Méthodologie – Solidarité Internationale

Méthodologie plurielle

 

Pour notre travail de terrain à Belfast, nous avons croisé plusieurs méthodes de recherche. En tenant compte du peu de temps de recherche à notre disposition, c’est-à-dire deux demi-journées, nous avons utilisé plutôt des méthodes qualitatives et non quantitatives car nous n’avions pas le temps et les moyens d’avoir les sources nécessaires pour faire des analyses statistiques et mathématiques.

Nous avons utilisé diverses méthodes qualitatives : observation, entretien semi-directif, géolocalisation et analyse d’image.

Premièrement, l’observation diffuse de l’espace public est notre méthode principale, elle nous permet d’identifier des symboles ou icônes liés à la représentation d’autres conflits ou luttes hors d’Irlande du Nord et ainsi de voir dans quelle mesure le conflit nord-irlandais est internationalisé à travers ces références et s’inscrit dans une solidarité avec d’autre groupes à l’étranger. Plus précisément, nous nous sommes appuyés sur les murals loyalistes et un mural républicain, sur les drapeaux et affiches, ainsi que sur les boutiques vendant des articles à caractère international (drapeaux, livres, …). Notre terrain s’est surtout limité au quartier de Falls, à tendance républicaine et au quartier de Shankill, plutôt loyaliste. Ce sont des quartiers plutôt populaires, situé dans l’espace péricentral, où les traces de la séparation, et la séparation elle-même demeure. Nous avons géo-localisé et photographié chacune de nos sources d’observation. De plus, dans les magasins où nous sommes allés, nous avons relevé, via un inventaire, chaque objet lié à l’international et si possible son lieu de fabrication. Puis, en partant de ce que l’on a trouvé sur place en lien avec d’autres conflits, nous avons analysé les symboles qui se rattachent à une mémoire collective de révoltes, conflits, pour à la fin tenter de répondre à notre problématique.

Deuxièmement, nous avons effectué des entretiens. Tout au long de notre semaine sur place, les divers intervenants, notamment les chauffeurs de Black Cabs, nous ont permis de mieux comprendre le contexte de l’Irlande du Nord et ses différentes facettes. Ainsi, nous avons pu avoir une idée générale et cela nous a donné des pistes concernant notre question de recherche. C’était des questions plutôt à découvert car les divers intervenants connaissaient notre statut d’étudiant en voyage d’étude. Ensuite, nous avons utilisé des entretiens, qui prenaient la forme de discussion, agrémentées de nos questions, pour mettre en lien ce que nous avions observé dans l’espace public et les pratiques des acteurs. Premièrement, nous avons questionné les personnes qui tenaient les magasins où il y avait des conflits internationaux représentés, pour essayer de comprendre le type de solidarité qu’ils se représentent, ceci à travers leurs connaissances du sujet, leur implication, l’origine de leurs produits, etc. Ces entretiens se sont déroulés à couvert. Afin de ne pas paraître trop intrusifs, nous avons préféré utiliser la prise de note et non l’enregistrement. Nous voulions aussi interroger les personnes fréquentant les magasins, mais malheureusement, il n’y avait personne au moment de notre terrain. Deuxièmement, nous avons effectué des micros-trottoirs devant les murals, ou devant les drapeaux qui étaient en lien avec notre sujet. Nous avons ainsi récolté à chaud les réponses des habitants de ces lieux. Cela nous a permis de voir leur connaissance du sujet, ou leur explication de tel ou tel autre symbole.

Tenant compte de l’éventuelle publication en ligne de nos résultats, nous faisons tout particulièrement attention au respect de l’anonymat de nos interviewés. Mais nous profitons aussi de ce support pour créer un rendu différent du support papier dont nous avons l’habitude, en intégrant par exemple, une carte interactive représentant notre terrain de recherche.

Critique méthodologique

Ce retour critique sur notre méthodologie ne sera pas séparé entre points positifs et négatifs, mais sera présenté de manière à essayer de montrer l’évolution des méthodes utilisées, nos réflexions autour de celles-ci et leurs limites.

Pour notre première demi-journée de terrain, nous n’étions probablement pas assez préparés, nous n’avions pas une démarche claire, une liste de choses à relever ni des questions précises. En effet, si nous comptions faire des interviews, nous n’avions pas prévu d’interroger des personnes travaillant dans des magasins. Pour résultat, nous nous sommes écartés de nos objectifs lors de notre premier entretien dans un magasin républicain. Ce que nous avons appris était intéressant mais cela s’éloignait de notre recherche et nous avons passé trop de temps sur une source qui n’était pas forcément représentative de la majorité. En effet, les personnes interrogées dans ce magasin avaient des opinions très tranchées et étaient partisannes d’un mouvement politique extrémiste. Par conséquent, faisant face à des personnes ayant de fortes personnalités, notre manque de préparation nous a amené à discuter de thèmes hors-sujet.

 Cependant cette expérience nous a permis de faire évoluer notre recherche. En effet, avant de partir, notre idée était de rechercher des symboles forts autour des murals, mais cela n’a pas été très concluant sur notre terrain et un autre groupe d’étudiant utilisait quasiment les mêmes sources de données. Cependant, notre rencontre avec les gérants de ce magasin nous a ouvert la piste de ne pas seulement nous intéresser aux murals mais à toutes autres représentations dans l’espace public, notamment les magasins (leur façade, l’inventaire, la provenance des articles, les fascicules et journaux mis à disposition, ainsi que l’arrangement des articles du magasin). Cela nous a amené à changer d’échantillon d’analyse, ainsi qu’à rajouter l’analyse de la façade et de l’intérieur des magasins dans notre recherche. Nous avions aussi prévu de mettre en commun, avec d’autres groupes, nos travaux pour qu’on puisse interroger un peintre de murals, mais dû à ce changement d’angle, cela est devenu moins pertinent. Nous pouvons donc voir une nette évolution de notre terrain et méthode entre nos deux demi-journées qui se caractérisent par une refocalisation sur les magasins et par une préparation beaucoup plus claire

Avant de partir, nous imaginions pouvoir interviewer chaque intervenant, mais cela n’a pas été possible concrètement par manque de temps et d’organisation. De plus, les questions de notre grille étaient trop larges. Nous n’avons pas pu faire une vraie analyse de discours avec les entretiens effectués à partir de notre grille de questions revisitée. En effet, nous n’avons pas pu enregistrer ou retranscrire en temps réel les réponses.

La limite principale de notre travail est le peu de temps que nous avions à disposition. Nous aurions voulu pouvoir passer plus de temps en dehors des quartiers de Falls et Shankill (notamment East Belfast qui a des murals un peu différents ou encore dans les quartiers dits plus « neutre »). Le fait d’avoir d’avoir enquêté dans les quartiers les plus nationalistes et loyalistes peuvent constituer un biais dans notre travail, car on y trouve des discours (à travers les symboles ou les interviews) politiques très orientés, pas forcément représentatifs de la situation politique globale.

Retourner à la page « Solidarité Internationale »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *