Analyse des données

Comme nous l’avons présenté dans l’article Méthodologie, nous avons basé notre recherche sur l’interview d’habitants de Belfast afin de comprendre leurs points de vue par rapport à la question de la destruction ou de la conservation des fresques.

Cet article présentera dans un premier temps les données, puis nous tenterons de mettre en évidence certaines tendances.

Présentation des données

Notre objectif, avant d’aller sur le terrain, était de récolter un maximum d’informations provenant des habitants des quartiers de Fall et Shankill. Dans ces deux quartiers se trouvent ou se trouvaient les murals qui ont fait l’objet de notre étude. Pourtant, sur place, nous avons jugé important d’élargir le public cible afin d’obtenir une information plus complète sur le débat entre la préservation ou non des murals.

Notre échantillon est composé au total de 23 interviews. La durée de ces entretiens varie entre une et vingt minutes. Les personnes interrogées sont âgées entre 16 et 74 ans. La majorité des interviews se sont déroulées dans les quartiers cités auparavant: Fall et Shankill. Toutefois, au cours de nos différentes activités durant notre séjour, nous avons également eu la chance d’obtenir les témoignages de divers professionnels: un guide touristique, deux archivistes d’un centre de documentation dont l’un est spécialisé dans les troubles, un conducteur de Black Taxi*, un représentant du Centre Gaélique et un collaborateur du City Council de Belfast, le conseil municipal de la ville.

Nous avons conscience que notre échantillon, de taille limitée, est loin d’être représentatif de la population. Cependant, nous essayerons de voir s’il existe tout de même des récurrences dans les réponses des habitants de la ville.

L’importance des murals pour les locaux

Nous avons choisi, au vu des types de réponses données lors des interviews, de séparer l’échantillon en catégories d’analyse.

Tout d’abord, nous avons séparé les adolescents des personnes plus âgées. En effet, les jeunes semblaient être moins affectés par la situation post-conflit que les personnes plus âgées. Certains des adolescents ont parlé “au nom des jeunes” en affirmant que leur catégorie d’âge accordait peu d’importance aux murals. De ce fait, ils paraissaient plus détachés du passé de Belfast.

Ensuite, concernant l’importance des murals pour les Belfastois (par rapport aux fresques étudiées), certains interviewés considèrent que les habitants des quartiers de Fall et Sankill, étant donné leur proximité géographique avec ces fresques, sont les plus touchés par la présence des murals. D’autres personnes interrogées ont, elles, indiqué que les habitants n’accordent que peu d’importance à ces fresques au quotidien. Une minorité des individus sondés ont affirmé que les fresques ont à leurs yeux une valeur touristique très importante.

Finalement, nous avons constaté que les personnes interrogées dans le quartier de Fall ne connaissaient pas, pour la plupart, la fresque de Shankill. Par ailleurs, les personnes sondées de chacun des quartiers avaient peu d’informations à fournir à propos des murals du quartier opposé.

Passé et préservation

La plupart des personnes interrogées qui commentaient l’importance des murals pour les habitants évoquaient des éléments temporels. Beaucoup faisaient référence au passé en désignant les fresques comme un élément de mémoire permettant de se souvenir du conflit. Les phrases telles que “pour la mémoire” ou encore “en souvenir de” ont été prononcées à plusieurs reprises.

Quant à la question de la préservation ou de la destruction des murals, une majorité des personnes interrogées nous ont expliqué que, selon elles, les murals avaient effectivement encore aujourd’hui leur place au sein des différents quartiers. Beaucoup considéraient cependant que les murals à caractère trop violent devraient être détruits. Pour d’autres, au contraire, l’aspect de commémoration prônait sur la destruction, c’est pourquoi la préservation semblait être une meilleure option. Par ailleurs, selon ces personnes, la conservation est non seulement un moyen de faire en sorte que la population se souvienne des événements passés, mais elle bénéficie également à l’industrie touristique de la ville. Un élément qu’une personne interviewée a mentionné nous a paru intéressant à relever au vu de la problématique qu’a vécu Belfast entre ses communautés dans le passé. Cette personne a en effet évoqué le fait que la question de la préservation ou destruction des murals devrait se poser en fonction de l’évolution du poids démographique des différentes populations qui habitent la ville.

Évolution et nouveaux murals

Comme mentionné précédemment, certaines personnes étaient opposées aux fresques “trop violentes” (sans pour autant spécifier ce qu’elles entendaient par “trop violentes”) et souhaitaient la création de nouveaux murals à caractère plus pacifique et plus inclusif. L’envie de “passer à autre chose” a été exprimée à plusieurs reprises. Dans ce contexte, beaucoup étaient plutôt satisfaits des nouvelles fresques. Celles-ci étaient considérées comme étant plus représentatives de toutes les communautés et permettant de véhiculer un message de paix et de solidarité.

Outre les personnes ayant exprimé leur volonté de voir certains murals détruits, d’autres ont souligné l’importance de trouver un équilibre entre les anciennes et les nouvelles fresques. L’un des archivistes du centre de documentation a apporté un point de réflexion qui nous semble important. Il a mis en exergue la peinture murale comme étant devenue une tradition faisant partie de la culture des deux communautés. Cette pratique était, selon lui, une fierté pour les populations locales.

Les lieux de conservation de la culture à Belfast

Par ailleurs, l’autre archiviste spécialisé dans les troubles que nous avons interrogé ainsi qu’un collaborateur du City Council ont relevé un point supplémentaire qui nous a paru intéressant: la question du lieu où se situent les éléments de mémoire. En effet, avoir un lieu consacré à l’histoire du conflit et la présentation d’objets liés aux troubles est important pour la ville, selon l’archiviste. Il a également exprimé une certaine réticence à la présence de ces peintures dans des lieux publics. Par ailleurs, le fait que les murals sont hier comme aujourd’hui imposés à tous, pose, selon lui, de nombreux problèmes.

Enfin, le collaborateur du City Council a exprimé sa déception lorsqu’il s’agissait de parler des politiques de conciliation entre culture et conservation. Selon lui, il reste encore des progrès à faire à ce niveau-là à Belfast et aucune solution n’a encore été apportée afin de créer un lieu, neutre, qui puisse réunir et conserver la culture de la ville dans son ensemble. Malgré des tentatives de conciliation, il n’y a aujourd’hui aucun musée qui retrace l’histoire du conflit.

*L’association Black Taxi propose des circuits de découverte des murals menés par des anciens membres de l’IRA, l’Irish Republican Army, reconvertis en chauffeur de taxi.

Lire aussi notre conclusion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *