Des symboles pour se justifier

 Quels sont les différents registres de justification par les deux partis ?

Introduction : Plusieurs manières de se justifier

Par Darell Bloch, Angèle Canelli et Louis Romaneschi

Avant propos :

Dans cette étude nous traiterons des registres de justifications des deux partis. Pour faciliter la compréhension de notre recherche il est important de comprendre ce qu’est un registre de justification et également comment qualifier les deux partis.

On peut appeler registre de justification un ensemble de caractéristiques trouvées dans un texte, un discours ou dans toute forme d’expression visuelle visant à justifier la ou les action(s) réalisée(s) par l’acteur au regard du spectateur.

En ce qui concerne les deux partis, nous utiliserons donc trois façons de les qualifier, à savoir :

  • le parti plutôt d’origine irelandaise, qui est nationaliste, républicain et catholique;
  • le parti plutôt d’origine anglaise, qui est unioniste, loyaliste et protestant.

  1. Introduction : Plusieurs manières de se justifier

Les murals ne sont pas neutres. Ces peintures apparaissent petit à petit dans les rues de Belfast en parallèle avec le conflit qui oppose républicains irlandais aux loyalistes, fidèles à la couronne britannique. Ces peintures murales ont un caractère fondamentalement politique : les partis belligérants utilisent ce moyen graphique afin de faire de la propagande, démarquer leur territoire, d’acquérir de nouveaux sympathisants, ou alors de menacer l’ennemi. Elles se positionnent d’un côté ou de l’autre des partis engagés en faisant référence à des symboles, à des personnages et à des événements historiques liés à l’héritage culturel de chaque parti. En utilisant cette dialectique les deux partis justifient leur prise de position dans le conflit. Chacune des murals comporte donc une dimension fortement idéologique malgré leur apparence pouvant paraître neutre. Cette mobilisation de symboles religieux, militaristes, culturels et nationalistes sur les murals peut être perçue comme un ensemble d’arguments légitimant l’existence et les revendications de chacun des partis.  Ces murals ont une capacité d’impact politique directe sur la population et sur tout autre observateur puisqu’elles sont situées dans l’espace public. Apparaissant sous une forme artistique, les murals sont en réalité une forme de propagande visant à ressasser le spectre de l’opposition entre catholiques et protestant, les murs de Belfast deviennent alors un enjeux important du conflit.  L’objectif de notre recherche est de mettre en lumière les différents registres de justification mobilisés par chacun des partis dans les murals et d’expliciter le sens que les partis veulent donner aux murals.

Pour ce faire nous allons analyser de manière comparative les murals unionistes et les murals républicaines. Nous présenterons un tableau graphique répertoriant les symboles les plus fréquents et explicitant leurs significations et histoire. Cette classification sera une clef de lecture de notre travail, qui mobilisera ces symboles afin d’expliquer les différents registres de justification du conflit. En effet, ce lexique appuiera notre recherche, qui détaillera les différentes manières par lesquelles les partis mobilisent ce langage graphique à leurs fins politiques et culturelles. Nous avons pu mis en exergue plusieurs registres de justification ; tout d’abord l’exacerbation de registres culturels irlandais ou loyalistes, le ralliement à des conflits internationaux, et enfin la victimisation de chacun des partis.

Exacerbation de la culture :

Le premier registre de justification que nous traitons est celui de l’exacerbation culturelle, ou ce que nous intitulons “l’hyperculturalisation”. Cet outil conceptuel utilisé pour notre analyse se définit par la volonté d’une communauté de se créer et de mobiliser un patrimoine culturel qui lui est propre. L’hyperculturalisation se caractérise par la grande utilisation de toutes sortes de particularités culturelles communautaires à des fins de différenciation, par rapport au parti adverse. C’est une création de l’altérité, un processus qui a pour but de renforcer l’appartenance à l’identité culturelle de son parti. Dans cette période post-conflit, à Belfast, cette exacerbation de la culture est bel et bien encore utilisée, à des fins politiques, historiques et mémorielles. Cette logique que l’on pourrait considérer comme une mobilisation très marquée d’un héritage, va différer entre protestants et catholiques, et dépasser le cadre des murals en se retrouvant dans plusieurs aspects de la vie quotidienne.

