Archives de catégorie : Retour sur les excursions/conférences

Crumlin Road Jail

 

Par Nesrine Ghulam & Kevin Sanchez

exemple de cellule avec mannequin
Photo Kevin Sanchez,  » le mannequin dans sa cellule », Crumlin Road Jail, Belfast, le 03 mars 2016
hall central
Photo Kevin Sanchez,  » hall central », Crumlin Road Jail, Belfast, le 03 mars 2016.
tunnel reliant la prison au tribunal
Kevin Sanchez,  » le tunnel reliant la prison au tribunal », Crumlin Road Jail, Belfast, le 03 mars 2016
tunnel reliant la prison au tribunal
Kevin Sanchez, « Tunnel », Crumlin Road Jail, Belfast, le 03 mars 2016
instrument de torture
Kevin Sanchez,  » l’instrument de torture », Cumlin Road Jail, Belfast, le 03 mars 2016

salle de pendaison

Kevin Sanchez, « la pendaison », Crumlin Road Jail, Befast, le 03 mars 2016

La visite de la Crumlin Road Jail n’était pas prévue au programme des activités. Nous avons néanmoins décidé d’effectuer cette excursion car l’étude du dark tourism est centrale dans notre voyage et cette visite représente parfaitement ce thème. Nous avons donc choisi jeudi 3 mars 2016 de faire l’expérience personnelle du tourisme noir.

Crumlin Road Jail fût pendant longtemps la principale prison de Belfast. C’est en 1846 qu’elle a ouvert pour la première fois ses portes aux prisonniers. Cet établissement pénitencier a été actif pendant 150 ans pour fermer ses portes en 1996. La prison détenait tout type de prisonniers tels que les meurtriers, les suffragettes ou encore les prisonniers politiques emprisonnés durant la période des Troubles tant Républicains que Loyalistes.

Nous étions accompagnés d’un guide pour effectuer un tour de la prison d’une durée de 75 minutes environ. Nous avons retracé pas à pas les étapes d’un prisonnier après sa condamnation au Palais de Justice se trouvant de l’autre côté de la rue.

La visite a commencé par la salle des arrivées où les nouveaux prisonniers quittaient leurs habits de ville pour se vêtir de l’uniforme carcéral. Nous nous sommes ensuite rendus dans le Tunnel qui comme son nom l’indique est un étroit passage sous terre reliant le tribunal à la prison. La visite s’est poursuivie par le quartier des officiers puis par celui des prisonniers. Des instruments de tortures nous étaient montrés et le guide nous a fait le récit des heurts perpétrés dans la prison entre Républicains et Loyalistes.

Le moment le plus marquant de la visite fût la pièce servant à l’exécution de certains prisonniers. Notre guide nous a fait le récit détaillé des dernières heures du condamné à mort jusqu’à sa pendaison. Nous étions face à la corde qui était utilisée pour pendre ces prisonniers. Nous sommes ensuite descendus un niveau plus bas et avons suivi le chemin que faisait le corps après sa pendaison. La description du processus était très précise, presque théâtrale. Notre guide était un conteur expérimenté, il jouait sur la fascination macabre que pouvait provoquer ce genre de scène chez les touristes.

Cette visite nous a permis d’être au cœur d’une expérience de dark tourism. Nous avons pu en comprendre les mécanismes ainsi que les diverses motivations. Notre guide nous a bien expliqué que certains touristes payaient dans le but d’être impressionnés par ces histoires morbides et macabres, alors que d’autres en faisaient l’expérience par devoir de mémoire. Il y a également le point de vue de notre guide, pour qui relater l’histoire permet d’éviter qu’elle ne tombe dans l’oubli tout en ayant un rôle pédagogique. Selon lui, raconter et présenter ainsi l’histoire a un effet généralement positif sur le visiteur. Cela permet de ne pas faire table rase du passé, d’entretenir la mémoire et l’histoire locale tant dans les bons que les mauvais aspects.

Site internet de la prison : http://www.crumlinroadgaol.com/

Crumlin Road Gaol, Visitor attraction and conference centre. 53-55 Crumlin Road, Belfast, BT146S      

Références bibliographiques – articles scientifiques

LIARTE Sébastien, DELACOUR Hélène, BORNAREL Frédéric, VIRGILI Sandrine, «  « J’irai payer sur vos tombes »… Opportunités, enjeux et limites de la création de valeur économique à travers le dark tourism », [En ligne], 2ème conférence de l’Association Francophone de Management du Tourisme, Centre de recherche CEREFIGE, Université de Lorraine, pp 1-12, 2015, URL : http://www.afmat.org/images/images/PDF/ACTES2015/LIARTEetal.pdf

RAFFESTIN, Claude, Nature et culture du lieu touristique. Micros, num. 2, 1985, p-5-13

STONE Philip, SHARPLEY Richard, « Consuming dark tourism: a thanatological perspective”, Annals of Tourism Research, [En ligne], Vol 35, No 2, 2008, pp 574-595, URL: http://www.ttu.ee/public/k/Kuressaare-kolledz/Kolledz/Summer_school/Stone_Sharpley_2008_Consuming_dark_tourism-_A_thanatological_perspective.pdf

Conférence sur le tourisme: quel avenir pour Belfast?

Par Cécile Walder et Estelle Pannatier

Clémence Lehec, 2016, Conférence sur le tourisme à Belfast, Belfast Barge.
Clémence Lehec, 2016, Conférence sur le tourisme, Belfast Barge.

Après avoir passé une matinée à l’Andy Tyrie Interpretative Centre à East Belfast, nous sommes retournés au centre-ville afin d’écouter la conférence de Naomi Doak et Robert Heslip sur le tourisme à Belfast. Ces deux professionnels du tourisme travaillent pour le Belfast city council.  La conférence se tenait dans la Belfast Barge, un bateau amarré qui abrite un musée maritime.

Tout d’abord, Naomi Doak a contextualisé la situation particulière de Belfast. Un des fait intéressant qu’elle a choisi de souligner est le fait qu’il y a plus de peace lignes (murs de séparation entre les communautés) en 2016 qu’en 1998, année de la signature du “Good friday agreement”, qui marque le début du processus de paix.

Après avoir abordé la situation générale de la ville, nos interlocuteurs ont cherché à nous présenter les différentes pistes à l’étude pour développer le tourisme.

Naomi Doak s’est tout d’abord penchée sur la question sensible des murals et de leurs effets sur les touristes. Elle a souligné les différences frappantes entre les deux genres de représentations que l’on peut observer. Les peintures du côté républicain sont parfois entourées d’une aura mystique, où l’on retrouve des éléments de la culture irlandaise et ses légendes. Elles invoquent l’histoire qui lie la communauté catholique à l’Irlande et leur vocation est unificatrice. Elles ont pour fonction de renforcer l’identité irlandaise. Du côté loyaliste, le sujet des fresques est souvent plus violent et les murals sont là pour marquer le territoire: ils représentent des hommes armés et portent des messages intimidants.

Ces deux visions offertes au regard des touristes ont des répercussions sur leur perception du conflit, et les incitent à prendre position pour un camp. Il était intéressant de voir ce dernier point soulevé, car c’est effectivement un phénomène que nous avons pu observer au sein de notre groupe d’étudiants. Ces peintures ont potentiellement des retombées économiques importantes car elles attirent des investisseurs, en particulier dans les quartiers catholiques.

Naomi Doak et Robert Heslip ont ensuite présenté leur vision du tourisme « de masse », qu’ils jugent inadapté au contexte belfastois. En effet, le fait que les touristes arrivent en car dans les environs des fresques, prennent quelques photos et repartent immédiatement sans dépenser le moindre pound, est souvent mal perçu par les populations locales pour lesquelles les murals représentent généralement des sujets encore sensibles.

Les conférenciers ont évoqué deux types de développements touristiques: le dark tourism et le phoenix tourism. Le premier cherche à attirer les touristes en présentant les éléments noirs de l’histoire de la ville (la période des Troubles, mais également le naufrage du Titanic) alors que le deuxième, basé sur la métaphore du phœnix qui renaît de ces cendres, utilise le processus de paix comme attraction touristique.

Les murals, principal sujet de notre voyage d’étude, n’occupent pas la même place dans les deux types de tourisme. En effet, pour le dark tourism, les nouvelles fresques (axées sur la reconstruction, le dialogue intercommunautaire,..) ne présentent pas d’intérêt, puisque le public cible est attiré par les murals liés au conflit. Le phoenix tourism a quant à lui besoin d’éléments qui traduisent l’évolution du processus de paix, dont ces nouvelles fresques font partie.

Comme l’ont souligné Naomi Doak et Robert Heslip, la principale embûche au développement d’un tourisme lié à la mémoire du conflit réside dans le fait que la ville manque d’infrastructures appropriées, notamment de musées qui racontent tant l’histoire du conflit que celle du processus de paix. En effet, les différents acteurs politiques de la ville se montrent aujourd’hui encore incapables de produire un récit commun qui conviendrait à toutes les parties. Et cette absence rend la compréhension de la situation belfastoise très difficile pour les visiteurs. Nous y avons nous-mêmes été confrontés durant notre séjour. En effet, lors de nos différentes visites tant du côté républicain qu’unioniste, les récits des différents acteurs, notamment ceux des Black Cab, étaient empreints d’une vision encore très ségréguée du conflit.

Un deuxième autre problème se pose en parallèle, selon nos interlocuteurs, celui du récit de la violence en lui-même. En effet, raconter la violence, c’est aussi la faire revivre. Or, les populations ne sont peut-être pas prêtes à se replonger dans cette histoire dont le souvenir est encore trop vif.

Ce qui est ressorti de cette conférence sont les nombreuses interrogations des responsables du tourisme face au dilemme de la mise en tourisme de Belfast. Ils nous ont demandé à plusieurs reprises si, en tant que visiteurs étrangers, nous avions certaines attentes touristiques et dans quelles infrastructures celles-ci pourraient se traduire. Quelques éléments évoqués par les conférenciers sur le contexte actuel nous ont également permis de mieux comprendre certains des enjeux auxquels la ville va devoir faire face dans le futur: la célébration du centenaire de l’Easter rising, qui marque l’anniversaire de la proclamation de la première République d’Irlande, mais également la perspective d’un éventuel Brexit, qui causerait selon les conférenciers, un grand préjudice à l’Irlande du Nord, dont nombre de financements proviennent de l’Union européenne.

Linen Hall Library

Par Chantal Vetter

La visite de la Linen Hall Library nous a peu à peu fait entrer dans l’histoire du conflit. Fondée en 1788 par la Belfast Reading Society, elle est la plus ancienne bibliothèque de la ville.

Notre groupe s’est séparé pour faire un tour guidé, proposé par deux bénévoles. En montant à l’étage supérieur, nous sommes passés à côté d’une collection d’affiches qui nous a donné un aperçu des slogans utilisés durant la période des Troubles. Les affiches font partie de la collection Troubled Images. Elles ont été sélectionnées parmi plus de 3’500 posters. Leur aspect graphique et visuel ainsi que les écrits reflètent les discours de cette période. La collection a déjà été prêtée aux USA, au pays Basque et à la Cisjordanie, ces deux dernières régions étant elles-mêmes liées à un conflit identitaire.

Troubled Images Collection, Chantal Vetter, 29.02.2016, Linen Hall library, Belfast

Notre deuxième guide nous a ensuite montré la collection la plus originale de la bibliothèque qui est la Northern Ireland Political Collection, originale car elle ne rassemblent pas seulement des documents écrits comme on pourrait s’y attendre mais aussi de nombreux objets instrumentalisés par les acteurs du conflit et elle est la seule en son genre. Tout a commencé en 1969, lorsque Jimmy Vitty, le bibliothécaire de l’époque, a gardé un tract pour les Civils Rights qu’il avait reçu dans un bar. Depuis, plus de 350’000 objets et écrits concernant le conflit, d’origine républicaine mais aussi d’origine loyaliste, ont été rassemblés dans l’espace politiquement neutre de la Linen Hall Library. Entre les statuettes de Ian Paisley et de Gerry Adams qui se font face, une lavette pour bébé et un t-shirt avec Bart Simpson ou encore Bob the Builder affirmant leur loyauté au Royaume-Uni ou se prononcent pour une Irlande réunifiée, les anciens livres écrits en perse perdent de leur importance et le bibliothécaire était bien convaincu que les souvenirs des Troubles apportent plus aux visiteurs que des pages écrites en langues inconnues. Ces objets ont été détournés de leur utilité quotidienne pour affirmer une position politique et une identité, par une réappropriation, par exemple, du terme prod, appellation utilisée par les Catholiques pour dénigrer les Protestants (Cf. lavette et Bart Simpson). Ce sont surtout les loyalistes qui utilisent des personnages populaires, mais Bob the Builder qui, lui, reconstruit les 32 comtés et réunit ainsi l’Irlande du Nord au reste de l’Irlande semble plutôt être mobilisé par les républicains.

Northern Ireland Political Collection, Chantal Vetter, 29.2.2016, Linen Hall Library, Belfast

Les objets probablement les mieux conservés de la bibliothèque étaient des messages qu’ont écrits Bobby Sands et un autre prisonnier républicain sur des papiers de cigarettes ou du papier toilette. Les messages étant protégés par le mince film plastique du paquet de cigarettes, ils les faisaient sortir de prison en les passant de bouche à bouche lors d’un baiser d’adieu. Outre ces objets personnels liés aux Troubles, la Northern Ireland Political Collection rassemble aussi plus de 2’000 périodiques (notamment du Loyalist News et de l’An Phoblacht), les archives de la Northern Ireland Civil Rights Association et de la Northern Ireland Womens Rights Association, des nouvelles, poésies et pièces de théâtres…

La Linen Hall Library reste un endroit particulier et joue un grand rôle pour donner à ses visiteurs une meilleure compréhension du conflit en mettant à disposition de nombreux documents relatant la vision des deux parties.

Sources:

Linen Hall Library, [en ligne], URL : https://www.linenhall.com, Consulté le 16.3.2016

Urban Dictionary, [en ligne], URL : http://www.urbandictionary.com/define.php?term=Prod, Consulté le 14.5.2016

La Chaussée des Géants

Par Sophie Compagnon, Anna Paiuc et Simon Paratte

Formation

La Chaussée des géants – ou Giant’s Causeway en anglais – est un site géologique composé de plus de 40’000 colonnes de basalte. Elles partent de la côte de l’Irlande du Nord, plus précisément du plateau d’Antrim, et s’enfoncent dans l’océan Atlantique.

Ce site très particulier a permis le développement des sciences de la terre. En effet, il est étudié depuis plus de 300 ans et a vu s’opposer les écoles françaises et anglaises. L’une affirmait que cette formation était due à des éléments venant de la terre et l’autre de l’océan. Comme nous allons le voir, c’est une combinaison des deux qui a créé ce paysage spectaculaire.

Il y a 40 à 60 millions d’années, durant l’ère géologique tertiaire, le nord de l’océan Atlantique s’est séparé, créant une activité géologique violente et d’importantes coulées de lave. Quand la lave a refroidi, elle s’est solidifiée en roche basaltique et a formé, par couche successive de basalte, le plateau d’Antrim. C’est à cause de la contraction thermique relativement rapide de la lave que celle-ci a pris la forme de colonnes hexagonales. Au fil du temps, le plateau c’est aplani à cause de l’érosion provoquée par l’océan.

index1

Vue de la Chaussée des géants, Sophie Compagnon, 02.03.16, Chaussée des géants.

Le mythe

La légende de la création de la chaussée des géants provient de la mythologie celtique irlandaise. Elle raconte que deux géants, Finn MacCool et Benandonner étaient ennemis jurés depuis longtemps, mais ne vivant pas sur la même île, ils ne s’étaient jamais confrontés. En effet, Finn vivait en Irlande alors que Benandonner faisait partie des géants écossais.

Un jour, énervé, Finn décida de créer un chemin pour défier enfin son ennemi. Pour ce faire, il lança des pierres dans l’eau ce qui donna naissance à la chaussée des géants. Mais il remarqua très vite son erreur en voyant arriver Benandonner, car il était bien plus grand que lui. Paniqué, Finn rentra chez lui demander de l’aide à sa femme Oonagh qui eut rapidement l’ingénieuse idée de déguiser son mari en bébé et d’inviter Benandonner chez elle en prétendant son mari parti à la chasse.

Elle prit tout son temps à mettre en valeur la grandeur et la force de Finn, en indiquant à Benandonner les énormes rochers qu’il était capable de lancer, la nourriture dure qu’il adorait manger alors qu’elle cassait les dents au géant écossais. Et finalement, Oonagh lui présenta Finn déguisé en bébé. Benandonner fût effrayé en voyant le bébé car il imaginait la taille de son père, son ennemi. Il prit la fuite et détruit dans son passage la chaussée des géants pour éviter que son ennemi ne vienne le défier en Ecosse.

Il ne resta que le début du passage des deux côtés, l’un en Irlande qui devint la chaussée des géants et l’un en Ecosse qui devint la grotte de Fingal sur l’île de Staffa.

Visitor centre

Avant d’arriver à la Chaussée des Géants, il faut entrer dans le centre touristique dédié au lieu. Entièrement remis à neuf depuis un incendie, ce centre a été aménagé afin de s’intégrer au mieux à son environnement, en effet son toit est recouvert de verdure et ses parois ressemblent aux colonnes de basalte.
À l’intérieur, une partie du centre propose rafraîchissements et souvenirs. Une autre partie du centre présente la Chaussée des Géants, sa formation, sa légende, ainsi que diverses activités interactives afin de se familiariser au lieu.

Renomée

La Chaussée des Géants fait parti du patrimoine mondial de l’UNESCO et est entretenue par le National Trust, qui s’occupe de la conservation et de la valorisation de sites et d’autres monuments se trouvant notamment en Irlande du Nord. Ce prestigieux site, de part son attrait géologique, est également classé sous d’autres appellations, comme par exemple sous l’ « Areas of Special Scientific Interest (ASSIs) » ou encore comme réserve naturelle.

Expérience personnelle

Après avoir visité le centre touristique, nous avons récupéré des audio-guides afin de pouvoir avoir des informations tout au long de notre visite.
Nous avons longé la côte du « Portnaboe » jusqu’au « Port Noffer » à travers un vent tempétueux. Le docteure Jennifer McKinley du département de Géologie à l’Université de Queen’s nous accompagnait. En chemin nous nous sommes arrêtés à différents endroits, où elle nous donnait des informations sur la géologie des lieux.
Arrivés à la Chaussée des Géants, après avoir eu de la grêle et de la pluie, nous avons pu profité du lieu, prendre des photos, le tout sous le soleil irlandais. Malheureusement, la chaussée principale était fermée due aux conditions météorologiques changeantes.

index

Notre groupe en haut des colonnes de basalte, Sophie Compagnon, 02.03.16, Chaussée des géants

Bibliographie

Une visite au Loyalist Museum – Andy Tyrie Interpretive Centre

Par Emilie Guibert et Valentina Ferreira Gutiérrez

Après avoir passé une partie de notre séjour à découvrir plusieurs facettes de Belfast, nous avons eu l’opportunité d’en explorer une nouvelle, notamment le quartier protestant de East Belfast. Robert, notre chauffeur de bus nous a déposés devant le  Loyalist Museum, un musée administré bénévolement par plusieurs personnes ayant vécu la période des Troubles. Deux d’entre elles nous ont proposé une visite en deux parties, la première comprenant un walking tour dans le quartier de East Belfast, et la seconde une visite guidée du musée. Le soleil n’étant pas de la partie, nous avons été chaleureusement accueilli avec du thé et du café pour nous réchauffer.

Nous avons donc commencé par une visite guidée du quartier d’environ une heure. Un des guides nous a conduits vers les principaux mémoriaux et murals du quartier en nous explicitant l’aspect symbolique que ces derniers revêtent pour la communauté protestante. Parallèlement, ce dernier nous expliquait le rôle que les individus représentés sur les fresques ont joué lors du conflit, ainsi que le statut des victimes auxquels les mémoriaux sont dédiés.  Parfois, il faut avouer que nous avons été choqués par la violence de certaines peintures et slogans. En effet, nous avions l’impression que ces derniers avaient pour but de promouvoir les différents groupes paramilitaires (notamment l’UYM, UDA, UFF*), ce qui nous a semblé paradoxal étant donné le processus de paix initié en 1998.  “For as long as one hundred of us remain alive, we shall never in anyway consent to submit to the Irish for it’s (…) UDA/UFF”. Ces propos figurant sur une des fresques les plus célèbres du quartier illustre bien l’atmosphère de violence encore patente en ce lieu.

Tout au long de la visite, nous avons remarqué que notre guide utilisait souvent le pronom personnel “nous” lorsqu’il nous racontait l’histoire du quartier, ce qui peut nous laisser penser que ce dernier a été impliqué de manière partisane dans le conflit. Sans vraiment nous transmettre son expérience personnelle et son vécu, nous pouvions sentir dans ses dires un manque de neutralité et d’objectivité. Toutefois, ayant entrevu ce que le musée contenait, nous pouvions nous attendre à ce genre de discours plus ou moins partial. Malgré cela, nous avons trouvé cette visite très intéressante et complémentaire à ce que nous avons appris auparavant à propos de Belfast. En effet, nous avions déjà visité le quartier protestant de Shankill, mais uniquement à travers les yeux d’un guide catholique. Ici, le fait d’être accompagné par une personne s’identifiant à la cause républicaine nous a permis d’accéder à un autre point de vue du conflit.

Après une heure de marche dans le froid de Belfast, nous sommes passés à la deuxième partie du programme, à savoir la visite du musée. Les objets y figurant étaient tous liés à la période des Troubles. L’abondance d’armes, d’articles relatant les crimes perpétrés par l’IRA** et les mannequins revêtant les uniformes militaires de l’UFF et de l’UDA nous ont plongés de manière indirecte dans l’atmosphère violente du conflit.

Tout au long de notre visite, nous avons parfois eu l’impression d’assister à une sorte de “performance identitaire” de la part de nos deux guides, comme si ces derniers tentaient de promouvoir la cause loyaliste auprès des visiteurs. Malgré cela, connaître les deux versions du conflit nous a permis d’avoir une vision plus globale des Troubles. Grâce à toutes les informations que nous avons assimilées à travers nos diverses expériences, nous pouvons maintenant adopter une pensée plus critique et objective du conflit ayant sévit à Belfast. Au cours de notre voyage, divers points de vue nous ont été transmis. L’hétérogénéité de ces derniers nous a conduit à considérer la période des Troubles avec un certain recul. Or, cette distanciation s’avère nécessaire dans le cadre d’une analyse neutre et académique.

*UYM: Ulster Youg Militance / UFF: Real Ulster Freedom Fighters / UDA: Ulster Defense Association

** IRA: Real Irish Republican Army

Une visite au centre gaélique Cultúrlann McAdam Ó Fiaich

Par Laetitia Valentin et Christina Zholdokova

Mardi 1er mars 2016, aux alentours de midi, nous venions tout juste de terminer la visite en Black Cab et nous avons été déposés par ceux-ci devant le centre gaélique Cultúrlann McAdam Ó Fiaich sur Falls Road.

Ce centre culturel est installé dans une ancienne église presbytérienne à laquelle une nouvelle aile a été rattachée pour établir une galerie d’art. Nous avons d’abord eu le plaisir de manger au café du centre se trouvant dans le hall d’entée au rez-de-chaussée. Nous avons été surpris de recevoir un menu bilingue gaélique d’un côté, anglais de l’autre. En fait, le centre cherche à faire perdurer la culture irlandaise principalement par le biais de la langue gaélique. Pour ce faire, il organise des séances de théâtre, offre la possibilité de prendre des cours, soit d’initiation, soit de perfectionnement de la langue gaélique, vend des livres autours de la culture irlandaise tant en gaélique qu’en anglais. Il propose également des bijoux et d’autres petits articles en lien avec la culture irlandaise et organise des expositions de tableaux ayant pour thème les paysages d’Irlande.

Nous avons eu droit à une conférence de la part d’un membre du Cultúlann McAdam Ó Fiaich nous expliquant les butes de ce centre. Ils affirment être ouvert à tous, d’ailleurs, ils invitent également les protestants à venir voir les spectacles. Leurs objectifs sont donc purement culturels. Cela dit, nous avons tout de même appris durant cette conférence qu’un clivage langagier et culturel persiste entre catholiques et protestants. En effet, les enfants catholiques apprennent le gaélique à l’école alors que les enfants protestants n’apprennent que l’anglais et en raison de ce clivage, il est d’autant plus difficile d’attirer des Unionistes dans un centre qui prône les valeurs irlandaises. Malgré cette séparation persistante entre les deux cultures, un pas de plus vers la paix et l’ouverture à la culture irlandaise est effectué par le centre.

Nous avons également reçu un petit dépliant traduisant de l’anglais au gaélique les expressions de tous les jours les plus courantes (à voir ci-dessous)

Fun facts:

– Après les rénovations apportées en 2011 à l’ancienne église presbytérienne abritant le centre de culture Cultúrlann McAdam Ó Fiaich, une galerie d’art sous le nom de Gerard Dillon est ouverte.

– Seule Marie Louise Gormley, artiste créant des images en feutre, assemblées à la machine à coudre à partir de soies teintes à la main et de fils à broder, est représentée à la galerie d’art pour le moment.

– La galerie n’est pas seulement un lieu d’exposition, mais également d’achat, étant donné que des prix figurent sur une partie des œuvres, permettant un soutien aux artistes locaux.

– Un espace comportant des panneaux tactiles interactifs est présent dans cette nouvelle aile du centre et permet d’acquérir des connaissances sur la toponymie des lieux, la poésie, la littérature, le langage, l’histoire, ainsi que d’autres aspects de la culture irlandaise.

– La collection de livres en vente dans la boutique du rez-de-chaussée a longtemps voyagé de librairie en librairie, avant de finalement être établie de manière permanente au centre Cultúrlann McAdam Ó Fiaich. Cette librairie est dite la plus complète et diversifiée d’Irlande du Nord, regroupant des ouvrages traitant uniquement de la culture et de la vie irlandaises.

– De petits concerts de musique irlandaise jouée par des artistes locaux sont organisés au sein du restaurant situé en face de la boutique, au rez-de-chaussée.

– Les activités proposées par le centre Cultúrlann McAdam Ó Fiaich comportent même des cours de bodhran, un instrument de percussion utilisé dans la musique irlandaise, découvert lors de ce qu’on appelle la « Révolution Celtique » des années 1960, ne servant auparavant que d’objet rituel lors de rites religieux.

Dépliant traduction anglais – gaélique

 

Bibliographie

Article:
Cultúrlann McAdam Ó Fiach (2004-2016)[En ligne] URL: http://www.culturlann.ie/en/, consulté le 29 mars 2016.

Fun facts:
1) Cultúrlann McAdam Ó Fiach (2004-2016) [En ligne] URL: http://www.culturlann.ie/en/
Consulté le 15 avril 2016.
2) Visit Belfast: The Official Visitor Website [En ligne] URL:
http://visitbelfast.com/things-to-do/member/culturlann-mcadam-o-fiaich
Consulté le 15 avril 2016.