Archives de catégorie : Art non-partisan

Mur des super-héros

Par Christina Zholdokova, Laetitia Valentin & Véronique Battier

Introduction

Les rues de Belfast regorgent de fresques murales faisant pour la plupart référence au conflit inter-confessionnel, mais certaines ont cependant un caractère non-partisan. L’objet de ce travail est de se demander s’il est possible, à travers la peinture d’un mur, de transiter à une optique plus pacifiste, non violente ou non conflictualiste tout en gardant la tradition des fresques murales, remontant à l’époque du conflit.

Notre projet tourne principalement autour de la fresque des super-héros se situant dans le quartier de Sliabh Dubh sur Springfield Road. L’objectif de la réalisation de cette peinture était la cohésion sociale du quartier dans lequel elle se trouve. Nous cherchons à déterminer si cet objectif a effectivement été atteint, notamment par l’observation de l’insertion de cette fresque dans l’espace public, ainsi que via des interviews de plusieurs personnes pouvant nous renseigner sur le sujet.

Est-il possible, à travers le processus des murals, de dépasser les divisions politiques issues du conflit Nord-Irlandais en représentant des images non-partisanes?

[cliquez sur les liens en vert pour accéder aux différentes parties  de l'article]

Méthodologie

Données et Analyse

Situation des murals sur la carte:

Galerie de photos

Bibliographie commentée

Annexe

Football, peintures murales et rivalités

Arthur, Luis, Jérome

Cette étude concerne les peintures murales de Belfast se rapportant au football et leur utilisation dans ce contexte particulier de pacification. En effet, ce sport occupe une place importante, tant dans la culture irlandaise qu’anglaise, expliquant son instrumentalisation par les différentes communautés. Il nous a donc paru pertinent d’étudier les opinions des habitants de Belfast concernant les peintures murales à caractère footballistique. Pour mener à bien notre travail, nous procéderons à des entretiens avec des Belfastois concernant leurs réactions face aux peintures murales que nous leur montrerons.

Introduction

Le football est sûrement l’un des sports les plus pratiqués dans le monde, bien qu’il n’y ait pas de statistiques officielles, et permet particulièrement aux individus de se rassembler, ceci à différentes échelles : locales, nationales et mondiales. C’est donc pour ces capacités de rassemblement que nous avons pensé à mobiliser le football comme outil pour aborder le conflit survenu en Irlande du Nord entre loyalistes/unionistes (pour une Irlande du Nord rattachée au Royaume-Uni, de confession protestante) et nationalistes/républicains (pour une République d’Irlande unie sans rapport avec la couronne, de confession catholique) jusqu’aux accords de paix signés en 1998.

Il existe un lien fort entre football et identité, la dimension compétitive de ce sport cristallisant des enjeux identitaires. Ainsi, ce sport unit autant qu’il oppose (Fauché et al., 2000). Cependant, dans ce travail nous étudierons principalement comment le soutien à l’un des clubs de football belfastois favorise ou non un communautarisme, notamment religieux.

En Irlande du Nord, les championnats de football ont été bouleversés pendant le conflit (Ramonet, 1996). En effet, soutenir une équipe plutôt qu’une autre dépassait et semble encore dépasser largement le monde du football, contrairement à d’autres championnats européens. Ainsi, on peut y voir en réalité le soutien porté à la cause nationaliste, à travers les équipes catholiques, ou unioniste, à travers les équipes protestantes. La ville de Belfast compte six clubs principaux, ce qui est rare, la plupart des villes en comptant beaucoup moins. Outre l’importance culturelle du football en Irlande du Nord, nous pouvons imaginer que le communautarisme, ainsi que la division spatiale et la limitation des déplacements créées par les peacewalls expliquent cette prolifération de clubs de football.

Cet objectif nous a donc conduit à analyser les murals footballistiques et la façon dont ces fresques symbolisent une appartenance confessionnelle. Ainsi nous nous sommes demandés comment les Belfasois-es perçoivent actuellement ces murals ? Nous souhaitons notamment étudier si les rivalités communautaires  autour du football existent toujours ou si elles se sont dissipées.

Selon nous, le football rassemblerait les différentes communautés nord-irlandaises derrière une même équipe. Ainsi, nous émettons l’hypothèse que les murals sur le football peuvent être pacificatrices, du moins ceux représentant l’équipe nationale. Cette hypothèse s’appuie notamment sur la qualification de l’Irlande du Nord au championnat d’Europe de football 2016.

Nous avons pu remarquer que l’histoire de certains clubs s’inscrit dans l’histoire des Troubles. En effet, certaines équipes n’avaient pour joueurs que des protestants ou que des catholiques. Certaines équipes ont cessé leur activité pendant une période par crainte pour la sécurité de leurs joueurs et de leurs supporters (Delanoë, 2016). Aujourd’hui la réalité est différente. En effet, nous pouvons constater une plus grande mixité religieuse au sein des clubs de football belfastois. De plus, nous avons pu découvrir l’histoire du football en Irlande et particulièrement le contexte de création des différents clubs de Belfast. Nous avons également été très intéressés par la transposition du conflit religieux entre équipes de football catholiques et protestantes en Écosse. C’est une situation particulière que nous détaillerons plus loin dans notre analyse.

Méthodes utilisées

L’histoire des Troubles pouvant encore être un sujet sensible pour les Belfastois-es, nous avons décidé de l’aborder à travers le football, notamment en appuyant nos entretiens sur des représentations de peintures murales en rapport avec ce sport. Nous avons fait différentes recherches sur les peintures murales se rapportant au football. En présentant nos images aux différents individus, nous pensions être en mesure de leur demander ce qu’ils ressentent à leur vue et qu’ils parleraient plus ouvertement du conflit passé et de la situation actuelle.

Nous avons sélectionné trois images de murals (cf. annexes) : l’une d’un club protestant, l’une d’un club écossais catholique et une troisième représentant l’équipe nationale. Nous avons choisi ces images afin de nous aider à répondre à notre problématique, à savoir la perception de ces murals par les habitants de Belfast. En effet, nous pensions que ces images nous permettraient d’aborder l’existence de clubs de football avec une appartenance religieuse catholique ou protestante et la possibilité de rassemblement à travers l’équipe nationale, ce qui correspond à nos hypothèses énoncées plus loin.

  • L’image 1 figure un trèfle à rayures vertes à côté d’un personnage du nom de Jimmy Johnstone. Ce dernier est un joueur de football d’origine écossaise qui a fait partie du Celtic Football Club, un club écossais. Il fut d’ailleurs élu meilleur joueur de tous les temps par les supporters de ce club (Glanville, 2006). Ce mural n’est pas anodin car il témoigne du fort attachement de la communauté catholique nord-irlandaise à ce club. En effet, avec la diaspora irlandaise en Écosse, beaucoup d’amateurs de football irlandais catholiques soutiennent ce club qui fut destiné, lors de sa création, au soutien de la communauté celtique (McGuirk, 2009).
  • L’image 2 figure deux écussons : celui du Linfield Football and Athletic Club, ainsi que celui de l’équipe nationale nord-irlandaise, constituée principalement de joueurs protestants. Nous pouvons y lire « Proud supporters for Club and Country ». Ainsi, nous pouvons imaginer que les personnes affiliées à ce club sont égalements liées à l’équipe nationale de l’Irlande du Nord. En effet, le club de Linfield a été créé dans le quartier de Sandy Row, qui est habité par une communauté majoritairement loyaliste. C’est, par ailleurs, le club avec le plus de succès à Belfast et qui compte le plus de supporters (Garnham, 2004).
  • L’image 3 figure l’écusson de l’équipe nationale nord-irlandaise avec une inscription: « Northern Ireland Supporters Club ». Les drapeaux de l’Irlande du Nord et du Royaume-Uni sont représentés à l’arrière-plan de l’image. Plus bas, nous pouvons également lire « Our Wee Country », qui est un synonyme d’Irlande du Nord employé par les locaux protestants. De plus, nous pouvons distinguer une couronne entre les deux drapeaux, ce qui témoigne l’allégeance de l’Irlande du Nord au Royaume-Uni.

Une fois à Belfast, nous avons malheureusement appris que les murals footballistiques avaient été recouverts. En effet, l’Association de Football nord-irlandaise (IFA) souhaite repeindre les slogans et les peintures murales exprimant une appartenance communautaire (BBC News, 2003). Notre problématique a donc dû être remodelée et nous avons décidé de nous détacher des murals pour nous concentrer sur l’existence de rivalités communautaires dans le football nord-irlandais. Nos hypothèses quant à ces tensions identitaires étaient les suivantes :

  • Lors de la période des Troubles les clubs de football de Belfast ont cristallisé des rivalités religieuses et politiques.
  • Dans le contexte post-conflit actuel, les rivalités entre supporters sont purement sportives et tous les habitants de Belfast supportent l’équipe nationale, permettant la création d’une identité commune.

Nous pensions donc interviewer des habitants à l’aide des images, mais nous avons fait nos entretiens sans les images puisque ces murals n’existaient plus et il nous semblait difficile de parler du ressenti de murals qui ont été recouverts. Nos entretiens se sont faits de manière très spontanée. Nous avions préparé une grille d’entretien semi structurée, mais nous nous sommes rendus compte que les gens étaient plus ouverts lors d’une discussion sans grille d’entretien et sans prise de notes.

Les gens avec qui nous avons eu des échanges étaient des individus rencontrés dans la rue ou dans des bars lors de diffusion de matchs, des employés de notre auberge, ainsi que les étudiants rencontrés et notre chauffeur de black cab (tour en taxi avec un ancien activiste catholique). Nous n’avions aucun critère pour sélectionner les personnes, nous avons parlé avec les gens que nous avons rencontrés et qui voulait bien parler de football. Par ailleurs, pour pouvoir faire nos entretiens, il nous a fallu trouver des personnes intéressées par le football et disposées à en discuter, ce qui n’est pas si évident en Irlande du Nord où le sport le plus regardé est le rugby (Sugden et al., 1995).

Nous avons également visité des lieux officiels du football belfastois. Néanmoins, nous n’avons pas réussi à avoir de contacts avec des représentants de l’Association Irlandaise de Football, ceux-ci étant trop pris par les préparatifs du championnat européen 2016. De plus, nous n’avons pas pu visiter de centres d’entraînement car ils sont fermés au public, et aucun match n’était prévu pendant notre présence à Belfast.

Contexte de discussion : Le football pendant et après les Troubles

Pendant la période des Troubles, la société nord-irlandaise était clairement divisée entre républicains/nationalistes de confession catholique d’un côté et loyalistes/unionistes de confession protestante de l’autre. D’habitude, l’affiliation à un club de football, ou le simple fait de le supporter, témoigne de l’affirmation d’une identité territoriale et/ou politique et/ou religieuse. Sur la scène belfastoise, et particulièrement pendant la période de conflit, ces deux dernières dimensions se sont très accentuées. Ainsi, nous pouvons dire que ce sport a été  instrumentalisé par chacune des communautés pour exprimer une certaine appartenance identitaire, ce qui a d’ailleurs mené à de violents affrontements entre supporters. Par ailleurs, si le fait de supporter un club illustre l’appartenance à une communauté particulière, nous pouvons dire qu’il en va de même pour les équipes nationales. En novembre 1993, un match de qualification pour la coupe du monde de 1994 ayant lieu au Winsdor Park de Belfast opposait l’Irlande du Nord à la République d’Irlande. Si la République d’Irlande gagnait, tout comme en cas d’égalité, elle était qualifiée. Quelques semaines auparavant, dix personnes ont été tuées lors d’une attaque à la bombe par des membres de l’IRA[1]. Puis, peu après cet évènement, huit personnes furent tuées lors d’une attaque de l’UDA[2] en guise de revanche (Moriarty, 2016). Un témoignage de Michael O’Neill, un joueur de football nord-irlandais devenu entraîneur de la sélection nationale en 2011, décrit l’atmosphère de cet événement comme « méchante » et “malsaine » (Moriarty, 2016). Si le premier but nord-irlandais fit sauter de joie les supporters locaux, ravis d’anéantir les espoirs de la république irlandaise d’aller en coupe du monde, l’égalisation grâce au but d’Alan Mcloughlin ne fut pas saluée. Selon Michael O’Neill l’endroit le plus sûr était le terrain.

Cependant, Michael O’Neill affirme qu’aujourd’hui ces tensions se seraient dissipées dans une situation post-conflit. De plus, les catholiques d’Irlande du Nord seraient de plus en plus nombreux à supporter l’équipe nationale d’Irlande du Nord, même si la plupart préféreraient supporter l’équipe de la République d’Irlande. Aussi, il y a des joueurs tant catholiques que protestants dans l’équipe d’Irlande du Nord. Certains, à l’image de Liam Boyce, se bénissent en faisant le signe de la croix avant de rentrer sur le terrain sans que cela ne dérange les coéquipiers. Il dit même : « Nous sommes tous amis et ne voulons jouer qu’au football ». (Moriarty, 2016)

Cependant, cinq sur six des directeurs de l’IFA (Ireland Football Association) sont catholiques, ce qui montre que les divisions communautaires ne sont pas totalement dissipées du football en Irlande du Nord. (Moriarty, 2016)

La majorité des clubs belfastois est unioniste et a des supporters protestants. Cependant, comme dit précédemment, le football n’est pas le sport dominant en Irlande du Nord. Les équipes de première division ne sont que semi-professionnelles. Les supporters de football locaux préfèrent ainsi supporter des équipes anglaises ou écossaises. Concernant les équipes écossaises, il y a un attachement fort aux équipes de la Old Firm. C’est un terme qui désigne l’affrontement entre les deux équipes rivales de Glasgow, les Rangers et les Celtics. En effet, comme dit précédemment, la ville de Glasgow compte une forte population irlandaise. Beaucoup de nord-irlandais catholiques supportent les Celtics de Glasgow, tandis que les protestants supportent les Glasgow Rangers. C’est le genre d’affrontement qui, même aujourd’hui, est toujours source de tension (BBC News, 2006). Ainsi, même après les Troubles, les supporters se provoquent en entonnant de chants communautaires, même si ces derniers ont été interdits (Vice, 2012).

Par ailleurs, les tensions intercommunautaires se sont apaisées. Néanmoins, des affrontements entre supporters peuvent encore avoir lieu. Par exemple, en 2005, des supporters de Linfield ont été attaqués par des jets de pierres de supporters de Derry City lorsqu’ils regagnaient les bus servant à les ramener à Belfast.

Nous pouvons donc comprendre que les rivalités persistent. Ceci dit, nous avons mené l’enquête, sur le terrain, pour discuter avec des personnes locales et savoir ce qu’ils en pensent.

Analyse des entretiens

Dans nos entretiens, il est ressorti que l’histoire des clubs de football a effectivement cristallisé des rivalités politiques et religieuses. La réticence de certains à en parler avec nous peut laisser penser que le football est encore un sujet sensible et suscite encore des réactions communautaires. Bien que le conflit soit terminé, les esprits ne se sont pas apaisés pour autant et des rivalités communautaires entre supporters persistent. Cependant, elles sont plus nuancées qu’auparavant. Ainsi, même si les supporters ont toujours tendance à s’identifier à une équipe selon leurs croyances religieuses, ils acceptent que la confession d’un joueur diffère de celle du club et il est commun qu’un catholique joue pour Linfield (une équipe protestante) – un mélange qui était très rare à l’époque du conflit. On peut donc remarquer que les rivalités ne sont aujourd’hui pas sur le terrain mais dans les tribunes.

Par ailleurs, nous avons pu remarquer que le football n’occupe pas la place que nous avions imaginée. Plusieurs personnes avec qui nous avons échangé ont affirmé ne pas être familières de ce monde et ce pour différentes raisons : un désintérêt, les performances moyennes des équipes, le nombre limité de matchs joués à Belfast ou encore le communautarisme qui serait toujours trop présent entre les supporters et aurait ainsi un effet répulsif. Lors d’une sortie de terrain, des ouvriers du stade (dont nous cherchions l’entrée) nous ont interpellés et nous ont demandé ce qu’on cherchait. Nous leur avons répondu que nous étions étudiants et que nous étions à Belfast pour étudier le contexte post-conflit à travers le football. On leur a demandé s’ils étaient supporters : deux – dont un portait un pull Liverpool FC – sur trois nous ont répondu que oui. Mais aucun ne supporte d’équipes locales dans lesquelles le communautarisme est selon eux trop présent. En effet, ce n’est pas uniquement parce que les équipes sont semi-professionnelles et que le niveau est bas, mais bel et bien à cause des tensions communautaires qui subsistent. Ils ont ajouté que lors des matchs un lourd effectif de police est déployé (extrait de l’entretien n° 6). Les rivalités footballistiques dans cette situation post-conflit ne proviennent donc pas simplement du sport, mais également du sentiment communautariste encore présent.

Finalement, contrairement à ce que nous avions pensé, l’équipe d’Irlande du Nord n’est pas fédératrice. Les supporters de cette équipe seraient en grande majorité des protestants et des défenseurs de la cause loyaliste. Par ailleurs, les catholiques soutiennent l’équipe de la République d’Irlande, bien que certains commencent à soutenir également l’équipe d’Irlande du Nord d’après les recherches que nous avions fait au préalable. En effet, selon nos interlocuteurs, cela est dû à la façon dont les individus de chacune des deux communautés se définissent et se revendiquent. Par exemple, un Ecossais se revendiquera comme “Scottish” dans un premier temps, puis comme faisant partie du royaume de Grande-Bretagne. Il en va de même pour un Gallois. En revanche, en Irlande du Nord, à cause du passé politique et du caractère insulaire du territoire, l’identité britannique des loyalistes n’est pas assurée. C’est pourquoi, ils vont immédiatement se présenter comme Britanniques et non comme Irlandais du Nord faisant partie du royaume de Grande-Bretagne (extrait de l’entretien n° 5). A leur tour, les catholiques, eux, se voient comme appartenant à la République d’Irlande et se revendiqueront comme Irlandais, ce qui fait persister les différences entre les deux communautés et empêche la création d’une identité commune. Ainsi, l’identité nord-irlandaise passant au second plan, les partisans d’une Irlande unifiée ne peuvent s’identifier à l’équipe de l’Irlande du Nord car ce serait le comté de l’Ulster si l’Irlande était unifiée. Y apporter son soutien reviendrait à appuyer la cause unioniste et donc accepter la séparation entre la république d’Irlande et l’Irlande du Nord ce qui est encore difficile pour certains malgré les accords de paix.

Conclusion

En définitive, nous pouvons estimer qu’il est correct de considérer le sport, et plus particulièrement le football, comme fédérateur. Cependant, dans le cas de Belfast c’est une réalité bien plus complexe. Pendant les Troubles, chacune des communautés se rangeait derrière une équipe et s’affrontait violemment lors des matchs. De plus, le désaccord qui subsiste depuis la signature du traité de paix de 1998 et le maintien du désir d’une partie de la communauté catholique républicaines de voir l’Irlande unie fait de l’équipe nord-irlandaise un sujet de litiges. Le football demeure un terrain sensible dans lequel les sentiments personnels sont mêlés. La réaction de retrait de certains individus à nos questions nous a laissé l’entrevoir.

Une fois ce travail terminé, nous avons été forcés de constater que le temps sur place à Belfast nous a fait défaut. En effet, nous aurions souhaité approcher de plus près le monde du football local, que ce soit en allant assister à des matchs ou encore en sympathisant avec des membres de clubs de supporters. Lorsque nous avons appris que la plupart des murals de football avaient étés recouverts, nous aurions aimé pouvoir découvrir les quelques fresques qui perdurent en plus des photographies que nous avions trouvé en ligne. Cependant, nous avons compris que le football est un milieu relativement fermé dans lequel il faut être introduit et pour être amenés à ces peintures il nous aurait fallu rencontrer plus de gens, ce que le manque de temps nous a empêché de faire.

Pour terminer, on nous a fait remarquer qu’aujourd’hui le sport utilisé pour tenter de réconcilier les communautés à Belfast est le hockey. En effet, une équipe a été importée du Canada et une patinoire a été construite après le conflit, ce qui empêche toute affiliation d’un côté comme de l’autre.

Bibliographie

Articles ou ouvrages scientifiques :

  • Fauché S. et al. (2000), Sport et Identité, Paris, L’Harmattan.
  • Garnham N. (2004), Association football and society in pre-partition Ireland, Belfast, Ulster Historical Foundation.
  • McGuirk B. (2009), Celtic FC – The Ireland Connection, Edinburgh, Black & White Publishing Limited.
  • Ramonet I. (1996), “Passions nationales”, Quasimodo, octobre 1996, n°1, p.27-31 [en ligne]. http://www.revue-quasimodo.org/PDFs/1%20-%20Ramonet%20Sport%20Passion%20Nationalisme.pdf (consulté le 21.05.16)

Autres :

  • BBC News, “A rivalry tied up in religion”  26 Août 2006 [en ligne].

http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/scotland/5289202.stm (consulté le 20.05.16)

  • Delanoë R., “Belfast, une ville coupée en quatre”, So foot, 31 Janvier 2016, [en ligne].

http://www.sofoot.com/belfast-une-ville-coupee-en-quatre-180026.html (consulté le 21.05.16)

  • Documentaire réalisé par Vice, Football’s most dangerous rivalry, 2012, [en ligne].

https://www.youtube.com/watch?v=cggTbCcbcNA

(visionné le 30.04.16)

http://www.guardian.co.uk/news/2006/mar/14/guardianobituaries.football (consulté le 20.05.16)

  • Moriarty G., « Northern Ireland football bridges divide after dark days of Troubles”, The Irish Times, 9 avril 2016, [en ligne].

http://www.irishtimes.com/news/ireland/irish-news/northern-ireland-football-bridges-divide-after-dark-days-of-troubles-1.2604045

(consulté le 21.05.16) 

Annexes: Entretiens et images (dans l’ordre chronologique)

Entretien n° 1 avec notre Black Cab Driver, ancien activiste catholique

  1. What about football in Northern Ireland? Do you guys enjoy watching games?

R: Yes we do, you probably don’t know it but actually our national sport is handball. We also have another Irish sport where you play with some kind of bats but only a few play it.

  1. Do you have a favourite club?

R: Actually I do. The Celtics. There was a big diaspora of Irish people that went to Scotland so we kind of look up to that team. We also watch the Northern Ireland games, but the teams are not professional, only semiprofessional. It’s like, you come from a small place but you refer yourself to another big team. Us, the catholic Irish people most often look up to the Celtics of Glasgow.

  1. Ok so there must be a big rivalry between the catholic Irishmen from Glasgow and the protestant Scottish.

R: Yes of course. I don’t know if you have already seen an « Old firms match ». It’s quite impressive. It’s the most important derby to me. It’s like the two teams of Madrid playing against each other but instead of being a difference between the social class of the supporters of each team you can also add a touch of politics and religious rivalry.

  1. We were thinking if there’s something close to that in Belfast. I mean, there’s quite an historic rivalry between two kinds of communities here so is there some derby’s like the « Old firm »?

R: Well, it’s not as impressive but there’s a rivalry between Cliftonville, more Catholic, and Linfield, which is more protestant. Anyway, you can see today that there are more and more Protestants and Catholics playing in a team or the other. I even have a catholic friend whom the grandson is playing for Linfield. The teams are becoming more mixed. On the other hand, the supporters tend to be affiliated to one team because of their beliefs but still accept other players beliefs in their favourite team.

  1. We’re doing our project on murals related to football. Are there some places you can show us about it?

R: Well not really, the Northern Ireland Football association has repainted these murals.

  1. Why have they done that?

R: The war is over. I think it’s better like that. Each side will try to not forget what happened by painting murals, memorials etc. but there’s no point on provocation or something like that.

Entretien n° 2 à la réception de l’auberge

L’entretien n’a pas duré longtemps car notre interlocuteur, un employé de l’auberge, nous fais savoir qu’il n’est pas du tout familier avec le monde du football.

“Je n’aime pas ça. Mais pas pour des raisons politiques !”

En revanche, il nous a proposé de nous arranger un rendez-vous avec un gérant de l’auberge qui, lui, est un supporter.

Entretien n° 3 avec un serveur d’un bar où il y a des diffusions de matchs

Il n’a pas énormément parlé de foot. Néanmoins, il a dit que le football à Belfast n’était pas très important bien qu’il y ait effectivement des appartenances communautaires dans des équipes.

Nous avons demandé si aujourd’hui il était plutôt question de politique ou de religion?

« Ce n’est pas que la religion et la culture. La séparation spatiale est très importante et également dans d’autres villes ! »

Entretien n° 4 avec le gérant de l’hostel Vagabonds et du Lavery’s

Nous avons été introduits par l’un des employés et ami du gérant, nous lui avons demandé ce qu’il pensait du football à Belfast.

Il a commencé par dire qu’il ne connaissait pas grand-chose et que le questionner ne valait pas la peine. Puis il ajoute que la scène footballistique nord-irlandaise n’est pas si importante –5000 supporters dans Belfast et 15 matchs par année, les gens ont plutôt tendance à suivre la première ligue où les équipes de Belfast ne jouent pas.

Nous lui avons alors demandé si on pouvait supposer que les gens auraient plutôt tendance à supporter des équipes telles que les Celtics de Glasgow ou…Il a alors eu une réaction de gêne et s’est mis en retrait, en disant qu’on ne pouvait pas immédiatement poser des questions si directes.

On a immédiatement senti qu’il était réticent à parler de football avec nous, ce qui nous a amener à penser qu’il n’était pas si indifférent à ce sport et aux enjeux identitaires qu’il cristallise. Suite à sa suggestion d’aller voir l’IFA, nous avons également évoqué l’existence du club de supporters non loin de là. Il nous a dit qu’il était vendu, que ce n’était plus un club de supporters mais qu’on pourrait éventuellement encore en trouver là-bas. Puis il a ajouté que l’on ferait mieux d’aller tenter d’en discuter dans un bar et de provoquer une bagarre en rigolant.

Entretien n° 5 avec un supporter de confession catholique (retranscription)

Lors du cocktail organisé par notre département, une discussion informelle s’est engagée devant l’hôtel avec un belfastois qui était là:

Nous apprenons que cet homme est un supporter de Clifton Ville, catholique et anti-loyaliste selon ses mots. Nous lui demandons s’il s’identifie à l’équipe de l’Irlande du Nord et il nous répond clairement que non. Son petit frère a été sélectionné pour jouer dans l’équipe et n’a pas apprécié y jouer.

Il y aurait dans l’accord de paix une clause qui dit que les joueurs nord-irlandais catholiques  peuvent aller jouer dans l’équipe de l’Irlande.

Beaucoup d’Irlandais quittent l’Irlande du Nord pour aller rejoindre la république d’Irlande. Par conséquent, il y a moins de catholiques que de protestants à Belfast désormais et les rivalités entre les membres des deux communautés, selon lui, ne vont pas en s’apaisant. Le problème se situe dans la manière dont les individus se définissent. Par exemple, un Ecossais se revendiquera comme “Scottish” dans un premier temps, puis comme faisant partie du royaume de Grande-Bretagne. Il en va de même pour un Gallois. En revanche, en Irlande du Nord, Compte tenu du passé politique et du caractère insulaire du territoire, les protestants – du fait qu’ils ne soient pas rattachés au “mainland”, les protestants vont immédiatement se revendiquer comme Britanniques, ce qui fait persister les différences entre les deux communautés et empêche la création d’une identité nord-irlandaise. Un autre exemple réside dans le fait qu’ils n’aient pas leur propre hymne – ils chantent comme les Anglais “God Saved the Queen”. Cela montre encore leur attachement à la couronne et leur volonté de ne pas vouloir s’en défaire. De ce fait, une assimilation devient impossible.

Au sein de l’équipe qu’il supporte, peu lui importe si un joueur est protestant, car il dissocie sa confession de l’équipe dans laquelle il a signé. Finalement, il reconnaît que le joueur fait son travail: marquer pour son équipe.

D’un autre côté, les supporters se comportent de manière très différente. Les protestants sont derrière Linfield et les catholiques supportent Cliftonville. Il y a des tensions claires entre les deux groupes.

A nouveau l’exemple du “Old Firm” de Glasgow a été utilisé, car avec la forte diaspora irlandaise qu’il y a eue en Écosse, il y a un grand nombre de supporters nord-irlandais et les équipes sont plus populaires en comparaison à celles de Belfast qui ne sont pas en première division. Cet exemple est criant parce que la ville de Glasgow n’est vraiment pas loin et il montre, presque de manière caricaturale, les rivalités qui persistent entre les deux communautés, par l’intermédiaire des équipes des Rangers protestants et des Celtics catholiques.

Entretien n° 6 Recherche de L’IFA (Irish Football Association) dans la ville et rencontre avec des ouvriers

Nous sommes allés à la recherche de l’IFA. C’est une fois arrivés à l’adresse trouvée sur internet que nous avons pu constater que le bureau avait déménagé au stade National situé au Winsdor Park qui est également le terrain où s’entraîne l’équipe de Linfield.

Sur place un groupe d’ouvriers curieux nous a demandé ce qu’on cherchait et nous a indiqué l’entrée des bureaux qui était mal indiquée en raison des travaux réalisés au stade.

Dans le hall, un agent de sécurité nous a accueillis. Nous nous sommes présentés et avons demandé à voir un représentant à qui nous pourrions poser des questions. Il nous a répondu qu’avec les préparatifs de l’Euro 2016 une grande partie des employés étaient à l’étranger et que donc personne n’était disponible pour nous répondre. En sortant, les ouvriers nous ont interpellés et nous ont demandé ce qu’on cherchait plus précisément. Nous leur avons répondu qu’on était étudiants et qu’on était  là pour analyser la situation post-conflit à travers le foot. On leur a demandé s’ils étaient supporters : deux – dont un portait un pull Fc Liverpool – sur trois nous ont répondu que oui. Mais aucun ne supporte d’équipes locales dans lesquelles le communautarisme est selon eux trop présent. En effet, ce n’est pas uniquement parce que les équipes que semi-professionnelles, mais bel et bien à cause des tensions qui subsistent. Ils ont ajouté que lors des matchs un lourd effectif de police est déployé (environ 400 agents et des véhicules anti-émeutes).

Finalement, nous leur avons demandé si selon eux le foot avait plutôt tendance à rassembler les gens ou à les séparer, sans hésiter l’un nous répond: « ça les sépare ».

Et quant à l’équipe d’Irlande du Nord ? « Les catholiques ne sont pas du tout supporters de cette équipe ».

Images

Image 1 : Jimmy Johnstone Mural, Falls Road, Belfast

source : http://www.inyourpocket.com/belfast/Belfast-Murals_70999f?&page=1#&gid=1&pid=15
source : http://www.inyourpocket.com/belfast/Belfast-Murals_70999f?&page=1#&gid=1&pid=15

Image 2 : For Club and Country, croisement de Broadway et Donegall, Belfast

source : https://extramuralactivity.com/category/red-hand/page/5/
source : https://extramuralactivity.com/category/red-hand/page/5/

Image 3 : Our wee country, au Times Bar sur York Road, Belfast

source : https://extramuralactivity.com/2013/01/05/our-wee-country-2/
source : https://extramuralactivity.com/2013/01/05/our-wee-country-2/

[1] Irish Republican Army, organisation paramilitaire républicaine

[2] Ulster Defense Army, organisation paramilitaire loyaliste