Archives de catégorie : Représentations, Imaginaires, et Symboles

Méthodologie

Dans le cadre de notre travail, nous nous sommes penchées sur la perception des murals par les habitants de Belfast. Quelle est, pour eux, la place de ces fresques aujourd’hui? Comment envisagent-ils l’avenir des murals? 

Pour répondre à cette problématique, notre méthode a consisté à effectuer des interviews sur le terrain. Tout d’abord, nous avons choisi les murals qui feraient l’objet de notre étude. Nous avons sélectionné le “Bobby Sands” et le “Mona Lisa Soldier” respectivement situés dans les quartiers de Fall (catholique) et de Shankill (protestant).

Crowely T., 2000, “Loyalist mural, Hopewell Crescent, Lower Shankill, West Belfast” Clarmont Colleges Digital Library, http://ccdl.libraries.claremont.edu/cdm/singleitem/collection/mni/id/124/rec/4
Crowely T., 2000, “Loyalist mural, Hopewell Crescent, Lower Shankill, West Belfast” Clarmont Colleges Digital Library, http://ccdl.libraries.claremont.edu/cdm/singleitem/collection/mni/id/124/rec/4

 

Crowely T., 2006, “Republican mural, Sevastopol Street/Falls Rd., West Belfast. Mural on side of Sinn FeinOffices depicts Bobby Sands – first Hunger Striker to die 1981. Mural originally painted 1998, re-painted 2000 on re-built offices.” Clarmont Colleges Digital Library http://ccdl.libraries.claremont.edu/cdm/compoundobject/collection/mni/id/1260/rec/38
Crowely T., 2006, “Republican mural, Sevastopol Street/Falls Rd., West Belfast. Mural on side of Sinn FeinOffices depicts Bobby Sands – first Hunger Striker to die 1981. Mural originally painted 1998, re-painted 2000 on re-built offices.” Clarmont Colleges Digital Library http://ccdl.libraries.claremont.edu/cdm/compoundobject/collection/mni/id/1260/rec/38


Notre choix s’est porté sur ces deux fresques car elles nous semblaient être particulièrement connues. Au vu de l’histoire de Belfast, il nous a semblé pertinent de s’intéresser à une fresque de chaque communauté pour avoir un aperçu plus global de la problématique. Par ailleurs, il est à préciser que seule la fresque de “Bobby Sands” existe encore, le “Mona Lisa Soldier” ayant été détruit en 2015.  Cet élément a également eu son importance dans notre choix car nous voulions nous pencher sur l’opinion des habitants de Belfast concernant les processus de destruction ou de préservation des murals. A noter que par préservation ou conservation nous entendons ici la non-destruction des fresques.

Nous avons décidé de conduire une première série d’interviews aux abords de ces peintures murales car, selon nous, la proximité géographique entre les personnes interrogées et les murals augmentait les chances que les passants puissent les connaître. Conscientes du fait que les passants auraient peu de temps à nous consacrer, il nous a fallu être précises dans l’élaboration du questionnaire. Celui-ci a par ailleurs dû être adapté en fonction de la réception de notre démarche par les habitants. Ainsi, nous avons notamment senti les habitants de Shankill moins enclins à nous répondre. Nous avons également ressenti une gêne à l’idée de leur poser certaines questions, en particulier celles liées à la fresque catholique, au vu de l’ambiance plus “intimiste” du quartier résidentiel que celle de Fall.

Parallèlement, nous avons réalisé une deuxième série d’interviews auprès de professionnels du tourisme et de l’histoire de Belfast afin d’enrichir notre analyse de leurs expériences.

Lors de nos différents entretiens, nous avons dû garantir l’anonymat à nos différentes sources, sans quoi beaucoup d’entre elles n’auraient pas répondu à nos questions. Nous avons donc anonymisé les témoignages mobilisés dans ce travail.

Dans l’article Analyse des données, vous pouvez trouver les résultats de notre recherche. Nous avons pu mettre en évidence certaines tendances qui restent toutefois à prendre avec précaution au vu de la taille limitée de notre échantillon.

Analyse des données

Comme nous l’avons présenté dans l’article Méthodologie, nous avons basé notre recherche sur l’interview d’habitants de Belfast afin de comprendre leurs points de vue par rapport à la question de la destruction ou de la conservation des fresques.

Cet article présentera dans un premier temps les données, puis nous tenterons de mettre en évidence certaines tendances.

Présentation des données

Notre objectif, avant d’aller sur le terrain, était de récolter un maximum d’informations provenant des habitants des quartiers de Fall et Shankill. Dans ces deux quartiers se trouvent ou se trouvaient les murals qui ont fait l’objet de notre étude. Pourtant, sur place, nous avons jugé important d’élargir le public cible afin d’obtenir une information plus complète sur le débat entre la préservation ou non des murals.

Notre échantillon est composé au total de 23 interviews. La durée de ces entretiens varie entre une et vingt minutes. Les personnes interrogées sont âgées entre 16 et 74 ans. La majorité des interviews se sont déroulées dans les quartiers cités auparavant: Fall et Shankill. Toutefois, au cours de nos différentes activités durant notre séjour, nous avons également eu la chance d’obtenir les témoignages de divers professionnels: un guide touristique, deux archivistes d’un centre de documentation dont l’un est spécialisé dans les troubles, un conducteur de Black Taxi*, un représentant du Centre Gaélique et un collaborateur du City Council de Belfast, le conseil municipal de la ville.

Nous avons conscience que notre échantillon, de taille limitée, est loin d’être représentatif de la population. Cependant, nous essayerons de voir s’il existe tout de même des récurrences dans les réponses des habitants de la ville.

L’importance des murals pour les locaux

Nous avons choisi, au vu des types de réponses données lors des interviews, de séparer l’échantillon en catégories d’analyse.

Tout d’abord, nous avons séparé les adolescents des personnes plus âgées. En effet, les jeunes semblaient être moins affectés par la situation post-conflit que les personnes plus âgées. Certains des adolescents ont parlé “au nom des jeunes” en affirmant que leur catégorie d’âge accordait peu d’importance aux murals. De ce fait, ils paraissaient plus détachés du passé de Belfast.

Ensuite, concernant l’importance des murals pour les Belfastois (par rapport aux fresques étudiées), certains interviewés considèrent que les habitants des quartiers de Fall et Sankill, étant donné leur proximité géographique avec ces fresques, sont les plus touchés par la présence des murals. D’autres personnes interrogées ont, elles, indiqué que les habitants n’accordent que peu d’importance à ces fresques au quotidien. Une minorité des individus sondés ont affirmé que les fresques ont à leurs yeux une valeur touristique très importante.

Finalement, nous avons constaté que les personnes interrogées dans le quartier de Fall ne connaissaient pas, pour la plupart, la fresque de Shankill. Par ailleurs, les personnes sondées de chacun des quartiers avaient peu d’informations à fournir à propos des murals du quartier opposé.

Passé et préservation

La plupart des personnes interrogées qui commentaient l’importance des murals pour les habitants évoquaient des éléments temporels. Beaucoup faisaient référence au passé en désignant les fresques comme un élément de mémoire permettant de se souvenir du conflit. Les phrases telles que “pour la mémoire” ou encore “en souvenir de” ont été prononcées à plusieurs reprises.

Quant à la question de la préservation ou de la destruction des murals, une majorité des personnes interrogées nous ont expliqué que, selon elles, les murals avaient effectivement encore aujourd’hui leur place au sein des différents quartiers. Beaucoup considéraient cependant que les murals à caractère trop violent devraient être détruits. Pour d’autres, au contraire, l’aspect de commémoration prônait sur la destruction, c’est pourquoi la préservation semblait être une meilleure option. Par ailleurs, selon ces personnes, la conservation est non seulement un moyen de faire en sorte que la population se souvienne des événements passés, mais elle bénéficie également à l’industrie touristique de la ville. Un élément qu’une personne interviewée a mentionné nous a paru intéressant à relever au vu de la problématique qu’a vécu Belfast entre ses communautés dans le passé. Cette personne a en effet évoqué le fait que la question de la préservation ou destruction des murals devrait se poser en fonction de l’évolution du poids démographique des différentes populations qui habitent la ville.

Évolution et nouveaux murals

Comme mentionné précédemment, certaines personnes étaient opposées aux fresques “trop violentes” (sans pour autant spécifier ce qu’elles entendaient par “trop violentes”) et souhaitaient la création de nouveaux murals à caractère plus pacifique et plus inclusif. L’envie de “passer à autre chose” a été exprimée à plusieurs reprises. Dans ce contexte, beaucoup étaient plutôt satisfaits des nouvelles fresques. Celles-ci étaient considérées comme étant plus représentatives de toutes les communautés et permettant de véhiculer un message de paix et de solidarité.

Outre les personnes ayant exprimé leur volonté de voir certains murals détruits, d’autres ont souligné l’importance de trouver un équilibre entre les anciennes et les nouvelles fresques. L’un des archivistes du centre de documentation a apporté un point de réflexion qui nous semble important. Il a mis en exergue la peinture murale comme étant devenue une tradition faisant partie de la culture des deux communautés. Cette pratique était, selon lui, une fierté pour les populations locales.

Les lieux de conservation de la culture à Belfast

Par ailleurs, l’autre archiviste spécialisé dans les troubles que nous avons interrogé ainsi qu’un collaborateur du City Council ont relevé un point supplémentaire qui nous a paru intéressant: la question du lieu où se situent les éléments de mémoire. En effet, avoir un lieu consacré à l’histoire du conflit et la présentation d’objets liés aux troubles est important pour la ville, selon l’archiviste. Il a également exprimé une certaine réticence à la présence de ces peintures dans des lieux publics. Par ailleurs, le fait que les murals sont hier comme aujourd’hui imposés à tous, pose, selon lui, de nombreux problèmes.

Enfin, le collaborateur du City Council a exprimé sa déception lorsqu’il s’agissait de parler des politiques de conciliation entre culture et conservation. Selon lui, il reste encore des progrès à faire à ce niveau-là à Belfast et aucune solution n’a encore été apportée afin de créer un lieu, neutre, qui puisse réunir et conserver la culture de la ville dans son ensemble. Malgré des tentatives de conciliation, il n’y a aujourd’hui aucun musée qui retrace l’histoire du conflit.

*L’association Black Taxi propose des circuits de découverte des murals menés par des anciens membres de l’IRA, l’Irish Republican Army, reconvertis en chauffeur de taxi.

Lire aussi notre conclusion.

Conclusion

A travers ce travail, malgré la dimension restreinte de notre recherche, nous avons pu observer que la place des murals à Belfast demeure un sujet très controversé au sein de la population. Notre travail a pu mettre en lumière l’existence d’une absence de consensus quant à la place des murals aujourd’hui à Belfast. En effet, les habitants expriment à la fois la volonté de détruire les fresques, en particulier les murals à caractère violent, pour pouvoir se projeter dans le futur et de dépasser les conflits passés et la volonté de préserver les fresques pour maintenir la mémoire des troubles.

Cette question est d’autant plus d’actualité que nous avons pu observer dans les quartiers protestants de nouvelles fresques portant les insignes des anciens groupes paramilitaires repeintes récemment.

Plus généralement, c’est tout l’héritage du conflit qui reste un sujet sensible. Ainsi, la ville ne dispose toujours pas à l’heure actuelle d’un musée expliquant l’histoire des troubles, ce qui témoigne de la difficulté qu’ont les Belfastois à produire un récit commun du conflit. Cette conclusion rejoint celle de F. Mourlon qui relève l’absence de consensus à Belfast pour impliquer l’ensemble de la population dans le processus de mémoire (Mourlon F., 2012).

Par ailleurs, si la courte durée d’interview rend la généralisation difficile, notre analyse a toutefois permis de mettre en évidence ce qui semble être un clivage générationnel. En effet, les jeunes semblent moins concernés par le conflit que la population plus âgée. Ces derniers regrettent que leur ville soit trop souvent associée à son passé sombre et veulent que Belfast aille de l’avant. Il serait intéressant de suivre l’évolution de ces questions et de voir si la jeunesse pourra redonner un nouveau souffle à la ville et trouver une véritable place pour les fresques héritées du conflit.

 

Des symboles pour se justifier

 Quels sont les différents registres de justification par les deux partis ?

Introduction : Plusieurs manières de se justifier

Par Darell Bloch, Angèle Canelli et Louis Romaneschi

Avant propos :

Dans cette étude nous traiterons des registres de justifications des deux partis. Pour faciliter la compréhension de notre recherche il est important de comprendre ce qu’est un registre de justification et également comment qualifier les deux partis.

On peut appeler registre de justification un ensemble de caractéristiques trouvées dans un texte, un discours ou dans toute forme d’expression visuelle visant à justifier la ou les action(s) réalisée(s) par l’acteur au regard du spectateur.

En ce qui concerne les deux partis, nous utiliserons donc trois façons de les qualifier, à savoir :

  • le parti plutôt d’origine irelandaise, qui est nationaliste, républicain et catholique;
  • le parti plutôt d’origine anglaise, qui est unioniste, loyaliste et protestant.

  1. Introduction : Plusieurs manières de se justifier

Les murals ne sont pas neutres. Ces peintures apparaissent petit à petit dans les rues de Belfast en parallèle avec le conflit qui oppose républicains irlandais aux loyalistes, fidèles à la couronne britannique. Ces peintures murales ont un caractère fondamentalement politique : les partis belligérants utilisent ce moyen graphique afin de faire de la propagande, démarquer leur territoire, d’acquérir de nouveaux sympathisants, ou alors de menacer l’ennemi. Elles se positionnent d’un côté ou de l’autre des partis engagés en faisant référence à des symboles, à des personnages et à des événements historiques liés à l’héritage culturel de chaque parti. En utilisant cette dialectique les deux partis justifient leur prise de position dans le conflit. Chacune des murals comporte donc une dimension fortement idéologique malgré leur apparence pouvant paraître neutre. Cette mobilisation de symboles religieux, militaristes, culturels et nationalistes sur les murals peut être perçue comme un ensemble d’arguments légitimant l’existence et les revendications de chacun des partis.  Ces murals ont une capacité d’impact politique directe sur la population et sur tout autre observateur puisqu’elles sont situées dans l’espace public. Apparaissant sous une forme artistique, les murals sont en réalité une forme de propagande visant à ressasser le spectre de l’opposition entre catholiques et protestant, les murs de Belfast deviennent alors un enjeux important du conflit.  L’objectif de notre recherche est de mettre en lumière les différents registres de justification mobilisés par chacun des partis dans les murals et d’expliciter le sens que les partis veulent donner aux murals.

Pour ce faire nous allons analyser de manière comparative les murals unionistes et les murals républicaines. Nous présenterons un tableau graphique répertoriant les symboles les plus fréquents et explicitant leurs significations et histoire. Cette classification sera une clef de lecture de notre travail, qui mobilisera ces symboles afin d’expliquer les différents registres de justification du conflit. En effet, ce lexique appuiera notre recherche, qui détaillera les différentes manières par lesquelles les partis mobilisent ce langage graphique à leurs fins politiques et culturelles. Nous avons pu mis en exergue plusieurs registres de justification ; tout d’abord l’exacerbation de registres culturels irlandais ou loyalistes, le ralliement à des conflits internationaux, et enfin la victimisation de chacun des partis.

Exacerbation de la culture :

Le premier registre de justification que nous traitons est celui de l’exacerbation culturelle, ou ce que nous intitulons “l’hyperculturalisation”. Cet outil conceptuel utilisé pour notre analyse se définit par la volonté d’une communauté de se créer et de mobiliser un patrimoine culturel qui lui est propre. L’hyperculturalisation se caractérise par la grande utilisation de toutes sortes de particularités culturelles communautaires à des fins de différenciation, par rapport au parti adverse. C’est une création de l’altérité, un processus qui a pour but de renforcer l’appartenance à l’identité culturelle de son parti. Dans cette période post-conflit, à Belfast, cette exacerbation de la culture est bel et bien encore utilisée, à des fins politiques, historiques et mémorielles. Cette logique que l’on pourrait considérer comme une mobilisation très marquée d’un héritage, va différer entre protestants et catholiques, et dépasser le cadre des murals en se retrouvant dans plusieurs aspects de la vie quotidienne.

A l’échelle géographique d’une ville qui n’est pas plus grande que Genève, ces logiques d’hyperculturalisation peuvent en effet être très marquées: on identifierait un protestant ou un catholique à travers son style vestimentaire, sa façon de s’exprimer, son lieu de résidence. Nous retrouvons ces aspects de différenciation que ce soit dans l’usage de la langue gaélique, parlée exclusivement par des communautés catholiques, ou même jusque dans les sports pratiqués: le football étant plus pratiqué par les catholiques alors que le rugby est plus commun chez les protestants. Notre sujet d’analyse étant les murales, nous ne nous attarderons guère sur l’exacerbation culturelle dans les comportements sociaux, mais traiterons le sujet à travers les symboles présent dans l’iconographie des murales. Nous procéderons en faisant une analyse comparative des logiques d’utilisation symbolique de chacun des partis, tout en illustrant nos propos avec quelques exemples. Par ailleurs, notre grille des symboles (annexe 1) permettra de référencer et de situer les symboles les plus importants afin de ne pas reprendre ces éléments dans l’analyse.

Tout d’abord, après avoir analyser les murales photographiées lors de nos terrains, nous pouvons distinguer dans les grandes lignes des logiques de mobilisation symboliques, allant sur des axes distincts, selon l’appartenance de la murale au clan unioniste ou républicain.

Chez les unionistes, le registre symbolique est très militarisé et rendu historique; ce qui donne aux murales protestantes une dimension politique assez marquée. Ce constat se fait tout d’abord par leur composition, souvent régie pour mettre en avant un blason, entouré d’autres symboles (drapeaux, miniatures de personnages). La position centrale du blason qui incorpore la plupart du temps un drapeau de l’Union Jack, une couronne et la main rouge de l’Ulster (voir tableau en annexe), rappelle la centralité du pouvoir monarchique, avec les éléments qui l’entourent relégués au second plan, de par leur subordination hiérarchique. Dans ce cas, nous sommes face à une véritable prise de position en faveur de la culture monarchique, exacerbée par la mise en place d’une justification à travers plusieurs symboles unionistes. Des éléments voulant démontrer la force militaire et économique du Royaume-Uni sont également avancés dans les murales loyalistes. Autour du blason central, des sujets récurrents tels que les guerres mondiales, la puissance de l’Empire et l’importance de sa flotte (en grande partie construite dans le port de Belfast) constituent un argumentaire de la force du Royaume-Uni à l’échelle locale et internationale. Ce “culte de l’Empire” est spécifique aux loyalistes qui vont chercher leur appui dans sa grandeur historique et économique, et par des représentations de la matérialité de cette grandeur : bateaux, avions, troupes, bâtiments etc.. Cette matérialité de la force se retrouve dans les murales loyalistes représentant des milices de défense armées, avec la plupart du temps un personnage cagoulé brandissant une arme à feu. Dans ce genre de murales, nous restons dans une logique d’explicitation de la force d’attaque, s’illustrant à travers la menace des symboles d’un “gunman” et de son arme pointée.

La représentation de personnages historiques, d’évènements marquants ou de monuments symboliques est également fréquente dans les fresques protestantes. Nous les voyons par exemple dans des murales dédiées à Oliver Cromwell (figure politique de la 1ère révolution anglaise), de la bataille de la Somme, etc… Les nombreuses allusions et commémorations de ces personnages et évènements traduisent le désir de s’approprier et d’utiliser les faits du passé pour justifier une cause présente. Il y a alors une réinterprétation et une manipulation de l’héritage culturel et historique pour le mobiliser dans un contexte ou cet héritage participera à la distinction entre protestants et catholiques.

Du côté républicain, l’exacerbation de la culture est également très marquée. Le registre symbolique républicain est pourtant assez différent de celui des loyalistes et est fortement alimenté par l’héritage culturel gaélique et irlandais. La composition est très rarement centrée sur un élément en particulier, mais en favorise l’intégration de plusieurs. La grande mobilisation de symboles mythologiques montre le désir des républicains de se justifier à travers l’ancienneté de leurs racines, qui irait au delà même de l’ère chrétienne. Harpes, divers tribaux irlandais, trèfles et spirales servent à la fois d’ornementation, et à la fois de rappel de l’appartenance à une culture ancestrale, plus pacifique et finalement moins politisée que la symbolique protestante. L’aspect plus coloré et moins graphique des murales républicaines s’oppose au conformisme des murales protestantes, plus froides et directes et rappelant vaguement une iconographie qui se rapprocherait de propagandes fascistes et communistes. Le choix des couleurs n’est pas anodin : le vert rappelle déjà l’Irlande, mais c’est aussi le symbole de la paix et de l’espoir, en opposition avec le rouge plus violent utilisé par les loyalistes. L’argument avancé par les républicains est le folklore inhérent à la culture irlandaise, qui de par son caractère sympathique, peut être interprété comme l’opposé du côté menaçant de certaines murales loyalistes. Un aspect récurrent dans les murales républicaines est la représentation de la résistance, qui peut être soit symbolisée par un phénix émergeant de ses cendres, soit par un paramilitaire non cagoulé pointant son arme vers le ciel d’une pose dynamique. Nous remarquons ici que l’exacerbation de la solidarité à travers l’adversité, de la bravoure et de l’héroïsme est un trait de caractère que la communauté catholique a essayé de transparaître au travers des murales.

 Affiliation a des conflits étrangers

Il est difficile de connaître la part de vérité que les récits des deux partis contiennent. Les conflits, nous l’avons compris, perdurent encore aujourd’hui. Leur étendue a d’ailleurs permit à plusieurs générations belfastoises de vivre ce conflit. Néanmoins il est évident que les générations actuelles ont des opinions différentes de celles des générations précédentes. Il en est de même pour la visibilité extérieure de l’histoire des troubles, celle ci a évolué de manière croissante depuis leurs débuts. Aujourd’hui, la population intéressée par les murales et par l’histoire de Belfast possède de nombreux moyens d’accéder aux informations désirées en comparaison avec la période durant laquelle les conflits ont débuté, c’est à dire durant les années 1920.

Précédemment, nous avons détaillé la manière avec laquelle les deux partis revendiquent au public extérieur leur culture, à savoir par exemple, la culture celtique pour les nationalistes et la culture anglaise pour les loyalistes. Mais l’on ne trouve pas ces symboles culturels sur la totalité des murals. En effet, avec l’augmentation de la visibilité, c’est à dire l’exposition des faits des conflits au reste du monde, les partis ont du développer un ensemble d’arguments plus vaste que leurs arguments culturels. Nous allons donc voir dans cette partie les moyens visuels mis en oeuvre par les partis afin de rallier leur cause à d’autres conflits internationaux. Autrement dit, comment les deux partis défendent leur cause et leur opinion grâce aux illustrations des murals en puisant dans le contexte historique international. Cet effet ayant pour but de maximiser le soutien international.

En commençant par le parti républicain, on remarque que celui ci compare sa position avec la position d’autres groupes plus ou moins analogues ayant comme point commun le caractère minoritaire réprimé ou l’appartenance à un peuple ne pouvant pas disposer de lui même et tyrannisé. Le parti est solidaire de beaucoup de minorités injustement opprimées ou discriminées pour leurs opinions, leur appartenance ou leur sexualité. Les causes reviennent aux oppressions des homosexuels jusqu’à l’oppression du peuple cubain. Nous pouvons notamment voir sur le mural  ci dessous, qu’un désaccord est  clairement exprimé avec la politique d’Obama vis à vis du peuple cubain. Le parti s’engage également à représenter le conflit territorial des Pays Basques.

Capture d’écran 2016-05-23 à 17.49.54

On trouve ensuite un nombre important de murals nationalistes faisant référence au parti palestinien. Les signes reconnaissables sont ici, le drapeau de la Palestine et ses couleurs, l’utilisation de contenus textuels en calligraphie palestinienne.

Capture d’écran 2016-05-23 à 17.50.06

Les nationalistes soulignent que ce peuple est soumis au joug d’un état illégitime ne respectant pas le droit international. Les nationalistes républicains s’approprient le soutien réciproque des conflit étrangers, mais aussi se comparent directement à des personnages internationaux connus et vus par une majorité de la population comme exemplaires ou respectables. Par exemple, comme on peut le voir dans la peinture murale représentant Bobby Sands et Nelson Mandela côte à côte.

Capture d’écran 2016-05-23 à 18.00.05

Le message est limpide, Nelson Mandela a combattu un régime politique illégitime et violent et a été emprisonné, tout comme Bobby Sands. On peut aussi voir, non loin du lieu où plusieurs personnes ont été tuées pendant le Bloody Sunday, une reproduction du Tres de mayo de Goya (ci dessous) pour rappeler les tirs des parachutistes sur des civils, ce qui peut s’apparenter à une exécution sommaire. Cette démarche de victimisation est encore plus efficace en utilisant des symboles internationaux et un registre mémoriel connus de tous.

Capture d’écran 2016-05-23 à 18.00.12

Lorsque l’on observe les murals du parti loyaliste, on trouve une référence fréquente à un peuple  extérieur l’aidant à justifier sa position. Cette référence revient au peuple israëlien en contexte de conflit israélo-palestinien. En effet, le parti loyaliste est en accord avec le fond idéologique, la forme de l’état et aussi avec le mode d’action, plus généralement, est d’accord avec l’attitude inflexible de l’état Israël ainsi que sur ses actions militaires envers les terroristes et la population civile. De plus les loyalistes expliquent qu’Israël est le pays le plus prospère économiquement de la région, donc le modèle qui ressort le plus gagnant de la situation de conflit. Ils mettent ce point de vue en lien avec la situation de l’Irlande du Nord, considérant que la région doit sa réussite d’antan à son intégration dans la Grande-Bretagne. Les protestants, eux plutôt que de prendre une position victimaire, justifient leurs actions violentes en réactions aux actes terroristes des unionistes.

Victimisation des partis

Nous faisons l’usage dans cette partie du terme victimisation et de ses dérivés. Nous entendons par “victimiser” l’acte ou parole visant à rendre son parti victime aux regards de la population extérieure au conflit, ainsi qu’en tant que justification des actions offensives ou défensives envers l’autre camp. Aussi, d’après la Déclaration des Principes Fondamentaux de Justice Relatifs aux Victimes de la criminalité et aux victimes d’abus de pouvoir, les victimes sont définies comme “des personnes qui, individuellement ou collectivement, ont subi un préjudice, notamment une atteinte à leur intégrité physique ou mentale, une souffrance morale, une perte matérielle, ou une atteinte grave à leurs droits fondamentaux, en raison d’actes  ou d’omissions qui  enfreignent  les  lois pénales en vigueur  dans  un  Etat membre,  y  compris celles qui proscrivent les abus criminels de pouvoir.

  • Mémoriel des victimes

IMG_09372222

Le but du mémorial est de rendre hommage à des victimes de guerres ou d’évènements particulièrement tragiques. Le mémorial sert aussi à commémorer un évènement important pour une communauté en terme de changement économique, politique ou social. Le monument, ou le lieu, mis à disposition n’est pas simplement un espace ou un objet concret, il contient une dimension abstraite et il est vecteur d’une mémoire collective. Ainsi, les lieux de mémoires sont respectés par toute personne concernée par la morale collective, quasiment universelle, liée au respect des morts et de ce qui les englobe.

Au travers de ces mémoriaux, on rend hommage à des victimes et on permet également le deuil collectif de la communauté concernée. La ville de Belfast possède un grand nombre de mémoriaux dont la plupart sont situés principalement dans les quartiers encore séparatistes. Cela s’explique en raison des nombreux conflits intra-muros subis dès 1920 avec le projet d’autonomie de l’Irlande, alors sous la domination de la Grande-Bretagne régis par Home Rule. C’est à partir de cette proposition que des tensions entre les républicains nationalistes de Belfast et les loyalistes unionistes débutèrent, prenant de plus en plus d’ampleur et menant à plusieurs conflits civils, appelés troubles, jusque dans les années 1990. C’est parce que ces conflits engendrèrent de nombreux morts que la mise en place de monuments mémoriaux fut nécessaire. Néanmoins, il semblerait que malgré les actes de paix conclus entre les communautés de Belfast, les dissensions perdurent au sein même de ces lieux de mémoire. En effet, le cas de Belfast est particulier puisqu’on trouve dans la ville des mémoriaux peints, accompagnés de murals colorées relatives aux troubles. Sur ces murals on peut apercevoir des visages de personnalités importantes dans les conflits aux côtés de symboles liés aux religions ou aux cultures des deux partis.

On peut considérer que la réalisation d’un monument mémoriel représente en quelques sortes une prise de position à partir du moment où l’on rend hommage aux morts d’un seul camp et pas de l’autre.  On peut donc considérer que le spectateur – supposé neutre – va se placer automatiquement d’un côté ou de l’autre des deux camps. En ajoutant, comme à Belfast, des visages et des symboles très détaillés aux mémoriaux, la sensibilité du spectateur est touchée car celui ci va s’identifier plus facilement aux partisans du mémorial. Le spectateur est nettement moins ému s’il n’a en face de lui qu’une liste de noms de victimes auxquelles il ne peut se référer. En revanche, il est fort probable qu’un touriste, père de famille, voyant en face de lui se dresser une peinture murale représentant des enfants expliquant que ces derniers furent tués par les forces d’un des deux partis, le père va se sentir concerné et son opinion sur le conflit en sera influencée. Il est fort probable que l’image associée à la description favorise cette sensation. Le monument, alors envisagé comme vecteur d’idée pacifiste au premier abord, aurait plutôt tendance à faire perdurer la conflictualité, d’autant plus s’il est accompagné par une mural renforçant le pouvoir d’identification sur le spectateur.

Sachant que le dark tourism est très développé dans cette ville, on peut émettre l’hypothèse que les mémoriaux aux victimes ne sont pas uniquement créés pour les populations locales et protagonistes du conflit mais qu’elles se dirigent vers les touristes. En effet, il est possible que les murals peintes aux côtés des mémoriaux soient mobilisées afin de victimiser le parti concerné envers l’autre et face à l’opinion internationale. Ainsi, grâce à la dimension sensiblement touchante de la jonction mémorial-murals, les partis se victimisent et se déchargent donc en partie de la responsabilité des dommages humains et matériels dus aux troubles.

Nous avons donc vu que la justification des actions des partis dans les conflits est présente au travers de symboles dans les murals. Nous avons précédemment avancé l’idée que les partis cherchent à rallier les observateurs extérieurs aux conflits dans leur camp, en disposant notamment les murals de manière à toucher le spectateur et à se placer en tant que victime dans le conflit. Dans cette partie nous expliquerons comment ce même processus de victimisation est présent dans les textes des murals. Grâce au plan détaillé du site http://www.belfast-murals.co.uk, un échantillon de cinquante murals (vingt cinq murals unionistes et vingt cinq murals loyalistes) fut utilisé afin d’étudier le champ lexical utilisé dans ces peintures. Nous chercherons à montrer que les deux partis ne font pas usage des mêmes mots et que cela traduit deux manières d’expliquer le conflit. Le tableau ci dessous répertorie les résultats de l’analyse de contenu.

content analysisNous pouvons donc observer dans notre échantillon grâce au tableau plusieurs champs lexicaux ressortant des mots utilisés pour représenter les partis unionistes et loyalistes. Ces champs lexicaux sont de trois ordres : la lutte, les références territoriales et communautaires et le post-conflictualisme.

  • Analyse du champs lexical de la lutte :

Le tableau précédent montre que le parti loyaliste utilise plus de mots liés à la lutte que le parti nationaliste. Le mot militants est visible sur environ vingt pour cent des murals loyalistes (d’après notre échantillon de vingt cinq murals) tandis que le mot le plus fréquemment utilisé pour les républicains est resistance. Ces deux mots ne sont pas en opposition mais ne se définissent pas de la même manière; ainsi d’après la définition anglaise du site Merriam Webster, militant signifie « having or showing  a  desire  or   willingness   to  use   strong,   extreme,    and      sometimes forceful methods to achieve something»¹ (Simple définition of militants [en ligne] http://www.merriam-webster.com/dictionary/militant) Ce mot est donc synonyme en anglais d’action politique ou idéologique violente. En ce qui concerne le mot resistance, toujours d’après la même source, la définition est la suivante : «refusal to accept something new or different » ou «effort made to stop or to fight against someone or something »² (Simple définition of resistance [en ligne] http://www.merriam-webster.com/dictionary/resistance). Autrement dit, l’acte de résistance n’inclue pas nécessairement un acte violent.

En tenant compte des autres mots utilisés par le parti loyaliste tels que guns, attacked, conflict on réalise la différente vision des troubles par chacun des partis. Pour parler du conflit, le parti loyaliste fait  plus appel à la dimension brutale et armée du conflit. À l’opposé, le parti républicain utilise les mots brave, oppression, fall, faisant plutôt référence à un champ lexical de la survie. Les républicains se décrivent donc plus comme étant en position dominée ou alors en position de subsistance face à une force supérieure politique opposée et offensive.  

  • Analyse du champs lexical post-conflictualiste:

En ce qui concerne la dimension post-conflictualiste, les murals des deux camps font une utilisation commune de mots tel que freedom. L’usage de ce mot (liberté) pourrait faire référence à l’ultime but vers lequel tend la ville de Belfast. La différence d’usage du mot par les deux partis réside ici dans les extensions employées. En effet, freedom est utilisé sous différentes dérivées par le parti nationaliste républicain, on peut donc lire dans les quartiers républicains les termes free, free union ou encore liberation à plusieurs localisations.

Le deuxième mot le plus utilisé par le parti loyaliste unioniste est murder, alors que celui n’est visible qu’une seule fois de l’autre côté du conflit. Nous pouvons noter également que la devise du parti loyaliste : « no surrender » apparait deux fois parmi notre échantillon. Ce slogan est à contre-sens de l’idéologie pacifiste puisque qu’elle se traduit par « ne pas renoncer ». Elle est depuis longtemps utilisée par le parti, qui considère que les conflits n’auront de fin que lorsque l’autre camp aura cédé, autrement dit, le parti pour la gouvernance anglaise exprime son mécontentement envers l’idée de trouver un terrain d’entente mettant fin aux tensions.

Les deux partis font enfin référence aux victimes et aux combattants ayant servit leur communauté. L’usage de murder est fréquent pour les loyalistes tandis qu’il n’apparaît qu’une fois chez les nationalistes. Enfin, on peut noter le terme martyrs utilisé par les nationalistes, impliquant directement la souffrance notamment d’après le dictionnaire anglais Merriam Webster  “a person who is killed or who suffers greatly for a religion, cause, etc..” (simple definition of martyr [en ligne] http://www.merriam-webster.com/dictionary/martyr)

Plus largement, il est remarquable que les partis anglais voient en la situation post-conflit un espoir de victoire progressive sur le camp opposé. A l’inverse, le vocabulaire utilisé par les nationalistes, pourrait indiquer que ceux ci revendiquent une plus forte volonté de paix. De plus, ces derniers font un usage fréquent de mots relatifs au martyre et à une position, encore, de victimes premières de ces troubles.

  • Analyse du champs lexical de territorialité et de communautarisme:

Ce champ lexical est peu représenté comparé aux deux autres ressortis de l’étude, néanmoins on peut remarquer deux niveaux d’appartenance des partis.

Le parti républicains nationaliste à tendance à valoriser les origines celtiques et irlandaises tandis que le parti loyaliste légitime directement sa présence en Ireland du Nord de part l’appropriation des toponymes Ulster, North Belfast. Ce parti loyaliste se considère également comme une équipe (team) alors que l’on retrouve plutôt l’idée de communauté du côté des nationalistes. Enfin, on peut remarquer au sein de notre échantillon une différence d’échelle lorsqu’il s’agit des protagonistes du conflits. En effet nous pouvons trouver dans les murals loyalistes le terme royalty, menant directement au sommet de la gouvernance recherchée, alors que les nationalistes emploient le terme civil à deux reprises. La volonté de représenter les populations concernées dans le conflit est donc différente selon les partis, la vision est soit micro, soit macro.

A la suite de cette analyse de contenu, nous distinguons deux mentalités. En effet, nous avons observé que les partis n’évaluent pas de la même manière leur rôle dans le conflit. Quand les loyalistes prônent la puissance de leurs armées et troupes militantes qui ne renonceront jamais à la lutte, les nationalistes, à l’opposé, n’évoquent pratiquement pas leurs actions violentes dans le conflit. Au contraire, après cette analyse nous pouvons remarquer que ceux ci ont tendance à évoquer leurs forces de résistances et donc intrinsèquement, leur statut de victime en recherche de processus de paix. Quant au registre de justification, l’analyse de contenu démontre que les anglais loyalistes justifient leurs actions en faisant référence textuellement à leur connaissance du territoire nord-irlandais afin de prouver leur présence ancienne et comme « logique » sur ce territoire. Ainsi, ils légitiment les troubles et assument la défense d’un territoire qu’ils considèrent acquis. En parallèle, les irlandais républicains remontent jusqu’aux origines celtiques pour revendiquer leur appartenance à un peuple irlandais avant même l’existence dune population anglo-irlandaise.

Symboles les plus présents
Symboles les plus présents

cliquer pour agrandir le tableau

Méthode utilisée :

Afin de réaliser au mieux notre enquête nous avons eu besoin d’obtenir de l’information formelle et de l’information informelle; mais principalement d’informations qualitatives. Nous avons également opté pour une approche interprétative, c’est à dire d’étudier les sources à notre disposition afin de comprendre la culture en question.

Continuer la lecture de Des symboles pour se justifier

Belfast: murals, émotions et processus de paix

Cécile Walder, Celeste Tran, Chantal Vetter

Problématique

Notre travail portera sur les émotions que suscitent les murals chez leurs spectateurs, les Belfastois comme les touristes. Nous nous interrogerons plus particulièrement sur le(s) rôle(s) donné(s) à ces émotions dans le processus de paix.

Ces murals ont été peints dans un contexte extrêmement tendu, avec pour but d’intimider, de marquer le territoire, de commémorer, en suscitant des émotions chez les spectateurs (Crowley: 2011). Aujourd’hui, à la suite du processus de paix entamé dans les années 90, le tourisme se développe dans la ville, notamment autour de l’héritage du conflit. Nous souhaitons observer la façon dont les émotions des spectateurs sont mobilisées, voire instrumentalisées dans ce nouveau contexte, en prenant en compte d’une part l’apparition de nouveaux spectateurs, les touristes, et d’autre part les souvenirs que les habitants ont des Troubles et des évènements historiques de l’Irlande du Nord.

Notre question de recherche peut être formulée de la façon suivante:

Comment les émotions que provoquent les murals de Belfast auprès des spectateurs – Belfastois et touristes – sont-elles mobilisées dans le contexte du processus de paix?

Méthodologie

Pour la méthode, nous avons adopté différentes approches, in primis l’entretien orienté sous forme de micro-trottoir et l’analyse de discours.

Pour  la récolte des données, le micro-trottoir a été choisi car il est rapide et permet ainsi d’approcher un grand nombre de personnes en peu de temps. Une liste de mots a été conçue pour faciliter les réponses des interviewés.  C’est une liste contenant une multitude de mots exprimant des sentiments. Les personnes ont dû entourer les sentiments qu’elles ont éprouvés face au mural. Cette méthode a permis de suggérer des sentiments, dont la nomination n’est pas forcément facile. Cependant, il y a le risque d’induire un biais, étant donné que nous avons constitué nous-mêmes cette liste de mots. Afin de minimiser ce risque, nous avons mis un maximum d’émotions, qui n’étaient pas forcément, à notre avis, en lien avec les murals étudiés, et avons ajouté un espace blanc, où les personnes avaient la possibilité d’ajouter des sentiments manquants. Cette liste nous a permis également de rapidement constater si les mêmes émotions avaient été sollicitées ou non.

Questionnaire
Liste de mots

Sur le terrain, nous avons décidé de nous concentrer sur une fresque seulement, celle de Bobby Sands. Les raisons de ce choix sont multiples: avant tout, il s’agit d’un mural représentant un personnage emblématique de ce conflit. Il relève donc d’une grande importance au sein de l’histoire belfastoise. Le fait que ce mural soit une attraction touristique connue était un avantage car le lieu était ainsi très fréquenté. Il se trouve dans une rue de passage, fait qui a été à la fois un désavantage puisque les gens avaient moins tendance à s’arrêter et à mettre à notre disposition leur temps, et à la fois un avantage, puisque cela augmente le nombre des individus qui pouvaient être interviewés. Les Belfastois étant ouverts à la discussion, nous avons préparé des questions complémentaires au micro-trottoir, afin d’approfondir les premières pistes de réflexion que nous avions pu identifier. De cette manière, nous avons pu les ajuster en fonction du contexte et diriger les réponses en essayant d’en relever des éléments plus pertinents à la nouvelle problématique.

Pour la rédaction finale de notre travail, nous avons tout d’abord informatisé les données récoltées afin d’en faciliter la lecture et l’analyse et nous aider à en avoir une vision globale. Ensuite, nous avons utilisé nos carnets de terrain. Les discussions avec les Belfastois ont enrichi les connaissances que nous avons pu acquérir lors des visites et des conférences auxquelles nous avons participé. Nous nous sommes également aidées des debriefings faits avec les autres étudiants qui avaient eux aussi des ressentis à exprimer. Ces discussions nous ont permis de prendre en compte un maximum d’idées en rapport à la problématique. Elles ont aussi créé un cadre d’échange mutuel de nos impressions, de nos doutes, etc.

Une approche des émotions avec le mural de Bobby Sands

Les murals de Belfast ont plusieurs rôles qui sont aujourd’hui réétudiés en raison de la campagne re-imaging Belfast. En effet, depuis le Good Friday Agreement de 1998, les autorités essaient d’améliorer l’image de la ville. En ce qui concerne les murals, plusieurs ont été enlevés ou remplacés car ils représentaient des sujets violents ou des groupes paramilitaires illégaux. Or le tourisme profite de l’histoire des murals dans ses activités et ce sont surtout les murals en lien direct avec le conflit qui sont intéressants pour les acteurs touristiques. Le rôle des murals a donc changé au cours du temps. Etant tout d’abord des marqueurs territoriaux et des appels au soutien de la communauté, les murals ont aussi servi aux campagnes électorales du Sinn Féin en transmettant un message idéologique. Aujourd’hui, certains rappellent aussi des évènements historiques. « If there is a significant historical moment to be recalled, or an important ideological message sent, a memory that needs to be fostered, information that has to be shared, a death that has to be commemorated, a cause that needs to be fought for – somewhere or other it will find expression on a wall, making an intervention in public space, demanding attention.  » (Crowley : 2011). Les murals ne sont pas là pour les touristes, mais avant tout pour la population locale. C’est là que les émotions entrent en jeu : elles vont donner de la force aux images, leur donner un certain pouvoir. Lors de notre travail sur le terrain, nous avons identifié plusieurs rôles dans lesquels les émotions évoquées par les murals sont importantes, que ce soit dans le tourisme ou dans les représentations qu’en a la collectivité. Notre recherche sur le terrain nous a montré que même dans le contexte actuel de processus de paix, les murals suscitent encore des émotions.

Lors de nos moments passés sur le terrain, nous nous sommes focalisées sur une peinture en particulier pour mener nos micros-trottoirs, celle de Bobby Sands. C’est un portrait du personnage souriant, entouré de couleurs vives et de chaînes se brisant, portant le message “Everyone republican or otherwise has their own particular role to play … Our revenge will be the laugh of our children”. Il se trouve sur Falls road et est peint sur la façade de l’office du Sinn Féin (parti politique républicain, ayant eu des liens avec l’IRA). La figure de Bobby Sands est un des symboles fort de la lutte républicaine. Il était activiste et membre de l’IRA et est mort en prison après 66 jours de grève de la faim. Pendant ses deux séjours en prison (entre 1972 et 1981) il s’est mobilisé pour protester contre le changement de statut des prisonniers politiques, qui, dès 1976, sont devenus des prisonniers de droit commun, et donc traités de la même façon que les criminels et délinquants. Avant de mourir, il s’était présenté pour être élu membre du parlement et gagna les élections. Cependant, le gouvernement refusa de le laisser entrer en fonction (en raison de son statut de prisonnier).

Mural en mémoire de Bobby Sands - Falls Road - 01.03.2016 - Cécile Walder
Mural en mémoire de Bobby Sands – Falls Road – 01.03.2016 – Cécile Walder

Une première partie de ce travail s’intéressera donc à la mise en tourisme des murals et leur utilité économique alors que la deuxième partie se focalisera sur les murals en tant que biens communautaires et oeuvres collectives. Chaque partie s’articule autour d’une mise en contexte et d’illustration et nous tenterons de faire des liens avec les données récoltées sur le terrain.

Tourisme des émotions : enjeux autour des murals

Capitalisation des émotions : les murals pris dans les rouages du dark tourism

Belfast voit arriver chaque année plus de 9 millions de visiteurs [1] et la ville investit beaucoup pour augmenter son attractivité. En 2012, les touristes ont dépensé 416 millions de livres sterling [2] à Belfast. Grâce à la pacification, le secteur du  tourisme est donc à nouveau devenu une véritable source de revenu pour l’économie locale. Pour les chauffeurs de Black cabs, d’anciens prisonniers républicains, ou encore les guides du Andy Tyrie Interpretative Centre, c’est une réinsertion professionnelle tout comme une façon de transmettre leur vision du conflit. La mise en avant de certains murals est une possibilité de rendre la ville à nouveau plus attractive. Le mural de Bobby Sands, sur lequel portait notre questionnaire, est le mural le plus reproduit et marchandisé.

Carte postale de Bobby Sands et Plan de Belfast et de ses murals, Chantal Vetter, 5.5.2016, Genève
Carte postale de Bobby Sands et Plan de Belfast et de ses murals, Chantal Vetter, 5.5.2016, Genève

Les murals font partie de la culture belfastoise mais ils sont de plus en plus instrumentalisés par les acteurs touristiques. « Now figured as heritage and commodified in various forms – postcards, posters, books and guided taxi tours – the murals have become a source of revenue and profit for a number of organisations: ex-prisoners’ associations, artists’ collectives, local community groups, and traditional commercial projects.  » (Crowley : 2011). Le mural de l’Easter Rising de 1916 à Falls en est un bon exemple. Suite à la discussion que nous avons eue avec le fils du propriétaire du magasin de souvenirs sur lequel est peint le mural, nous avons compris qu’ils espéraient attirer des touristes dans le quartier, notamment en vue du centenaire de l’Easter rising qui approchait. La raison d’être principale du mural, sous prétexte du centenaire, est aussi de nature lucrative. Le mural ayant un certain coût, il peut être vu comme un investissement pour le présent et le futur.

Mural en mémoire de l'Easter rising - Falls Road - 03.03.2016 - Cécile Walder
Mural en mémoire de l’Easter rising – Falls Road – 03.03.2016 – Cécile Walder

Les murals jouent ainsi de plus en plus un rôle économique. Ils sont inclus dans de nombreuses visites touristiques, en premier lieu les black cabs, mais les guides des Open bus city tours y font aussi référence. Une industrie du dark tourism s’est développée, où l’intérêt est historique, mais également sensationnel. On s’intéresse aux événements douloureux des Troubles, et cette industrie joue beaucoup avec le thème de notre travail: les émotions.

Le dark tourism est défini par Fabrice Folio comme étant “une forme de visites associées à l’affliction, aux tragédies et à la détresse sociale et économique” (Folio : 2015). Cette forme de tourisme est fondée sur le sensationnel et les émotions fortes. C’est un processus qui capitalise les émotions et en fait une source de revenu. Le fait, par exemple, que les guides touristiques soient des personnes qui ont vécu de près le conflit rend l’expérience touristique plus “vraie” et “authentique”.

Le dark tourism est aussi une façon de “mémorialiser” le passé (Assayag, 2007), en rendant tangible la mémoire des tragédies. En étant sur place, les touristes peuvent s’imprégner des lieux et vivre une expérience sensorielle que n’offrent pas les manuels d’histoire. Il a un rôle éducateur.  

L’attitude des Irlandais du Nord face au dark tourism est plutôt ouverte. Plusieurs personnes qui ont répondu à notre questionnaire se sont dits favorables à l’expansion du tourisme dans leur ville. Stan les adorent: « I love the tourists ». Un homme de Derry [3] aime les murals pacifiques « They keep tourism ». Une femme de Broadway [4] est plus pragmatique : « I don’t matter that tourists are coming. It’s part of it. ». Cependant, des questions s’élèvent sur la façon de faire les présentations touristiques et les souvenirs qu’en gardent les touristes. Comment s’articulent les discours des acteurs touristiques?

Discours proposés aux touristes : quelle dimension idéologique?

Suite à notre tour en black cabs, nous avons remarqué, en parlant avec d’autres étudiants, que les tours proposés ne sont pas aussi personnels qu’ils paraissent à première vue. Il y a une sorte d’accord sur les points à mettre en valeur et les détails à accentuer. Ainsi, pratiquement tous les chauffeurs ont insisté sur la jeunesse des victimes du conflit du côté républicain et sur la mise en valeur de la part des loyalistes de Stevie Top gun [5], un homme qui aurait tué 43 catholiques. Notre chauffeur a également soulevé le fait que d’après lui, les murals loyalistes montrent l’amertume des protestants « The protestant are bitter. They have a  memorial mural for a killer » [6].

Le discours peut donc être remis dans un contexte plus large en tant que discours républicain visant à susciter la compassion et la révolte du touriste qui l’écoute. Le discours vise clairement à rallier le touriste à la cause républicaine. Quand ce n’est pas le mural qui crée des émotions chez le touriste qui le regarde, c’est bien le discours qui y est associé. Les acteurs touristiques jouent donc un grand rôle dans la manière dont les touristes voient les murals, et surtout le conflit qu’ils représentent. Les auteurs de Feeling and Tourism studies confirment cet aspect: “It is in these places of ongoing political unrest that tourists, and tour guides, feel connections and divisions. In other words, emotions bind some touring bodies to nations and political allegiances, yet other bodies are marginalised.” (D.M. Budha: 2014, 111) Certains faits sont donc accentués alors que d’autres tendent à être omis. (Les actions de l’IRA par exemple ne sont pratiquement pas mentionnées par les guides du côté républicain.) Selon ces mêmes auteurs, les guides touristiques prennent des rôles politiques et vont plus loin en disant aux touristes ce qu’ils doivent penser ou ressentir. Avec l’exemple des guides touristiques de Jordanie, les auteurs soulignent le désir d’améliorer l’image que les touristes ont des Arabes et de l’Islam et de rétablir leur dignité. (D.M. Budha: 2014, 101) Observons-nous le même phénomène à Belfast, c’est-à-dire la volonté d’exporter une meilleure image de soi? Et est-ce que les discours rencontrent un écho chez les touristes qui les écoutent ? Les émotions permettent-elles toujours de fédérer des personnes autour d’une cause ? En tout cas, elles amènent les personnes à se positionner d’une certaine manière face au conflit. Selon Bernard Julien, « les jugements des individus, en fonction de leurs croyances et de leurs désirs, occupent ici une position prépondérante dans l’émotion » (Julien: 2015). Or, dans notre discussion avec les représentants de l’office du tourisme de Belfast, il est ressorti que les discours divergents des acteurs touristiques sont un des problèmes majeurs pour la ville. En effet, il y a une certaine concurrence entre les opérateurs touristiques nationalistes et loyalistes, chaque côté voulant donner sa vision du conflit. Une autre variable à prendre en compte, comme le souligne une professeure d’une cinquantaine d’année, est le manque de compréhension des touristes « The problem is, they don’t understand sectarianism. » [7] Les connaissances préalables des touristes peuvent avoir un impact sur leur perception, mais aussi sur leurs émotions. Un guide touristique israélien témoigne: selon leur background, les touristes sont plus ou moins choqués de ce qu’ils voient et entendent. (D.M. Budha: 2014, 110). Dans le contexte du dark tourism, le niveau d’information peut donc influencer la force des émotions.

Même si nous n’avons pas pu faire des entretiens plus approfondis avec les touristes rencontrés à Belfast, nous pouvons dire que leur expérience touristique est fortement liée à leur ressenti émotionnel.

Sentiments ambivalents : les touristes face au mural de Bobby Sands

Les données provenant des touristes [8] ne sont pas nombreuses : nous avons pu donner le questionnaire à trois touristes des Pays-Bas (deux femmes et un homme de 52, 54 et 32 ans respectivement) ainsi qu’à un couple britannique d’un cinquantaine d’années. Ces derniers étaient  à Belfast pour un jour.

Chose intéressante, une touriste néerlandaise s’est distinguée en étant la seule à avoir choisi toute une liste d’émotions : alarmed, angry, annoied, concerned, hurt. Ces adjectifs plutôt négatifs vont avec sa remarque : « young people getting killed sometimes for no reason ». Ses deux accompagnateurs ont eux aussi chacun eu un choix solitaire : suspicious et enraged, même s’ils se considèrent plutôt neutres.

Les touristes journaliers britanniques soulignent la tristesse que soulèvent les morts et le soulagement que ce soit du passé. « Part sadness that it’s here because of the Troubles, fighting and deaths etc… Part relief that’s now history, we can remember and learn form the conflict and the waste of lives and suffering and to try to respect other views, cultures and religions in the future ». Pour résumer, les deux ont choisi entre autres free et grief.

On observe que malgré la distance existante avec le conflit (aucune des personnes mentionnées ci-dessus n’a vécu les évènements sur place), ces visiteurs ont ressenti quelque chose en voyant la peinture de Bobby Sands. Ces émotions sont même plutôt fortes, voire engagées. Cette image a donc un pouvoir mobilisateur. Nous pouvons affirmer qu’il existe une sorte de lien émotionnel entre les touristes et les murals. Qu’en est-il des Belfastois eux-mêmes? Que représentent les murals pour eux aujourd’hui?

Les Belfastois et “leurs” murals

Quel est le rôle des murals pour les Belfastois ?

Le rôle premier des murals était d’être vu par la communauté elle-même. Dans le documentaire Art of Conflict, Bill Rolston, sociologue à l’université de Queens à Belfast et spécialiste des murals, explique : « The most important thing I would say about them that’s interesting is that most of these murals are in the heart of communities, the heart of working class communities. So their message is not to the outside world, not even to the tourists who come out in the thousands. But they’re message to these communities. “Are you with us? Are you against us? Are you in agreement with where we stand?” This is the community voice. » (Art of Conflict, 2012). Les murals ont donc une fonction de perpétuation des valeurs communautaires. Cet aspect des murals a été souligné par plusieurs de nos interlocuteurs : il est important de garder le passé pour les générations d’après pour qu’elles puissent regarder et connaître l’histoire.« It’s part of our history » (mère (45) et fille (18) de Broadway) [9]. Les émotions qu’ils suscitent chez la population locale ont pour but de leur rappeler la cause de leur lutte, la cause du conflit. Ils présentent la « lutte telle que la perçoivent les Républicains » (Maillot : 1997). Ils sont comme un rappel quotidien. David Ervine, un peintre muraliste, les compare à un crieur public « They’re like a town crier ». (Art of Conflict, 2012). Les murals font partie de la vie de tous les jours : plus leur message se répète, plus leur affirmation gagne en force. Le mural a un impact tant qu’il est là, une fois enlevé il ne reste que dans les mémoires et perd sa force de répétition. « Whatever you can say about these murals, you cannot accuse them of being apathetic. These are politically strong statements. The are communities saying, “Look, this is what we’ve gone through, this is what we believe, this is what we want.” And so they’re very, very powerful images. » (Bill Rolston, Art of conflict) Certains murals républicains ont été érigés en soutien à l’IRA et ses activités. L’IRA, comme tout groupe paramilitaire, avait besoin du soutien moral de sa communauté pour exister et légitimer cette existence. Les murals ont donc une double « fonction didactique » : ce sont des instruments de propagande et d’éducation (Maillot : 1997). Ils sont aussi instrumentalisés par les acteurs politiques. En évitant « la multiplication des graffitis », les murals permettent au « Sinn Féin de contrôler ce qui se dit/lit sur les murs républicains, et d’assurer une mainmise idéologique sur le quartier ». (Maillot : 1997). Les émotions qu’ils évoquent sont donc très importantes pour avoir un impact maximal dans la pensée des individus. Les républicains ont choisi de prendre la voie du romantisme, en représentant des héros issus de leur communauté, avec comme figure de proue Bobby Sands.

Point de vue divergents face au mural de Bobby Sands

Les émotions suscitées par les murals républicains s’inscrivent principalement dans une logique d’héroïsation et de romantisme, comme on peut l’observer pour la fresque de Bobby Sands. En effet, selon Maillot, « les grèves de la faim donnent à la lutte une dimension humaine, permettant aux républicains de contrer la propagande officielle visant à présenter les Volontaires de l’IRA comme des psychopathes et des terroristes (…) Bobby Sands devient vite le prototype du héros républicain, dévoué à sa cause, victime de l’injustice de tout un système. Depuis 1916, c’est la première fois que les républicains peuvent mettre en avant le sacrifice de l’un des leurs aux mains des oppresseurs. Les évènements aidant, Bobby Sands allait devenir une légende (…) L’effigie de Bobby Sands devient le symbole numéro un de la résistance. » (Maillot : 1997)

Les réponses dans nos questionnaires confirment cet aspect : la population locale est très touchée par la grève de la faim de Sands et le conserve en souvenir en tant que héros. Les termes héros ou légende reviennent souvent et sont associés à la fierté. Une femme de 41 ans, habitante de Falls Road [10] écrit : « Bobby Sands died a horrible death for us. I think this is beautiful. He’s my hero ». Robert, du bureau du Sinn Féin, dit que le mural est « an inspiration for people who see it, especially irish republicans who continue Bobby Sands struggle for irish freedom and independance. He is my hero ». Une femme de Broadway, 45 ans [11], écrit : « He’s a legend ». Les personnes qui se souviennent de Bobby Sands comme un héros sont de la même génération, tous autour de la quarantaine.

Bobby Sands est identifié à un symbole de la lutte pour la liberté et l’indépendance.  Bill Rolston résume : «Republicans obviously regard Bobby Sands as the prototypical hero, the man who stood to the might of Britain and used the ultimate weapon, the weapon that they could not take away from him, which was his own life » (Art of conflict, 2012). D’autres personnes se sont ajoutées à liste des martyres républicains et des murals sont peints en leur mémoire. Un sexagénaire du quartier de Ballymurphy [12] où se situe un mural représentant trois volontaires de l’IRA pense que représenter les personnes du quartier est l’atout principal des murals. « It reflects people. »[13] Ces portraits ont donc pour but d’évoquer des émotions positives telles l’admiration, la fierté, le respect face à ces personnes, parfois presque sanctifiées.

La version plus romantique du côté catholique avec la présence de nombreux héros, présentés en martyrs de la cause républicaine, est moins menaçante que les gunman représentés par les murals loyalistes. Selon Naomi Doak, les murals républicains attirent plus de sympathie justement grâce à la valorisation du passé romantico-celtique. (Notes du carnet de terrain)

Bien que nous observions l’héroïsation de Bobby Sands par la communauté locale, nous avons rencontré des personnes critiques envers cette tendance. Une étudiante protestante de la Queens University [14] pense que la reproduction et la sur-représentation de ce mural va à l’encontre du processus de paix et du lissage des tensions, en rappelant l’engagement controversé du personnage.[15] Une Belfastoise d’une cinquantaine d’année rencontrée devant ledit mural a elle aussi exprimé son scepticisme. Selon elle, Bobby Sands est « idéalisé ». Les personnes lui attribueraient des qualités posthumes, comme « par exemple le fait qu’il soit un poète ». Elle exprime également l’opinion qu’il n’aurait « pas été assez cultivé pour faire de la politique ». Cette femme se sent aliénée face au mural, car il ne permet pas de « construire les ponts vers le futur et le 21ème siècle ». Elle veut être « neutre, aller de l’avant tout en respectant le passé ».

Ces deux personnes viennent du milieu académique, l’une étant étudiante à l’université de Queens, et l’autre étant professeure. Les autres professeurs que nous avons rencontrés lors de notre visite à l’Université de Queens semblaient eux aussi très détachés du conflit et le considéraient d’une façon distanciée. Est-ce donc le milieu de l’éducation supérieure qui amène les individus à prendre du recul?  

Pratiquement tous les Belfastois républicains interrogés expriment un certain attachement aux mural de Bobby Sands, et surtout les résidents de Falls Road. Une catégorie particulière des habitants de Belfast sont les peintres muralistes, les auteurs des murals.

Peintres et murals: expression d’émotions personnelles ou collectives?

Quels sont les sentiments du peintre lui-même face à « son » mural ? Nous avons rencontré Danny Devenny un peu par hasard le jeudi matin, pendant notre deuxième moment de terrain, alors qu’il avait rendez-vous avec un autre groupe d’étudiants. Il est probablement le peintre muraliste le plus connu de l’Irlande du Nord. Il est l’auteur d’une grande partie des murals de Falls et s’engage fortement pour le processus de paix à sa manière, c’est-à-dire en peignant des murals avec un artiste loyaliste, Mark Ervine (le fils de Bob Ervine qui était un des premiers peacemaker de l’Irlande du Nord). A travers la courte discussion que nous avons eue avec lui ce jeudi matin et ses propos dans le documentaire Art of Conflict, nous avons constaté que les peintres muralistes ne représentent pas seulement les sentiments de la communauté, ils se définissent eux-mêmes comme militants politiques et ont souvent des liens très personnels envers le mural ou le sujet du mural.

Dans Art of Conflict, Danny Devenny parle de son rôle de soutien communautaire à l’IRA et au Sinn Féin. « Elles (les peintures murales) expriment le soutien pour l’IRA, pour les républicains en général, elles revendiquent des droits sociaux, ou bien le droit pour le Sinn Féin à être intégré dans les discussions concernant l’avenir de l’Irlande du Nord. » (Maillot : 1997). Ces propos reprennent l’idée de la transmission des valeurs communautaires à l’interne comme à l’externe du quartier en ce qui concerne les enjeux politiques de l’Irlande du Nord. Les artistes, dont Devenny, ne se considèrent pas comme tels (ils n’ont d’ailleurs que rarement suivi une formation artistique) mais se voient comme des militants politiques qui, grâce à leur peinture, exprime « une réaction par rapport au quotidien ». (Maillot : 1997) « On ne fait pas de l’art pour l’art, mais on peint pour réagir face aux évènements. On fait un travail pour le Sinn Féin, pour l’IRA, pour le mouvement républicain, au même titre que le militant politique ou le Volontaire de l’IRA. » Et à Devenny d’ajouter « I see myself as a political activist.” (Art of Conflict, 2012). Les témoignages de deux peintres muralistes loyalistes font le lien entre les sentiments communautaires et les sentiments personnels des peintres. « I’ve never regretted any of my work, you know, cause at the time it was the feelings. It was representing my feelings and the community feelings through the art.  » David Craig, un autre peintre muraliste loyaliste, parle de fierté: « I get a sense of pride out of it. You know, people came and asked me to basically represent their feelings and basically my own feelings as well, to put it on a wall, in a picture.» (Art of Conflict, 2012)

Danny Devenny connaissait personnellement Bobby Sands. Pour lui, ce mural est d’abord peint en sa mémoire. Dans l’interview qu’il donne dans le documentaire Art of Conflict, il parle aussi des émotions que ce mural déclenche chez les loyalistes. « I knew Bobby very well. He was just a lovely person. What really inspired me about him was: he was just so full of energy about everything. It’s funny – the smiling face of Bobby Sands on the Falls road mural – I always thought it was funny. That’s kind of interesting to me, you know, there are other murals there, where you’d find the British soldiers and the RUC. They seem to hate that mural more than anything else. In fact, hours later I completed the mural the first time, RUC personals in jeeps came along and threw paint at it. But I guess of the smiling face, you know. It’s Bobby’s own philosophy: “ Our revenge will be the laughter of our children”. And they can’t handle that. They can’t handle that this confident young man gave his life for this cause. » (Art of Conflict, 2012) »

Lors de notre rencontre, Devenny en a profité pour nous montrer un détail du mural de Bobby Sands, le joueur d’accordéon qui est représenté en bas à droite. En fait, il s’agit d’une peinture de Jef Aérosol, street-artist français, qui, une nuit, l’a peinte en cachette. Selon Devenny, ce n’est pas une marque de non-respect, mais l’hommage d’un musicien pour un artiste. (En effet, les Républicains se souviennent de Bobby Sands comme un poète car il a écrit plusieurs poèmes en prison.) Devenny pense que Sands aurait sûrement aimé cette philosophie et, en accord avec la communauté de Falls, la décision a  été prise de laisser le joueur d’accordéon et Devenny a ajouté des paroles de chanson au-dessus. Cette petite anecdote montre la notoriété de Bobby Sands à travers le monde et le respect que lui vouent les artistes, mais aussi le fait que cette oeuvre appartient à la communauté.

Détail ajouté par le street artist Jef Aerosol sur le mural de Bobby Sands - Falls Road - 01.03.2016 - Cécile Walder
Détail ajouté par le street artist Jef Aerosol sur le mural de Bobby Sands – Falls Road – 01.03.2016 – Cécile Walder

 

Quel avenir pour les murals et le tourisme des émotions ?

L’approche par les émotions a révélé des logiques très différentes selon les groupes qui nous en parlaient. L’héroïsation et la mise en avant de valeurs à l’intérieur de la communauté permettent la transmission de la culture républicaine. Or, ces idées sont actuellement aussi exportées à travers le tourisme. C’est ici un grand défi pour les autorités car il s’agit de garantir une compréhension plus objective de l’histoire du conflit en Irlande du Nord à travers les supports touristiques. Les murals sont perçus comme un héritage, mais aussi comme un obstacle pour le futur. Suite à ces remarques, plusieurs pistes de réflexion s’ouvrent à nous.

Une des pistes de réflexion qui expliquerait la pérennité des murals est le besoin pour les communautés de donner sens à ce qui s’est passé, à légitimer les pertes, les sacrifices, mais également les actes de violence qui ont été perpétrés. Si, du jour au lendemain, tous les murals sont enlevés, quel message est envoyé aux populations qui ont été les plus actives durant la période des Troubles? Est-ce qu’on ne leur enlève pas également une forme d’expression qui légitime leur histoire?

Dans un sens, ces murals sont un soutien moral aux acteurs du conflit, qui n’ont plus besoin d’être encouragés pour se rallier à la cause, mais d’être soutenus pour continuer à vivre avec eux-mêmes et avec les actes qu’ils ont commis (ou subis).

Cependant, ce procédé a pour conséquence d’encourager la haine de l’autre. Tant qu’ils sont là, les murals rappellent au quotidien le conflit et les animosités entre les deux communautés. Leur présence entrave-t-elle le processus de paix? Les murals sont aussi définis comme héritage culturel. Or, à quel point des marques de conflit peuvent-elles devenir un héritage culturel? Un héritage culturel n’est jamais neutre. Ce dilemme n’est pas seulement présent pour les locaux mais s’accentue d’autant plus avec l’ouverture de Belfast et l’avènement du tourisme. Les touristes sont en général à la recherche d’émotions, que ce soit dans le tourisme d’aventure, le tourisme de wellness ou le dark tourism (D.M. Budha: 2014). Les auteurs de Feeling and tourism studies appellent à prendre davantage en compte les émotions dans les études sur le tourisme. “Our call for an emotional turn in tourism – “emotional tourism” or “tourism of emotions” – recognize the need to consider embodied emotions as socially and culturally constructed and should not be ignored in tourism studies.” (D.M. Budha: 2014, 111). Ces sentiments d’opposition et les différents points de vue du conflit sont transmis par les acteurs touristiques. Pourquoi les acteurs touristiques évoquent-ils aujourd’hui encore ces émotions dans leurs discours et pourquoi en susciter chez les touristes précisément? Est-ce, comme dit plus haut, une manière de se légitimer face à la communauté internationale, afin d’être mieux compris ? Est-ce par peur d’être oubliés, face aux nombreuses crises économiques, politiques et migratoires du moment?

Il reste également le problème de savoir quelles sont les connaissances préalables des visiteurs. La ville doit trouver un moyen de les “mettre à niveau” leurs connaissances mais aussi d’harmoniser les récits. Pour réellement pouvoir donner l’image d’une ville en processus de paix alors que le dark tourism et le danger-zone tourism (Buda et al. : 2014) s’étendent davantage, le défi que vont devoir relever les autorités est de créer des fondements communs entre les différents acteurs touristiques, comme l’a souligné Naomi Doaks lors de la conférence sur le tourisme à Belfast. [16]

Retour réflexif

Notre premier travail de terrain à Belfast a été un vrai défi, mais en défi intéressant. Il a été  frappant de constater comment cette ville oscille entre deux extrémités : d’un côté il y a les traces physiques ainsi que psychologiques laissées par les Troubles et de l’autre côté il y a la volonté de se reconstruire. Ce travail nous a permis d’interagir directement avec les Belfastois et c’est à travers leurs mots que nous avons repéré ces sentiments contrastés. En effet, ils étaient souvent très ouverts à la discussion et avaient envie de transmettre leur message et leur histoire. A ce sujet, une première difficulté qui a émergé est la barrière linguistique. Effectivement, l’accent nord-irlandais est très fort, surtout dans les quartiers populaires, où nous avons réalisé la plupart de notre terrain. Il était souvent difficile d’être subtil dans notre approche, mais également de saisir les subtilités des propos qui nous étaient tenus. Il était aussi difficile de rebondir sur ce qui nous intéressait, ou d’approfondir les points sensibles. Cela en raison de la langue d’une part, et du fait qu’il s’agissait de notre premier travail de terrain de l’autre.

De plus, nous travaillions sur les émotions et ce thème est délicat. Il était difficile pour nous de trouver les mots justes et le bon angle d’approche. Nous avons souvent remarqué une certaine réticence de la part de nos interlocuteurs, qui avaient tendance à contourner les questions en rapport avec les émotions ou à être très brefs dans leurs réponses. Les émotions sont ce qu’il y a de plus personnel et intime, et d’en parler librement n’est jamais chose facile. Nous avons également perçu un rapport conflictuel entre le « nous » en tant que « chercheuses » et le « nous » en tant que « touristes ». Nous avons dû apprendre à gérer ces deux côtés.

Enfin, notre recherche sur place s’est révélée être un “terrain fertile” à la production d’idées: elle a offert une multitude de pistes, ainsi que des découvertes que nous avons eu envie d’explorer plus en profondeur. Pour éviter le risque d’égarement, il a fallu savoir exploiter ces idées, en tirer l’inspiration, pour mieux définir et cibler la problématique. Si nous n’avions pas étés limitées par le temps, il aurait été intéressant de faire de plus longs entretiens.

Bibliographie

  • Bernard J., « Les voies d’approche des émotions », Terrains/Théories, n°2, 2015, [en ligne], URL : http://teth.revues.org/196, Consulté le 09.01.2016

Cet article traite de la façon dont les émotions peuvent être traitées dans le cadre de recherches en sciences sociales. Il est particulièrement intéressant car il explique en quoi récolter les émotions des chercheurs peut être un bon complément à la recherche.

Cet article traite des émotions dans le contexte touristiques en Palestine et en Israël. Les auteurs utilisent la notion de danger-zone tourism et plaident pour une meilleure prise en compte des émotions dans les études sur le tourisme.

Cet article en anglais présente la façon dont sont utilisés les murals d’Irlande du Nord actuellement: vendus à travers le tourisme d’une part et porteurs de message de paix de l’autre part. L’auteur donne également un panorama des acteurs qui se partagent les murals (ex-détenus,  municipalité et  autorités) et propose quelques exemples de murals.

  • Folio F., « Critiques et enjeux du Dark tourism à travers la focale sud-africaine », EchoGéo, n°34, 2015, [en ligne], URL : http://echogeo.revues.org/1437, Consulté le 01.05.2016.

Cet article rend compte de l’étude du dark tourism en Afrique du Sud. Il nous a permis de mieux comprendre le concept de dark tourism.

Cet article présente les peintures murales républicaines (contexte historique, thèmes préconisés) dans un ordre chronologique.

  • MSF Press, The Belfast murals guide, 2014

Ce petit guide touristique des murals de Belfast donne pour chaque mural un rapide historique, la localisation GPS et le contexte. Il nous a été utile pour choisir le mural sur lequel nous avons travaillé et pour les comprendre.

Sitographie

Ce site internet nous a renseigné sur les tendances actuelles du tourisme à Belfast.

Ce site internet recense à l’heure actuelle 223 murals et les cartographie avec un code de couleur. Les murals républicains/nationalistes sont en vert, les murals loyalistes/unionistes en rouge et en bleu ce sont les murals socio-culturels. Cette page web est en cours d’élaboration, elle a été crée en 2014 et a comme but de référencer davantage de murals. Ce site nous a servi pour avoir un aperçu de la localisation des murals.

  • Cain Web service – Conflicts and Politics in Northern Ireland, [en ligne] URL: http://cain.ulst.ac.uk, Consulté le 05.02.2016

Ce site internet, Cain (pour Conflict Archive on the INternet), affilié à l’université de Ulster, présente des informations sur la période des troubles et sur la politique de l’Irlande du Nord depuis 1968. Il référencie énormément de sources, d’archives, de chiffres (databases) et présente plusieurs extraits de livre consultables en ligne. Il a l’avantage d’être classé par sujet, d’être clair et de rendre l’information facilement accessible. Nous l’utilisons aussi pour rechercher des informations sur les murals que nous avons choisis, notamment leur auteur, la date de création ou encore la signification des symboles qu’ils représentent.

Vidéographie

  • Vaughn V., Art of Conflict, documentaire historique, 2012, 73 min

Ce documentaire traite des peintures murales de Belfast, des messages qu’ils expriment.

Iconographie

  1. C. Vetter, Mural de Bobby Sands, Falls Road, Belfast, 01.03.2016
  2. C. Walder, Mural en mémoire de Bobby Sands, Falls Road, Belfast, 01.03.201
  3. C. Vetter, Copie de la photo de Bobby Sands et plan des murals du quartier de Falls, 04.05.2016
  4. C. Walder, Mural en mémoire de l’Easter Rising, Falls road, Belfast, 03.03.2016
  5. C. Walder, Détail ajouté par le street artiste Jef Aérosol sur le mural de Bobby Sands, Falls Road, Belfast, 03.03.2016

Notes de bas de pages

  1. Belfast City council, [en ligne], URL: http://www.belfastcity.gov.uk/tourism-venues/tourism/tourism-about.aspx  (visité le 01.05.2016)
  2. Belfast City council,  [en ligne], URL: http://www.belfastcity.gov.uk/tourism-venues/tourism/tourismfacts.aspx (visité le 01.05.2016)
  3. Interrogé le mardi 1er mars 2016, Falls, devant le mural
  4. Interrogé le jeudi 3 mars 2016, Falls, devant le mural
  5. Sur la rue de Hopewell Cress Road, dans le quartier de Shankill
  6. Notes du carnet de terrain, mardi 1er mars 2016
  7. Interrogée le jeudi 3 mars 2016, Falls, devant le mural
  8. Interrogés le jeudi 3 mars 2016, Falls, devant le mural
  9. Interrogés le jeudi 3 mars 2016
  10. Interrogée le mardi 1er mars 2016, Falls, devant le mural
  11. Interrogée le mardi 1er mars 2016, Falls, devant le mural
  12. Quartier républicain, près de Falls Road, adjacent au quartier loyaliste de Shankill
  13. Interrogé le mardi 1er mars 2016, Ballymurphy
  14. Lors de notre voyage d’étude, nous avons participé à un cours de sociologie à la Queens University. Le thème étant l’utilisation controversés des drapeaux en Irlande du Nord, le cours a pris la forme de discussion pas petits groupes avec les étudiants de Belfast.
  15. Notes du carnet de terrain, jeudi 3 mars 2016
  16. Notes du carnet de terrain, vendredi 4 mars 2016

Entre préservation et destruction: la place des murals de Belfast

Par Assmaa Shaban, Estelle Pannatier, Laura Perez & Sophie Compagnon 

L’art a souvent une dimension contestataire et il est fréquent que des artistes prennent position pour des causes qui leur sont chères. Mais dans certains cas, l’art peut devenir le dernier moyen d’expression des individus ou des populations lorsque ceux-ci n’ont plus d’autres moyens de communiquer leurs revendications. C’est le cas notamment en Irlande du Nord, où l’art, sous la forme des murals, est devenu une véritable arme durant le conflit qui a opposé les Loyalistes et les Républicains durant le 20e siècle.

A Belfast, les premières fresques loyalistes sont apparues au début du 20e siècle et comme le rappelle B. Rolston, elles étaient peintes à l’origine durant les festivités qui commémoraient la bataille de Boyne du 12 juillet 1690 (Rolston B., 1992, p.1). La population protestante profitait de cette opportunité pour réaffirmer sa loyauté à la Couronne d’Angleterre et sa suprématie sur la population de confession catholique (Tosser R., 2009, p.5). Ainsi, selon P. Pragnère, “tout en revendiquant unionisme et loyalisme envers la Grande-Bretagne, ces peintures étaient déjà le symbole d’une affirmation de propriété sur l’espace public et sur l’espace proprement dit” (Pragnère P., 2009, p.3). D’après N. Jarman, les fresques loyalistes représentaient en général des thèmes hérités de la tradition d’Orange ou des groupes paramilitaires (Jarman N., 2001).

Les murals républicains sont apparus plus tardivement. En effet, ce n’est qu’à partir du développement violent du conflit que cette pratique se répand chez les Républicains. Ils traduisaient un rééquilibrage des rapports de forces entre Républicains et Loyalistes et “constituaient une réponse symbolique à la domination protestante” (Pragnère P., 2009, p.3). C’est dans la période 1979-1978, après la mort de Bobby Sands, premier gréviste de la faim, que s’est répandue à grande échelle la peinture de murals républicains (Tosser R., p.5). Ceux-ci étaient peints en soutien au mouvement de protestation des prisonniers républicains qui réclamaient le maintien de leurs statut de prisonniers politiques (Pragnère P., 2009, p.4). Les thèmes de ces fresques s’inspiraient donc de la résistance du parti républicain Sinn Féin et de l’IRA, le principal groupe paramilitaire républicain. Après le cessez-le-feu de 1994, lorsque Sinn Féin cherchait à légitimer son existence en tant que parti politique officiel, les peintres républicains ont commencé à remplacer les anciens thèmes par des sujets liés à la communauté culturelle nationaliste, irlandaise ou encore celtique (Jarman N., 2001, p.9-10).

Au fil du temps, de plus en plus d’auteurs de fresques ont commencé à représenter des sujets internationaux. Ainsi, sur l’International Wall, des fresques s’inspirant d’évènements qui ont lieu dans d’autres parties du monde sont régulièrement peintes. Après l’accord dit du “Vendredi Saint” signé en avril 1998, les murals à caractère militaire ont peu à peu laissé la place à de nouveaux thèmes. Ceux-ci retracent notamment des moments forts de l’histoire des quartiers de la ville comme l’univers du livre Narnia, dont l’auteur C.S. Lewis est né à Belfast, ou le Titanic qui a été construit dans la ville. En effet, comme l’évoque le film “The Art of Conflict”, réalisé par V. Vaughn en 2012, de nouvelles représentations voient le jour sur les murs de certains quartiers, dans le but de fédérer les deux communautés et de créer une société en paix.

Les murals sont ainsi devenus, selon N. Jarman “l’indice visuel le plus représentatif des troubles, et l’icône par excellence du Belfast contemporain” (Jarman N., 2001, p.8). Durant le conflit, ces fresques ont été le vecteur de diffusion d’un sentiment identitaire qui a conduit au renforcement du communautarisme (Jarman N., 2001, p.8). Mais si l’art a été utilisé comme arme par les deux parties durant le conflit, la place de ces fresques, à caractère violent parfois, est aujourd’hui remise en question dans le contexte du processus de paix. Les autorités et les communautés locales doivent en effet décider si elles entendent préserver ou détruire cet héritage controversé.

Parmi la multitude d’approches envisageables, nous avons choisi de baser notre démarche sur la perception de cette problématique par les habitants. En effet, selon nous, la compréhension du ressenti de la population est fondamentale pour l’élaboration de solutions durables. Ainsi, lors de notre voyage d’étude à Belfast, nous avons cherché à interroger des habitants afin de comprendre comment la violence symbolique qui s’exprime au travers des murals hérités des troubles est vécue par les Belfastois. Nous avons également tenté de saisir quelle était la place que les habitants attribuent aujourd’hui  à ces fresques et comment ils envisagent l’avenir des murals.

Nos hypothèses de travail ont été les suivantes:

  • Les Belfastois sont encore profondément touchés par la présence de ces murals
  • Les murals ont une place encore importante dans la vie des Belfastois qui ne souhaitent par conséquent pas voir les fresques détruites.

Méthodologie

Analyse des données

Conclusion

Bibliographie

Jarman N., 2001, “Fragments et strates : Décryptage de la géographie sectaire de Belfast” in Bromberger Ch., Morel A. (ed.) Limites floues,frontières vives : Des variations culturelles en France et en Europe, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Mourlon F., 2012, “Official Responses to Dealing with the Past in Northern Ireland: Between Remembering and Forgetting “, E-rea, 10.1.

Pragnère P., 2009, “Peintures murales en Irlande du Nord et au Pays basque : mobilisation populaire et création d’identité nationale”, Les Cahiers du MIMMOC, n°5.

Roston B., 1992, Drawing support: murals in the North of Ireland, Belfast, Beyong the Pale Publications.

Tosser R., 2009, “Fresques et marches orangistes”, Les Cahiers du MIMMOC, n°5.

Vaughn V., 2012 “Art of conflict” [Film documentaire].