Problématisation

Roland Barthes écrivait : « Je ne sais si, comme le dit le proverbe, les choses répétées plaisent, mais je crois que du moins elles signifient. »1. Ainsi, ce sont donc les significations de ces répétitions qui seront au centre de nos recherches.

Les questions que nous nous posons, dans ce travail sont les suivantes : Quelles représentations des murals de Belfast alimentent un cercle d’images? Quelles significations ce cercle prend-il dans le contexte post-conflictuel de la ville?

Pour y répondre, nous comptons étudier les images visuelles et les discours produits autour du tourisme.
Ainsi, nous émettons l’hypothèse, en nous appuyant sur nos recherches préliminaires, que certaines fresques sont particulièrement fréquentes dans l’environnement touristique. Notre but est non seulement de rendre compte de cette redondance d’images et d’identifier de la sorte un cercle d’images, mais aussi de chercher àcomprendre l’origine et les conséquences de cette sur-représentation. Nous envisageons, par exemple, la possibilité que les images des murals d’un côté du conflit soient davantage mises en avant par rapport à l’autre.

Clément Cheroux dans son ouvrage Diplopie, identifie des représentions de thématiques similaires présentées en boucle dans les médias étasuniens, menant ainsi à la création de diverses catégories d’image-type des attentats contre les tours du World Trade Center, le 11 septembre 20012. Dans une approche similaire, nous nous efforcerons d’identifier des images-types pour les murals de Belfast, ainsi que les thématiques que celles-ci illustrent.

Une fois notre échantillon final établi, nous nous adonnerons àune analyse détaillée de celui-ci, en questionnant les images le constituant. Comme mentionné plus haut, nous nous efforcerons de définir des images-types de murals, aux raisons de leurs présences iconographiques répétées, à leurs localisations, etc.
Nos réflexions se porteront donc principalement sur les images de murals constituant par leurs répétitions un cercle plus ou moins fermé. Le cercle sera formé d’images partagées par des agents touristiques aux visiteurs de la ville, qui s’en empareront, les partageront à leur tour autour d’eux, notamment à travers les réseaux sociaux. Ainsi faisant, ils entretiennent la diffusion de la représentation d’un mural auprès de potentiels touristes, et par la même occasion, renforcent l’image promue par les agents touristiques.

La mise en circulation répétée des représentations d'un même mural, entre les agents touristiques et les touristes. Léa Zignani
La mise en circulation répétée des représentations d’un même mural, entre les agents touristiques et les touristes.

Notre première hypothèse est donc, comme nous venons de le présenter, l’existence d’un cercle d’image autour des murals. Nous avançons aussi la possibilité que l’un des côté du conflit passé soit sur-représenté par rapport à l’autre.

Dans un premier temps, nous présenterons donc les méthodes employées pour la récolte de données. Celles-ci seront mobilisées et analysées dans une seconde partie, où nous reviendrons sur nos hypothèses et où nous élaborerons diverses parties thématiques.


1- Barthes, R., Mythologies, Paris, Le Seuil, 1957, p.10
2- Chéroux, C., Diplopie, Paris, Le Point du Jour, 2009, p.22

 


INTRODUCTION

‣ PROBLÉMATISATION

MÉTHODOLOGIE

‣ PARTIE THÉMATIQUE
‣ CONCLUSION

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *