacun des liens.

Circuits touristiques
Documentation touristique et souvenir
Interviews
Conférences