A l’échelle géographique d’une ville qui n’est pas plus grande que Genève, ces logiques d’hyperculturalisation peuvent en effet être très marquées: on identifierait un protestant ou un catholique à travers son style vestimentaire, sa façon de s’exprimer, son lieu de résidence. Nous retrouvons ces aspects de différenciation que ce soit dans l’usage de la langue gaélique, parlée exclusivement par des communautés catholiques, ou même jusque dans les sports pratiqués: le football étant plus pratiqué par les catholiques alors que le rugby est plus commun chez les protestants. Notre sujet d’analyse étant les murales, nous ne nous attarderons guère sur l’exacerbation culturelle dans les comportements sociaux, mais traiterons le sujet à travers les symboles présent dans l’iconographie des murales. Nous procéderons en faisant une analyse comparative des logiques d’utilisation symbolique de chacun des partis, tout en illustrant nos propos avec quelques exemples. Par ailleurs, notre grille des symboles (annexe 1) permettra de référencer et de situer les symboles les plus importants afin de ne pas reprendre ces éléments dans l’analyse.

Tout d’abord, après avoir analyser les murales photographiées lors de nos terrains, nous pouvons distinguer dans les grandes lignes des logiques de mobilisation symboliques, allant sur des axes distincts, selon l’appartenance de la murale au clan unioniste ou républicain.

Chez les unionistes, le registre symbolique est très militarisé et rendu historique; ce qui donne aux murales protestantes une dimension politique assez marquée. Ce constat se fait tout d’abord par leur composition, souvent régie pour mettre en avant un blason, entouré d’autres symboles (drapeaux, miniatures de personnages). La position centrale du blason qui incorpore la plupart du temps un drapeau de l’Union Jack, une couronne et la main rouge de l’Ulster (voir tableau en annexe), rappelle la centralité du pouvoir monarchique, avec les éléments qui l’entourent relégués au second plan, de par leur subordination hiérarchique. Dans ce cas, nous sommes face à une véritable prise de position en faveur de la culture monarchique, exacerbée par la mise en place d’une justification à travers plusieurs symboles unionistes. Des éléments voulant démontrer la force militaire et économique du Royaume-Uni sont également avancés dans les murales loyalistes. Autour du blason central, des sujets récurrents tels que les guerres mondiales, la puissance de l’Empire et l’importance de sa flotte (en grande partie construite dans le port de Belfast) constituent un argumentaire de la force du Royaume-Uni à l’échelle locale et internationale. Ce “culte de l’Empire” est spécifique aux loyalistes qui vont chercher leur appui dans sa grandeur historique et économique, et par des représentations de la matérialité de cette grandeur : bateaux, avions, troupes, bâtiments etc.. Cette matérialité de la force se retrouve dans les murales loyalistes représentant des milices de défense armées, avec la plupart du temps un personnage cagoulé brandissant une arme à feu. Dans ce genre de murales, nous restons dans une logique d’explicitation de la force d’attaque, s’illustrant à travers la menace des symboles d’un “gunman” et de son arme pointée.

La représentation de personnages historiques, d’évènements marquants ou de monuments symboliques est également fréquente dans les fresques protestantes. Nous les voyons par exemple dans des murales dédiées à Oliver Cromwell (figure politique de la 1ère révolution anglaise), de la bataille de la Somme, etc… Les nombreuses allusions et commémorations de ces personnages et évènements traduisent le désir de s’approprier et d’utiliser les faits du passé pour justifier une cause présente. Il y a alors une réinterprétation et une manipulation de l’héritage culturel et historique pour le mobiliser dans un contexte ou cet héritage participera à la distinction entre protestants et catholiques.

Du côté républicain, l’exacerbation de la culture est également très marquée. Le registre symbolique républicain est pourtant assez différent de celui des loyalistes et est fortement alimenté par l’héritage culturel gaélique et irlandais. La composition est très rarement centrée sur un élément en particulier, mais en favorise l’intégration de plusieurs. La grande mobilisation de symboles mythologiques montre le désir des républicains de se justifier à travers l’ancienneté de leurs racines, qui irait au delà même de l’ère chrétienne. Harpes, divers tribaux irlandais, trèfles et spirales servent à la fois d’ornementation, et à la fois de rappel de l’appartenance à une culture ancestrale, plus pacifique et finalement moins politisée que la symbolique protestante. L’aspect plus coloré et moins graphique des murales républicaines s’oppose au conformisme des murales protestantes, plus froides et directes et rappelant vaguement une iconographie qui se rapprocherait de propagandes fascistes et communistes. Le choix des couleurs n’est pas anodin : le vert rappelle déjà l’Irlande, mais c’est aussi le symbole de la paix et de l’espoir, en opposition avec le rouge plus violent utilisé par les loyalistes. L’argument avancé par les républicains est le folklore inhérent à la culture irlandaise, qui de par son caractère sympathique, peut être interprété comme l’opposé du côté menaçant de certaines murales loyalistes. Un aspect récurrent dans les murales républicaines est la représentation de la résistance, qui peut être soit symbolisée par un phénix émergeant de ses cendres, soit par un paramilitaire non cagoulé pointant son arme vers le ciel d’une pose dynamique. Nous remarquons ici que l’exacerbation de la solidarité à travers l’adversité, de la bravoure et de l’héroïsme est un trait de caractère que la communauté catholique a essayé de transparaître au travers des murales.

 Affiliation a des conflits étrangers

Il est difficile de connaître la part de vérité que les récits des deux partis contiennent. Les conflits, nous l’avons compris, perdurent encore aujourd’hui. Leur étendue a d’ailleurs permit à plusieurs générations belfastoises de vivre ce conflit. Néanmoins il est évident que les générations actuelles ont des opinions différentes de celles des générations précédentes. Il en est de même pour la visibilité extérieure de l’histoire des troubles, celle ci a évolué de manière croissante depuis leurs débuts. Aujourd’hui, la population intéressée par les murales et par l’histoire de Belfast possède de nombreux moyens d’accéder aux informations désirées en comparaison avec la période durant laquelle les conflits ont débuté, c’est à dire durant les années 1920.

Précédemment, nous avons détaillé la manière avec laquelle les deux partis revendiquent au public extérieur leur culture, à savoir par exemple, la culture celtique pour les nationalistes et la culture anglaise pour les loyalistes. Mais l’on ne trouve pas ces symboles culturels sur la totalité des murals. En effet, avec l’augmentation de la visibilité, c’est à dire l’exposition des faits des conflits au reste du monde, les partis ont du développer un ensemble d’arguments plus vaste que leurs arguments culturels. Nous allons donc voir dans cette partie les moyens visuels mis en oeuvre par les partis afin de rallier leur cause à d’autres conflits internationaux. Autrement dit, comment les deux partis défendent leur cause et leur opinion grâce aux illustrations des murals en puisant dans le contexte historique international. Cet effet ayant pour but de maximiser le soutien international.

En commençant par le parti républicain, on remarque que celui ci compare sa position avec la position d’autres groupes plus ou moins analogues ayant comme point commun le caractère minoritaire réprimé ou l’appartenance à un peuple ne pouvant pas disposer de lui même et tyrannisé. Le parti est solidaire de beaucoup de minorités injustement opprimées ou discriminées pour leurs opinions, leur appartenance ou leur sexualité. Les causes reviennent aux oppressions des homosexuels jusqu’à l’oppression du peuple cubain. Nous pouvons notamment voir sur le mural  ci dessous, qu’un désaccord est  clairement exprimé avec la politique d’Obama vis à vis du peuple cubain. Le parti s’engage également à représenter le conflit territorial des Pays Basques.

Capture d’écran 2016-05-23 à 17.49.54

On trouve ensuite un nombre important de murals nationalistes faisant référence au parti palestinien. Les signes reconnaissables sont ici, le drapeau de la Palestine et ses couleurs, l’utilisation de contenus textuels en calligraphie palestinienne.

Capture d’écran 2016-05-23 à 17.50.06

Les nationalistes soulignent que ce peuple est soumis au joug d’un état illégitime ne respectant pas le droit international. Les nationalistes républicains s’approprient le soutien réciproque des conflit étrangers, mais aussi se comparent directement à des personnages internationaux connus et vus par une majorité de la population comme exemplaires ou respectables. Par exemple, comme on peut le voir dans la peinture murale représentant Bobby Sands et Nelson Mandela côte à côte.

Capture d’écran 2016-05-23 à 18.00.05

Le message est limpide, Nelson Mandela a combattu un régime politique illégitime et violent et a été emprisonné, tout comme Bobby Sands. On peut aussi voir, non loin du lieu où plusieurs personnes ont été tuées pendant le Bloody Sunday, une reproduction du Tres de mayo de Goya (ci dessous) pour rappeler les tirs des parachutistes sur des civils, ce qui peut s’apparenter à une exécution sommaire. Cette démarche de victimisation est encore plus efficace en utilisant des symboles internationaux et un registre mémoriel connus de tous.

Capture d’écran 2016-05-23 à 18.00.12

Lorsque l’on observe les murals du parti loyaliste, on trouve une référence fréquente à un peuple  extérieur l’aidant à justifier sa position. Cette référence revient au peuple israëlien en contexte de conflit israélo-palestinien. En effet, le parti loyaliste est en accord avec le fond idéologique, la forme de l’état et aussi avec le mode d’action, plus généralement, est d’accord avec l’attitude inflexible de l’état Israël ainsi que sur ses actions militaires envers les terroristes et la population civile. De plus les loyalistes expliquent qu’Israël est le pays le plus prospère économiquement de la région, donc le modèle qui ressort le plus gagnant de la situation de conflit. Ils mettent ce point de vue en lien avec la situation de l’Irlande du Nord, considérant que la région doit sa réussite d’antan à son intégration dans la Grande-Bretagne. Les protestants, eux plutôt que de prendre une position victimaire, justifient leurs actions violentes en réactions aux actes terroristes des unionistes.

Victimisation des partis

Nous faisons l’usage dans cette partie du terme victimisation et de ses dérivés. Nous entendons par “victimiser” l’acte ou parole visant à rendre son parti victime aux regards de la population extérieure au conflit, ainsi qu’en tant que justification des actions offensives ou défensives envers l’autre camp. Aussi, d’après la Déclaration des Principes Fondamentaux de Justice Relatifs aux Victimes de la criminalité et aux victimes d’abus de pouvoir, les victimes sont définies comme “des personnes qui, individuellement ou collectivement, ont subi un préjudice, notamment une atteinte à leur intégrité physique ou mentale, une souffrance morale, une perte matérielle, ou une atteinte grave à leurs droits fondamentaux, en raison d’actes  ou d’omissions qui  enfreignent  les  lois pénales en vigueur  dans  un  Etat membre,  y  compris celles qui proscrivent les abus criminels de pouvoir.

  • Mémoriel des victimes

IMG_09372222

Le but du mémorial est de rendre hommage à des victimes de guerres ou d’évènements particulièrement tragiques. Le mémorial sert aussi à commémorer un évènement important pour une communauté en terme de changement économique, politique ou social. Le monument, ou le lieu, mis à disposition n’est pas simplement un espace ou un objet concret, il contient une dimension abstraite et il est vecteur d’une mémoire collective. Ainsi, les lieux de mémoires sont respectés par toute personne concernée par la morale collective, quasiment universelle, liée au respect des morts et de ce qui les englobe.

Au travers de ces mémoriaux, on rend hommage à des victimes et on permet également le deuil collectif de la communauté concernée. La ville de Belfast possède un grand nombre de mémoriaux dont la plupart sont situés principalement dans les quartiers encore séparatistes. Cela s’explique en raison des nombreux conflits intra-muros subis dès 1920 avec le projet d’autonomie de l’Irlande, alors sous la domination de la Grande-Bretagne régis par Home Rule. C’est à partir de cette proposition que des tensions entre les républicains nationalistes de Belfast et les loyalistes unionistes débutèrent, prenant de plus en plus d’ampleur et menant à plusieurs conflits civils, appelés troubles, jusque dans les années 1990. C’est parce que ces conflits engendrèrent de nombreux morts que la mise en place de monuments mémoriaux fut nécessaire. Néanmoins, il semblerait que malgré les actes de paix conclus entre les communautés de Belfast, les dissensions perdurent au sein même de ces lieux de mémoire. En effet, le cas de Belfast est particulier puisqu’on trouve dans la ville des mémoriaux peints, accompagnés de murals colorées relatives aux troubles. Sur ces murals on peut apercevoir des visages de personnalités importantes dans les conflits aux côtés de symboles liés aux religions ou aux cultures des deux partis.

On peut considérer que la réalisation d’un monument mémoriel représente en quelques sortes une prise de position à partir du moment où l’on rend hommage aux morts d’un seul camp et pas de l’autre.  On peut donc considérer que le spectateur – supposé neutre – va se placer automatiquement d’un côté ou de l’autre des deux camps. En ajoutant, comme à Belfast, des visages et des symboles très détaillés aux mémoriaux, la sensibilité du spectateur est touchée car celui ci va s’identifier plus facilement aux partisans du mémorial. Le spectateur est nettement moins ému s’il n’a en face de lui qu’une liste de noms de victimes auxquelles il ne peut se référer. En revanche, il est fort probable qu’un touriste, père de famille, voyant en face de lui se dresser une peinture murale représentant des enfants expliquant que ces derniers furent tués par les forces d’un des deux partis, le père va se sentir concerné et son opinion sur le conflit en sera influencée. Il est fort probable que l’image associée à la description favorise cette sensation. Le monument, alors envisagé comme vecteur d’idée pacifiste au premier abord, aurait plutôt tendance à faire perdurer la conflictualité, d’autant plus s’il est accompagné par une mural renforçant le pouvoir d’identification sur le spectateur.

Sachant que le dark tourism est très développé dans cette ville, on peut émettre l’hypothèse que les mémoriaux aux victimes ne sont pas uniquement créés pour les populations locales et protagonistes du conflit mais qu’elles se dirigent vers les touristes. En effet, il est possible que les murals peintes aux côtés des mémoriaux soient mobilisées afin de victimiser le parti concerné envers l’autre et face à l’opinion internationale. Ainsi, grâce à la dimension sensiblement touchante de la jonction mémorial-murals, les partis se victimisent et se déchargent donc en partie de la responsabilité des dommages humains et matériels dus aux troubles.

Nous avons donc vu que la justification des actions des partis dans les conflits est présente au travers de symboles dans les murals. Nous avons précédemment avancé l’idée que les partis cherchent à rallier les observateurs extérieurs aux conflits dans leur camp, en disposant notamment les murals de manière à toucher le spectateur et à se placer en tant que victime dans le conflit. Dans cette partie nous expliquerons comment ce même processus de victimisation est présent dans les textes des murals. Grâce au plan détaillé du site http://www.belfast-murals.co.uk, un échantillon de cinquante murals (vingt cinq murals unionistes et vingt cinq murals loyalistes) fut utilisé afin d’étudier le champ lexical utilisé dans ces peintures. Nous chercherons à montrer que les deux partis ne font pas usage des mêmes mots et que cela traduit deux manières d’expliquer le conflit. Le tableau ci dessous répertorie les résultats de l’analyse de contenu.

content analysisNous pouvons donc observer dans notre échantillon grâce au tableau plusieurs champs lexicaux ressortant des mots utilisés pour représenter les partis unionistes et loyalistes. Ces champs lexicaux sont de trois ordres : la lutte, les références territoriales et communautaires et le post-conflictualisme.

  • Analyse du champs lexical de la lutte :

Le tableau précédent montre que le parti loyaliste utilise plus de mots liés à la lutte que le parti nationaliste. Le mot militants est visible sur environ vingt pour cent des murals loyalistes (d’après notre échantillon de vingt cinq murals) tandis que le mot le plus fréquemment utilisé pour les républicains est resistance. Ces deux mots ne sont pas en opposition mais ne se définissent pas de la même manière; ainsi d’après la définition anglaise du site Merriam Webster, militant signifie « having or showing  a  desire  or   willingness   to  use   strong,   extreme,    and      sometimes forceful methods to achieve something»¹ (Simple définition of militants [en ligne] http://www.merriam-webster.com/dictionary/militant) Ce mot est donc synonyme en anglais d’action politique ou idéologique violente. En ce qui concerne le mot resistance, toujours d’après la même source, la définition est la suivante : «refusal to accept something new or different » ou «effort made to stop or to fight against someone or something »² (Simple définition of resistance [en ligne] http://www.merriam-webster.com/dictionary/resistance). Autrement dit, l’acte de résistance n’inclue pas nécessairement un acte violent.

En tenant compte des autres mots utilisés par le parti loyaliste tels que guns, attacked, conflict on réalise la différente vision des troubles par chacun des partis. Pour parler du conflit, le parti loyaliste fait  plus appel à la dimension brutale et armée du conflit. À l’opposé, le parti républicain utilise les mots brave, oppression, fall, faisant plutôt référence à un champ lexical de la survie. Les républicains se décrivent donc plus comme étant en position dominée ou alors en position de subsistance face à une force supérieure politique opposée et offensive.  

  • Analyse du champs lexical post-conflictualiste:

En ce qui concerne la dimension post-conflictualiste, les murals des deux camps font une utilisation commune de mots tel que freedom. L’usage de ce mot (liberté) pourrait faire référence à l’ultime but vers lequel tend la ville de Belfast. La différence d’usage du mot par les deux partis réside ici dans les extensions employées. En effet, freedom est utilisé sous différentes dérivées par le parti nationaliste républicain, on peut donc lire dans les quartiers républicains les termes free, free union ou encore liberation à plusieurs localisations.

Le deuxième mot le plus utilisé par le parti loyaliste unioniste est murder, alors que celui n’est visible qu’une seule fois de l’autre côté du conflit. Nous pouvons noter également que la devise du parti loyaliste : « no surrender » apparait deux fois parmi notre échantillon. Ce slogan est à contre-sens de l’idéologie pacifiste puisque qu’elle se traduit par « ne pas renoncer ». Elle est depuis longtemps utilisée par le parti, qui considère que les conflits n’auront de fin que lorsque l’autre camp aura cédé, autrement dit, le parti pour la gouvernance anglaise exprime son mécontentement envers l’idée de trouver un terrain d’entente mettant fin aux tensions.

Les deux partis font enfin référence aux victimes et aux combattants ayant servit leur communauté. L’usage de murder est fréquent pour les loyalistes tandis qu’il n’apparaît qu’une fois chez les nationalistes. Enfin, on peut noter le terme martyrs utilisé par les nationalistes, impliquant directement la souffrance notamment d’après le dictionnaire anglais Merriam Webster  “a person who is killed or who suffers greatly for a religion, cause, etc..” (simple definition of martyr [en ligne] http://www.merriam-webster.com/dictionary/martyr)

Plus largement, il est remarquable que les partis anglais voient en la situation post-conflit un espoir de victoire progressive sur le camp opposé. A l’inverse, le vocabulaire utilisé par les nationalistes, pourrait indiquer que ceux ci revendiquent une plus forte volonté de paix. De plus, ces derniers font un usage fréquent de mots relatifs au martyre et à une position, encore, de victimes premières de ces troubles.

  • Analyse du champs lexical de territorialité et de communautarisme:

Ce champ lexical est peu représenté comparé aux deux autres ressortis de l’étude, néanmoins on peut remarquer deux niveaux d’appartenance des partis.

Le parti républicains nationaliste à tendance à valoriser les origines celtiques et irlandaises tandis que le parti loyaliste légitime directement sa présence en Ireland du Nord de part l’appropriation des toponymes Ulster, North Belfast. Ce parti loyaliste se considère également comme une équipe (team) alors que l’on retrouve plutôt l’idée de communauté du côté des nationalistes. Enfin, on peut remarquer au sein de notre échantillon une différence d’échelle lorsqu’il s’agit des protagonistes du conflits. En effet nous pouvons trouver dans les murals loyalistes le terme royalty, menant directement au sommet de la gouvernance recherchée, alors que les nationalistes emploient le terme civil à deux reprises. La volonté de représenter les populations concernées dans le conflit est donc différente selon les partis, la vision est soit micro, soit macro.

A la suite de cette analyse de contenu, nous distinguons deux mentalités. En effet, nous avons observé que les partis n’évaluent pas de la même manière leur rôle dans le conflit. Quand les loyalistes prônent la puissance de leurs armées et troupes militantes qui ne renonceront jamais à la lutte, les nationalistes, à l’opposé, n’évoquent pratiquement pas leurs actions violentes dans le conflit. Au contraire, après cette analyse nous pouvons remarquer que ceux ci ont tendance à évoquer leurs forces de résistances et donc intrinsèquement, leur statut de victime en recherche de processus de paix. Quant au registre de justification, l’analyse de contenu démontre que les anglais loyalistes justifient leurs actions en faisant référence textuellement à leur connaissance du territoire nord-irlandais afin de prouver leur présence ancienne et comme « logique » sur ce territoire. Ainsi, ils légitiment les troubles et assument la défense d’un territoire qu’ils considèrent acquis. En parallèle, les irlandais républicains remontent jusqu’aux origines celtiques pour revendiquer leur appartenance à un peuple irlandais avant même l’existence dune population anglo-irlandaise.

Symboles les plus présents
Symboles les plus présents

cliquer pour agrandir le tableau

Méthode utilisée :

Afin de réaliser au mieux notre enquête nous avons eu besoin d’obtenir de l’information formelle et de l’information informelle; mais principalement d’informations qualitatives. Nous avons également opté pour une approche interprétative, c’est à dire d’étudier les sources à notre disposition afin de comprendre la culture en question.

Analyse documentaire :

Nous avons premièrement choisi d’analyser les sources littéraires préexistantes à propos de l’histoire de Belfast et de ses murals. Munis de deux livres répertoriant chaque mural de Belfast, de cartes à différentes échelles pour différentes utilisation ainsi que de prospectus touristiques nous avons entamé notre recherche d’informations officielles sur l’histoire des conflits de Belfast. Ces documents étaient en libre accès à la bibliothèque et également à l’office du tourisme. La netnographie, autrement dit, les recherches web furent le deuxième moyen d’obtenir des données formelles sur le conflit et notamment sur les nombreux symboles peints dans les murals.

Enquêtes qualitatives :

Nous définissons les informations informelles comme l’ensemble des informations tirées des discours émis par des personnes rencontrées durant le séjour à Belfast. Ces informations sont qualtitatives, il nous a donc fallu réaliser des entretiens ethnographiques. Après avoir défini des axes pour notre recherche par entretien, nous avons cherché à interroger des habitants de Belfast lors de nos recherches libres sur le terrain, dans le but d’obtenir différents avis protestant/unionistes ou avis catholique/nationalistes. Allant des explications des libraires de la bibliothèque centrale aux récits de personnes lambda interrogées dans la rue, nous avons donné tout autant d’importance à ces sources basées sur des conversations orales qu’à celles de nos livres et sites internet. Pour consolider les données reccueillies, nous avons fait de l’observation directe lorsque nous avons noté ce qui nous paraissait pertinent pour notre recherche pendant les visites organisées, (comme par exemple les références aux autres conflits internationaux ou les explications liées aux symboles des drapeaux qui sont énormément reproduis sur les murals). Nous n’avons pas enregistré nos entretiens mais nous avons opté pour la prise de note.

 

Observation et analyse de contenu visuel : 

Etant donné l’ampleur des représentations symboliques que l’on trouve sur les objets destinés aux touristes il nous paraissait intéressant de nous pencher sur le sujet. Tout en effectuant cette collecte d’informations nous avons repéré le plus de symboles possibles sur les murals afin de les photographier. L’utilisation de photographies permet à la fois de soutenir nos propos, d’apporter des informations essentielles à notre recherche de récurrences symboliques et de comprendre les registres de justifications utilisés. Pour obtenir des informations pertinentes nous avons donc choisi de photographier les détails des murals, c’est à dire les symboles représentés. Néanmoins, pour quelques exceptions nous avons photographié le mural en entier, car celui ci contenait plusieurs des symboles qui nous intéressaient. Un léger tri des photos a néanmoins été nécessaire à la rentrée à l’auberge dans le but de ne garder que l’essentiel des informations visuelles enregistrées. Nous avons catégorisé les symboles selon leur origine culturelle et religieuse. Il nous fallait un exemplaire de chaque symbole aperçu et c’est pourquoi un surplus d’images non triées ne permettait pas une analyse efficace. La méthode photographique fut essentielle afin de comprendre par quels moyens visuels les partis mettent ils en avant leurs revendications.

Observation et analyse de contenu textuel :

Après avoir sélectionné les symboles sur les murals, nous avons choisi de travailler sur le contenu textuel de celles ci. Il nous a donc fallu effectuer une analyse de contenu de démarche inductive. La première étape fut de choisir un échantillon de cinquante murals (parmi nos photographies et parmi des photographies tirées d’internet) puis d’en extraire tout le contenu textuel. Ensuite, nous avons codifié l’échantillon, plus précisément nous avons pu identifier les thèmes et champs lexicaux principaux, ce qui nous a permit de créer des catégories et de pouvoir classer chaque mot trouvé dans l’échantillon de murals dans une catégorie, de lui donner une étiquette. Puis grâce à ce classement nous avons pu mettre en avant les résultats quant aux régularité d’utilisation de certains champs lexicaux par un parti ou par l’autre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *