Méthodologie

Les circuits touristiques

‣ Les circuits dans notre travail
Dans le cadre de notre travail, les circuits touristiques nous ont servi données essentielles. Puisque ces tours font partis des attractions les plus populaires à Belfast, nous avons pu définir un échantillon de murals recommandé et présenté par les guides des agences touristiques. Il était donc important, pour nous, de participer à ces tours en tant que touristes car selon notre opinion, le fait d’amener des individus à tel ou tel endroit, puis de leur indiquer tel ou tel mural, participe à la création ainsi qu’à l’entretien du cercle de représentations auquel nous nous intéressons.

‣ Double Decker Tour
Pour le premier circuit, nous avons fait un tour de la ville dans l’un des célèbres bus rouges à deux étages de Hop On Hop Off. Ces bus effectuent un circuit à travers les différents quartiers de la ville au cours duquel des explications sont données par une guide. L’option de descendre du bus à différentes arrêts autour des principales attractions est proposée aux touristes, toutefois pour des questions d’organisation, nous ne l’avons pas fait. Lors du tour, dès que le bus ralentissait ou s’arrêtait pour qu’on puisse admirer un mural, nous en prenions compte. C’est donc principalement dans les quartiers de Shankill et Falls que notre intérêt s’est mobilisé.

Liste des fresques observées lors du circuit à bord du Hop On Hop Off.
Liste des fresques observées lors du circuit à bord du Hop On Hop Off.

‣ Black Cab Tour
Le deuxième type de circuit s’est effectué en Black Cab. Ce sont les taxis noirs emblématiques de la Grande-Bretagne dont les chauffeurs, qui font aussi office de guide, ont été impliqué dans le conflit. Les Black Cabs s’inscrivent dans une continuité historique. En effet, c’était l’une des seules manières de se rendre dans le quartier de Falls durant le conflit, après que les lignes de transports publiques aient été abandonnées.
Aujourd’hui, ce sont d’anciens prisonniers politiques républicains qui, à bord de ces taxis, présentent le conflit en menant les touristes à travers les quartiers de Falls et parfois de Shankill. En montrant les vestiges du conflit, principalement les murals, les Black Cabs sont une attraction privilégiée pour tout touriste intéressé par les Troubles. C’est pour cela qu’il nous a paru important de prendre en compte ce circuit.
Nous avons ainsi pu observer les pratiques touristiques principales autour des murals ; telle que les prendre en photo, y apposer sa signature, ou simplement les contempler. Nous avons divisé notre groupe en deux afin d’avoir davantage de données car nous présupposions que les conducteurs de taxis n’effectuaient pas tous les mêmes itinéraires.

Liste des fresques observées lors des tours en Black Cab respectifs.
Liste des fresques observées lors des tours en Black Cab respectifs.

 

‣ Tour pédestre dans East Belfast
Même si le trajet jusqu’à  East Belfast ne faisait pas partie des parcours touristiques officiels, le conducteur de bus, en nous y amenant, a attiré notre attention sur quelques murals le long du trajet.
Nous avons donc visité East Belfast avec des guides loyalistes. La première partie de la visite s’est déroulée dans un petit musée. Nous avons rapidement réalisé que cette attraction était moins organisée et professionnelle que les autres, mais elle n’en n’était pas moins intéressante.
La deuxième partie se présentait sous la forme d’un tour pédestre à travers le quartier de East Belfast. Nous nous sommes promenés en suivant notre guide qui nous montrait différents endroits importants pour la cause loyaliste, en mettant l’accent sur les multiples murals qui se situent dans le quartier. Tout comme les guides des Black Cab Tours, nos nouveaux guides étaient également d’anciens volontaires, mais cette fois pour les organisations loyalistes. Ainsi donc, le tour à travers East Belfast était fortement biaisé en faveur du côté protestant, tout comme les tours en Black Cabs étaient biaisés en faveur du côté catholique.

Liste des fresques observées lors du tour dans East Belfast.
Liste des fresques observées lors du tour dans East Belfast.

 

‣ Observations générales
Nous constatons qu’une redondance de certains murals se présente dans les données récoltées lors des différents circuits touristiques. En effet, le tour du Double Decker Bus et les parcours des Black Cab Tours ont insisté sur les fresques de Bobby Sands et The Peace Wall, en indiquant le mural, voir même en s’arrêtant sur place pour nous laisser le temps de bien le contempler.
Quant au tour pédestre de East Belfast qui passe exclusivement dans ce quartier de la ville, le guide n’a fait aucune référence aux deux fresques en question.
Les différents guides n’hésitaient pas non plus à nous encourager à prendre des photos des deux murals ou, comme dans le cas du Peace Wall, signer nos noms sur “the biggest guestbook in Belfast” selon notre guide. C’est une pratique assez populaire et cela semble être très encouragé par les agents touristiques.
Lors des multiples tours dans les différents quartiers de West Belfast, nous avons remarqué d’autres groupes de touristes qui suivaient des guides. Beaucoup d’entre eux s’arrêtaient devant les murals et prenaient des photos. Nous avons observé ce phénomène à plusieurs reprises, surtout devant le mural de Bobby Sands, le PeaceWall, le International Peace Wall ainsi que d’autres fresques comme le King of Orange ou celle de Stevie « Top Gun » McKeag.

Documentations touristiques et souvenirs

‣ Implication dans notre travail
Au fil de notre séjour à Belfast, nous avons récolté divers documents concernant l’offre touristique. Office du tourisme, boutiques, musées ; à chaque opportunité donnée, nous avons collectionné des documents destinés aux touristes ayant trait aux murals  : brochures publicitaires, plans pour touristes, cartes postales, etc.
Notre but, à travers la récolte de souvenirs et documents touristiques était de nous faire une idée de l’image-type des murals envoyée aux touristes. En effet, les flyers et brochures cherchent à attirer l’œil des visiteurs, et de leur vendre quelque chose : une attraction, un circuit, etc. Ces divers éléments marketing sont donc un outil pertinent pour déterminer la manière dont les murals sont vendus aux touristes. Ce qui y est présenté est le «pittoresque» : ce que les touristes doivent impérativement avoir vu et photographié.

« Le touriste identifie un lieu […] comme pittoresque parce qu’il l’a déjà vu et qu’il peut le comparer à ce qu’il connaît déjà, soit par son expérience, soit grâce aux images qui en existent »1

On comprend donc que les divers documents liés au tourisme jouent un rôle clef dans l’entretien d’un cercle d’image, puisqu’ils informent des fresques à voir. Ainsi le visiteur, une fois sur place, se rendra compte de “l’importance” du mural devant lequel il se trouve. De part ce déjà-vu, l’élément représenté, dans notre cas, un mural, lui apparaîtra comme étant pittoresque2, c’est à dire “digne d’être vu” et d’être photographié.
La récolte des documents nous semblait, en amont des recherches, être un travail titanesque. Mais nous avons très vite été forcé de constater que peu de magasins ne vendent des souvenirs et des cartes postales en lien avec les murals. Il en va de même pour les tour-opérateurs : seule une poignée d’entre eux promeut les murals dans la publicité pour leur circuit.

Présentation des types de documents

Les documents que nous avons récolté se déclinent en trois catégories:
‣ Flyers, brochures et plans
‣ Cartes Postales
‣ Souvenirs

Dans les trois cas, nous nous sommes concentrés sur les documents représentant des fresques ou des parties de fresques.
Nous avons récolté au total une vingtaine de brochures répondant à ces critères, ainsi que quelques cartes trouvées principalement dans les offices touristiques du centre-ville, les présentoirs de notre auberge, mais aussi au Centre gaélique Cultúrlann McAdam Ó Fiaich.
Au niveau des plans distribués gratuitement aux touristes, nous n’en avons trouvés aucun qui ne soit pas inondé de publicité. Bien que le cadrage diffère légèrement de l’un à l’autre, il reste toujours focalisé sur le centre-ville, avec le quartier du Titanic mis en évidence. Les murals ne sont jamais précisément indiqués sur les cartes, bien que leurs directions approximatives soit parfois mentionnées. Selon le cadrage du plan, les quartiers de Shankill et Falls n’apparaissent même pas. Quant à East Belfast, il n’est représenté qu’une seule fois sur l’ensemble de notre échantillon cartographique.
Au fil de nos journées à Belfast, nous avons donc traqué puis acheté les cartes postales comportant des photographies de murals. Nous avons toutefois été forcé de constater que le choix était restreint. En une semaine, il nous a été possible de récolter six cartes d’intérêt plus ou moins important pour notre recherche dans des lieux divers. Si nous avons trouvé la première dans un supermarché alimentaire et deux autres dans un bureau de poste, les trois restantes ont été achetées dans deux magasins de souvenirs différents.

 

C’est dans l’optique d’objets témoins d’une visite, que nous avons décidé de nous pencher sur les souvenirs vendus aux touristes visitant la capitale Nord-Irlandaise. Tout comme les cartes postales, nous avons eu beaucoup de peine à en trouver. Les premiers souvenirs, petites figurines en plâtre, sur lesquelles figuraient des photographies de murals ont été trouvés dans une petite boutique indépendante. Le reste des quelques objets observés a été trouvé dans le magasin d’une grande chaîne de souvenirs irlandais. C’est également dans cette boutique que certaines des cartes postales précédemment présentées ont été trouvées.

‣ Observations générales
D’une manière générale, nous avons été étonné de la difficulté à trouver des documents traitant des murals destinés aux touristes. Si nous avons eu moins de peine à trouver des brochures vendant des circuits touristiques autour des Troubles, les souvenirs, eux, semblent être quasi-inexistants.
Sur les cartes postales et les souvenirs, tout comme sur les différentes brochures et plans, l’accent est mis sur le Titanic ou sur la série télévisée Games of Thrones.
Lorsque des fresques sont représentées, on constate fréquemment celle de Bobby Sands ou encore le International Peace Wall. Souvent, notamment sur les souvenirs et les cartes postales, les murals représentés n’existent plus, ou ont été repeints.

Micro-Trottoirs

‣ Rôle dans notre recherche
Afin de nuancer nos données se basant principalement sur l’observation de l’offre touristique, nous avons souhaité nous confronter à la vision touristique des locaux sur les murals, vestiges visibles du conflit. Au centre de notre interrogation se trouvait la question : les locaux nous suggèrent-ils de voir les mêmes fresques que celles misent en avant par les divers agents touristiques ?
Nous estimons que de tels conseils participent à l’entretien du cercle d’image.

‣ Présentation de la méthode
Nous faisant passer pour des touristes, nous avons demandé à des passants quelles étaient les fresques “à voir” dans les environs. Pour rester cohérent avec la situation, nous avons questionné les locaux principalement dans les quartiers les plus susceptibles d’être visités par des touristes intéressés à voir des murals, c’est-à-dire Falls et Shankill, ainsi qu’au centre ville.
Si ce dernier endroit nous a intéressés, c’est de par son aspect “neutre” face au conflit mais aussi par le fait que l’on n’y trouve aucun mural partisan. Au vu de cette absence, nous étions intrigués par les réponses que nous obtiendrions lors de nos entretiens spontanés ; c’est-à-dire vers quels quartiers et quelles fresques on nous enverrait.
Nous sommes donc allés questionner les passants des quartiers de Falls et Shankill, l’un étant majoritairement unioniste et l’autre loyaliste.

‣ Retour réflexif sur la méthode
Si dans un premier temps, cette approche nonchalante et informelle des habitants de Belfast nous a semblé une bonne idée, notamment par le fait de se faire passer pour des visiteurs et ainsi, d’éviter d’éventuels biais qu’aurait instaurée la mention d’une recherche dans le cadre académique, nous avons rapidement été rattrapés par des questionnements d’ordre éthique.
Nous rassurant derrière des semis-vérités, nous nous présentions aux locaux comme étant en visite quelques jours dans la région et voulant voir des murals. En soit, ceci n’était pas faux. Nous avons toutefois été piégé par quelqu’un voulant engager une conversation et demandant ce que nous avions déjà vu depuis notre arrivée. Si notre interlocutrice ne l’a probablement pas ressenti, un malaise s’est installé entre nous trois, ne sachant pas comment répondre à cette dame que chaque jour depuis notre arrivée en Irlande-du-Nord avait été consacré aux fresques même que celle-ci venait de nous indiquer.
Un autre conflit moral s’est installé en nous après avoir demandé à des passants de nous conseiller des fresques, nous ne nous dirigions pas dans la direction indiquée. Ce qui nous importait dans le fond, était la réponse donnée par les locaux, et non les fresques en elles-mêmes.
Autre point discutable : à aucun moment nous n’avons mentionné à nos interlocuteurs que les données récoltées serviraient à l’élaboration d’un travail académique qui apparaîtrait en ligne. Bien que l’identification des personnes soit impossible et que nous-même ignorons leur identité, cela soulève des questions éthiques et morales.

‣ Résultats
Dans l’ensemble, ce petit échantillon peu structuré d’entretiens ne nous permet pas d’avancer de résultats précis. Toutefois, il est utile pour compléter ou nuancer les données acquises par divers canaux. De plus, il nous a permis une meilleure connaissance du terrain. Voici toutefois les grandes lignes à tirer de nos micro-trottoirs :

Premièrement, les réponses données par les locaux nous ont semblées dans une premier temps très mécaniques. C’est souvent après de brèves réflexions que des éléments moins automatiques nous ont été donnés.
En effet, si quelqu’un vous aborde dans votre ville et vous demande quelles sont les attractions principales à ne pas louper, vous répondrez instinctivement les haut-lieux touristiques, avant de donner des conseils plus personnalisés et précis.

Ensuite, les trois quartiers de micro-trottoires ne donnent pas les mêmes résultats. Au centre ville, la plupart des personnes interrogées n’ont très souvent pas su nous répondre, nous encourageant a faire un tour en Black Cab. D’autres nous conseillaient l’International Peace Wall. La différence majeure entre nos interlocuteurs à Falls et à Shankill est que dans la partie républicaine, on nous envoyait trés souvent vers le mural de Bobby Sands et l’International Peace Wall. Alors que dans la partie loyaliste, les réponses étaient plus diverses. Certains nous envoyaient vers les murals les plus proches, d’autres nous mentionnaient l’International Peace Wall ou/et le mural de Bobby Sands, d’autres encore nous conseillaient de nous enfoncer dans de petites ruelles.

Dans les trois quartiers, nous avons très souvent été envoyé au International Peace Wall. Celui-ci faisait parti des réponses automatiques : sans hésitation, les locaux nous l’ont le plus conseillé.

De manière générale, nous avons observés une certaine réticence à aborder le sujet, tant dans les quartiers de Shankill et de Falls que au centre ville.
Nous n’avons malheureusement pas eu le temps de mener plus d’entretiens durant notre séjour. Toutefois, entre les deux séries de micro-trottoirs que nous avons effectuées, on constate une différence notoire: la météo. En effet, nous observons de grandes différences entre les entretiens du premier jour, pluvieux, et du second jour, ensoleillé. Celles-ci se manifestent notamment par la durée des échanges ainsi que la disposition de nos interlocuteurs à nous parler.

Observations complètes

Afin d’avoir une vue d’ensemble de nos observations, cliquez sur le tableau des résultats des observations. Celui-ci recense l’ensemble de nos observations. Y est représenté le nombre de fois ainsi que le contexte dans lequel une fresque précises nous à été indiquée.


1- Gauthier, L., Staszak, J.-F., Cliché exotiques, Paris, Editions de Monza, 2015, p.59
2- Ibidem



PROBLÉMATISATION

‣ MÉTHODOLOGIE

‣ PARTIE THÉMATIQUE
‣ CONCLUSION
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *