Conclusion

A travers ce travail, malgré la dimension restreinte de notre recherche, nous avons pu observer que la place des murals à Belfast demeure un sujet très controversé au sein de la population. Notre travail a pu mettre en lumière l’existence d’une absence de consensus quant à la place des murals aujourd’hui à Belfast. En effet, les habitants expriment à la fois la volonté de détruire les fresques, en particulier les murals à caractère violent, pour pouvoir se projeter dans le futur et de dépasser les conflits passés et la volonté de préserver les fresques pour maintenir la mémoire des troubles.

Cette question est d’autant plus d’actualité que nous avons pu observer dans les quartiers protestants de nouvelles fresques portant les insignes des anciens groupes paramilitaires repeintes récemment.

Plus généralement, c’est tout l’héritage du conflit qui reste un sujet sensible. Ainsi, la ville ne dispose toujours pas à l’heure actuelle d’un musée expliquant l’histoire des troubles, ce qui témoigne de la difficulté qu’ont les Belfastois à produire un récit commun du conflit. Cette conclusion rejoint celle de F. Mourlon qui relève l’absence de consensus à Belfast pour impliquer l’ensemble de la population dans le processus de mémoire (Mourlon F., 2012).

Par ailleurs, si la courte durée d’interview rend la généralisation difficile, notre analyse a toutefois permis de mettre en évidence ce qui semble être un clivage générationnel. En effet, les jeunes semblent moins concernés par le conflit que la population plus âgée. Ces derniers regrettent que leur ville soit trop souvent associée à son passé sombre et veulent que Belfast aille de l’avant. Il serait intéressant de suivre l’évolution de ces questions et de voir si la jeunesse pourra redonner un nouveau souffle à la ville et trouver une véritable place pour les fresques héritées du conflit.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *