Archives de catégorie : Tourisme

Problématisation

Roland Barthes écrivait : « Je ne sais si, comme le dit le proverbe, les choses répétées plaisent, mais je crois que du moins elles signifient. »1. Ainsi, ce sont donc les significations de ces répétitions qui seront au centre de nos recherches.

Les questions que nous nous posons, dans ce travail sont les suivantes : Quelles représentations des murals de Belfast alimentent un cercle d’images? Quelles significations ce cercle prend-il dans le contexte post-conflictuel de la ville?

Pour y répondre, nous comptons étudier les images visuelles et les discours produits autour du tourisme.
Ainsi, nous émettons l’hypothèse, en nous appuyant sur nos recherches préliminaires, que certaines fresques sont particulièrement fréquentes dans l’environnement touristique. Notre but est non seulement de rendre compte de cette redondance d’images et d’identifier de la sorte un cercle d’images, mais aussi de chercher àcomprendre l’origine et les conséquences de cette sur-représentation. Nous envisageons, par exemple, la possibilité que les images des murals d’un côté du conflit soient davantage mises en avant par rapport à l’autre.

Clément Cheroux dans son ouvrage Diplopie, identifie des représentions de thématiques similaires présentées en boucle dans les médias étasuniens, menant ainsi à la création de diverses catégories d’image-type des attentats contre les tours du World Trade Center, le 11 septembre 20012. Dans une approche similaire, nous nous efforcerons d’identifier des images-types pour les murals de Belfast, ainsi que les thématiques que celles-ci illustrent.

Une fois notre échantillon final établi, nous nous adonnerons àune analyse détaillée de celui-ci, en questionnant les images le constituant. Comme mentionné plus haut, nous nous efforcerons de définir des images-types de murals, aux raisons de leurs présences iconographiques répétées, à leurs localisations, etc.
Nos réflexions se porteront donc principalement sur les images de murals constituant par leurs répétitions un cercle plus ou moins fermé. Le cercle sera formé d’images partagées par des agents touristiques aux visiteurs de la ville, qui s’en empareront, les partageront à leur tour autour d’eux, notamment à travers les réseaux sociaux. Ainsi faisant, ils entretiennent la diffusion de la représentation d’un mural auprès de potentiels touristes, et par la même occasion, renforcent l’image promue par les agents touristiques.

La mise en circulation répétée des représentations d'un même mural, entre les agents touristiques et les touristes. Léa Zignani
La mise en circulation répétée des représentations d’un même mural, entre les agents touristiques et les touristes.

Notre première hypothèse est donc, comme nous venons de le présenter, l’existence d’un cercle d’image autour des murals. Nous avançons aussi la possibilité que l’un des côté du conflit passé soit sur-représenté par rapport à l’autre.

Dans un premier temps, nous présenterons donc les méthodes employées pour la récolte de données. Celles-ci seront mobilisées et analysées dans une seconde partie, où nous reviendrons sur nos hypothèses et où nous élaborerons diverses parties thématiques.


1- Barthes, R., Mythologies, Paris, Le Seuil, 1957, p.10
2- Chéroux, C., Diplopie, Paris, Le Point du Jour, 2009, p.22

 


INTRODUCTION

‣ PROBLÉMATISATION

MÉTHODOLOGIE

‣ PARTIE THÉMATIQUE
‣ CONCLUSION

 

Le rôle de l’offre touristique belfastoise dans la perpétuation de la mémoire des « Troubles »

Par Emilie Guibert et Valentina Ferreira Gutiérrez

1. Introduction

1.1  Contexte

L’Irlande du Nord fut le théâtre d’intenses conflits entre le 5 octobre 1968 – date de la Civil Right March à Derry – et le 10 avril 1998 – date qui marque l’Accord du Vendredi Saint[1]. Ces derniers ont opposé les républicains, militant pour le ralliement à l’Irlande, et les loyalistes, fidèles à la couronne d’Angleterre. La plupart des affrontements civils se sont déroulés à Belfast, ville considérée comme étant la « miniature urbaine du conflit national » (Ballif, 2012, p.116). Ce contexte d’affrontements n’était pas propice au développement touristique de la capitale qui pâtit durant de longues années des images de violence et de ségrégation diffusées à travers le monde. En effet, dès 1969, on assiste à la construction d’un mur, dit « de la paix », séparant physiquement les communautés catholiques et protestantes. La période des Troubles contribua au développement d’un imaginaire touristique associant Belfast à l’instabilité et à l’incompréhension culturelle (Morand, 2009), ce qui explique le fait que l’Irlande du Nord n’ait pas été privilégiée en tant que destination touristique durant près de trente ans. Cependant, l’accord de paix de 1998 marque le début de l’expansion d’un nouveau tourisme en Irlande du Nord. Depuis, les compagnies aériennes desservent à nouveau la capitale régionale et le nombre de visiteurs serait passé de 1.6 millions en 1999 à 6.8 millions en 2006 (Morand, 2009, p.39). Les moteurs du développement de ce nouveau tourisme sont multiples: d’une part, le gouvernement nord-irlandais s’est servi de cet instrument afin de diversifier ses ressources économiques (Legrand, 2002); d’autre part, cette ouverture au tourisme a contribué au renouvellement de l’image de la ville (Ballif, 2012). Dans le cadre de cette politique touristique, des espaces urbains et les traces du conflit sont « mis en tourisme » afin de susciter l’intérêt des touristes tout en perpétuant la mémoire de ce dernier.

Aujourd’hui, Belfast fait partie des destinations nouvellement « ré-ouvertes » au tourisme (Morand, 2009) : les traces matérielles des Troubles ont été patrimonialisées et sont exploitées en tant que ressources touristiques par des acteurs privés et publics (Naef, 2013). Ce patrimoine qui comprend les murals, symboles de la lutte entre deux communautés (Ballif, 2014) et témoignages de la guerre civile, sont très prisés par les visiteurs. Ceux-ci sont mentionnés dans les guides touristiques comme étant des «hauts-lieux de la ville » (Ballif, 2012, p.118), de par leur représentativité de l’histoire de Belfast. Dans le cadre de notre travail, nous les considérerons comme étant des supports de mémoire, car les discours les accompagnant sont souvent porteurs d’expériences personnelles. On le verra par la suite, les acteurs touristiques ont tendance à mettre en scène leur vécu lorsqu’ils font visiter certains monuments ou lieux historiques. Mis à part les murals, il existe d’autres supports de mémoire dont la nature varie.

Il existe d’une part des symboles matériels parmi lesquels figurent des musées,  des mémoriels ou des quartiers ayant été touchés par les affrontements, comme ceux de Shankill et Falls. D’autre part, on retrouve aussi des supports de mémoire immatériels et symboliques tels que des témoignages oraux. Cependant, malgré cette diversité de supports, les murals constituent, au vu de ce que nous avons pu observer lors de notre séjour, l’élément le plus récurrent proposé par l’offre touristique orientée vers la thématique des Troubles. Enfin, le fait que les touristes prêtent une attention grandissante à l’égard de ces sites emblématiques du conflit reflète, selon nous, leur désir de participer à la perpétuation de la mémoire de ce dernier (Morand, 2009, p. 45).

1.2 Les concepts relatifs au tourisme mémoriel

Mener une étude dans ce contexte implique de définir au préalable certains concepts. Nous tirerons de la littérature certaines définitions afin de poser un cadre théorique qui nous servira de base pour notre développement. Nous définirons donc de manière précise ce que nous entendons lorsque nous mentionnons les notions de mémoire, lieu de mémoire, mise en tourisme et tourisme mémoriel.

Dans sa thèse, Anne-Céline Morand reprend les dires de Pierre Morand qui stipule que « (…) la mémoire est la vie, toujours portée par des groupes vivants et à ce titre, elle est en évolution permanente, ouverte à la dialectique du souvenir et de l’amnésie inconsciente de ses déformations successives, vulnérable à toutes les utilisations et manipulations, susceptible de longues latences et de soudaines revitalisations. » (Morand, 2009, p.9). La mémoire s’oppose donc à l’histoire dans le sens où elle fait référence à des faits dont il existe encore des témoins vivants, créant de ce fait un lien entre les temps chronologiques du présent et du passé. La mémoire suppose donc qu’une personne physique soit porteuse de cette dernière. Par ailleurs, la mémoire est sujette à des transformations au fil de sa transmission contrairement à l’histoire qui est une reconstruction incomplète mais immuable de ce qui n’est plus (Morand, 2009, p.9).

Il existe un lien entre mémoire et espace, car la mémoire tend à s’incarner dans des lieux ou des représentations de lieux (Petitier, 1989). De là découle la notion de lieu de mémoire. Selon Jean-Didier Urbain, un lieu de mémoire n’est pas une destination comme les autres. Elle n’existe pas en soi, mais par un regard spécifique.  Celui qui se souvient transforme un simple lieu en réceptacle d’un passé toujours vivant dans les mentalités (Urbain, 2003). Le lieu de mémoire peut être topographique, monumental ou symbolique (Petitier, 1989) mais reste indissociable de celui qui le pense. Tout comme dans la notion de mémoire explicitée ci-dessus, on retrouve, dans la définition du lieu de mémoire, le lien existant entre ce qui est passé et ce qui est présent.

Ces lieux peuvent, selon l’expression employée par l’Equipe MIT, être mis en tourisme (Equipe MIT, 2000). Cette mise en tourisme consiste en la construction d’une désirabilité de ces lieux potentiellement associés à la violence, à la mort, au deuil, et au sacrifice (Hertzog, 2012). Dans le cas de notre étude, les lieux de mémoire sont construits par les acteurs touristiques comme destinations  séduisantes pour le visiteur. Ce processus tend à transmettre un message contribuant à la construction d’une image de la ville censée susciter l’intérêt du touriste (Hertzog, 2012).

Enfin, ces lieux de mémoire sont mis en tourisme dans le cadre d’un tourisme mémoriel. La définition de ce type particulier de tourisme mentionnée par Jean-Didier Urbain est la suivante: «A l’intérieur d’un territoire, il est outil de consolidation d’une unité culturelle, d’une construction identitaire, d’une formation des peuples. A l’extérieur, pour le visiteur à la culture d’accueil, il est vecteur de diffusion d’une image, d’une identité culturelle » (Urbain, 2003, p.6). Le tourisme mémoriel suppose donc un individu porteur d’une mémoire, qu’il transmettrait à des fins de création identitaire et de lutte contre l’oubli. C’est un tourisme du passé sans être un tourisme passéiste ou nostalgique qui reviendrait à un simple « retour aux origines » (Urbain,  2003). Il permet de perpétuer la mémoire des événements passés en les rapatriant dans le présent et en les transmettant à autrui. Vecteur de conscientisation historique de celui qui en fait l’expérience, ce type de tourisme contribue à l’acceptation du passé et participe indirectement au maintien de la paix sociale en créant une certaine d’intercompréhension culturelle.

Notre cadre théorique étant défini, nous allons pouvoir passer à la présentation des enjeux sous-jacents à notre thématique, ainsi qu’à la problématique qu’elle soulève. Au fil de ce travail, nous reviendrons souvent sur ces différentes définitions.

1.3 Problématique et enjeux

C’est dans le cadre de la mise en tourisme d’éléments relatifs aux Troubles que notre démarche s’inscrit. Dans une ville qui a souffert de violents affrontements, les murals, les mémoriels et certains quartiers constituent des preuves matérielles des événements passés. Il sera question ici de comprendre comment le tourisme belfastois cherche à faire connaître l’histoire des Troubles aux visiteurs. Notre travail consistera en une analyse de l’offre touristique à travers la perspective du tourisme mémoriel, ou tourisme de mémoire. Comme mentionné ci-dessus, ce type de tourisme à vocation pédagogique fait référence à un phénomène ancien ayant débuté avec la Première Guerre Mondiale, et qui a contribué dès les années 1990 à la production d’un imaginaire touristique (Hertzog, 2012). Dans ce contexte, les traces de guerre deviennent une ressource mobilisée par les acteurs de l’offre touristique. Nous analyserons donc comment ces derniers font appel à la mémoire du conflit ayant sévi entre 1969 et 1998 en étudiant la mise en tourisme des murals et des autres éléments porteurs de mémoire.

À travers notre approche mémorielle de l’offre touristique belfastoise, nous pouvons voir émerger deux enjeux. Premièrement, on constate que les discours d’anciens prisonniers politiques et d’autres personnes ayant vécu ou participé au conflit sont mobilisés par l’industrie touristique. D’une part, nous pouvons penser que cette mise en scène s’inscrit dans une logique de recherche de profit, car les touristes ont tendance à être attirés par les anecdotes personnelles. De ce fait, cette tendance peut être instrumentalisée à des fins économiques. D’autre part, la mise en scène de discours peut également répondre à la volonté de transmettre à autrui la mémoire des événements passés. Dans le cadre de notre thématique, nous allons plutôt nous pencher sur ce second aspect car il peut être mû par un enjeu de sensibilisation. Lorsque nous avons rencontré un conducteur de Black Cab, nous lui avons posé des questions sur les motivations qui l’ont poussé à devenir guide touristique. Ce dernier nous a alors répondu qu’il était nécessaire que les individus soient conscients de la gravité de la situation ayant sévi à Belfast. De ce fait, il est selon lui primordial de sensibiliser le visiteur par le biais de la transmission d’expérience personnelle. De manière générale, il s’agit donc de faire comprendre aux touristes pourquoi les évènements se sont déroulés ainsi, en explicitant les raisons qui ont poussé les acteurs présents à l’époque à agir de la sorte. Plus qu’une justification de leurs actes, ces expériences personnelles sont mobilisées dans le but de sensibiliser les touristes à la situation locale afin que ces derniers assimilent au mieux la mémoire du conflit.

Deuxièmement, nous avons décelé un enjeu pédagogique lors de notre analyse de l’offre touristique. On peut considérer que les acteurs de ce milieu ont pour but d’instruire le visiteur dans le cadre d’un tourisme mémoriel. Outre le fait d’inculquer certaines connaissances historiques, une des raisons de la vocation pédagogique de ce type de tourisme peut être, selon nous, de promouvoir l’intercompréhension culturelle. En effet, nous pensons que le fait de transmettre l’histoire du conflit à autrui par le biais du tourisme mémoriel peut engendrer plus de réceptivité, permettant une meilleure assimilation des éléments historico-culturels locaux. Ce tourisme pédagogique conduit donc celui qui en fait l’expérience à adopter une attitude plus critique envers la situation belfastoise et envers lui-même, à condition que celui-ci effectue un travail de distanciation et ne considère pas chaque récit personnel comme étant la seule et unique version des événements passés.

1.4 Question de recherche et hypothèses

Après avoir établi le contexte ainsi que les enjeux de notre thématique, nous allons définir notre question de recherche. On observe dans l’offre touristique de la capitale régionale une volonté de mettre en avant son identité ainsi que la manière dont la population a vécu le conflit. Ce processus s’opère à travers la présentation de la mémoire belfastoise aux touristes (Morand, 2009, p.56). L’offre touristique actuelle diffère beaucoup de celle qui a directement fait suite à la période des Troubles. Peu de temps après l’Accord de Paix de 1998, il s’agissait de faire oublier ce sombre épisode – c’est d’ailleurs ce que certains prestataires publics continuent de faire, pour des raisons de neutralité, ou dans l’espoir de donner une meilleure image de la ville.

Cependant, la mémoire du conflit est aujourd’hui mise en avant par divers prestataires, notamment par des agences touristiques privées. Ces derniers proposent différents types de circuits, appelés Political Tours (Morand, 2009, p.63). C’est dans le cadre de la mise en scène de la mémoire par l’offre touristique que réside tout l’intérêt de notre travail. La question à laquelle nous allons tenter de répondre sera donc la suivante:

Comment l’offre touristique belfastoise inclut-elle le touriste à la production de mémoire? Comment l’espace est mobilisé par l’offre touristique belfastoise dans le cadre de la territorialisation de la mémoire?

Trois hypothèses découlent de ces deux questionnements. Celles-ci nous aideront à orienter nos recherches.

H1: Les acteurs de l’offre touristique mettent en scène des récits personnels dans le cadre de visites interactives qui stimulent la co-construction de mémoire.

A travers le concept de « récits personnels », nous entendons toutes les expériences vécues et les témoignages du conflit mis en avant par l’offre touristique. De manière générale, nous nous attendons à faire l’expérience de visites touristiques interactives, durant lesquelles notre opinion et notre ressenti sont sollicités. En ce qui concerne les prospectus touristiques des agences locales, nous pensons y retrouver des expressions faisant allusion à un retour dans le temps, ou nous proposant une certaine immersion dans l’époque des Troubles, ce qui aurait pour but la stimulation de la co-construction de mémoire.

Lors des Political Tours, nous nous attendons à être plongées dans le vécu très personnel des guides touristiques ayant participé à la période des Troubles. Ainsi, cela nous aidera à nous rapprocher de ces derniers et à développer une certaine empathie envers eux. Ce processus conduit à un glissement entre la position de chercheur et celle de touriste, ce qui peut potentiellement biaiser la validité de nos résultats. Cependant, nous effectuerons un travail de distanciation et d’objectivation lors du traitement de notre matériau d’analyse, bien que l’objectivité totale constitue un objectif inatteignable.

H2: L’offre touristique met en place des circuits pédagogiques qui amènent le visiteur à participer activement à la perpétuation de la mémoire du conflit.

Lors des visites touristiques, nous nous attendons à être instruites sur l’histoire des Troubles. De ce fait, nous espérons qu’à la fin de notre séjour à Belfast, nous disposerons de tous les éléments nécessaires pour nous forger notre propre opinion à l’égard de cette période. Le fait d’avoir assimilé en profondeur les événements ayant sévi durant les Troubles nous permettra peut-être d’être capables de transmettre ce savoir acquis à autrui, ce qui fera de nous des personnes actives dans la perpétuation de la mémoire de l’histoire belfastoise.

H3: Il existe un processus de territorialisation de la mémoire en certains lieux spécifiques.

Finalement avec cette dernière hypothèse, nous nous attendons à voir une répartition et/ou une territorialisation de la mémoire en certains lieux ou secteurs spécifique de la ville. La territorialisation de la mémoire conduit l’individu à associer un souvenir à un certain lieu, elle peut donc être exploitée à des fins touristiques.

2. Méthodologie

Nous allons à présent tenter de répondre à nos questions de recherche par le biais de la vérification de nos hypothèses sur le terrain. Pour ce faire, nous analyserons les modalités de l’offre touristique belfastoise qui tendent à inclure le visiteur à la production mémorielle.

Nos expériences touristiques à Belfast furent nombreuses et nous avons sélectionné celles qui avaient trait à notre thématique, à savoir : la visite guidée de la Linen Library et des archives du conflit, un City Tour en bus proposé par la compagnie privée Belfast City Sightseeing open top Bus tour, la découverte des quartiers de Falls et Shankill en Black Cab, la visite du Centre Culturel Gaélique, et enfin les visites de l’Ulster Museum ainsi que celle du Loyalist Museum – Andy Tyrie Interpretive Centre accompagnée d’un tour dans le quartier de East Belfast. Parmi les acteurs touristiques que nous avons analysés, certains sont donc issus de compagnies publiques, et d’autres de compagnies privées. Comme nous n’avons pas toujours été en mesure de savoir si les acteurs touristiques rencontrés étaient issus du domaine public ou du privé, nous avons décidé de ne pas attacher trop d’importance à cette distinction.

Aussi, nous sommes conscientes que cette liste est non-exhaustive et que notre regard sur ces visites a potentiellement été biaisé par nos objectifs de recherche. Notre statut de chercheuses nous inclut dans une certaine catégorie de touriste, à savoir, celle des individus intéressés par la dimension pédagogique et la démarche scientifique dans la visite d’un lieu (Crahay, 2014). De ce fait, nous nous trouvons dans une position intermédiaire entre celle du touriste et celle du chercheur scientifique. Cette situation n’est pas sans conséquence.

D’un côté, nous aurons tendance à nous éloigner de la position de touriste, car nous aurons peut-être un point de vue plus critique que ces derniers. En effet, contrairement aux touristes en recherche de divertissement, nous vivrons ces expériences en restant focalisées sur nos objectifs de recherche.

De l’autre, nous n’adopterons pas totalement la posture d’un chercheur scientifique du fait que nous baserons notre analyse sur notre ressenti. De ce fait, nous serons nous-mêmes objets de notre recherche, ce qui pourrait altérer la validité de nos conclusions.

Dans le cadre de nos deux premières hypothèses, le fait d’être à la fois chercheuses et objet de recherche biaisera l’interprétation de nos résultats, et nous posera problème lorsqu’il s’agira de vérifier l’interactivité des visites et leur aspect pédagogique. En effet, afin de neutraliser l’effet de ce glissement, il nous aurait fallu interroger d’autres touristes ayant participé aux mêmes visites, et éventuellement effectuer une observation participante afin que notre matériel d’analyse soit plus représentatif. Malheureusement, nous n’avons pas été en mesure de mener à bien ces démarches, faute de temps et de moyens.

Plus concrètement, afin de répondre à nos questions de recherche, nous avons été très attentives à la façon dont les murals et les autres éléments ayant trait au conflit sont présentés lors des visites. De ce fait, nous avons analysé comment les agences proposent de nous « faire visiter » la ville. Ensuite, nous avons récolté un maximum de matériel publicitaire à analyser, comme des prospectus et des affiches touristiques. Nous avons par ailleurs demandé conseil à un office de tourisme ainsi qu’à la réception de notre auberge, dans le but de voir le type de visites proposé. En analysant ces documents, nous avons tenté de repérer des slogans-types invitant le visiteur à s’immiscer dans l’atmosphère des Troubles.

Enfin, un carnet de terrain nous a été essentiel. Lors des visites guidées, nous avons relevé les éléments qui étaient pour nous susceptibles d’inclure le visiteur à la perpétuation de la mémoire du conflit. En effet, au niveau de l’offre touristique, les visites ayant pour thématique le conflit nord-irlandais et tendant à inclure le visiteur à la production de mémoire se déclinent en plusieurs modalités, notamment la mise en scène de récits personnels et la valorisation de circuits pédagogiques. Par exemple, les Black Cabs proposent au visiteur de faire un tour de la ville. Souvent, le chauffeur est un ancien prisonnier politique qui raconte  les événements passés selon son appartenance religieuse, ce qui fait que le touriste prendra connaissance de la ville à travers les yeux d’un protestant ou d’un catholique (Lisle, 2006). L’intérêt de ce genre de visite sera de voir en quoi ce processus nous implique dans la co-construction de mémoire.

3. Eléments d’analyse

3.1 Deux modalités touristiques fonctionnant dans un cadre interactif

3.1.1 La mise en scène de récits personnels

a) Un tourisme informatif et historique

Parmi nos diverses expériences, deux d’entre elles ne nous permettent pas d’affirmer l’hypothèse selon laquelle l’offre touristique met en scène des récits personnels dans le cadre du tourisme mémoriel. La première visite durant laquelle nous n’avons relevé que très peu d’éléments relatifs aux Troubles est celle du City Hall. Aucun récit personnel n’a été mis en avant par notre guide qui nous a présenté une vision relativement institutionnelle de l’histoire de la ville. La seconde visite durant laquelle l’interaction et la mise en scène de récits personnels n’est pas de mise est celle proposée par les Belfast City Sightseeing open top Bus tour : lors de cette visite, les informations étaient transmises de manière impersonnelle. Cette impression peut être due au fait que cette compagnie, bien que privée, possède une licence du département de l’environnement qui les oblige à rester neutre. Proposer des récits personnels pourrait paraître trop partial pour ce genre de visite. Selon nous, ces deux visites ne s’inscrivent pas dans le cadre d’un tourisme mémoriel mais plutôt dans celui d’un « tourisme informatif » ou « historique ».

b) Des récits personnels déguisés?

Nos impressions sont plus mitigées quant à la visite du Loyalist Museum et du quartier de East Belfast: nos deux guides n’ont pas mis leurs propres expériences en avant et n’ont que très peu parlé d’eux. Cependant, nous avons senti dans leur discours que ces derniers ont été impliqués d’une manière ou d’une autre dans le conflit, car ils utilisaient le pronom personnel « nous » lorsqu’ils nous présentaient les actions armées perpétrées par les groupes protestants (UFF, UDA, UYM)[2]. Aussi, la tension était palpable lorsqu’ils nous parlaient des victimes loyalistes et nous présentaient les nombreux mémoriels protestants. Même si cette visite n’a pas été des plus interactive et que nous n’avons décelé, a priori, aucun récit personnel, sa neutralité n’a pas été totale: selon nous, le fait de présenter les forces protestantes comme étant de « bons justiciers », peut avoir pour finalité de nous rallier à leur cause. Nous pouvons donc considérer cela comme une invitation à la perpétuation de « leur » mémoire du conflit. En effet, nos deux guides nous ont expliqué avoir créé ce musée en réaction au succès des Black Cabs, majoritairement catholiques, afin de pouvoir, eux aussi, perpétrer leur version de l’histoire.

Enfin, trois visites nous permettent de vérifier l’hypothèse selon laquelle l’offre touristique met en place des récits personnels dans le but de perpétuer la mémoire du conflit.

c) Un réel partage d’expériences de vie ?

Dans un premier temps, la partie archive de la Linen Library fut très intéressante. Au début, notre guide s’est attardé sur un grand livre datant de 1969 qui recense la population de Belfast de l’époque ainsi que les rues présentes à cette date. Ce dernier lui rappelle son enfance, car certains endroits qu’il appréciait étant enfant ont été détruits durant les Troubles. En tant que support de mémoire, ce registre dans lequel figure son grand-père confère à notre guide le statut de médiateur : par le biais de ce dernier, il nous a transmis à la fois la mémoire de son grand-père, la sienne, mais aussi celle de la géographie passée de la ville. Ensuite, des récits personnels ont été mis en scène par le biais de divers supports: par exemple, on trouve dans ce musée des lettres écrites, durant le conflit, par d’anciens prisonniers en grève de la faim sur du papier toilette ou du papier à cigarette. Ces derniers, ayant l’interdiction de communiquer avec l’extérieur, s’en servaient pour donner des nouvelles à leur famille par l’intermédiaire des prêtres. Cette fonction a aujourd’hui laissé la place à celle de la transmission de mémoire : en tant que touriste, nous avons eu l’opportunité de lire ces récits personnels, et donc de s’imprégner, l’espace d’un instant, du souvenir de quelques individus. Cependant, notre rôle dans la co-construction et la perpétuation de leur mémoire se limite à nous remémorer ces écrits, car notre capacité de retransmission de cette mémoire est limitée, entre autres par l’interdiction de les photographier.

Ensuite, bien qu’une grande partie de l’Ulster Museum relative aux Troubles soit constituée d’informations objectives et de faits historiques irréfutables présentés de manière unilatérale, nous avons découvert grâce à l’un de nos camarade une petite section portant sur des témoignages audio du conflit. Cette partie du musée, regrettablement peu mise en valeur, nous a permis de nous plonger dans le vécu des individus. La partie BBC Legacy de cette plateforme fut très intéressante dans le cadre de notre travail, car la présentation des récits personnels y est faite d’une manière telle qu’elle est accessible à tout un chacun : en effet, il n’est pas nécessaire d’avoir certaines connaissances scientifiques ou historiques préalables pour être touché par ces commentaires et la mémoire du narrateur nous parvient même si ce dernier ne se trouve pas en face de nous. Par exemple, parmi les récits partisans figure l’histoire d’un homme loyaliste, dont la famille était très impliquée dans le conflit. Ce dernier conte les raisons de son attitude critique envers les actes de sa famille et nous explique qu’il a décidé de s’en écarter avec sa sœur.

Un autre témoignage que nous avons entendu est celui d’une femme catholique racontant son enfance perdue, sa mère ayant été assassinée durant les Troubles lorsqu’elle avait neuf ans. D’autres récits purement personnels qui ne mentionnent pas la position de l’individu dans le conflit sont proposés, comme celui d’une femme touchée par balle à la jambe alors qu’elle était enceinte de trois mois. Cette dernière nous fait part de ses préoccupations et angoisses du moment en nous affirmant que même si elle et son enfant ont survécu, ce traumatisme la hantera à vie.

Ces témoignages ont eu pour effet de nous plonger directement dans l’atmosphère du conflit. Même si cette expérience n’était pas interactive, nous sommes aujourd’hui porteuses de la mémoire de ces personnes.

Enfin, une dernière expérience qui nous permet d’affirmer notre première hypothèse est celle de la visite des quartiers de Shankill et Falls en Black Cab. Une citation issue du flyer de la compagnie TaxiTrax illustre bien l’idée de transmission de mémoire par le biais d’expériences personnelles: « All of our drivers are highly experienced with a wealth of personal knowledge, guaranteeing your trip to be something you will always remember. (…) [A]s your driver shares a little personal anecdote, you can be sure that you will have seen the real Belfast (…) ». En effet, au vu de notre expérience dans ces taxis nous pouvons affirmer la véracité de cette citation : premièrement, cette visite nous a véritablement permis de nous projeter dans la période des Troubles, car la mise en récit y est très valorisée. Tout au long de cette escapade en voiture, notre chauffeur nous faisait part des histoires qu’il avait vécu durant le conflit. Par exemple, lorsque nous lisions les noms des défunts mentionnés sur les mémoriels, il nous avouait que certains d’entre eux faisaient partie de ses amis. Aussi, ayant été lui-même prisonnier politique, cela rendait son discours d’autant plus poignant et nous avons vraiment été touchées par ce qu’il nous a confié. Lorsque nous lui avons demandé pourquoi il avait voulu exercer cette profession, ce dernier nous a simplement répondu : « I want to put a face on the situation and humanize the war ». Suite à cela, il nous a affirmé qu’il préférait raconter lui-même sa perception du conflit plutôt qu’elle soit transmise par le biais d’un livre d’histoire, car les gens sont plus réceptifs lorsqu’une personne parle elle-même de son histoire. En effet, la mise en scène de son vécu personnel nous a poussé à ressentir de la compassion et nous a conduit à une meilleure compréhension de sa position. Cet effet a été renforcé par le fait que la visite était interactive : notre conducteur répondait volontiers à toutes nos questions, même si ces dernières étaient parfois intimes. En discutant avec lui, nous avons eu l’impression de participer à la co-construction de la mémoire des Troubles, car nous pouvons dire qu’à présent, nous avons acquis une infime partie de la sienne.

Au vu de ces expériences touristiques, nous pouvons affirmer que l’une des modalités de l’offre touristique belfastoise qui contribue à la perpétuation de la mémoire du conflit est la mise en scène de récits personnels dans une perspective interactive. Bien que cette modalité ne soit pas de mise partout, notre visite guidée du Loyalist Museum, notre tour en Black Cab, et la visite de l’Ulster Museum ont pour point commun de valoriser la mise en récit dans le but de plonger le visiteur dans la dure réalité qui a sévi à Belfast entre 1969 et 1998.

3.1.2 La valorisation de circuits pédagogiques

a) Une transmission unilatérale d’informations

Notre deuxième hypothèse qui stipule la mise en place de circuits pédagogiques stimulant la co-construction de mémoire se voit réfutée à plusieurs reprises. Premièrement, nous avons trouvé la visite du City Hall très peu pédagogique dans le sens où il s’agissait d’un tourisme où l’interaction avec le visiteur était quasi inexistante. Un guide nous a accueilli et nous a présenté le City Hall en nous donnant beaucoup d’informations sans attendre de réflexions très poussées de notre part. En effet, la quantité de matière transmise par ce dernier était telle qu’il nous était difficile de rebondir sur ces informations. Le seul moment interactif décelé lors de cette visite fut le moment où nous nous sommes assises sur la chaise du maire. Toutefois, nous ne pouvons qualifier cet épisode de pédagogique, mais uniquement d’interactif, car il ne nous a pas permis de comprendre pour autant le fonctionnement du système politique belfastois.

Nous avons ressenti le même manque de pédagogie lors du Belfast City Sightseeing open top Bus. Sur leur flyer, le fait de visiter les murals les plus célèbres de Belfast et de parcourir de long en large le Peacewall était présenté comme un point fort de la compagnie. Cependant, ceci n’a été en fait qu’une infime partie de ce que le tour propose, et les informations relatives à la thématique des Troubles se sont retrouvées noyées dans une masse d’informations, notamment relatives à l’histoire du Titanic. Si nous étions des touristes en recherche d’un survol de la ville, cette visite aurait été amplement suffisante. Or, en tant que chercheuses nous avons trouvé cette visite très superficielle, ce qui nous a empêché d’en saisir le fil conducteur. Ainsi, nous avons eu l’impression d’être de simples spectatrices du fait que nous n’avons pas eu l’opportunité de manifester notre compréhension et/ou incompréhension des informations qui nous étaient données.

Puis, nous avons jugé important de visiter le musée officiel de la ville afin d’avoir un avis neutre sur le conflit. Nous nous sommes donc rendues à l’Ulster Museum où nous avons pu explorer la section dédiée aux Troubles. Loin d’être inintéressante, cette exposition parle d’elle-même, c’est pourquoi elle ne nécessite pas la présence d’un guide. Il s’agit d’un espace où sont disposés des murs avec du texte et des images qui retracent l’histoire du conflit. Une fois encore, nous avons eu affaire à une transmission unilatérale d’informations, sans interaction entre le visiteur et l’acteur de l’offre touristique. Nous n’avons décelé aucun moyen pour le touriste de participer à cette co-construction de mémoire, par le biais de réflexions qui conduiraient le prestataire à modifier son offre par rapport aux attentes du public. En ce qui concerne la plateforme des témoignages mentionnée dans notre première hypothèse, elle est également composée d’une partie nommée CAIN Web Service qui comprend des sources scientifiques et des articles divers à propos du conflit. Cependant, même si cette partie participe en quelque sorte à l’assimilation de la mémoire par le touriste, nous avons trouvé cette dernière très académique et peu accessible à tout un chacun. En effet, il s’agit d’articles scientifiques qui nécessitent une certaine connaissance préalable pour assurer leur compréhension. Ceci nous laisse penser que cette rubrique est plutôt dirigée vers des chercheurs en quête d’informations précises. Ainsi, cela contribue à discriminer les individus disposant de peu de capital culturel dans le processus de perpétuation de la mémoire.

Enfin, la dernière expérience qui nous oblige contre toute attente à réfuter notre deuxième hypothèse est celle du Loyalist Museum. En ce qui concerne la première partie nous présentant le musée en tant que tel, le guide nous a donné beaucoup d’informations de façon très unilatérale sans nous laisser la possibilité de poser des questions pendant l’intervention. Notre participation a donc été très limitée et nous sommes devenues, une fois de plus, spectatrices d’une performance identitaire. Nous avons également eu le même ressenti lors de la seconde partie de la visite. En effet, le guide nous a parlé en grande partie des forces armées protestantes en louant leurs « exploits » sans chercher à avoir un réel échange avec le visiteur. La présentation du quartier de East Belfast a été faite de manière très partiale. Notre capacité à poser des questions était passablement limitée et nous avons eu l’impression que nos remarques à l’encontre de leur point de vue n’étaient pas les bienvenues, ce qui a rendu l’atmosphère assez particulière.

Avec un peu de recul, nous gardons l’impression que ce manque de pédagogie ne nous a pas conduit à une assimilation optimale de la mémoire. Cependant, ces critiques ne tiennent qu’à nous, et nos attentes définies au préalable ont sans doute biaisé nos impressions.

b) Pédagogie et construction de mémoire

Bien que les arguments allant à l’encontre de notre deuxième hypothèse soient nombreux, nous avons tout de même pu assister à des visites qui nous permettent de la vérifier. Nous avons eu l’occasion de visiter le Centre Gaélique Cultúrlann McAdam Ó Fiaich où nous avons été informées à propos de la culture gaélique. Malgré le fait que la thématique des Troubles n’ait pas été abordée, nous avons jugé pertinent de mentionner cette visite dans le cadre de notre deuxième hypothèse, car elle montre cette modalité pédagogique du tourisme. En effet, le but de ce centre est la perpétuation de la culture gaélique. Pour ce faire, il nous a été distribué à chacun un petit livret avec les expressions courantes traduites de l’anglais au gaélique. Il y a donc eu une réelle interaction entre le guide et nous-mêmes ce qui a rendu la visite plus pédagogique, tout en nous immergeant bien dans la problématique en question.

Enfin, la visite qui contribue le plus à la vérification de notre deuxième hypothèse est sans doute le tour en Black Cab. Arrivées vers notre taxi, le guide-conducteur s’est présenté en nous demandant ce que nous voulions savoir sur Belfast.

C’est exactement à ce genre d’attitude que nous nous attendions dans le cadre d’un tourisme pédagogique. En effet, notre guide s’est assuré de savoir ce qui nous intéressait afin de ne pas s’attarder sur des éléments historiques n’ayant qu’une importance secondaire pour nous. Tout au long de notre rencontre, ce dernier a adapté son parcours en fonction de nos attentes et nos désirs, créant ainsi un véritable échange. Ce dernier s’est à plusieurs reprises inquiété de savoir si nous comprenions bien, en nous demandant toujours si nous avions des questions. Lorsqu’il s’est aperçu que nous prenions beaucoup de notes sur notre carnet de terrain, il s’est empressé de nous proposer de descendre du taxi afin de spatialiser son récit. Bien que sa vision du conflit soit biaisée par son positionnement politico-religieux, cela n’était pas gênant, car nous sentions bien qu’il était ouvert à la discussion et à nos remarques. A plusieurs reprises, nous avons eu l’opportunité de lui poser des questions personnelles, il n’a jamais montré de mécontentement à notre égard et s’est toujours arrangé pour nous répondre de la meilleure façon possible.

Pour conclure, on constate donc que l’offre touristique proposant des circuits pédagogiques est mince, mais pas inexistante. Nous sommes conscientes que nous n’avons pas expérimenté toutes les formes de tourisme à Belfast, mais nous avons tout de même pu remarquer que les visites sont souvent mises en place de manière unilatérale en ne cherchant pas d’échange constructif avec le visiteur. La grande exception est donc celle de la visite avec les Black Cabs qui nous a permis d’avoir une interaction active et constructive avec le guide, également acteur du conflit.

3.2 Tourisme et territorialisation mémorielle

Afin de voir si les modalités touristiques contribuant à la perpétuation de la mémoire tendent à le faire en certains lieux spécifiques, nous allons analyser la dimension spatiale de nos expériences.

Pour ce qui est de notre City Tour en bus, la mémoire du conflit tend à être spatialisée dans les quartiers de Falls et de Shankill, mais nous ne sommes passées que très rapidement en ces lieux. Certes, la visite de ces quartiers contribue à la diffusion d’une image à l’étranger par le biais d’une territorialisation de la mémoire, mais notre passage était trop rapide pour affirmer qu’il existe un réel lien entre les souvenirs du conflit et certains lieux. Tel n’a pas été le cas avec la compagnie de taxi : notre chauffeur nous a conduit plus ou moins dans les mêmes lieux que le bus, mais d’une toute autre manière. Alors que nous ne faisions que passer devant les murals lors de notre City Tour, nous avions cette fois l’opportunité de descendre du taxi et ainsi de pratiquer l’espace. L’effet de territorialisation de la mémoire dans certaines rues de Falls et Shankill était bien plus fort, car nous avons eu l’opportunité de marcher dans les rues tout en écoutant les expériences personnelles de notre chauffeur. Enfin, lors de la visite du quartier de East Belfast, notre guide avait tendance à spatialiser la mémoire du conflit en certains lieux emblématiques.

Ce dernier s’est arrêté plusieurs fois dans des mémoriels protestants et s’attardait devant certaines fresques emblématiques des groupes armés loyalistes, ce qui avait pour effet d’ancrer son récit en certains lieux spécifiques. Cet effet de territorialisation de la mémoire est efficace : à l’avenir, nous associerons les souvenirs évoqués par notre guide à certains lieux précis, que nous pouvons alors qualifier de lieux de mémoire

Pour conclure, nous avons vu que la mémoire tend généralement à être territorialisée dans certaines rues emblématiques des quartiers de Shankill et Falls. Aussi, nous constatons que certains lieux ou monuments, tels que les murals les plus célèbres, les grands mémoriaux ou de manière générale les quartiers emblématiques traversés par les peacelines, figurent de manière récurrente dans les propositions de circuits touristiques. Cela peut être dû à leur caractère artistique d’une part et politique de l’autre. Cependant, bien que nous puissions déceler dans les deux dernières visites mentionnées un processus de territorialisation de la mémoire, nous estimons que cela n’est pas suffisant pour vérifier cette troisième hypothèse.

4. Conclusion

Lorsque nous sommes arrivées à Belfast, nous avons dû faire face à certaines difficultés. En effet, nous avions une idée passablement arrêtée sur la forme qu’allait prendre notre travail de terrain. Par exemple, au début de nos recherches, nous étions très focalisées sur le contenu des discours tenus par les acteurs de l’offre touristique. Or, nous nous sommes vite aperçues que dans le cadre de notre travail, le contenu importait moins que la forme et la manière de présenter les événements passés dans le processus de co-construction mémorielle. Peu à peu, nous nous en sommes rendues compte et nous avons modifié notre manière de récolter nos données afin que ces dernières nous apportent de réels éléments de réponses. Nous avons donc cessé de prendre note des informations factuelles qui nous étaient transmises et nous nous sommes concentrées sur le comportement et l’attitude des acteurs de l’offre touristique.

En conclusion, notre séjour à Belfast nous a effectivement permis de relever deux modalités de l’offre touristique belfastoise qui tendent à inclure le visiteur à la production de mémoire. En effet, nous avons constaté que certains acteurs mettent bien en place des circuits pédagogiques et valorisent les récits personnels dans le but de perpétuer la mémoire du conflit. Bien que ces deux modalités ne soient pas généralisables à l’entièreté de l’offre touristique belfastoise, nous estimons que nos données sont suffisantes pour vérifier nos deux hypothèses relatives à la mise en scène de récits personnels et de circuits pédagogiques dans le cadre d’un tourisme mémoriel.

Aussi, notre travail de terrain nous a permis de répondre de manière plus ou moins complète à la première partie de notre question de recherche. Tel ne fut pas le cas pour notre troisième hypothèse relative à la territorialisation de la mémoire dans le cadre du tourisme belfastois. Comme mentionné ci-dessus, nous manquons d’informations afin d’affirmer qu’il existe un réel processus de territorialisation mémorielle. Bien que nous soyons restées plus d’une semaine à Belfast, nous n’avons pas eu le temps de récolter le matériel nécessaire afin de mener à bien une analyse exhaustive de ce processus. Une agence touristique nous a proposé un walking tour dont il aurait été intéressant de comparer le parcours avec ceux proposés par le City Tour et les Black Cabs. Malheureusement, nous nous sommes vues prises par le temps et nous avons dû renoncer à cette opportunité. D’autres facteurs nous ont freinées dans l’analyse des processus de territorialisation mémorielle, notamment notre manque d’expérience et de connaissances en la matière. Aussi, la littérature relative à ce sujet est passablement lacunaire, bien que certains auteurs aient théorisé le concept de lieu de mémoire, notamment A-C. Morand (2009), J-D. Urbain (2003), et A. Hertzog (2012). Ces éléments nous ont empêché de maîtriser réellement cette thématique, ce qui a entravé nos recherches sur le terrain.

Pour aller plus loin, dans le cadre d’une recherche plus globale et représentative, il serait intéressant de multiplier les expériences touristiques afin d’avoir une réelle vision d’ensemble de ce qui est proposé à Belfast. En effet, le programme proposé par nos enseignantes étant assez chargé, nous avons décidé de concentrer nos recherches sur les visites prévues. Quitte à diminuer la représentativité de nos résultats ainsi que leur potentielle généralisation, nous avons préféré mener une analyse approfondie d’un nombre restreint de visites et de prospectus. Si nous nous étions basées sur un trop large panel d’expériences touristiques, cela nous aurait conduit à une analyse plus superficielle du matériau collecté.

Enfin, nous avons conscience que notre analyse a été passablement non-exhaustive étant donné le temps qui nous était imparti. Il serait intéressant d’analyser en profondeur les logiques de spatialisation de la mémoire des acteurs de l’offre touristique. En effet, cette thématique revêt d’un grand intérêt de par son caractère inédit, relativement inexploré et intrinsèquement lié à la géographie. Une fois la territorialisation de la mémoire théorisée, une voie à suivre afin d’aller encore plus loin pourrait être d’analyser les buts de la création des lieux de mémoire et leurs effets réels sur la population locale et étrangère.

5. Bibliographie

CAIN Web Service (2006). Some Frequently Asked Questions – The Northern Ireland Conflict [En ligne]. http://cain.ulst.ac.uk/faq/faq2.htm#when (consulté le 30 mars 2016).

BALLIF Florine (2014).  « Belfast en temps de paix : la guerre civile comme attraction touristique». Téoros [En ligne], Vol. 34, N°1-2, pp.2-23. https://teoros.revues.org/2761 (Consulté le 20 mars 2016).

BALLIF Florine (2012). « Les peacelines de Belfast : le provisoire qui dure ». Hermès, La Revue [En ligne], Vol.2, N°63, pp.116-119. https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=HERM_063_0116 (Consulté le 1 février 2016).

BROWN Kris, MACGINTY Roger (2003). « Public attitudes toward partisan and neutral symbols in post-agreement Northern Ireland ». Identities : Global studies in culture and power [en ligne], Vol.10 N°1, pp.83-108. http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/10702890304337 (Consulté le 16 février 2016)

CRAHAY Frédéric (2014). « Tourisme mémoriel ». Témoigner. Entre histoire et mémoire. Revue pluridisciplinaire de la Fondation Auschwitz, N°117, pp. 151-152.

EQUIPE M. I. T. (2000). « La mise en tourisme des lieux: un outil de diagnostic ».  Mappemonde, Vol. 57, N°1, pp. 1-6.

HERNANDEZ Julie (2008). « Le tourisme macabre à La Nouvelle-Orléans après Katrina : résilience et mémorialisation des espaces affectés par des catastrophes majeures ». Norois [en ligne], Vol.3, N°208, pp. 61-73. http://norois.revues.org/2208 (Consulté le 16 février 2016).

HERTZOG Anne (2012). « Tourisme de mémoire et imaginaire touristique des champs de bataille ». Via, Revue internationale interdisciplinaire de tourisme [En ligne], N°1, pp.1-16.http://viatourismreview.com/wp-content/uploads/2015/06/Article6.pdf (Consulté le 16 février 2016).

LEGRAND Caroline (2002). « Du tourisme généalogique dans l’Irlande contemporaine ». Revue de Synthèse, Vol.123, N°1, pp. 131-147.

LISLE Debbie (2006). « Local symbols, global networks: rereading the murals of Belfast ». Alternatives: Global, Local, Political, Vol. 31, N°1, pp. 27-52.

MORAND Anne-Céline (2009). Mémoires de Belfast: Les processus de la mise en tourisme de la mémoire et leurs expressions spatiales. Mémoire professionnel : Université de Paris 1, Panthéon Sorbonne, 190p. https://www.univ-paris1.fr/fileadmin/IREST/Memoires_Masters_2/MORAND_Anne-Celine.pdf (Consulté le 12 février 2016).

NAEF Patrick James (2013). « Tourisme de mémoire, instrument de paix et/ou de réconciliation ». Quand le tourisme questionne la mémoire [En ligne], pp.70-80. https://archive-ouverte.unige.ch/unige:27745 (Consulté le 2 juin 2016).

PETITIER Paule (1989). « Les Lieux de mémoire ». Romantisme [En ligne], Vol. 19, N°63, pp. 103-110. www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1989_num_19_63_5570 (Consulté le 13 février 2016).

URBAIN Jean-Didier (2003). « Tourisme de mémoire : un travail de deuil positif ». Cahier Espaces, N°80, pp.5-7.

Photographie à la une: Mémoriel dans le quartier de East Belfast, par Valentina Ferreira Gutiérrez, mars 2016.

[1] CAIN Web service [en ligne], http://cain.ulst.ac.uk/faq/faq2.htm#when consulté le 20 mai 2012

[2] UFF : Real Ulster Freedom Fighters – UDA : Ulster Defense Association – UYM : Ulster Young Militance

Documentation touristique et souvenirs

Au fil de notre séjour à Belfast, nous avons récolté divers documents concernant l’offre touristique. Office du tourisme, boutiques, musées, à chaque opportunité donnée, nous avons collectionné des documents, destinés aux touristes, ayant trait aux murals: brochures publicitaires, plans pour touristes, carte postale, etc.

A première vue, récolter souvenirs et documents touristiques traitant des murals de Belfast nous semblait être un travail titanesque. Mais nous avons très vite été forcé de constater que peu de magasins ne vendent souvenirs et cartes postales en lien avec les murals. Il en va de même pour les tours opérateurs, seule une poignée d’entre eux promeut les murals dans la publicité pour leur circuit.

Dans les liens ci dessous sont détaillés et analysés les documents récoltés sur place.

Flyers, brochures et plans

Cartes postales

Souvenirs

Circuits Touristiques

Le programme officiel du voyage prévoyait divers tours organisé à travers la ville.
Nous avons pu intégrer ces différents circuits à nos recherches, car ils nous ont permis de rendre compte de l’offre touristique en rapport aux murals, proposé aux visiteurs.

Ci dessous vous trouverez les liens commentant les divers tours.

Notre voyage à débuté avec ce tour qui présente la ville dans son ensemble. Seule la partie concernant les murals et les Troubles est prise en compte dans notre recherche.
Double Decker Bus Tour

Le Black Cab Tour est l’une des attractions autour des murals les plus populaires à Belfast. Il s’agit d’anciens membres de l’IRA* reconvertis à leur sortie de prison en chauffeur de taxi. Les Black Cabs ont la particularité de présenter aux touristes les quartiers impliqués dans les Troubles. Ainsi chaque conducteur effectue un tour différent, selon ses affinités, son passé et les demandes des visiteurs. Notre groupe s’étant réparti dans deux taxis différents, les deux trajets respectifs sont présentés ci dessous.
Black Cab Tour A
Black Cab Tour B

Ouvert récemment, le Andy Tyrie Interpretive Centre fait office de musée loyaliste à Belfast. Sa visite à été accompagnée d’un tour pédestre à travers le quartier de east Belfast.
East Belfast

*IRA – Irish Republican Army

Bibliographie et Sitographie intégrale

Bibliographie

Chéroux, Clément, Diplopie, Paris, Le Point du Jour, 2009

Cet ouvrage s’étend sur l’utilisation faite par la presse étasunienne des images des attentats du 11 septembre 2001. Bien que les thématiques et les recherches soient résolument différentes l’une de l’autre, l’ouvrage de l’historien de la photographie Clément Chéroux nous donne certaines clefs pour penser et aborder la répétition d’une image. Il prend l’exemple de la tristement célèbre photographie de la boule de feu créée par l’explosion des réservoirs d’hydrocarbure de l’avion ayant percuté la tour sud du World Trade Center, qui est apparue en première page dans 41% des journaux américains, entre le 11 et le 12 septembre. Dans une idée similaire à la sienne, nous tenterons d’établir un classement des murals les plus représentés, dans des supports destinés aux touristes. De plus, l’ouvrage par son analyse détaillée, autant des images, que de leurs mise en boucle et du sentiment de déjà-vu les entourant, nous donnes des outils afin d’appréhender nos réflexions sur la répétition d’un motif.

Hähnel-Mesnard, C., Liénard-Yeterian, M., Marinas, C. (dirs), Culture et mémoire: représentations contemporaines de la mémoire dans les espaces mémoriels, les arts du visuel, la littérature et le théâtre., Palaiseau, Éd. École Polytechnique, 2008

Cet ouvrage s’intéresse à l’expression de la mémoire commune sur divers support, notamment visuel. C’est notamment la contribution de Julie Mc Donald et Declan Mc Cavana, à travers leurs article The Walls of Belfast Speak Louder Than Words qui se rapporte le plus à notre sujet de recherche. Il se penche en effet sur la question de l’expression de la mémoire du conflit ayant divisé la ville, à travers l’analyse de Murals. Nous avançons en effet l’hypothèse que les images-types, c’est à dire les représentations les plus fréquentes des fresques, que nous auront observées et définit, seront vraisemblablement fortement liée à la mémoire de certains événements ou certaines personnalités du conflit. Cet ouvrage, et l’article de Mc Donald et Mc Cavana en particulier, nous permettent de comprendre et d’aborder les enjeux de la mémoire sur un support le visuel.

MFS Press, The Belfast Mural Guide, Belfast, 2014

Ce petit guide de poche est un recueil des murals les plus populaires et de quelques sites en lien avec les Troubles. Il à l’avantage de les situer précisément et de donner de l’information quant au motif de la fresque. Pourtant, il n’est de loin pas exhaustif. Acheté dans la très sélective boutique rattachée au siège de Sinn Féin, parti politique de l’ancien IRA,  l’ouvrage présente toutefois des murals partisans des deux côtés du conflit.

Morand, A-C., Mémoire de Belfast ou Le processus de la mise en tourisme de la mémoire et de leurs expressions spatiales, Exemple appuyé sur Belfast (Irlande du Nord). Mémoire professionnel sous la direction de Maria Gavari-Barbas,  Paris, Université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne, 2008-2009.

Ce mémoire s’intéresse à l’émergence des pratiques touristiques autour des troubles en Irlande du Nord. Anne-Céline Morand y étudie notamment les enjeux autour de la mise en tourisme des témoignages du conflit, à travers l’étude de l’offre et de la demande mais aussi des divers discours émis par des agents touristique.

 

 


Sitographie

Belfast Murals – http://belfast-murals.co.uk/

Ce site internet rassemble un grand nombre des murals de la ville, qu’il place sur une carte interactive. De plus, il divise les fresques en trois catégories: les murals loyalistes, les murals unionistes ainsi que les murals désignés comme étant sociaux ou culturels, qui représentent les fresques plus récentes, généralement mandatées par la ville au cours du processus de paix, pour renforcer une identité régionale. Ce site internet nous permettra de localiser géographiquement les murals que nous étudierons. N’étant toutefois pas toujours très précis, ni absolument complet, il sera utilisé en alternance avec l’outil Street View de Google.

 

Cartes postales

Afin de nous faire une idée de l’image des murals envoyée vers l’extérieur, vous avons cherchés à collectionner des cartes postales.

Pourquoi des cartes postales?

En effet, les cartes postales à vocation touristique sont vendues aux visiteurs dans l’objectif d’être partagées avec un réseau étranger. Ainsi une carte postale doit remplir certaines conditions. Premièrement, elle doit procurer au touriste envoyant la carte à une tierce personne une forme de fierté, bien souvent inconsciente. L’envoi de carte postale signifie en effet «regarde où je suis et où tu n’es pas!», si tel n’était pas le cas, nous nous contenterions de lettre sur papier blanc. L’image représentée doit donc vendre le lieu d’où elle provient, afin d’allécher le récepteur de la carte.

L’analyse de cartes postales nous est donc apparu comme un moyen de rendre compte de ceux qui, parmi les nombreux murals différents de Belfast, étaient jugés comme étant particulièrement représentatif de ce que la ville a de mieux à offrir.

On comprend que la carte postale joue un rôle clef dans l’entretien d’un cercle d’image, puisse qu’elle permettra au visiteur ayant reçu par le passé un telle carte, une fois sur place, de rattacher celle-ci à son expérience présente. De part ce « déjà-vu », l’élément représenté, dans notre cas, un mural, lui apparaîtra comme étant pittoresque1, c’est à dire digne d’être vu ainsi que d’être photographié.

« Le touriste identifie un lieu […] comme pittoresque parce qu’il l’a déjà vu et qu’il peut le comparer à ce qu’il connaît déjà, soit par son expérience, soit grâce aux images qui en existent»2

La récolte

Au fil de nos journées à Belfast, nous avons donc traqués puis achetés les cartes postales comportant des photographies de murals. Nous avons toutefois été forcés de constater que le choix était  restreint. En une semaine, il nous a été possible de récolter 6 cartes, d’intérêt plus ou moins important pour notre recherche dans des lieux divers. Si nous avons trouvé la première dans un supermarché alimentaire et deux autres dans un bureau de poste, les trois restantes ont été achetées dans deux magasins de souvenirs différents.

Les 6 cartes postales présentées

La première carte [fig.1], trouvée comme susmentionné dans une supermarché alimentaire, semble être la plus fréquente. En effet, nous l’avons aperçu dans diverses boutiques au fil de notre séjour. Huit détails de murals ou fresques en entier y sont représenté.

Différentes figures emblématiques en lien avec les Troubles y sont visible: la Reine d’Angleterre [en haut à gauche], le Duc d’Orange [en haut, 3em écusson depuis la gauche], ou encore l’activiste décédé lors d’une grève de la faim et érigé au rang de martyr, Bobby Sands [en bas à gauche].

Selon nos recherches, la majorité des fresques représentées sur cette carte postale ne sont plus existantes: elles ont été recouvertes ou, à l’instar de la « Mona Lisa de Shankill » (en bas, 2em écusson depuis la gauche), détruites récemment.

Les deux cartes suivantes [fig. 3 et fig.4], trouvées dans une petite boutique sur Falls Road représentent des fresques et des détails de fresques situées dans west Belfast, notamment du International Peace Wall. Les cartes se positionnent du côté unioniste du conflit. Ceci peut être interprété par le choix des motifs présentés: plusieurs détails de murals sur les Blanketstrikers [en haut au centre et en bas à droite de fig.3], avec notamment Kieran Nugent, [au centre de fig.2] premier prisonnier républicain à se vêtir de sa couverture, refusant ainsi de porter l’uniforme imposé aux prisonniers, et revendiquant de la sorte le statut de prisonnier politique3. Mais aussi un témoignage de solidarité à la Palestine, particulièrement revendiqué par le côté républicain [fig.3 en haut à gauche]. Ainsi que des murals commémorant divers évènements ayant marqué la communauté catholique en Irlande du Nord, tel que l’attaque du Milltown Cemetery, lors de l’enterrement de trois membres de l’IRA, tué à Gibraltar en 1988 par des soldats de l’armée britannique4.

La qualité d’impression, le papier utilisé ainsi que les polices d’écriture imprimées au dos des cartes postales, laissent avancer qu’il s’agit d’une production amateur. La mention « This postcards are only available in Belfast, at Green’s, Falls Road » sur le revers de la carte suppose que les cartes sont produites par la boutique qui les vend.

« This Postcards are only available in Belfast, at Green’s, Falls Road » Cette inscription au dos des cartes postales n°2 et n°3, et notamment l’erreur de terminaison, laisse supposer une production à échelle réduite.

Les trois cartes postales restantes comprennent des murals dit « neutres », ne s’inscrivant pas dans le conflit et la période des troubles. Il s’agit en effet, d’une carte portant sur la thématique de l’auteur des Chroniques de Narnia, C. S. Lewis [fig.4], ainsi qu’une deuxième carte [fig.5] représentant les chantiers navals ayant construit le Titanic.

La dernière des cartes [fig.6] sort un peu du lot, car elle donne à voir l’Ulster de manière plus large. Divers paysages verdoyants y sont représenté dans de petits médaillons. L’un d’eux, dans la deuxième colonne, reprend un détail de la fresque des chantiers du Titanic. Cet élément est le seul qui renvoi à  de l’urbain, les autres images représentant surtout des ruines et de la nature, à l’exception de la pancarte « Old Bushmills » ainsi que des bateaux.

Observations

Au vue de la difficulté rencontrée à trouver des cartes postales comprenant des motifs avec tiré ou représentant des murals, nous constatons une réticence évidente face à ce type de documents.

Sur les six cartes achetées, quatre sont entièrement consacrée à des fresques, la sixième [fig.6] ne représentant qu’un extrait de mural parmi divers motifs.

La moitié des cartes récoltées a pour objet des fresques liées aux Troubles [fig.1, fig.2, fig.3], l’autre moitié représentant des murals dit « neutre » [fig.4, fig.5, fig.6]. Des trois cartes postales en lien avec le conflit, deux, [fig.2 et fig.3] soutiennent, par le choix des motifs représentés, l’un des acteurs. De plus, ces deux cartes ne sont pas produites par une agence officielle, à l’inverse des quartes restantes, mais sont produite de manière amateur.

N.F. – S.P. – L.Z.


1- Gauthier, L., Staszak, J.-F., Clichés exotiques, Paris, Éditions de Monza, 2015, p.59
2- Ibidem
3- MFS Press, The Belfast Mural Guide, Belfast, 2014, p.13
4- Ibidem, p.16

Double Decker Bus Tour

Le jour de notre arrivée à Belfast, nous nʼavons perdu aucun temps pour commencer notre enquête. Après avoir déposé nos affaires à lʼauberge Vagabonds, nous sommes partis faire un tour de la ville en célèbre bus rouge à deux étages de Hop On Hop Off. Malgré le temps gris, venteux et très froid, bon nombre d’entre nous sont montés en haut pour vivre lʼexpérience culte du bus impériale.

Serrant fort nos écharpes et se blottissant lʼun contre lʼautre sur les sièges, nous écoutions la guide commenter la première partie du tour: le quartier du Titanic. Elle nous a montré les quais où prenait forme le navire légendaire, ainsi que les studios de film qui contribuent à la transformation actuelle de la ville. Nous avons appris aussi divers faits sur Belfast; le navire soeur du Titanic, le S.S. Nomadic qui a été transformé en archive national pour retrouver ses potentiels ancêtres Irlandais; le marché de Saint-Georges qui a lieu chaque week-end; ainsi que diverses statues et endroits dits importants pour la culture de Belfast.

Bien que ces renseignements furent intéressants, ce n’est quʼà lʼarrivée dans le quartier de Falls que lʼintérêt de notre groupe sʼest mobilisé, lorsque la guide nous a indiqué les premiers murals. Puisque mon groupe se concentre sur la représentation des murals auprès des agents touristiques, nous sommes restés attentifs aux murals indiqués tout au long du parcours à travers Falls et Shankill.

Le quartier de Falls s’est tout de suite distingué par la présence du drapeau tricolore Irlandais accroché aux fenêtres, devant différents magasins et tacheté un peu partout dans les rues. On remarque aussi la présence de la langue gaélique: souvent les petits magasins portent des noms irlandais tout comme certains murals qui soutiennent la cause Républicaine. Nous sommes entrés dans le quartier depuis le sud-ouest de Falls Road et montés vers le nord-est.

Le premier mural que la guide nous a indiqué se trouvait sur notre gauche: le mural de Cumann na mBan ou lʼIrishwomenʼs Council. Elle nous a rapidement raconté lʼimportance de la comtesse Markievicz qui apparaît dans ce mural, et son rôle dans lʼEaster Rising. Après, elle a attiré notre attention sur le mural Plastic Bullets qui commémore ceux qui ont été tués par des balles en plastique du côté Républicain. Lors de la mention de ce mural, le guide nous a raconté comment les deux communautés sont encore séparées par la religion, notamment dans les écoles. On continuait le trajet le long de Falls Road avec des brèves indications sur les murals de The Easter Rising at the GPO Ardoyne et de Seán Mac Diarmada. Nous sommes passés également devant le mural de Bobby Sands où la guide nous a expliqués quʼil était le premier hunger striker mort de faim. Pas loin de ce mural se trouvait un autre qui rend hommage aux autres hunger strikers de lʼIRA. Finalement, pour conclure notre tour du quartier de Falls, le bus a continué son parcours en longeant le International Peace Wall. Elle a attiré notre attention sur lʼattractivité touristique du mur, nous disant que cʼétait le plus grand “guestbook” du monde.

À ce moment là, nous étions plusieurs à descendre au niveau inférieur du bus pour échapper au froid et reprendre la sensation dans les mains. Traversant le No Manʼs Land, entre les barrières qui séparent les quartiers, nous sommes arrivés à Shankill, une des parties loyaliste de Belfast. Nous avons remarqué toute de suite le changement de drapeaux: celui de la Grande-Bretagne affiché partout. Le quartier, tout comme celui de Falls, ne perdait aucune occasion d’afficher son appartenance. Bien que la guide ait pris un ton globalement neutre le long du parcours, nous avons remarqué un changement subtile ici. Lorsquʼelle nous a indiqué le mural de The First Belfast Battalion Volunteers, elle répétait à plusieurs reprises que le paramilitaire a commis des actes dʼhorreur, nous donnant lʼimpression que cʼétait le côté ʻméchantʼ en quelques sorts du conflit. Cependant, en montrant les murals du King of Orange et du Northern Ireland Football, elle a repris son ton enthousiaste et neutre. Enfin, le tour a terminé par Sandy Row et lʼusine de briques.

En somme, nous trouvons que le tour était une bonne initiation à la ville de Belfast. Nous étions surtout intéressés par la visite des quartiers de Falls et Shankill, et la grande partie que jouaient les murals et le conflit dans le tour. Pour ma part, j’ai ressenti une sorte de pitié pour les habitants, longtemps piégés dans un conflit à mon avis pas nécessaire. L’affichage fier des drapeaux, les murals s’exprimant la fidélité pour telle ou telle cause m’ont fait penser à une sorte d’endoctrinement: les habitants y vivants ont tellement l’habitude de cette division que celle-ci les rend en quelques sortes aveugles. Après ce tour, je me suis posé une première question sur le terrain: est-ce que, non seulement les agences touristiques mettent-elles en avant certains murals, mais est-il aussi possible que ces agences mettent en avant leur positionnement sur le conflit à travers leurs guides ?

Par Nicole Frazier, Simon Paratte et Léa Zignani

Méthodologies & Données récoltées

[en construction]

Vous trouverez ci-dessous les différentes catégories de documents et de données que nous avons récolté dans le cadre de nos recherches.

Les données, ainsi que les méthodes utilisées pour les acquérir sont présentées sous chacun des liens suivant.
La récolte des diverses données y est décrite et un retour réflexif sur le choix des différentes méthodes ainsi que de leurs applications sur le terrain est donné. Enfin l’analyse des observations effectuées clos chacun des liens.

Circuits touristiques
Documentation touristique et souvenir
Interviews
Conférences

Images des Murals en circulation dans le tourisme

« Quelles representations des murals de Belfast alimentent un cercle d’images? Quelles significations ce cercle prend-il dans le contexte post-conflictuel de la ville? »

Par Nicole Frazier, Simon Paratte & Léa Zignani

‣ INTRODUCTION

Chaque année, 9.5 millions de touristes visitent la ville de Belfast. Les murals font indéniablement partis de l’offre touristique de la ville. A travers notre voyage d’étude et sa préparation, nous nous intéressons au sujet des images de murals en circulation auprès des touristes. Notre objectif est de constituer un échantillon de représentations des murals adressées aux touristes, se répétant sur des documents leurs étant destinés, formant ainsi un cercle d’image.

Pour ce faire, nous nous penchons sur diverses sources, telles que des visites organisées dans le cadre du voyage d’étude. Nous rajoutons à cela une analyse de documents récoltés ainsi que des mirco-trottoirs effectués sur place.
Nous tentons ici de constituer une collection de ces images récurrentes, tout en étudiant les agents les mettant en circulation c’est-à-dire les acteurs du tourisme ainsi que les touristes eux-mêmes ; mais aussi les motifs qu’elles représentent. Nous nous interrogeons notamment sur les explications et les raisons possibles derrière la redondance d’images des murals les plus représentés.


INTRODUCTION

‣ PARTIE THÉMATIQUE
 
‣ CONCLUSION
 

 

Dark tourism à Belfast

Notre travail s’inscrit dans la thématique du tourisme, et plus précisément, dans le dark tourism, cette forme de tourisme est indirectement et intimement liée aux catastrophes humaines et naturelles, et donc à la mort et à l’atrocité. Nous allons rapporter ce thème à la ville de Belfast qui fut le terrain d’affrontements violents ayant conduis à la construction de frontières physiques. Même si aujourd’hui le conflit a été officiellement résolu et que de ce fait, le but des peace walls n’est plus le même qu’autrefois, ces murs et les fresques qui les recouvrent ne peuvent se détacher de la caractéristique sinistre qui leur est associée et qui a été au fondement même de leur construction.

Dans cette optique, nous tenterons d’expliquer dans quelle mesure l’offre touristique à Belfast repose sur une logique propre au dark tourism. Pour ce faire, nous nous focaliserons au préalable sur l’offre touristique et sur comment ces lieux sont présentés et notamment à travers l’analyse de divers documents tels que les flyers, sites internets et guides touristique. Sur place, nous nous concentrerons sur les discours des acteurs de l’offre touristique et sur la manière dont les tours sont présentés. Le questionnement quant à la mobilisation et l’instrumentalisation de la mort et des atrocités commises en ces lieux sera central dans notre recherche . Nous sommes en effet face à une forme de tourisme atypique et inhabituelle. Il s’agit d’explorer si les différents acteurs de l’offre exploitent cette originalité.