Dark tourism à Belfast

Notre travail s’inscrit dans la thématique du tourisme, et plus précisément, dans le dark tourism, cette forme de tourisme est indirectement et intimement liée aux catastrophes humaines et naturelles, et donc à la mort et à l’atrocité. Nous allons rapporter ce thème à la ville de Belfast qui fut le terrain d’affrontements violents ayant conduis à la construction de frontières physiques. Même si aujourd’hui le conflit a été officiellement résolu et que de ce fait, le but des peace walls n’est plus le même qu’autrefois, ces murs et les fresques qui les recouvrent ne peuvent se détacher de la caractéristique sinistre qui leur est associée et qui a été au fondement même de leur construction.

Dans cette optique, nous tenterons d’expliquer dans quelle mesure l’offre touristique à Belfast repose sur une logique propre au dark tourism. Pour ce faire, nous nous focaliserons au préalable sur l’offre touristique et sur comment ces lieux sont présentés et notamment à travers l’analyse de divers documents tels que les flyers, sites internets et guides touristique. Sur place, nous nous concentrerons sur les discours des acteurs de l’offre touristique et sur la manière dont les tours sont présentés. Le questionnement quant à la mobilisation et l’instrumentalisation de la mort et des atrocités commises en ces lieux sera central dans notre recherche . Nous sommes en effet face à une forme de tourisme atypique et inhabituelle. Il s’agit d’explorer si les différents acteurs de l’offre exploitent cette originalité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *