Archives de catégorie : Mur des super-héros

Données et Analyse

Nous allons présenter nos données par thématiques, regroupant ainsi des informations obtenues de différentes sources pour en faire le lien et les analyser en faisant ressortir des tendances.

1) Projet du mural:

[Informations récoltées avant le voyage] Le projet du mural des super-héros date de 2013 et a été réalisé par Danny Devenney, peintre républicain spécialisé en murals, avant quoi le mur abritait des graffitis. Le design de cette façade a été imaginé par les jeunes de la communauté du quartier, et sa réalisation a été possible grâce au support de plusieurs organisations: the Housing Executive Sliabh Dubh Residents Association, the Fold Housing Association, the Black Mountain Shared Spaces Project et the Upper Springfield Development Forum1. Ces différentes associations de quartier ont toutes pour objectif une bonne cohésion sociale des habitants. Le programme du Building Relationships in Communities, appelé BRIC, est celui qui a commandé la réalisation de cette peinture, avec le but d’embellir les relations entre les habitants de la région, étant donné que le but premier de ce programme est celui de l’amélioration de relations entre différentes communautés de l’Irlande du Nord.
[Données d’entretien] L’aboutissement du projet du mural sur les super-héros a rencontré quelques soucis. En effet, les opposants au mural soulignaient le fait que peindre une telle fresque tuerait l’histoire et que des représentations du conflit seraient plus éducatrices et bénéfiques pour les enfants.

[Questionnaire aux passants] Ce mural était destiné aux enfants du quartier.

Analyse: Nous avons pu récolter les informations de factuelles en amont. Nous nous sommes aperçu que, contrairement à ce que l’on pensait a priori, les passant ne savait pas grand chose du mural des super-héros. Du moins c’est le cas des quatre personnes que nous avons eu l’occasion d’interroger. S’ils ne le savent pas pertinemment, les passants interrogés ont cependant l’air d’avoir compris que le mural des super-héros est effectivement destiné aux enfants. Pour ce qui est des données récoltées lors de l’entretiens avec le conseiller Steven Corr, nous sommes dans l’obligation de le croire sur parole faute d’avoir une confirmation de ses propos par un potentiel contestataire du projet.

2) Mural des super-héros:

[Observations]

– Atmosphère: Les seuls points à relever sont la permanence du bruit des voitures passant sur la route principale, se situant juste à côté du mur, ainsi que les bavardages en provenance de l’école du quartier.

Analyse: L’atmosphère relevée semble en accord avec les objectifs premiers de la réalisation du mural, étant donné la proximité d’une école, qui garantit donc le passage d’enfants devant la fresque.

– Mesures: longueur d’environ 11m19.

Analyse: Ce mural est relativement long, par rapport à d’autres fresques que nous avons eu l’occasion d’observer à Belfast. Nous pouvons donc imaginer que ses dimensions augmentent son impact dans l’espace public.

– Situation du mural:

[Observation] Nous avons repéré une fresque commémorant les évènements du “Bloody Sunday” de 1972 à quelques mètres derrière notre mural.
Nous avons également découvert, de l’autre côté de la rue et perpendiculairement à notre mural, une fresque représentant des princesses Disney.
[Questionnaire aux passants] Le mural a été peint à cet emplacement, car le quartier de Sliabh Dubh existe depuis une dizaine d’années et est donc relativement récent, et car l’école primaire John Paul II se trouve aux alentours.
[Données d’entretien] Sliabh Dubh signifie “Black Mountain” en gaélique, en référence à la colline se trouvant à l’ouest du quartier. Avant de récemment être transformée en zone résidentielle, une fabrique se situait là où se dresse aujourd’hui le quartier.

Analyse:
– Le mot “massacre” en lettres capitales est visible de loin depuis la route ainsi que depuis le quartier résidentiel. Pour ces raisons, la mise en place du mural des super-héros sur les murs de l’entrée dans Sliabh Dubh à un impact d’autant plus fort, car la présence de ces personnages mythiques pour les enfants apporte de la couleur au paysage, contrastant avec la présence négative et sombre du mot “massacre” non loin de là.
– Nous observons que la notion de l’école primaire revient, ce qui signifie que notre supposition lors de l’observation de l’atmosphère du mural est vérifiée par l’un des habitants du voisinage.
– Le mural de princesses augmente considérablement la contribution de la représentation non-partisane dans l’espace public, de part ses aussi grandes dimensions que celui des super-héros.

– “Légende” du mural: Une plaque figure dans le coin de la fresque, en haut à gauche, stipulant: “Supported by bric programme through European Peace III programme”, et comportant également les logos de chaque entité ayant participé au projet de réalisation du mural.

Analyse: Le nom complet du programme est “EU Programme for Peace and Reconciliation in Northern Ireland and the Border Region of Ireland”, ce qui le rend pertinent avec notre sujet. De plus, il a été mis en action de 2007 à 2013, sa fin coïncidant parfaitement avec la planification et réalisation du mural des super-héros. Le but de ce programme était de renforcer le progrès vers la paix et vers une société stable et de promouvoir la réconciliation entre les communautés d’Irlande du Nord. Le programme visait à améliorer les relations communautaires au niveau local, tout en rendant compte du passé, et créer des espaces publics ouverts et partagés. La spécificité de ce projet est le fait que son financement fut en partie opéré par des association communautaires et des partis volontaires, qui étaient ensuite libres de contacter l’autorité responsable de leur région pour mettre vie à différents projets.
Le mural des super-héros a donc été réalisé à des buts dépassant le simple objectif de rendre heureux les enfants, comme ce que nous verrons plus loin, pensent les passants rencontrés.

3) L’impact du mural:

[Données d’entretien] Ce projet a l’avantage d’avoir permis aux jeunes de la communauté de s’exprimer d’une manière semblable à celle des peintres adultes.
[Questionnaire aux passants] Un de nos interrogés, un habitant du quartier, nous témoigna son ressenti d’une meilleure cohésion sociale depuis la présence des deux murals dédiés aux enfants dans le paysage. Il souligna également que ce mur anciennement vierge n’était pas respecté par les enfants, qui jetaient leurs ballons dessus, n’y portant aucun intérêt; fait complètement absent à présent que ce mur en question est recouvert de leurs idoles. Il nous fit part de son opinion sur le mural: grandir autour de fresques telles celle des super-héros est bénéfique pour les enfants, et la création de nouveaux murals semblables est, selon lui, un très bon moyen de construire un meilleur avenir pour les futures générations.
Un autre de nos interviewés était un homme du troisième âge, accompagné de son petit fils. Ils n’habitaient pas le quartier, mais au Sud de Belfast, et se trouvaient là, à prendre des photos, car ils avaient découvert l’existence de ce mural dans un livre et que l’enfant exprima l’envie d’avoir des photos de soi-même accompagné de ses héros favoris.
Les impressions étant le plus ressorties sont le fait que le mur des super-héros est très apprécié.

Analyse: Avec un but de faire ressortir le ressenti général des habitants sur la fresque et les effets de sa réalisation sur la communauté, nous nous sommes basées sur une analyse comparative des résultats du questionnaire, nous concentrant sur les points communs des réponses de sorte à en ressortir une tendance. Bien que nos résultats ne peuvent être généralisés, étant donné que notre échantillon n’est pas représentatif de la population, ils nous permettent tout de même d’avoir une vague idée de l’impact social du mural étudié.

L’information étant le plus ressortie est le bénéfice du mur des super-héros pour les enfants du quartier; et nous pouvons affirmer qu’au travers du fait que des habitants de Belfast se déplacent pour le voir, il est très apprécié par les jeunes générations et constitue une attraction qui les attire.
Le respect de jeunes envers le mur pourrait être considéré comme le résultat d’un impact éducatif de ce mural.

4) Région de Ballymurphy:

[Entretien] Il existe un projet en cours visant à relancer l’économie du quartier par la construction d’un nouvel hôtel destiné aux touristes à côté du cimetière de Ballymurphy, de sorte à créer des emplois pour les habitants des environs.
La zone de Ballymurphy observe déjà depuis un bon moment des problèmes de drogue et de suicide. Actuellement, deux projets de murals sont en cours et ont comme thème le suicide et comme objectif sa prévention. «Children can spell better the word suicide than the word happiness», qui veut dire “Les enfants savent mieux épeler le mot suicide que le mot bonheur”.
Lors du tour de la région avec le conseiller, nous avons découvert un mural relativement long sur Beechmount Avenue. Celui-ci est recouvert de portraits de victimes catholiques assassinées durant le conflit. Juste en face se trouve un mémorial aux morts ayant pris directement part au conflit et étant pour la plupart membres de l’IRA. Steven Corr nous précisa qu’un tel mural a une forte influence psychologique sur les enfants passant devant tous les jours sur leur trajet scolaire. Ce phénomène avait été sa principale motivation pour soutenir le projet d’un mur non-partisan, dont le contenu serait choisi par les enfants et donc beaucoup plus joyeux et positif pour leur moral qu’un nouveau mural traitant du conflit de Belfast. Il a aussi été inspiré par la citation de Bobby Sands présente sur le trottoir d’en face du mural “MURDERED”. Celle-ci dit: «Our revenge will be the lauther of our children», qui en français veut dire “notre vengeance sera le rire de nos enfants”.

Analyse: L’inquiétude des habitants de Belfast pour les futures générations tend à beaucoup ressortir lors de discussions avec eux. En effet, nous pouvons nous poser la question de l’impact du conflit sur les enfants et des mesures prises pour le minimiser. Notre hypothèse initiale, comme quoi l’art non-partisan serait un moyen d’atténuer l’héritage négatif du conflit, est corroborée par le discours du conseiller. Cela dit, ce postulat ne peut être étendu à d’autres personnes, étant donné l’absence de données supplémentaires à ce sujet.
Le mot “MURDERED” écrit en rouge et en gras parsème le mural de Beechmount Avenue, étant écrit sous chacune des photos et sautant directement aux yeux, scandalisant les évènements auxquels le mural réfère. Nous observons un phénomène de glorification des héros de guerre et de dénigrement des loyalistes, considérés ici comme des meurtriers de masse. La rue sur laquelle se situe ce mural a, de part le mémorial se situant en face et la mise en avant des événements macabres, un aspect de cimetière et de lieu de mémoire tragique.

5) Thématique du non-partisan:

[Questionnaire aux passants] Selon l’un de nos interrogés, les murals de Belfast traitant du conflit sont très éducatifs et ne devraient en aucun cas être retirés.

[Données d’entretien] La destruction d’un mural tel que celui des portraits “MURDERED” aurait un impact chaotique auprès de la communauté, car les visages sur ce mur sont familiers et appartiennent à des personnes que les habitants ont réellement connu. Le fait de garder ce genre de représentation macabre serait donc un moyen de perpétuer la gloire de ces victimes et d’évier des effusions de violence, ainsi qu’un outrage général.
Le point fort d’un mural tel que celui des super-héros serait, pour le conseiller, le fait qu’il apporte de la joie et de l’espoir aux nouvelles générations; en contraste avec les représentations dénonçant les loyalistes comme les coupables absolus de la mort d’un grand nombre de victimes.
Nous avons également appris lors de cet entretien que chaque région s’occupe des murals qui sont dans ses délimitations. Les fresques peintes sur les murs sont soit financées par le ministère, soit par des associations ou des groupes d’art. La mairie n’est aucunement inclue dans aucun projet de mural et aucune demande n’a besoin de lui être formulée pour la création de nouvelles fresques.
Steven Corr nous a appris que les murals non partisans constituent 10% de ceux de Belfast et se situent dans des quartiers périphériques, comme Sliabh Dubh. Cette politique de création de murals n’ayant aucun rapport direct avec le conflit entre les républicains et les loyalistes consiste à mettre en avant la culture et le sports. Il nous a expliquées qu’il ne s’agit pas d’effacer l’histoire, mais de mettre en valeur d’autres aspects de Belfast dont les citoyens peuvent être fiers et qui ne suscitent pas une émotion qui engendrerait des actes de violence. La localisation des muraux non partisans est choisie principalement au hasard, selon les lieux où il y a de la place.
Lors du tour, nous avons également été amenées devant une fresque non partisanne, sur Beechview Park, nommée Olympic medal winner, représentant le Titanic et les jeux olympiques. Steven Corr nous apprend que la peinture de cette fresque a coûté six milles livres sterling; fait déconcertant lorsque l’on observe son état d’aujourd’hui. Le mural à été vandalisé et des graffitis le recouvrent à de multiples endroits.

Analyse: Nous pouvons faire un lien avec ce qui a été dit lors de la conférence de Naomi Doak et de Robert Heslip sur la politique touristique mise en place par la municipalité de Belfast, les questions d’héritage du conflit et le dark tourism (voir article Conférence sur le tourisme: Quel avenir pour Belfast?); le problème qui réside avec les murals non-partisans est qu’ils sont contradictoires avec la promotion du dark tourism de la ville de Belfast, car ils effacent le passé conflictuel pour lequel les touristes viennent visiter les lieux. En revanche, ce nouveau type de murals est en accord avec la promotion du “phoenix tourism” que la municipalité essaye de mettre en avant, dans le but de montrer un aspect plus positif de la ville.
Nous observons une tendance des habitants à penser que les murals traitant du conflit sont éducatifs et méritent leur place dans la vie des nouvelles générations grandissantes, étant donné qu’ils rendent compte de l’histoire de leur patrie.
De plus, nous observons chez le dirigeant de la région de Ballymurphy une volonté de mettre en avant des aspects de la ville autres que ceux du conflit, auxquels chaque habitant pourrait s’identifier sans ressentir de la haine.

Pour ce qui est du mural Olympic medal winner, nous avons eu la confirmation qu’il a été peint pour la paix et illustrer d’autres symboles de fierté auxquelles les belfastois peuvent s’identifier. Il entre donc bel et bien dans le registre des murals non-partisans pour une meilleur cohésion sociale2.


6) Politique du conseiller:

[Données d’entretien] Steven Corr essaye d’appuyer les projets de peinture de tous types de murals, principalement dans l’optique de léguer un patrimoine plus joyeux aux nouvelles générations tout en perpétuant la mémoire des conflits de Belfast. Il nous a informées qu’il organise chaque été, en août, un festival à Belfast pour les enfants: «kids party», où figurent barbecues et jeux. Le but de ce festival serait d’apporter une meilleure cohésion dans le quartier, ce qui nous amène à la tactique du conseiller pour dépasser le conflit: faire en sorte que les enfants ne se sentent plus concernés par celui-ci.
Il faudrait, d’après lui, essayer de concilier les projets historiques avec les culturels, car les régions où se trouvent les murals sont principalement des régions de dépression sociale.

Analyse: Gardant en tête le fait que ce genre de discours est typique d’un agent politique et pourrait éventuellement figurer dans sa campagne, nous pouvons tout de même dire que cette diversité a une chance de promouvoir les murals non-partisans dans la région de Ballymurphy. De plus, nous avons pu observer, en voyant notre interviewé interagir avec des passants, qu’il est effectivement proche de sa communauté, et de par son attitude familière lors de notre entretien, nous pouvons dire sans trop nous avancer qu’il est fortement investi dans son domaine politique.

[1] HousingExclusive (18 décembre 2013), Art project has super impact on community spirit, [En ligne] URL: http://www.nihe.gov.uk/news-art-project-has-super-impact-on-community-spirit

[2] Beyond the Walls (2012), Olympic Medal Winners, [En ligne] URL: http://beyondthewallsthefilm.com/portfolio/arabeh-prisoner-mural/

Bibliographie commentée

Cette vidéo-reportage nommée “Olympics medal winners”, en référence au mural réalisée par Danny Devenny, Mark Ervine, Marty Lyons et Liam MacGabhann, parle du fait que depuis les accords de paix, les peintres de murals loyalistes et républicains travaillent ensemble. Depuis la fin du conflit, la moyenne de suicides des jeunes a augmenté et la consommation de drogue aussi. Les artistes tentent d’aider ces jeunes en difficulté avec la création de murals tels que celui sur les Jeux Olympiques, créé en 2012, lorsque ceux-ci se déroulaient à Londres.

  • CURRAN Barry, MATIER Philip (17 janvier 2010), «Paint for peace», in Northern Visions NvTv Vimeo, [En ligne] URL: https://vimeo.com/8795619, consulté le 06.01.2016.

C’est une vidéo reportage nommée “Paint for Peace” publiée par la chaîne de Northern Visions NvTvPRO sur Vimeo. Ce reportage nous parle de deux peintres de murals de deux bords politiques opposés, Danny Devanney (républicain et peintre du mur des super-héros) et Mark Ervine (loyaliste) qui vont travailler ensemble et apporter une vision positive du futur grâce à leur art. De cette rencontre va naître une amitié où il n’est plus influencée par le milieu de provenance de chacun.

Le Housing Executive à été impliqué dans la création du mur des super-héros. Ce site nous explique en quoi il consiste; il est présenté comme étant l’autorité de la stratégie de logement de l’Irlande du Nord établie en 1971, offrant des services sociaux de rente. Cet organisme s’occupe d’environ 90’000 logements dans le Nord de l’Irlande. Ce qui est intéressant est que cette organisation s’est impliquée dans le mur des super-héros alors qu’elle est orientée sur les logements. On peut en déduire qu’elle estime que le mur des super-héros est un élément positif dans le décor urbain, et donc que cela peut inciter les gens à emménager dans ce quartier.

C’est dans cet article que nous avons trouvé le nom de l’artiste, Danny Devanney, qui a peint le mur des super-héros, ainsi que ses commanditaires, Building Relationships in Communities (BRIC), et les associations en soutien du projet: the Housing Executive Sliabh Dubh Residents Association, the Fold Housing Association, the Black Mountain Shared Spaces Project et the Upper Springfield Development Forum. Il nous informe aussi que ce mural attire beaucoup l’attention. Cet article nous a été capital pour commenter notre problématique.

Cet article parle de l’inauguration du mur Olympic medal winner, mentionnant le fait que “cette fois ça n’a rien a voir avec la politique”. Cet article nous intéresse car ce mural a, comme celui des super-héros, été peint pour égailler le tajet des enfants se rendant à l’école.

Cet article explique l’European Peace III Programme, figurant sur la plaque découverte sur la fresque des super-héros, nous apprenant par exemple que le nom entier du programme est “EU Programme for Peace and Reconciliation in Northern Ireland and the Border Region of Ireland” et qu’il est donc intéressant pour notre problématique.

Méthodologie

Notre but principal était de récolter des données provenant d’acteurs portant un point de vue différent sur notre sujet d’étude et sur notre problématique de l’art non partisan. Pour ce faire, nous avons abordé notre sujet en trois temps: nous avons analysé le mural avec une perspective de chercheuses, avons interrogé des passants dans la rue en espérant rencontrer des locaux, et avons finalement interviewé un acteur administratif.

Après nos mesures et notre constatation de l’atmosphère du lieu, nous avons posé des questions liées à l’opinion des passants en ce qui concerne la peinture du mur, tout comme leurs impressions sur l’impact que sa réalisation a eu sur la communauté du quartier.  

Bien plus tard, en analysant nos résultats, nous nous sommes rendues compte que l’une de nos questions était biaisée et influençait probablement la réponse donnée, étant donné qu’on demandait explicitement si la peinture du mural avait renforcé la cohésion du quartier.

Nous avions également prévu un entretien avec un acteur impliqué dans le projet de la réalisation du mural. Notre choix s’est d’abord porté sur l’artiste du mur, Danny Devenney, mais nous avons décidé de ne pas attendre sa réponse et de contacter d’autres acteurs, avec qui une discussion aurait été tout autant intéressante.

Nous avons donc contacté le maire de Belfast et le Housing Executive, avec l’idée qu’ils pourraient nous renseigner sur les questions de l’impact collectif de la fresque. Nous avons reçu des réponses assez rapidement, et avons été redirigées par le maire vers le conseiller municipal Steven Corr. Malheureusement, le temps à disposition ne nous permettait de conduire un entretien qu’avec un seul de ces acteurs, c’est pourquoi notre choix s’est porté sur le conseiller, car nous avons évalué le fait que son point de vue sur la question serait plus riche que celui d’une association.

Steven Corr fait partie de la communauté catholique de Belfast et est en charge de la région de Ballymurphy, comprenant la rue où se trouve notre mural des super-héros. Il est membre du Sinn Fein, un parti de gauche républicain, a fait ses études en histoire et en politique à l’université de Queen’s. Il a vécu un temps à Londres avant de revenir à Belfast.

Lors de cet entretien, nous avons été prises de cours avec l’éventualité de faire un tour en voiture avec le conseiller; opportunité que nous avons immédiatement saisie, sacrifiant volontairement notre idée de l’enregistrer au profit d’une expérience s’annonçant enrichissante. La prise de notes s’est donc avérée une méthode plus adaptée à la situation. Nous nous sommes faites présenter une grande partie des murals de la région, apprenant  de ce fait des détails intéressants, parfois en lien avec notre fresque et parfois non.
En résumé, nous avons obtenu des clarifications sur les projets en cours dans la région de Ballymurphy et les politiques mises en place à Belfast au sujet de l’art non partisan, qui est l’intérêt principal de notre étude.

Si l’expérience était à refaire, nous nous préparerions à toutes les éventualités, comme un entretien ne se passant pas tout à fait comme prévu. Après réflexion, nous avons tout de même convenu que nous avions sûrement manqué de précision dans nos attentes pour cet entretien, mais nous sommes tout de même satisfaites des résultats obtenus.

En somme, la méthode choisie pour aborder notre sujet sur place nous a permis de récolter beaucoup d’informations tirées de sources différentes et ainsi pouvoir les comparer en recherchant des cohérences ou incohérences suivant la provenance du discours analysé.

Nous avons également estimé que le mural des super-héros en lui-même méritait une analyse d’image détaillée. Cette analyse est une interprétation de notre part basée sur l’image en tant que telle, nos connaissances en histoire de l’art, celles du contexte belfastois, ainsi que de celles des personnages représentés. Nous n’avons pas obtenu d’informations iconographiques de la part de l’artiste ou des initiateurs de la fresque, et donc, notre analyse du mural en question tient d’avantage de l’hypothèse que de la réalité et mériterait une recherche plus approfondie, et de préférence par le biais d’un entretien avec l’artiste.