Entre préservation et destruction: la place des murals de Belfast

Par Assmaa Shaban, Estelle Pannatier, Laura Perez & Sophie Compagnon 

L’art a souvent une dimension contestataire et il est fréquent que des artistes prennent position pour des causes qui leur sont chères. Mais dans certains cas, l’art peut devenir le dernier moyen d’expression des individus ou des populations lorsque ceux-ci n’ont plus d’autres moyens de communiquer leurs revendications. C’est le cas notamment en Irlande du Nord, où l’art, sous la forme des murals, est devenu une véritable arme durant le conflit qui a opposé les Loyalistes et les Républicains durant le 20e siècle.

A Belfast, les premières fresques loyalistes sont apparues au début du 20e siècle et comme le rappelle B. Rolston, elles étaient peintes à l’origine durant les festivités qui commémoraient la bataille de Boyne du 12 juillet 1690 (Rolston B., 1992, p.1). La population protestante profitait de cette opportunité pour réaffirmer sa loyauté à la Couronne d’Angleterre et sa suprématie sur la population de confession catholique (Tosser R., 2009, p.5). Ainsi, selon P. Pragnère, “tout en revendiquant unionisme et loyalisme envers la Grande-Bretagne, ces peintures étaient déjà le symbole d’une affirmation de propriété sur l’espace public et sur l’espace proprement dit” (Pragnère P., 2009, p.3). D’après N. Jarman, les fresques loyalistes représentaient en général des thèmes hérités de la tradition d’Orange ou des groupes paramilitaires (Jarman N., 2001).

Les murals républicains sont apparus plus tardivement. En effet, ce n’est qu’à partir du développement violent du conflit que cette pratique se répand chez les Républicains. Ils traduisaient un rééquilibrage des rapports de forces entre Républicains et Loyalistes et “constituaient une réponse symbolique à la domination protestante” (Pragnère P., 2009, p.3). C’est dans la période 1979-1978, après la mort de Bobby Sands, premier gréviste de la faim, que s’est répandue à grande échelle la peinture de murals républicains (Tosser R., p.5). Ceux-ci étaient peints en soutien au mouvement de protestation des prisonniers républicains qui réclamaient le maintien de leurs statut de prisonniers politiques (Pragnère P., 2009, p.4). Les thèmes de ces fresques s’inspiraient donc de la résistance du parti républicain Sinn Féin et de l’IRA, le principal groupe paramilitaire républicain. Après le cessez-le-feu de 1994, lorsque Sinn Féin cherchait à légitimer son existence en tant que parti politique officiel, les peintres républicains ont commencé à remplacer les anciens thèmes par des sujets liés à la communauté culturelle nationaliste, irlandaise ou encore celtique (Jarman N., 2001, p.9-10).

Au fil du temps, de plus en plus d’auteurs de fresques ont commencé à représenter des sujets internationaux. Ainsi, sur l’International Wall, des fresques s’inspirant d’évènements qui ont lieu dans d’autres parties du monde sont régulièrement peintes. Après l’accord dit du “Vendredi Saint” signé en avril 1998, les murals à caractère militaire ont peu à peu laissé la place à de nouveaux thèmes. Ceux-ci retracent notamment des moments forts de l’histoire des quartiers de la ville comme l’univers du livre Narnia, dont l’auteur C.S. Lewis est né à Belfast, ou le Titanic qui a été construit dans la ville. En effet, comme l’évoque le film “The Art of Conflict”, réalisé par V. Vaughn en 2012, de nouvelles représentations voient le jour sur les murs de certains quartiers, dans le but de fédérer les deux communautés et de créer une société en paix.

Les murals sont ainsi devenus, selon N. Jarman “l’indice visuel le plus représentatif des troubles, et l’icône par excellence du Belfast contemporain” (Jarman N., 2001, p.8). Durant le conflit, ces fresques ont été le vecteur de diffusion d’un sentiment identitaire qui a conduit au renforcement du communautarisme (Jarman N., 2001, p.8). Mais si l’art a été utilisé comme arme par les deux parties durant le conflit, la place de ces fresques, à caractère violent parfois, est aujourd’hui remise en question dans le contexte du processus de paix. Les autorités et les communautés locales doivent en effet décider si elles entendent préserver ou détruire cet héritage controversé.

Parmi la multitude d’approches envisageables, nous avons choisi de baser notre démarche sur la perception de cette problématique par les habitants. En effet, selon nous, la compréhension du ressenti de la population est fondamentale pour l’élaboration de solutions durables. Ainsi, lors de notre voyage d’étude à Belfast, nous avons cherché à interroger des habitants afin de comprendre comment la violence symbolique qui s’exprime au travers des murals hérités des troubles est vécue par les Belfastois. Nous avons également tenté de saisir quelle était la place que les habitants attribuent aujourd’hui  à ces fresques et comment ils envisagent l’avenir des murals.

Nos hypothèses de travail ont été les suivantes:

  • Les Belfastois sont encore profondément touchés par la présence de ces murals
  • Les murals ont une place encore importante dans la vie des Belfastois qui ne souhaitent par conséquent pas voir les fresques détruites.

Méthodologie

Analyse des données

Conclusion

Bibliographie

Jarman N., 2001, “Fragments et strates : Décryptage de la géographie sectaire de Belfast” in Bromberger Ch., Morel A. (ed.) Limites floues,frontières vives : Des variations culturelles en France et en Europe, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Mourlon F., 2012, “Official Responses to Dealing with the Past in Northern Ireland: Between Remembering and Forgetting “, E-rea, 10.1.

Pragnère P., 2009, “Peintures murales en Irlande du Nord et au Pays basque : mobilisation populaire et création d’identité nationale”, Les Cahiers du MIMMOC, n°5.

Roston B., 1992, Drawing support: murals in the North of Ireland, Belfast, Beyong the Pale Publications.

Tosser R., 2009, “Fresques et marches orangistes”, Les Cahiers du MIMMOC, n°5.

Vaughn V., 2012 “Art of conflict” [Film documentaire].


Une réflexion au sujet de « Entre préservation et destruction: la place des murals de Belfast »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *